Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE"

Transcription

1 Enquête Sectrielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Janvier 2011

2 SOMMAIRE SYNTHESE... 3 METHODOLOGIE... 4 A. SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE A L INTERNATIONAL... 5 B. LA TENDANCE A LA COMMERCIALISATION DU PRET INDIVIDUEL DANS LE SECTEUR C. L ENDETTEMENT CROISE

3 SYNTHESE Le secteur du micrcrédit au Marc cnnaît depuis le deuxième semestre de l année 2008 une crise de maturatin dnt les effets perdurent jusqu à la date d aujurd hui. L enquête terrain réalisée par l équipe JAÏDA a fait le pint sur la mntée du prêt individuel dans le secteur et la persistance de l endettement crisé. En effet, l année 2010 s est caractérisée par une véritable tendance vers la cmmercialisatin du prêt individuel dans le secteur. L analyse mntre que cette tendance s explique principalement par la frte demande des bénéficiaires et la mise en place de stratégies de dévelppement de ce type de prêt par les assciatins de micrcrédit (AMC) dans le but de répndre aux besins particuliers de leurs clients. L enquête a aussi révélé que le prêt slidaire cntinue à avir de l attrait auprès des bénéficiaires mais nécessite néanmins d être revu et améliré. Par ailleurs, l endettement crisé a cnnu durant l année 2010 une frte baisse, et ce grâce aux effrts déplyés par tutes les AMCs du secteur. Il ressrt de la présente enquête que l endettement crisé est perçu cmme une surce de prblèmes par les bénéficiaires, cmpte tenu des difficultés qu ils rencntrent pur gérer une telle situatin. De même, l inadaptatin des mntants de prêts et des cnditins de rembursement au besin des clients cmbiné à la frte cncentratin que cnnaît le secteur cnstituent les principales causes expliquant la persistance de l endettement crisé dans le secteur. Cnscientes des effets néfastes que peut avir l évlutin rapide de l endettement crisé sur la pérennité des institutins, les AMCs snt devenues plus prudentes dans leurs plitiques d ctri de crédits. 3

4 METHODOLOGIE La présente étude sectrielle prte sur l analyse de la tendance des assciatins de micrcrédit vers la cmmercialisatin du prêt individuel et du phénmène d endettement crisé que cnnaît le secteur. Cette étude se décline en tris vlets principaux : A. Les évlutins récentes à l internatinal ; B. La tendance à la cmmercialisatin du prêt individuel dans le secteur ; C. Le dévelppement de l Endettement Crisé ; Afin de ressrtir les évlutins récentes à l internatinal, une cllecte d infrmatins à partir des dnnées recueillies auprès du MIX Market a été effectuée sur la base d IMFs situées dans 5 régins : Amérique latine, Afrique subsaharienne, Eurpe de l est et Asie centrale, MENA et Asie du sud. Les dnnées du terrain nt été recueillies auprès de 100 bénéficiaires rencntrés dans différentes villes du ryaume entre les mis de Juillet et Octbre Le principal util utilisé est un questinnaire dispensé auprès d une ppulatin mixte, urbaine et rurale lcalisée dans différentes régins du ryaume. L enquête a eu pur bjectif de déterminer le cmprtement des clients vis-à-vis du prêt individuel et leur perceptin de l endettement crisé. En ce qui cncerne l analyse de la tendance des AMC à la cmmercialisatin du Prêt Individuel dans le secteur et leur plitique face à l endettement crisé, un questinnaire a été élabré et adressé à l ensemble des AMCs du secteur. La répartitin des bénéficiaires interrgés par genre et par ville se présentent cmme suit : Genre Hmme Nmbre de bénéficiaires interrgés 46 Femme 54 Villes sidislimane Casablanca Rabat Tétuan Salé Témara Nmbre de clients interrgés

5 A. SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE A L INTERNATIONAL 5

6 1. Ralentissement de la crissance mndiale et augmentatin des PAR Régins Encurs (en millins de $) Taux de radiatin 2009 PAR 30 Médian 2009 Afrique subsaharienne ,20% 9,30% Amérique Latine ,60% 7,10% Régin MENA % 6,40% Asie du Sud ,10% 5,60% MAROC 604 7,27% 6,35% Asie centrale et Eurpe de l'est * Dnnées : MIX Market ,60% 4,40% Seln les dnnées du Mix Market, la micr finance internatinale cnnaît en 2009 une nette détériratin du prtefeuille à risque par rapprt à Cette dégradatin du prtefeuille s est accmpagnée par un ralentissement ntable de la crissance au niveau mndiale. Le graphe suivant représente le niveau de l encurs du MAROC cmparé aux autres régins internatinales : D après le graphe ci-dessus, l encurs du secteur de la Micr Finance au Marc en 2009 représente 52% de l Encurs de tute la régin MENA. Cmme la crissance a ralenti dans plusieurs marchés, les IMFs snt devenues encre plus prudentes quant à leur plitique d ctri. Par cnséquent, le nmbre de micr emprunteurs a enregistré une remarquable baisse du fait qu il est passé d un taux de 43% de crissance annuelle en 2008 à 15% à fin Le principal défi pur les IMFs à travers le mnde est de réduire les cûts pur les clients grâce à la ratinalisatin des pératins, de réaliser un faible risque de crédit et de réduire les marges bénéficiaires. Tutefis, le climat écnmique des 6

7 deux dernières années a malheureusement rendu ces bjectifs difficiles à atteindre. 2. Aperçu sur la situatin de la micr finance dans la régin Arabe Malgré un ralentissement de la crissance par rapprt aux années précédentes, le secteur de la micr finance de la Régin Arabe pursuit sn expansin et cntinue à dévelpper de nuveaux prduits en fnctin des besins de la clientèle. Seln une étude réalisée par le MIX, CGAP et SANABEL, la micr finance dans la Régin Arabe, en cmparaisn avec les autres régins du glbe, s est psitinnée deuxième (derrière l Asie) en termes d Encurs. «En termes du nmbre de bénéficiaires, en myenne, une IMF arabe a atteint emprunteurs, devançant le marché le plus mature qu est l Amérique latine et les Caraïbes qui enregistre une myenne de emprunteurs par IMF. En termes de crissance du prtefeuille brut de prêts, la Régin Arabe est également arrivée au deuxième rang mndial derrière l Amérique latine et les Caraïbes, avec un prtefeuille brut de prêts myen par IMF d envirn 5,1 millins de dllars. Il a été enregistré dans la Régin Arabe le rendement d actif le plus élevé au mnde avec un rati de rentabilité de 2,4% en crissance myenne. Ce chiffre est d autant plus intéressant que la régin cnserve le plus faible rati de prduits financiers au mnde à 22,8% par rapprt à 27,9% en Amérique Latine et caraïbes» 1. Aussi, et en dépit de la crise de recuvrement du Marc qui a clairement affecté la qualité des actifs de l ensemble de la régin, la régin a enregistré un PAR> 30 jurs de 2,7% en Au sein de la régin Arabe, le Marc et L Egypte dminent le secteur de la micr finance en regrupent 85 % de tus les emprunteurs et 73 % du prtefeuille de prêts ttal de la régin. «Le Marc se distingue par la taille de sn réseau d agences (83% du nmbre ttal de bureaux de la régin) et sn persnnel (54 % de l effectif ttal de la régin)». Le graphique ci-dessus indique l écart imprtant qui subsiste entre le Marc et les autres pays arabes en termes de financement par la dette cmmerciale : Arab Micrfinance Analysis & Benchmarking Reprt 7

8 * Surce : Micr finance Infrmatin Exchange, Inc. Benchmarks 2008 Cet écart s explique en partie par la taille du marché marcain mais aussi par les perfrmances financières élevées que le pays affichait depuis quelques années, le plaçant à la tête de la régin. 8

9 B. LA TENDANCE A LA COMMERCIALISATION DU PRET INDIVIDUEL DANS LE SECTEUR 9

10 1. La Dispnibilité du Service du Micrcrédit : La quasi-ttalité des bénéficiaires interrgés recnnaissent l imprtance du la dispnibilité du service de micrcrédit. En effet, 96% des clients interrgés affirment être satisfaits de la dispnibilité du service de micrcrédit dans la mesure ù il leur permet d atteindre un certain niveau d indépendance financière. Il ressrt de l enquête que le micrcrédit est perçu par les clients cmme étant un util très utile cmparé à un crédit classique. Ce dernier est jugé inaccessible en raisn de sa très grande maturité et sa dépendance vis-à-vis de la slvabilité du client. 2. Mtivatins des clients pur cntracter un micrcrédit : Il ressrt de l enquête terrain que les mtivatins incitant les clients à cntracter des Micr crédits diffèrent d un bénéficiaire à un autre. Le graphe suivant représente l ensemble des mtivatins pussant les clients à cntracter des micrs crédits : Il se truve que 44% des bénéficiaires interrgés affirment que le micrcrédit leur a permis de dévelpper les activités génératrices de revenu (AGR). Envirn 27% des bénéficiaires cnsidèrent le micrcrédit cmme un facteur leur permettant d augmenter leurs fnds de rulement u de créer un effet de levier sur leurs crédits furnisseurs. Seulement 18% des bénéficiaires interrgés affectent les mntants des prêts à l acquisitin des myens de prductin. Cela peut s expliquer par l impssibilité de financer des biens d investissement par les faibles mntants ctryés. Le nmbre de bénéficiaires dnt une partie de leurs prêts dévie à la cnsmmatin a frtement baissée par rapprt à l année La présente enquête ressrt une très frte baisse des prêts qui dévient vers la cnsmmatin. Cela s explique principalement par l améliratin de la plitique de suivi menée par les AMCs. 10

11 3. Tendance vers le prêt individuel et Slidaire chez les bénéficiaires 3.1 Mtivatins à Cntracter le prêt slidaire et individuel Le graphe suivant illustre les mtivatins des bénéficiaires à cntracter des prêts slidaires : Il ressrt de l enquête que près de 70% des persnnes ayant cntracté un prêt slidaire auraient préféré btenir un prêt individuel. Les bénéficiaires du prêt slidaire disent être cntraints de cntracter un prêt slidaire pur les raisns suivantes : Cnseil de l agent de crédit (11%); Manque de garantie pur l btentin du prêt individuel (31%) ; Refus de l agent de crédit d ctryer un prêt individuel (6%) ; Néanmins, nus ntns que 16% des bénéficiaires interrgés nt cntracté un prêt slidaire par cnvictin. En effet, ces derniers cnsidèrent le prêt slidaire plus avantageux en raisn de sa maturité cnvenable (en myenne les AMCs appliquent une maturité de 11 mis pur le slidaire cntre 25 mis pur l individuel), de la bnne entente qui existe entre les membres du grupe et du principe de slidarité qui, seln eux, cntribue à faciliter le rembursement des échéances du prêt. Parmi les prêts slidaires, les grupes cnstitués d un faible effectif seraient les mins cncernés par les impayés. Ainsi, certaines AMCs nt sngé à redéfinir les caractéristiques du prêt slidaire. 11

12 Les mtivatins des clients à cntracter des prêts individuels snt représentées dans le graphe suivant : Le secteur du micrcrédit cnnaît aujurd hui une véritable tendance vers la cmmercialisatin du prêt individuel. Suite à l enquête bénéficiaire, il se truve que 46% des clients interrgés ayant cntracté un prêt individuel l nt fait pur fuir les prblèmes causés par le prêt slidaire (cnstitutin et fnctinnement du grupe). En effet, nmbre d entre eux remettent en questin le principe de slidarité puisque, pur la mitié de ces clients, l expérience du prêt slidaire s est sldée par un échec. 3.2 Explicatins sur le Terrain de la Mntée du Prêt Individuel Seln les agents de crédit interviewés lrs de l enquête terrain, les clients (u les clients ptentiels) nt une mauvaise image du prêt slidaire. En effet, beaucup de nuveaux clients demandent un prêt individuel parce qu ils asscient le prêt slidaire aux prblèmes (risque ntamment d avir à payer pur les autres). Pur la plupart des bénéficiaires préférant le prêt individuel, le prêt slidaire pse prblème vu qu en cas de nn rembursement, c est la réputatin de tus les membres du grupe qui est entachée. Ntns tut de même que les AMCs nt également une part de respnsabilité quant à l abandn du prêt slidaire par les clients et ses prblèmes dans la mesure ù, en péride de crise, certaines AMCs nt frtement encuragé le dévelppement du prêt individuel. 12

13 4. Tendance vers le prêt individuel et Slidaire chez les AMCs 4.1 Evlutin de l encurs du prêt slidaire et individuel Le secteur du micrcrédit cnnaît une envlée du prêt individuel au détriment du prêt slidaire qui cnnaît depuis la fin de l année 2009 une dégradatin remarquable. Actuellement, les AMCs du secteur cmmencent à mettre en place des stratégies prudentes de dévelppement du prêt individuel dans leurs prtefeuilles. L analyse de l évlutin de l encurs du prêt slidaire et individuel durant la péride allant du 31 décembre 2009 au 30 juin 2010 a prté sur un échantilln d AMCs représentant 80% du secteur. En prenant en cmpte le pids que représente chaque AMC dans le secteur, le taux d évlutin pndéré de l encurs du prêt individuel et slidaire du secteur est représenté dans le tableau suivant : Type de prêts Prêt Slidaire Prêt Individuel Taux d'évlutin pndéré du secteur -17% 16% En effet, le prêt slidaire, prduit de base de la micr finance a cnnu une baisse de 17% par rapprt à la fin de l année 2009 alrs que le prêt individuel a cnnu une évlutin de 16%. Il ressrt de l enquête menée auprès des AMC que celles-ci préfèrent accrder des prêts individuels dans la mesure ù les caractéristiques de ces derniers permettent de cmpenser le risque auquel les AMCs snt cnfrntées en ctryant ce type de prêt. Aussi, l envlée du prduit individuel dans le secteur s explique d une part par l intérêt prté par la clientèle à ce type de prduit, et d autre part, par la vlnté des AMCs de répndre aux besins particuliers de leurs clients. 4.2 Explicatins des AMC de la mntée du Prduit Individuel La rapide mntée des prêts individuels est jugée très risquée par l ensemble des AMC du secteur. En effet, le prêt individuel (cmme tut nuveau prduit de financement) nécessite une maîtrise du prcessus d ctri et une qualificatin des agents de crédit chargés de la cmmercialisatin de ce type de prêt. L enquête sectrielle fait ressrtir des retards de rembursement enregistrés pur les prêts individuels. Les AMC expliquent les retards de rembursement du prêt individuel cmme suit : Le mntant du prêt individuel initialement accrdé au client est suvent imprtant et incite ainsi le client à payer des échéances cnséquentes. Suvent, le client truve des difficultés à remburser sn prêt à partir de la trisième échéance. Le client refuse de faire le rembursement de ses échéances quand il ne dispse pas suffisamment des ressurces financières. Dans ce cas, l étude de 13

14 faisabilité du prjet du client et sa capacité de rembursement nt été mal évalués par l AMC. Dans certains cas, le client refuse de payer sn prêt à l AMC même s il dispse des myens financiers nécessaires pur hnrer sa dette. L AMC a initialement fait erreur dans l évaluatin de la bnne fi du client au début de l ctri. Il est vrai que l AMC est cntrainte de pursuivre en justice le client en défaut mais le délai du traitement du dssier au tribunal ne favrise pas la récupératin facile et rapide des impayés. Les clients snt cnscients aujurd hui du manque du pids plitique dans le traitement des dssiers en cntentieux au tribunal. Par ailleurs, les AMCs snt cnscientes de la nécessité d asscier une analyse très fine à la vente de ce type de prduit et à la qualificatin des agents de crédit qui se chargernt de la cmmercialisatin de ce prduit. Actuellement, les AMCs prcèdent à la frmatin des agents de crédit dans ce dmaine afin d éviter les prblèmes et les risques que peut engendrer la mntée de ce type de prêt. 4.3 Cncentratin des Prêts Individuels dans le secteur Les AMCs affirment que les prêts individuels snt cmmercialisés sur la ttalité du leur réseau. Tutefis, le secteur cnnaît une cncentratin de la cmmercialisatin des prêts individuels dans les régins de Meknass-Tafilalet, Suss-Massa-Draa et Marrakesh-Tansift-Alhauz. 14

15 C. DEVELOPPEMENT DE L ENDETTEMENT CROISE 1. Evaluatin de l endettement crisé du secteur en

16 Il ressrt de l enquête terrain que le taux d endettement crisé est estimé à 26% de l échantilln glbal (100 bénéficiaires). De même, d après les déclaratins des agents de crédit rencntrés, les femmes snt les plus cncernées par le phénmène d endettement crisé puisque 70% de l échantilln glbal représentant la ppulatin endettée snt des femmes. Aussi, il ressrt de l enquête terrain que 50% des bénéficiaires interrgés crisent le prêt slidaire, 27% crisent l individuel et le slidaire cntre 23% seulement qui crisent l individuel. En effet, les clients n ignrent pas l existence d une centrale des risques capable de détecter les mauvais payeurs, mais par besin, ils vnt jusqu à recurir à des pratiques inslites telles que cntracter deux prêts simultanément auprès de deux AMCs différentes à une même date en vue de déturner l attentin des agents de crédit. 2. Perceptin de l endettement crisé par les bénéficiaires Sur l échantilln des 100 bénéficiaires interrgés, 75% cndamnent fermement le cmprtement incnscient et immral des bénéficiaires en situatin d endettement crisé. Le graphe suivant représente la perceptin de l endettement crisé par les bénéficiaires intérrgés : L endettement crisé est perçu principalement cmme une surce de prblèmes vu que 37% des 100 bénéficiaires interrgés pensent qu il est difficile de gérer une situatin d endettement crisé. En effet, pur 14% des bénéficiaires interrgés l endettement crisé risque de détérirer la relatin qu ils entretiennent avec l AMC. Par ailleurs, envirn 35% des bénéficiaires interrgés truvent dans l endettement crisé une slutin acceptable si leur capacité de rembursement le permet, une slutin pur régler leurs frais à lng terme ainsi qu une slutin pnctuelle leur 16

17 permettant de cmbler un besin d argent pendant des saisns particulières (La rentrée sclaire, le Ramadan). 2.1 Déterminants de l endettement crisé seln les clients A travers l enquête sur la perceptin de l endettement crisé par les bénéficiaires, il ressrt plusieurs raisns expliquant l accrissement de ce phénmène. Les bénéficiaires interrgés expliquent qu ils cntractent des prêts crisés avant tut parce que les mntants prêtés par les AMCs snt insuffisants. Aussi, Les bénéficiaires nt besin de faire face à des dépenses particulières tel que financer un nuveau prjet u parce que certaines AMCs snt plus avantageuses que d autres en matière de maturité de prêt. Le graphique illustrant les raisns qui expliquent le recurs à l endettement crisé par les clients se présente cmme suit : En effet, 68% des clients endettés affirment être insatisfaits du mntant de prêt prpsé par l AMC. Ainsi, le faible mntant des crédits et les besins de financement exigés par les bénéficiaires snt les principaux déterminants de l endettement crisé après les mtifs de cnsmmatin et la vlnté de remburser d autres prêts. Par ailleurs, la prprtin des bénéficiaires qui recurent à l endettement crisé pur régler leurs dettes reste relativement faible, ce qui les empêche de plnger dans une spirale de surendettement. 3. Plitique Adptée face à l Endettement Crisé par les AMCs 17

18 La frte cncurrence que cnnaît le secteur du micrcrédit et la primauté de l bjectif de rentabilité cmbinés à un mauvais empli du micrcrédit d une part par les assciatins de micrcrédit (AMCs) et d autre part par leurs clients a frtement cntribué au renfrcement du phénmène d endettement crisé et à l augmentatin des impayés. 3.1 Causes de la persistance de l endettement crisé Il ressrt de l enquête réalisée auprès de l ensemble des AMCs du secteur que les principales causes du dévelppement du phénmène d endettement crisé snt : La frte cncentratin que cnnaît le secteur du micrcrédit : les AMCs du secteur snt cncentrées dans des lcalités définies ce qui facilite l apparitin de mauvais payeurs dans les grupes slidaires. De même, que le cntexte de plus en plus curant, ù plusieurs AMCs pèrent dans la même ville, vir le même quartier, amène les clients à accumuler plusieurs prêts sans que cela sit immédiatement détecté. Faiblesse des mntants ctryés pur les prêts slidaires : En effet, dans la mesure ù les mntants accrdés pur les prêts slidaires snt relativement faibles, les AMCs snt mins exigeantes sur la slvabilité des clients. Cela peut engendrer le nn rembursement des prêts et par cnséquent la mntée des impayés. L endettement crisé est nettement plus enregistré pur les prêts slidaires. Pur les respnsables des AMCs, le phénmène d endettement crisé cncerne principalement le prêt slidaire. L inadaptatin des mntants de prêts et des cnditins de rembursement au besin des clients. 3.2 Régins ù l endettement Crisé est dévelppé Il ressrt de l enquête que les régins dans lesquelles l endettement crisé se dévelppe le plus se présentent cmme suit : La régin de l riental (Taza) : 6 AMCs pératinnelles avec 106 Agences. La régin de Meknass-Tafilalet (khénifra): 6 AMCs pératinnelles avec 96 Agences. La régin de Tanger-Tétuan : 7AMCs pératinnelles avec 70 agences. La régin de Rabat-Salé-Zemmur-Zair : 6 AMCs pératinnelles avec 69 agences. La régin de Marrakesh-Tansift-Alhauz : 5 AMCs pératinnelles avec 112 agences. La régin de Tadla-Azilal : 6 AMCs pératinnelles avec 64 agences. 4. Analyse du taux d endettement crisé des AMCs du secteur 18

19 En prenant en cmpte le pids que représente chaque AMC dans le secteur, cmpte tenu du nmbre de clients crisant les prêts rapprté au ttal des clients des AMCs cnstituant l échantilln, le taux d endettement myen pndéré du secteur est de 18%. Il ressrt que les grandes et myennes AMCs affichent des taux d endettement prches du secteur, tandis que les taux d endettement des petites AMCs s élignent largement de la myenne. Les facteurs expliquant un taux d endettement crisé myennement élevé du secteur snt: L absence de critères clairement définis pur refuser un micrcrédit à une persnne déjà endettée dans une autre AMC. Les AMCs qui affichent les taux d endettement crisé les plus élevés pèrent dans des znes frtement cncentrées du ryaume. 5. Myens pur pallier au Phénmène de l Endettement Crisé Le phénmène d endettement crisé que cnnaît le secteur de micrcrédit Marcain a certes accentué le surendettement de la clientèle et par cnséquent la difficulté de remburser. Cependant, les AMCs cmmencent à mettre en place des actins afin de prévenir et limiter le prblème d endettement crisé, il s agit essentiellement de : Les visites répétées sur le terrain ; Le renfrcement du rôle de la centrale des risques du secteur qui regrupe actuellement près de 8 AMCs sur 12. La limitatin des prêts pur les clients en situatin d endettement crisé : la plupart des AMCs refusent d ctryer des prêts à des clients qui nt cntracté un prêt auprès de plus de deux AMCs u si le mntant ttal des prêts cntractés dépasse un certain plafnd (plitique prpre à chaque AMC). 19

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 Paris, le 13 nvembre 2013 NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 NEW DEAL, UN PLAN DE TRANSFORMATION REUSSI : UNE ENTREPRISE RENTABLE ET SOLIDE FINANCIEREMENT AVEC DES FRANCHISES FORTES NEW FRONTIER,

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Michelle KLEIN Cnsultants SYNTHESE Réf : SYNT_LANDES DE GASCOGNE GTEC Versin : V1.1 Date : 05 nvembre 2010 PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Etude sur les ressurces humaines sur le territire du Pays des Landes

Plus en détail

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois Résultats du Grupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pur les 9 premiers mis Retur à la rentabilité de Natixis et du Grupe BPCE au 3 e trimestre : Bénéfice net de 447 millins d eurs Bnnes perfrmances pératinnelles

Plus en détail

Module 10 : Résumé Planification financière

Module 10 : Résumé Planification financière Mdule 10 : Résumé Planificatin financière Ce mdule examine les principaux éléments du prcessus de planificatin financière et évalue les bjectifs et les avantages de la planificatin financière. Vus apprenez

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine Public Disclsure Authrized N. 131 janvier 2000 Public Disclsure Authrized Public Disclsure Authrized Réhabilitatin des institutins financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE Fnds d incitatin académique Académie de Brdeaux UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE SECONDE Lycée Bernard Palissy Agen (47) DESCRIPTION DU PROJET Ce prjet, au cœur du prjet d établissement,

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN RESULTATS 2007

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN RESULTATS 2007 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 15 février 2008 RESULTATS 2007 MICHELIN ANNONCE UNE AMELIORATION SIGNIFICATIVE DE 1,6 POINT DE SA MARGE OPERATIONNELLE

Plus en détail

Canada stratégie d investissement 1

Canada stratégie d investissement 1 Canada stratégie d investissement 1 A. Stratégie d investissement glbale Aperçu général Le guvernement du Canada placera un accent renuvelé sur l écnmie, surtut en ce qui cncerne l investissement dans

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Infrmatins financières Prgramme d entreprise 2012-2014 Rueil-Malmaisn (France), le 22 février 2012 tient aujurd hui une cnférence avec les investisseurs financiers à Paris, au curs de laquelle, Jean-Pascal

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore.

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore. Caractérisatin des activités Etude des circuits financiers Schéma d Aménagement et de gestin des eaux de la Dre Synthèse SYNTHESE SYNTHESE I. CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE L étude vise à répndre à l

Plus en détail

I - P R E A M B U L E

I - P R E A M B U L E I - P R E A M B U L E La SIDI a achevé, fin 2008, la mise en œuvre de sn plan triennal 2006/2008, dans le cadre duquel elle s était fixée cmme prirités de cibler le mnde rural, en particulier sur le cntinent

Plus en détail

Pourquoi Investir au Maroc

Pourquoi Investir au Maroc Purqui Investir au Marc. Le Marc a pté une écnmie libérale, diversifiée et uverte sur l extérieur, il ffre aux investisseurs les cnditins de succès, grâce à ses ptentialités écnmiques et ses ressurces

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M 28-02-2007 Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M Chiffre d affaires : 36,3 M en hausse de 71% Résultat net de 12% du

Plus en détail

Coaching Professionnel. Franck Struyf

Coaching Professionnel. Franck Struyf Caching Prfessinnel Franck Struyf L'expérience, ce n'est pas ce qui arrive à quelqu'un, c'est ce que quelqu'un fait avec ce qui lui arrive. (Aldus Huxley) Expériences Persnnelles Je m appelle Franck Struyf

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Cmmuniqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricle relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de prximité et des métiers qui leur snt assciés Il renfrce sa slidité financière

Plus en détail

FINANCEMENT DES PME. Point de situation

FINANCEMENT DES PME. Point de situation FINANCEMENT DES PME Pint de situatin L ACCES AU CREDIT EN QUELQUES CHIFFRES - Une enquête trimestrielle a été réalisée par la Banque de France 1 auprès des banques sur la distributin du crédit en janvier

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC)

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) SOUMISSION A LA DOUZIEME SESSION DU COMITE DU BUDGET ET DES FINANCES, 20 AU 24 AVRIL 2009 15 AVRIL 2008 I. Bienvenue

Plus en détail

Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES

Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES 1. Etat des lieux de la filière Définitin Une filière qui regrupe des typlgies de métiers très différentes mais des dynamiques d empli similaires en France

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE POUR LA SECURISATION DES PERSONNES ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES 8 Juillet 2013 Les participants à la grande cnférence sciale

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

La Conduite de Projet Informatique

La Conduite de Projet Informatique La Cnduite de Prjet Infrmatique La Ntin de Prjet Un prjet est un prcessus unique qui cnsiste en un ensemble d activités qui snt crdnnées, maitrisées, qui cmprte une date de début et de fin. Le prjet est

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013 PLAN DE FORMATION Frmatin : Le rôle du superviseur au qutidien Chrte 2012-2013 1. Prblématiques ayant engendré le besin de frmatin Dans le passé, n recherchait des superviseurs cmpétents au plan technique.

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 VUE D ENSEMBLE Le Sentier est un rganisme enregistré de bienfaisance à but nn lucratif vué à la réalisatin de la cnstructin et de la prmtin du sentier

Plus en détail

S C O L A R I S A T I O N E T ÉLÈV E S H A N D I C A P É S

S C O L A R I S A T I O N E T ÉLÈV E S H A N D I C A P É S S C O L A R I S A T I O N E T ÉLÈV E S H A N D I C A P É S DE QUOI PARLE-T-ON? L écle est un lieu d instructin et d éducatin pur tus. L élève, handicapé u nn, dit être au centre du système éducatif qui

Plus en détail

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE Parce qu'elle est une chance pur l'écnmie française, la reprise tient une place essentielle sur les plans micr et macrécnmique. Bien utilisée, elle est une méthde

Plus en détail

SECTEUR BUREAUTIQUE. Principaux enjeux Avril 2010. Rédacteur : Hervé DANLOY. Avec la collaboration d Alexandre ISSAC

SECTEUR BUREAUTIQUE. Principaux enjeux Avril 2010. Rédacteur : Hervé DANLOY. Avec la collaboration d Alexandre ISSAC Brdeaux Lille Lyn Marseille Metz Nantes Paris Tuluse SECTEUR BUREAUTIQUE Principaux enjeux Avril 2010 Rédacteur : Hervé DANLOY Avec la cllabratin d Alexandre ISSAC Sciété d expertise cmptable inscrite

Plus en détail

8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA BELGIQUE

8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA BELGIQUE 8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE BELGE Belgique Principaux indicateurs, 2014 Ppulatin (en millins) 11,2 PIB (en G$ US curants) 534,7 PIB par habitant (en $ US curants) 47 721,6 Taux de crissance

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage . Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pur les vlntaires en recherche et sauvetage Objectif De furnir aux assciatins réginales de la GCAC des directives pur déterminer, enregistrer

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

Retour d expérience : (40 mn)

Retour d expérience : (40 mn) AXA France Services Retur d expérience : Mise en place des cnditins de créatin de valeur chez AXA (40 mn) 18 Mai 2006-1- Smmaire de la présentatin AXA France en quelques chiffres Partie 1: les stratégies,

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

Chargée de relation entreprise

Chargée de relation entreprise Chargée de relatin entreprise Mastère spécialisé Managment et Dévelppement des Systèmes d Infrmatin 2014/2015 Présentatin : ADP (Autmatic Data Prcessing) est une SSII américaine créée en 1949 à Rseland

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

I.CARACTERISTIQUES ET OBJECTIFS DE L'ENQUETE

I.CARACTERISTIQUES ET OBJECTIFS DE L'ENQUETE 10 INTRODUCTION. Le présent dcument cnstitue le rapprt final de l'enquête Natinale d'evaluatin des Cnditins de vie de l'enfant et de la Femme au Burundi en 2000, après une décennie 1990 qui avait été dédiée

Plus en détail

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises Assurance vie Résumé chapitre 8 Assurance vie pur entreprises Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. Les entreprises

Plus en détail

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Réunin de cncertatin du Fnds scial eurpéen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Atelier 3 «Prmuvir l inclusin sciale et lutter cntre la pauvreté» 1. Cntexte général a. Les rientatins cmmunautaires La crise

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION

PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION CONSEIL REGIONAL RHONE-ALPES Délibératin n 08.01.106 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION Le Cnseil réginal en sa réunin

Plus en détail

LES CHARGES ACTIVABLES. Inscription à l'actif du bilan de charges par décision de gestion.

LES CHARGES ACTIVABLES. Inscription à l'actif du bilan de charges par décision de gestion. LES CHARGES ACTIVABLES Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Inscriptin à l'actif du bilan de charges par décisin de gestin. Distinguer les frais accessires et les frais d'acquisitin lrs de l'acquisitin

Plus en détail

INFOTECH ENTERPRISES LIMITED Résultats du premier trimestre de l'exercice financier 2013

INFOTECH ENTERPRISES LIMITED Résultats du premier trimestre de l'exercice financier 2013 INFOTECH ENTERPRISES LIMITED Résultats du premier trimestre de l'exercice financier 2013 Cmmuniqué de presse, Hyderabad, Inde, 18 juillet 2012 : : Chiffre d'affaires pur le trimestre de 4563,8 millins,

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011

PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011 PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011 Définitin du champ des musiques actuelles et amplifiées

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

La modélisation du risque de crédit dans le cas de portefeuilles «low default»

La modélisation du risque de crédit dans le cas de portefeuilles «low default» ARTICLE METHODOLOGIQUE La mdélisatin du risque de crédit dans le cas de prtefeuilles «lw default» Ex : financements dédiés aux cllectivités lcales et territriales, aux grands crprates, à une clientèle

Plus en détail

Feuilles de soins papier ou électroniques? Les pratiques des médecins et des professionnels de santé

Feuilles de soins papier ou électroniques? Les pratiques des médecins et des professionnels de santé Pint d infrmatin 22 ctbre 2009 Feuilles de sins papier u électrniques? Les pratiques des médecins et des prfessinnels de santé L an dernier 1, les caisses d Assurance Maladie nt reçu plus de 1,1 milliard

Plus en détail

Présentation de la SCHL Canada

Présentation de la SCHL Canada Habitatin Présentatin de la SCHL Canada André Asselin Habitatin Habitatin Crissance cntinue du crédit hypthécaire à l habitatin $1 400 $1 200 Sciétés de titrisatin spécialisées TH. LNH Autres cies. sans

Plus en détail

FORUM DU RISQUE ROUTIER PROFESSIONNEL

FORUM DU RISQUE ROUTIER PROFESSIONNEL DOSSIER DE PRESSE FORUM DU RISQUE ROUTIER PROFESSIONNEL 18 ET 19 MAI 2010 PARC ÉLAN, ALENÇON Une première en France 6 mdules de frmatin sur deux jurs 130 agents de la cllectivité frmés Pur une cnduite

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE

ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE Une frmatin au métier de Lgisticien de Santé 2014/2015 PRESENTATION DE L INSTITUT ET DE LA FORMATION L ALTERNANCE COTE RESSOURCES HUMAINES

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012 EXERCICE BENEFICIAIRE, SOLIDES PERSPECTIVES DE DEVELOPMENT DES PROJETS PRINCIPAUX CHIFFRES

RESULTATS ANNUELS 2012 EXERCICE BENEFICIAIRE, SOLIDES PERSPECTIVES DE DEVELOPMENT DES PROJETS PRINCIPAUX CHIFFRES Cmmuniqué de Presse Paris, le 17 avril 2013 RESULTATS ANNUELS 2012 EXERCICE BENEFICIAIRE, SOLIDES PERSPECTIVES DE DEVELOPMENT DES PROJETS PRINCIPAUX CHIFFRES 2012 2011 Var. % Chiffre d Affaires net (m

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 31 mars 2015 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 22 avril 2015 Au 1 er trimestre 2015, Michelin affiche des ventes nettes de 5

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATIONS D INTÉRÊT

APPEL A MANIFESTATIONS D INTÉRÊT SÉLECTION DE BUREAUX D ETUDES TECHNIQUES PAR LES BÉNÉFICIARES DE FINANCEMENT DE L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT APPEL A MANIFESTATIONS D INTÉRÊT Prgramme d Appui à la Sécurité Alimentaire et Nutritinnelle

Plus en détail

11 / 2012 La Charte et les Missions du LCGB

11 / 2012 La Charte et les Missions du LCGB 11 / 2012 La Charte et les Missins du LCGB UNE PUBLICATION DU LCGB I 11 RUE DU COMMERCE, BP 1208 L-1012 LUXEMBOURG I TEL: 49 94 24-1 I INFO@LCGB.LU I WWW.LCGB.LU I BLOG.LCGB.LU CHARTE DU LCGB Le LCGB est

Plus en détail

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE Pur satisfaire au mieux le cnsmmateur, il faut une fnctin cmmerciale bien structurée. 1.1 EXEMPLE En général plusieurs

Plus en détail

Des indicateurs de résultats

Des indicateurs de résultats Curs 2014 entreprise et marché (um1.ec.free.fr) Indicateur de perfrmance : dnnée quantifiée qui mesure l efficacité de tut u partie d un prcessus u d un système par rapprt à une nrme, un plan u un bjectif

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

LA BOURSE DE TORONTO À LA TRAÎNE : ÉCART DE 20 % EN 18 MOIS

LA BOURSE DE TORONTO À LA TRAÎNE : ÉCART DE 20 % EN 18 MOIS Après un départ cann des marchés bursiers au premier trimestre, les prblèmes en Eurpe nt refait surface et accru l incertitude quant à la vigueur de la reprise écnmique. Au trimestre suivant, l ensemble

Plus en détail

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015 pininway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Nte de synthèse Octbre 2015 Vs cntacts chez OpininWay : Frédéric Micheau Directeur des études d pinin Directeur de département 15, place

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

RECORD DE VENTES POUR LE GROUPE RENAULT EN 2011

RECORD DE VENTES POUR LE GROUPE RENAULT EN 2011 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 17 janvier 2012 RECORD DE VENTES POUR LE GROUPE RENAULT EN 2011 Le grupe Renault a vendu 2 722 062 véhicules dans le mnde : + 94 697 (+ 3,6 %). Les ventes hrs Eurpe nt augmenté

Plus en détail

Compte-rendu de l Atelier de travail Du 10 avril 2012 de 14h00 à 17h00

Compte-rendu de l Atelier de travail Du 10 avril 2012 de 14h00 à 17h00 Grupe de Réflexin et d Actin sur l Adaptatin au Changement Climatique (GRAACC) Cmpte-rendu de l Atelier de travail Du 10 avril 2012 de 14h00 à 17h00 A l hôtel Campanile 4 rue Mrtier, Lyn 3 ème Dans le

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

Hausse de 68% en moyenne pour le trafic des sites mobiles en juin 2014

Hausse de 68% en moyenne pour le trafic des sites mobiles en juin 2014 Tendances du web Hausse de 68% en myenne pur le trafic des sites mbiles en juin 2014 Hausse de 45% pur le trafic des applis et baisse de 6,8% pur le trafic des sites web en France en juin 2014 Etude publiée

Plus en détail

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT FORMATION INNOVATION MANAGEMENT Atelier de 3 jurs «Réinventer sn activité» à destinatin de chefs d entreprises Dates : 24/11, 08/12 et 09/12 Lieu : Chambre de Cmmerce du Luxemburg Frais d'inscriptin :

Plus en détail

Résultats. Enquête main-d oeuvre 2011

Résultats. Enquête main-d oeuvre 2011 Résultats Enquête main-d euvre 2011 Smmaire Prfil des entreprises Répartitin de l empli Frmatin de la main-d œuvre Évlutin de l empli et du recrutement Perspectives de dévelppement Cnclusins de l Enquête

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belsp.be Fiche de prjet pur les institutins publiques Cette fiche est remplie par une institutin

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Résultats 2006 du Groupe Ipsen

Résultats 2006 du Groupe Ipsen Cmmuniqué de presse Résultats 2006 du Grupe Ipsen Marge pératinnelle récurrente (2) supérieure aux bjectifs : 23,7% du chiffre d affaires cnslidé Résultat cnslidé récurrent (2) en frte crissance : +15,6%

Plus en détail

Sommaire. A) Le créateur... p. 3 B) L entreprise... p. 5

Sommaire. A) Le créateur... p. 3 B) L entreprise... p. 5 Smmaire I) Présentatin du créateur et de sn entreprise... p. 3 A) Le créateur... p. 3 B) L entreprise... p. 5 II) Le prjet... p. 5 A) Descriptin du prjet... p. 5 B) Origine du prjet... p. 5 C) Le prduit/le

Plus en détail

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Au cœur de l'actin Pht: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Orientatins stratégiques 2014-2017 Canadian Dance Assembly ~ L'Assemblée canadienne de la danse The Histric Distillery District 15 Case Gds

Plus en détail

Les Français et l autopartage

Les Français et l autopartage Les Français et l autpartage Sndage réalisé par pur LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Cntact BVA : Julie Catilln Directrice d études de BVA Opinin 01.71.16.88.34 Méthdlgie Recueil Enquête réalisée auprès d un

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit : Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Questinnaire à destinatin des assciatins du territire de la Cmmunauté de Cmmunes de Quillebeuf-sur-Seine PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Infrmatins pratiques sur vtre assciatin Nm de l assciatin : Président

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Strasbourg, le 09/07/2012

Strasbourg, le 09/07/2012 Directin de la Prtectin et de la Prmtin de la Santé Pôle émetteur : Santé et Risques Envirnnementaux Enjeux sanitaires de la qualité de l air : Nte de synthèse relative à l Impact sanitaire de la pllutin

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail