CAPACITE DE GERIATRIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAPACITE DE GERIATRIE"

Transcription

1 TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU

2 CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE INSUFFISANTE DE LA DOULEUR Pour le malade : Perte d autonomie Complications de décubitus Pour l entourage : Rejet ou Surprotection Isolement et Retrait social Épuisement et découragement Pour les soignants : Sentiment d impuissance et Culpabilité Épuisement et usure Capacité de Gériatrie

3 PRINCIPES GENERAUX DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR Consentement éclairé, selon cognition Traitement étiologique, i selon les mécanismes : Nociceptive Neuropathique Psychogène Voie d administration simple: Orale, Sub-linguale Percutanée, Sous-cutanée Débuter par de petites doses pour titration Capacité de Gériatrie

4 Bien connaître le rapport Bénéfices/Risques : Antalgiques gq Co-analgésiques Prévenir la résurgence de la douleur : Entredoses ou Interdoses +++ Prévenir les effets secondaires: Constipation et Rétention Urinaire Somnolence et Confusion Réévaluer la réponse au traitement Traiter l Anxiété et la Dépression Prendre en charge la Souffrance globale Utiliser des méthodes mixtes Capacité de Gériatrie

5 PHARMACOLOGIE Traitement t idiid individualisé, lié compte tenu de la grande hétérogénéité de la population âgée Diminution de la masse maigre et de l eau totale : augmentation concentration plasmatique des médicaments hydrosolubles (Morphine) Augmentation de la masse grasse : accumulation des médicaments lipophiles (BZD) Altération de la fonction rénale (risque d accumulation), mais ne contre-indique pas les antalgiques Capacité de Gériatrie

6 Diminution du taux d Albumine : augmentation de la fraction libre des AINS et des Salicylés (médicaments à forte fixation protéique) Diminution du débit sanguin hépatique (- 50% à 70 ans) : diminutioni effet de 1er passage hépatique (tricycliques) Diminution de l activité enzymatique du foie Capacité de Gériatrie

7 TRAITEMENTS DES DOULEURS PAR EXCES DE NOCICEPTION

8 ANTALGIQUES PALIERS I et II

9 ANTALGIQUES NON OPIOIDES ( Palier I ) : PARACETAMOL +++ : 0,5 g à 1g/4 à 6 h, dosemaxi:4g/j NEFOPAM ACUPAN* : 20 mg IM ou IVL/4 à 6 h, dose maxi : 120 mg/j OPIOIDES FAIBLES ( Palier II ) : CODEINE +++ DIHYDROCODEINE : DICODIN* LP 60 mg : 1/24 h à 1 toutes les 12 heures DEXTROPROPOXYPHENE : ANTALVIC* 65 mg : 1 à 3/j (max : 6/j), Hypoglycémie+++ Capacité de Gériatrie

10 CHLOHYDRATE DE TRAMADOL : dose maxi 400 mg/j non recommandé chez les insuffisants rénaux et hépatiques sévères Formes à libération prolongée +++ CONTRAMAL*, TOPALGIC*, ZAMUDOL* : comprimés à 50 mg LP, 100 mg LP, 150 mg LP, 200 mg LP Formes à libération immédiate CONTRAMAL*, TOPALGIC* : gélules à 50 mg PREDALGIC*, ZUMALGIC* : cps effervescents à 50 mg CONTRAMAL*, TOPALGIC*: formes inj. à 100 mg/2 ml /4 h Capacité de Gériatrie

11 ASSOCIATIONS Paliers I et II CODEINE 10 à 50 mg + PARACETAMOL 300 à 600 mg : CODOLIPRANE*, DAFALGAN-CODEINE*, KLIPAL*, EFFERALGAN-CODEINE* CHLORHYDRATE DE TRAMADOL 37,5 mg + PARACETAMOL 325 mg : IXPRIM*, ZALDIAR* : 1 à 2 cp /4 h, dose maxi 8 cp/j DEXTROPROPOXYPHENE 27 à 60 mg + PARACETAMOL 400 à 800 mg : DI-ANTALVIC*, DIALGIREX*, PROPOFAN* Capacité de Gériatrie

12 ANTALGIQUES PALIER III

13 CHLORHYDRATE DE MORPHINE TITRATION : 0,08 mg/ kg / 4 h per os 0,0404 mg/ kg / 4 h en SC 0,03 mg / kg / 4 h en IV ADAPTATION POSOLOGIQUE : En cas de douleurs aiguës ou d urgence, le renouvellement au bout d 1h00 est possible per os, au bout de 30 min en SC ou de 10 min en IV, jusqu à une antalgie satisfaisante et sans effets indésirables. En cas d inefficacité des doses initiales, augmenter de 30 à 50% la dose par prise, après 2 demi-vies, soit 8 h, jusqu à la posologie efficace. Capacité de Gériatrie

14 A L EQUILIBRE : Relais par forme orale à libération prolongée (LP) avec entredoses (ED) de forme LI d 1/10ème à 1/6ème de la dose quotidienne, jusqu à 6 fois/j, avec intervalle de temps minimal d 1 h00 obligatoire entre 2 entredoses per os. ADAPTATION DU TRAITEMENT DE FOND Pas de modification si 1 à 2 ED/j Augmentation de 30% de la dose de fond LP : si 3 à 4 ED/j, en recalculant les nouvelles ED (1/10ème à 1/6ème de la nouvelle dose totale) Augmentation de 50% de la dose de fond LP : si 5 à 6 ED/j, en recalculant les nouvelles ED (1/10ème à 1/6ème de la nouvelle dose totale) t Capacité de Gériatrie

15 SULFATE DE MORPHINE FORMES A LIBERATION IMMEDIATE ACTISKENAN* à 5, 10, 20 et 30mg gélules pouvant s ouvrir et s utiliser dans SNG ou GPE SEVREDOL* comprimé sécable à 10 mg ORAMORPH* solution buvable à 10 mg/5 ml, 20 mg/1 ml, 30 mg/5ml et 100 mg/5 ml FORMES A LIBERATION PROLONGEE DUREE D ACTION de 12h : SKENAN* LP à 10, 30, 60 et 100 mg - gélules MOSCONTIN* LP à 10, 30, 60 et 100 mg - cps DUREE D ACTION de 24h : KAPANOL* LP à 20, 50 et 100 mg Capacité de Gériatrie

16 AUTRES ANTALGIQUES PALIER III OXYCODONE OXYCONTIN* 10, 20, 40, 80 mg - cp LP/12 h OXYNORM* 5, 10, 20 mg - gélule LI / 4 h Équivalence : OXYCONTIN* = MORPHINE PO / 2 OXYNORM* 10 mg/ml, 20 mg/2ml, 50 mg/ml ampoules injectables. 1 mg PO <-> 0,5 mg SC ou IV Équivalence : OXYNORM* = MORPHINE HYDROMORPHONE SOPHIDONE* 4, 8, 16 et 24mg gél LP/ 12 h Équivalence : MORPHINE P.O. = SOPHIDONE* x 7,5 Capacité de Gériatrie

17 FENTANYL* - SUFENTA* Utilisée par voie sub-linguale pendant 10 min Analgésie + rapide, + brève (15 min) et + puissante qu une entredose de MORPHINE Utilisée en SC ou IV (périphérique ou par PAC) Métabolisme hépatique FENTANYL* 100 µg/2 ml, 500 µg/10 ml SUFENTA* 10 µg/2 ml, 50 µg/10 ml et 250 µg/5 ml 10 mg de Morphine = 100 µg de Fentanyl* = 10 µg de Sufenta* Capacité de Gériatrie

18 FENTANYL TRANSDERMIQUE PHARMACOCINETIQUE : ABSENCE DE 1 er PASSAGE HEPATIQUE METABOLISME HEPATIQUE : Cytochrome P 450 METABOLITES INACTIFS EXCRETION RENALE : < 6% DEMI-VIE ADULTE : 17 heures (13 à 22 heures) DEMI-VIE PERSONNE AGEE peut être > 30 heures STABILITE TAUX PLASMATIQUES : 17 à 48 heures STABILITE CINETIQUE : 3 jours AUGMENTATION Cmax de 33%, si augmentation T de 37 à 40 DUROGESIC* : 12, 25, 50, 75, 100 µg/h Équivalence : DUROGESIC* = MORPHINE PO / 2,4 Capacité de Gériatrie

19 PARAMETRES E A SURVEILLER E Toutes les 4 h les 1 ers jours, puis 1 fois / équipe Efficacité Intensité de la douleur de fond et des pics Fréquence des pics Topographie p de la douleur Tolérance Conscience, confusion, agitation, hallucinations, Myoclonies Exonération urinaire et fécale Nausées Déshydratation et insuffisance rénale Fréquence Respiratoire (> 8/min) Capacité de Gériatrie

20 EQUIVALENCES THERAPEUTIQUES

21 PALIERS II ET III MORPHINE P.O. = CODEINE / 10 EFFERALGAN CODEINE* : 30 mg 3 mg M. MORPHINE P.O. = TRAMADOL / 10 ZAMUDOL* : 200 mg LP /j 20 mg LP/j M. MORPHINE P.O. = DEXTROPROPOXYPHENE / 10 ANTALVIC* : 1 gel de 65 mg 6,5 mg M. Capacité de Gériatrie

22 PER OS SC IV MORPHINE SC = MORPHINE PO / 2 SKENAN* 30 mg x 2/j 30 mg/24h de CHLORHYDRATE DE MORPHINE SC MOSCONTIN* 100 mg x 2/j 100 mg/24h de CHLORHYDRATE de MORPHINE SC MORPHINE IV = MORPHINE PO / 3 SKENAN* 60 mg x 2/j 40 mg/24h de CHLORHYDRATE de MORPHINE IV MORPHINE IV = MORPHINE SC x 2 / 3 60 mg/24h SC 60 x 2/3 = 40 mg IV/24h Capacité de Gériatrie

23 PALIERS III SOPHIDONE* = MORPHINE PO / 7,5 SKENAN LP 30 mg x 2 / j 4 mg x 2 S. / j DUROGESIC* = MORPHINE PO / 2,4 30 mg Morphine per os Patch à 12 µg/h FENTANYL* (µg) =MORPHINE PO (µg) x mg de Morphine 100 µg de Fentanyl* SUFENTA* (µg) = MORPHINE PO (µg) x mg de Morphine 10 µg de Sufenta* Capacité de Gériatrie

24 COMMENT PASSER LE RELAIS?

25 MORPHINE PO/SC PO/IV MORPHINE PO LP MORPHINE SC SC à débuter 12h00 après la dernière prise MORPHINE PO LP MORPHINE IV IV à débuter 12h00 après la dernière prise MORPHINE SC MORPHINE PO LP Dernière entredose SC, ou arrêt de la PCA ou de la Seringue Électrique et prise du Tt LP MORPHINE IV MORPHINE PO LP Arrêt de la PCA ou de la Seringue Électrique et prise du traitement LP Capacité de Gériatrie

26 MORPHINE FENTANYL* MORPHINE PO LI DUROGESIC* Pose du patch et prise d 1 entredose en même temps, puis 4 heures et 8 heures plus tard MORPHINE PO LP DUROGESIC* Pose du patch et administration de la dernière prise LP en même m temps MORPHINE IV DUROGESIC* Pose du patch et arrêt de la PCA ou SE 12 h après DUROGESIC* MORPHINE I.V. Enlever patch et débuter voie IV 12 h après Capacité de Gériatrie

27 MORPHINE SOPHIDONE* E MORPHINE PO LP SOPHIDONE* SOPHIDONE* 12 heures après la dernière prise MORPHINE PO LI SOPHIDONE* Prise de SOPHIDONE* + MORPHINE LI en même temps SOPHIDONE* MORPHINE Diminution de 30 à 50 % de la dose prévue initialement MORPHINE IV SOPHIDONE* Prise de SOPHIDONE* et arrêt de la PCA ou de la Seringue Électrique 4 heures après Capacité de Gériatrie

28 CORTICOIDES CO-ANALGESIQUES Anti-inflammatoire, anti-oedémateux : ½ à 1 mg/kg/j Douleurs par compression ou infiltration d organe organe, Si occlusion tumorale jusqu à 3 mg/kg/j pendant 3 jours AINS : Risque digestif x 4 chez sujets > 60 ans Risque digestif x 9 si ATCD d Ulcère Majoration Insuffisance Rénale MYORELAXANTS Sédatifs, aux doses efficaces ANTISPASMODIQUES CALCITONINE Capacité de Gériatrie

29 M.E.O.P.A. = MELANGE EQUIMOLAIRE D OXYGENE ET DE PROTOXYDE D AZOTE : KALINOX* MODE D ACTION : Action centrale sur les récepteurs morphiniques Effet obtenu après 3 min d inhalation et maintenu en plateau Désaturation sanguine complète en 3 à 4 min après l arrêt de l inhalation at EFFET THERAPEUTIQUE Effet antalgique de surface Effet anxiolytique Action équivalente à 10 mg de Morphine SC + 5 mg d HYPNOVEL* SC Capacité de Gériatrie

30 INDICATIONS MEOPA ACTES DOULOUREUX DE COURTE DUREE (< 60 min) : Pansements d escarres, d ulcères ou de brûlures Sondage vésical difficile Extraction de fécalome Toilette chez patients rétractés Ponctions veineuses ou artérielles difficiles Ponctions et biopsies Soins dentaires Capacité de Gériatrie

31 CONTRE-INDICATIONS MEOPA FORMELLES Bulles d emphysème, Pneumothorax Distension gazeuse abdominale Hypertension intra-crânienne Traumatisme de la face RELATIVES : Phobie, Peur, Agitation PRECAUTIONS CHEZ PATIENTS SOUS : Opiacés Benzodiazépines ou Psychotropes Capacité de Gériatrie

32 EFFETS SECONDAIRES MEOPA Nausées, Vomissements Ébriété, hilarité Paresthésies des extrémités et des lèvres Ressenti désagréable (mais importante sensibilité inter-individuelle) Capacité de Gériatrie

33 TRAITEMENTS DES DOULEURS NEUROPATHIQUES

34 ANTIEPILEPTIQUES Pour composante paroxystique, allodynies et décharges LYRICA* gél 25, 50, 75, 100, 150, 200, 300 mg à augmenter par paliers hebdomadaires et à adapter à la fonction rénale. Cl < 15 ml/min : Dose Initiale 25 mg et Dose max 75 mg 15 < Cl < 30 ml/min : Dose Initiale 25 à 50 mg et Dose max 150 mg 30 < Cl < 60 ml/min : Dose Initiale 75 mg et Dose max 300 mg NEURONTIN* gél 100, 300 et 400 mg, cps 600 et 800 mg, àadapteràlafonctionrénale.débuterpar100mglesoir, puis augmenter par paliers quotidiens de 100 mg. RIVOTRIL* : V gouttes au coucher TEGRETOL* (Hyponatrémie, NFS à 1 mois) Capacité de Gériatrie

35 ANTIDEPRESSEURS TRICYCLIQUES POUR DOULEUR A FOND PERMANENT LAROXYL* :10mg/j Brûlures Fourmillements Capacité de Gériatrie

36 TRAITEMENT DES DOULEURS PSYCHOGENES ANXIOLYTIQUES SERESTA*, XANAX*, à ½ vie courte BZD Confusion, Prévient l anticipation anxieuse des soins : HYPNOVEL* = MIDAZOLAM* - amp. 5 mg/ml, 50 mg/10 ml en SL, SC, IV ANTIDEPRESSEURS ISRS APPROCHES COMPORTEMENTALES Difficilesil quand sujet non communiquant Capacité de Gériatrie

37 TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX MASSO-KINESITHERAPIE Massages Mobilisations passives Postures Physiothérapie ERGOTHERAPIE Installation au lit ltet au fauteuil Orthèses, aides techniques Activités t artisanales s et de la Vie Quotidienne Capacité de Gériatrie

38 PSYCHOMOTRICITE Relaxation Travail du schéma corporel PODOLOGIE Soins d Hygiène, traitements unguéaux Orthèses, Semelles, Chaussage MUSICOTHERAPIE Relaxation pouvant influer : Contrôles inhibiteurs périphériques de la douleur Composante Cognitivo-comportementale Capacité de Gériatrie

39 CONCLUSION DOULEUR DU SUJET AGE : PEU EXPRIMEE, SOUS ESTIMEE INSUFFISAMMENT TRAITEE SI BIEN PRISE EN CHARGE ÉLEMENT CLE DE L AUTONOMIE BIEN CONNAÎTRE LES ANTALGIQUES ET LEURS EFFETS SECONDAIRES NE PAS HESITER A UTILISER LES ANTALGIQUES DE PALIER III +++ Capacité de Gériatrie

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER USP EMD-SP Présidente CLUD-SP Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine - Hôpital BRETONNEAU

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Les médicaments de la douleur Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Plan 1. Définitions Rappels 2. Les médicaments du palier I 3. Les médicaments du palier

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Évaluation de la douleur

Évaluation de la douleur Douleurs aigues Cas clinique n 1 Madame B âgée de 45 ans vient aux urgences pour une douleur abdominale aigue flanc droit évoluant depuis 2H avec un épisode de vomissement. Pas de troubles urinaires. Antécédents:

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

Antalgiques / Généralités (I)

Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques = Analgésiques Schéma : physiologie de la douleur 1 2 3 4 5 6 Antalgiques / Généralités (II) Types de douleurs : Douleurs non spécifiques >> Antalgiques classiques

Plus en détail

Docteur Nathalie ATTARD

Docteur Nathalie ATTARD Les Antalgiques Docteur Nathalie ATTARD Antalgiques de niveau 2 Placés entre le paracétamol et les opioïdes forts jugés d efficacité intermédiaire représentés par des médicaments associant du paracétamol

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales 113 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 113-120 SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Dr. Benoît BURUCOA (1) Première partie : Considérations générales Les douleurs liées

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

et Personne âgée Douleur Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr

et Personne âgée Douleur Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr Douleur et Personne âgée Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr Service de médecine interne et gériatrie Pr Dewailly Hôpital gériatrique les Bateliers Cas clinique : Madame Dubois âgée de 82 ans

Plus en détail

Version 2.0 Juillet 2004

Version 2.0 Juillet 2004 Version 2.0 Juillet 2004 «La douleur ne grandit pas l homme, elle le diminue» René LERICHE (1879-1956). EVALUATION / ANAMNESE (Rôle infirmier : décret du 11 février 2002, art.2) Buts - quantifier la douleur

Plus en détail

Prise en charge de la douleur. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel 10 octobre 2006

Prise en charge de la douleur. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel 10 octobre 2006 Prise en charge de la douleur Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel octobre 6 EVALUATION DE LA DOULEUR Définition de la douleur association internationale d étude de la douleur (IASP 979) La douleur

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

Douleur de la personne âgée: Evaluation prise en charge Journée IRD et psychologues des Pays de la Loire Bretagne vendredi 6 février 2015

Douleur de la personne âgée: Evaluation prise en charge Journée IRD et psychologues des Pays de la Loire Bretagne vendredi 6 février 2015 Douleur de la personne âgée: Evaluation prise en charge Journée IRD et psychologues des Pays de la Loire Bretagne vendredi 6 février 2015 Dr Drake del Castillo Adeline Algologue gériatre - CH de Saint-Nazaire

Plus en détail

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS LA DOULEUR PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS Principes : Conserver le plus possible l autonomie du patient privilégier la voie orale Ne pas attendre la plainte prévenir : administration à horaires

Plus en détail

LA DOULEUR DU CANCER

LA DOULEUR DU CANCER LA DOULEUR DU CANCER Marie Claire BEPOIX et Michel DROUART Pôle SOINS DE SUPPORT Equipe Mobile d Accompagnement d et de Soins Palliatifs CH PONTARLIER Définitions La douleur est une expérience sensorielle

Plus en détail

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III)

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) UE Neurosensoriel-Pharmacologie Michel ANDREJAK 19/09/2013 L3 Antalgiques/Analgésiques Médicaments capables diminuer ou d abolir la perception des sensations

Plus en détail

La Douleur de l enfant

La Douleur de l enfant La Douleur de l enfant Item 68 Dr Virginie Gandemer Service de médecine de l enfant et de l adolescent-chu de Rennes I- DEFINITION La douleur est une expérience émotionnelle et sensorielle désagréable,

Plus en détail

La prise en charge de la douleur

La prise en charge de la douleur 39 ème Forum Médical Lyonnais La prise en charge de la douleur Réseau de coordination de soins palliatifs à domicile Dr Jacky SAUSSAC Samedi SEPR 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. La législation La douleur Les

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

Traitement de la douleur

Traitement de la douleur Traitement de la douleur La douleur n est pas une fatalité, elle se prévient et elle se traite. Céline Moch Interne en pharmacie Cours infirmier 17 octobre 2012 Quelques données épidémio La France : Mauvaise

Plus en détail

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12 Soirée FMC GRASSE Dr Casini Isabelle Responsable TERDASP 06 Dr Fignon Laurent Praticien Hospitalier Alpes Maritimes Ouest BASSIN DE POPULATION: Total (62 communes) 556 000 habitants Plus de 75 ans 11.48%

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

janvier 2010 Dr R. SCHWALD

janvier 2010 Dr R. SCHWALD Prise en charge pluridisciplinaire de la douleur en soins palliatifs de l adulte à domicile Formation Aspan janvier 2010 Dr R. SCHWALD 1. Évaluation de la douleur 2.Traitement de la douleur Sommaire Principes

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs LES INTERDOSES LES DOULEURS PAROXYSTIQUES LES DOULEURS INCIDENTES L INSUFFISANCE DU TRAITEMENT DE BASE (CONTINU) LES DOULEURS QUI POURRAIENT SURVENIR LA VIGILANCE LE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL AVEC DOULEURS

Plus en détail

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs Med Pal 2002; 1: 69-87 Masson, Paris, 2002, Tous droits réservés Guillemette Laval, Unité de Recherche et de Soutien en Soins Palliatifs, CHU, Grenoble, Marie-Laure Villard, Unité de Recherche et de Soutien

Plus en détail

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE COLORDSPA LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE Jf villard chr metz-thionville Définition de la douleur (IASP) La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une atteinte tissulaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Réseau Ville-Hôpital de Cancérologie du Val-de-Marne Ouest Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE INTRODUCTION Ce guide pratique

Plus en détail

Hôpital Henri Mondor. Version 2

Hôpital Henri Mondor. Version 2 Hôpital Henri Mondor Version 2 Comité de Lutte contre la Douleur Novembre 2003 Cette deuxième version du livret douleur a pour objectif de présenter les principales règles de prise en charge de la douleur

Plus en détail

Un patient en soins palliatifs à domicile. Dr K. Petit EMSP CHU Amiens EPU 21 octobre 2009

Un patient en soins palliatifs à domicile. Dr K. Petit EMSP CHU Amiens EPU 21 octobre 2009 Un patient en soins palliatifs à domicile Dr K. Petit EMSP CHU Amiens EPU 21 octobre 2009 Définition des soins palliatifs Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne

Plus en détail

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Autres traitements C. Les anesthésiques locaux D. Le MEOPA

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Autres traitements C. Les anesthésiques locaux D. Le MEOPA TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR Monsieur Racine Traitement médicamenteux de la douleur Promotion DU 2012-20132013 Date d intervention : avril 2013 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s)

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P.

DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P. DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P. «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à des lésions tissulaires réelles ou possibles ou décrites comme si ces lésions

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Pas de conflit d intérêt à déclarer Des principes : 1. Evaluation objective rapide

Plus en détail

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT Traitements antalgiques médicamenteux Grands principes d utilisation Dr Sophie TOUSSAINT- MARTEL 6 et 7 février 2014 DOULEURS PAR EXCES DE NOCICEPTION La plupart

Plus en détail

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière Les antalgiques- analgésiques Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière RAPPELS - 1 Les 3 types de douleurs : Par excès de nociception

Plus en détail

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition Définition LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR Trois dimensions : - Une dimension affective et émotionnelle. - Une dimension sensorielle. - Une dimension cognitive. PHYSIOLOGIE DE LA

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT

Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT Comité de lutte contre la douleur Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT Référence : CLUD 20 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Les douleurs: mécanisme, évaluation et traitements

Les douleurs: mécanisme, évaluation et traitements Les douleurs: mécanisme, évaluation et traitements Dr Nathalie Nisenbaum 17 avril 2008 Définition de la douleur association internationale d étude de la douleur (IASP 1979) La douleur est une expérience

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË Ce fascicule tient à mettre à la disposition des médecins du CHV (ainsi que du personnel paramédical) une mise à jour D un rappel pharmacologique

Plus en détail

Prise en charge de la Douleur

Prise en charge de la Douleur Prise en charge de la Douleur Troisième soirée CAS CONCRETS 4 Décembre 2003 François CHRISTIANN Mme C., 45 ans... Conversion II-III Pose - Dépose de fentanyl TTS Cas n 1 (1) Mme C., 45 ans Néoplasie mammaire,

Plus en détail

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE Dr Claire Vulser-Cristofini UETD SAR HEGP DU Douleurs crânio-faciales 15-01-2007 Douleur postopératoire Obligatoire Prévisible La douleur postopératoire est : Très

Plus en détail

Comment bien manier les antalgiques?

Comment bien manier les antalgiques? Comment bien manier les antalgiques? Dr Barbara Tourniaire Pédiatre, Unité fonctionnelle de lutte contre la douleur Hôpital d'enfants Armand Trousseau, Assistance publique Hôpitaux de Paris Règles générales

Plus en détail

Soins palliatifs en E.H.P.A.D : du rêve à la réalité

Soins palliatifs en E.H.P.A.D : du rêve à la réalité Soins palliatifs en E.H.P.A.D : du rêve à la réalité 1/ Présentation de l E.H.P.A.D Saint Camille et l émergence de l accompagnement de la toute fin de vie 2/ La mise en place d outils : - Guide de l observation

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS Présenté par : Dr Réal Villemure Département clinique de médecine générale Le 8 janvier 2002 SOINS PALLIATIFS : GUIDE D'UTILISATION DES OPIACÉS Ce que

Plus en détail

Douleur aiguë en ambulatoire

Douleur aiguë en ambulatoire Douleur aiguë en ambulatoire E. Fournier-Charrière, unité douleur, CHU, Le Kremlin-Bicêtre «Evaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aiguë en ambulatoire chez l enfant de un mois à quinze

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Service Hématologie Clinique et Thérapie Cellulaire CHRU Limoges Introduction DEFINITION «une expérience sensorielle

Plus en détail

PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie

PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie Docteur Muriel BLERY-KRISSAT Unité Evaluation et traitement de la douleur. HEGP. Paris TRAITEMENT

Plus en détail

Les soins palliatifs à domicile

Les soins palliatifs à domicile Les soins palliatifs à domicile LES SYMPTÔMES PÉNIBLES EN SOINS PALLIATIFS 3 partie /3 Dr BLUNTZ, Dr BOURJAL Unité de Soins Palliatifs Hopital de MERCY CHR Metz THIONVILLE SYMPTOMES NEUROPSYCHIQUES 1 Symptômes

Plus en détail

Douleur de la personne âgée

Douleur de la personne âgée Douleur de la personne âgée Dr DRAKE Adeline Algologue gériatre - CHG de Saint-Nazaire Consultation pluridisciplinaire de la douleur chronique du territoire de Saint-Nazaire DU d'oncogériatrie Lundi 07

Plus en détail

Item 66 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses Christophe Trivalle, Sylvie Lefebvre-Chapiro

Item 66 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses Christophe Trivalle, Sylvie Lefebvre-Chapiro 2 Item 66 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses Christophe Trivalle, Sylvie Lefebvre-Chapiro I. TRAITEMENT DES DOULEURS NOCICEPTIVES II. TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROGÈNES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 - 322 - COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 DUROGESIC 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique, 2,5 mg/10 cm2, sachet (B/5) DUROGESIC 50 microgrammes/heure,

Plus en détail

Définition PCA = ACP

Définition PCA = ACP 2012 Définition PCA = ACP Technique moderne de traitement de la douleur au cours de laquelle le patient relié à une pompe, s administre lui-même ses antalgiques à la demande Historique PCA 1968 - Variabilité

Plus en détail

IFSI. Pôle PHARMACIE. Les ANTALGIQUES. Marie-Laure Duchène. Pharmacien Hôpital Archet. ML Duchène 1

IFSI. Pôle PHARMACIE. Les ANTALGIQUES. Marie-Laure Duchène. Pharmacien Hôpital Archet. ML Duchène 1 IFSI Pôle Les ANTALGIQUES Marie-Laure Duchène Pharmacien Hôpital Archet Pôle ML Duchène 1 Les ANTALGIQUES Plan I. Principes généraux de prise en charge de la douleur II. Les différents paliers OMS III.

Plus en détail

IFSI. Les ANTALGIQUES. Marie-Laure Duchène. Pharmacien Hôpital Archet Pôle PHARMACIE Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE

IFSI. Les ANTALGIQUES. Marie-Laure Duchène. Pharmacien Hôpital Archet Pôle PHARMACIE Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE IFSI Les ANTALGIQUES Marie-Laure Duchène Pharmacien Hôpital Archet Pôle Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE Les ANTALGIQUES Objectifs du Cours I. Connaissance principales classes et médicaments antalgiques

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

IATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOU UR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIA

IATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOU UR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIA IATRIE PSYCHIATRIE PSYCHIATRIE DOU UR PSYCHIATRIE PSYCHIATRIE PSYCHIA IE ResCLUD PSYCHIATRIE Champagne-Ardenne PSYCHIATRIE DOULEU YCHIATRIE PSYCHIATRIE PSYCHIATR ULEUR PSYCHIATRIE PSYCHIATRIE PS IATRIE

Plus en détail

DU soins palliatifs module pédiatrique

DU soins palliatifs module pédiatrique Cas clinique Stratégie thérapeutique antalgique en phase progressive de la maladie DU soins palliatifs module pédiatrique Novembre 2012 D Orbach, Département de pédiatrie adolescents-jeunes adultes. Institut

Plus en détail

Eléments majeurs du traitement de la douleur CEM FLM LILLE

Eléments majeurs du traitement de la douleur CEM FLM LILLE Eléments majeurs du traitement de la douleur DUSP:14 mars 2013 CEM FLM LILLE Dr Jacques DEBRIL Législation en rapport avec la douleur Chartre du malade hospitalisé (relative aux droits des personnes hospitalisées

Plus en détail

Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts

Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts Annales de dermatologie et de vénéréologie (2011) 138, 524 529 CLINIQUE Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts Management of pain in dermatology: Opioid therapy M.-L. Sigal

Plus en détail

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller Fentanyl dans tous ses états A. Muller Echelle thérapeutique de l O.M.S pour le traitement des douleurs par excès de nociception, 1986 FENTANYL Antalgiques non opioïdes pour douleurs faibles coantalgiques

Plus en détail

étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Les douleurs par excès de nociception PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Les douleurs par excès de nociception PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Session de mai 2009 Docteur Jean Paul DIDELOT PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR Le but recherché est que tous les patients soient

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

Soins palliatifs à domicile

Soins palliatifs à domicile Soins palliatifs à domicile Situations d urgencesd Dr Bruno ROCHAS Urgence: Introduction: urgence en phase terminale? symptôme aigu ou acutisé imprévu source de stress, d angoissed Phase terminale Fin

Plus en détail

Par de chirurgie possible Radiothérapie «dépassée» Chimiothérapie dans le cadre d un essai proposé et refusé par la patiente.

Par de chirurgie possible Radiothérapie «dépassée» Chimiothérapie dans le cadre d un essai proposé et refusé par la patiente. DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Douleur, oncologie, sida, soins palliatifs, nutrition : apports de la médecine de rééducation. Bordeaux : 21, 22 et 23 février 2007 Titre : Douleurs

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Chez

Plus en détail

Les antalgiques et anti-inflammatoires. 1. Les antalgiques - + 11/02/2009. Les antalgiques. Les antalgiques Physiologie de la douleur

Les antalgiques et anti-inflammatoires. 1. Les antalgiques - + 11/02/2009. Les antalgiques. Les antalgiques Physiologie de la douleur et anti-inflammatoires 1. Dr Catherine Eléouet-Da Violante Pharmacien- CHR d ORléans Physiologie de la douleur INFLUX DOULOUREUX Physiologie de la douleur: «soupe inflammatoire» Agrégation plaquettaire

Plus en détail

La douleur Chronique de la Personne âgée est fréquente BIO-PSYCHO-SOCIOLOGIQUE

La douleur Chronique de la Personne âgée est fréquente BIO-PSYCHO-SOCIOLOGIQUE La douleur Chronique de la Personne âgée est fréquente Maladie indésirable avec: Rententissements fonctionnels Frustration, anxiété, dépression, agressivité. Tendance au renforcement Identification difficile

Plus en détail

Situations palliatives en urgence

Situations palliatives en urgence Situations palliatives en urgence En préhospitalier comme aux urgences, on peut être confronté au patient en situation palliative. Les situations les plus fréquemment vécues sont : - dyspnée - douleur

Plus en détail