Soins Inrmiers aux brûlés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins Inrmiers aux brûlés"

Transcription

1 Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/ Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter les complications hémodynamiques précoces, le risque infectieux et les séquelles fonctionnelles tardives. 2 Dénition Lésion cutanée provoquée par un agent(thermique, électrique, chimique, rayonnement) Tout ou partie du revêtement cutané est détruit sur une étendue variable 3 PEC immédiate Le but est de prévenir les complications immédiates et de préserver le pronostic vital Le patient soure d'un choc hypovolémique, d'une dette en oxygène majorée par une éventuelle lésion respiratoire associée, d'hypothermie, de douleurs intenses, voire d'une détresse respiratoire 4 Premiers secours Sur Les Lieux Consignes de sécurité Interrompre l'exposition de la victime à l'agent brûlant Refroidir la brûlure pendant 10 mn environ à grande eau Enlever les vêtements imprégnés des liquides brûlants, agents chimiques Enveloppement de la victime dans des champs stériles + couverture isothermique. Ttt d'une détresse respiratoire : Monoxyde de carbone => 02 Antidotes si fumée résines : Cyanokit(r) 1

2 Évaluation rapide de la gravité A jeun Si notion de gravité, transfert direct vers un centre spécialisé (hélicoptère) 5 PEC spécialisée 5.1 Évaluation précise de l'étendue et du degré Règle des 9 de Wallace Tête et cou =9% Tronc face ant. = 18% Tronc face post = 18% Membres sup = 9% x 2 Membres inf. =18% x2 Périnée et O.G.E = 1% Total = 100% Réanimation hydro électrolytique précoce 2 VVP en zone saine Peser le malade Cristalloïdes (types Ringer Lactate), si persistance du choc HEA Calcul des besoins Règle DE PARKLAND 4ml/Kg/%surf brûlée/24h 50% en 8h 5.3 Remplissage vasculaire Cristalloïdes en première intention Si persistance du choc : HEA Si état de choc persistant : Dobutrex ou Adrénaline Si surcharge hydrique : diurétiques 5.4 Prélèvements biologiques Ionogramme Sg Nf Ht Gazometrie Lactates 1 Hydroxyde Éthyle Amidon 2

3 Cyanates Coagulation HbCO Enzymes musculaires 5.5 PEC IDE Connaissance des circonstances Oxygénothérapie ++ hte concentration et pec éventuelle de la détresse respiratoire VVC en 2eme intention KT artériel SV (avec T ) + diurèse SaO2 Scope T SG Problèmes respiratoires CO : O2 +++ ; OHB++ Inhalation : IOT et PEP Fumées : Cyanokit Mieux vaut une intubation prévenue qu'une intubation en catastrophe (risque d'oedèmes secondaires des VA) Blast? (tympans++) Si lésions par inhalation d'air chaud : boscopie Si pas trop grave : aérosols + Kiné respiratoire Si ventilation de longue durée : trachéotomie percutanée Contrôles Rx H + 36 à 1ere semaine* Pb de surcharge : PVC PC PaO2+++ Osmolarité plasmatique Ventilation avec PEP Hypo K, Na, Ph Problèmes Digestifs Ulcères Entérites nécrosantes Attentes hépatiques 3

4 Problèmes infectieux Dépression des défenses Germes Colonisation non invasive et invasive Problèmes de nutrition Dépenses énergétique +++ Le métabolisme augmente de 100 à 150 % Besoin d'apports G, L, P +++ Surveillance du poids Balance azotée Protéines sériques Nutrition articielle qui permet de prévenir une dépression immunitaire et favorise la cicatrisation. Soins locaux Éviter l'infection (asepsie+++ des soins) Analgésie+++ Nettoyage antiseptique Incision de décharge Pst Prophylaxie anti-tétanique reconstruire la barrière cutanée Éviter la rétraction de la peau qui entraîne des conséquences fonctionnelles graves En phase aiguë immobilisation en extension cutanée maximum Excision-gree : Ttt de choix des brûlures profondes étendues Biopsie cutanée pour culture d'épiderme 6 Prise en charge de la douleur Persistance d'un fond douloureux avec des hyper algies lors des soins ou du nursing. Type de douleur supercielle avant cicatrisation Type de douleur neurogène (régénération nerveuse) 7 Ttt Disponible Ttt de fond : administration continue d'hyponovel et Fentanyl PCA +++ (avec bolus lors des soins) Ttt de façon ponctuelle : morphine (pr pst) Per os (morphine LP) Kétamine (kétalar) 4

5 Nfopan (Acupan) Tramadol Paracétamol, AINS... Algies neurogènes : ATD, anti épileptiques lidocaïne IV Clonidine (catapressan) ALR Topique + AL O2/N2O (entonox Kalinox) Hypnose Acupuncture Accompagnement psychologique+++ 8 Conclusion Les brûlures demandent une prise en charge lourde, complexe et sur un long terme Les conséquences pour le patient sur le plan psychologique, physique et social sont importantes La lutte contre l'infection est fondamentale il faut privilégier les actions de prévention 5

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES Les Brûlures Dr. P. QUERUEL Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES En France 23 Centres de Traitement des Brûlés 18 Centres civils (6 centres adultes ; 5 enfants ; 7 adultes/enfants

Plus en détail

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

Les brûlures Dr Sandrine WIRAMUS

Les brûlures Dr Sandrine WIRAMUS Les brûlures Dr Sandrine WIRAMUS Centre des Brûlés Interrégional Méditerranée, Marseille ÉVALUATION DE LA BRÛLURE BILAN LÉSIONNEL 1. Profondeur 2. Surface 3. Facteurs de gravité associés Profondeur : 1

Plus en détail

Le bilan lésionnel comprend : a. Le calcul de la Surface Corporelle Brûlée (SCB)

Le bilan lésionnel comprend : a. Le calcul de la Surface Corporelle Brûlée (SCB) 1 Brulures ITEM 329 : Prise en charge immédiate pré-hospitalière et à l arrivée à l hôpital, évaluation des complications chez : un brûlé. - Evaluer les signes de gravité d un brûlé - Connaitre les éléments

Plus en détail

LA BRULOLOGIE CTB : QUELQUES CHIFFRES. Epidémiologie. Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé?

LA BRULOLOGIE CTB : QUELQUES CHIFFRES. Epidémiologie. Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé? SERVICE DE CHIRURGIE PLASTIQUE H.I.A. PERCY Définition LA BRULOLOGIE Epidémiologie CENTRE DE TRAITEMENT DES BRULES Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé? Dr. BEY Eric Chirurgien plasticien

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

Les brûlures. Pr Marc Chaouat, Service du Pr Mimoun, Hôpital Saint Louis. Chirurgien plasticien Chirurgie des brûlés

Les brûlures. Pr Marc Chaouat, Service du Pr Mimoun, Hôpital Saint Louis. Chirurgien plasticien Chirurgie des brûlés Les brûlures Pr Marc Chaouat, Chirurgien plasticien Chirurgie des brûlés Service du Pr Mimoun, Hôpital Saint Louis Epidémiologie année 2005 400 000 brûlures en France chaque année 3700 hospitalisations

Plus en détail

Urgences en traumatologie. Koceila Bouferrache Julien Josserand

Urgences en traumatologie. Koceila Bouferrache Julien Josserand Urgences en traumatologie Koceila Bouferrache Julien Josserand ITEM 329(A) (ITEM 201) Prise en charge immédiate pré-hospitalière et à l'arrivée à l'hôpital, évaluation des complications chez un brûlé OBJECTIF

Plus en détail

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge Les thèmes Les conséquences d un incendie L hyperthermie et sa prise en charge Les brûlures et leurs prise en charge Protocole check des P.A.R Explications: Pourquoi leur demander «comment il se sente»,

Plus en détail

Brûlures. Urgences Adultes Pellegrin CHU Bordeaux

Brûlures. Urgences Adultes Pellegrin CHU Bordeaux Brûlures Dr Valdenaire Guillaume Urgences Adultes Pellegrin CHU Bordeaux Brulures Généralités Brûlure : c est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous jacents, par un agent vulnérant

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PRE HOSPITALIERE D UN BRULE GRAVE

PRISE EN CHARGE PRE HOSPITALIERE D UN BRULE GRAVE PRISE EN CHARGE PRE HOSPITALIERE D UN BRULE GRAVE Sébastien FEUERSTEIN I.F.S.I Toulon la Garde DEFINITION Lésions plus ou moins graves de la peau et des tissus sous jacents sous l effet de la chaleur Le

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Prise en charge d'un brûlé en pré-hospitalier et aux urgences COLMU Décembre 2007

Prise en charge d'un brûlé en pré-hospitalier et aux urgences COLMU Décembre 2007 Prise en charge d'un brûlé en pré-hospitalier et aux urgences COLMU Décembre 2007 Définition de la Brûlure : c'est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l'action

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1 LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE Mars 2009 1 Le Risque NR Probabilité d être exposé aux effets d un radioélément qui va : - Irradier et/ou - Contaminer N : Nucléaire (INB) R : Radiologique Mars 2009

Plus en détail

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

VI. Evaluation clinique Evaluation de la gravité: 1. Circonstances de survenue 2. Etendue 3. Profondeur 4. Localisation 5. Terrain

VI. Evaluation clinique Evaluation de la gravité: 1. Circonstances de survenue 2. Etendue 3. Profondeur 4. Localisation 5. Terrain Les brulures I. Introduction Destruction traumatique du revêtement cutané causée par des agents: thermiques, chimiques, électriques ou radiations Conséquences locales et générales Accidents fréquents,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Société Française de Médecine d Urgence

Société Française de Médecine d Urgence Société Française de Médecine d Urgence et Société Française d Anesthésie et de Réanimation Société de Réanimation de Langue Française Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire Club des Anesthésistes-Réanimateurs

Plus en détail

PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL BRULURES

PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL BRULURES PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL BRULURES ÉVALUATION DES CRITÈRES DE GRAVITÉ Les circonstances de survenue La profondeur : 1, 2 superficiel, 2 profond et 3 = GRAVITÉ DE LA BRULURE L étendue = GRAVITE

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures

La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures Dr Erpicum Céline Debouche 4 ème pédiatrie 2005-2006 La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures. 1.

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT!

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! Douleur induite Douleur induite Douleur de courte durée, causée par le soignant ou une thérapeutique dans des circonstances de survenue prévisibles et susceptibles

Plus en détail

ANESTHESIE EN CHIRURGIE REPARATRICE-ESTHETIQUE ET PLASTIQUE INTERVENTIONS ET ATTITUDES DEFINITIONS CHIRURGIE DES TEGUMENTS ET DES FORMES Chirurgie Réparatrice et Plastique Chirurgie de correction de défauts

Plus en détail

Traumatologie: Brûlures

Traumatologie: Brûlures Traumatologie: Brûlures Module 1 Notion de base Premier secours Bilan Gestes Transport Cas particuliers Notions de base Définition C'est la destruction d'une partie ou de la totalité de la peau ou des

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

Prise en charge des brûlures aux urgences. Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008

Prise en charge des brûlures aux urgences. Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008 Prise en charge des brûlures aux urgences Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008 Plan Épidémiologie Physiopathologie Classification des brûlures Brûlures mineures : soins locaux Critères de transfert

Plus en détail

BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE

BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE Ayant à plusieurs reprises été confrontée à des victimes de brûlures diverses (thermique, électrique et chimique), j ai assisté à cette conférence qui s est déroulée

Plus en détail

LES CIRCUITS DE LA DOULEUR

LES CIRCUITS DE LA DOULEUR LES CIRCUITS DE LA DOULEUR PREMIERE CONSULTATION Anamnèse clinique - apparition du problème - durée / intensité / localisation / irradiation - description clinique - antécédents médicaux / chirurgicaux

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

Mise en garde OR/6.5.04

Mise en garde OR/6.5.04 Mise en garde Ces diapositives ont été réalisées dans le cadre d un cours de formation continue post graduée pour ambulanciers entrant dans le cadre d une formation interne à l entreprise et dispensée

Plus en détail

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR REFERENTIEL METIER/COMPETENCES DU CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR 20.07.2007 1 Les situations de soins types 1 1 Les situations de soins retenues ne sont, bien entendu, pas exhaustives

Plus en détail

BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE?

BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE? BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE? Dr Laure DROIN Dr Céline ROBERJOT SDIS 69 Service de Santé et de Secours Médical UN BREF RAPPEL Structure anatomique de la peau Types

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Décret n 2012-565 du 24 avril 2012 relatif à la Commission nationale des

Plus en détail

Brûlures. Antoine Lucas. Chirurgien vasculaire Andrée-Alice Allain. IDE. DU Plaies et cicatrisation. Mars 2OO5

Brûlures. Antoine Lucas. Chirurgien vasculaire Andrée-Alice Allain. IDE. DU Plaies et cicatrisation. Mars 2OO5 Brûlures Antoine Lucas. Chirurgien vasculaire Andrée-Alice Allain. IDE. DU Plaies et cicatrisation Mars 2OO5 Généralités 500 000 cas de brûlures/an en France nécessitant des soins médicaux Brûlures graves

Plus en détail

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Classification selon le type de l atteinte

Plus en détail

Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus...

Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus... Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus... Dr Patrice FORGET Service d Anesthésiologie Unité de douleur chronique Cliniques universitaires Saint-Luc. Université catholique de Louvain, Bruxelles,

Plus en détail

PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT

PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT -Arrêté du 26 avril 1996 1. OBJECTIF PROTOCOLE DE SÉCURITÉ Adaptation des règles de sécurité prévues par le décret de 1992 (92-158 du 20.02.92) pour les opérations

Plus en détail

LES BRULURES ELECTRIQUES

LES BRULURES ELECTRIQUES LES BRULURES ELECTRIQUES 11 ème symposium des urgences Dr. J-P FAUVILLE Centre de traitement des brûlés GHDC site IMTR - Loverval INTRODUCTION Deux types de lésions : >>> flash électrique >>> électrisation

Plus en détail

2. Organisation générale de la chaîne des secours

2. Organisation générale de la chaîne des secours Chapitre89 Rôle de l infirmier au Poste Médical Avancé J-Y. ANDRÉ, P. TURSIS, J. ASAPH, C. CHOLLET-XEMARD 1. Introduction En cas de survenu d un événement catastrophique, un certain nombre d installation

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie Plaies et cancer Dr Isabelle Jaffré Chirurgien Centre René Gauducheau Isabelle Fromentin IDE expert Institut Curie Plaies tumorales Plaies induites par les traitements Radiodermite, radionécrose, post

Plus en détail

LAPRESCRIPTION INFIRMIERE. I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation

LAPRESCRIPTION INFIRMIERE. I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation LAPRESCRIPTION INFIRMIERE I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation 1 Aucun conflit d interêt Institut Curie - nom de l'émetteur - Titre de la présentation 2 INTRODUCTION Une profession qui évolue:

Plus en détail

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE Dr Claire Vulser-Cristofini UETD SAR HEGP DU Douleurs crânio-faciales 15-01-2007 Douleur postopératoire Obligatoire Prévisible La douleur postopératoire est : Très

Plus en détail

> Traitement et suivi des brûlures. Traitement Hospitalisation Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique et aspect médicolégal

> Traitement et suivi des brûlures. Traitement Hospitalisation Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique et aspect médicolégal > Traitement et suivi des brûlures Traitement Hospitalisation Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique et aspect médicolégal Critères de gravité (1) Surface corporelle > 10 %. Enfants de

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 ARRET CARDIO RESPIRATOIRE C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 Introduction 50 à 60 000 morts subites en France par an 3 % de survie sans séquelle Survie dépend de la rapidité d une RACS, elle même dépendante

Plus en détail

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU *************

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* COMMUNE DE SEME PODJI ***********

Plus en détail

Prise en charge du brûlé grave en réanimation polyvalente durant les 48 premières heures.

Prise en charge du brûlé grave en réanimation polyvalente durant les 48 premières heures. Prise en charge du brûlé grave en réanimation polyvalente durant les 48 premières heures. Patrick JAULT 1 Thomas LECLERC 1, Pierre-François WEY 2, Marc PUIDUPIN 2, Laurent BARGUES 1. 1- Hôpital d Instruction

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

Anesthésie Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique. tique. Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP

Anesthésie Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique. tique. Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP Anesthésie sie-réa a en Chirurgie Plastique, Reconstructrice, et Esthétique tique Dr Zindel GérardG Hôpital Rothschild AP-HP INTRODUCTION Chirurgie de la Peau Surtout fonctionnelle Rarement hémorragique

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43 LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE Comité pédagogique SAP SDIS 43 DEFINITIONS Electrisation: manifestations physiopathologiques liées au passage du courant dans l organisme Electrocution: décès par électrisation

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. Place du Dr Baylac - TSA 40031-31059 Toulouse Cedex 9. Livret d informations sur le centre de médecine hyperbare

Vous accueille et vous informe. Place du Dr Baylac - TSA 40031-31059 Toulouse Cedex 9. Livret d informations sur le centre de médecine hyperbare L équipe de soins Vous accueille et vous informe Centre de Médecine Hyperbare Professeur Michèle GENESTAL, Chef de Service Hôpital Purpan Place du Dr Baylac - TSA 40031-31059 Toulouse Cedex 9 Livret d

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 Session 1 LIEUX DE VISIOCONFERENCE Lundi 9 Novembre 2015 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.30 09.30 10.30 10.30 11.00 11.00 12.00 Introduction Présentation

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE EPOXYDUR

FICHE DE DONNEES DE SECURITE EPOXYDUR Page : 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Epoxydur Utilisation : Peinture Epoxy à 2 composants, destinée pour la protection des supports en béton ou en ciment à usage industriel.

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une réaction allergique» Dr Stéphanie ANDRE, SAU COCHIN

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une réaction allergique» Dr Stéphanie ANDRE, SAU COCHIN CONDUITE A TENIR DEVANT «Une réaction allergique» Dr Stéphanie ANDRE, SAU COCHIN MOTIFS DE RECOURS Contact avec un allergène connu Eruption cutanée, bulles Œdème de la face Gène respiratoire, détresse

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

la noyade qui survient en plongée, ne présente aucune spécificité si ce n'est qu'elle complique le plus souvent un autre accident de plongée.

la noyade qui survient en plongée, ne présente aucune spécificité si ce n'est qu'elle complique le plus souvent un autre accident de plongée. LA NOYADE la noyade qui survient en plongée, ne présente aucune spécificité si ce n'est qu'elle complique le plus souvent un autre accident de plongée. Les causes des noyades : noyade dite "primaire" :

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité 4 pages dont cet en tête FICHE DE DONNEES DE SECURITE DE L'ANTI-MOISISSURES 1 L D ate d impression : 11:52 revue le 26/09/03 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation UNIVERSITÉ de Limoges DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation I - INTITULÉ DU DIPLÔME DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE INTERREGIONAL : SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION II -

Plus en détail

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion Comment gérer le traitement antalgique Objectifs du cours 1: Connaître les bases Les principes du traitement antalgique: Les médicaments utilisés ainsi que les modalités de leur utilisation dans le cadre

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal?

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Ou la prise en charge de la douleur modérée à forte chez le patient substitué par buprénorphine ou méthadone 1 Alain HOUCHARD, USS CHU

Plus en détail

LES SOINS DE SUPPORT ET LA NOMENCLATURE IDE

LES SOINS DE SUPPORT ET LA NOMENCLATURE IDE LES SOINS DE SUPPORT ET IDE Lucienne CLAUSTRES BONNET 1 Les soins de support Le rôle de l infirmière à domicile Rôle propre Rôle prescrit La nomenclature Généralités Les soins palliatifs Evaluation et

Plus en détail

QUESTIONS PHARMACOLOGIE

QUESTIONS PHARMACOLOGIE QUESTIONS PHARMACOLOGIE Question sur adrénaline dobutamine atropine tenormine les effets sur la TA et la FC sintrom, previscan, héparine : les examens qui correspondent (TCA INR ANTI Xa) PCA : element

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

SOMMAIRE. Douleur Fiche 30 Évaluation de la douleur

SOMMAIRE. Douleur Fiche 30 Évaluation de la douleur SOMMAIRE Installation patient Fiche 17 Premier lever... 129 Fiche 18 Installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap... 132 Fiche 19 Aide à la marche ne faisant

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

PLAN DE SOINS DE Mr T A 8 HEURES PROBLEME ACTIONS ARGUMENTATIONS/EXPLICATIONS

PLAN DE SOINS DE Mr T A 8 HEURES PROBLEME ACTIONS ARGUMENTATIONS/EXPLICATIONS PLAN DE SOINS DE Mr T A 8 HEURES PROBLEME ACTIONS ARGUMENTATIONS/EXPLICATIONS DETRESSE RESPIRATOIRE SUR CHOC SEPTIQUE?? = URGENCE VITALE (RISQUE D ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE) INSTALLATION DE Mr T DANS

Plus en détail

Dr.Bernhard STEIN Anesthésie-Réanimation-SAMU HVEA. 02/05/2003 Grand Brûlé 04/03 STB 1

Dr.Bernhard STEIN Anesthésie-Réanimation-SAMU HVEA. 02/05/2003 Grand Brûlé 04/03 STB 1 Le Grand Brûlé La prise en charge et le traitement initial Dr.Bernhard STEIN Anesthésie-Réanimation-SAMU HVEA 02/05/2003 Grand Brûlé 04/03 STB 1 Epidémiologie Brûlures légères: 600 / 100.000 Brûlures graves

Plus en détail

LA REHYDRATATION ET FLUIDOTHERAPIE Séminaire Année 2006-20072007 Dr Vandervorst V PLAN Principes généraux Évaluation de la déshydratation Voies de réhydratation Fluides utilisés Quantités 1 Principes généraux

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE Céline Poncin-Mattioda Président: Pr GEORGE Bernard Directeur: Pr HUAS Dominique INTRODUCTION La douleur est le motif de

Plus en détail