Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE"

Transcription

1 Enquête Sectrielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Janvier 2011

2 SOMMAIRE SYNTHESE... 3 METHODOLOGIE... 4 A. SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE A L INTERNATIONAL... 5 B. LA TENDANCE A LA COMMERCIALISATION DU PRET INDIVIDUEL DANS LE SECTEUR C. L ENDETTEMENT CROISE

3 SYNTHESE Le secteur du micrcrédit au Marc cnnaît depuis le deuxième semestre de l année 2008 une crise de maturatin dnt les effets perdurent jusqu à la date d aujurd hui. L enquête terrain réalisée par l équipe JAÏDA a fait le pint sur la mntée du prêt individuel dans le secteur et la persistance de l endettement crisé. En effet, l année 2010 s est caractérisée par une véritable tendance vers la cmmercialisatin du prêt individuel dans le secteur. L analyse mntre que cette tendance s explique principalement par la frte demande des bénéficiaires et la mise en place de stratégies de dévelppement de ce type de prêt par les assciatins de micrcrédit (AMC) dans le but de répndre aux besins particuliers de leurs clients. L enquête a aussi révélé que le prêt slidaire cntinue à avir de l attrait auprès des bénéficiaires mais nécessite néanmins d être revu et améliré. Par ailleurs, l endettement crisé a cnnu durant l année 2010 une frte baisse, et ce grâce aux effrts déplyés par tutes les AMCs du secteur. Il ressrt de la présente enquête que l endettement crisé est perçu cmme une surce de prblèmes par les bénéficiaires, cmpte tenu des difficultés qu ils rencntrent pur gérer une telle situatin. De même, l inadaptatin des mntants de prêts et des cnditins de rembursement au besin des clients cmbiné à la frte cncentratin que cnnaît le secteur cnstituent les principales causes expliquant la persistance de l endettement crisé dans le secteur. Cnscientes des effets néfastes que peut avir l évlutin rapide de l endettement crisé sur la pérennité des institutins, les AMCs snt devenues plus prudentes dans leurs plitiques d ctri de crédits. 3

4 METHODOLOGIE La présente étude sectrielle prte sur l analyse de la tendance des assciatins de micrcrédit vers la cmmercialisatin du prêt individuel et du phénmène d endettement crisé que cnnaît le secteur. Cette étude se décline en tris vlets principaux : A. Les évlutins récentes à l internatinal ; B. La tendance à la cmmercialisatin du prêt individuel dans le secteur ; C. Le dévelppement de l Endettement Crisé ; Afin de ressrtir les évlutins récentes à l internatinal, une cllecte d infrmatins à partir des dnnées recueillies auprès du MIX Market a été effectuée sur la base d IMFs situées dans 5 régins : Amérique latine, Afrique subsaharienne, Eurpe de l est et Asie centrale, MENA et Asie du sud. Les dnnées du terrain nt été recueillies auprès de 100 bénéficiaires rencntrés dans différentes villes du ryaume entre les mis de Juillet et Octbre Le principal util utilisé est un questinnaire dispensé auprès d une ppulatin mixte, urbaine et rurale lcalisée dans différentes régins du ryaume. L enquête a eu pur bjectif de déterminer le cmprtement des clients vis-à-vis du prêt individuel et leur perceptin de l endettement crisé. En ce qui cncerne l analyse de la tendance des AMC à la cmmercialisatin du Prêt Individuel dans le secteur et leur plitique face à l endettement crisé, un questinnaire a été élabré et adressé à l ensemble des AMCs du secteur. La répartitin des bénéficiaires interrgés par genre et par ville se présentent cmme suit : Genre Hmme Nmbre de bénéficiaires interrgés 46 Femme 54 Villes sidislimane Casablanca Rabat Tétuan Salé Témara Nmbre de clients interrgés

5 A. SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE A L INTERNATIONAL 5

6 1. Ralentissement de la crissance mndiale et augmentatin des PAR Régins Encurs (en millins de $) Taux de radiatin 2009 PAR 30 Médian 2009 Afrique subsaharienne ,20% 9,30% Amérique Latine ,60% 7,10% Régin MENA % 6,40% Asie du Sud ,10% 5,60% MAROC 604 7,27% 6,35% Asie centrale et Eurpe de l'est * Dnnées : MIX Market ,60% 4,40% Seln les dnnées du Mix Market, la micr finance internatinale cnnaît en 2009 une nette détériratin du prtefeuille à risque par rapprt à Cette dégradatin du prtefeuille s est accmpagnée par un ralentissement ntable de la crissance au niveau mndiale. Le graphe suivant représente le niveau de l encurs du MAROC cmparé aux autres régins internatinales : D après le graphe ci-dessus, l encurs du secteur de la Micr Finance au Marc en 2009 représente 52% de l Encurs de tute la régin MENA. Cmme la crissance a ralenti dans plusieurs marchés, les IMFs snt devenues encre plus prudentes quant à leur plitique d ctri. Par cnséquent, le nmbre de micr emprunteurs a enregistré une remarquable baisse du fait qu il est passé d un taux de 43% de crissance annuelle en 2008 à 15% à fin Le principal défi pur les IMFs à travers le mnde est de réduire les cûts pur les clients grâce à la ratinalisatin des pératins, de réaliser un faible risque de crédit et de réduire les marges bénéficiaires. Tutefis, le climat écnmique des 6

7 deux dernières années a malheureusement rendu ces bjectifs difficiles à atteindre. 2. Aperçu sur la situatin de la micr finance dans la régin Arabe Malgré un ralentissement de la crissance par rapprt aux années précédentes, le secteur de la micr finance de la Régin Arabe pursuit sn expansin et cntinue à dévelpper de nuveaux prduits en fnctin des besins de la clientèle. Seln une étude réalisée par le MIX, CGAP et SANABEL, la micr finance dans la Régin Arabe, en cmparaisn avec les autres régins du glbe, s est psitinnée deuxième (derrière l Asie) en termes d Encurs. «En termes du nmbre de bénéficiaires, en myenne, une IMF arabe a atteint emprunteurs, devançant le marché le plus mature qu est l Amérique latine et les Caraïbes qui enregistre une myenne de emprunteurs par IMF. En termes de crissance du prtefeuille brut de prêts, la Régin Arabe est également arrivée au deuxième rang mndial derrière l Amérique latine et les Caraïbes, avec un prtefeuille brut de prêts myen par IMF d envirn 5,1 millins de dllars. Il a été enregistré dans la Régin Arabe le rendement d actif le plus élevé au mnde avec un rati de rentabilité de 2,4% en crissance myenne. Ce chiffre est d autant plus intéressant que la régin cnserve le plus faible rati de prduits financiers au mnde à 22,8% par rapprt à 27,9% en Amérique Latine et caraïbes» 1. Aussi, et en dépit de la crise de recuvrement du Marc qui a clairement affecté la qualité des actifs de l ensemble de la régin, la régin a enregistré un PAR> 30 jurs de 2,7% en Au sein de la régin Arabe, le Marc et L Egypte dminent le secteur de la micr finance en regrupent 85 % de tus les emprunteurs et 73 % du prtefeuille de prêts ttal de la régin. «Le Marc se distingue par la taille de sn réseau d agences (83% du nmbre ttal de bureaux de la régin) et sn persnnel (54 % de l effectif ttal de la régin)». Le graphique ci-dessus indique l écart imprtant qui subsiste entre le Marc et les autres pays arabes en termes de financement par la dette cmmerciale : Arab Micrfinance Analysis & Benchmarking Reprt 7

8 * Surce : Micr finance Infrmatin Exchange, Inc. Benchmarks 2008 Cet écart s explique en partie par la taille du marché marcain mais aussi par les perfrmances financières élevées que le pays affichait depuis quelques années, le plaçant à la tête de la régin. 8

9 B. LA TENDANCE A LA COMMERCIALISATION DU PRET INDIVIDUEL DANS LE SECTEUR 9

10 1. La Dispnibilité du Service du Micrcrédit : La quasi-ttalité des bénéficiaires interrgés recnnaissent l imprtance du la dispnibilité du service de micrcrédit. En effet, 96% des clients interrgés affirment être satisfaits de la dispnibilité du service de micrcrédit dans la mesure ù il leur permet d atteindre un certain niveau d indépendance financière. Il ressrt de l enquête que le micrcrédit est perçu par les clients cmme étant un util très utile cmparé à un crédit classique. Ce dernier est jugé inaccessible en raisn de sa très grande maturité et sa dépendance vis-à-vis de la slvabilité du client. 2. Mtivatins des clients pur cntracter un micrcrédit : Il ressrt de l enquête terrain que les mtivatins incitant les clients à cntracter des Micr crédits diffèrent d un bénéficiaire à un autre. Le graphe suivant représente l ensemble des mtivatins pussant les clients à cntracter des micrs crédits : Il se truve que 44% des bénéficiaires interrgés affirment que le micrcrédit leur a permis de dévelpper les activités génératrices de revenu (AGR). Envirn 27% des bénéficiaires cnsidèrent le micrcrédit cmme un facteur leur permettant d augmenter leurs fnds de rulement u de créer un effet de levier sur leurs crédits furnisseurs. Seulement 18% des bénéficiaires interrgés affectent les mntants des prêts à l acquisitin des myens de prductin. Cela peut s expliquer par l impssibilité de financer des biens d investissement par les faibles mntants ctryés. Le nmbre de bénéficiaires dnt une partie de leurs prêts dévie à la cnsmmatin a frtement baissée par rapprt à l année La présente enquête ressrt une très frte baisse des prêts qui dévient vers la cnsmmatin. Cela s explique principalement par l améliratin de la plitique de suivi menée par les AMCs. 10

11 3. Tendance vers le prêt individuel et Slidaire chez les bénéficiaires 3.1 Mtivatins à Cntracter le prêt slidaire et individuel Le graphe suivant illustre les mtivatins des bénéficiaires à cntracter des prêts slidaires : Il ressrt de l enquête que près de 70% des persnnes ayant cntracté un prêt slidaire auraient préféré btenir un prêt individuel. Les bénéficiaires du prêt slidaire disent être cntraints de cntracter un prêt slidaire pur les raisns suivantes : Cnseil de l agent de crédit (11%); Manque de garantie pur l btentin du prêt individuel (31%) ; Refus de l agent de crédit d ctryer un prêt individuel (6%) ; Néanmins, nus ntns que 16% des bénéficiaires interrgés nt cntracté un prêt slidaire par cnvictin. En effet, ces derniers cnsidèrent le prêt slidaire plus avantageux en raisn de sa maturité cnvenable (en myenne les AMCs appliquent une maturité de 11 mis pur le slidaire cntre 25 mis pur l individuel), de la bnne entente qui existe entre les membres du grupe et du principe de slidarité qui, seln eux, cntribue à faciliter le rembursement des échéances du prêt. Parmi les prêts slidaires, les grupes cnstitués d un faible effectif seraient les mins cncernés par les impayés. Ainsi, certaines AMCs nt sngé à redéfinir les caractéristiques du prêt slidaire. 11

12 Les mtivatins des clients à cntracter des prêts individuels snt représentées dans le graphe suivant : Le secteur du micrcrédit cnnaît aujurd hui une véritable tendance vers la cmmercialisatin du prêt individuel. Suite à l enquête bénéficiaire, il se truve que 46% des clients interrgés ayant cntracté un prêt individuel l nt fait pur fuir les prblèmes causés par le prêt slidaire (cnstitutin et fnctinnement du grupe). En effet, nmbre d entre eux remettent en questin le principe de slidarité puisque, pur la mitié de ces clients, l expérience du prêt slidaire s est sldée par un échec. 3.2 Explicatins sur le Terrain de la Mntée du Prêt Individuel Seln les agents de crédit interviewés lrs de l enquête terrain, les clients (u les clients ptentiels) nt une mauvaise image du prêt slidaire. En effet, beaucup de nuveaux clients demandent un prêt individuel parce qu ils asscient le prêt slidaire aux prblèmes (risque ntamment d avir à payer pur les autres). Pur la plupart des bénéficiaires préférant le prêt individuel, le prêt slidaire pse prblème vu qu en cas de nn rembursement, c est la réputatin de tus les membres du grupe qui est entachée. Ntns tut de même que les AMCs nt également une part de respnsabilité quant à l abandn du prêt slidaire par les clients et ses prblèmes dans la mesure ù, en péride de crise, certaines AMCs nt frtement encuragé le dévelppement du prêt individuel. 12

13 4. Tendance vers le prêt individuel et Slidaire chez les AMCs 4.1 Evlutin de l encurs du prêt slidaire et individuel Le secteur du micrcrédit cnnaît une envlée du prêt individuel au détriment du prêt slidaire qui cnnaît depuis la fin de l année 2009 une dégradatin remarquable. Actuellement, les AMCs du secteur cmmencent à mettre en place des stratégies prudentes de dévelppement du prêt individuel dans leurs prtefeuilles. L analyse de l évlutin de l encurs du prêt slidaire et individuel durant la péride allant du 31 décembre 2009 au 30 juin 2010 a prté sur un échantilln d AMCs représentant 80% du secteur. En prenant en cmpte le pids que représente chaque AMC dans le secteur, le taux d évlutin pndéré de l encurs du prêt individuel et slidaire du secteur est représenté dans le tableau suivant : Type de prêts Prêt Slidaire Prêt Individuel Taux d'évlutin pndéré du secteur -17% 16% En effet, le prêt slidaire, prduit de base de la micr finance a cnnu une baisse de 17% par rapprt à la fin de l année 2009 alrs que le prêt individuel a cnnu une évlutin de 16%. Il ressrt de l enquête menée auprès des AMC que celles-ci préfèrent accrder des prêts individuels dans la mesure ù les caractéristiques de ces derniers permettent de cmpenser le risque auquel les AMCs snt cnfrntées en ctryant ce type de prêt. Aussi, l envlée du prduit individuel dans le secteur s explique d une part par l intérêt prté par la clientèle à ce type de prduit, et d autre part, par la vlnté des AMCs de répndre aux besins particuliers de leurs clients. 4.2 Explicatins des AMC de la mntée du Prduit Individuel La rapide mntée des prêts individuels est jugée très risquée par l ensemble des AMC du secteur. En effet, le prêt individuel (cmme tut nuveau prduit de financement) nécessite une maîtrise du prcessus d ctri et une qualificatin des agents de crédit chargés de la cmmercialisatin de ce type de prêt. L enquête sectrielle fait ressrtir des retards de rembursement enregistrés pur les prêts individuels. Les AMC expliquent les retards de rembursement du prêt individuel cmme suit : Le mntant du prêt individuel initialement accrdé au client est suvent imprtant et incite ainsi le client à payer des échéances cnséquentes. Suvent, le client truve des difficultés à remburser sn prêt à partir de la trisième échéance. Le client refuse de faire le rembursement de ses échéances quand il ne dispse pas suffisamment des ressurces financières. Dans ce cas, l étude de 13

14 faisabilité du prjet du client et sa capacité de rembursement nt été mal évalués par l AMC. Dans certains cas, le client refuse de payer sn prêt à l AMC même s il dispse des myens financiers nécessaires pur hnrer sa dette. L AMC a initialement fait erreur dans l évaluatin de la bnne fi du client au début de l ctri. Il est vrai que l AMC est cntrainte de pursuivre en justice le client en défaut mais le délai du traitement du dssier au tribunal ne favrise pas la récupératin facile et rapide des impayés. Les clients snt cnscients aujurd hui du manque du pids plitique dans le traitement des dssiers en cntentieux au tribunal. Par ailleurs, les AMCs snt cnscientes de la nécessité d asscier une analyse très fine à la vente de ce type de prduit et à la qualificatin des agents de crédit qui se chargernt de la cmmercialisatin de ce prduit. Actuellement, les AMCs prcèdent à la frmatin des agents de crédit dans ce dmaine afin d éviter les prblèmes et les risques que peut engendrer la mntée de ce type de prêt. 4.3 Cncentratin des Prêts Individuels dans le secteur Les AMCs affirment que les prêts individuels snt cmmercialisés sur la ttalité du leur réseau. Tutefis, le secteur cnnaît une cncentratin de la cmmercialisatin des prêts individuels dans les régins de Meknass-Tafilalet, Suss-Massa-Draa et Marrakesh-Tansift-Alhauz. 14

15 C. DEVELOPPEMENT DE L ENDETTEMENT CROISE 1. Evaluatin de l endettement crisé du secteur en

16 Il ressrt de l enquête terrain que le taux d endettement crisé est estimé à 26% de l échantilln glbal (100 bénéficiaires). De même, d après les déclaratins des agents de crédit rencntrés, les femmes snt les plus cncernées par le phénmène d endettement crisé puisque 70% de l échantilln glbal représentant la ppulatin endettée snt des femmes. Aussi, il ressrt de l enquête terrain que 50% des bénéficiaires interrgés crisent le prêt slidaire, 27% crisent l individuel et le slidaire cntre 23% seulement qui crisent l individuel. En effet, les clients n ignrent pas l existence d une centrale des risques capable de détecter les mauvais payeurs, mais par besin, ils vnt jusqu à recurir à des pratiques inslites telles que cntracter deux prêts simultanément auprès de deux AMCs différentes à une même date en vue de déturner l attentin des agents de crédit. 2. Perceptin de l endettement crisé par les bénéficiaires Sur l échantilln des 100 bénéficiaires interrgés, 75% cndamnent fermement le cmprtement incnscient et immral des bénéficiaires en situatin d endettement crisé. Le graphe suivant représente la perceptin de l endettement crisé par les bénéficiaires intérrgés : L endettement crisé est perçu principalement cmme une surce de prblèmes vu que 37% des 100 bénéficiaires interrgés pensent qu il est difficile de gérer une situatin d endettement crisé. En effet, pur 14% des bénéficiaires interrgés l endettement crisé risque de détérirer la relatin qu ils entretiennent avec l AMC. Par ailleurs, envirn 35% des bénéficiaires interrgés truvent dans l endettement crisé une slutin acceptable si leur capacité de rembursement le permet, une slutin pur régler leurs frais à lng terme ainsi qu une slutin pnctuelle leur 16

17 permettant de cmbler un besin d argent pendant des saisns particulières (La rentrée sclaire, le Ramadan). 2.1 Déterminants de l endettement crisé seln les clients A travers l enquête sur la perceptin de l endettement crisé par les bénéficiaires, il ressrt plusieurs raisns expliquant l accrissement de ce phénmène. Les bénéficiaires interrgés expliquent qu ils cntractent des prêts crisés avant tut parce que les mntants prêtés par les AMCs snt insuffisants. Aussi, Les bénéficiaires nt besin de faire face à des dépenses particulières tel que financer un nuveau prjet u parce que certaines AMCs snt plus avantageuses que d autres en matière de maturité de prêt. Le graphique illustrant les raisns qui expliquent le recurs à l endettement crisé par les clients se présente cmme suit : En effet, 68% des clients endettés affirment être insatisfaits du mntant de prêt prpsé par l AMC. Ainsi, le faible mntant des crédits et les besins de financement exigés par les bénéficiaires snt les principaux déterminants de l endettement crisé après les mtifs de cnsmmatin et la vlnté de remburser d autres prêts. Par ailleurs, la prprtin des bénéficiaires qui recurent à l endettement crisé pur régler leurs dettes reste relativement faible, ce qui les empêche de plnger dans une spirale de surendettement. 3. Plitique Adptée face à l Endettement Crisé par les AMCs 17

18 La frte cncurrence que cnnaît le secteur du micrcrédit et la primauté de l bjectif de rentabilité cmbinés à un mauvais empli du micrcrédit d une part par les assciatins de micrcrédit (AMCs) et d autre part par leurs clients a frtement cntribué au renfrcement du phénmène d endettement crisé et à l augmentatin des impayés. 3.1 Causes de la persistance de l endettement crisé Il ressrt de l enquête réalisée auprès de l ensemble des AMCs du secteur que les principales causes du dévelppement du phénmène d endettement crisé snt : La frte cncentratin que cnnaît le secteur du micrcrédit : les AMCs du secteur snt cncentrées dans des lcalités définies ce qui facilite l apparitin de mauvais payeurs dans les grupes slidaires. De même, que le cntexte de plus en plus curant, ù plusieurs AMCs pèrent dans la même ville, vir le même quartier, amène les clients à accumuler plusieurs prêts sans que cela sit immédiatement détecté. Faiblesse des mntants ctryés pur les prêts slidaires : En effet, dans la mesure ù les mntants accrdés pur les prêts slidaires snt relativement faibles, les AMCs snt mins exigeantes sur la slvabilité des clients. Cela peut engendrer le nn rembursement des prêts et par cnséquent la mntée des impayés. L endettement crisé est nettement plus enregistré pur les prêts slidaires. Pur les respnsables des AMCs, le phénmène d endettement crisé cncerne principalement le prêt slidaire. L inadaptatin des mntants de prêts et des cnditins de rembursement au besin des clients. 3.2 Régins ù l endettement Crisé est dévelppé Il ressrt de l enquête que les régins dans lesquelles l endettement crisé se dévelppe le plus se présentent cmme suit : La régin de l riental (Taza) : 6 AMCs pératinnelles avec 106 Agences. La régin de Meknass-Tafilalet (khénifra): 6 AMCs pératinnelles avec 96 Agences. La régin de Tanger-Tétuan : 7AMCs pératinnelles avec 70 agences. La régin de Rabat-Salé-Zemmur-Zair : 6 AMCs pératinnelles avec 69 agences. La régin de Marrakesh-Tansift-Alhauz : 5 AMCs pératinnelles avec 112 agences. La régin de Tadla-Azilal : 6 AMCs pératinnelles avec 64 agences. 4. Analyse du taux d endettement crisé des AMCs du secteur 18

19 En prenant en cmpte le pids que représente chaque AMC dans le secteur, cmpte tenu du nmbre de clients crisant les prêts rapprté au ttal des clients des AMCs cnstituant l échantilln, le taux d endettement myen pndéré du secteur est de 18%. Il ressrt que les grandes et myennes AMCs affichent des taux d endettement prches du secteur, tandis que les taux d endettement des petites AMCs s élignent largement de la myenne. Les facteurs expliquant un taux d endettement crisé myennement élevé du secteur snt: L absence de critères clairement définis pur refuser un micrcrédit à une persnne déjà endettée dans une autre AMC. Les AMCs qui affichent les taux d endettement crisé les plus élevés pèrent dans des znes frtement cncentrées du ryaume. 5. Myens pur pallier au Phénmène de l Endettement Crisé Le phénmène d endettement crisé que cnnaît le secteur de micrcrédit Marcain a certes accentué le surendettement de la clientèle et par cnséquent la difficulté de remburser. Cependant, les AMCs cmmencent à mettre en place des actins afin de prévenir et limiter le prblème d endettement crisé, il s agit essentiellement de : Les visites répétées sur le terrain ; Le renfrcement du rôle de la centrale des risques du secteur qui regrupe actuellement près de 8 AMCs sur 12. La limitatin des prêts pur les clients en situatin d endettement crisé : la plupart des AMCs refusent d ctryer des prêts à des clients qui nt cntracté un prêt auprès de plus de deux AMCs u si le mntant ttal des prêts cntractés dépasse un certain plafnd (plitique prpre à chaque AMC). 19

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

I - P R E A M B U L E

I - P R E A M B U L E I - P R E A M B U L E La SIDI a achevé, fin 2008, la mise en œuvre de sn plan triennal 2006/2008, dans le cadre duquel elle s était fixée cmme prirités de cibler le mnde rural, en particulier sur le cntinent

Plus en détail

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M 28-02-2007 Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M Chiffre d affaires : 36,3 M en hausse de 71% Résultat net de 12% du

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

Présentation de la SCHL Canada

Présentation de la SCHL Canada Habitatin Présentatin de la SCHL Canada André Asselin Habitatin Habitatin Crissance cntinue du crédit hypthécaire à l habitatin $1 400 $1 200 Sciétés de titrisatin spécialisées TH. LNH Autres cies. sans

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 31 mars 2015 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 22 avril 2015 Au 1 er trimestre 2015, Michelin affiche des ventes nettes de 5

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011 Amandine CUER À: Amandine CUER Objet: Cyb@rdèche - Osez les nuvelles technlgies... Pièces jintes: image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg Imprtance: Haute Si

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

Ce litige concerne les travaux de raccordement électrique de votre logement et la facturation de vos consommations d électricité.

Ce litige concerne les travaux de raccordement électrique de votre logement et la facturation de vos consommations d électricité. Paris, le 2 juillet 2015 Dssier suivi par : XXXX Tél. : XXXX Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : XXXX N de recmmandatin : 2015-0767 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre litige

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI AIGUISEZ VOTRE APPROCHE DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU Vus êtes: ROYAUME-UNI A LONDRES LE JEUDI 3 DECEMBRE 2009 - Distributeur - E-cmmerçant - Respnsable e-cmmerce - Respnsable d agence

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15 Banque le Chix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 juin 2015 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU ET CHAMP

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Rennes, le 26 mars 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE Rennes, le 26 mars 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Rennes, le 26 mars 2013 Activité 2012 : Dans un envirnnement chahuté, Grupama Lire Bretagne, leader de l assurance sur sn territire, pursuit sn dévelppement rentable et assit sa slidité.

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

Données macroéconomiques. Brève description du Burundi.

Données macroéconomiques. Brève description du Burundi. 1 Brève descriptin du Burundi. Le Burundi est situé dans la régin des Grands Lacs dans la zne intertrpicale entre l équateur et le trpique du capricrne.il est limité par la Tanzanie au sud et à l est,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

Forum 3.0 de l industrie des médias interactifs

Forum 3.0 de l industrie des médias interactifs Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Rapprt des grupes de discussin: faits saillants Préparé par Harld Gendrn, Cnsultant Recherche et veille en médias interactifs et Jean-Pierre Faucher, Cnsultant

Plus en détail

CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES Le présent cahier des charges définit le périmètre de la prestatin attendue, en vue

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs Résumé Les particularités des machines à sus et leur incidence sur le cmprtement des jueurs cmpulsifs K. Finlay 1 H. H. C. Marmurek V. Kanetkar J. Lnderville Sujet de la recherche Quelques recherches laissent

Plus en détail

Hausse de plus de 40% pour le trafic des applis en mars 2014

Hausse de plus de 40% pour le trafic des applis en mars 2014 Tendances du web Hausse de plus de 40% pur le trafic des applis en mars 2014 Trafic des sites web en France : -10,5% en myenne en mars 2014 vs mars 2013 Etude publiée le 29 avril 2014 1 4/24/2014 Cnfidential

Plus en détail

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues Obligatins des emplyeurs par seuils d effectifs de l entreprise Tutes entreprises cnfndues Affichages bligatires Déclaratin et cmmunicatin à caractère péridique : Déclaratins et cmmunicatins à caractère

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Expertises juridiques et entreprises dans la Région Nord - Pas de Calais : quels besoins? Quelles réponses? Quelle adéquation?

Expertises juridiques et entreprises dans la Région Nord - Pas de Calais : quels besoins? Quelles réponses? Quelle adéquation? Expertises juridiques et entreprises dans la Régin Nrd - Pas de Calais : quels besins? Quelles répnses? Quelle adéquatin? EDHEC Survey Etude réalisée par Sarah CUNY, Charltte GARD, Mandana LATIFI, Camille

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

Point presse annuel du Régime social des indépendants (RSI) 25 février 2015

Point presse annuel du Régime social des indépendants (RSI) 25 février 2015 Dssier de presse Pint presse annuel du Régime scial des indépendants (RSI) 25 février 2015 Gérard Quevilln, président natinal du RSI et Stéphane Seiller, directeur général du RSI Smmaire : - 2015 : De

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC Directin des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Sciété admissible... 3 Attestatin de

Plus en détail

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION :

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : PROJET DE GESTION LOCATIVE de bureaux a usage prfessinnel DE LA MAISON DE L ENTREPRISE DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : «EXPLOITATION

Plus en détail

OO : Développer le secteur de la transformation alimentaire durable

OO : Développer le secteur de la transformation alimentaire durable Enjeux OO : Dévelpper le secteur de la transfrmatin alimentaire Envirnnementaux - Prpser des aliments s transfrmés aux cnsmmateurs : augmenter l ffre pur diminuer l impact envirnnemental de la cnsmmatin

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

Secteur Public Comment faire face aux réductions budgétaires?

Secteur Public Comment faire face aux réductions budgétaires? Secteur Public Cmment faire face aux réductins budgétaires? 2 Smmaire Intrductin..Page 3 Méthdlgie de l enquête Page 3 Synthèse des résultats...page 4 Des respnsables infrmatiques lucides Page 4 La qualité

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

Formation Référencement / SEO e-commerce

Formation Référencement / SEO e-commerce Page 1 sur 5 28 bd Pissnnière 75009 Paris T. +33 (0) 1 45 63 19 89 cntact@ecmmerce-academy.fr http://www.ecmmerce-academy.fr/ Frmatin Référencement / SEO e-cmmerce Optimisez et amélirer vtre visibilité

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS Buygues immbilier est un acteur majeur de l immbilier neuf. Nus smmes à vs côtés pur vus guider dans vtre chix d investissement tut en respectant vs prirités.

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 6 à 8 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les utils permettant de gérer

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté Prcédure de Gestin de la présence au travail et du Retur au travail adapté déculant de la plitique intégrée en santé, sécurité et bien-être au travail (2012) DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES

Plus en détail

Cnova N.V. - Activité du 3 ème trimestre 2015. 1 121 millions d euros (+17,6 % TCC*) Quotepart Marketplace : 22,7 % (+1 032 pb)

Cnova N.V. - Activité du 3 ème trimestre 2015. 1 121 millions d euros (+17,6 % TCC*) Quotepart Marketplace : 22,7 % (+1 032 pb) Cmmuniqué de presse Le 9 ctbre 2015 Cnva N.V. - Activité du 3 ème trimestre 2015 GMV : 1 121 millins d eurs (+17,6 % TCC*) Qutepart Marketplace : 22,7 % (+1 032 pb) Chiffre d affaires : 781 millins d eurs

Plus en détail

PREAMBULE ARTICLE 1 ARTICLE 2

PREAMBULE ARTICLE 1 ARTICLE 2 Prtcle d Accrd sur les bjectifs en matière d Egalité Prfessinnelle et de mixité entre les Hmmes et les Femmes et les mesures permettant de les atteindre. Le présent accrd d entreprise ayant pur bjet l

Plus en détail

opinionway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Septembre 2015

opinionway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Septembre 2015 pininway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Nte de synthèse Septembre Vs cntacts chez OpininWay : Frédéric Micheau Directeur des études d pinin Directeur de département

Plus en détail

Croître et délivrer une rentabilité solide et récurrente

Croître et délivrer une rentabilité solide et récurrente COMMUNIQUE DE PRESSE Crître et délivrer une rentabilité slide et récurrente Paris, le 20 mars 2014 Le grupe Crédit Agricle présente sn plan à myen terme 2014-2016, qui s appuie sur des fndamentaux slides

Plus en détail

Externalisation du poste Client : Méthodologie et bonnes pratiques

Externalisation du poste Client : Méthodologie et bonnes pratiques Externalisatin du pste Client : Méthdlgie et bnnes pratiques Avec le sutien du cabinet ENODIA Cnseil des fnctins Gestin - Finance SOMMAIRE 1. Préambule 3 1.1. Membres du grupe de benchmark 3 1.2. Le cadre

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 30 juin 2014

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 30 juin 2014 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 30 juin 2014 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 29 juillet 2014 1 er semestre 2014 : Slide résultat pératinnel avant éléments

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31)

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31) Syndicat Mixte DECOSET 6 bis avenue des Pyrénées BP 39 31242 L Unin Cedex Tel : 05.62.89.03.41 Fax : 05.62.89.03.40 Curriel : cntact@decset.fr Marché public de prestatins intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION POUR L EXERCICE 2014 CLOS LE 31 DECEMBRE 2014

RAPPORT DE GESTION POUR L EXERCICE 2014 CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 CAISSE REGIONALE De CREDIT AGRICOLE MUTUEL Des COTES-D'ARMOR RAPPORT DE GESTION POUR L EXERCICE 2014 CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Présenté à l Assemblée Générale de la Caisse Réginale le 31 mars 2015 1 PARTIE

Plus en détail

Sondage auprès des entreprises en aménagement forestier sur l impact des modifications au régime de l Assurance-Emploi

Sondage auprès des entreprises en aménagement forestier sur l impact des modifications au régime de l Assurance-Emploi Sndage auprès des entreprises en aménagement frestier sur l impact des mdificatins au régime de l Assurance-Empli Réalisé pur : Par : Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 1 NOTES MÉTHODOLOGIQUES...

Plus en détail

"TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE

TSPM «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE & ORGANISENT DU 29 NOVEMBRE AU 3 DECEMBRE 2010 UNE FORMATION EN GESTION DE PROJET ET UNE CERTIFICATION INTERNATIONALE : "TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr.

Plus en détail

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie Cabinet LUTZ Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY La Chaufferie La résidence de Lattre de Tassigny 200 lgements «haut de gamme» cnstruits en 1972 Une cnversin fiul / gaz en 1987 Depuis une demande de cnfrt

Plus en détail