Interprétation des résultats d études observationnelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interprétation des résultats d études observationnelles"

Transcription

1 Interprétation des résultats d études observationnelles DESC Pathologie Infectieuse et Tropicale Module Épidémiologie, Prévention (hors vaccinologie) Sarah Tubiana 17/04/2014 CIC, hôpital Bichat Claude Bernard, Université Denis Diderot, Paris 7 IAME, Inserm UMR

2 Classification des études épidémiologiques L'investigateur impose t-il une exposition? OUI NON Etudes expérimentales Etudes observationnelles Randomisation? Existence d'un groupe contrôle (comparateur)? OUI NON OUI NON Essai contrôlé randomisé Essai non randomisé Etudes analytiques/ Etudes descriptives ou études quasiexpérimentales étiologiques Etudes transversales Etudes de cohortes Etudes cas témoins 2

3 Illustration à partir d une problématique clinique: Bactériémie à Staphylococcus aureus et risque d endocardite infectieuse (EI) 3

4 Bactériémies à Staphylococcus aureus et EI Incidence des bactériémies: cas pour PA 3 principaux microorganismes: Escherichia coli 35/10 5 /year Staphylococcus aureus (BSA) 25/10 5 /year FREQUENT Streptococcus pneumoniae 10/10 5 /year Sources d infection des BSA : Health care associated 60-70% Nosocomial 45-50% Non nosocomial 5-20% Community acquired 30-40% Laupland KB. CMI 2013 Rio A. CID 2009 Wisplinghoff H. CID 2004 Fowler VG. Arch Intern Med

5 Bactériémies à Staphylococcus aureus et EI «Bactériémies compliquées» : 43-70% Infection endovasculaire Localisations secondaires EI chez 5-17% des patients BSA RARE Poorest outcome in SAB patients (death in 30-40%) GRAVE Need to early detect IE in order to adapt therapy (antimicrobial therapy, surgery) 5

6 Chez quels patients faut-il particulièrement insister pour l échographie cardiaque? Absence de consensus : ETT? ETO? Systématique chez tous les patients avec BSA? Chez les patients à «risque élevé»? Identification des patients avec BSA les plus à risque de développer une EI 6

7 Quelles types d études épidémiologiques pour répondre à cette question? L'investigateur impose t-il une exposition? OUI NON Etudes expérimentales Etudes observationnelles Randomisation? Existence d'un groupe contrôle (comparateur)? OUI NON OUI NON Essai contrôlé randomisé Essai non randomisé Etudes analytiques/ Etudes descriptives ou études quasiexpérimentales étiologiques Etudes transversales Etudes de cohortes Etudes cas témoins 7

8 Quelles types d études épidémiologiques pour répondre à cette question? 8

9 Etudes observationnelles analytiques Plusieurs schémas d études peuvent être proposés: Etudes cas-témoins Études de cohortes Etudes transversales Tous reposent sur la comparaison de deux groupes (au moins) Visent à mettre en évidence une relation entre un (des) facteur(s) d exposition et un (des) évènement(s) d intérêt Chaque schéma présente des avantages et des inconvénients Chacun expose éventuellement à des biais différents 9

10 Préalables pour les 3 types d études Identification de la population d étude Choix de l évènement d intérêt Identification des facteurs d exposition 10

11 Préalables pour les 3 types d études: Identification de la population d étude Population cible Ensemble des sujets visés par l étude pour lesquels les résultats pourront être généralisés (ex: ensemble des patients avec BSA définie par 1 hémoc. positive) population cible 11

12 Préalables pour les 3 types d études: Identification de la population d étude Population cible Ensemble des sujets visés par l étude pour lesquels les résultats pourront être généralisés (ex: ensemble des patients avec BSA définie par 1 hémoc. positive) Population source Ensemble des sujets à partir desquels va être constitué l échantillon (ex: Patients adultes avec BSA hospitalisés dans 1 ou +eurs CH ) population cible population source 12

13 Préalables pour les 3 types d études: Identification de la population d étude Population cible Ensemble des sujets visés par l étude pour lesquels les résultats pourront être généralisés (ex: ensemble des patients avec BSA définie par 1 hémoc. positive) Population source Ensemble des sujets à partir desquels va être constitué l échantillon (ex: Patients adultes avec BSA hospitalisés dans 1 ou +eurs CH) Population d étude Ensemble de la population source ou échantillonnage représentatif Spécification des critères d inclusion/non inclusion /exclusion Population d étude population cible population source 13

14 exemples de population d étude 14

15 Préalables pour les 3 types d études Identification de la population d étude Choix de l évènement d intérêt Identification des facteurs d exposition 15

16 Préalables pour les 3 types d études: Choix de l évènement d intérêt Evènement d intérêt (critère de jugement) Simple ou composite Mortalité ou morbidité Définition clinique, biologique, histologique Le recueil doit être: Précis Objectif, mesuré avec un outil validé et fiable Standardisé, utilisation des mêmes outils pour tous les sujets En aveugle du groupe d exposition (si outil objectif inexistant) Daté au cours du suivi (importance de la temporalité Exposition-Evènement) 16

17 exemples d évènements d intérêt EI certaine selon Duke EI certaine selon Duke-Li BSA «compliquée» EI définie à l écho 17

18 Microorganisme Preuve de l atteinte cardiaque IE exclue Si autre étiologie ou disparition des symptômes <4 j ATB ou abs de signes évocateurs chir/autopsie <4 j ATB ou IE non possible

19 Préalables pour les 3 types d études Identification de la population d étude Choix de l évènement d intérêt Identification des facteurs d exposition 19

20 Préalables pour les 3 types d études: Identification des facteurs d exposition Facteurs d exposition Mesures uniques ou répétées Qualité moindre en cas de recueil rétrospectif Le recueil doit être: Précis, intensité sur plusieurs niveaux d exposition Objectif, mesuré avec un outil validé et fiable (questionnaire, appareil de mesure, explorations fonctionnelles, prélèvements ) En aveugle de l évènement (si outil objectif inexistant) Daté, durée, changements 20

21 exemples de facteur d exposition Facteurs d exposition antérieur à l acquisition de l EI : antérieur à la BSA (toxicomanie IV, valvulopathie) ou concomitant à la BSA (fièvre prolongée ou bactériémie persistente) 21

22 Classification des études épidémiologiques L'investigateur impose t-il une exposition? OUI NON Etudes expérimentales Etudes observationnelles Randomisation? Existence d'un groupe contrôle (comparateur)? OUI NON OUI NON Essai contrôlé randomisé Essai non randomisé Etudes analytiques/ Etudes descriptives ou études quasiexpérimentales étiologiques Etudes transversales Etudes de cohortes Etudes cas témoins 22

23 Etudes de type Cas Témoins 23

24 Etudes de type Cas Témoins Principe 1/2 Constitution de deux groupes de sujets en fonction de leur statut vis-à-vis de l évènement d intérêt : Sujets présentant l évènement (Cas) Sujets ne présentant pas l évènement (Témoins) Comparaison de la fréquence de l exposition antérieure à un facteur donné dans chacun des groupes (recueil rétrospectif) 24

25 Etudes de type Cas Témoins Principe 2/2 Exposés Non exposés Malades Cas Exposés Non exposés Exposition recherchée dans le passé Non Malades Témoins Constitution des deux groupes Passé Recueil des informations 25

26 Etudes de type Cas Témoins Principe 2/2 Diabète ou Fièvre prolongée Absence de diabète ou Fièvre prolongée EI Diabète ou Fièvre prolongée Absence de diabète ou Fièvre prolongée Exposition recherchée dans le passé Non EI Constitution des deux groupes Passé Recueil des informations La maladie étudiée est l EI au sein d une population de BSA Les témoins sont «non malades» pour EI 26

27 Etudes de type Cas Témoins Méthodologie 1/4 Sélection des cas (=sujets présentant l évènement) Cas incidents (inclusion dans l étude au moment du diagnostic) Cas prévalents (malade avant d être inclus dans l étude. C est donc un cas incident ayant survécu ou n ayant pas été perdu de vue à la date d inclusion dans l étude) Source des cas Dossiers médicaux Registres Certificats de décès 27

28 Etudes de type Cas Témoins Méthodologie 2/4 Sélection des témoins (=indemnes de l évènement) Issus de la même population que les cas L opportunité d être exposé doit être la même chez les cas et les témoins Sélection des témoins indépendante de l existence ou non d une exposition Source des témoins Population générale Sujets hospitalisés Entourage des cas 1 ou plusieurs groupes témoins Exemple : EI exclues (Classification de Duke-Li) ou EI possibles + EI exclues 28

29 Appariement des témoins Chaque cas peut être apparié avec 1 ou +eurs témoins ayant des caractéristiques communes: Objectif Sexe, âge, lieu de résidence Autres FDR connus considérés comme importants = F de confusion potentiels Assurer la similitude des cas et des témoins pour des FDC associés à l exposition et à l évènement d intérêt Etudes de type Cas Témoins Méthodologie 3/4 29

30 Etudes de type Cas Témoins Méthodologie 4/4 Avantages de l appariement Contrôle de facteurs de confusion y compris facteurs difficiles à mesurer Gain de puissance Limites de l appariement Choix de l appariement irréversible Association entre évènement et la/les variable(s) d appariement ne pourra pas être étudiée Risque de sur-appariement et perte de puissance 30

31 Etudes de type Cas Témoins Mesures d associations (OR) Rapport de cotes ou Odds Ratio (OR) cas témoins exposés a b non exposés c d cote d exposition chez les cas a / (a + c) c / (a + c) = a c a + c b + d cote d exposition chez les témoins b / (b + d) d / (b + d) = b d a / c OR = = b / d ad bc 31

32 Etudes de type Cas Témoins Interprétation d un odds ratio IC 95% OR < 1 facteur protecteur OR = 1 OR > 1 facteur de risque 0 1 Si l évènement est rare OR RR 32

33 Méthodes d analyse multivariée et mesures d association Schéma d étude Mesure d association Méthode d analyse Cas-témoins Odds Ratio (OR) Régression logistique (conditionnelle si appariement) 33

34 Etudes de type Cas Témoins Avantages et inconvénients Avantages Résultats rapides et coûts faibles Inconvénients Importance du recueil similaire de l exposition entre les cas et les témoins (biais) Pas de perdus de vue Pas d estimation d incidence ni de prévalence Pas d estimation du RR Adapté aux évènements dont les périodes de latence sont longues (E-M) Adapté aux évènements rares Étude de plusieurs facteurs étiologiques pour un seul évènement Difficultés d évaluer la relation temporelle E-M (biais) Recueil rétrospectif de l exposition (biais) Non indiqué pour les expositions rares Un seul évènement d intérêt 35

35 Etudes de type Cas Témoins nichée «Nested case-control study» Constitution d une cohorte et suivi Identification des cas à la fin du suivi Sélection échantillon témoin parmi les «non-cas» Avantages Limites Recueillir des informations «coûteuses» sur un nombre limité de sujets Limiter les biais de sélection et de mesure Bonne qualité du suivi de la cohorte 36

36 Objectif Méthodes Appariement (1K/2T) pas d étude de ce FDR Population d étude (échantillonnage de population source) Cas incidents 37

37 Recueil rétrospectif Evènement d intérêt (EI) Facteurs d exposition 38

38 Résultats Analyse multivariée OR ajustés 39

39 Classification des études épidémiologiques L'investigateur impose t-il une exposition? OUI NON Etudes expérimentales Etudes observationnelles Randomisation? Existence d'un groupe contrôle (comparateur)? OUI NON OUI NON Essai contrôlé randomisé Essai non randomisé Etudes analytiques/ Etudes descriptives ou études quasiexpérimentales étiologiques Etudes transversales Etudes de cohortes Etudes cas témoins 40

40 Etudes de cohortes 41

41 Etudes de cohortes Principe 1/3 42

42 Etudes de cohortes Principe 2/3 Constituer et suivre un groupe de sujets au cours du temps et estimer l incidence de survenue d un évènement (morbi-mortalité) Etudier l effet d un facteur d exposition(fdr/fp)sur l incidence de l évènement 43

43 Etudes de cohortes Principe 3/3 Pop d étude Constitution cohorte Exposés Non exposés Malades Non malades Malades Non malades Temps 44

44 Etudes de cohortes Principe 3/3 Pop d étude BSA Constitution cohorte Diabète ou Fièvre prolongée Abs de diabète ou Fièvre prolongée EI Non EI EI Non EI Temps 45

45 Etudes de cohortes Typologie 1/6 Plusieurs critères de classification des études de cohortes: Descriptives/analytiques (selon l objectif) Spécialisées/généralistes (selon la taille) Prospectives/rétrospectives (selon la chronologie du recueil) Ouvertes/fermées (selon la composition des groupes) 46

46 Etudes de cohortes Typologie 2/6 Spécialisées/généralistes Cohortes spécialisées Centrées sur un problème spécifique (pathologie et/ou groupe de population) Sujets sélectionnés selon des caractéristiques particulières Effectif restreint Données détaillées avec investigations biologiques/cliniques approfondies (peuvent entrer dans le champs de la RBM) 47

47 exemple 48

48 Etudes de cohortes Typologie 3/6 Spécialisées/généralistes Cohortes généralistes En population générale De grande taille Couverture large de problèmes de santé et de déterminants Données moins détaillées Plateformes scientifiques permettant d étudier de nombreuses questions 49

49 exemple 50

50 Etudes de cohortes Typologie 4/6 Prospectives/rétrospectives Cohortes prospectives Inclusions et mesure de l exposition dans le présent Evènement d intérêt dans le futur présent passé E = exposition M= maladie (+) Limitation du risque de biais dans la mesure de l exposition (-) Nécessité de suivi long si délai d apparition de la maladie long Etude de cohorte prospective E+ E- temps M+ M- M+ M- futur 51

51 exemple 52

52 Etudes de cohortes Typologie 5/6 Prospectives/rétrospectives Cohortes rétrospectives (ou historiques ) Début de l étude après l exposition Reconstitution à posteriori de la cohorte présent futur E+ E- M+ M- M+ M- temps (+) Economie en terme de durée de suivi (-) Risque de biais dans la mesure de l exposition 53

53 exemple 54

54 Cohortes fermées (fixes) Mêmes sujets suivis tout au long de l étude (salariés d une entreprise à une date donnée, survivants de Hiroshima et Nagasaki) Etudes de cohortes Typologie 6/6 Cohortes ouvertes (dynamiques) Sujets peuvent entrer dans l étude à tout moment à partir de la date de début de suivi A C B D Début du suivi Fin du suivi 55

55 Evènement(s) étudié(s) Relevance clinique/biologique Etudes de cohortes Méthodologie Recherche évènement chez tous les sujets de la cohorte Importance de limiter la perte de vue Si PV, sources d informations complémentaires (certificat de décès) Exposition(s) et facteurs de confusion Prédéfinis Mesure initiale +/- ré-évaluation régulière au cours du suivi Puissance déterminée par le nombre d évènements Augmenter la taille de la cohorte et/ou la durée de suivi 56

56 Etudes de cohortes Mesures d association (RR) Oui maladie Non exposés a b I e = a a + b non exposés c d I ne = c c + d Différence de risque : Rapport de risque /ratio de risque /risque relatif: DR = I e I ne RR= I e I ne 57

57 Etudes de cohortes Interprétation d un RR RR mesure la force de l association RR < 1 facteur protecteur IC 95% RR 1 RR > 1 facteur de risque

58 Etudes de cohortes Méthodes d analyse multivariée et mesures d association Schéma d étude Mesure d association Méthode d analyse Cas-témoins Cohorte Odds Ratio (OR) Régression logistique Cohorte Cohorte Rapport de Taux d incidence (IRR) Rapport de risque instantané (HR) Régression de Poisson Taux constant Modèle de Cox Rapport de risque instantané constant 59

59 60

60 61

61 Lieu présumé de contamination non étudié dans l étude K/T car facteur d appariement Durée de la fièvre (Var continue) NS 62

62 Etudes de cohortes Avantages et inconvénients Avantages Particulièrement indiquées lors des expositions rares Permettent d examiner plusieurs évènements Temporalité établie entre exposition et évènement Prospectives: limitation des biais de mesure de l exposition et de la maladie Inconvénients Non adaptées aux maladies rares Prospectives: longues et coûteuses Rétrospectives: nécessité de disposer de documents appropriés Validité des résultats dépendante de la qualité du Suivi (biais) Mesures d incidence dans chacun des groupes 63

63 Classification des études épidémiologiques L'investigateur impose t-il une exposition? OUI NON Etudes expérimentales Etudes observationnelles Randomisation? Existence d'un groupe contrôle (comparateur)? OUI NON OUI NON Essai contrôlé randomisé Essai non randomisé Etudes analytiques/ Etudes descriptives ou études quasiexpérimentales étiologiques Etudes transversales Etudes de cohortes Etudes cas témoins 64

64 Etudes transversales 65

65 Etudes transversales Principe 1/2 Sélection échantillon dans population source Tirage au sort (par grappes, avec stratifications proportionnelles pour la représentation de sous groupes ) Mesure simultanée : Exposition et Evènement d intérêt Descriptives ou analytiques Etudes transversales successives Information sur modifications au cours du temps Tenir compte des changements dans la population ex. enquêtes de prévalence des IN 66

66 Etudes transversales Principe 2/2 Exposition Evènement temps 67

67 Etudes transversales Mesures de fréquence et d association Estimation de la prévalence de l évènement Prévalence = Nombre de sujets présentant l évènement à un moment donné Nombre total de sujets au même moment Schéma d étude Mesure d association Méthode d analyse Cas-témoins Cohorte Transversale Odds Ratio (OR) Prevalence ratio Régression logistique 68

68 Etudes transversales Avantages et Inconvénients Avantages Pas de suivi donc pas de perdus de vue Inconvénients Non adaptées aux évènements rares Résultats rapides, faible coût Possibilité d étudier plusieurs évènements Pas de mesure de l incidence Temporalité exposition / évènement non établie Génération d hypothèses UNIQUEMENT Adaptées aux objectifs descriptifs (prévalence) 69

69 Principaux biais des études observationnelles 70

70 Les biais Erreur aléatoire dans l estimation d un paramètre Erreur systématique dans l estimation d un paramètre Erreur aléatoire + erreur systématique = Fluctuation d échantillonnage BIAIS BIAIS 71

71 Types de biais 1) Biais de sélection 2) Biais d information [3) Biais de confusion] Population source Biais de sélection Echantillon Mesure Biais d information Estimation 72

72 Biais de sélection Définition Différences systématiques dans la procédure de sélection des sujets affectant la constitution de l échantillon: entre les cas et les témoins (études cas/témoins) entre les exposés et les non exposés (études de cohorte) Association entre exposition et évènement d intérêt différente entre les sujets participant et ceux ne participant pas à l étude 73

73 Biais de sélection Exemples Biais d admission: Fréquent en milieu hospitalier Biais de non réponse ou perdus de vue: Fréquence des non-répondants élevée et différente entre les 2 groupes Perdus de vue : Principale source de biais dans les études de cohortes si non dus au hasard Biais de surveillance ou de diagnostic: Exposition étudiée influençant la détection de l évènement d intérêt ou vice versa 74

74 Biais de sélection Exemples Biais de survie sélective : Inclusion de cas prévalents dans une étude cas-témoins (ayant survécu jusqu au moment de l étude) ; sujets décédés précocement non inclus Inclure des utilisateurs prévalents (plutôt que des nouveaux utilisateurs) dans une étude de cohorte Biais d indication: Prescription d un traitement (exposition) de façon préférentielle chez les sujets les plus à risque Lié à l absence de randomisation dans les études observationnelles Intérêt des scores de propension (tenir compte de la probabilité pour un pt de se trouver dans le groupe E ou non E en fonction de ses caractéristiques) 75

75 exemples Profils de patients avec écho / profils des patients sans écho? Non inclusion des cas les plus graves Recrutement des patients dans 1 seul CHU (service de chirurgie cardiaque, réanimation ) 76

76 77 Importance de comparer les caractéristiques générales disponibles entre les sujets inclus et les éligibles non inclus

77 78

78 Types de biais 1) Biais de sélection 2) Biais d information [3) Biais de confusion] Population source Biais de sélection Echantillon Mesure Biais d information Estimation 79

79 Biais d information Définition Différence systématique dans la façon de recueillir l information entre les 2 groupes de sujets Erreur dans la façon de classer les exposés/non exposés ou malades/non malades à l origine d une erreur dans l estimation de l effet de l exposition sur la maladie 80

80 Biais d information Exemples Biais de mémorisation: Lorsque les cas et les témoins se souviennent avec une acuité différente de leur exposition au facteur de risque étudié Biais d investigateur: Lorsque les investigateurs interrogent/recueillent différemment les informations : des cas et des témoins sur l exposition des exposés et non exposés sur l évènement d intérêt 81

81 Biais lié à la qualité des données: Lorsque les données concernant les cas (ou les exposés) sont meilleures ou plus accessibles que celles qui concernent les témoins (ou les non exposés) Biais d information Exemples Effet cohorte «effet Hawthorne»: Le fait d être observé modifie le comportement des sujets 82

82 exemple Patient avec EI possible (1 critère majeur microbiologique + 1 critère mineur clinique) n ayant pas eu d ETT/ETO considéré comme «non malade» aurait peut être été classé comme «malade» si ETT/ETO avait été faite (1 critère majeur echo) 83

83 Biais d information Conséquences d une mauvaise classification Erreur différentielle (affectant différemment les 2 groupes de sujets) Modification du sens de l association entre l exposition et la maladie (sousestimation ou surestimation de l association) Erreur non différentielle (affectant de la même façon les 2 groupes de sujets) Perte de puissance de l étude: Même direction de la mesure de l association entre exposition et maladie (effet protecteur ou délétère) mais amplitude moindre 84

84 Prévention des biais de sélection et d information Non modifiables ou corrigeables au moment de l'analyse Analyses de sensibilité pour tester la robustesse des résultats Prévention au moment de la conception du protocole Sélectionner les cas et les témoins en aveugle de l exposition (cas témoins) Sélectionner les exposés et non-exposés en aveugle du statut/maladie (cohorte rétrospective) Importance des définitions de l exposition et de l évènement d intérêt (objectives, spécifiques ) 85

85 Types de biais 1) Biais de sélection 2) Biais d information [3) Biais de confusion] Population source Biais de sélection Echantillon Mesure Biais d information Estimation 86

86 Facteurs de confusion Confounding factor or confounder Un facteur de confusion est une variable qui doit être: Associée à l exposition (sans en être la conséquence) Associée à la maladie/évènement d intérêt indépendamment de l exposition Exposition ATB Age Facteur de confusion Evénement étudié Mortalité 87

87 Prise en compte des facteurs de confusion Avant le début de l étude Restriction de la population d étude (critères d inclusion et de non inclusion) Appariement dans les études cas-témoins Déterminer les facteurs qui devront être pris en compte dans l analyse Après le début de l étude (=au moment de l analyse) Stratification ou analyses en sous groupes Ajustement (modèles multivariés) Scores de propension 88

88 Prise en compte des facteurs de confusion Intérêt des scores de propension Dans une étude observationnelle, une différence observée dans l évolution (évènement) peut ne pas être liée au choix thérapeutique (exposition) mais aux raisons de ce choix (biais d indication) L analyse de propension consiste à tenir compte dans l analyse de la relation entre un traitement et l évolution des patients, de la probabilité pour un patient de se trouver dans le groupe traité en fonction de ses caractéristiques 89

89 Etudes observationnelles Interprétation : différence (non) significative Différentes explications doivent être envisagées avant de conclure à l absence ou la présence d effet de l exposition étudiée Différence non significative Puissance insuffisante - Taille d échantillon trop petite Erreurs de classement imputables au hasard Causes de diminution de l OR/RR : - Non prise en compte de F de confusion - Manque de spécificité de l association - Association présente seulement dans un sous-groupe (risque «dilué») Interprétation : Diff NS NON SYNONYME DE absence de différence Différence significative Biais Biais de sélection - Biais de mesure, de mémorisation, et plus généralement de classement Non prise en compte de l ensemble des facteurs de confusion Chance : En particulier si tests d hypothèses multiples (augmentation du risque d erreur alpha) Interprétation : Diff S NON SYNONYME DE importance clinique et de CAUSALITE 90

90 La causalité Austin Bradford Hill 1965 : 9 critères Force de l association (niveau de corrélation, importance de la différence) Cohérence Externe: Reproductibilité, comparaison avec d autres populations Interne: protocole, prise en compte des biais Temporalité (l effet précède la cause) Relation dose-effet Preuves expérimentales Spécificité de l association Cohérence biologique (histoire naturelle de la maladie, physiopathologie) Plausibilité biologique Analogie (avec d autres évènements reliés à une autre pathologie)

91 Niveaux de preuve Classification des preuves scientifiques apportées par la littérature (Haute Autorité de Santé)

92 Sections de l article Quelle information rechercher Introduction Objectif : Population ou problème Intervention Critère de jugement Plan de l étude Méthodes Population : Lieux et date Critères d inclusion Mode de recrutement Intervention Critère de jugement Définition, mesures, modalités de recueil, temps de suivi Plan de l étude Analyse statistique Quelle information en tirer : validité et utilité Question de recherche? Plan de l étude approprié? Représentativité de la population => validité externe Mode de recrutement => biais de sélection? Qualité de mesure du critère de jugement => biais d information? Prise en compte d autres facteurs => biais de confusion? Résultats Tableaux et figures Tableau 1 : caractéristiques des patients Figure 1 : flow chart Tableaux et figures : résultats (indice d effets et leur précision) Comparabilité des groupes Processus de recrutement, qualité du suivi Résultats (indices d effets correspondants aux critères de jugement prédéfinis) Discussion Conclusion : 1 ère phrase de la discussion Conclusion : répondre à l objectif fixé à priori, tenir compte des principaux biais 93

93 (http://www.strobe-statement.org/) Recommandations pour réaliser des études observationnelles de qualité «well designed» Liste d items à décrire dans les articles pour permettre au lecteur d évaluer la qualité des articles pour des études observationnelles Etudes descriptives Etudes analytiques (K/T, cohortes, transversales) 94

94 Extrait des items à faire figurer dans la méthode 95

95 Chez quels patients faut-il particulièrement insister pour l échographie cardiaque? 96

96 Year Author, journal Location Design Patients Place of acquisition Study definition of poor outcome Methods Factors associated of poor outcome/ Echo recommendations 1987 Bayer et al. Arch Intern Med Prospective single center cohort study 72 (all had 2 dim echo) community acquired hospitalacquired Endocarditis (Duke criteria?) Step-wise regression multivariate model No primary focus Community acquisition Metastatic sequelae Valvulare lesion on echo All cases of community acquired SAB should have echo 1997 Fowler et al. J Am Coll Cardiol USA Prospective single center cohort study 103 (all had TTE and TOE) community acquired hospitalacquired health care associated Endocarditis (Duke criteria) Descriptive analysis TOE more sensitive for IE diagnosis and should be considered for all patients with SAB 2002 Blyth et al. Intern Med J 2002 Australia Mixed retrospective and prospective study on adherence to Fowler's SAB guidelines 98 (10 had TOE 24 had TTE) community acquired hospitalacquired Endocarditis (Duke modified criteria) Descriptive analysis TTE is adequate in most patients with SAB 2002 Jensen et al. Arch Intern Med Denmark Prospective observational single center study 278 community acquired hospitalacquired Death Step-wise regression multivariate model Uneradicated focus septic shock total daily dose of dicloxacilline < 4g age > Chang et al. Medecine, USA Prospective multicenter cohort study 505 community acquired hospitalacquired Endocarditis (Duke modified criteria) Definite or possible vs. Excluded step-wise regression multivariate model Native valve disease Prosthetic valve Bacteremia > 3 days IVD use Unidentifiable portal of entry Prior endocarditis Community acquisition Non white race

97 Year Author, journal Location Design Patients Place of acquisition Study definition of poor outcome Methods Factors associated of poor outcome Pigrau et al. Eur J Clin Microbiol Infect Dis Fowler et al. Arch Intern Med, Spain USA Retrospective review of short course antibiotics for line-related SAB and the role of TOE Prospective single center cohort study 87 Community acquired (catheter hospital-acquired related) 724 community acquired hospital-acquired health care associated Endocarditis (Duke modified criteria) complicated SAB at baseline (attributable mortality embolic stroke or reccurent infection) Complicated vs. Uncomplicated Descriptive analysis step-wise regression multivariate model internally validated using bootstrap resempling technique clinical scoring (0-5) TOE may not be mandatory in those without risk factors who respond quickly to treatment Community acquired (1) Skin examination findings suggesting acute systemic infection (1) Persistent bacteremia (2) Persistent fever (1) 2005 Van Hal et al. J Infect Australia Retrospective comparison of diagnostic yield of TOE and TTE in SAB patients 125 (all had TTE TOE) community acquired hospital-acquired Endocarditis (Duke modified criteria) Descriptive analysis Fischer s exact paired Student s t- test No primary focus Community acquisition No embolic signs and normal TTE makes IE very unlikely subgroup of SAB (without embolic phenomena and no or trivial valvular regurgitation on TTE) who do not require TOE El-Ahdab et al. Am J Med, Sullenberg et al. J Heart Valve Dis (abstract only) USA USA Prospective cohort study Retrospective review 51 (with community acquired prosthetic hospital-acquired valve) 176 (64 had TTE and TOE) community acquired hospital-acquired Endocarditis (Duke Step-wise regression modified criteria) multivariate model Definite vs. Possible Endocarditis (Duke modified criteria) Descriptive analysis? Persistent fever Persistent bacteriemia old age TOE should be considered for all SAB patients

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Statistiques et essais cliniques

Statistiques et essais cliniques Hegel Vol. 3 N 1 2013 DOI : 10.4267/2042/49204 21 Statistiques et essais cliniques François Kohler Laboratoire SPI-EAO, Faculté de Médecine, Vandœuvre-les-Nancy francois.kohler@univ-lorraine.fr Introduction

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Dr Annabelle COVI-CROCHET Département de médecine générale Faculté de médecine de Créteil Introduction

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Glossaire des termes utiles à la lecture. critique d un article médical

Glossaire des termes utiles à la lecture. critique d un article médical Glossaire des termes utiles à la lecture critique d un article médical Ajustement... 4 Analyse de sous-groupe... 5 Analyse de survie... 5 Analyse en intention de traiter... 6 Analyse en per-protocole...

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles)

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Janvier 2013 1 Liste de contrôle des allégations fondées sur des études non expérimentales N o Liste

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

Enquêtes cas-témoins Planification & Analyse simple

Enquêtes cas-témoins Planification & Analyse simple M1 "Épidémiologie, Santé Publique & Recherche clinique" Enquêtes cas-témoins Planification & Analyse simple Dr Sophie Bastide Département BESPIM Biostatistique, Epidémiologie, Santé Publique, Information

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude Etudes épidémiologiques i i d ETUDE En Recherche Clinique et Epidémiologie 2012 2013 P.Fabbro Peray Définition iti générale é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo COMMENT REDIGER UN PROJET DE RECHERCHE POUR UNE THESE DE MEDECINE OU UN MEMOIRE EN SCIENCES DE LA SANTE? Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS,

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

STAPHYLOVASC. Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares

STAPHYLOVASC. Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares Hôpital de la Croix-Rousse, Lyon Université Claude Bernard Lyon 1 Centre National de Référence des Staphylocoques

Plus en détail

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Faut il les suivre à la lettre? Thanh Doco-Lecompte Maladies Infectieuses et tropicales CHU Nancy Evolution des indications d antibioprophylaxie

Plus en détail

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles P Brochard Laboratoire Santé Travail Environnement Université Victor Segalen Bordeaux 2 1 Amiante Reconnaissance du danger : classement par

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Pr Eric BELLISSANT CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Loi du 9 août 2004 : Recherche clinique Recherche Biomédicale Produit de Santé (RBM) Hors produit de Santé Soin Courant Sur collections

Plus en détail

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE)

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Frédéric Mistretta 1, Jean-Sylvain Larguier 1, Didier Not 1, Xavier Carcopino 2, Anne-Carole Jacquard 3,

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau

Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau INTRODUCTION -Les maladies inflammatoires de l intestin(mici) sont des pathologies chroniques et multifactorielles. -Risque

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

Recherche clinique. septembre 2014 juin 2015. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

Recherche clinique. septembre 2014 juin 2015. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i CAS Certificat de formation continue Certificate of Advanced Studies Recherche clinique orientée patients septembre 2014 juin 2015 f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i Comité de programme Prof.

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

Les Meta-analyses. Sibilia Quilici. Université René Descartes Paris V Faculté de Pharmacie Master Science de la vie et de la santé 28/01/2014

Les Meta-analyses. Sibilia Quilici. Université René Descartes Paris V Faculté de Pharmacie Master Science de la vie et de la santé 28/01/2014 Les Meta-analyses Sibilia Quilici Université René Descartes Paris V Faculté de Pharmacie Master Science de la vie et de la santé 28/01/2014 Nombre de publication en méta-analyses 8000 7000 6000 5000 4000

Plus en détail

Surveillance de la Prescription des Antibiotiques

Surveillance de la Prescription des Antibiotiques Surveillance de la Prescription des Antibiotiques Rémy Gauzit Yves Péan Jérôme Robert JP Bedos Emmanuelle Varon Jean Paul Stahl Alain Lepape Jean Pierre Bru Xavier Bertrand Serge Alfandari Au nom de tous

Plus en détail

La Rédaction médicale. Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille

La Rédaction médicale. Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille La Rédaction médicale Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille S Différents textes S Article original: compte rendu d un travail de recherche S L éditorial (écrit à la demande du

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines Etude de mortalité et d incidence des cancers autour du site de Soulaines B.VACQUIER Séminaire Environnement / Santé de l ANCCLI et de l IRSN 15 novembre 2012 Contexte Mise en place d un centre de stockage

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Variabilité de la la maturation osseuse du poignet en. période pré et et per pubertaire. Comparaison des méthodes d évaluation.

Variabilité de la la maturation osseuse du poignet en. période pré et et per pubertaire. Comparaison des méthodes d évaluation. Variabilité de la la maturation osseuse du poignet en période pré et et per pubertaire. Comparaison des méthodes d évaluation. N Colavolpe *, K Chaumoître *, P Kbaier *, O Dutour **, H Chaudet ***, M Panuel

Plus en détail

DIU «Chef de projet» Acculturation à la méthodologie. Pr Florence Tubach

DIU «Chef de projet» Acculturation à la méthodologie. Pr Florence Tubach DIU «Chef de projet» Acculturation à la méthodologie Pr Florence Tubach Dpt Epidémiologie et Recherche Clinique Hôpital Bichat-Claude Bernard Université Paris Diderot 1 Plan 1. Etudes observationnelles

Plus en détail

bénéfices et maléfices des mesures d isolement

bénéfices et maléfices des mesures d isolement bénéfices et maléfices des mesures d isolement MC. Eisenring Centre de Maladies Infectieuses et Épidémiologie (CMIE) Institut Central des Hôpitaux Valaisans (ICHV), Sion Journée de formation, Assemblée

Plus en détail

L impact causal de la survenue du cancer sur le parcours professionnel : l apport des données administratives

L impact causal de la survenue du cancer sur le parcours professionnel : l apport des données administratives 35 ièmes Journées des Économistes de la Santé Français, 5 et 6 décembre 2013, Créteil L impact causal de la survenue du cancer sur le parcours professionnel : l apport des données administratives T. Barnay

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

Cours international d initiation à la recherche : de la méthode à la publication

Cours international d initiation à la recherche : de la méthode à la publication Cours international d initiation à la recherche : de la méthode à la publication Tunis, les 19, 20 et 21 janvier 2016 PRÉSENTATION GÉNÉRALE Il s agit d une formation organisée sous l égide de l Association

Plus en détail

Incidence et facteurs de risques d infection sur dérivations ventriculaires externes

Incidence et facteurs de risques d infection sur dérivations ventriculaires externes Incidence et facteurs de risques d infection sur dérivations ventriculaires externes Marini H (1), Derrey S (2), Lebaron C (1), Proust F (2), Langlois O (2), Merle V (1), Fréger P (2), Czernichow P (1).

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275 Courbes ROC nettes dépendantes du temps : méthode d évaluation de la capacité d un marqueur à prédire la mortalité liée à l insuffisance rénale terminale chez des patients transplantés rénaux. Marine Lorent,

Plus en détail

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Collaboration avec statisticien et data manager Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Rôle du statisticien dans une étude clinique Responsable

Plus en détail

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Alain Weill, Michel Païta, Philippe Tuppin, Jean-Paul Fagot, Anke Neumann, Philippe Ricordeau, Hubert Allemand

Plus en détail

Rapid response team (Equipe mobile d urgence)

Rapid response team (Equipe mobile d urgence) Rapid response team (Equipe mobile d urgence) D. Benoit, MD, PhD Department of Intensive Care Medicine Ghent University Hospital Chaine de survie intra hospitalière Intervention précoce avant l admission

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID Etude rétrospective des complications infectieuses, thrombotiques et mécaniques associées aux cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC) en onco-hématologie Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail