Haut Conseil de la santé publique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Haut Conseil de la santé publique"

Transcription

1 Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé de plysaccharides de capsule de six sértypes additinnels (1, 3, 5, 6A, 7F, 19A) ajutés à ceux déjà cntenus dans le vaccin Prevenar (4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F, 23F), a récemment btenu l autrisatin de mise sur le marché (AMM). L immungénicité de ce nuveau vaccin a été évaluée seln les mdalités, les critères et les seuils d efficacité vaccinale recmmandés par l Organisatin mndiale de la santé (OMS), à l issue d études cliniques cntrôlées prtant sur enfants, cmparant sn immungénicité à celle du Prevenar seln plusieurs schémas vaccinaux (deux u tris dses de primvaccinatin et un rappel et rattrapages). Les études évaluant le schéma d immunisatin primaire en deux dses (aux âges de 2 et 4 mis et 3 et 5 mis) nt mntré des taux d anticrps supérieurs aux seuils de prtectin pur la majrité des sértypes cmmuns aux deux vaccins, à l exceptin des sértypes 6B (cmme dans le schéma tris dses) et 23F (titres plus faibles qu après un schéma tris dses). Les taux d anticrps vis-à-vis des six sértypes additinnels snt également supérieurs aux seuils de prtectin définis, avec cependant des répnses plus basses cntre les sértypes 3 et 6A mais peu différentes des répnses btenues après tris dses. Dans tus les cas (prim-vaccinatin en deux u tris dses), la dse de rappel à l âge de 12 mis induit une répnse mémire cmparable et des titres prtecteurs pur tus les sértypes cmmuns et additinnels chez plus de 98 % des enfants. De plus, l inductin d une répnse fnctinnelle prtectrice est btenue dans tus les cas, sauf pur le sértype 3. Une étude évaluant le rattrapage avec le vaccin chez des enfants de tris catégries d âge (deux dses de 7 à 12 mis avec rappel de 12 à 16 mis, deux dses de 12 à 24 mis u une dse de 24 à 72 mis) a mntré des taux prtecteurs d anticrps pur les 13 sértypes, cmparables à ceux btenus après la trisième dse de prim-vaccinatin. Les taux d anticrps cntre les divers sértypes étaient similaires dans les tris classes d âge, mais plus faibles (excepté pur 19A) dans le grupe le plus âgé recevant une seule dse. Les études évaluant le remplacement du vaccin par le vaccin nt prté sur des enfants ayant reçu une immunisatin primaire avec le vaccin suivie d une injectin de rappel par le : les résultats mntrent des taux cmparables (études de nninféririté) à ceux btenus avec le vaccin pur les sept sértypes cmmuns et des titres prtecteurs pur les sértypes additinnels avec cependant des titres plus bas cntre le sértype 3. Une étude française prtant sur 300 enfants ayant reçu une prim-vaccinatin cmplète (tris dses aux âges de 2, 3 et 4 mis) par le vaccin pneumcccique cnjugué 7- valent, a mntré qu une seule dse de rappel avec le vaccin à l âge de 12 mis cnfère une immungénicité satisfaisante sur les sértypes additinnels. Seln l avis de l Agence eurpéenne du médicament, en septembre 2009, le vaccin pneumcccique cnjugué, Prevenar 13, prcure une immungénicité acceptable pur 10 des 13 sértypes après deux u tris dses d immunisatin primaire et remplit les Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 1/9

2 Avis relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 critères d immungénicité après l injectin de rappel pur tus les sértypes. Une surveillance de la persistance à lng terme de l immungénicité après la dse de rappel a été mise en place. Les résultats des études de rattrapage mntrent qu une dse unique de vaccin pneumcccique cnjugué est suffisante pur les enfants ayant reçu une immunisatin primaire avec du vaccin pneumcccique cnjugué seln les recmmandatins et pur les enfants âgés de 2 à 5 ans. C-administratin : le vaccin peut être administré, en des sites d injectin séparés, avec les vaccins hexavalents (DTPCaHib et hépatite B), le vaccin cntre le méningcque C, le vaccin cntre la rugele-les reillns-la rubéle et le vaccin cntre l hépatite A. Tlérance Depuis sa cmmercialisatin au plan mndial en 2000, envirn 195 millins de dses de Prevenar nt été distribuées. Les études cliniques cmparant le vaccin au Prevenar mntrent un prfil de tlérance cmparable à celui du vaccin. La tlérance du vaccin a été évaluée lrs d études cliniques cntrôlées, au curs desquelles envirn 4400 nurrissns nt reçu au mins une dse de vaccin. Dans tutes les études chez les nurrissns, Prevenar13 a été c-administré avec les vaccins pédiatriques habituels. La tlérance a également été évaluée chez 354 enfants (âgés de 7 mis à 5 ans) dans le cadre d une vaccinatin de rattrapage. Les effets indésirables les plus fréquemment rapprtés nt été des réactins au site d injectin, de la fièvre, de l irritabilité, une perte d appétit et une hypersmnie et/u un smmeil diminué. Une augmentatin des réactins au site d injectin et de la fièvre a été rapprtée chez les enfants âgés de plus de 12 mis (dans le cadre d un rappel) par rapprt aux taux bservés chez les nurrissns au curs de la prim-vaccinatin par Prevenar 13. Rappel des recmmandatins actuelles de vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué et dnnées de cuverture vaccinale Rappel des recmmandatins de vaccinatin du vaccin pneumcccique cnjugué 1 Le vaccin pneumcccique cnjugué est recmmandé depuis 2006 pur tus les enfants âgés de 2 à 24 mis et seln un schéma de prim-vaccinatin à deux dses (une dse à l âge de 2 mis et une dse à l âge de 4 mis) et un rappel à l âge de 12 mis en dehrs des enfants à haut risque et prématurés chez lesquels un schéma de prim-vaccinatin à tris dses suivi d un rappel à l âge de 12 mis est recmmandé. Un rattrapage des enfants âgés de 2 à 5 ans nn vaccinés et à haut risque est également recmmandé (deux dses de primvaccinatin avec le vaccin et un rappel d une dse avec le vaccin 23-valent). La cuverture vaccinale Il existe peu de dnnées sur la cuverture vaccinale en France. Seln les dnnées d une enquête réalisée en 2006, 2007 et 2008 sur 750 enfants, il ressrt qu en 2008, 86 % des enfants nt initié une prim-vaccinatin cntre 64 % en 2006 et 73 % en Le purcentage d enfants âgés de 3 à 12 mis «crrectement vaccinés» était en 2008 de 78 %. En 2008, 60 % des enfants âgés de 16 à 24 mis ayant eu une prim-vaccinatin cmplète nt reçu la dse de rappel cntre 44 % en 2006 et 54 % en Impact de la vaccinatin avec le vaccin pneumcccique cnjugué sur l incidence des infectins invasives à pneumcques L analyse de la situatin épidémilgique des infectins invasives à pneumcques en 2007 mntre un bénéfice significatif de la vaccinatin btenue par effet direct sur la ppulatin cible des enfants âgés de mins de 2 ans, l incidence de ce type d infectins étant inférieure de 30 % en 2007 à ce qu elle était en péride pré-vaccinale, 29,8 en versus 20,9 pur 1 Calendrier vaccinal. Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 2/9

3 Avis relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre en Pur les autres tranches d âge, les dnnées indiquent que l incidence glbale des infectins invasives à pneumcques pur la péride à 2007 augmente de 14 % et 8 % respectivement chez les 2-64 ans et les plus de 64 ans. Tus âges cnfndus, l incidence est, en 2007, légèrement supérieure à sn niveau pré-vaccinal. Deux phénmènes antagnistes, dnt les effets se neutralisent partiellement, cntribuent à ces évlutins glbales : la diminutin de l incidence des infectins liées aux sértypes vaccinaux et l augmentatin, par un remplacement sértypique, de l incidence des infectins liées aux sértypes nn vaccinaux. Entre et 2007, l incidence des infectins liées aux sértypes vaccinaux chez les enfants âgés de 0 à 23 mis a diminué de 83 %, essentiellement par l effet direct de la vaccinatin. De même, l incidence des infectins liées aux sértypes vaccinaux a diminué de 43 % chez les enfants âgés de plus de 2 ans par effet indirect psitif de la vaccinatin. Le phénmène de remplacement s est traduit par une augmentatin de l incidence des infectins liées aux sértypes nn vaccinaux, de 86 % chez les enfants âgés de mins de 2 ans et de 65 et 70 % respectivement chez les 2-64 ans et les persnnes âgées de plus de 64 ans. Au ttal, le grupe d âge ciblé par la vaccinatin a bénéficié de l intrductin du vaccin, l effet direct ayant été plus imprtant dans cette tranche d âge que l effet de remplacement. Cependant, depuis 2005, l incidence des infectins invasives chez les enfants âgés de 0 à 23 mis est stable (pur les méningites) u ne diminue plus de manière significative (pur les bactériémies). Dans les autres grupes d âge, l effet indirect de la vaccinatin, qui a réduit significativement l incidence des infectins invasives à pneumcques dues aux sértypes vaccinaux, a été cmpensé par un effet de remplacement. Il n est cependant pas pssible de faire la part, dans l augmentatin de l incidence des infectins invasives dues aux sértypes nn vaccinaux, entre ce phénmène de remplacement et l évlutin naturelle de l épidémilgie de certains sértypes. Surveillance de la distributin des sértypes dans les infectins invasives à pneumcques Depuis 2001, les dnnées de surveillance mettent en évidence une mdificatin nette de la distributin des sértypes chez l enfant âgé de mins de 2 ans mais aussi dans le reste de la ppulatin. Glbalement, le sértype 19A est devenu prédminant, suivi des sértypes 1 et 7F. Mais la fréquence respective de ces sértypes varie avec la nature du prélèvement et seln l âge. Enfants âgés de mins de 2 ans : Dans les méningites, tus les sértypes vaccinaux, à l exceptin du 18C, nt significativement diminué, vire n nt pas été retruvés (6B, 9V, 4). Parmi les sértypes nn vaccinaux, le sértype 19A est devenu nettement prédminant (23 %), suivi des sértypes 15B/C et 24F. Ces tris sértypes représentent essentiellement des suches de sensibilité diminuée aux bêta-lactamines. La diminutin du sértype 6A (apparenté au 6B), bservée entre 2005 et 2006, ne s est pas pursuivie en Dans les bactériémies, deux sértypes nt augmenté de façn significative parmi les sértypes nn vaccinaux : 19A et 7F, qui prédminent en 2007 et représentent respectivement 33 % et 16 % des pneumcques islés dans ce grupe d âge. Au ttal, dans les infectins invasives, l émergence de suches de sértypes nn vaccinaux de remplacement est principalement liée à celle des sértypes : 19A (+106 %, de 3,0 à 6,3 cas/ ) ; 7F qui a encre prgressé en 2007 dans les bactériémies, mais pas dans les méningites (+353 % de 0,6 à 2,7 cas/ ) ; 1 (+101 % de 0,7 à 1,3 cas/ ). En 2007, ces tris sértypes représentaient respectivement 30 %, 16 % et 6 % des cas tandis qu aucun des sept sértypes vaccinaux ne représentait plus de 5 % des cas. Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 3/9

4 Avis relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Chez les enfants âgés de 2 à 15 ans, l augmentatin des cas d infectins invasives de sértype nn vaccinal est principalement liée à celle des bactériémies de sértype 1 (+134 % de 0,52 à 1,21 cas/ ) qui représentent 33 % des cas en 2007 et qui nt prgressé de façn significative dans le grupe d âge allant de 24 à 59 mis, alrs qu elles snt stables mais tujurs largement prédminantes chez les enfants âgés de 5 à 15 ans. Dans le reste de la ppulatin : Chez les adlescents et adultes âgés de 16 à 64 ans, aucun sértype ne représente plus de 10 % des cas en La diminutin significative des sértypes 14, 6B, 23F et 9V (de sensibilité diminuée aux bêta-lactamines) s accmpagne du maintien des sértypes 1, 3 et 7F (sensibles aux bêta-lactamines) et de l augmentatin du sértype 19A (de sensibilité diminuée aux bêta-lactamines). Chez les adultes âgés de plus de 64 ans, le sértype 19A représente 14 % des cas en 2007, en augmentatin de 58 % par rapprt aux années (de 2,7 à 4,2 cas/ ). L augmentatin du nmbre de cas de méningites à sértype 3 bservée en 2005 ne s est pas pursuivie en 2007, mais le sértype 3 reste un des principaux sértypes des méningites chez l adulte. Dans les bactériémies, les sértypes vaccinaux 14, 9V, 23F et 6B nt significativement diminué par rapprt à , tandis que les sértypes 19A, 7F et 22F nt significativement prgressé et snt devenus avec le sértype 3, les sértypes prédminants. Cuverture sértypique des vaccins pneumccciques cnjugués En 2007, les sértypes cuverts par le vaccin pneumcccique cnjugué ne représentaient plus que 16 % des suches islées de méningites et de bactériémies chez les enfants âgés de mins de 2 ans. Les six sértypes additinnels cuverts par le vaccin pneumcccique cnjugué représentaient 57 % de ces suches et glbalement, le vaccin pneumcccique cnjugué cuvrait 73 % des sértypes des suches de pneumcque islées de méningites et de bactériémies chez l enfant de mins de 2 ans. Chez les adultes âgés de plus de 64 ans le vaccin pneumcccique cnjugué cuvrait 69 % des suches de pneumcque islées de méningites et de bactériémies. Résultats de l estimatin de l impact de l intrductin du vaccin pneumcccique cnjugué Une estimatin de l impact de l intrductin du vaccin pneumcccique cnjugué sur l incidence des infectins invasives à pneumcques a été réalisée en utilisant l évlutin bservée après l intrductin du vaccin pneumcccique jusqu en 2007 pur estimer l évlutin future de l incidence des infectins invasives à pneumcques entre 2010 et Sus les hypthèses cnsidérées pur cette estimatin, l intrductin du vaccin pneumcccique cnjugué en 2010 purrait permettre d éviter dès 2014 chaque année par rapprt au maintien du vaccin pneumcccique cnjugué, 51 % à 58 % (65 à 67 cas) des cas de méningites et 52 % à 60 % (178 à 180 cas) des cas de bactériémies à pneumcques chez les enfants âgés de mins de 2 ans, seln le scénari envisagé. De plus, dans les autres tranches d âge, 16 % à 19 % des cas de méningites à pneumcques et 18 % à 20 % des cas de bactériémies à pneumcques purraient être évités, l effet indirect de la vaccinatin des jeunes enfants étant plus imprtant que l effet de remplacement du fait de l élargissement de la cuverture sértypique apprtée par le vaccin pneumcccique cnjugué. Glbalement, chaque année, 22 % à 25 % des cas de méningites à pneumcques et 19 % à 22 % des cas de bactériémies à pneumcques supplémentaires purraient être évités, sit 180 à 183 cas de méningites à pneumcques et 1540 à 1542 cas de bactériémies à pneumcques seln le scénari envisagé. Ces estimatins divent être cnsidérées avec prudence du fait de l incertitude imprtante sur la dynamique future des effets indirects de la vaccinatin. Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 4/9

5 Avis relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Recmmandatins pur la vaccinatin avec le vaccin pneumcccique cnjugué Le Haut Cnseil de la santé publique recmmande d utiliser le vaccin pneumcccique cnjugué à la place du vaccin pneumcccique cnjugué, seln le même schéma : deux dses à deux mis d intervalle (la première dse dès l âge de 2 mis) et un rappel à l âge de 12 mis ; tris dses à un mis d intervalle (la première dse dès l âge de 2 mis) et un rappel à l âge de 12 mis pur les nurrissns avec facteurs de risque ; deux dses à deux mis d intervalle auxquelles s ajute une dse de vaccin pneumcccique 23-valent deux mis après, en rattrapage pur les enfants âgés de 24 à 59 mis nn vaccinés. Enfants de mins de 2 ans, prématurés, nurrissns à risque élevé d IIP : Schéma vaccinal prpsé lrsque le vaccin pneumcccique cnjugué sera dispnible Schéma vaccinal avec le vaccin pneumcccique 13- valent Enfants âgés de mins de 2 ans Âge de 2 mis Âge de 3 mis Âge de 4 mis Âge de 12 mis Prématurés Nurrissns à risque élevé d IIP Enfants âgés de 24 à 59 mis à risque élevé : Schéma de rattrapage prpsé pur les d IIP lrsque le vaccin pneumcccique cnjugué 13- valent sera dispnible Schéma vaccinal avec le vaccin pneumcccique 13- valent M0 M2 2 mis plus tard M4 2 mis plus tard Enfants âgés de 24 à 59 mis nn vaccinés à risque élevé d IIP 23-valent Péride de transitin Durant la péride de transitin du vaccin pneumcccique cnjugué vers le, le Haut Cnseil de la santé publique recmmande que : pur les enfants âgés de mins de 2 ans : Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 5/9

6 Avis relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Ayant reçu un schéma de prim-vaccinatin cmplet (aux âges de 2 et 4 mis) avec un vaccin pneumcccique cnjugué : la vaccinatin de rappel à l âge de 12 mis sit réalisée avec le vaccin pneumcccique cnjugué. Ayant reçu une première immunisatin de la prim-vaccinatin à l âge de 2 mis avec un vaccin pneumcccique cnjugué : la deuxième dse de la prim-vaccinatin à l âge de 4 mis et la dse de rappel à l âge de 12 mis sient réalisées avec le vaccin pneumcccique cnjugué. Ayant reçu un schéma de vaccinatin cmplet (aux âges de 2, 4 et 12 mis) avec le vaccin pneumcccique cnjugué : une dse de rattrapage avec le vaccin pneumcccique cnjugué sit administrée au mins deux mis après l injectin de rappel et avant l âge de 24 mis. Péride de transitin : Enfants de mins de 2 ans sans facteurs de risque Schéma de pursuite d une vaccinatin cmmencée avec le vaccin pneumcccique cnjugué 7- valent Enfants de mins de 2 ans sans facteurs de risque Schéma partiellement réalisé avec le vaccin pneumcccique 2 mis 4 mis 12 à 15 mis 16 à 24 mis Schéma réalisé en ttalité avec le vaccin pneumcccique au mins 2 mis après la dernière dse de rappel et avant l âge 24 mis Cas particuliers Pur les prématurés, le Haut Cnseil de la santé publique recmmande que : le schéma de prim-vaccinatin en tris dses suivi d un rappel entre les âges de 12 et 15 mis sit maintenu ; le vaccin pneumcccique cnjugué se substitue systématiquement au vaccin pneumcccique cnjugué ; pur ceux qui auraient reçu un schéma vaccinal (prim-vaccinatin et rappel) réalisé en ttalité avec le vaccin pneumcccique cnjugué : une dse de rattrapage avec le vaccin pneumcccique cnjugué sit administrée au mins deux mis après l injectin de rappel et avant l âge de 24 mis. Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 6/9

7 Avis relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Péride de transitin : Prématurés Schéma de pursuite d une vaccinatin cmmencée avec le vaccin pneumcccique cnjugué 7- valent Prématurés 2 mis 3 mis 4 mis 12 à 15 mis 16 à 24 mis Schéma partiellement réalisé avec le vaccin pneumcccique Schéma réalisé en ttalité avec le vaccin pneumcccique au mins 2 mis après la dernière dse de rappel et avant l âge 24 mis Pur les nurrissns présentant une pathlgie les expsant à un risque élevé d infectin invasive à pneumcques (IIP) 2, le Haut Cnseil de la santé publique recmmande que : le schéma de prim-vaccinatin en tris dses suivi d un rappel entre les âges de 12 et 15 mis sit maintenu ; le vaccin pneumcccique cnjugué se substitue systématiquement au vaccin pneumcccique cnjugué ; pur ceux qui auraient reçu un schéma vaccinal partiellement réalisé avec le vaccin pneumcccique cnjugué, le schéma vaccinal sit cmplété avec le vaccin pneumcccique cnjugué auquel s ajute une dse supplémentaire du vaccin pneumcccique cnjugué réalisée au mins deux mis après la dernière dse et avant l âge de 24 mis ; pur ceux qui auraient reçu un schéma vaccinal (prim-vaccinatin et rappel) réalisé en ttalité avec le vaccin pneumcccique cnjugué, deux dses supplémentaires du vaccin pneumcccique cnjugué 13- valent sient administrées au mins deux mis après la dernière dse de vaccin et avant l âge de 24 mis. 2 Calendrier vaccinal en vigueur. Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 7/9

8 Avis relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Péride de transitin : Nurrissns à risque élevé d IIP Schéma de pursuite d une vaccinatin cmmencée avec le vaccin pneumcccique cnjugué 7- valent Nurrissns à risque élevé d IIP 2 mis 3 mis 4 mis 12 à 15 mis 16 à 24 mis Schéma partiellement réalisé avec vaccin pneumcccique Schéma réalisé en ttalité avec le 7- valent Deux dses de au mins 2 mis après la dernière dse de rappel et avant l âge de 24 mis Pur les enfants âgés de 24 à 59 mis nn vaccinés présentant une pathlgie les expsant à un risque élevé d infectin invasive 1 à pneumcque (IPP), le Haut Cnseil de la santé publique recmmande que : le schéma vaccinal cmprtant deux dses de vaccin pneumcccique cnjugué à deux mis d intervalle suivies d une dse de vaccin pneumcccique plysidique 23-valent au mins deux mis après la deuxième dse de vaccin cnjugué sit maintenu ; le vaccin pneumcccique cnjugué se substitue systématiquement au vaccin pneumcccique cnjugué ; pur ceux qui auraient reçu, quelque sit leur âge et avant l âge de 5 ans, une vaccinatin partiellement réalisée avec : une seule dse de vaccin pneumcccique cnjugué, la vaccinatin sit pursuivie avec une dse de vaccin pneumcccique cnjugué suivi du vaccin pneumcccique plysidique 23-valent, deux dses de vaccin pneumcccique cnjugué, la vaccinatin sit pursuivie par une dse de vaccin pneumcccique cnjugué au mins deux mis après la dernière dse de vaccin pneumcccique cnjugué et suivie d un vaccin pneumcccique 23-valent au mins deux mis après ; pur ceux qui auraient reçu, quelque sit leur âge et avant l âge de 5 ans, une vaccinatin réalisée en ttalité avec : deux dses de vaccin pneumcccique cnjugué et une dse de vaccin pneumcccique 23-valent, la vaccinatin sit suivie par une dse de vaccin pneumcccique cnjugué 13 valent au mins deux mis plus tard. Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 8/9

9 Avis relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Péride de transitin : Enfants âgés de 24 à 59 mis nn vaccinés à risque élevé d IIP Schéma de pursuite d une vaccinatin cmmencée avec le vaccin pneumcccique cnjugué 7- valent Enfants âgés de 24 à 59 mis nn vaccinés à risque élevé d IIP M0 M2 M4 2 mis plus tard Schéma partiellement 23-valent réalisé avec le vaccin pneumcccique 23-valent Schéma réalisé en ttalité avec le vaccin pneumcccique 23-valent Avis prduit par la Cmmissin spécialisée Maladies transmissibles, sur prpsitin du Cmité technique des vaccinatins Le 11 décembre 2009 Haut Cnseil de la santé publique 14 avenue Duquesne Paris 07 SP Haut Cnseil de la santé publique Cet avis dit être diffusé dans sa ttalité, sans ajut ni mdificatin 9/9

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Bilan des études épidémiologiques conduites sur les habitants de la Préfecture de Fukushima

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Bilan des études épidémiologiques conduites sur les habitants de la Préfecture de Fukushima 6 décembre 2013 Les cnséquences sanitaires de l accident de Fukushima Bilan des études épidémilgiques cnduites sur les habitants de la Préfecture de Fukushima Pint de la situatin en décembre 2013 Principe

Plus en détail

AVIS. relatif à la définition de l obligation vaccinale dans un cadre indemnitaire. 13 décembre 2011

AVIS. relatif à la définition de l obligation vaccinale dans un cadre indemnitaire. 13 décembre 2011 Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la définitin de l bligatin vaccinale dans un cadre indemnitaire 13 décembre 2011 Le Haut Cnseil de la santé publique a été saisi en date du 31 aût 2011 par

Plus en détail

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012 ARGUMENTAIRE Evlutin des cntrats CSM Préambule Ce dcument vient cmpléter ce qui a été cmmuniqué dans l Actualité Fédérale n 31 du 5 janvier. Il a pur bjectif d apprter les répnses et les explicatins aux

Plus en détail

Strasbourg, le 09/07/2012

Strasbourg, le 09/07/2012 Directin de la Prtectin et de la Prmtin de la Santé Pôle émetteur : Santé et Risques Envirnnementaux Enjeux sanitaires de la qualité de l air : Nte de synthèse relative à l Impact sanitaire de la pllutin

Plus en détail

COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE. Généralités concernant les comptes annuels de l exercice 2009 1

COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE. Généralités concernant les comptes annuels de l exercice 2009 1 COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE Généralités cncernant les cmptes annuels de l exercice 2009 1 Dans la cntinuité des exercices précédents, les cmptes annuels 2009 de la Cmmune de Grez-Diceau

Plus en détail

Migration vers Windows 7 : toujours un sujet de préoccupation pour les professionnels de l informatique

Migration vers Windows 7 : toujours un sujet de préoccupation pour les professionnels de l informatique Migratin vers Windws 7 : tujurs un sujet de préccupatin pur les prfessinnels de l infrmatique Smmaire.. Généralités. 1 Envirnnements de desktp. 2 Niveau d avancement de l implémentatin 3 Ressurces et planificatin

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

Les publications du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Collection Petite Enfance, Publications du Québec, 2009, 271 pages.

Les publications du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Collection Petite Enfance, Publications du Québec, 2009, 271 pages. Les publicatins du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Cllectin Petite Enfance, Publicatins du Québec, 2009, 271 pages. Germactin Inc préventin des infectins, www.germactin.cm

Plus en détail

Au plus tard le 15 décembre 2014

Au plus tard le 15 décembre 2014 Tableau synthèse de la Li favrisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestatins déterminées du secteur municipal (PL3) (en vigueur depuis le 5 décembre 2014) 15 décembre 2014

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

HAITI: BESOINS DES DONNEES, INDICATEURS DE BASE, VALEUR, PERIODE ET SOURCES DE LA PHASE DE PREPARATION HUMANITAIRE (2013)

HAITI: BESOINS DES DONNEES, INDICATEURS DE BASE, VALEUR, PERIODE ET SOURCES DE LA PHASE DE PREPARATION HUMANITAIRE (2013) HAITI: BESOINS DES DONNEES, INDICATEURS DE BASE, VALEUR, PERIODE ET SOURCES DE LA PHASE DE PREPARATION HUMANITAIRE () Besins des dnnées Indicateurs Valeur Péride/année Surces Taille de la Ppulatin et distributin

Plus en détail

L Association pour l exportation du livre canadien. Programme d aide à la commercialisation des droits à l étranger (PACDÉ)

L Association pour l exportation du livre canadien. Programme d aide à la commercialisation des droits à l étranger (PACDÉ) L Assciatin pur l exprtatin du livre canadien Prgramme d aide à la cmmercialisatin des drits à l étranger (PACDÉ) Lignes directrices 2010-2011 Date limite pur la réceptin des demandes : le jeudi 1 er avril

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

L'lnstance Nationale des Télécommunications (INT),

L'lnstance Nationale des Télécommunications (INT), Décisin n XX/2015 de l Instance Natinale des Télécmmunicatins en date du jj/mm/2015 prtant fixatin du frmat du rapprt d'utilisatin des ressurces de numértatin attribuées et du taux minimum d utilisatin

Plus en détail

4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA FRANCE

4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA FRANCE 4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE FRANÇAISE France Principaux indicateurs, 2014 Ppulatin (en millins) 63,9 PIB (en G$ US curants) 2 846,9 PIB par habitant (en $ US curants) 44 538,1 Taux de

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

Choisir un coach-mentor

Choisir un coach-mentor Ce texte est une traductin d un dcument prduit par Assciatin f Cach Training Organizatins (ACTO)( www.actnline.cm), et endssé par Internatinal Cach Federatin (ICF). Dans ce texte le masculin inclut le

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-265507592/FF Recmmandatin n 2009-131/PG relative à la saisine de Mnsieur D du 29 septembre 2008 cncernant un litige avec le furnisseur X Thème : / Mts clefs : * * * * La saisine Le médiateur

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

EZETROL 10 mg, comprimé. EZETIMIBE MSD 10 mg, comprimé Rapport public d évaluation (septembre 2004)

EZETROL 10 mg, comprimé. EZETIMIBE MSD 10 mg, comprimé Rapport public d évaluation (septembre 2004) EZETROL 10 mg, cmprimé EZETIMIBE MSD 10 mg, cmprimé Rapprt public d évaluatin (septembre 2004) INTRODUCTION Le 11/06/2003, une Autrisatin de Mise sur le Marché a été accrdée au labratire MSD-SP LTD pur

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE Intrductin : Imprtance de la mnnaie pur les échanges de biens et de services sur un marché. Evlutin vers une dématérialisatin de plus en plus imprtante Passage du trc

Plus en détail

5.2 Améliorations au processus de réexamen

5.2 Améliorations au processus de réexamen 5.2 Améliratins au prcessus de réexamen Intrductin Le CCWG-Respnsabilité prpse un certain nmbre de réfrmes clés au prcessus de demande de réexamen de l'icann, par lequel le Cnseil d'administratin de l'icann

Plus en détail

Compte rendu sur les régimes de retraite d Air Canada Août 2013

Compte rendu sur les régimes de retraite d Air Canada Août 2013 Cmpte rendu sur les régimes de retraite d Air Canada Aût 2013 En juin 2013, la Sciété a dépsé les rapprts d'évaluatin actuarielle au 1 er janvier 2013 des régimes de retraite à prestatins déterminées.

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

./. Concerne : Arrêté d'imposition pour l'an 2013. 1462 Yvonand, le 24 septembre 2013. Au Conseil communal. 1462 Y v o n a n d

./. Concerne : Arrêté d'imposition pour l'an 2013. 1462 Yvonand, le 24 septembre 2013. Au Conseil communal. 1462 Y v o n a n d 1462 Yvnand, le 24 septembre 2013 Municipalité d Yvnand Tél. 024/557 73 00 Fax 024/557 73 01 E-mail : greffe@yvnand.ch Au Cnseil cmmunal 1462 Y v n a n d Préavis municipal N 2012/11 Cncerne : Arrêté d'impsitin

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010

LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010 EMBARGO JUSQU AU DÉBUT DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010 Actif net de 151,7 G$, en hausse de 20,1 G$ Mntréal, le jeudi 24 février

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Traitement médicamenteux

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Traitement médicamenteux Ligue cntre l Epilepsie Ligue Suisse cntre l Epilepsie Schweizerische Epilepsie-Liga Lega Svizzera cntr l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Inf Epilepsie Traitement médicamenteux FAUT-IL ABSOLUMENT

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs Résumé Les particularités des machines à sus et leur incidence sur le cmprtement des jueurs cmpulsifs K. Finlay 1 H. H. C. Marmurek V. Kanetkar J. Lnderville Sujet de la recherche Quelques recherches laissent

Plus en détail

TALI (Traitement adapté des Impayés de Loyers)

TALI (Traitement adapté des Impayés de Loyers) TALI (Traitement adapté des Impayés de Lyers) Evlutin du traitement amiable Cahier des charges 1 Cnstat 1 ère versin... 2 2 Evlutin 2 nde versin... 2 2.1 Cntexte 2 2.2 Les acteurs et leurs rôles 2 2.3

Plus en détail

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen Nn-papier Mise en place d un crridr de prix dans le cadre du marché carbne eurpéen Le marché carbne eurpéen (EU ETS) a jusqu ici rempli avec succès sn rôle de plafnner près de la mitié des émissins de

Plus en détail

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Mars 2011 COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Prtcle relatif aux cndminiums et aux cpératives de lgement en Ontari Les étapes suivantes ne snt que

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age La Dégénérescence Maculaire Liée à l âge u DMLA est la première cause de cécité de la ppulatin de plus de 55 ans des pays ccidentaux. Rien qu aux Etats Unis, plus

Plus en détail

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 ACAT France ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 On examinera successivement le résultat, les prduits, les charges et la trésrerie de l ACAT-France.

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent;

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent; Mdule 9 : Résumé Explicatin des aspects de la cnnaissance des activités de l entité qui snt pertinents pur l audit des stcks et descriptin des méthdes d analyse à utiliser pur auditer les stcks L auditeur

Plus en détail

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO Synthèse Décembre 2014 CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO 6, rue Gurvand

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

Indice des prix à la consommation harmonisé - octobre 2014

Indice des prix à la consommation harmonisé - octobre 2014 01/2010 05/2010 09/2010 01/2011 05/2011 09/2011 01/2012 05/2012 09/2012 01/2013 05/2013 09/2013 01/2014 05/2014 09/2014 Inflatin (%) COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 7 nvembre 2014 Indice des prix à

Plus en détail

8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA BELGIQUE

8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA BELGIQUE 8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE BELGE Belgique Principaux indicateurs, 2014 Ppulatin (en millins) 11,2 PIB (en G$ US curants) 534,7 PIB par habitant (en $ US curants) 47 721,6 Taux de crissance

Plus en détail

Le Drive, un mode de distribution responsable?

Le Drive, un mode de distribution responsable? Le Drive, un mde de distributin respnsable? En 2012, Harris Interactive avait cnduit une enquête sur un phénmène alrs en plein essr: le Drive...Depuis le nmbre de Drives a dublé en France: En décembre

Plus en détail

Module 9 : Résumé Introduction aux instruments dérivés

Module 9 : Résumé Introduction aux instruments dérivés Mdule 9 : Résumé Intrductin aux instruments dérivés Ce mdule intrduit les instruments dérivés, qui snt des titres dnt la valeur dépend directement de la valeur d un actif sus-jacent. Il abrde certains

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Crèche Les Petits Pas

Crèche Les Petits Pas Crèche Les Petits Pas Règlement intérieur Smmaire 1- Généralités 2- Calendrier d uverture et hraires 2.1 Calendrier 2.2 Hraires 3- Fnctinnement 3.1 Place des parents 3.2 Alimentatin 3.3 Décharge des parents

Plus en détail

Hausse de 68% en moyenne pour le trafic des sites mobiles en juin 2014

Hausse de 68% en moyenne pour le trafic des sites mobiles en juin 2014 Tendances du web Hausse de 68% en myenne pur le trafic des sites mbiles en juin 2014 Hausse de 45% pur le trafic des applis et baisse de 6,8% pur le trafic des sites web en France en juin 2014 Etude publiée

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnnes-ressurces : Jamie Bulnes Directeur de la plitique de réglementatin des membres 416 943-6928 jbulnes@iirc.ca Answerd Ramcharan

Plus en détail

Les Français et l autopartage

Les Français et l autopartage Les Français et l autpartage Sndage réalisé par pur LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Cntact BVA : Julie Catilln Directrice d études de BVA Opinin 01.71.16.88.34 Méthdlgie Recueil Enquête réalisée auprès d un

Plus en détail

TDR realisation schema aménagement, plan d investissement et etudes APD Masindray 1

TDR realisation schema aménagement, plan d investissement et etudes APD Masindray 1 TERMES DE REFERENCE Réalisatin d un schéma d aménagement, d un plan d investissement et des Etudes d Avant Prjet Détaillé pur la mise en place de service d apprvisinnement en eau ptable de la Cmmune Rurale

Plus en détail

Mise à jour le 19 juin 2015 Comité de perfectionnement du personnel de soutien

Mise à jour le 19 juin 2015 Comité de perfectionnement du personnel de soutien Cadre de gestin des activités de perfectinnement pur le persnnel de sutien Mise à jur le 19 juin 2015 Cmité de perfectinnement du persnnel de sutien Cadre de gestin des activités de perfectinnement du

Plus en détail

Synthèses. L Observatoire Economique et Social. Le bénéfice de l exercice en maison de santé pluridisciplinaire sur les dépenses de santé

Synthèses. L Observatoire Economique et Social. Le bénéfice de l exercice en maison de santé pluridisciplinaire sur les dépenses de santé Synthèses Nvembre 2014 L Observatire Ecnmique et Scial Le bénéfice de l exercice en maisn de santé pluridisciplinaire sur les dépenses de santé La cnsmmatin de sins ambulatires des patients de plus de

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF 1 1. Principe a. Qu entend-n par directives cmmunales? b. Intérêt de la

Plus en détail

OBSERVATION DES CLASSES

OBSERVATION DES CLASSES Prpsitin Graz OBSERVATION DES CLASSES 30-08-2002 NOTES POUR LES OBSERVATEURS OBJECTIFS: Observer la manière dnt l enseignant(e)intègre l apprche dans ses activités qutidiennes. Cela implique aussi une

Plus en détail

1 OBJET DE LA CONSULTATION

1 OBJET DE LA CONSULTATION CONSULTATION DANS LE CADRE DE L ASSISTANCE SYSTEME ENVIRONNEMENTS INFORMATIQUES Z/OS, UNIX, WINDOWS AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA CONSULTATION Le CTIG suhaite btenir une assistance système

Plus en détail

Définir les besoins de la société en matière de santé Définition et guide du Collège royal

Définir les besoins de la société en matière de santé Définition et guide du Collège royal Définir les besins de la sciété en matière de santé Définitin et guide du Cllège ryal Préparé en cllabratin avec Lisa Little Cnsulting au nm du Cllège ryal (avril 2012) Intrductin Depuis lngtemps, les

Plus en détail

Crédit Habitation Souple

Crédit Habitation Souple Crédit Habitatin Suple Annexe Syllabus crédit habitatin BNP Paribas Frtis Last update : 12/08/2014 Erik Haezebruck 1 Cntenu Table des matières Page Descriptin 3 I. Suplesse au début du crédit 1. Le taux

Plus en détail

Re forme des cotisations sociales FAQ

Re forme des cotisations sociales FAQ Re frme des ctisatins sciales FAQ Ont cllabré à la rédactin de ces FAQ, Acerta, la DG Indépendants et l INASTI. Table des matières À partir de 2015, sur la base de quels revenus mes ctisatins sernt-elles

Plus en détail

Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d option sur poste de travail

Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d option sur poste de travail Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d ptin sur pste de travail 1 Ce que vus devez savir À Partir de la versin 7.16.00, l arrière scène des ptins de pste de travail vnt se cmprter différemment.

Plus en détail

L'ANALYSE DE L'ACTIVITE - LE SEUIL DE RENTABILITE. Objectif(s) : Détermination du seuil de rentabilité, Détermination du point mort.

L'ANALYSE DE L'ACTIVITE - LE SEUIL DE RENTABILITE. Objectif(s) : Détermination du seuil de rentabilité, Détermination du point mort. L'ANALYSE DE L'ACTIVITE - LE SEUIL DE RENTABILITE Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Déterminatin du seuil de rentabilité, Déterminatin du pint mrt. Tableau de résultat différentiel. Principes, Exemples

Plus en détail

Centre e-learning HES-SO

Centre e-learning HES-SO Installer le lgiciel Ht Ptates - Décmpresser le fichier winhtpt60.zip - Lancer le Setup - Suivre la prcédure prpsée par l assistant Chisir le type d exercice Ht Ptates Ce lgiciel prpse cinq types de questinnaires

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC)

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) SOUMISSION A LA DOUZIEME SESSION DU COMITE DU BUDGET ET DES FINANCES, 20 AU 24 AVRIL 2009 15 AVRIL 2008 I. Bienvenue

Plus en détail

Orange, leader des fournisseurs d accès à internet, progresse sur les applis

Orange, leader des fournisseurs d accès à internet, progresse sur les applis Tendances du web Orange, leader des furnisseurs d accès à internet, prgresse sur les applis Avec plus d un tiers des visites sur sites web et applis, Orange dmine le marché des furnisseurs d accès à internet

Plus en détail

Décret réforme 2016. Instances : L organisation des enseignements. contenus disciplinaires déclinant le socle commun

Décret réforme 2016. Instances : L organisation des enseignements. contenus disciplinaires déclinant le socle commun Décret réfrme 2016 1 L rganisatin des enseignements Enseignements cmmuns à tus Enseignements cmplémentaires Accmpagnement persnnalisé Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) Enseignement de cmplément

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

Rapport spécial. relatif au contrôle du secrétariat de la médiateure

Rapport spécial. relatif au contrôle du secrétariat de la médiateure Rapprt spécial relatif au cntrôle du secrétariat de la médiateure Table des matières I. LES CONSTATATIONS ET RECOMMANDATIONS DE LA COUR DES COMPTES...5 1. PRÉSENTATION DU CONTRÔLE DE LA COUR...5 1.1.

Plus en détail

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire Utiliser les activités de curs de Mdle : le Questinnaire CETTE PROCEDURE DÉCRIT LA MISE EN PLACE ET L UTILISATION DE L ACTIVITÉ DE COURS «QUESTIONNAIRE». PRE-REQUIS : Prcédure «Démarrer sur Mdle» DÉFINITION

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif aux recmmandatins vaccinales cntre la cqueluche 19 mars 2008 Cet avis vient en cmplément de l avis du Cnseil supérieur d hygiène publique de France, sectin

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Resumée du quatrième congrès à Paris

Resumée du quatrième congrès à Paris Resumée du quatrième cngrès à Paris I / INTRODUCTION Après Amsterdam (50 participants), Bruxelles (100 participants) et Maastricht (120 participants), la FIAPAC a rganisé sn 4ème cngrès à l hôpital Eurpéen

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 1.588.678,51 SIEGE SOCIAL : 145 RUE MICHEL CARRE ARGENTEUIL (VAL D'OISE)

SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 1.588.678,51 SIEGE SOCIAL : 145 RUE MICHEL CARRE ARGENTEUIL (VAL D'OISE) SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 1.588.678,51 SIEGE SOCIAL : 145 RUE MICHEL CARRE ARGENTEUIL (VAL D'OISE) R.C. PONTOISE B 692 037 823 --------------------------------------------- PROCES-VERBAL DE DELIBERATION

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Pathogenèse virale du diabète de type 1. de l Université Lille 2

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Pathogenèse virale du diabète de type 1. de l Université Lille 2 Sectin des Unités de recherche Rapprt d évaluatin Unité de recherche : Pathgenèse virale du diabète de type 1 de l Université Lille 2 Février 2009 Sectin des Unités de recherche Rapprt d'évaluatin Unité

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RELATIVES AUX COOKIES : POSITIONS DE LA CNIL ET DU G29

RECOMMANDATIONS RELATIVES AUX COOKIES : POSITIONS DE LA CNIL ET DU G29 Février 2014 À la une. Département Prpriété intellectuelle / TIC / Médias NUMERO SPECIAL COOKIES RECOMMANDATIONS RELATIVES AUX COOKIES : POSITIONS DE LA CNIL ET DU G29 Quelques mis après l adptin d une

Plus en détail

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Questinnaire à destinatin des assciatins du territire de la Cmmunauté de Cmmunes de Quillebeuf-sur-Seine PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Infrmatins pratiques sur vtre assciatin Nm de l assciatin : Président

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belsp.be Fiche de prjet pur les institutins publiques Cette fiche est remplie par une institutin

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

4. 4. Les nuisances sonores à l intérieur de l entreprise

4. 4. Les nuisances sonores à l intérieur de l entreprise 4. 4. Les nuisances snres à l intérieur de l entreprise Bruits excessifs et bruits diffus (bruit envirnnemental à l intérieur de l entreprise) Beaucup de gens passent leur vie prfessinnelle dans des bureaux

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité Cnditins auxquelles un médecin dit répndre pur acquérir et maintenir la qualité d'accrédité (Texte appruvé par le Grupe de directin de l accréditatin du 15 février 2006) 1. Médecin bientôt agrée u récemment

Plus en détail

7. L EXAMEN D ANALYSTE TRANSACTIONNEL(LE) CERTIFIÉ(E) (C.T.A.) : VUE D ENSEMBLE

7. L EXAMEN D ANALYSTE TRANSACTIONNEL(LE) CERTIFIÉ(E) (C.T.A.) : VUE D ENSEMBLE E.A.T.A. Manuel de la frmatin et des examens (Mai 2008) 7. L EXAMEN D ANALYSTE TRANSACTIONNEL(LE) CERTIFIÉ(E) (C.T.A.) : VUE D ENSEMBLE 7.1. Intrductin 7.1.1. L examen d Analyse Transactinnel(le) certifié(e)

Plus en détail

DOCUMENTATION DES SPIP MUTUALISES A USAGE PEDAGOGIQUE

DOCUMENTATION DES SPIP MUTUALISES A USAGE PEDAGOGIQUE DOCUMENTATION DES SPIP MUTUALISES A USAGE PEDAGOGIQUE Les sites disciplinaires utilisent désrmais SPIP en installatin mutualisée. Ce chix répnd à plusieurs impératifs aussi bien éditriaux que techniques.

Plus en détail

TVA Luxembourg à pàrtir 01/2015 Statut: 28 novembre 2014

TVA Luxembourg à pàrtir 01/2015 Statut: 28 novembre 2014 TVA Luxemburg à pàrtir 01/2015 Statut: 28 nvembre 2014 Table de matière 1. Avant-prps... 2 2. Exigences... 2 3. Qui est cncerné?... 2 4. Cnversin des nuveaux taux de TVA... 2 5. Mdificatin en détail...

Plus en détail

En collaboration avec la direction territoriale du MFA

En collaboration avec la direction territoriale du MFA Prpsitins pur faciliter l utilisatin de l Entente de services de garde à cntributin réduite. En cllabratin avec la directin territriale du MFA Nus recherchns des slutins visant à : Simplifier le prcessus;

Plus en détail

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012 PMCP 04-07-2012 Aût 2012 Réslutin 12-425 Table des matières 1. Faire signer une pétitin-requête par des prpriétaires, résidents et bénéficiaires des travaux... 1 2. Dépôt de la pétitin au cnseil... 2 3.

Plus en détail