VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES"

Transcription

1 VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz

2 Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation ou des intérêts financiers ou intérêts de tout ordre avec les sociétés commerciales suivantes en lien avec la santé. PFIZER 2

3 ANSM INVS Direction sécurité sociale Non votant CTV (Comité technique des vaccinations) - experts. Vote - veille scientifique - stratégie vaccinale - mise à jour du calendrier vaccinal Evaluation de la politique vaccinale -Taux de couverture INPES Direction générale du travail Avis et propositions - Surveillance des maladies à prévention vaccinale (INVS) HCSP (Haut conseil de la Santé Publique) Ministre de la santé politique vaccinale Calendrier vaccinal -Reco générales -Reco particulières

4 Incidence des infections à pneumocoques en fonction de l âge Incidence des infections invasives, méningites et bactériémies à pneumocoques en , par tranche d âge, en France (Données EPIBAC). Lepoutre A et al. Impact de la vaccination par le vaccin pneumococcique conjugué sur l épidémiologie des infections invasives à pneumocoques en France

5 Épidémiologie du risque pneumococcique Kyaw MH et al. J Infect Dis. 2005;192:

6 Principales formes cliniques des infections pneumococciques Infections à pneumocoque IIP Non invasives (muqueuses) Bactériémies Méningites Pneumonies OMA Sinusites IIP = infections invasives à pneumocoque; OMA = otite moyenne aigüe 6

7 Vaccins pneumococciques disponibles en France* CONJUGUÉS Prevenar 7 et 13 (Pfizer) PCV 7 4 6B 9V 14 18C 19F 23F * PCV B 9V 14 18C 19F 23F A 7F 19A NON CONJUGUÉ Pneumo 23 (Sanofi Pasteur MSD) * PV 23 Composition par rapport au 13 valent conjugué en plus : 2-8-9N-10A-11A-12F-15B- 17F-20-22F-33F en moins : pas de 6A 7

8

9 Evaluation de la politique vaccinale en France Couverture anti-pneumococcique - couverture des résidents à risque: 27 % - couverture totalité des résidents: 17 % - couverture anti tétanique : 44 % BEH 2 Février 2010 Jebrak G et al. Rev Mal Respir 2010;27: cohorte prospective 542 BPCO état stable. Couverture: 27 % Piquet J et al. Rev Mal Respir 2010;27: cohorte prospective 1824 exacerbations de BPCO. Couverture: 25 %

10

11 Euro Surveill. 2005;10(9):564 x x

12

13

14 Vaccins pneumococciques disponibles en France* CONJUGUÉS Prevenar 7 et 13 (Pfizer) PCV 7 4 6B 9V 14 18C 19F 23F * PCV B 9V 14 18C 19F 23F A 7F 19A NON CONJUGUÉ Pneumo 23 (Sanofi Pasteur MSD) * PV 23 Composition par rapport au 13 valent conjugué en plus : 2-8-9N-10A-11A-12F-15B- 17F-20-22F-33F en moins : pas de 6A 14

15 Vaccin anti pneumococcique conjugué chez l adulte Prevenar 13 : nouvelle indication. Septembre 2011 EMA «Prévention des infections invasives dues à S. pneumoniae chez l adulte de 50 ans et plus»

16 Vaccins anti-pneumococciques conjugués. Données «immunologiques» chez l adulte. VPC 7v ou 13v vs VPS 23v. Réponses anticorps (Elisa/activité opsonisante). Réponse anticorps supérieure à M1 pour 10 sérotypes communs VPC 13 Vs VPS 23 ( 70 ans vaccination VPS 23 5 ans) Réponse anticorps à M1 > pour 8 sérotypes communs. (adultes non vaccinés VPS23) Vaccins conjugués induisent mémoire immunitaire (VPC13 ou VPS23 3 à 4 ans après VPC13) VPS 23v induit une hyporéponse aux vaccins conjugués (durée?)

17 Vaccin conjugué chez l adulte Impact sur l épidémiologie des infections invasives à pneumocoque

18 E. Varon CNRP rapport 2012

19 Effet indirect d une politique vaccinale Evolution de l incidence des infections invasives à pneumocoque aux USA. Conséquences de l introduction du vaccin conjugué 7 valent chez l enfant. Pilishvili LA et al. J Infect Dis 2010;201:32-41

20 PCV7

21

22 PCV 7 PCV 13

23

24 Evolution de la couverture sérotypique (%) du vaccin conjugué 7-valent (PCV7), 13-valent (PCV13) et du vaccin polysaccharidique 23-valent (Pn 23v) chez l adulte ( 50 ans), dans les infections invasives entre 2001 et PCV7 51 % 9,6 % PCV13 75 % 47 % Pn 23v 87 % 76 % Sérotypes contenus dans chacun des vaccins: PCV7 : 4,6B,9V,14,18C,19F,23F PCV13 : 1,3,4,5,6A,6B,7F,9V,14,18C,19A,19F,23F Pn 23v : 1,2,3,4,5,6B,7F,8,9N,9V,10A,11A,12F,14,15B,17F,18C,19A,19F,20,22F,23F,33F CNRP données 2012

25 Vaccin anti pneumococcique conjugué chez l adulte Données Cliniques

26 Critère principal de jugement : survenu d un épisode invasif de sérotype vaccinal. Médiane de suivi 1,2 an.

27 Efficacité vaccinale : 74 % (IC 95% 30-90) Efficacité vaccinale : 12 mois : 85 %, > 12 mois : 25 % 220 patients CD4 200 : efficacité vaccinale 86 % (IC 95 % 41-97) mortalité toutes causes identique

28 Recommandations HCSP «Les vaccins polyosidiques non conjugués (pneumocoque, méningocoque) sont peu immunogènes et leur efficacité diminuée chez ces patients devrait faire préférer l utilisation de vaccins polyosidiques conjugués.»

29 Février 2012 JO 26 Novembre 2013

30 Vaccin antipneumococcique conjugué 13 valences Positionnement adultes à risques non immunodéprimés et sujets 65 ans?

31

32 Vaccin antipneumococcique conjugué 13 valences Positionnement adultes à risques non immunodéprimés et sujets 65 ans: Etudes médico-économiques dans ce contexte montrent que le rapport coût/efficacité d un programme de vaccination dépendra principalement: de l efficacité sur la prévention des pneumonies pneumococciques non bactériémiques du délai d introduction du vaccin compte tenu de l effet indirect de la vaccination des enfants sur les populations cibles

33 Etude randomisée, groupes parallèles, contrôlée PCV13 vs placebo (1/1) Adultes 65 ans naïfs pour Pn 23v. Recrutement sujets débuté Septembre 2008 Critère de jugement principal : survenue d un épisode de PAC à pneumocoque de sérotype vaccinal. Nombreux critères de jugements secondaires et additionnels.

34 Vaccin antipneumococcique conjugué 13 valences Positionnement chez l adulte. Résultats CAPITA. IDSA Octobre Abstract patients 65 ans. Recrutement Suivi 4 ans. Vaccin enfants PCV 7 (Juin 2006), PCV 13 (Mars 2011) PAC sérotype P13 (critère principal) PAC sérotype P13 Non invasif PAC sérotype P13 invasif Effets secondaires sérieux VPC 13v (n) Placebo (n) Efficacité vaccinale % (22-63) % (14-65) (41-91) p 0,0006 0,0067 0, NS Mortalité globale NS

35 T Pilishvili ACIP 26 Juin 2014

36

37

38 Stratégie vaccinale anti pneumococcique de l adulte non immunodéprimé en France en 2014? CAPITA +. Analyse des populations à risques patients immunocompétents à risques? patients immunocompétents à risques + âge 65 ans? mise en place rapide car risque de disparition des sérotypes vaccinaux liée VPC 13v enfants (2010) attendre stabilisation de l épidémiologie post vaccinale enfants et développer vaccin conjugué ciblé sur sérotypes «restants» d intérêt clinique recherche active sur vaccin s affranchissant du sérotype

39

40

41 IDSA Octobre 2014

42 CAPiTA: Study Objectives Primary Efficacy of PCV13* for prevention of first episode of vaccine-type (VT) Community-Acquired Pneumonia (CAP) Secondary Efficacy of PCV13 for prevention of first episode of non-bacteremic VT- Community-Acquired Pneumonia (CAP) Efficacy of PCV13 for prevention of first episode of VT-Invasive Pneumococcal Disease (IPD) Additional exploratory objectives Efficacy of PCV13 for the prevention of all episodes of CAP Efficacy of PCV13 for the prevention of death Investigate trends in efficacy by age Assess economic effect of PCV13 42

43 Infections invasives à pneumocoques

44 Pneumonies sans précision

45 Mortalité

46

47

48

49

50 Fig 4 Results of probabilistic sensitivity analysis. Rozenbaum M H et al. BMJ 2012;345:bmj.e by British Medical Journal Publishing Group

51

52 Des expressions cliniques qui restent différentes en fonction de l âge Epidémiologie des infections invasives à pneumocoque au Canada % Kellner et al. Clin Infect Dis. 2009;49:

Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte

Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte Pr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 16eme congrès de pneumologie de langue française,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013. Dr F. DUBOS - Lille

Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013. Dr F. DUBOS - Lille Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013 Dr F. DUBOS - Lille Conflits d intérêt Invité par Pfizer aux congrès ESPID 2010, 2011, 2013 Financement d études par Sanofi-Pasteur

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Vaccins et chimiothérapies chez l adulte

Vaccins et chimiothérapies chez l adulte Vaccins et chimiothérapies chez l adulte 1 1 Coordination Pr Odile LAUNAY (CIC Vaccinologie, Cochin-Pasteur; Paris), Dr Pierre LOULERGUE (CIC Vaccinologie, Cochin-Pasteur; Paris) Membres du groupe de travail

Plus en détail

Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Rapport Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal. PLACE DU VACCIN PNEUMOCOCCIQUE CONJUGUE A 13 VALENCES Chez les personnes âgées en EHPAD

Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal. PLACE DU VACCIN PNEUMOCOCCIQUE CONJUGUE A 13 VALENCES Chez les personnes âgées en EHPAD Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal PLACE DU VACCIN PNEUMOCOCCIQUE CONJUGUE A 13 VALENCES Chez les personnes âgées en EHPAD Analyse critique de l évolution des vaccins pneumococciques,

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Vaccinations: quel impact sur les prescriptions et les résistances aux anti-infectieux?

Vaccinations: quel impact sur les prescriptions et les résistances aux anti-infectieux? Vaccinations: quel impact sur les prescriptions et les résistances aux anti-infectieux? Jean Beytout, Henri Laurichesse Maladies infectieuses CHU de Clermont-Ferrand Introduction Au moment où les résistances

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8813

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8813 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8813 Vaccination de l enfant et de l adolescent contre le pneumocoque In this scientific advisory report on public health policy, the Superior Health Council of

Plus en détail

PARTICULARITÉS DES INFECTIONS

PARTICULARITÉS DES INFECTIONS Collège des Maladies Infectieuses Le 30 Juin 2010 PARTICULARITÉS DES INFECTIONS À PNEUMOCOQUE CHEZ L ENFANT ET LEUR PRÉVENTION Pr Ag Monia Khemiri Service Médecine Infantile A Hôpital d Enfants-Tunis LE

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques infectieux Bureau des maladies infectieuses, des risques

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations 4 2. Recommandations 5 Vaccination des personnes

Plus en détail

Vaccins méningococciques tétravalents A,C,Y,W135 Recommandations d utilisation

Vaccins méningococciques tétravalents A,C,Y,W135 Recommandations d utilisation Vaccins méningococciques tétravalents A,C,Y,W135 Recommandations d utilisation Collection Avis et Rapports COMMISSION SPECIALISEE MALADIES TRANSMISSIBLES COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS Les vaccins

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 décembre 2010 MENVEO, poudre et solution pour injection Vaccin méningococcique des groupes A, C, W-135 et Y conjugué B/1 flacon + 1 seringue préremplie (CIP: 360 379-1)

Plus en détail

Vu les considérants de l avis émis le 14 septembre 2001 à savoir: le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France, considérant

Vu les considérants de l avis émis le 14 septembre 2001 à savoir: le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France, considérant AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION DES MALADIES TRANSMISSIBLES relatif à la vaccination par le vaccin pneumococcique heptavalent conjugué (Prevenar R ) Séance du 8 mars 2002

Plus en détail

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 2012, 87, 129 144 No. 14 Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 6 APRIL 2012, 87th YEAR / 6 AVRIL 2012, 87 e ANNÉE No. 14, 2012, 87, 129 144 http://www.who.int/wer Contents 129

Plus en détail

Les vaccinations en gériatrie

Les vaccinations en gériatrie Les vaccinations en gériatrie Capacité de Gérontologie Clinique 22/05/2014 Dr Joël Leroy RFCLIN/PRIMAIR et Service de Maladies Infectieuses CHU Besançon Pourquoi vacciner le senior? (1) Patient âgé = population

Plus en détail

Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de

Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) Re avec le vaccin polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (Pneu-P-23) PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA

Plus en détail

Rapport d activité 2002

Rapport d activité 2002 . Laboratoire de Microbiologie Hôpital Européen Georges Pompidou 20-0 rue Leblanc 75 908 Paris Cedex 5 0 56 09 39 67 Centre National de Référence des Pneumocoques.......... Rapport d activité 2002 Epidémiologie

Plus en détail

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 2007, 82, 93 104 No. 12 Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 23 MARCH 2007, 82nd YEAR / 23 MARS 2007, 82 e ANNÉE No. 12, 2007, 82, 93 104 http://www.who.int/wer Contents 93

Plus en détail

MISE À JOUR SUR L UTILISATION DES VACCINS CONJUGUÉS QUADRIVALENTS CONTRE LE MÉNINGOCOQUE

MISE À JOUR SUR L UTILISATION DES VACCINS CONJUGUÉS QUADRIVALENTS CONTRE LE MÉNINGOCOQUE RELEVÉ DES MALADIES TRANSMISSIBLES AU CANADA RMTC JANVIER 213 VOLUME 39 DCC-1 ISSN 1481-8531 Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) MISE À JOUR

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Vaccination des enfants de 2 à 11 ans présentant des facteurs de risque d infections invasives à méningocoque

Vaccination des enfants de 2 à 11 ans présentant des facteurs de risque d infections invasives à méningocoque Mise au point Vaccination des enfants de 2 à 11 ans présentant des facteurs de risque d infections invasives à méningocoque Mise au point Novembre 2010 Agence française de sécurité sanitaire des produits

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 200 La vaccination contre les infections invasives à méningocoque Depuis l introduction du vaccin contre

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Vaccination : êtes-vous à jour?

Vaccination : êtes-vous à jour? 2015 calendrier simplifié Vaccination : êtes-vous à jour? des vaccinations Âge approprié nce ssa Nai ois 2m ois 4m ois 11 m is mo 12 is mo 18 16- ns 6a ans 13 11- ans 14 ans 25 45 ans et + ans 65 BCG Diphtérie-TétanosPoliomyélite

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS / DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE relatif à la vaccination par le vaccin

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Prévention des infections après splénectomie

Prévention des infections après splénectomie Prévention des infections après splénectomie JOURNEES EN TRAUMATOLOGIE Tristan Ferry Introduction Incidence des asplénies en France 6000 à 9000 nouveaux patients splenectomisés/an Population globale estimée

Plus en détail

Prévention des infections invasives à méningocoque

Prévention des infections invasives à méningocoque Prévention des infections invasives à méningocoque Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris 1 Épidémiologie des IIM :

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques

Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations Collection Avis et Rapports Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations Rapport 2012 Haut Conseil

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal. Collection Avis et Rapports

Simplification du calendrier vaccinal. Collection Avis et Rapports Simplification du calendrier vaccinal Collection Avis et Rapports Simplification du calendrier vaccinal Rapport 21 décembre 2012 Ce rapport a été adopté par la Commission spécialisée Maladies transmissibles

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Remboursement des vaccins par les assureurs privés

Remboursement des vaccins par les assureurs privés Remboursement des vaccins par les assureurs privés PRÉSENTÉ À : Québec International Par : Marquis Nadeau Directeur Affaires publiques et gouvernementales Le 29 novembre 2011 Aperçu Enquête sur les assureurs

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 SINGULAIR 4 mg, comprimé à croquer Boîte de 28 (CIP : 393 112-4) Boîte de 50 (CIP : 393 118-2) SINGULAIR 4 mg, granulé Boîte de 28 sachets-dose de 4 mg

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 du ministère des Affaires sociales et de la Santé, selon l avis du Haut Conseil de la santé publique MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Plus en détail

Les aspects économiques de la grippe - Maladie et vaccination. Julia A. Walsh, MD, MSc EHESP Octobre 2010

Les aspects économiques de la grippe - Maladie et vaccination. Julia A. Walsh, MD, MSc EHESP Octobre 2010 Les aspects économiques de la grippe - Maladie et vaccination Julia A. Walsh, MD, MSc EHESP Octobre 2010 Pourquoi étudier les aspects économiques des maladies et des interventions? Objectif du système

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire

Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire JL Marchand E Imbernon M Goldberg (Département Santé Travail) Présentation / rappels Département Santé Travail de

Plus en détail

les patients qui présentent une asplénie

les patients qui présentent une asplénie Maladies transmissibles Prévention des infections graves dans les asplénies anatomiques ou fonctionnelles Recommandations de la Société suisse d infectiologie (SSI), de la Commission fédérale pour les

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Vaccination méningococcique

Vaccination méningococcique Vaccination méningococcique Emmanuel Grimprel Université Pierre & Marie Curie Paris 6, France CHU Armand-Trousseau, Paris, France DESC Maladies Infectieuses 2014 Conflits d intérêt potentiels déclarés

Plus en détail

Le vaccin conjugué quadrivalent MCV-

Le vaccin conjugué quadrivalent MCV- Maladies transmissibles Mise à jour des recommandations de vaccination contre les méningocoques: introduction d un vaccin quadrivalent conjugué Août 2011 Le vaccin conjugué quadrivalent MCV- ACWY (Menveo

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

Définition : L organisation mondiale pour la santé a proposé en 2002 la définition suivante :

Définition : L organisation mondiale pour la santé a proposé en 2002 la définition suivante : 1 Asthme Philippe Godard Clinique des Maladies Respiratoires Montpellier Yves Grillet Pneumologue Valence Dès la plus haute antiquité, Hippocrate fut le premier d une longue liste de médecins à décrire

Plus en détail

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 -

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - 50 QUESTIONS SUR LES VACCINS Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - vpautre@leem.org 1 Les vaccins,

Plus en détail

La politique vaccinale de la France

La politique vaccinale de la France COMMUNICATION A LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES DU SENAT ARTICLE LO. 132-3-1 DU CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES La politique vaccinale de la France Octobre 2012 SOMMAIRE Avertissement... 5 Résumé...

Plus en détail

VACCIN ANTI-PNEUMOCOCCIQUE ET RISQUE D INFARCTUS DU MYOCARDE

VACCIN ANTI-PNEUMOCOCCIQUE ET RISQUE D INFARCTUS DU MYOCARDE Centre de recherche sur le vieillissement du Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke VACCIN ANTI-PNEUMOCOCCIQUE ET RISQUE D INFARCTUS DU MYOCARDE Danielle

Plus en détail

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III COMMUNIQUE DE PRESSE Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III - Présentation de nouvelles données

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Programme DPC des infirmiers

Programme DPC des infirmiers Catalogue de formations de la FNFCEPPCS pour l année 2015 Programme DPC des infirmiers Le catalogue peut évoluer en cours d année ; nous vous en tiendrons informés. 1 L INFIRMIER DE CENTRE DE SANTÉ FACE

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique?

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Service des Maladies Infectieuses; CHR Orléans Unité Inserm U-707,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction générale de la cohésion sociale Service

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION ETUDE QUALITATIVE REALISEE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES DU JURA ET DE COUPLES ADOLESCENTES/ REPRESENTANTS

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Présentation des intervenants et modérateurs

Présentation des intervenants et modérateurs «NOSOPICARD 2015», 20 ème Rencontre d Hygiène Hospitalière, de Prévention et de Lutte contre les Infections Associées aux Soins Présentation des intervenants et modérateurs Roland GORI est : Professeur

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail