Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque"

Transcription

1 Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva

2 Plan de la présentation Rapport mondial de l OMS sur la résistance aux antimicrobiens Charge liée à la résistance aux antibiotiques Actions de l'oms résolution approuvée à l'assemblée Mondiale de la Santé en mai 2014 Conclusions 2 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

3 3 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

4 La résistance aux antimicrobiens existe à des niveaux élevés et parmi de nombreux pathogènes 4 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

5 Rapport mondial sur la surveillance (I) Accent sur la résistance aux antibiotiques parmi 7 bactéries Données provenant de 114 pays Données officielles et à partir de publications Evaluation de l'impact sur la morbi/mortalité et sur les coûts de 5 bactéries Identification des lacunes Annexe: liste de quelques outils de l'oms pour la surveillance de la résistance aux antibiotiques 5 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

6 Rapport mondial sur la surveillance (II) Autres aspects: Infections spécifiques Tuberculose VIH/SIDA Paludisme Autres conditions La chaine alimentaire Résistance aux antifongiques: Candida spp Grippe (Influenza) Révision systématique de la littérature Risque augmenté de décès chez Coûts supplémentaires 6 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

7 Bactéries sélectionnées pour ce rapport: 7 bactéries, 9 types de résistance Bactérie Résistance/susceptibilité réduite Escherichia coli Céphalosporines de 3ème génération Fluoroquinolones Bactéries responsables de maladies graves et/ou courantes d'importance de santé publique: Klebsiella pneumoniae Céphalosporines de 3ème génération les infections hématologiques (septicémie), Carbapenems les bactériémies? les diarrhées, Staphylococcus aureus Méthicilline (MRSA) les pneumonies, Streptococcus pneumoniae Penicillin les infections des voies urinaires, Nontyphoidal Salmonella (NTS) Fluoroquinolones la gonorrhée Shigella species Fluoroquinolones Neisseria gonorrhoeae Céphalosporines de 3ème génération 7 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

8 Récolte de données: Proportions de bactéries résistantes Sources officielles Réseaux de surveillance nationaux et internationaux > > Littérature scientifique à partir de Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

9 Résistance parmi bactéries courantes responsables d'infections nosocomiales ou communautaires Bactéries/ résistance s Exemples d'infection Nb. pays (sur 194 Etats Membres) Proportion de résistance Escherichia coli Infection des voies urinaires, septicémie, diarrhée -vs céphalosp. de 3ème gén vs fluoroquinolones Klebsiella pneumoniae Pneumonie, septicémie, infection des voies urinaires -vs céphalosp. de 3ème gén vs carbapenems Staphylococcus aureus Infection de plaie, septicémie -vs methicilline MRSA Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

10 Situation au Maroc E.coli résistant aux fluoroquinolones K. pneumoniae résistant aux ceph 3 ème gen S. aureus résistant à la methicilline 10 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

11 Conclusions du rapport Entérobactéries K. pneumoniae résistant aux carbapénèmes - traitement de dernier recours s est propagée à toutes les régions. E. coli résistant aux fluoroquinolones - largement utilisés pour le traitement des infections des voies urinaires est très largement répandue. Gonorrhée: échec du traitement de derniers recours (céph. 3 ème gén.) confirmé en 10 pays! S. aureus : >50% des infections à seraient résistantes à la méthicilline dans quelques régions. Lacunes de surveillance dans de nombreux pays. Quelques données microbiologiques (e.g., % résistance parmi germes testés) Informations très limités/inexistantes sur l'impact sur la population 11 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

12 Charge liée à la résistance aux antibiotiques

13 Conséquences de la résistance aux antibiotiques U. Européenne population 500m 25,000 décès/an 2.5m extra jours hosp. Thaïlande population 70m >38,000 décès >3.2m jours hosp. Etats-Unis population 300m >23,000 décès >2.0m infections Coût sociétal ( 900 million, jours hosp.) Approx. 1.5 milliard/an Coût sociétal US$ mill. direct >US$1.3 milliard indirect Coût sociétal Up to $20 milliard direct Up to $35 milliard indirect Source: ECDC 2007 Source: Pumart et al 2012 Source: US CDC 2013 Insuffisance d'information pour estimer l'impact de la résistance aux antibiotiques. 13 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

14 Impact global économique plus important AMR Costs Rapport 2013 du Forum Economique Mondial Roberts et al CID 2009; 49: Societal Costs Medical Costs Réduction revenus, emplois, économies Augmentation des investissements et dépenses nationaux, fourniture des soins de santé Produit domestique brut ("GDP") pertes: 1.4% to 1.6%. 14 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

15 Estimation du potentiel d'économies si le taux des infections à germes résistants est réduit Roberts et al CID 2009; 49: Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

16 Actions par l'oms

17 Résolutions WHA51.17 Emerging and other communicable diseases: antimicrobial resistance. WHA51.17, 1998, agenda item WHA58.27 Improving the containment of antimicrobial resistance, 25 May WHA60.16 Progress in the rational use of medicines, 23 May WHA62.15 Prevention and control of multidrug-resistant tuberculosis and extensively drug-resistant tuberculosis, 22 May P2.pdf EMRO, EM/RC49/R.10, Antimicrobial resistance and rational use of antimicrobial reagents c&base=idrnet&form=a&user=guest&lang=i&nextaction=search&indexsearch=^ird^xrd%20^yinver TED^uRD_&exprSearch=RC%2049 EURO, EUR/RC61/R6 European strategic action plan on antibiotic resistance, September 2011, data/assets/pdf_file/0014/150611/rc61_res_06.pdf WPRO, WPR/RC62.R3 Antimicrobial Resistance, 13 October 2011, SEARO, SEA/RC63/R4 Prevention and containment of antimicrobial resistance, 10 September 2010, 17 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

18 Programmes spécifiques de l'oms pour contenir la résistance antimicrobienne Tuberculosis (2006) Malaria: résistance à l'artemisin (2011) Antibio-résistance N. Gonorrhoea (2012) Résistance aux médicaments anti-hiv (2012) 18 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

19 Approche large et multidisciplinaire 2011: Journée Mondiale de la Santé: appel pour l'action Plans nationaux compréhensifs, responsabilisation et engagement sectoriel large, incluant la société civile Renforcement de la surveillance et des capacités de laboratoire Accès aux médicaments essentiels, de qualité assurée Utilisation rationnelle des médicaments, dans tous les secteurs Prévention et contrôle de l'infection Innovation, recherche et développent 19 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

20 Assemblée Mondial de la Santé, mai 2014 Résolution proposé par 65 Etats Membres Résolution approuvée par unanimité 7 ONG ont exprimé leur soutien

21 21 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

22 Défis Communication Capacités limitées (surtout pays avec ressources limitées) Prévention et contrôle de l'infection, et de germes multi-résistants Diagnostic, réglementation, surveillance Bonnes pratiques d'utilisation des antimicrobiens Complexité & secteurs multiples 22 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

23 Exemple de composition de groupe de coordination (basé sur exemple thaïlandais; diagramme: V. Thamlikitkul) Surveillance Infection Control & Prevention improving quality of laboratory & surveillance system nosocomial infection control in the hospitals Access & Appropriate Use of quality antibiotics Healthcare facility Community Raising Awareness & Campaign Antibiotic Smart Use Non-Human Use R&D Behavior New diagnostic Reduction in use of antimicrobials in food-producing 23 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014 New vaccines & therapy animals

24 Développement du plan d'action global proposé par les Etats Membres une opportunité pour générer le dialogue et renforcer la coordination entre de multiples acteurs et secteurs 24 Résistance aux Antimicrobiens: Débats de Santé Publique Juin 2014

25 Merci!

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV)

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) MICROBIOLOGIE 1. Strep A et Urine Slide (page 1) 2. Coloration de Gram (page 1) 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) (page 1) 4. UKNEQAS Microbiology (page 2) 5. QCMD (page 4) Les programmes 1, 2 et 3 sont organisés

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle

Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle Dr Bruno Coignard Institut de veille sanitaire (InVS), Saint-Maurice XX ème Journée Annuelle Sud-Est de Lutte contre les Infections

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques»

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Rapport d expertise Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Diffusé en novembre 2013 S o m m a i r e Abréviations I- OBJECTIF DE CE TRAVAIL II-ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES REFERENTIELS

Plus en détail

L antibiorésistance chez l homme et l animal

L antibiorésistance chez l homme et l animal MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT L antibiorésistance chez l homme et l animal Mercredi 12 novembre 2014

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON Colonisation naturelle 20 % colonisés permanents 1 souche principalement SASM Seulement 3.5 % SARM 60% de colonisés

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Bon usage, moindre usage des antibiotiques

Bon usage, moindre usage des antibiotiques XXIII ème congrès national de la SF2H Lille, 6, 7 et 8 juin 2012 Bon usage, moindre usage des antibiotiques vol Vol Vol Pr G. Beaucaire CHU de Pointe à Pitre Université des Antilles et de la Guyane Pourquoi

Plus en détail

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE Sandrine HENARD BLSE : définition Β-lactamase le plus souvent d origine plasmidique Hydrolyse les pénicillines, céphalosporines et aztréonam,

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Catherine Plüss-Suard

Catherine Plüss-Suard UNIVERSITÉ DE GENÈVE Section des Sciences Pharmaceutiques FACULTÉ DES SCIENCES Professeur André Pannatier UNIVERSITÉ DE LAUSANNE FACULTÉ DE BIOLOGIE ET DE MÉDECINE Service de Médecine Préventive Hospitalière

Plus en détail

Préparé pour WiSEED. Janvier 2014 Solutions de détection simple et rapide de bactéries pathogènes

Préparé pour WiSEED. Janvier 2014 Solutions de détection simple et rapide de bactéries pathogènes Préparé pour WiSEED Janvier 2014 Solutions de détection simple et rapide de bactéries pathogènes Prestodiag - Carte d Identité S.A.S. créée en Mars 2012 et basée près de Paris (Villejuif, 94) avec un capital

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2013 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR BOYER CHAMMARD Timothée Antoine Philippe Né le 4 avril 1983 à Paris 15 ème Présentée

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires

Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires Actualités du CCLIN EST et de ses 5 antennes régionales Décembre 2013 Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires Dans le prolongement de l audit précautions standard, le Groupe

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée 0 0Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée

Plus en détail

CLINI SAFE. Le plafond le plus sûr pour les établissements de santé. LeS + PROduITS. 5 Méthodes de nettoyage. Réaction au feu : A1

CLINI SAFE. Le plafond le plus sûr pour les établissements de santé. LeS + PROduITS. 5 Méthodes de nettoyage. Réaction au feu : A1 CLINI SAFE LeS + PROduITS Le plafond le plus sûr pour les établissements de santé Testé sur les 3 critères de la Norme Santé NF S90-351 : 2013 ISO 4 - CP5 - M1 5 Méthodes de nettoyage Réaction au feu :

Plus en détail

Les comités pharmaceutiques et thérapeutiques Cours de formation

Les comités pharmaceutiques et thérapeutiques Cours de formation CPT Participant (final).doc 1 Les comités pharmaceutiques et thérapeutiques Cours de formation Guide du participant Toutes sessions CPT Participant (final).doc 2 Ce document a été réalisé avec le soutien

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI

Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI Paul M. Tulkens, Dr Med., Sp. Biol. Clin. Cellular and Molecular Pharmacology

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Infections en chirurgie : l importance d un d

Infections en chirurgie : l importance d un d Infections en chirurgie : l importance d un d programme assurance-qualit qualité Weiss Karl, MD, MSc,, FRCPC Professeur Titulaire de Clinique Hôpital Maisonneuve-Rosemont Faculté de MédecineM Université

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant?

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? «Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? Thèse présentée et soutenue publiquement Le 17 juin 2014 Pour obtenir le Diplôme d État

Plus en détail

Campagnes de sensibilisation du grand public sur l utilisation prudente des antibiotiques

Campagnes de sensibilisation du grand public sur l utilisation prudente des antibiotiques LIVRE BLANC Campagnes de sensibilisation du grand public sur l utilisation prudente des antibiotiques Atelier Européen 6-7 novembre 2008 SYNTHESIS Public awareness campaigns on the prudent use of antibiotics

Plus en détail

Les antibiotiques au Patrimoine Mondial

Les antibiotiques au Patrimoine Mondial Les antibiotiques au Patrimoine Mondial Pr Pierre Dellamonica CHU de Nice Journée Rhône Alpes Auvergne - Novembre 2011 1 1 Les constats 1. Les antibiotiques sont des «médicaments miracle» qui ont sauvé

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.6.2014 COM(2014) 371 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU CONSEIL Deuxième rapport de la Commission au Conseil concernant la suite donnée à la recommandation du Conseil

Plus en détail

Date limite : 15 avril 2015 (données), 15 mai 2015 (experts)

Date limite : 15 avril 2015 (données), 15 mai 2015 (experts) ACTIVITÉS CONJOINTES FAO/OMS SUR L ÉVALUATION DU RISQUE MICROBIOLOGIQUE DANS LES ALIMENTS APPEL À LA COMMUNICATION DE DONNÉES ET À LA CANDIDATURE D EXPERTS SUR LES SALMONELLA SPP. NON TYPHIQUES ET LES

Plus en détail

Note informative. Table des matières SOMMAIRE. Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé

Note informative. Table des matières SOMMAIRE. Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé VERSION PRÉLIMINAIRE Note informative Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé Évaluation du rapport coûts/bénéfices de la prévention et du contrôle des infections nosocomiales

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse État membre UE/EEE Royaume-Uni Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché Aventis Pharma Ltd. (or trading as Marion Merrell or Aventis Pharma) One Onslow Street Guildford Surrey GU1 4YS Royaume-Uni

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

First do no harm Hippocrates (470 360 BC)

First do no harm Hippocrates (470 360 BC) PHARMACOVIGILANCE DR A.TEBAA - Pr R. SOULAYMANI BENCHEIKH CENTRE ANTI POISON ET DE PHARMACOVIGILANCE M.COOPER-SHANTHI-PAL QUALITY ASSURANCE ET SECURITY MEDECINE Dakar 5-9 Mars 2006 First do no harm Hippocrates

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE 1 ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE Membres (2012 2013) MADEC Jean-Yves Coordonnateur, Anses Lyon DECOUSSER Jean-Winoc CHU Antoine Béclère

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé GUIDE DE PRÉVENTION de la pneumonie associée aux soins de santé Division des lignes directrices professionnelles et des pratiques de santé publique Centre de la lutte contre les maladies transmissibles

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Preparing healthcare workforce?

Preparing healthcare workforce? Swiss Public Health Conference (Re-)Organizing Health Systems Lausanne 30 août 2012 Preparing healthcare workforce? Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation Merci au Comité organisateur pour l

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE C. Chaplain, Service d'hygiène-bactériologie, Hôpital Delafontaine, 93205 Saint- Denis. INTRODUCTION L'accroissement du nombre des infections provoquées

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique PRÉCAUTIONS POUR LES INDIVIDUS SANS RATE FONCTIONNELLE La rate, c est quoi? La rate est un organe situé du coté gauche, vers le haut de l abdomen, sous les côtes, derrière l estomac. Une rate normale a

Plus en détail

Les opinions et les recommandations de ce document reflètent le consensus de ces professionnels.

Les opinions et les recommandations de ce document reflètent le consensus de ces professionnels. Les personnes suivantes ont collaboré à ce projet: Dr Catherine Bourrit, médecin répondant, Val-Fleuri (MEPAG s) Mme Maguy Chefnay, infirmière responsable de l hygiène, Maison de Vessy Dr Corneliu Feroiu,

Plus en détail

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LE PROJET DE LOI N O 97 (Loi visant

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

Bulletin N 47 AU SOMMAIRE BLOC-NOTES ERRATUM. Octobre 2008 - Trimestriel. Bloc-Notes. Erratum. Annuaire web du CCLIN Ouest.

Bulletin N 47 AU SOMMAIRE BLOC-NOTES ERRATUM. Octobre 2008 - Trimestriel. Bloc-Notes. Erratum. Annuaire web du CCLIN Ouest. Bulletin N 47 Octobre 2008 - Trimestriel AU SOMMAIRE Bloc-Notes p. 1 Erratum p. 1 C.CLIN Ouest BLOC-NOTES Nouveautés du site http://www.cclinouest.com - Les résultats de la surveillance des Bactéries Muti-Résistantes

Plus en détail

Utilisation des indicateurs et des tableaux de bord pour le contrôle de l infection nosocomiale

Utilisation des indicateurs et des tableaux de bord pour le contrôle de l infection nosocomiale Utilisation des indicateurs et des tableaux de bord pour le contrôle de l infection nosocomiale Stephan Harbarth, MD, MS Service de Prévention et Contrôle de l Infection Hôpitaux Universitaires de Genève,

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

La sélection des médicaments essentiels

La sélection des médicaments essentiels Perspectives Politiques de l OMS sur les médicaments 4 La sélection des médicaments essentiels Juin 2002 Organisation mondiale de la Santé Genève Le concept des médicaments essentiels Les médicaments essentiels

Plus en détail

Consultation on a draft Global action plan to address antimicrobial resistance

Consultation on a draft Global action plan to address antimicrobial resistance Consultation on a draft Global action plan to address antimicrobial resistance The questionnaire is divided into four sections. The questions are broadly framed and intended to give you the opportunity

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

des produits alimentaires Industry Fact Sheet Septembre 2012

des produits alimentaires Industry Fact Sheet Septembre 2012 Des solutions intelligentes pour une manipulation sûre et hygiénique des produits alimentaires Industry Fact Sheet Septembre 2012 Des solutions intelligentes pour une manipulation sûre et hygiénique des

Plus en détail

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011 Cartographie et SIG en Santé Publique 1 Mandat de l'oms "La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain" Constitution de

Plus en détail

Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales

Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales Frank Van Laer Infirmier-hygiéniste hospitalier Hôpital Universitaire d Anvers La peau comme source de bactéries Diffusion

Plus en détail

Objectifs réalisations 2013

Objectifs réalisations 2013 Center of Expertise on Antimicrobial Consumption and Resistance in Animals Objectifs réalisations 2013 CC 27/11/2012 Objectifs 2013 et état d avancement 1. La sensibilisation des vétérinaires et des éleveurs

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail

Renforcement des systèmes de santé

Renforcement des systèmes de santé SOIXANTE-QUATRIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A64/13 Point 13.4 de l ordre du jour provisoire 7 avril 2011 Renforcement des systèmes de santé Tendances et défis actuels Rapport du Secrétariat POUR

Plus en détail

NOTE INFORMATIVE 06-11

NOTE INFORMATIVE 06-11 Direction de l évaluation, de la qualité, de l ingénierie de la performance et de la prévention des infections NOTE INFORMATIVE 06-11 LA PRÉVENTION ET LE CONTRÔLE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES : ÉVALUATION

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose Détermination de la sensibilité aux antibiotiques Méthode EUCAST de diffusion en gélose Version Sommaire Page Modifications des documents Abréviations et terminologie 1 Introduction 4 2 Préparation des

Plus en détail

Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille

Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille Réanimation et urgences, quelles différences? La structure des urgences dispose notamment : D au moins une

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe)

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Collection Documents Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes

Plus en détail

INSECTICIDE BIO KILL

INSECTICIDE BIO KILL INSECTICIDE BIO KILL Contenu de l information : Pourquoi lutter contre les insectes? La lutte moderne contre les insectes Présentation du concept BIO KILL Quelle est la toxicité des insecticides? À propos

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose page 1/17 Consensus Scientifique sur la Tuberculose Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur la Tuberculose 1. Qu est-ce que la tuberculose et en quoi constitue-t-elle une

Plus en détail

PUBLICATIONS 1984-2009

PUBLICATIONS 1984-2009 EPS Charles Nicolle Laboratoire de Microbiologie-Virologie Pr. Saida BEN REDJEB *chef de service* Tél : 216 71 564 765 Fax : 216 71 568 744 E-mail : saida.benredjeb@rsn.tn PUBLICATIONS 1984-2009 Publications

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Améliorer l accès à des médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Contexte Le marché pharmaceutique mondial est caractérisé par la coexistence de standards multiples de qualité: là où les patients

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Prévention anténatale du risque infectieux bactérien néonatal précoce

Prévention anténatale du risque infectieux bactérien néonatal précoce RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prévention anténatale du risque infectieux bactérien néonatal précoce Recommandations SEPTEMBRE 2001 Service recommandations et références professionnelles SOMMAIRE

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail