Utilisation des patchs d opioïdes dans les douleurs chroniques chez les patients en rémission oncologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des patchs d opioïdes dans les douleurs chroniques chez les patients en rémission oncologique"

Transcription

1 mise au point Utilisation des patchs d opioïdes dans les douleurs chroniques chez les patients en rémission oncologique Rev Med Suisse 2015 ; 11 : L. Oberlé C. Luthy A. Pugliesi S. Pautex V. Piguet The use of transdermal opioids in patients in oncological remission suffering from chronic pain Today, oncological patients in remission are becoming more numerous and about a third have chronic pain from various etiologies. In the objective of a comprehensive management plan for chronic pain in these patients, therapeutic goals, conditions and terms of prescription of opioids in the long term should be discussed. The transdermal route may be an attractive alternative when analgesic treatment of moderate to severe pain is balanced. It provides increased comfort in selected patients in whom oral administration is difficult or a polypharmacy troublesome. Risks/benefits of a prescription of opioids in the treatment of chronic pain in patients in oncological remission should be re-evaluated and included in a multimodal support. Aujourd hui, les patients en rémission oncologique sont de plus en plus nombreux et un tiers présente des douleurs chroni ques d étiologies diverses. Dans l objectif d un plan multimodal de gestion des douleurs chroniques, les objectifs thérapeutiques, les conditions et les modalités de prescription d opioïdes au long cours doivent être discutés. La voie transdermique peut être une alternative intéressante lorsque le traitement antalgique des douleurs modérées à fortes est équilibré. Elle permet d obtenir notamment un confort accru chez certains patients chez qui la prise par voie orale est difficile ou la polymédication gênante. Le rapport bénéfices/risques d une prescription d opioïdes dans le traitement de douleurs chroniques des patients oncologiques en rémission doit être régulièrement réévalué. introduction Aujourd hui, les patients en rémission oncologique complète sont de plus en plus nombreux. En effet, 66% des patients présentent une survie à cinq ans et 30-50% à dix ans. 1 La majorité de ces patients présentent des douleurs dans l histoire de leur maladie oncologique, que celles-ci soient liées au cancer lui-même et à ses traitements ou à d autres affections. Certaines douleurs persistent et deviennent des douleurs chroniques. Les opioïdes sont largement utilisés pour le traitement des douleurs en lien avec le cancer du fait de leur efficacité sur ces douleurs, nociceptives en particulier, des nombreuses formes galéniques disponibles et de la variété des voies d administration possibles. 2 Si la prise en charge des douleurs oncologiques aiguës a progressé ces dernières années, il existe peu de consensus sur les modalités de traitement des douleurs chroniques dans le contexte de cancers à évolution lente ou chez les patients en rémission. 3 Les douleurs séquellaires lors de rémission complète d un cancer peuvent s apparenter à des douleurs chroniques non cancéreuses où l emploi à long ter me des opioïdes doit être justifié et auquel doivent s ajouter toutes les approches non médicamenteuses reconnues dans la prise en charge des douleurs chroniques. Le but de cet article est de présenter quelques spécificités de l utilisation des opioïdes en patchs pour le traitement des douleurs chroniques chez les patients en rémission oncologique. prévalence des douleurs cancéreuses au cours de traitement et en phase de rémission Le cancer est aujourd hui devenu une maladie chronique caractérisée par une prévalence élevée de symptômes physiques et psychosociaux qui altèrent la qualité de vie des patients. 4 L estimation de la prévalence des douleurs en lien avec le cancer varie considérablement, principalement à cause d un manque d uniformisation de leur définition, de la diligence avec laquelle elles sont recherchées et de la variété des cancers eux-mêmes. Globalement, la prévalence est estimée à 50-60% sous traitement anticancéreux et elle s élève à plus de 75% 0 Revue Médicale Suisse 24 juin 2015 Revue Médicale Suisse 24 juin

2 dans les stades avancés de la maladie. Une revue de la littérature récente révèle une prévalence de douleurs de 33% chez les patients en rémission oncologique. Chez plus d un tiers de ces patients, les douleurs sont d intensité modérée à forte (échelle visuelle analogique (EVA) L 4). 5 étiologies des douleurs chroniques Les étiologies des douleurs chroniques lors d une maladie cancéreuse sont diverses. Elles peuvent être liées au cancer lui-même, à l envahissement tumoral, à la conséquence des traitements anticancéreux, ou encore être d origine non cancéreuse, préexistantes à la maladie oncologique (tableau 1). 3,4,6 période de rémission Jusqu à la rémission oncologique, le cancer et les traitements spécifiques prennent une large part des préoccupations du patient. En rémission, quitter le statut de malade pour accéder à un statut moins défini n est pas facile, ce d autant plus si la rémission s accompagne de douleurs séquellaires. Les patients présentant des douleurs provoquées par un cancer ou son traitement éprouvent couramment plus d un type de douleurs. La présence de douleurs chroniques préexistantes à l apparition du cancer peut également complexifier le diagnostic. De plus, les facteurs psychologiques tels que la dépression ou l anxiété influencent la perception de la douleur en agissant comme des facteurs qui aggravent le vécu et augmentent l impact fonctionnel des symptômes. Certains patients développent une hypervigilance face à la douleur lors de la maladie oncologique, ainsi les douleurs séquellaires peuvent être interprétées comme la réapparition de la maladie ou la progression de celle-ci, source d angoisse et d inquiétude. 7 prise en charge des patients en rémission oncologique Les patients en rémission diminuent la fréquence de leur visite chez l oncologue, le relai étant souvent pris par le médecin traitant qui devient alors l interlocuteur médical principal. 7 Dès lors, celui-ci doit pouvoir prendre en charge la complexité des douleurs chroniques ainsi que leurs répercussions sur la qualité de vie et l estime de soi. L évaluation rigoureuse et régulière des symptômes constitue la pierre angulaire de l approche médicale et des choix thérapeutiques. La classification des douleurs en douleurs nociceptives et/ou neuropathiques se fait principalement par le biais de l anamnèse et de l examen clinique. Les outils à disposition sont notamment constitués par les échelles de la douleur, telles que l échelle visuelle analogique et le questionnaire DN4 8 qui constitue un outil de dépistage validé des douleurs neuropathiques. La recherche standardisée de facteurs psychosociaux susceptibles d entretenir ou de moduler l expression symptomatique de la douleur peut être réalisée par le biais d échelles de mesure de l anxiété et de la dépression, comme l échelle de Hamilton par exemple. 9 Les douleurs chroniques nécessitent une approche biopsychosociale et sont typiquement résistantes à une seule approche biomédicale. Divers auteurs proposent que la prise en charge des douleurs chroniques chez les patients en rémission d un cancer suive les principes de prise en charge multimodale des douleurs chroniques non cancéreuses. 3,4,7 principes de traitement des douleurs chroniques Les douleurs chroniques se caractérisent par leur persistance au-delà de trois à six mois et par le fait qu elles sont souvent rebelles aux traitements usuels. Le traitement médicamenteux implique régulièrement des antalgiques associés à une médication adjuvante (modulateurs centraux de la douleur : antidépresseurs, antiépileptiques). Les traitements non médicamenteux regroupent les prises en charge physique et psychologique. Le but tend principalement à améliorer la fonction et la qualité de vie des patients sans nécessairement parvenir à éliminer les douleurs. 3,10 poursuite d un traitement opioïde lors de douleurs chroniques chez les patients en rémission oncologique Si les opioïdes constituent un recours fréquent lors du traitement des douleurs cancéreuses aiguës, la poursuite de la prescription d un opioïde dans la phase de rémission doit être réévaluée. Dans l objectif d un plan global de gestion des douleurs chroniques chez les patients en rémission, les objectifs thérapeutiques, les conditions et les modalités de prescription d opioïdes au long cours doivent être discutés entre le patient et le médecin prescripteur. 7 Il s agit d éviter l escalade posologique et de discuter avec le patient des objectifs analgésiques et fonctionnels à atteindre. L efficacité thérapeutique doit notamment être régulièrement réévaluée sur la base d objectifs individualisés, réalistes et mesurables. Une information sur les bénéfices et les effets indésirables doit être délivrée, en particulier en raison de la longue durée du traitement et des phénomènes de tolérance et de dépendance. Dans tout traitement par opioïdes à long terme, patients et thérapeutes doivent régulièrement rediscuter de l équilibre bénéfices/risques. 10,11 Jusque dans les années 1990, la morphine constituait l opioïde fort de première intention pour traiter les douleurs cancéreuses modérées à fortes. 7 Actuellement, plusieurs dérivés opioïdes sont disponibles sous différentes formes galéniques et propriétés pharmacocinétiques. Lors d un traitement au long cours, la forme retard est souvent privilégiée. L utilisation des patchs transdermiques est une option thérapeutique chez les patients en rémission qui présentent des douleurs stables, d intensité modérée à forte, sans paroxysme et dans les situations suivantes : malabsorption digestive, polymédication orale gênante pour le malade et lors d emploi préalable d un patch avec une antalgie et une tolérance bien contrôlées. 4 L utilisation des patchs est envisageable dès qu une antalgie adéquate est obtenue avec une forme orale ou parentérale d opioïdes à action rapide. Système transdermique Le type actuel de système transdermique est matriciel, constitué d une masse polymérique dans laquelle le principe 1386 Revue Médicale Suisse 24 juin 2015 Revue Médicale Suisse 24 juin

3 Tableau 1. Exemples de douleurs chroniques lors de maladie cancéreuse (Adapté de réf. 3,4,6 ). Douleurs liées au cancer Nociceptives somatiques Nociceptives viscérales Neuropathiques Métastases osseuses Distension de la capsule hépatique Compression ou infiltration Envahissement tissulaire Obstruction intestinale plexique ou tronculaire par la tumeur Carcinomatose péritonéale Douleurs séquellaires liées aux traitements Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Hormonothérapie Neuropathie périphérique Douleur neurogène Névralgie intercostobrachial Arthralgie Syndrome de Raynaud Plexopathie post-thoracotomie Ostéoporose fractuaire Ostéonécrose liée aux Radionécrose Douleur fantôme postamputation corticoïdes Fistules Douleur postmastectomie Fibrose tissulaire Douleur de la région de la tête Ostéoporose fractuaire et cervicale Entérites, proctites Lymphœdème Musculosquelettiques : rachialgie, arthrose, céphalée, fibromyalgie Neurogènes : zona, polyneuropathies diabétiques, carentielles Douleurs non liées au cancer actif est dissous ou dispersé. Le taux de libération du principe actif est relativement constant, ce qui est dû à la matrice de polymère libératrice et à la diffusion du principe à travers les couches cutanées. 12 La substance active traverse la peau selon un gradient de concentration puis est stockée dans les tissus adipeux sous-cutanés. Ces mécanismes dépendent de la qualité de la peau et du tissu sous-cutané ainsi que du débit sanguin sous-cutané. C est donc la peau et sa vascularisation qui déterminent la pénétration et la résorption du principe actif. Ceci explique la variabilité interindividuelle des taux sanguins observée pour un même dosage, spécialement chez les patients cachectiques et âgés avec un faible «réservoir» sous-cutané, ce qui peut résulter en une toxicité ou une analgésie inadéquate. Classiquement, des variations intra-individuelles peuvent aussi être observées lors de modifications des conditions cutanées (source externe de chaleur, hyperthermie, sueurs, inflammation locale) et ces aspects doivent être discutés avec les patients Par ailleurs, les concentrations sériques susceptibles d être atteintes sont également proportionnelles à la taille du patch. Un possible avantage est que les patchs matriciels peuvent être en théorie coupés : en effet, le principe actif est présent sous forme solide et est réparti de manière homogène. 15 En pratique toutefois, cette façon de faire n est pas recommandée par les fabricants car elle ne permet pas d assurer un dosage suffisamment précis et reproductible. Une information concernant l utilisation des patchs d opioïdes est disponible sur le site du Réseau douleur des HUG (http://reseaudouleur.hug-ge.ch/). Opioïdes transdermiques Les deux opioïdes disponibles sous forme transdermi que sont le fentanyl et la buprénorphine. Ils possèdent des caractéristiques idéales pour l administration transdermique de par leur lipophilie et leur bas poids moléculaire. 14 L avantage de la galénique transdermique est d être dépourvue d effet de premier passage hépatique et intestinal. 12 Les principaux désavantages sont constitués par la longue durée 0 Revue Médicale Suisse 24 juin 2015 d action qui rend les adaptations de doses ainsi que la gestion des effets indésirables plus difficiles. La galénique des patchs implique un délai d action long de heures, nécessitant de poursuivre la prise d opioïdes per os pendant ce laps de temps lors de la première pose, d être attentif aux signes de surdosage à partir de heures, et de poursuivre la surveillance durant les heures qui suivent le retrait du patch. 12 En effet, le dépôt sous-cutané de la substance active permet la poursuite de la diffusion de la substance active dans le sang plusieurs heures après le retrait du patch et ceci complique classiquement la prise en charge en cas d intoxication ou de survenue d effets indésirables (tableau 2). Effets indésirables des opioïdes à court et à long termes Lors de la prescription, les risques liés à l usage des opioïdes forts doivent être pris en compte afin d anticiper et de diminuer la survenue d effets indésirables. Il s agit essentiellement de troubles digestifs sous forme de nausées, de vomissements lors de l instauration du traitement, ou encore d une constipation avec nécessité fréquente d avoir recours à un traitement laxatif pendant toute la durée du traitement. Les autres effets indésirables principaux sont : une confusion, une sédation, des effets dysphoriques et une rétention urinaire. Une altération du réflexe de toux ou une dépression respiratoire peuvent s observer en cas de surdosage ou lors d interactions médicamenteuses. Des atteintes cutanées sont fréquentes avec l utilisation de patchs, avec un érythème autour de la zone d application du patch et un prurit. 19 Cette problématique semble plus fréquente avec la buprénorphine. 14 Un moyen de limiter la survenue d une irritation locale est d alterner les sites d application. A long terme, on peut observer la survenue d un dérèglement endocrinien. Les modifications hormonales induites par les opioïdes dépendent de l hypothalamus et de l hypophyse (diminution de la sécrétion de cortisol, de testostérone et d œstrogènes) qui peuvent être à l origine d une Revue Médicale Suisse 24 juin

4 Tableau 2. Caractéristiques de la buprénorphine et du fentanyl (Adapté selon réf ). * Les exemples figurant dans ce tableau ne sont donnés qu à titre indicatif ; il convient d individualiser la dose à chaque situation. Buprénorphine Dérivé semi-synthétique, agoniste partiel des récepteurs opioïdes mu (m) et antagoniste des récepteurs kappa (k) Fentanyl Agoniste pur des récepteurs mu (m), avec peu d effets sur les récepteurs delta (d) et kappa (k) Nom de la spécialité Transtec Patch matriciel à 35 mg/h, 52,5 mg/h, 70 mg/h Durogesic Matrix, Fentanyl Cimex, Fentanyl Mepha, commercialisée en Suisse Fentanyl Sandoz MAT, Fentanyl Actavis, Fentanyl (patch matriciel) Helvepharm TTS, Fentanyl Spririg, Matrifen, à 12, 25, 50, 75 et 100 mg/h Cinétique Métabolisme hépatique par glucuronoconjugaison Métabolisme hépatique, substrat du CYP3A4/5 et substrat du CYP3A4/5 Demi-vie (apparente): h en moyenne Demi-vie (apparente) : h en moyenne Potentiel d interactions pharmacocinétiques = modéré Potentiel d interactions pharmacocinétiques = faible à important Intervalle thérapeutique Délai d action : h Délai d action : h Durée d action : h par patch Durée d action : h par patch L état d équilibre est atteint après la 3 e application L état d équilibre est atteint après la 2 e application de patch de patch Calcul de la dose : : 1 équianalgésique avec Pour un équivalent de 100/1 : 90 mg/24 h 60 mg/24 h de morphine PO = 25 mg/h de fentanyl la morphine orale* de morphine PO = 35 mg/h de buprénorphine Réserves pour les pics 10% de la dose totale de 24 h avec la buprénorphine 10% de la dose totale de 24 h avec un opiacé à action rapide algiques à action rapide Ajustement en cas La buprénorphine est l opiacé de premier choix La forme transdermique est à éviter d insuffisance rénale en cas d insuffisance rénale, aucun ajustement n est nécessaire Ajustement en cas En fonction de la sévérité, possible ralentissement Métabolisation ralentie, à éviter d insuffisance hépatique du métabolisme Adaptation et surveillance perte de libido, de dépression, d une ostéoporose ou d une aménorrhée. 10 Par ailleurs, la prise concomitante de médicaments dépresseurs du SNC (système nerveux central) peut potentialiser les effets sédatifs et autres effets centraux des opioïdes. 18 De même, tout médicament agissant sur les cytochromes, notamment par inhibition du CYP3A4, peut ralentir l élimination du fentanyl principalement et provoquer ainsi son accumulation. Il est possible de prévoir qualitativement les interactions potentielles en consultant les tables des interactions médicamenteuses (www.pharmacoclin.ch). Pour prévenir l utilisation abusive et les détournements d usage des opioïdes, il est nécessaire de prévoir la prescription par un seul médecin et d avoir recours à une administration régulière d applications transdermiques assurant une concentration plasmatique stable. 18 Le rapport bénéfices/risques de l utilisation d un opioïde fort est considéré comme favorable si l effet antalgique est jugé significatif par le patient et le médecin et si les effets indésirables peuvent être qualifiés de mineurs, en l absence d effets parallèles (abus, dépendance). conclusion Les douleurs chroniques des patients oncologiques en rémission nécessitent des études supplémentaires afin de clarifier notamment leur prévalence, leurs mécanismes physiopathologiques, la qualité des impacts biopsychosociaux secondaires, les facteurs de risque ainsi que les stratégies de traitements optimales dont les objectifs doivent être de 1388 Revue Médicale Suisse 24 juin 2015 diminuer la souffrance et d améliorer la qualité de vie des patients. Environ un tiers des patients en rémission oncologique présente des douleurs chroniques. Celles-ci ont des con séquences importantes sur la qualité de vie et doivent être dépistées et traitées. Si les douleurs cancéreuses aiguës répondent généralement de manière satisfaisante aux opioïdes, les douleurs chroniques chez les patients en rémission le font moins. Ainsi, l apport des coanalgésiques et des approches non pharmacologiques, apparentés à la pri se en charge des douleurs chroniques non cancéreuses, sont nécessaires. Le rapport bénéfices/ris ques d une prescription d opioïdes dans le traitement de douleurs chroniques doit être évalué avec précision afin de ne pas utiliser un médicament qui pourrait soit être inefficace ou peu efficace, Tableau 3. Stratégies de prescription d un patch d opioïdes lors de douleurs chroniques chez les patients oncologiques en rémission 1. Investiguer soigneusement et de manière proportionnée toute nouvelle douleur ou toute modification des douleurs connues 2. Réévaluation régulière de l indication à la poursuite ou à l introduction d un traitement opioïde 3. Evaluer l indication à l utilisation d une forme transdermique 4. Utiliser un plan de gestion de la douleur cancéreuse chronique dans une perspective biopsychosociale et multimodale (approches médicamenteuses associées à des coantalgiques et des thérapies physiques et psychothérapeutiques) 5. Réévaluation régulière de l efficacité/des effets indésirables Revue Médicale Suisse 24 juin

5 soit provoquer des effets indésirables délétères. Si le traitement ne permet peut-être pas de supprimer toute douleur, il doit apporter un soulagement significatif afin de permettre une amélioration fonctionnelle et de la qualité de vie. La voie transdermi que est une alternative intéressante à la voie orale lorsque le traitement antalgique des douleurs modérées à fortes est équilibré. Elle permet d obtenir des concentrations plasma tiques stables, en offrant l avantage d un confort accru chez certains patients chez qui la prise par voie orale est difficile ou la polymédication orale gênante et qui nécessitent une antalgie par opioïdes pour une période prolongée (tableau 3). > > Implications pratiques Les douleurs séquellaires lors de rémission complète d un cancer peuvent s apparenter à des douleurs chroniques non cancéreuses où l emploi à long terme des opioïdes doit être justifié et auquel doit s ajouter toutes les approches non médicamenteuses reconnues dans la prise en charge des douleurs chroniques L utilisation des patchs d opioïdes (buprénorphine ou fentanyl) est une option thérapeutique chez les patients en rémission qui présentent des douleurs stables, d intensité modérée à forte Les auteurs n ont déclaré aucun conflit d intérêts en relation avec cet article. Adresse Drs Lia Oberlé et Sophie Pautex Service de médecine de premier recours Dr Christophe Luthy Service de médecine interne de réhabilitation (SMIR) Beau-Séjour Dr Angela Pugliesi Service d oncologie Dr Valérie Piguet Service de pharmacologie et toxicologie cliniques HUG, 1211 Genève 14 Bibliographie 1 Moryl N, Coyle N, Essandoh S, Glare P. Chronic pain management in cancer survivors. J Natl Compr Canc Netw 2010;8: Wiffen PJ, Wee B, Moore RA. Oral morphine for cancer pain. Cochrane Database Syst Rev 2013;7: CD * Burton AW, Fanciullo GJ, Beasley RD, et al. Chronic pain in the cancer survivor : A new frontier. Pain Med 2007;8: ** Levy MH, Chwistek M, Mehta RS. Management of chronic pain in cancer survivors. Cancer J 2008;14: Van den Beuken-van Everdingen MH, de Rijke JM, Kessels AG, et al. Prevalence of pain in patients with cancer : A systematic review of the past 40 years. Ann Oncol 2007;18: Lynch B, Paice JA. Pain and palliative care needs of cancer survivors. J Hosp Palliat Nurs 2011;13: * Davies PS. Chronic pain management in the cancer survivor. Tips for primary care providers. Nurse Pract 2013;38: Bouhassira D, Attal N, Alchaar H. Comparison of pain syndromes associated with nervous or somatic lesions and development of a new neuropathic pain diagnostic questionnaire (DN4). Pain 2005;114: Paice JA, Ferrel B. The management of cancer pain. CA Cancer J Clin 2011;61: Gerber H, Williman P, Konrad C. Traitement des douleurs chroniques : update. Forum Med Suisse 2013; 13: Pachman DR, Barton DL, Swetz KM, et al. Troublesome symptomes in cancer survivors : Fatigue, insomnia, neuropathy and pain. J Clin Oncol 2012;30: * Margetts L, Sawyer R. Transdermal drug delivery : Principles and opioid therapy. Contin Educ Anaesth Crit Care Pain 2007;7: Hadley G, Derry S, Moore RA, et al. Transdermal fentanyl for cancer pain (Review). Cochrane Database Syst Rev 2013;10:CD ** Cachia E, Ahmedzai SH. Transdermal opioids for cancer pain. Curr Opin Support Palliat Care 2011;5: Roulet L, Luthy C, Garin N, et al. Rotation des opioïdes : de la théorie à la pratique. Rev Med Suisse 2011;7: Bourquin V, Petignat PA, Besson M, et al. Analgésie et insuffisance rénale. Rev Med Suisse 2008;4: Grape S, Schug SA, Lauer S, et al. Formulations of Fentanyl for the management of pain. Drugs 2010;70: Kress HG. Clinical update on the pharmacology, efficacy and safety of transdermal buprenorphine. Eur J Pain 2009;13: Naing C, Aung K, Racloz V. Safety and efficacy of transdermal buprenorphine for the relief of cancer pain. J Cancer Res Clin Oncol 2013;139: * à lire ** à lire absolument 0 Revue Médicale Suisse 24 juin 2015 Revue Médicale Suisse 24 juin

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

Définition PCA = ACP

Définition PCA = ACP 2012 Définition PCA = ACP Technique moderne de traitement de la douleur au cours de laquelle le patient relié à une pompe, s administre lui-même ses antalgiques à la demande Historique PCA 1968 - Variabilité

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010 Les opioïdes Aude Ferran Avril 2010 Introduction Analgésiques centraux = diminuent ou suppriment la douleur par un effet au niveau du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) Introduction Opioïdes

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE SEPTEMBRE 2009 A. AUTRET, TOURS au moins 5 crises : de MIGRAINE SANS AURA 4 72 heures, 2 des caractères : 1 signe d accompagnement : modérée ou sévère, pulsatile,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans?

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans? Migraine : traitement de la crise Comment utiliser les triptans? 6 ème congrès national de lutte contre la douleur 19-20 Mars Alger Alain Serrie Service de Médecine de la douleur, médecine palliative et

Plus en détail

PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient

PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient Unité de traitement de la douleur Hôpital Saint-Louis, Paris Mai 2005 PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient Brigitte George Marie-Cécile Douard Marie-Laure

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL :

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : REPUBLIQUE FRANÇAISE Juin 2009 MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : Recommandation de l EMEA de retrait de ces médicaments à la suite de l évaluation européenne et avis

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE Dr Cécile BESSET Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHRU Besançon 23/01/2015 DÉFINITION, GÉNÉRALITÉS «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

d a n s l e t r a i t e m e n t d e

d a n s l e t r a i t e m e n t d e La buprénorphine d a n s l e t r a i t e m e n t d e la dépendance aux opioïdes Lignes directrices du Collège des médecins du Québec et de l Ordre des pharmaciens du Québec juin 2009 table des matières

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine. Réponses aux questions les plus fréquentes

Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine. Réponses aux questions les plus fréquentes Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine Réponses aux questions les plus fréquentes Introduction Quel objectif? Ce document constitue une aide dans la gestion au quotidien de votre douleur.

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP)

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) Réponses à vos inquiétudes Pour vous, pour la vie Quel est le principe de l ACP? La technique d analgésie contrôlée par le patient (ACP) que vous propose votre

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Actualisation juillet 2011 Ce document est

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE. PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE. PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse PCA en douleur cancéreuse Page 1/16 PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse 1. DÉFINITION DE LA PCA : C'est une technique d'auto administration basée sur le principe du contrôle par le patient lui-même

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON

AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON Douleurs neuropathiques périphériques de l adulte non diabétique : De l étiologie au rôle de l infirmier AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON La douleur neuropathique Définition [1] C est est une douleur

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

La buprénorphine transdermique L état actuel dans les domaines clinique et pharmacologique

La buprénorphine transdermique L état actuel dans les domaines clinique et pharmacologique La buprénorphine transdermique L état actuel dans les domaines clinique et pharmacologique M.E. Faymonville (1), D. Libbrecht (2) RÉSUMÉ : Nos connaissances sur les mécanismes physiopathologiques des douleurs

Plus en détail

Vertiges et étourdissements :

Vertiges et étourdissements : : comment être à la hauteur? Anthony Zeitouni, MD, FRCSC Présenté à la 71 e édition du Programme scientifique de l Association des médecins de langue française du Canada. Est-ce bien des vertiges? Il n

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Métabolisme interspécifique et applications

Métabolisme interspécifique et applications Métabolisme interspécifique et applications 2 Sommaire a. A l échelle du système b. A l échelle enzymatique c. Variations à l échelle de la race / de l individu II. Et en pratique 1 3 Introduction Définition

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

A healthy decision LA DOULEUR

A healthy decision LA DOULEUR A healthy decision Mieux vivre avec LA DOULEUR Tout à propos de la douleur, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Parlez-en avec votre médecin ou pharmacien. Contenu Qu est-ce que la douleur

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 Hôpital Cochin - Service Médecine Interne du Pr Le Jeunne 27, rue du Faubourg Saint Jacques - 75014 PARIS

Plus en détail

Les masses surrénaliennes, dont la prévalence

Les masses surrénaliennes, dont la prévalence Les masses surrénaliennes Fréquemment détectées! Isabelle Bourdeau, MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : L endocrinologie, Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, avril 2006 Le

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Dr Estelle Botton Algo-Cancérologue Mont Saint-Michel, 17 Avril 2013 Pourquoi en parler? 1 Parce qu elles sont, parfois (souvent?) Non évoquées, non entendues

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 %

Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 % DOULEUR AUX GENOUX? Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 % La douleur articulaire est souvent reliée à l arthrose L arthrose ne touche pas

Plus en détail

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Service Hématologie Clinique et Thérapie Cellulaire CHRU Limoges Introduction DEFINITION «une expérience sensorielle

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

RELPAX. hydrobromure d élétriptan

RELPAX. hydrobromure d élétriptan RELPAX hydrobromure d élétriptan * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques * Conclusion * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques *

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail