Forum 3.0 de l industrie des médias interactifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Forum 3.0 de l industrie des médias interactifs"

Transcription

1 Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Rapprt des grupes de discussin: faits saillants Préparé par Harld Gendrn, Cnsultant Recherche et veille en médias interactifs et Jean-Pierre Faucher, Cnsultant jeux vidé et médias interactifs Juillet 2008 This dcument is als available in English.

2 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE CONTENU DU DOCUMENT POINTS SAILLANTS GENERALITES ACCES AU FINANCEMENT ACCES A DES RESSOURCES QUALIFIEES INNOVATION, R&D ET PROPRIETE INTELLECTUELLE... 9 Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 2

3 1. CONTEXTE Ce dcument rend cmpte des cmmentaires exprimés par plus d une cinquantaine de représentants d entreprises de différents secteurs de l industrie canadienne des médias interactifs (jeu, animatin, prducteurs Web, etc.) qui nt participé à l une des cinq rencntres (Trnt, Mntréal, Vancuver, Saskatn et Charlttetwn) du Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs rganisé cnjintement par le ministère du Patrimine canadien et Téléfilm Canada. Ce dcument tient cmpte également des répnses des persnnes qui nt répndu au questinnaire rendu dispnible sur le Site de Téléfilm Canada. Rappelns qu à la suite d une évaluatin smmative du Fnds des nuveaux médias du Canada (FNMC), le ministère du Patrimine canadien avait été invité à prcéder à un examen des besins et de l évlutin de l industrie des médias interactifs en vue d identifier des myens et des actins qui favriseraient la créatin d œuvres numériques interactives de même que le dévelppement et la prmtin de l industrie canadienne au niveau natinal et internatinal. Patrimine canadien et Téléfilm Canada nt dnc cnfié à un cnsultant du milieu des médias interactifs le mandat d rganiser ces rencntres et d en faire le cmpte rendu. Tris thèmes en particulier nt été abrdés lrs de ces tables rndes u grupes de discussin. Il s agit de : l accès au financement; l accès à des prfessinnels qualifiés; et l innvatin, recherche et dévelppement (R&D), et créatin d une prpriété intellectuelle (PI). Chaque thème a été traité à partir de quelques questins générales visant à favriser la liberté des échanges et l expressin des cmmentaires. Les participants nt été invités à parler de leurs expériences et de leurs perceptins respectives face à chacun des thèmes, en prenant un pint de vue plus glbal tut en évitant de s attarder aux mdalités d applicatin et de gestin des différents vlets du FNMC u de tut autre mesure. Chacune des rencntres, d une durée myenne de 3,5 heures, a été animée par un animateur différent prvenant de la régin cncernée. Dans l ensemble, les animateurs nt bien respecté le dérulement prévu ; ce qui ne les a pas empêché d apprter leur tuche persnnelle au niveau de l animatin et des questins cmplémentaires. En raisn du nmbre limité de places dans les grupes de discussin, Téléfilm Canada a hébergé sur sn site web un prtail relatif au Frum 3.0 afin de recueillir d autres cmmentaires auprès de ceux qui n nt pas pu participer u être invités à ces rencntres. 2. CONTENU DU DOCUMENT Le dcument se divise en deux parties. La première présente, pur chacune des thématiques, les pints saillants des cmmentaires exprimés par les participants aux curs des rencntres u sur le site de Téléfilm Canada. En secnde partie, n retruve sus la frme d un tableau et pur chacun des tris thèmes un cmpte rendu résumé des prps exprimés par les participants de chacune des rencntres. Cette présentatin permettra aux représentants de Patrimine canadien et de Téléfilm Canada de prendre cnnaissance de l essentiel de ce qui a été dit dans chacune des rencntres et de distinguer plus facilement les pints cmmuns u les différences entre chacun des grupes. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 3

4 3. POINTS SAILLANTS Ceux-ci snt présentés seln les tris thèmes discutés lrs des rencntres. De façn générale, ils fnt ressrtir les pints cmmuns entre les différents grupes. À l ccasin, des particularités réginales u sectrielles (ex.; jeu vs Web) snt signalées. 3.1 Généralités Au ttal, 54 participants snt venus discuter des tris thèmes à l agenda. Vici leur répartitin seln le lieu gégraphique des rencntres et leurs secteurs d activités. À nter que certains grupes cmprenaient des participants en prvenance de l extérieur de la ville désignée pur la rencntre (ex. : de Québec, de la Mauricie u de Winnipeg dans le cas de Mntréal pur les participants francphnes; d Edmntn, de Winnipeg, de Régina u de Calgary dans le cas de Saskatn, d Halifax et de Mnctn dans le cas de Charlttetwn). Répartitin des participants seln le secteur d activité et le lieu du grupe de discussin Jeu Animatin Web/télé Mbilité Internet Autres Ttal Trnt Mntréal Vancuver Saskatn Charlttetwn Ttal Des représentants de Téléfilm Canada et de Patrimine canadien nt aussi participé aux rencntres. De façn générale, les rencntres nt été bien appréciées par les participants. Ces derniers snt d avis que ce genre de rencntres devraient avir lieu plus suvent dans la mesure ù elles permettent aux participants de partager des cnnaissances et de mieux cmprendre les réalités de chacun des secteurs tut en leur dnnant l ccasin de faire le pint sur des sujets précis avec les représentants de Téléfilm Canada et de Patrimine canadien. Les entreprises partagent plusieurs pints cmmuns et vivent des situatins semblables, quelque sit leur situatin gégraphique u leur secteur d activité. Cependant, les secteurs se distinguent les uns des autres; ce qui est vécu dans le secteur du jeu vidé n a pas nécessairement d équivalent dans le dmaine du Web et de la mbilité. Ce cnstat se vérifie même à l intérieur d un secteur; le secteur du jeu pur cnsle ne vit pas les mêmes situatins que celui du jeu en ligne u des jeux pur mbile. Les grupes de Vancuver, de Trnt et de Mntréal manifestent davantage de préccupatins face aux questins relatives à la prpriété intellectuelle que les grupes de Saskatn et de Charlttetwn. Certains grupes nt su mieux que d autres se situer à un niveau macr et ne pas trp s attarder sur les besins spécifiques de leur secteur u de leur platefrme. La cmmercialisatin a fait l bjet de plusieurs cmmentaires même si ce sujet n était pas à l rdre du jur. Le succès de leurs prductins et la crissance de leur entreprise Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 4

5 en dépendent. Les entreprises manquent de ressurces financières et d expertise à ce niveau. D autres sujets nt également été abrdés : la multiplicatin des platefrmes, la transfrmatin de la chaine de valeur, le passage d une lgique de l ffre (cntenus et réseaux de distributin limités) à une lgique de la demande (cntenus illimités dispnibles en tut temps), etc. Les PME des Prairies et des Prvinces de l Atlantique nt une cnnaissance limitée des prgrammes dispnibles (incluant le FNMC) pur sutenir le dévelppement de l industrie des cntenus interactifs dans leur prvince. Ces mêmes régins snt aussi mins bien purvues au niveau des infrastructures de sutien et de représentatin que ne le snt Mntréal, Vancuver u Trnt ù n retruve des assciatins industrielles et sectrielles qui infrment les entreprises. On suhaite qu il y ait une meilleure cmmunicatin entre les entreprises et les divers niveaux de guvernements. Les PME réalisent qu il y a de l éducatin et de la sensibilisatin à faire auprès des divers paliers guvernementaux et du secteur financier (banques, fnds privés et capitaux de risque) pur les aider à cmprendre les particularités et les besins de l industrie des médias interactifs. Seln plusieurs participants, Téléfilm et le FNMC nt jué un rôle essentiel dans la structuratin de l industrie des médias interactifs, ntamment pur ceux qui dévelppent des prduits qui ne snt pas rattachés au dmaine de la radidiffusin. Pur ces entreprises, le FNMC est le seul myen dispnible, utre les crédits d impôt dans certaines prvinces, pur financer des prjets. Les autres Fnds cmme ceux du Fnds Bell et de Quebecr snt de surces privées et snt rientés vers de la prductin de cnvergence. Parmi tus les thèmes, celui du financement a généré le plus de cmmentaires. 3.2 Accès au financement Tus les grupes nt à peu près tus abrdé les mêmes thèmes lrs de leurs rencntres respectives, chacun insistant sur des sujets plutôt que d autres. Les cmmentaires nt prté principalement sur : le manque de financement à divers pints de vue, les difficultés de mnter des structures de financement, le prcessus de gestin des demandes de fnds, le besin d adapter les fnds aux réalités industrielles des médias interactifs, les bjectifs visés par les fnds, le mde de fnctinnement par prjet, les rapprts entre les radidiffuseurs et les prducteurs Web, de l aversin au risque des financiers, du manque d infrmatin sur les fnds existants et de la cntributin suhaitée des furnisseurs d accès Internet (FAI) à la créatin de cntenus. Plusieurs suhaits nt aussi été exprimés par les PME. La plupart des PME suligne l insuffisance du financement dispnible pur sutenir la créatin de cntenu riginal (en particulier dans le secteur de la cnvergence, du «serius gaming»), le démarrage d entreprises, le fnctinnement, l exprtatin et la cmmercialisatin. Il y a aussi un déséquilibre imprtant entre les fnds allués au secteur des médias interactifs et ceux de la télévisin et du cinéma, en prprtin de la main-d œuvre et des revenus générés respectivement par ces secteurs. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 5

6 Le secteur des médias interactifs, cntrairement à ceux de la télé et du cinéma, ne peuvent pas cmpter sur un crédit d impôt du guvernement fédéral. De plus, certaines prvinces (Alberta, Saskatchewan et Nuveau-Brunswick) n nt pas accès à des crédits d impôts spécifiques à l industrie des médias interactifs. Le manque de fnds et d utils de financement adaptés fait en srte qu il est plus difficile de mnter des structures de financement slides. Les prjets snt mdestes parce que le financement dispnible est mdeste. Les PME nt besin de capital patient à lng terme (3 à 5 ans) car les cycles de dévelppement de prduit snt lngs. L industrie du jeu pur cnsle est basée sur un seul mdèle de financement. Tut passe par les éditeurs qui nt les myens d investir des smmes imprtantes dans la prductin de jeu. Pur accéder à ce financement, les dévelppeurs indépendants snt bligés de céder le cntrôle sur la prpriété intellectuelle de leurs prductins. Le financement du cntenu francphne reste prblématique en raisn du marché restreint, une réalité que ne vit pas les prduits anglphnes. La grande majrité des PME tire des revenus du service qu elles rendent à des clients. Ces revenus servent à financer le dévelppement de cntenu u d une prpriété intellectuelle. Le temps d accès au financement («timing») et les délais snt des aspects fndamentaux pur les PME. Plus n tarde à faire l analyse des prjets et à rendre une décisin, mins le prjet cnserve sn caractère riginal u innvateur. On perd ainsi des pprtunités intéressantes pur les entreprises et l industrie. Les PME suhaitent que le prcessus de demande de financement sit simplifié afin qu elles y cnsacrent mins de temps et d énergies. On scrute davantage les prjets interactifs. On cnsidère travailler plus frts que les autres secteurs pur recevir mins d argent qu eux. Les PME suhaitent également que la terminlgie utilisée par les guvernements sit mise à jur. L accès au capital de risque est très limité. Peu de capitaux-risqueurs cmprennent l industrie des médias interactifs et sn fnctinnement. Ils cherchent davantage à investir dans des technlgies u des entreprises plutôt que dans des prjets. Ils snt aussi très exigeants. Le mdèle de fnctinnement par prjet ne satisfait pas les PME. La ntin de prjet fermé sur une péride annuelle ne reflète pas la réalité de l industrie ù les prjets snt en mde cntinu. De plus, l industrie des médias interactifs repse sur l empli de salariés cntrairement au cinéma qui est basé sur l empli de cntractuels. Ce mdèle est aussi difficile à gérer car n reçit le financement alrs que 75% du prjet est réalisé. Il faut aussi cmpter un certain temps avant que l n réclte des revenus. Si bien qu il est nécessaire d avir un bn fnd de rulement pur payer les emplyés et ne pas les perdre. Quels bjectifs le FNMC dit-il viser? Dit-il favriser des bjectifs culturels (créatin de cntenu riginal canadien, cntrôle de la prpriété intellectuelle), industriels (créatin d emplis, industrie durable) u cmmerciaux (revenus, audience)? Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 6

7 Des prducteurs de cntenus Web et de l animatin 3D nt suligné que leurs prjets ne cadrent pas dans les prgrammes actuels de financement car ils ne crrespndent pas aux définitins de nuveaux médias et d interactivité. Plusieurs PME nt besin d infrmatin sur les prgrammes d aide et de sutien à l industrie. Elles suhaitent avir accès à un répertire descriptif (critères d admissibilité, mntant dispnibles, mdes de fnctinnement) regrupant tus les prgrammes d aide et de sutien accessibles et utiles pur leur industrie. La plupart suhaite que les FAI et les pérateurs de téléphnie mbile cntribuent au financement de l industrie des médias interactifs au même titre que les câbldistributeurs dans le secteur de la télévisin. Dans le secteur des prduits de cnvergence, les radidiffuseurs exercent une influence démesurée sur le déclenchement et le financement des prjets. Parmi les suhaits exprimés par les PME : Davantage de fnds Sutien financier pur le fnd de rulement Accrissement de la part de Téléfilm dans les prjets Assuplissement de la ntin de prjet Révisin des définitins Incubateurs Bureau central d infrmatin sur les prgrammes d aide et de sutien Simplificatin et accélératin du prcessus de traitement des demandes de financement 3.2 Accès à des ressurces qualifiées Tutes les régins et tus les secteurs de l industrie (jeu, Web, animatin, mbilité) snt victimes, à divers degrés, d une pénurie de main-d œuvre qualifiée et expérimentée. Il y a un manque de plusieurs types d expertises et de cmpétences : cadres intermédiaires et senirs, spécialistes en marketing et en gestin de prjets, emplyés expérimentés (level designers et prgrammeur de haut niveau), spécialistes des questins légales et financières, administrateurs ayant un sens aigu des affaires et une cnnaissance des meilleures pratiques de l industrie, etc. Cette pénurie blige les entreprises à refuser des cntrats, ce qui freine leur crissance et le dévelppement de l industrie canadienne des médias interactifs. Les PME cherchent à garder leurs emplyés et leurs grands talents qui peuvent prfiter de la situatin de pénurie pur aller travailler dans une autre entreprise à de meilleures cnditins. Les PME ne peuvent cependant se permettre de perdre de tels emplyés car cela se traduit par une fuite de cnnaissances industrielles et stratégiques et un changement dans la dynamique de l équipe. Des entreprises, en particulier dans le secteur du jeu pur cnsle, prennent même le risque d embaucher des persnnes avant même d avir signé des ententes pur la prductin d un jeu. Certaines régins (Prairies et les Prvinces de l Atlantique) épruvent de la difficulté à retenir leurs meilleurs talents, sit par manque de ressurces financières sit parce que Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 7

8 les gens préfèrent aller travailler dans des grands centres urbains canadiens u américains ù n retruve une masse critique d entreprises et de prjets intéressants. Elles nt encre plus de difficultés à attirer des grands talents de l extérieur qui ne snt pas naturellement prtés à aller travailler dans ces régins. Les PME des secteurs du Web, de la cnvergence u de la mbilité ne peuvent rivaliser avec cnditins ffertes dans le secteur du jeu. Les PME subissent également d imprtantes pressins salariales de la part de grandes multinatinales cmme Ubisft au Québec qui bénéficient de crédits d impôt pur ffrir des cnditins salariales plus avantageuses à des diplômés des autres prvinces canadiennes qui snt recrutés à la prte des écles. Le mdèle de financement et de fnctinnement par prjet ne favrise pas le maintien et la rétentin d emplyés. Il faut des ressurces (fnds de rulement) pur être en mesure de faire le pnt d un prjet à l autre. Les entreprises de chaque régin sentent le besin de cllabrer. Le démarchage traditinnel d emplyés cûte cher et ne dnne pas les résultats escmptés. Les PME dévelppent de nuvelles apprches et utilisent de plus en plus Internet (ex. : Gamasutra) pur recruter des candidats. On prfite également d événements cmme le Game Develpers Cnference (GDC) pur slliciter des candidatures. On tente aussi d attirer davantage de femmes dans le secteur du jeu, ntamment en créatin. L externalisatin (utsurcing) ne suscite pas un grand enthusiasme chez les PME. C est suvent par nécessité (manque de persnnel, réductin des cûts, impératifs de prductin, respect des délais serrés de livraisn) qu elles ptent pur cette façn de faire. Plusieurs entreprises préfèrent réaliser les prjets à l interne u recurir à des furnisseurs canadiens recnnus pur leurs grandes cmpétences plutôt que d aller du côté des entreprises étrangères dnt les méthdes de travail snt mins efficaces et la qualité de leur travail ne crrespnd pas aux standards de l industrie. Une nuvelle tendance en Clmbie-Britannique. On frme un bassin de talents de haut niveau qui travaillent d un prjet à l autre, et les emplis mins spécialisés snt externalisés. Cela permet de réduire les cûts car les entreprises n nt pas à assumer les salaires durant les pérides ù il n y a pas de prjets. On exprime le suhait que le guvernement ffre des incitatifs aux entreprises du Canada qui externalisent une partie de leurs activités à des entreprises canadiennes car elles aident à créer des entreprises et à cnserver l expertise ici. On suhaite également la créatin d une base de dnnées natinale sur les entreprises canadiennes afin de faciliter le repérage de furnisseurs. Les entreprises externalisent surtut des activités de prductin et cncentrent leurs énergies sur le dévelppement de prduits et leur cmmercialisatin. Le système d éducatin de la plupart des régins ne répnd pas aux besins et aux attentes de l industrie. Le nmbre de prgrammes est insuffisant et les frmatins ffertes actuellement dans les cllèges et les universités snt trp générales. Les diplômés ne snt pas suffisamment frmés et il y a un manque de cmpétences de base chez la majrité d entre eux (plyvalence et capacité de travailler au sein d une équipe multidisciplinaire). Les institutins d enseignement ne semblent pas cmprendre les besins des PME. Partut, des PME sulignent l imprtance de cllabrer avec le Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 8

9 milieu de l enseignement afin d élever les standards. Des entreprises cntactent les institutins d enseignement pur les aider à dévelpper des prgrammes adéquats. Les prgrammes dispnibles u en curs de dévelppement s adressent surtut à l industrie du jeu qui draine par la suite la plupart les diplômés. Cela laisse peu de chix aux entreprises des autres secteurs. Peu d initiatives nt été prises pur intéresser les jeunes aux prfessins de l industrie. Au Québec, le secteur du jeu s est pris en main et s est dté d utils d infrmatin et de prmtin (macarriereenjeu.cm). En Saskatchewan, le prgramme Jb Start aide les entreprises à embaucher des jeunes et à les frmer. Le ministère des Ressurces Humaines du Canada devrait être plus actif à cet égard. Pur pallier ce manque de frmatin, des emplyés expérimentés des PME divent cnsacrer beaucup de temps à faire du mentrat et du «caching». Des PME des prvinces de l Atlantique indiquent tutefis ne pas être en mesure de le faire en raisn du manque de ressurces humaines et financières. Le guvernement devrait recnnaître les effrts des entreprises qui frment leurs emplyés à l interne. Le mdèle des stages n est pas satisfaisant. La durée des stages est trp curte et les budgets snt trp serrés pur être en mesure d en faire. Des PME mentinnent que c est une dimensin ù les guvernements purraient intervenir. L industrie canadienne ne dispse pas encre d une classificatin et d une descriptin adéquate des différents emplis. La classificatin actuelle (Système de classificatin des industries de l Amérique du Nrd sus l ALENA) n est pas faite pur les industries en émergence et elle ne sera revue qu en Cela a des impacts écnmiques et administratifs. Parmi les suhaits exprimés par les PME : Cnstruire une base de dnnées natinale sur les entreprises canadiennes Sutenir les entreprises canadiennes qui externalisent des activités à d autres entreprises canadiennes Mettre en place des stages de frmatin en entreprises Recnnaître les effrts des entreprises en frmatin (par caching, mentrat, etc.) de leurs emplyés Prgrammes de frmatin adaptés aux besins de l industrie. 3.3 Innvatin, R&D et prpriété intellectuelle L ensemble des PME des diverses régins cnsidèrent imprtant d avir des activités de R&D; cela leur permet de rester à la fine pinte des dévelppements de leur secteur et de se dter d un avantage cmpétitif par rapprt aux entreprises cncurrentes du Canada u de l étranger. La R&D est perçu cmme un prcessus lng (entre 18 et 36 mis pur dévelpper un prttype) et très risqué au plan financier. Le «timing» est primrdial car une idée trp précce pur le marché u basée sur une technlgie en décrissance peut se slder par un échec. Le drit à l erreur n est pas encre bien intégré dans les pratiques industrielles ni accepté par le secteur financier. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 9

10 La grande majrité des PME nt recurs aux crédits d impôt R&D fferts par leur prvince u le fédéral. Relativement plus simples à btenir que les autres frmes d aide, ces crédits cnstituent dans bien des cas la principale surce de financement public. Grâce à ces crédits, des PME nt pu se dévelpper et devenir ce qu elles snt aujurd hui. Ils peuvent également faciliter la recherche de financement cmplémentaire. Une entreprise affirme que les entreprises canadiennes de l industrie des médias interactifs n investissent pas assez en R&D. Celles-ci cnsacreraient mins de 10% de leurs revenus à cette activité alrs qu elles devraient en mettre au mins 30%. Les entreprises qui n nt pas une ligne d activités technlgiques et qui ne peuvent pas se qualifier pur recevir des crédits R&D suhaitent qu il y ait un équivalent pur la R&D en créatin de cntenu u de marques frtes. Le guvernement dit s assurer que la R&D et l innvatin juissent d un envirnnement prpice pur que le Canada puisse maintenir un avantage cmpétitif sur la scène internatinal. La R&D et l innvatin ne divent pas être uniquement supprtées financièrement par les entreprises et les divers paliers guvernementaux. Le financement privé dit aussi cntribuer. Il y a de l éducatin à faire à ce niveau. Tus les participants saisissent bien l intérêt de dévelpper et de détenir une prpriété intellectuelle (PI); un succès peut être très prfitable et vus dnner les myens d en dévelpper d autres. Pur ce faire, elles divent avir la capacité d identifier les tendances du marché. La pssessin et l explitatin d une PI ne cnstituent pas une nécessité pur tus. Cela exige des investissements imprtants et une PI ne vaut rien si l entreprise n a pas les myens nécessaires d en juir. Il faut aussi des mécanismes pur être en mesure de la prtéger efficacement, ici et à l étranger. À cet égard, les PME manquent de cnnaissances techniques des marchés. Elles auraient aussi besin d une entité pur les aider à négcier de meilleures ententes. Les PME du Québec, en particulier celles du Web, snt plus intéressées par l idée de psséder une PI. Pur dévelpper une prpriété intellectuelle, les PME de tus les secteurs puisent dans les revenus qu elles tirent des activités de services. L idée de vulir dévelpper une prpriété intellectuelle et de la cnserver va surtut amener les éditeurs internatinaux à vulir acheter les dévelppeurs indépendants. Il n y a pas de réels éditeurs au Canada. Il est plus facile de cnserver la PI sur la technlgie que sur le cntenu. Tutefis la première a beaucup mins de valeur que la secnde. Il est plus facile de cntrôler la PI dans le dmaine du Web que dans les autres secteurs, ntamment celui du jeu vidé pur cnsle ù la plupart des prducteurs indépendants cèdent leur drits sur la prpriété intellectuelle de leurs prduits à des éditeurs internatinaux qui nt les myens d investir dans des prjets dnt le cût myen atteint les 10 millins de dllars. Les dévelppeurs indépendants cmptent sur la distributin en ligne pur s affranchir éventuellement de la relatin avec l éditeur. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 10

11 La prpriété intellectuelle est une ntin difficile à cerner et à définir dans le secteur du Web2.0 ù n utilise des technlgies «pen surce» et ù n fait suvent intervenir les usagers dans la créatin de cntenu. Dans un cntexte d explitatin de diverses platefrmes, les PME canadiennes affirment qu elles devrnt revir leur plan d affaires et truver de meilleures façns de partager la prpriété intellectuelle. La cllabratin entre le milieu universitaire et l industrie semble meilleure dans certaines régins du Canada (Trnt, Vancuver) que dans d autres. Tutefis travailler avec les universités représente un défi car elles nt un agenda différent des PME quant à la cmmercialisatin et à la mnétisatin des prjets. Il faudrait davantage de partenariats du genre Mbile MUSE (Clmbie-Britannique) afin d ffrir aux chercheurs universitaires et aux talents des PME un terrain prpice aux activités d innvatin. Il y a un besin de rapprcher les PME et les institutins d enseignement dans plusieurs régins. Certains participants nt suligné que Téléfilm Canada dispse d une marge de manœuvre limitée quant au nmbre de prjets qu elle peut sutenir. Parmi les slutins prpsées par les PME pur favriser le dévelppement et le cntrôle de la PI au Canada, n retruve : Extensin du crédit R&D à la créatin de cntenu, Assuplissement des règles de dépôt de prjets ntamment pur les PME qui nt fait leur preuve et imiter le dmaine de la télévisin ù les chix se fnt sur la base d un pilte et d un dcument de présentatin; Accrissement du mntant accrdé au dévelppement de chacun des prjets retenus; Créatin d un éditeur pur les entreprises canadiennes a l image de ce qui a été fait pur le cinéma (Office Natinal du Film) et la télévisin (Sciété Radi- Canada); Investissement dans des prjets ayant un frt ptentiel cmmercial; et Dévelppement d incitatifs pur cnserver la PI au Canada. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 11

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016 APPEL À COMMUNICATIONS Cllque internatinal sur la mesure des prduits culturels numériques 9 au 11 mai 2016 Date limite de sumissin : 29 ctbre 2015 Cntexte La transfrmatin numérique des mdes de créatin,

Plus en détail

Canada stratégie d investissement 1

Canada stratégie d investissement 1 Canada stratégie d investissement 1 A. Stratégie d investissement glbale Aperçu général Le guvernement du Canada placera un accent renuvelé sur l écnmie, surtut en ce qui cncerne l investissement dans

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

Introduction/contexte

Introduction/contexte Aide financière accrdée par les rganismes de services aux persnnes ayant une déficience intellectuelle aux prgrammes de Services de sutien à l intégratin et à l analyse des cnstatatins du sndage sur la

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013 PLAN DE FORMATION Frmatin : Le rôle du superviseur au qutidien Chrte 2012-2013 1. Prblématiques ayant engendré le besin de frmatin Dans le passé, n recherchait des superviseurs cmpétents au plan technique.

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Au cœur de l'actin Pht: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Orientatins stratégiques 2014-2017 Canadian Dance Assembly ~ L'Assemblée canadienne de la danse The Histric Distillery District 15 Case Gds

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

Objectifs du module 1 : «Conception de dispositifs de formation et scénarios pédagogiques recourant aux TIC»

Objectifs du module 1 : «Conception de dispositifs de formation et scénarios pédagogiques recourant aux TIC» Objectifs du mdule 1 : «Cnceptin de dispsitifs de frmatin et scénaris pédaggiques recurant aux TIC» Ce mdule vise à amener l apprenant à cncevir et à gérer un dispsitif de frmatin recurant à divers scénaris

Plus en détail

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE POUR LA SECURISATION DES PERSONNES ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES 8 Juillet 2013 Les participants à la grande cnférence sciale

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011

PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011 PRESENTATION DU DISPOSITIF DE SOUTIEN REGIONAL AUX MUSIQUES ACTUELLES ET AMPLIFIEES N 45-11 ADOPTE EN SEANCE DU CONSEIL REGIONAL DU 8 AVRIL 2011 Définitin du champ des musiques actuelles et amplifiées

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021)

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021) Intrductin Ce plan pluriannuel expse les grandes lignes de la stratégie des Services à l enfance Grandir ensemble pur prévenir et éliminer les bstacles à l accessibilité afin de répndre aux exigences actuelles

Plus en détail

FORMATIONS FAFIEC 2008

FORMATIONS FAFIEC 2008 ACTIONS COLLECTIVES NATIONALES 1 Nuvelle actin : Prfessinnaliser sa démarche cmmerciale (Appel d ffres de sélectin d rganismes de frmatins en curs) Savir vendre une prestatin de cnseil, c'est avant tut

Plus en détail

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Michelle KLEIN Cnsultants SYNTHESE Réf : SYNT_LANDES DE GASCOGNE GTEC Versin : V1.1 Date : 05 nvembre 2010 PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Etude sur les ressurces humaines sur le territire du Pays des Landes

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE CQP Animateur Périsclaire Versin au 11/07/2013 Rappel : Extrait annexe IV: Cnventin cllective Mdalités de créatin d'un CQP, cntenu du cahier des charges : le titre

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

Les Magasins Généraux ont été conçus, à l origine, avec la mission de contribuer à désengorger le trafic du Port de Djibouti.

Les Magasins Généraux ont été conçus, à l origine, avec la mission de contribuer à désengorger le trafic du Port de Djibouti. 1. Préambule Les Magasins Généraux nt été cnçus, à l rigine, avec la missin de cntribuer à désengrger le trafic du Prt de Djibuti. Une nuvelle étape, dans la ratinalisatin des prcédures de transprt, supprtée

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

LE BILAN. maîtriser les principes de fonctionnement des comptes de bilan.

LE BILAN. maîtriser les principes de fonctionnement des comptes de bilan. LE BILAN Objectif(s) : être capable : Pré-requis : Mdalités : d'établir un bilan simplifié, d'évaluer le résultat de l'exercice. maîtriser les principes de fnctinnement des cmptes de bilan. rubriques du

Plus en détail

Guide d organisation Congrès Richelieu International 2017 et 2018

Guide d organisation Congrès Richelieu International 2017 et 2018 Guide d rganisatin Cngrès Richelieu Internatinal 2017 et 2018 Guide d rganisatin Cngrès 2017 et 2018 Dcument mis à jur le 26 juin 2015 Page 1 sur 10 Guide d rganisatin Cngrès Richelieu Internatinal 2017

Plus en détail

Luxembourg, le 25 février 2008. Le processus de Bologne et les carrières auprès de la Fonction publique. Dossier de presse

Luxembourg, le 25 février 2008. Le processus de Bologne et les carrières auprès de la Fonction publique. Dossier de presse Luxemburg, le 25 février 2008 Le prcessus de Blgne et les carrières auprès de la Fnctin publique Dssier de presse 1 Le prcessus de Blgne et les carrières auprès de la Fnctin publique Le prcessus de Blgne

Plus en détail

Module 10 : Résumé Planification financière

Module 10 : Résumé Planification financière Mdule 10 : Résumé Planificatin financière Ce mdule examine les principaux éléments du prcessus de planificatin financière et évalue les bjectifs et les avantages de la planificatin financière. Vus apprenez

Plus en détail

RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chalon sur Saône COMPTE-RENDU

RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chalon sur Saône COMPTE-RENDU RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chaln sur Saône COMPTE-RENDU Fnctinnement du «Club» Suite aux différents échanges, il a été cnvenu d rganiser une nuvelle rencntre le 15 ctbre prchain

Plus en détail

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS Présentatin de l'rganisme de frmatin «l écle de la micrfinance» L Ecle de la Micrfinance est un rganisme de frmatin français [1] qui entend répndre à la demande de bénévles

Plus en détail

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous?

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous? Cahier des charges GPEC Territriale Script Empli Natinal : Métier de la relatin client Nvembre 2015 Eléments de cntexte Qui smmes-nus? Le Fnds d Assurance Frmatin du Travail Tempraire (FAF-TT), OPCA (Organisme

Plus en détail

Règlement de la Bourse SNPHPU-MSD 2015 organisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France

Règlement de la Bourse SNPHPU-MSD 2015 organisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France Règlement de la Burse SNPHPU-MSD 2015 rganisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France 1. Cntexte Le SNPHPU et MSD France (MSD) décernent en 2015 une burse destinée à sutenir des prjets en France dans le dmaine

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Découpage de la Formation... 3. Renseignements et Moyens Pédagogiques... 4. Le processus métier : gestion des achats...

Sommaire. Sommaire... 2. Découpage de la Formation... 3. Renseignements et Moyens Pédagogiques... 4. Le processus métier : gestion des achats... Filière de frmatin : Utilisateur FONCTIONNEL SAP END USERS Gestin des Achats Dssier Pédaggique Durée : 5 jurs Smmaire Smmaire... 2 Décupage de la Frmatin... 3 Renseignements et Myens Pédaggiques... 4 Le

Plus en détail

LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI. Analyse du projet de loi C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL»

LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI. Analyse du projet de loi C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL» LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI Analyse du prjet de li C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL» LE PROJET DE LOI C 38 Sanctinné le 29 juin 2012, ce prjet de li apprte des changements majeurs à la li de l assurance

Plus en détail

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Questinnaire à destinatin des assciatins du territire de la Cmmunauté de Cmmunes de Quillebeuf-sur-Seine PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Infrmatins pratiques sur vtre assciatin Nm de l assciatin : Président

Plus en détail

ÉTAT DE LA SITUATION: UN COUP D ŒIL SUR LES MODÈLES DE REVENUS DES CONTENUS MULTIPLATEFORMES

ÉTAT DE LA SITUATION: UN COUP D ŒIL SUR LES MODÈLES DE REVENUS DES CONTENUS MULTIPLATEFORMES ÉTAT DE LA SITUATION: UN COUP D ŒIL SUR LES MODÈLES DE REVENUS DES CONTENUS MULTIPLATEFORMES Le Fnds Bell met à la dispsitin des prducteurs, créateurs et distributeurs de cntenus les résultats d une étude

Plus en détail

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC)

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) SOUMISSION A LA DOUZIEME SESSION DU COMITE DU BUDGET ET DES FINANCES, 20 AU 24 AVRIL 2009 15 AVRIL 2008 I. Bienvenue

Plus en détail

DESIGNER EN RESIDENCE

DESIGNER EN RESIDENCE Mise en cncurrence APPEL A CANDIDATURE DESIGNER EN RESIDENCE Objet de la mis en cncurrence : Recrutement d un designer en résidence dans le cluster Numélink Date limite de candidature Mercredi 3 septembre

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014

APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014 DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014 APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP Bpifrance PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT 1 TYPE DE PROCEDURE Marché privé, passé en appel

Plus en détail

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE Fnds d incitatin académique Académie de Brdeaux UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE SECONDE Lycée Bernard Palissy Agen (47) DESCRIPTION DU PROJET Ce prjet, au cœur du prjet d établissement,

Plus en détail

«MALLETTE DU DIRIGEANT» Programme de la formation

«MALLETTE DU DIRIGEANT» Programme de la formation «MALLETTE DU DIRIGEANT» Prgramme de la frmatin OBJECTIFS DE LA PRESTATION : Offrir aux chefs d entreprise les myens d effectuer un diagnstic de leur activité par des utils cncrets de mesures crrectives

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT

HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT HAUTE BORNE DEVELOPPEMENT SAEM Haute Brne PLAN D ACTIONS 2011 Plan d actins Haute Brne Dévelppement - Technple Lille Métrple 2011 1 SOMMAIRE A - CONTEXTE... 3 B - ACTIONS... 4 Axe 1 : Favriser la créatin

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore.

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore. Caractérisatin des activités Etude des circuits financiers Schéma d Aménagement et de gestin des eaux de la Dre Synthèse SYNTHESE SYNTHESE I. CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE L étude vise à répndre à l

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES «Développement d une ingénierie sur les métiers du numérique et les référentiels de formation correspondants»

CAHIER DES CHARGES «Développement d une ingénierie sur les métiers du numérique et les référentiels de formation correspondants» CAHIER DES CHARGES 1 «Dévelppement d une ingénierie sur les métiers du numérique et les référentiels de frmatin crrespndants» 1ère étape du prjet «GPEC filière numérique» sur le bassin de Caen A. LE CONTEXTE

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE

ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE Une frmatin au métier de Lgisticien de Santé 2014/2015 PRESENTATION DE L INSTITUT ET DE LA FORMATION L ALTERNANCE COTE RESSOURCES HUMAINES

Plus en détail

CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER

CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER La Certificatin Administrateur Analyzer d AT Internet est cmpsée de la manière suivante : Un prgramme de frmatin sur 3,5 jurs Un examen de Certificatin Aussi bien

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Appel aux projets - 2015-16

Appel aux projets - 2015-16 Appel aux prjets - 2015-16 LA MISSION DE L ESC RENNES «Préparer, par l enseignement et la recherche, des managers respnsables et innvants à agir efficacement dans un envirnnement glbalisé» La missin vise

Plus en détail

Gestion de projet de production dans le spectacle vivant

Gestion de projet de production dans le spectacle vivant Gestin de prjet de prductin dans le spectacle vivant Planifier, administrer, budgétiser : dnnez vie à vtre prjet! (réf. 401P) Intervenants Francis Richert Respnsable des musiques actuelles amplifiées au

Plus en détail

Bibliothécaire - Secteur secondaire - Plan d action 2013-2014

Bibliothécaire - Secteur secondaire - Plan d action 2013-2014 Plan d actin 2013 2014 Biblithécaire, secteur secndaire Cmmissin sclaire de Saint-Hyacinthe Page 1 sur 11 Biblithécaire : Sphie Mrissette Biblithécaire - Secteur secndaire - Plan d actin 2013-2014 Ce plan

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

I. Mission du Département et Contexte

I. Mission du Département et Contexte TERMES DE REFERENCE Titre : Recrutement d un cnsultant natinal pur le dévelppement de la stratégie natinale de gestin de la pêcherie thnière. Département : Prgramme Marin Prjet : MG0940.01 Tuna Fisheries

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

Résultats. Enquête main-d oeuvre 2011

Résultats. Enquête main-d oeuvre 2011 Résultats Enquête main-d euvre 2011 Smmaire Prfil des entreprises Répartitin de l empli Frmatin de la main-d œuvre Évlutin de l empli et du recrutement Perspectives de dévelppement Cnclusins de l Enquête

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de cmpétitivité mndial Aérnautique, Espace, Systèmes embarqués Pôle de cmpétitivité Aerspace Valley Cahier des charges Définitin du FabSpace Innvatin Centre Cahier des Charges n 15-ADMIN-CS-265 AEROSPACE

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T.

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. Mdifié en juillet 2014, ce dcument prpse des pssibilités de travail avec Icnit. Fichier surce : http://dsden02.ac-amiens.fr/tnp/tnp_internet/dssiers_tnp/activites_classe_mbile/ent/missin_tuic_02_ent_2012.pdf

Plus en détail

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 VUE D ENSEMBLE Le Sentier est un rganisme enregistré de bienfaisance à but nn lucratif vué à la réalisatin de la cnstructin et de la prmtin du sentier

Plus en détail

Diagnostic des stratégies et outils de communication des territoires du Val d Adour et d Armagnac Cahier des charges

Diagnostic des stratégies et outils de communication des territoires du Val d Adour et d Armagnac Cahier des charges Prjet de Cpératin : Renfrcer les démarches participatives au service du dévelppement durable» Diagnstic des stratégies et utils de cmmunicatin des territires du Val d Adur et d Armagnac Cahier des charges

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

La Conduite de Projet Informatique

La Conduite de Projet Informatique La Cnduite de Prjet Infrmatique La Ntin de Prjet Un prjet est un prcessus unique qui cnsiste en un ensemble d activités qui snt crdnnées, maitrisées, qui cmprte une date de début et de fin. Le prjet est

Plus en détail

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE Pur satisfaire au mieux le cnsmmateur, il faut une fnctin cmmerciale bien structurée. 1.1 EXEMPLE En général plusieurs

Plus en détail

Intitulé du projet : Portail découverte des métiers et bourse de l alternance

Intitulé du projet : Portail découverte des métiers et bourse de l alternance Directin de la jeunesse, de l éducatin ppulaire et de la vie assciative Missin d animatin du Fnds d expérimentatins pur la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EXPERIMENTATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR «FACULTE

Plus en détail

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation DSPR-DIR-02-01 Manuel de gestin Directive et prcédure : Expéditeur : Persnnel visé : Respnsable de sa mise en applicatin : Directin des services prfessinnels et de réadaptatin Persnnel du CR La Myriade

Plus en détail

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine Public Disclsure Authrized N. 131 janvier 2000 Public Disclsure Authrized Public Disclsure Authrized Réhabilitatin des institutins financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE Parce qu'elle est une chance pur l'écnmie française, la reprise tient une place essentielle sur les plans micr et macrécnmique. Bien utilisée, elle est une méthde

Plus en détail

SECTEUR BUREAUTIQUE. Principaux enjeux Avril 2010. Rédacteur : Hervé DANLOY. Avec la collaboration d Alexandre ISSAC

SECTEUR BUREAUTIQUE. Principaux enjeux Avril 2010. Rédacteur : Hervé DANLOY. Avec la collaboration d Alexandre ISSAC Brdeaux Lille Lyn Marseille Metz Nantes Paris Tuluse SECTEUR BUREAUTIQUE Principaux enjeux Avril 2010 Rédacteur : Hervé DANLOY Avec la cllabratin d Alexandre ISSAC Sciété d expertise cmptable inscrite

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A PROJETS 2014 Mdèles de tumeurs spntanées chez l animal pur la recherche translatinnelle en cancérlgie L'ITMO Cancer de l alliance natinale pur les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) en

Plus en détail

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS Les dns d œuvres d art à fins caritatives Les artistes snt suvent sllicités pur faire dn d une u de plusieurs de leurs œuvres. Ces demandes peuvent prvenir d rganismes caritatifs, muséaux u autres. Un

Plus en détail

Chargée de relation entreprise

Chargée de relation entreprise Chargée de relatin entreprise Mastère spécialisé Managment et Dévelppement des Systèmes d Infrmatin 2014/2015 Présentatin : ADP (Autmatic Data Prcessing) est une SSII américaine créée en 1949 à Rseland

Plus en détail

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage . Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pur les vlntaires en recherche et sauvetage Objectif De furnir aux assciatins réginales de la GCAC des directives pur déterminer, enregistrer

Plus en détail

B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT

B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT A) INTRODUCTION Le technicien supérieur négciatin relatin client est un vendeur - manageur cmmercial qui gère la relatin client dans sa glbalité, de la prspectin jusqu'à

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Réunin de cncertatin du Fnds scial eurpéen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Atelier 3 «Prmuvir l inclusin sciale et lutter cntre la pauvreté» 1. Cntexte général a. Les rientatins cmmunautaires La crise

Plus en détail

1 OBJET DE LA CONSULTATION

1 OBJET DE LA CONSULTATION CONSULTATION DANS LE CADRE DE L ASSISTANCE SYSTEME ENVIRONNEMENTS INFORMATIQUES Z/OS, UNIX, WINDOWS AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA CONSULTATION Le CTIG suhaite btenir une assistance système

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 Suivant les bjectifs du Réseau des femmes parlementaires des Amériques, les prirités d actin de la présidente du Réseau et les

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT

POLITIQUE D INVESTISSEMENT Centre lcal de dévelppement DE LA MRC DE ROUYN-NORANDA POLITIQUE D INVESTISSEMENT PROGRAMME JEUNES PROMOTEURS (JP) ADOPTÉE : 26 mars 2014 MAJ : Mars 2014 Avril 2009 Février 2006 Mai 2003 Mars 2002 Mai

Plus en détail