Soins Inrmiers aux brûlés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins Inrmiers aux brûlés"

Transcription

1 Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/ Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter les complications hémodynamiques précoces, le risque infectieux et les séquelles fonctionnelles tardives. 2 Dénition Lésion cutanée provoquée par un agent(thermique, électrique, chimique, rayonnement) Tout ou partie du revêtement cutané est détruit sur une étendue variable 3 PEC immédiate Le but est de prévenir les complications immédiates et de préserver le pronostic vital Le patient soure d'un choc hypovolémique, d'une dette en oxygène majorée par une éventuelle lésion respiratoire associée, d'hypothermie, de douleurs intenses, voire d'une détresse respiratoire 4 Premiers secours Sur Les Lieux Consignes de sécurité Interrompre l'exposition de la victime à l'agent brûlant Refroidir la brûlure pendant 10 mn environ à grande eau Enlever les vêtements imprégnés des liquides brûlants, agents chimiques Enveloppement de la victime dans des champs stériles + couverture isothermique. Ttt d'une détresse respiratoire : Monoxyde de carbone => 02 Antidotes si fumée résines : Cyanokit(r) 1

2 Évaluation rapide de la gravité A jeun Si notion de gravité, transfert direct vers un centre spécialisé (hélicoptère) 5 PEC spécialisée 5.1 Évaluation précise de l'étendue et du degré Règle des 9 de Wallace Tête et cou =9% Tronc face ant. = 18% Tronc face post = 18% Membres sup = 9% x 2 Membres inf. =18% x2 Périnée et O.G.E = 1% Total = 100% Réanimation hydro électrolytique précoce 2 VVP en zone saine Peser le malade Cristalloïdes (types Ringer Lactate), si persistance du choc HEA Calcul des besoins Règle DE PARKLAND 4ml/Kg/%surf brûlée/24h 50% en 8h 5.3 Remplissage vasculaire Cristalloïdes en première intention Si persistance du choc : HEA Si état de choc persistant : Dobutrex ou Adrénaline Si surcharge hydrique : diurétiques 5.4 Prélèvements biologiques Ionogramme Sg Nf Ht Gazometrie Lactates 1 Hydroxyde Éthyle Amidon 2

3 Cyanates Coagulation HbCO Enzymes musculaires 5.5 PEC IDE Connaissance des circonstances Oxygénothérapie ++ hte concentration et pec éventuelle de la détresse respiratoire VVC en 2eme intention KT artériel SV (avec T ) + diurèse SaO2 Scope T SG Problèmes respiratoires CO : O2 +++ ; OHB++ Inhalation : IOT et PEP Fumées : Cyanokit Mieux vaut une intubation prévenue qu'une intubation en catastrophe (risque d'oedèmes secondaires des VA) Blast? (tympans++) Si lésions par inhalation d'air chaud : boscopie Si pas trop grave : aérosols + Kiné respiratoire Si ventilation de longue durée : trachéotomie percutanée Contrôles Rx H + 36 à 1ere semaine* Pb de surcharge : PVC PC PaO2+++ Osmolarité plasmatique Ventilation avec PEP Hypo K, Na, Ph Problèmes Digestifs Ulcères Entérites nécrosantes Attentes hépatiques 3

4 Problèmes infectieux Dépression des défenses Germes Colonisation non invasive et invasive Problèmes de nutrition Dépenses énergétique +++ Le métabolisme augmente de 100 à 150 % Besoin d'apports G, L, P +++ Surveillance du poids Balance azotée Protéines sériques Nutrition articielle qui permet de prévenir une dépression immunitaire et favorise la cicatrisation. Soins locaux Éviter l'infection (asepsie+++ des soins) Analgésie+++ Nettoyage antiseptique Incision de décharge Pst Prophylaxie anti-tétanique reconstruire la barrière cutanée Éviter la rétraction de la peau qui entraîne des conséquences fonctionnelles graves En phase aiguë immobilisation en extension cutanée maximum Excision-gree : Ttt de choix des brûlures profondes étendues Biopsie cutanée pour culture d'épiderme 6 Prise en charge de la douleur Persistance d'un fond douloureux avec des hyper algies lors des soins ou du nursing. Type de douleur supercielle avant cicatrisation Type de douleur neurogène (régénération nerveuse) 7 Ttt Disponible Ttt de fond : administration continue d'hyponovel et Fentanyl PCA +++ (avec bolus lors des soins) Ttt de façon ponctuelle : morphine (pr pst) Per os (morphine LP) Kétamine (kétalar) 4

5 Nfopan (Acupan) Tramadol Paracétamol, AINS... Algies neurogènes : ATD, anti épileptiques lidocaïne IV Clonidine (catapressan) ALR Topique + AL O2/N2O (entonox Kalinox) Hypnose Acupuncture Accompagnement psychologique+++ 8 Conclusion Les brûlures demandent une prise en charge lourde, complexe et sur un long terme Les conséquences pour le patient sur le plan psychologique, physique et social sont importantes La lutte contre l'infection est fondamentale il faut privilégier les actions de prévention 5

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

Société Française de Médecine d Urgence

Société Française de Médecine d Urgence Société Française de Médecine d Urgence et Société Française d Anesthésie et de Réanimation Société de Réanimation de Langue Française Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire Club des Anesthésistes-Réanimateurs

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1 LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE Mars 2009 1 Le Risque NR Probabilité d être exposé aux effets d un radioélément qui va : - Irradier et/ou - Contaminer N : Nucléaire (INB) R : Radiologique Mars 2009

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. Place du Dr Baylac - TSA 40031-31059 Toulouse Cedex 9. Livret d informations sur le centre de médecine hyperbare

Vous accueille et vous informe. Place du Dr Baylac - TSA 40031-31059 Toulouse Cedex 9. Livret d informations sur le centre de médecine hyperbare L équipe de soins Vous accueille et vous informe Centre de Médecine Hyperbare Professeur Michèle GENESTAL, Chef de Service Hôpital Purpan Place du Dr Baylac - TSA 40031-31059 Toulouse Cedex 9 Livret d

Plus en détail

Anesthésie Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique. tique. Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP

Anesthésie Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique. tique. Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP Anesthésie sie-réa a en Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique tique Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP INTRODUCTION Chirurgie de la Peau Surtout fonctionnelle Rarement hémorragique

Plus en détail

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT!

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! Douleur induite Douleur induite Douleur de courte durée, causée par le soignant ou une thérapeutique dans des circonstances de survenue prévisibles et susceptibles

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Décret n 2012-565 du 24 avril 2012 relatif à la Commission nationale des

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 ARRET CARDIO RESPIRATOIRE C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 Introduction 50 à 60 000 morts subites en France par an 3 % de survie sans séquelle Survie dépend de la rapidité d une RACS, elle même dépendante

Plus en détail

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie Plaies et cancer Dr Isabelle Jaffré Chirurgien Centre René Gauducheau Isabelle Fromentin IDE expert Institut Curie Plaies tumorales Plaies induites par les traitements Radiodermite, radionécrose, post

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une réaction allergique» Dr Stéphanie ANDRE, SAU COCHIN

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une réaction allergique» Dr Stéphanie ANDRE, SAU COCHIN CONDUITE A TENIR DEVANT «Une réaction allergique» Dr Stéphanie ANDRE, SAU COCHIN MOTIFS DE RECOURS Contact avec un allergène connu Eruption cutanée, bulles Œdème de la face Gène respiratoire, détresse

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE Dr Claire Vulser-Cristofini UETD SAR HEGP DU Douleurs crânio-faciales 15-01-2007 Douleur postopératoire Obligatoire Prévisible La douleur postopératoire est : Très

Plus en détail

ANESTHESIE EN CHIRURGIE REPARATRICE-ESTHETIQUE ET PLASTIQUE INTERVENTIONS ET ATTITUDES DEFINITIONS CHIRURGIE DES TEGUMENTS ET DES FORMES Chirurgie Réparatrice et Plastique Chirurgie de correction de défauts

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice DIPLOME UNIVERSITAIRE DE SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice Comité pédagogique : Pr C Ichai, Dr JC Orban,

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Prise en charge initiale d'une brûlure grave

Prise en charge initiale d'une brûlure grave Prise en charge initiale d'une brûlure grave Dr. CARSIN H. Hôpital d'instruction des Armées PERCY B.P. 406-92141 CLAMART Introduction Les premières 24 heures d'un brûlé engagent toute l'évolution future.

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43 LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE Comité pédagogique SAP SDIS 43 DEFINITIONS Electrisation: manifestations physiopathologiques liées au passage du courant dans l organisme Electrocution: décès par électrisation

Plus en détail

2. Organisation générale de la chaîne des secours

2. Organisation générale de la chaîne des secours Chapitre89 Rôle de l infirmier au Poste Médical Avancé J-Y. ANDRÉ, P. TURSIS, J. ASAPH, C. CHOLLET-XEMARD 1. Introduction En cas de survenu d un événement catastrophique, un certain nombre d installation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES COGESTEN 63 rue Castellion 01100 OYONNAX Mis à jour le 30/06/2012 1 / 13 FEUILLE D'EMARGEMENT NOM PRENOM FONCTION DATE SIGNATURE 2 / 13 LES NIVEAUX DE RISQUES Le

Plus en détail

Septembre 2014. Document rédigé par :

Septembre 2014. Document rédigé par : La chambre hyperbare CIT Septembre 2014 Document rédigé par : Dr Kim Boutet, pneumologue Christian Custeau, Bsc. Inf., ICH Bryan Crisalli, TCH. TMP. Dr Mario Dugas, pneumologue Sylvain Larivière, inf.,

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR REFERENTIEL METIER/COMPETENCES DU CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR 20.07.2007 1 Les situations de soins types 1 1 Les situations de soins retenues ne sont, bien entendu, pas exhaustives

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

LA REHYDRATATION ET FLUIDOTHERAPIE Séminaire Année 2006-20072007 Dr Vandervorst V PLAN Principes généraux Évaluation de la déshydratation Voies de réhydratation Fluides utilisés Quantités 1 Principes généraux

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Prise en charge des brûlures aux urgences. Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008

Prise en charge des brûlures aux urgences. Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008 Prise en charge des brûlures aux urgences Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008 Plan Épidémiologie Physiopathologie Classification des brûlures Brûlures mineures : soins locaux Critères de transfert

Plus en détail

Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème)

Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème) Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème) Référence : CLUD 05 Version : 02 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

http://www.adarpef.fr/site/activites/recommandations/sedation-et-analgesie-en-reanim...

http://www.adarpef.fr/site/activites/recommandations/sedation-et-analgesie-en-reanim... Page 1 of 5 SÉDATION ET ANALGÉSIE EN RÉANIMATION (NOUVEAU-NÉ EXCLU) Imprimer Télécharger CONFÉRENCE DE CONSENSUS - 5 NOVEMBRE 2007 - TEXTE COURT Conférence de consensus organisée par la Société française

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV)

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié.

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Le brûlé grave. Dr Marie-Reine LOSSER

Le brûlé grave. Dr Marie-Reine LOSSER Le brûlé grave Dr Marie-Reine LOSSER Service d Anesthésie-Réanimation, CHU NANCY BRABOIS & Centre de Traitement des Brûlés, CHR Metz-Thionville mr.losser@chu-nancy.fr Introduction Traumatisme fréquent:

Plus en détail

PLAN. Transferts du patient

PLAN. Transferts du patient PLAN a) le préopératoire : 1) L accueil et l information 2) Les dossiers du patient 3) Les examens 4) La consultation d anesthésie 5) La préparation cutanée 6) Suivi et mise en route des thérapeutiques

Plus en détail

PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT

PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT -Arrêté du 26 avril 1996 1. OBJECTIF PROTOCOLE DE SÉCURITÉ Adaptation des règles de sécurité prévues par le décret de 1992 (92-158 du 20.02.92) pour les opérations

Plus en détail

M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I

M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I LE CHEMIN CLINIQUE 1 M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I. I M B E R T, C A D R E D E S A N T É H A D S A N T É A D O M I C I

Plus en détail

Les soins infirmiers aux patients atteints du syndrome de Lyell. (nécrolyse épidermique toxique : NET)

Les soins infirmiers aux patients atteints du syndrome de Lyell. (nécrolyse épidermique toxique : NET) Les soins infirmiers aux patients atteints du syndrome de Lyell. (nécrolyse épidermique toxique : NET) Historique. C est en 1970 qu est crée a l hôpital Henri Mondor le service de dermatologie par le Pr

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation UNIVERSITÉ de Limoges DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation I - INTITULÉ DU DIPLÔME DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE INTERREGIONAL : SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION II -

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 Session 1 LIEUX DE VISIOCONFERENCE Lundi 9 Novembre 2015 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.30 09.30 10.30 10.30 11.00 11.00 12.00 Introduction Présentation

Plus en détail

Ecole d infirmier(e)s anesthésistes

Ecole d infirmier(e)s anesthésistes Ecole d infirmier(e)s anesthésistes Programme de formation 2013 préparation au concours d entrée à l école d IADE formation des infirmier(e)s de SSPI formation des aides-soignant(e)s de SSPI de réanimation,

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES

PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES PREVENTION DES RISQUES EN LIEN AVEC L ADMINISTRATION DES CHIMIOTHERAPIES Réalisé par l équipe soignante de Saint-Brieuc Mai 2013 PLAN Introduction Cadre législatif Avant l administration Au moment de l

Plus en détail

Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo

Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo Journée inter-smur 35 Dr S. MULON 17/04/2014 Hémorragie : l hémorragie est définie par l effusion d une quantité plus ou moins considérable de sang hors d un vaisseau

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Complications de la stimulation ovarienne

Complications de la stimulation ovarienne Complications de la stimulation ovarienne Effets secondaires des médicaments Le syndromes d hyperstimulation Torsion d annexe Risque de cancer Ménopause précoce P.Piver, DES C2010 Effets secondaires des

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

Cas clinique. DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15. AF DUREAU Interne DESAR

Cas clinique. DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15. AF DUREAU Interne DESAR Cas clinique DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15 AF DUREAU Interne DESAR Consultation préanesthésique Enzo 4 mois, 5 kg Né à terme. APGAR 10-10-10 Allaitement maternel exclusif Hernie inguinale

Plus en détail

UE 4. 5. S4 Soins Infirmiers et Gestion des risques

UE 4. 5. S4 Soins Infirmiers et Gestion des risques UE 4. 5. S4 Soins Infirmiers et Gestion des risques N. DELFORGE F. ROGER CORRECTION EVENEMENTS INDESIRABLES A PARTIR DU DOSSIER DE SOIN Analyse Action Reconnaissance. Perte d un dentier : -Notification

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Les jeudis de l Altitude

Les jeudis de l Altitude Les jeudis de l Altitude 17 Septembre 2009 22 Octobre 2009 26 Novembre 2009 Centre d Expertise sur l Altitude Rhône Alpes (EXALT) Acclimatation & MAM Jean-Pierre Herry Hugo Nespoulet Bruno Tollenaere Centre

Plus en détail

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES LES MICROLESIONS MUSCULAIRES PHYSIOPATHOLOGIE DIAGNOSTIC PRISE EN CHARGE Docteur CASCUA Stéphane Hôpital national de Saint Maurice Les microlésions musculaires CONTRACTURES COURBATURES crampes «brûlures

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH

Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH Elaboration conforme à l arrêté du 5 janvier 1993 modifié transposant la directive 91/155/CEE et au règlement REACH 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Identification du produit : Utilisation

Plus en détail

Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement (194b) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005)

Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement (194b) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement (194b) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Objectifs : Objectifs terminaux, l'étudiant est capable de : diagnostiquer un état

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue Service de Réanimation Médicale Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans

Plus en détail

TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE

TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE Catherine MASSERON Service de Dermatologie du Pr Taïeb-Dr Labrèze CHU- BORDEAUX PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHEZ LE DIABETIQUE Catherine

Plus en détail

LAPRESCRIPTION INFIRMIERE. I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation

LAPRESCRIPTION INFIRMIERE. I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation LAPRESCRIPTION INFIRMIERE I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation 1 Aucun conflit d interêt Institut Curie - nom de l'émetteur - Titre de la présentation 2 INTRODUCTION Une profession qui évolue:

Plus en détail

Douleur aiguë en ambulatoire

Douleur aiguë en ambulatoire Douleur aiguë en ambulatoire E. Fournier-Charrière, unité douleur, CHU, Le Kremlin-Bicêtre «Evaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aiguë en ambulatoire chez l enfant de un mois à quinze

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE

DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE 1- Définition 2 - Physiopathologie 3- Démarche diagnostique 4- Stratégie thérapeutique - traitement médical - «test and treat» - endoscopie OGD 5- Autres traitements médicamenteux,

Plus en détail

Prise en charge hospitalière du traumatiségrave

Prise en charge hospitalière du traumatiségrave Prise en charge hospitalière du traumatiségrave B.Douay, SAMU 80,service de médecine d urgence CHU Amiens S.Petiot, service d anesthésie-réanimation CHU Amiens 1 50% de décès sur les lieux de l accident

Plus en détail

Item 271 : Pathologie des paupières

Item 271 : Pathologie des paupières Item 271 : Pathologie des paupières Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer et traiter un chalazion (Cf. Chap. 50, E. PILLY 2008)...1 2 Diagnostiquer

Plus en détail

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE Céline Poncin-Mattioda Président: Pr GEORGE Bernard Directeur: Pr HUAS Dominique INTRODUCTION La douleur est le motif de

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

Principes de la ventilation mécanique (VM)

Principes de la ventilation mécanique (VM) Principes de la ventilation mécanique (VM) INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE: aspects thérapeutiques Traitement de fond broncho-dilatateurs antidotes antibiotiques anticoagulants chimiothérapie... Traitement

Plus en détail

Qu est-ce que l anesthésie?

Qu est-ce que l anesthésie? Qu est-ce que l anesthésie? Le mot «Anesthésie» signifie «insensibilité à la douleur et autres sensations» provoquées par les actes diagnostiques ou thérapeutiques. L anesthésie, en réalité, n est pas

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

CHARIOT D URGENCE POURQUOI?

CHARIOT D URGENCE POURQUOI? CHARIOT D URGENCE POURQUOI? Harmoniser en quantité et qualité les chariots d'urgence vitale et les procédures. Optimiser la prise en charge de l'urgence vitale sur l'ensemble des secteurs du CHRU, porter

Plus en détail

! 2. - (CE) 1272/2008 [CLP/GHS]

! 2. - (CE) 1272/2008 [CLP/GHS] ! 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial Fabricant / fournisseur Service des renseignements Renseignements en cas d'urgence

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail