VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES"

Transcription

1 VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz

2 Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation ou des intérêts financiers ou intérêts de tout ordre avec les sociétés commerciales suivantes en lien avec la santé. PFIZER 2

3 ANSM INVS Direction sécurité sociale Non votant CTV (Comité technique des vaccinations) - experts. Vote - veille scientifique - stratégie vaccinale - mise à jour du calendrier vaccinal Evaluation de la politique vaccinale -Taux de couverture INPES Direction générale du travail Avis et propositions - Surveillance des maladies à prévention vaccinale (INVS) HCSP (Haut conseil de la Santé Publique) Ministre de la santé politique vaccinale Calendrier vaccinal -Reco générales -Reco particulières

4 Incidence des infections à pneumocoques en fonction de l âge Incidence des infections invasives, méningites et bactériémies à pneumocoques en , par tranche d âge, en France (Données EPIBAC). Lepoutre A et al. Impact de la vaccination par le vaccin pneumococcique conjugué sur l épidémiologie des infections invasives à pneumocoques en France

5 Épidémiologie du risque pneumococcique Kyaw MH et al. J Infect Dis. 2005;192:

6 Principales formes cliniques des infections pneumococciques Infections à pneumocoque IIP Non invasives (muqueuses) Bactériémies Méningites Pneumonies OMA Sinusites IIP = infections invasives à pneumocoque; OMA = otite moyenne aigüe 6

7 Vaccins pneumococciques disponibles en France* CONJUGUÉS Prevenar 7 et 13 (Pfizer) PCV 7 4 6B 9V 14 18C 19F 23F * PCV B 9V 14 18C 19F 23F A 7F 19A NON CONJUGUÉ Pneumo 23 (Sanofi Pasteur MSD) * PV 23 Composition par rapport au 13 valent conjugué en plus : 2-8-9N-10A-11A-12F-15B- 17F-20-22F-33F en moins : pas de 6A 7

8

9 Evaluation de la politique vaccinale en France Couverture anti-pneumococcique - couverture des résidents à risque: 27 % - couverture totalité des résidents: 17 % - couverture anti tétanique : 44 % BEH 2 Février 2010 Jebrak G et al. Rev Mal Respir 2010;27: cohorte prospective 542 BPCO état stable. Couverture: 27 % Piquet J et al. Rev Mal Respir 2010;27: cohorte prospective 1824 exacerbations de BPCO. Couverture: 25 %

10

11 Euro Surveill. 2005;10(9):564 x x

12

13

14 Vaccins pneumococciques disponibles en France* CONJUGUÉS Prevenar 7 et 13 (Pfizer) PCV 7 4 6B 9V 14 18C 19F 23F * PCV B 9V 14 18C 19F 23F A 7F 19A NON CONJUGUÉ Pneumo 23 (Sanofi Pasteur MSD) * PV 23 Composition par rapport au 13 valent conjugué en plus : 2-8-9N-10A-11A-12F-15B- 17F-20-22F-33F en moins : pas de 6A 14

15 Vaccin anti pneumococcique conjugué chez l adulte Prevenar 13 : nouvelle indication. Septembre 2011 EMA «Prévention des infections invasives dues à S. pneumoniae chez l adulte de 50 ans et plus»

16 Vaccins anti-pneumococciques conjugués. Données «immunologiques» chez l adulte. VPC 7v ou 13v vs VPS 23v. Réponses anticorps (Elisa/activité opsonisante). Réponse anticorps supérieure à M1 pour 10 sérotypes communs VPC 13 Vs VPS 23 ( 70 ans vaccination VPS 23 5 ans) Réponse anticorps à M1 > pour 8 sérotypes communs. (adultes non vaccinés VPS23) Vaccins conjugués induisent mémoire immunitaire (VPC13 ou VPS23 3 à 4 ans après VPC13) VPS 23v induit une hyporéponse aux vaccins conjugués (durée?)

17 Vaccin conjugué chez l adulte Impact sur l épidémiologie des infections invasives à pneumocoque

18 E. Varon CNRP rapport 2012

19 Effet indirect d une politique vaccinale Evolution de l incidence des infections invasives à pneumocoque aux USA. Conséquences de l introduction du vaccin conjugué 7 valent chez l enfant. Pilishvili LA et al. J Infect Dis 2010;201:32-41

20 PCV7

21

22 PCV 7 PCV 13

23

24 Evolution de la couverture sérotypique (%) du vaccin conjugué 7-valent (PCV7), 13-valent (PCV13) et du vaccin polysaccharidique 23-valent (Pn 23v) chez l adulte ( 50 ans), dans les infections invasives entre 2001 et PCV7 51 % 9,6 % PCV13 75 % 47 % Pn 23v 87 % 76 % Sérotypes contenus dans chacun des vaccins: PCV7 : 4,6B,9V,14,18C,19F,23F PCV13 : 1,3,4,5,6A,6B,7F,9V,14,18C,19A,19F,23F Pn 23v : 1,2,3,4,5,6B,7F,8,9N,9V,10A,11A,12F,14,15B,17F,18C,19A,19F,20,22F,23F,33F CNRP données 2012

25 Vaccin anti pneumococcique conjugué chez l adulte Données Cliniques

26 Critère principal de jugement : survenu d un épisode invasif de sérotype vaccinal. Médiane de suivi 1,2 an.

27 Efficacité vaccinale : 74 % (IC 95% 30-90) Efficacité vaccinale : 12 mois : 85 %, > 12 mois : 25 % 220 patients CD4 200 : efficacité vaccinale 86 % (IC 95 % 41-97) mortalité toutes causes identique

28 Recommandations HCSP «Les vaccins polyosidiques non conjugués (pneumocoque, méningocoque) sont peu immunogènes et leur efficacité diminuée chez ces patients devrait faire préférer l utilisation de vaccins polyosidiques conjugués.»

29 Février 2012 JO 26 Novembre 2013

30 Vaccin antipneumococcique conjugué 13 valences Positionnement adultes à risques non immunodéprimés et sujets 65 ans?

31

32 Vaccin antipneumococcique conjugué 13 valences Positionnement adultes à risques non immunodéprimés et sujets 65 ans: Etudes médico-économiques dans ce contexte montrent que le rapport coût/efficacité d un programme de vaccination dépendra principalement: de l efficacité sur la prévention des pneumonies pneumococciques non bactériémiques du délai d introduction du vaccin compte tenu de l effet indirect de la vaccination des enfants sur les populations cibles

33 Etude randomisée, groupes parallèles, contrôlée PCV13 vs placebo (1/1) Adultes 65 ans naïfs pour Pn 23v. Recrutement sujets débuté Septembre 2008 Critère de jugement principal : survenue d un épisode de PAC à pneumocoque de sérotype vaccinal. Nombreux critères de jugements secondaires et additionnels.

34 Vaccin antipneumococcique conjugué 13 valences Positionnement chez l adulte. Résultats CAPITA. IDSA Octobre Abstract patients 65 ans. Recrutement Suivi 4 ans. Vaccin enfants PCV 7 (Juin 2006), PCV 13 (Mars 2011) PAC sérotype P13 (critère principal) PAC sérotype P13 Non invasif PAC sérotype P13 invasif Effets secondaires sérieux VPC 13v (n) Placebo (n) Efficacité vaccinale % (22-63) % (14-65) (41-91) p 0,0006 0,0067 0, NS Mortalité globale NS

35 T Pilishvili ACIP 26 Juin 2014

36

37

38 Stratégie vaccinale anti pneumococcique de l adulte non immunodéprimé en France en 2014? CAPITA +. Analyse des populations à risques patients immunocompétents à risques? patients immunocompétents à risques + âge 65 ans? mise en place rapide car risque de disparition des sérotypes vaccinaux liée VPC 13v enfants (2010) attendre stabilisation de l épidémiologie post vaccinale enfants et développer vaccin conjugué ciblé sur sérotypes «restants» d intérêt clinique recherche active sur vaccin s affranchissant du sérotype

39

40

41 IDSA Octobre 2014

42 CAPiTA: Study Objectives Primary Efficacy of PCV13* for prevention of first episode of vaccine-type (VT) Community-Acquired Pneumonia (CAP) Secondary Efficacy of PCV13 for prevention of first episode of non-bacteremic VT- Community-Acquired Pneumonia (CAP) Efficacy of PCV13 for prevention of first episode of VT-Invasive Pneumococcal Disease (IPD) Additional exploratory objectives Efficacy of PCV13 for the prevention of all episodes of CAP Efficacy of PCV13 for the prevention of death Investigate trends in efficacy by age Assess economic effect of PCV13 42

43 Infections invasives à pneumocoques

44 Pneumonies sans précision

45 Mortalité

46

47

48

49

50 Fig 4 Results of probabilistic sensitivity analysis. Rozenbaum M H et al. BMJ 2012;345:bmj.e by British Medical Journal Publishing Group

51

52 Des expressions cliniques qui restent différentes en fonction de l âge Epidémiologie des infections invasives à pneumocoque au Canada % Kellner et al. Clin Infect Dis. 2009;49:

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte

Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte Pr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 16eme congrès de pneumologie de langue française,

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

Vaccination pneumococciquede l adulte

Vaccination pneumococciquede l adulte Vaccination pneumococciquede l adulte Qui, quand et comment? J Gaillat 100 ans de prévention pneumococique Grabenstein Clin Microbiol Infect 2012; 18 (Suppl. 5): 15 24 1895 Les sérums peuvent être efficaces

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

Vaccination contre le pneumocoque et Grippe. J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII

Vaccination contre le pneumocoque et Grippe. J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII Vaccination contre le pneumocoque et Grippe J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII Barriere hematoencephalique 2 Pathologies dues au Pneumocoque Vaccination

Plus en détail

Le point sur la vaccination pneumococcique. J Gaillat

Le point sur la vaccination pneumococcique. J Gaillat Le point sur la vaccination pneumococcique J Gaillat 100 ans de prévention pneumococcique Grabenstein Clin Microbiol Infect 2012; 18 (Suppl. 5): 15 24 1895 Les sérums peuvent être efficaces 1909-30 Vaccins

Plus en détail

Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013. Dr F. DUBOS - Lille

Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013. Dr F. DUBOS - Lille Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013 Dr F. DUBOS - Lille Conflits d intérêt Invité par Pfizer aux congrès ESPID 2010, 2011, 2013 Financement d études par Sanofi-Pasteur

Plus en détail

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD Nouveautés en vaccination Gaston De Serres, MD Objectifs pédagogiques Suite à cette présentation, le participant sera en mesure de: Décrire la morbidité due au zona chez les personnes âgées et les données

Plus en détail

La vaccination des séniors

La vaccination des séniors La vaccination des séniors Actualités Thérapeutiques, 6//04 Dr Maeva LEFEBVRE Maladies Infectieuses et Tropicales Centre Fédératif Prévention Dépistage CHU de Nantes La prévention chez les séniors : un

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Vaccination au cours du lupus érythémateux disséminé

Vaccination au cours du lupus érythémateux disséminé COCHIN SAINTVINCENT DE PAUL Vaccination au cours du lupus érythémateux disséminé Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Pôle de médecine, Hôpital Cochin Université Paris Descartes, Faculté de

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne? Quels élements de réponse pour la Belgique?

Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne? Quels élements de réponse pour la Belgique? UCL - RESO Unité d Education pour la Santé Ecole de santé Publique Centre «Recherche en systèmes de santé» Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne?

Plus en détail

Vaccins et chimiothérapies chez l adulte

Vaccins et chimiothérapies chez l adulte Vaccins et chimiothérapies chez l adulte 1 1 Coordination Pr Odile LAUNAY (CIC Vaccinologie, Cochin-Pasteur; Paris), Dr Pierre LOULERGUE (CIC Vaccinologie, Cochin-Pasteur; Paris) Membres du groupe de travail

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Prevenar 13 suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Rapport Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal. PLACE DU VACCIN PNEUMOCOCCIQUE CONJUGUE A 13 VALENCES Chez les personnes âgées en EHPAD

Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal. PLACE DU VACCIN PNEUMOCOCCIQUE CONJUGUE A 13 VALENCES Chez les personnes âgées en EHPAD Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal PLACE DU VACCIN PNEUMOCOCCIQUE CONJUGUE A 13 VALENCES Chez les personnes âgées en EHPAD Analyse critique de l évolution des vaccins pneumococciques,

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Dr Nadim Cassir Maladies Infec0euses et Tropicales Comité de Lu>e contre les Infec0ons Nosocomiales Hôpital Nord Marseille 1 Personnes âgées de

Plus en détail

Nouvelles avenues pour la vaccination anti-pneumococcique. 12 Avril, 2013 Colloque Bleu

Nouvelles avenues pour la vaccination anti-pneumococcique. 12 Avril, 2013 Colloque Bleu Nouvelles avenues pour la vaccination anti-pneumococcique 12 Avril, 2013 Colloque Bleu Julie Bestman-Smith MD. PhD. Microbiologiste-infectiologue, HEJ (CHU de Québec) Divulgation des conflits d intérêt

Plus en détail

Les vaccinations en EHPAD

Les vaccinations en EHPAD Les vaccinations en EHPAD Recommandations du Calendrier Vaccinal 2009 Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème journée régionale de formation et d information Antenne régionale Nord Pas de Calais

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé Séminaire BPCO Les médicaments du traitement de fond Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé 1 Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien,

Plus en détail

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations Collection Avis et Rapports 2 e édition Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations La vaccination

Plus en détail

Actualités dans la vaccination Antigrippale

Actualités dans la vaccination Antigrippale ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE Actualités dans la vaccination Antigrippale Pr B. de Wazières, Service de Gériatrie et de Médecine Interne C, CHU de Nîmes Université Montpellier I FACULTÉ

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8813

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8813 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8813 Vaccination de l enfant et de l adolescent contre le pneumocoque In this scientific advisory report on public health policy, the Superior Health Council of

Plus en détail

Vaccinations: quel impact sur les prescriptions et les résistances aux anti-infectieux?

Vaccinations: quel impact sur les prescriptions et les résistances aux anti-infectieux? Vaccinations: quel impact sur les prescriptions et les résistances aux anti-infectieux? Jean Beytout, Henri Laurichesse Maladies infectieuses CHU de Clermont-Ferrand Introduction Au moment où les résistances

Plus en détail

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT Mise au point sur la vaccination antiméningoccique DU Lille 2015 JL SCHMIT Bon modèle Capsule polysaccharidique Intérêt de la conjugaison à des protéines pour augmenter la réponse vaccinale Emergence d

Plus en détail

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant N Viget 17/04/2015 Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant Le sujet âgé Focus sur vaccinations Coqueluche Pneumocoque Grippe Zona Epidémiologie Données chez sujet agé Recommandations La couverture

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 MENINGITEC suspension injectable en seringue préremplie Vaccin méningococcique du groupe C oligosidique conjugué (adsorbé) B/1 seringue munie d un bouchon

Plus en détail

PARTICULARITÉS DES INFECTIONS

PARTICULARITÉS DES INFECTIONS Collège des Maladies Infectieuses Le 30 Juin 2010 PARTICULARITÉS DES INFECTIONS À PNEUMOCOQUE CHEZ L ENFANT ET LEUR PRÉVENTION Pr Ag Monia Khemiri Service Médecine Infantile A Hôpital d Enfants-Tunis LE

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques infectieux Bureau des maladies infectieuses, des risques

Plus en détail

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Philippe LANOTTE Service de Bactériologie-Virologie, Hôpital Bretonneau - CHRU de Tours & Laboratoire de Microbiologie,

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Prevenar 13 suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de

Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Mise à jour sur l utilisation des vaccins quadrivalents contre le méningocoque au Canada PROMOUVOIR ET

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

Couverture vaccinale des résidents et du personnel dans les établissements pour personnes âgées de Bourgogne et de Franche-Comté

Couverture vaccinale des résidents et du personnel dans les établissements pour personnes âgées de Bourgogne et de Franche-Comté Maladies infectieuses Couverture vaccinale des résidents et du personnel dans les établissements pour personnes âgées de Bourgogne et de Franche-Comté Rapport d'enquête 2011 Sommaire Abréviations 2 Résumé

Plus en détail

Vaccins méningococciques tétravalents A,C,Y,W135 Recommandations d utilisation

Vaccins méningococciques tétravalents A,C,Y,W135 Recommandations d utilisation Vaccins méningococciques tétravalents A,C,Y,W135 Recommandations d utilisation Collection Avis et Rapports COMMISSION SPECIALISEE MALADIES TRANSMISSIBLES COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS Les vaccins

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 )

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) MONOGRAPHIE Prevnar * 13 Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) Suspension pour injection intramusculaire Agent d immunisation active * M.D. de Wyeth Pfizer

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations 4 2. Recommandations 5 Vaccination des personnes

Plus en détail

Vu les considérants de l avis émis le 14 septembre 2001 à savoir: le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France, considérant

Vu les considérants de l avis émis le 14 septembre 2001 à savoir: le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France, considérant AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION DES MALADIES TRANSMISSIBLES relatif à la vaccination par le vaccin pneumococcique heptavalent conjugué (Prevenar R ) Séance du 8 mars 2002

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

fajana@ch-tourcoing.fr AJANA/SUMIV

fajana@ch-tourcoing.fr AJANA/SUMIV Vacciner selon le terrain et les circonstances fajana@ch-tourcoing.fr Le senior Le sujet en institution La femme enceinte Le splénectomisé Le sujet VIH Le personnel soignant Le calendrier vaccinal français

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE. Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte

VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE. Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte VACCINATION DU GRAND PREMATURE A MAYOTTE Docteur Léa Brigitte GUERET Service de Néonatologie Centre Hospitalier de Mayotte Généralités Prématurité : définition selon l'oms Naissance avant âge 37 semaines

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8687

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8687 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8687 Vaccination chez l enfant Vaccins antipneumococciques 7-, 10- et 13-valent 06 Octobre 2010 1. INTRODUCTION ET QUESTION En Belgique, la vaccination antipneumococcique

Plus en détail

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul Actualités D. Abiteboul VACCINATIONS Actualités Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 HAVRIX NOURRISSONS ET ENFANTS 720 U/0,5 ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin inactivé de l hépatite A adsorbé Boite de 1 (CIP : 347 604-5)

Plus en détail

Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Pourquoi les EHPAD? Image : Le Figaro 2 Dépendance = Chantier Prioritaire 3 Lutte contre les IAS Soins de Ville Et. de de

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Les vaccinations en gériatrie

Les vaccinations en gériatrie Les vaccinations en gériatrie Capacité de Gérontologie Clinique 22/05/2014 Dr Joël Leroy RFCLIN/PRIMAIR et Service de Maladies Infectieuses CHU Besançon Pourquoi vacciner le senior? (1) Patient âgé = population

Plus en détail

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES H. GEORGES SERVICE DE REANIMATION. CH TOURCOING Introduction Mortalité à la phase aigue : 20 % exigence dans le choix

Plus en détail

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses Vaccination: savoir répondre r aux controverses Marc H. Lebel, MD, FRCPC Service des maladies infectieuses 1 Objectifs Identifier les principaux effets adverses reliés à la vaccination Savoir répondre

Plus en détail

Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de

Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de Une déclaration du comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) Re avec le vaccin polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (Pneu-P-23) PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA

Plus en détail

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 2012, 87, 129 144 No. 14 Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 6 APRIL 2012, 87th YEAR / 6 AVRIL 2012, 87 e ANNÉE No. 14, 2012, 87, 129 144 http://www.who.int/wer Contents 129

Plus en détail

立 法 會 CB(2)725/07-08(01) 號 文 件

立 法 會 CB(2)725/07-08(01) 號 文 件 香 港 兒 童 健 康 疫 苗 關 注 組 立 法 會 CB(2)725/07-08(01) 號 文 件 致 : 立 法 會 衛 生 事 務 委 員 會 主 席 及 各 委 員 促 請 立 法 會 衛 生 事 務 委 員 會 盡 快 討 論 兒 童 疫 苗 接 種 計 劃 香 港 兒 童 免 疫 接 種 計 劃 自 60 年 代 起 在 港 推 行 以 來, 有 關 計 劃 除 了 在 1986 年

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 décembre 2010 MENVEO, poudre et solution pour injection Vaccin méningococcique des groupes A, C, W-135 et Y conjugué B/1 flacon + 1 seringue préremplie (CIP: 360 379-1)

Plus en détail

Avis 22 octobre 2014

Avis 22 octobre 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 octobre 2014 BACTRIM ADULTES, comprimé Boîte de 20 (CIP : 34009 300 106 9 3) BACTRIM FORTE, comprimé Boîte de 10 (CIP : 34009 321 970 4 0) BACTRIM NOURRISSON ET ENFANT,

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Cours IFSI clinique 2010-2011 Maladies Infectieuses et Tropicales - S3 Dr Sébastien Gallien Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Rapport d activité 2002

Rapport d activité 2002 . Laboratoire de Microbiologie Hôpital Européen Georges Pompidou 20-0 rue Leblanc 75 908 Paris Cedex 5 0 56 09 39 67 Centre National de Référence des Pneumocoques.......... Rapport d activité 2002 Epidémiologie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 mars 2009 MENCEVAX poudre et solvant pour solution injectable Vaccin méningococcique polyosidique des groupes A, C, Y, W135 385 883-5 : poudre et solvant en seringue

Plus en détail

HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE COMMISSION SPECIFIQUE «MALADIES TRANSMISSIBLES» COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL

HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE COMMISSION SPECIFIQUE «MALADIES TRANSMISSIBLES» COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE COMMISSION SPECIFIQUE «MALADIES TRANSMISSIBLES» COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL VACCINATION PAR LE VACCIN CONJUGUE CONTRE LE MENINGOCOQUE

Plus en détail

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente La vaccination antigrippale des professionnels de santé Quelques chiffres Grippe et Vaccination Mythes et réalités E Seringe Arlin Idf Journée Ehpad 3/04/2014 Quelques idées reçues (IR) IR1. Maladie peu

Plus en détail

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 2007, 82, 93 104 No. 12 Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 23 MARCH 2007, 82nd YEAR / 23 MARS 2007, 82 e ANNÉE No. 12, 2007, 82, 93 104 http://www.who.int/wer Contents 93

Plus en détail

Vaccin H1N1. Des adjuvants (MF059, ASO3) pour réduire la dose d antigène (3,75

Vaccin H1N1. Des adjuvants (MF059, ASO3) pour réduire la dose d antigène (3,75 LA VACCINATION Vaccin H1N1 Les 1er vaccins pandémiques ont été développés à partir des souches H5N1 avec une AMM en 2008, les vaccins H1N1 seront enregistrés après modification du dossier Des adjuvants

Plus en détail

Actualités en vaccinologie

Actualités en vaccinologie Actualités en vaccinologie Nouveautés technologiques : expérience rouennaise du méningocoque B François CARON Infectiologie CEMI 19 Pasteur 4 avril 2014 1 Actualités en vaccinologie Nouveautés technologiques

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE)

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Frédéric Mistretta 1, Jean-Sylvain Larguier 1, Didier Not 1, Xavier Carcopino 2, Anne-Carole Jacquard 3,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 septembre 2010 VAQTA 50 U/ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A, inactivé, adsorbé B/ 1 seringue préremplie en verre de 1 ml (CPI

Plus en détail

Les actualités en vaccination

Les actualités en vaccination Les actualités en vaccination David Tuerlinckx Département de Pédiatrie Infectiologie pédiatrique Cliniques Universitaires UCL Mont-Godinne Yvoir david.tuerlinckx@pedi.ucl.ac.be Modifications Uniformisation

Plus en détail

Vacciner en 2014 Des recommandations au choix eclairé J.Gaudelus service de Pediatrie 93140 Bondy Université Paris XIII

Vacciner en 2014 Des recommandations au choix eclairé J.Gaudelus service de Pediatrie 93140 Bondy Université Paris XIII Vacciner en 2014 Des recommandations au choix eclairé J.Gaudelus service de Pediatrie 93140 Bondy Université Paris XIII Liens d intérêt J.Gaudelus Consultant et /ou EPU et / ou participation à des réunions

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

Patrice Deteix Thierry Hannedouche Georges Mourad SN SFD SFT

Patrice Deteix Thierry Hannedouche Georges Mourad SN SFD SFT 12 octobre 2009 Chers sociétaires La pandémie grippale A H1N1 doit évoluer en deux vagues de 12 semaines chacune, séparées par un intervalle de plusieurs mois. Les prévisions estiment qu un tiers des patients

Plus en détail

MISE À JOUR SUR L UTILISATION DES VACCINS CONJUGUÉS QUADRIVALENTS CONTRE LE MÉNINGOCOQUE

MISE À JOUR SUR L UTILISATION DES VACCINS CONJUGUÉS QUADRIVALENTS CONTRE LE MÉNINGOCOQUE RELEVÉ DES MALADIES TRANSMISSIBLES AU CANADA RMTC JANVIER 213 VOLUME 39 DCC-1 ISSN 1481-8531 Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) MISE À JOUR

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 8 septembre 2005 (JO du 3 août 2007) TAVANIC 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv

Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv Evaluation économique de la vaccination contre les infections àhpv Etat de la question B. DERVAUX Université Droit et Santé Lille 2 CHRU de Lille L évaluation économique La démarche économique Base du

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2008. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2008. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2008 Guide des vaccinations Édition 2008 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Direction de la collection Philippe Lamoureux Édition Gaëlle Calvez

Plus en détail

Calendrier vaccinal 2015

Calendrier vaccinal 2015 Calendrier vaccinal 2015 Quoi de neuf? Entre avis, insuffisance de couverture vaccinale en France, ruptures en vaccin et polémiques Que faire? Dr C. Hommel CVI et CAR de La politique vaccinale en France

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 263 Vaccination de populations spécifiques Dans ce chapitre, sont traités quatre types de situations

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Classification et mode de préparation des vaccins Vaccination des sujets immunodéprimés

Classification et mode de préparation des vaccins Vaccination des sujets immunodéprimés Classification et mode de préparation des vaccins Vaccination des sujets immunodéprimés Solen Kernéis Equipe Mobile d Infectiologie & CIC de Vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris DUICV Lyon,

Plus en détail