Forum 3.0 de l industrie des médias interactifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Forum 3.0 de l industrie des médias interactifs"

Transcription

1 Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Rapprt des grupes de discussin: faits saillants Préparé par Harld Gendrn, Cnsultant Recherche et veille en médias interactifs et Jean-Pierre Faucher, Cnsultant jeux vidé et médias interactifs Juillet 2008 This dcument is als available in English.

2 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE CONTENU DU DOCUMENT POINTS SAILLANTS GENERALITES ACCES AU FINANCEMENT ACCES A DES RESSOURCES QUALIFIEES INNOVATION, R&D ET PROPRIETE INTELLECTUELLE... 9 Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 2

3 1. CONTEXTE Ce dcument rend cmpte des cmmentaires exprimés par plus d une cinquantaine de représentants d entreprises de différents secteurs de l industrie canadienne des médias interactifs (jeu, animatin, prducteurs Web, etc.) qui nt participé à l une des cinq rencntres (Trnt, Mntréal, Vancuver, Saskatn et Charlttetwn) du Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs rganisé cnjintement par le ministère du Patrimine canadien et Téléfilm Canada. Ce dcument tient cmpte également des répnses des persnnes qui nt répndu au questinnaire rendu dispnible sur le Site de Téléfilm Canada. Rappelns qu à la suite d une évaluatin smmative du Fnds des nuveaux médias du Canada (FNMC), le ministère du Patrimine canadien avait été invité à prcéder à un examen des besins et de l évlutin de l industrie des médias interactifs en vue d identifier des myens et des actins qui favriseraient la créatin d œuvres numériques interactives de même que le dévelppement et la prmtin de l industrie canadienne au niveau natinal et internatinal. Patrimine canadien et Téléfilm Canada nt dnc cnfié à un cnsultant du milieu des médias interactifs le mandat d rganiser ces rencntres et d en faire le cmpte rendu. Tris thèmes en particulier nt été abrdés lrs de ces tables rndes u grupes de discussin. Il s agit de : l accès au financement; l accès à des prfessinnels qualifiés; et l innvatin, recherche et dévelppement (R&D), et créatin d une prpriété intellectuelle (PI). Chaque thème a été traité à partir de quelques questins générales visant à favriser la liberté des échanges et l expressin des cmmentaires. Les participants nt été invités à parler de leurs expériences et de leurs perceptins respectives face à chacun des thèmes, en prenant un pint de vue plus glbal tut en évitant de s attarder aux mdalités d applicatin et de gestin des différents vlets du FNMC u de tut autre mesure. Chacune des rencntres, d une durée myenne de 3,5 heures, a été animée par un animateur différent prvenant de la régin cncernée. Dans l ensemble, les animateurs nt bien respecté le dérulement prévu ; ce qui ne les a pas empêché d apprter leur tuche persnnelle au niveau de l animatin et des questins cmplémentaires. En raisn du nmbre limité de places dans les grupes de discussin, Téléfilm Canada a hébergé sur sn site web un prtail relatif au Frum 3.0 afin de recueillir d autres cmmentaires auprès de ceux qui n nt pas pu participer u être invités à ces rencntres. 2. CONTENU DU DOCUMENT Le dcument se divise en deux parties. La première présente, pur chacune des thématiques, les pints saillants des cmmentaires exprimés par les participants aux curs des rencntres u sur le site de Téléfilm Canada. En secnde partie, n retruve sus la frme d un tableau et pur chacun des tris thèmes un cmpte rendu résumé des prps exprimés par les participants de chacune des rencntres. Cette présentatin permettra aux représentants de Patrimine canadien et de Téléfilm Canada de prendre cnnaissance de l essentiel de ce qui a été dit dans chacune des rencntres et de distinguer plus facilement les pints cmmuns u les différences entre chacun des grupes. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 3

4 3. POINTS SAILLANTS Ceux-ci snt présentés seln les tris thèmes discutés lrs des rencntres. De façn générale, ils fnt ressrtir les pints cmmuns entre les différents grupes. À l ccasin, des particularités réginales u sectrielles (ex.; jeu vs Web) snt signalées. 3.1 Généralités Au ttal, 54 participants snt venus discuter des tris thèmes à l agenda. Vici leur répartitin seln le lieu gégraphique des rencntres et leurs secteurs d activités. À nter que certains grupes cmprenaient des participants en prvenance de l extérieur de la ville désignée pur la rencntre (ex. : de Québec, de la Mauricie u de Winnipeg dans le cas de Mntréal pur les participants francphnes; d Edmntn, de Winnipeg, de Régina u de Calgary dans le cas de Saskatn, d Halifax et de Mnctn dans le cas de Charlttetwn). Répartitin des participants seln le secteur d activité et le lieu du grupe de discussin Jeu Animatin Web/télé Mbilité Internet Autres Ttal Trnt Mntréal Vancuver Saskatn Charlttetwn Ttal Des représentants de Téléfilm Canada et de Patrimine canadien nt aussi participé aux rencntres. De façn générale, les rencntres nt été bien appréciées par les participants. Ces derniers snt d avis que ce genre de rencntres devraient avir lieu plus suvent dans la mesure ù elles permettent aux participants de partager des cnnaissances et de mieux cmprendre les réalités de chacun des secteurs tut en leur dnnant l ccasin de faire le pint sur des sujets précis avec les représentants de Téléfilm Canada et de Patrimine canadien. Les entreprises partagent plusieurs pints cmmuns et vivent des situatins semblables, quelque sit leur situatin gégraphique u leur secteur d activité. Cependant, les secteurs se distinguent les uns des autres; ce qui est vécu dans le secteur du jeu vidé n a pas nécessairement d équivalent dans le dmaine du Web et de la mbilité. Ce cnstat se vérifie même à l intérieur d un secteur; le secteur du jeu pur cnsle ne vit pas les mêmes situatins que celui du jeu en ligne u des jeux pur mbile. Les grupes de Vancuver, de Trnt et de Mntréal manifestent davantage de préccupatins face aux questins relatives à la prpriété intellectuelle que les grupes de Saskatn et de Charlttetwn. Certains grupes nt su mieux que d autres se situer à un niveau macr et ne pas trp s attarder sur les besins spécifiques de leur secteur u de leur platefrme. La cmmercialisatin a fait l bjet de plusieurs cmmentaires même si ce sujet n était pas à l rdre du jur. Le succès de leurs prductins et la crissance de leur entreprise Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 4

5 en dépendent. Les entreprises manquent de ressurces financières et d expertise à ce niveau. D autres sujets nt également été abrdés : la multiplicatin des platefrmes, la transfrmatin de la chaine de valeur, le passage d une lgique de l ffre (cntenus et réseaux de distributin limités) à une lgique de la demande (cntenus illimités dispnibles en tut temps), etc. Les PME des Prairies et des Prvinces de l Atlantique nt une cnnaissance limitée des prgrammes dispnibles (incluant le FNMC) pur sutenir le dévelppement de l industrie des cntenus interactifs dans leur prvince. Ces mêmes régins snt aussi mins bien purvues au niveau des infrastructures de sutien et de représentatin que ne le snt Mntréal, Vancuver u Trnt ù n retruve des assciatins industrielles et sectrielles qui infrment les entreprises. On suhaite qu il y ait une meilleure cmmunicatin entre les entreprises et les divers niveaux de guvernements. Les PME réalisent qu il y a de l éducatin et de la sensibilisatin à faire auprès des divers paliers guvernementaux et du secteur financier (banques, fnds privés et capitaux de risque) pur les aider à cmprendre les particularités et les besins de l industrie des médias interactifs. Seln plusieurs participants, Téléfilm et le FNMC nt jué un rôle essentiel dans la structuratin de l industrie des médias interactifs, ntamment pur ceux qui dévelppent des prduits qui ne snt pas rattachés au dmaine de la radidiffusin. Pur ces entreprises, le FNMC est le seul myen dispnible, utre les crédits d impôt dans certaines prvinces, pur financer des prjets. Les autres Fnds cmme ceux du Fnds Bell et de Quebecr snt de surces privées et snt rientés vers de la prductin de cnvergence. Parmi tus les thèmes, celui du financement a généré le plus de cmmentaires. 3.2 Accès au financement Tus les grupes nt à peu près tus abrdé les mêmes thèmes lrs de leurs rencntres respectives, chacun insistant sur des sujets plutôt que d autres. Les cmmentaires nt prté principalement sur : le manque de financement à divers pints de vue, les difficultés de mnter des structures de financement, le prcessus de gestin des demandes de fnds, le besin d adapter les fnds aux réalités industrielles des médias interactifs, les bjectifs visés par les fnds, le mde de fnctinnement par prjet, les rapprts entre les radidiffuseurs et les prducteurs Web, de l aversin au risque des financiers, du manque d infrmatin sur les fnds existants et de la cntributin suhaitée des furnisseurs d accès Internet (FAI) à la créatin de cntenus. Plusieurs suhaits nt aussi été exprimés par les PME. La plupart des PME suligne l insuffisance du financement dispnible pur sutenir la créatin de cntenu riginal (en particulier dans le secteur de la cnvergence, du «serius gaming»), le démarrage d entreprises, le fnctinnement, l exprtatin et la cmmercialisatin. Il y a aussi un déséquilibre imprtant entre les fnds allués au secteur des médias interactifs et ceux de la télévisin et du cinéma, en prprtin de la main-d œuvre et des revenus générés respectivement par ces secteurs. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 5

6 Le secteur des médias interactifs, cntrairement à ceux de la télé et du cinéma, ne peuvent pas cmpter sur un crédit d impôt du guvernement fédéral. De plus, certaines prvinces (Alberta, Saskatchewan et Nuveau-Brunswick) n nt pas accès à des crédits d impôts spécifiques à l industrie des médias interactifs. Le manque de fnds et d utils de financement adaptés fait en srte qu il est plus difficile de mnter des structures de financement slides. Les prjets snt mdestes parce que le financement dispnible est mdeste. Les PME nt besin de capital patient à lng terme (3 à 5 ans) car les cycles de dévelppement de prduit snt lngs. L industrie du jeu pur cnsle est basée sur un seul mdèle de financement. Tut passe par les éditeurs qui nt les myens d investir des smmes imprtantes dans la prductin de jeu. Pur accéder à ce financement, les dévelppeurs indépendants snt bligés de céder le cntrôle sur la prpriété intellectuelle de leurs prductins. Le financement du cntenu francphne reste prblématique en raisn du marché restreint, une réalité que ne vit pas les prduits anglphnes. La grande majrité des PME tire des revenus du service qu elles rendent à des clients. Ces revenus servent à financer le dévelppement de cntenu u d une prpriété intellectuelle. Le temps d accès au financement («timing») et les délais snt des aspects fndamentaux pur les PME. Plus n tarde à faire l analyse des prjets et à rendre une décisin, mins le prjet cnserve sn caractère riginal u innvateur. On perd ainsi des pprtunités intéressantes pur les entreprises et l industrie. Les PME suhaitent que le prcessus de demande de financement sit simplifié afin qu elles y cnsacrent mins de temps et d énergies. On scrute davantage les prjets interactifs. On cnsidère travailler plus frts que les autres secteurs pur recevir mins d argent qu eux. Les PME suhaitent également que la terminlgie utilisée par les guvernements sit mise à jur. L accès au capital de risque est très limité. Peu de capitaux-risqueurs cmprennent l industrie des médias interactifs et sn fnctinnement. Ils cherchent davantage à investir dans des technlgies u des entreprises plutôt que dans des prjets. Ils snt aussi très exigeants. Le mdèle de fnctinnement par prjet ne satisfait pas les PME. La ntin de prjet fermé sur une péride annuelle ne reflète pas la réalité de l industrie ù les prjets snt en mde cntinu. De plus, l industrie des médias interactifs repse sur l empli de salariés cntrairement au cinéma qui est basé sur l empli de cntractuels. Ce mdèle est aussi difficile à gérer car n reçit le financement alrs que 75% du prjet est réalisé. Il faut aussi cmpter un certain temps avant que l n réclte des revenus. Si bien qu il est nécessaire d avir un bn fnd de rulement pur payer les emplyés et ne pas les perdre. Quels bjectifs le FNMC dit-il viser? Dit-il favriser des bjectifs culturels (créatin de cntenu riginal canadien, cntrôle de la prpriété intellectuelle), industriels (créatin d emplis, industrie durable) u cmmerciaux (revenus, audience)? Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 6

7 Des prducteurs de cntenus Web et de l animatin 3D nt suligné que leurs prjets ne cadrent pas dans les prgrammes actuels de financement car ils ne crrespndent pas aux définitins de nuveaux médias et d interactivité. Plusieurs PME nt besin d infrmatin sur les prgrammes d aide et de sutien à l industrie. Elles suhaitent avir accès à un répertire descriptif (critères d admissibilité, mntant dispnibles, mdes de fnctinnement) regrupant tus les prgrammes d aide et de sutien accessibles et utiles pur leur industrie. La plupart suhaite que les FAI et les pérateurs de téléphnie mbile cntribuent au financement de l industrie des médias interactifs au même titre que les câbldistributeurs dans le secteur de la télévisin. Dans le secteur des prduits de cnvergence, les radidiffuseurs exercent une influence démesurée sur le déclenchement et le financement des prjets. Parmi les suhaits exprimés par les PME : Davantage de fnds Sutien financier pur le fnd de rulement Accrissement de la part de Téléfilm dans les prjets Assuplissement de la ntin de prjet Révisin des définitins Incubateurs Bureau central d infrmatin sur les prgrammes d aide et de sutien Simplificatin et accélératin du prcessus de traitement des demandes de financement 3.2 Accès à des ressurces qualifiées Tutes les régins et tus les secteurs de l industrie (jeu, Web, animatin, mbilité) snt victimes, à divers degrés, d une pénurie de main-d œuvre qualifiée et expérimentée. Il y a un manque de plusieurs types d expertises et de cmpétences : cadres intermédiaires et senirs, spécialistes en marketing et en gestin de prjets, emplyés expérimentés (level designers et prgrammeur de haut niveau), spécialistes des questins légales et financières, administrateurs ayant un sens aigu des affaires et une cnnaissance des meilleures pratiques de l industrie, etc. Cette pénurie blige les entreprises à refuser des cntrats, ce qui freine leur crissance et le dévelppement de l industrie canadienne des médias interactifs. Les PME cherchent à garder leurs emplyés et leurs grands talents qui peuvent prfiter de la situatin de pénurie pur aller travailler dans une autre entreprise à de meilleures cnditins. Les PME ne peuvent cependant se permettre de perdre de tels emplyés car cela se traduit par une fuite de cnnaissances industrielles et stratégiques et un changement dans la dynamique de l équipe. Des entreprises, en particulier dans le secteur du jeu pur cnsle, prennent même le risque d embaucher des persnnes avant même d avir signé des ententes pur la prductin d un jeu. Certaines régins (Prairies et les Prvinces de l Atlantique) épruvent de la difficulté à retenir leurs meilleurs talents, sit par manque de ressurces financières sit parce que Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 7

8 les gens préfèrent aller travailler dans des grands centres urbains canadiens u américains ù n retruve une masse critique d entreprises et de prjets intéressants. Elles nt encre plus de difficultés à attirer des grands talents de l extérieur qui ne snt pas naturellement prtés à aller travailler dans ces régins. Les PME des secteurs du Web, de la cnvergence u de la mbilité ne peuvent rivaliser avec cnditins ffertes dans le secteur du jeu. Les PME subissent également d imprtantes pressins salariales de la part de grandes multinatinales cmme Ubisft au Québec qui bénéficient de crédits d impôt pur ffrir des cnditins salariales plus avantageuses à des diplômés des autres prvinces canadiennes qui snt recrutés à la prte des écles. Le mdèle de financement et de fnctinnement par prjet ne favrise pas le maintien et la rétentin d emplyés. Il faut des ressurces (fnds de rulement) pur être en mesure de faire le pnt d un prjet à l autre. Les entreprises de chaque régin sentent le besin de cllabrer. Le démarchage traditinnel d emplyés cûte cher et ne dnne pas les résultats escmptés. Les PME dévelppent de nuvelles apprches et utilisent de plus en plus Internet (ex. : Gamasutra) pur recruter des candidats. On prfite également d événements cmme le Game Develpers Cnference (GDC) pur slliciter des candidatures. On tente aussi d attirer davantage de femmes dans le secteur du jeu, ntamment en créatin. L externalisatin (utsurcing) ne suscite pas un grand enthusiasme chez les PME. C est suvent par nécessité (manque de persnnel, réductin des cûts, impératifs de prductin, respect des délais serrés de livraisn) qu elles ptent pur cette façn de faire. Plusieurs entreprises préfèrent réaliser les prjets à l interne u recurir à des furnisseurs canadiens recnnus pur leurs grandes cmpétences plutôt que d aller du côté des entreprises étrangères dnt les méthdes de travail snt mins efficaces et la qualité de leur travail ne crrespnd pas aux standards de l industrie. Une nuvelle tendance en Clmbie-Britannique. On frme un bassin de talents de haut niveau qui travaillent d un prjet à l autre, et les emplis mins spécialisés snt externalisés. Cela permet de réduire les cûts car les entreprises n nt pas à assumer les salaires durant les pérides ù il n y a pas de prjets. On exprime le suhait que le guvernement ffre des incitatifs aux entreprises du Canada qui externalisent une partie de leurs activités à des entreprises canadiennes car elles aident à créer des entreprises et à cnserver l expertise ici. On suhaite également la créatin d une base de dnnées natinale sur les entreprises canadiennes afin de faciliter le repérage de furnisseurs. Les entreprises externalisent surtut des activités de prductin et cncentrent leurs énergies sur le dévelppement de prduits et leur cmmercialisatin. Le système d éducatin de la plupart des régins ne répnd pas aux besins et aux attentes de l industrie. Le nmbre de prgrammes est insuffisant et les frmatins ffertes actuellement dans les cllèges et les universités snt trp générales. Les diplômés ne snt pas suffisamment frmés et il y a un manque de cmpétences de base chez la majrité d entre eux (plyvalence et capacité de travailler au sein d une équipe multidisciplinaire). Les institutins d enseignement ne semblent pas cmprendre les besins des PME. Partut, des PME sulignent l imprtance de cllabrer avec le Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 8

9 milieu de l enseignement afin d élever les standards. Des entreprises cntactent les institutins d enseignement pur les aider à dévelpper des prgrammes adéquats. Les prgrammes dispnibles u en curs de dévelppement s adressent surtut à l industrie du jeu qui draine par la suite la plupart les diplômés. Cela laisse peu de chix aux entreprises des autres secteurs. Peu d initiatives nt été prises pur intéresser les jeunes aux prfessins de l industrie. Au Québec, le secteur du jeu s est pris en main et s est dté d utils d infrmatin et de prmtin (macarriereenjeu.cm). En Saskatchewan, le prgramme Jb Start aide les entreprises à embaucher des jeunes et à les frmer. Le ministère des Ressurces Humaines du Canada devrait être plus actif à cet égard. Pur pallier ce manque de frmatin, des emplyés expérimentés des PME divent cnsacrer beaucup de temps à faire du mentrat et du «caching». Des PME des prvinces de l Atlantique indiquent tutefis ne pas être en mesure de le faire en raisn du manque de ressurces humaines et financières. Le guvernement devrait recnnaître les effrts des entreprises qui frment leurs emplyés à l interne. Le mdèle des stages n est pas satisfaisant. La durée des stages est trp curte et les budgets snt trp serrés pur être en mesure d en faire. Des PME mentinnent que c est une dimensin ù les guvernements purraient intervenir. L industrie canadienne ne dispse pas encre d une classificatin et d une descriptin adéquate des différents emplis. La classificatin actuelle (Système de classificatin des industries de l Amérique du Nrd sus l ALENA) n est pas faite pur les industries en émergence et elle ne sera revue qu en Cela a des impacts écnmiques et administratifs. Parmi les suhaits exprimés par les PME : Cnstruire une base de dnnées natinale sur les entreprises canadiennes Sutenir les entreprises canadiennes qui externalisent des activités à d autres entreprises canadiennes Mettre en place des stages de frmatin en entreprises Recnnaître les effrts des entreprises en frmatin (par caching, mentrat, etc.) de leurs emplyés Prgrammes de frmatin adaptés aux besins de l industrie. 3.3 Innvatin, R&D et prpriété intellectuelle L ensemble des PME des diverses régins cnsidèrent imprtant d avir des activités de R&D; cela leur permet de rester à la fine pinte des dévelppements de leur secteur et de se dter d un avantage cmpétitif par rapprt aux entreprises cncurrentes du Canada u de l étranger. La R&D est perçu cmme un prcessus lng (entre 18 et 36 mis pur dévelpper un prttype) et très risqué au plan financier. Le «timing» est primrdial car une idée trp précce pur le marché u basée sur une technlgie en décrissance peut se slder par un échec. Le drit à l erreur n est pas encre bien intégré dans les pratiques industrielles ni accepté par le secteur financier. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 9

10 La grande majrité des PME nt recurs aux crédits d impôt R&D fferts par leur prvince u le fédéral. Relativement plus simples à btenir que les autres frmes d aide, ces crédits cnstituent dans bien des cas la principale surce de financement public. Grâce à ces crédits, des PME nt pu se dévelpper et devenir ce qu elles snt aujurd hui. Ils peuvent également faciliter la recherche de financement cmplémentaire. Une entreprise affirme que les entreprises canadiennes de l industrie des médias interactifs n investissent pas assez en R&D. Celles-ci cnsacreraient mins de 10% de leurs revenus à cette activité alrs qu elles devraient en mettre au mins 30%. Les entreprises qui n nt pas une ligne d activités technlgiques et qui ne peuvent pas se qualifier pur recevir des crédits R&D suhaitent qu il y ait un équivalent pur la R&D en créatin de cntenu u de marques frtes. Le guvernement dit s assurer que la R&D et l innvatin juissent d un envirnnement prpice pur que le Canada puisse maintenir un avantage cmpétitif sur la scène internatinal. La R&D et l innvatin ne divent pas être uniquement supprtées financièrement par les entreprises et les divers paliers guvernementaux. Le financement privé dit aussi cntribuer. Il y a de l éducatin à faire à ce niveau. Tus les participants saisissent bien l intérêt de dévelpper et de détenir une prpriété intellectuelle (PI); un succès peut être très prfitable et vus dnner les myens d en dévelpper d autres. Pur ce faire, elles divent avir la capacité d identifier les tendances du marché. La pssessin et l explitatin d une PI ne cnstituent pas une nécessité pur tus. Cela exige des investissements imprtants et une PI ne vaut rien si l entreprise n a pas les myens nécessaires d en juir. Il faut aussi des mécanismes pur être en mesure de la prtéger efficacement, ici et à l étranger. À cet égard, les PME manquent de cnnaissances techniques des marchés. Elles auraient aussi besin d une entité pur les aider à négcier de meilleures ententes. Les PME du Québec, en particulier celles du Web, snt plus intéressées par l idée de psséder une PI. Pur dévelpper une prpriété intellectuelle, les PME de tus les secteurs puisent dans les revenus qu elles tirent des activités de services. L idée de vulir dévelpper une prpriété intellectuelle et de la cnserver va surtut amener les éditeurs internatinaux à vulir acheter les dévelppeurs indépendants. Il n y a pas de réels éditeurs au Canada. Il est plus facile de cnserver la PI sur la technlgie que sur le cntenu. Tutefis la première a beaucup mins de valeur que la secnde. Il est plus facile de cntrôler la PI dans le dmaine du Web que dans les autres secteurs, ntamment celui du jeu vidé pur cnsle ù la plupart des prducteurs indépendants cèdent leur drits sur la prpriété intellectuelle de leurs prduits à des éditeurs internatinaux qui nt les myens d investir dans des prjets dnt le cût myen atteint les 10 millins de dllars. Les dévelppeurs indépendants cmptent sur la distributin en ligne pur s affranchir éventuellement de la relatin avec l éditeur. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 10

11 La prpriété intellectuelle est une ntin difficile à cerner et à définir dans le secteur du Web2.0 ù n utilise des technlgies «pen surce» et ù n fait suvent intervenir les usagers dans la créatin de cntenu. Dans un cntexte d explitatin de diverses platefrmes, les PME canadiennes affirment qu elles devrnt revir leur plan d affaires et truver de meilleures façns de partager la prpriété intellectuelle. La cllabratin entre le milieu universitaire et l industrie semble meilleure dans certaines régins du Canada (Trnt, Vancuver) que dans d autres. Tutefis travailler avec les universités représente un défi car elles nt un agenda différent des PME quant à la cmmercialisatin et à la mnétisatin des prjets. Il faudrait davantage de partenariats du genre Mbile MUSE (Clmbie-Britannique) afin d ffrir aux chercheurs universitaires et aux talents des PME un terrain prpice aux activités d innvatin. Il y a un besin de rapprcher les PME et les institutins d enseignement dans plusieurs régins. Certains participants nt suligné que Téléfilm Canada dispse d une marge de manœuvre limitée quant au nmbre de prjets qu elle peut sutenir. Parmi les slutins prpsées par les PME pur favriser le dévelppement et le cntrôle de la PI au Canada, n retruve : Extensin du crédit R&D à la créatin de cntenu, Assuplissement des règles de dépôt de prjets ntamment pur les PME qui nt fait leur preuve et imiter le dmaine de la télévisin ù les chix se fnt sur la base d un pilte et d un dcument de présentatin; Accrissement du mntant accrdé au dévelppement de chacun des prjets retenus; Créatin d un éditeur pur les entreprises canadiennes a l image de ce qui a été fait pur le cinéma (Office Natinal du Film) et la télévisin (Sciété Radi- Canada); Investissement dans des prjets ayant un frt ptentiel cmmercial; et Dévelppement d incitatifs pur cnserver la PI au Canada. Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Faits saillants 11

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecole Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur Manager Entrepreneur)

Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecole Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur Manager Entrepreneur) Répertire Natinal des Certificatins Prfessinnelles Résumé descriptif de la certificatin Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecle Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

SAP Financial Innovation Day 18 Mars 2014 Genève Amélioration du Planning financier : un processus simplifié pour une meilleure qualité de données

SAP Financial Innovation Day 18 Mars 2014 Genève Amélioration du Planning financier : un processus simplifié pour une meilleure qualité de données SAP Financial Innvatin Day 18 Mars 2014 Genève Améliratin du Planning financier : un prcessus simplifié pur une meilleure qualité de dnnées Orange Cmmunicatins SA Smmaire Présentatin des sciétés Prblématique

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

«Enrichir l Organisation par les Hommes» CYCLE «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE»

«Enrichir l Organisation par les Hommes» CYCLE «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE» «Enrichir l Organisatin par les Hmmes» CYCLE CYCLE : Le management de prjet «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE» METHODOLOGIE ET OUTILS PRATIQUES EN GESTION DE PROJET Du 27 juin au

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture Niveau : MASTER année Dmaine : Mentin : ALL Arts, Lettres, Langues Infrmatin Cmmunicatin Culture M2 Spécialité : Master 2 Recherche, «Cmmunicatin et médiatins» 120 ES Vlume hraire étudiant : 100 h 38 h

Plus en détail

Banque commerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque commerciale et Assurance, membre du directoire

Banque commerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque commerciale et Assurance, membre du directoire 17 juin 2011 Jurnée Investisseurs Crédit Banque cmmerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque cmmerciale et Assurance, membre du directire Avertissement Cette présentatin peut cmprter

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION :

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : PROJET DE GESTION LOCATIVE de bureaux a usage prfessinnel DE LA MAISON DE L ENTREPRISE DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : «EXPLOITATION

Plus en détail

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale La Burse Étienne-Beauclair Banque Natinale Burse d' excellence destinée aux persnnes ayant une déficience visuelle pur la réalisatin de prjets nvateurs 15 000 $ Dépsez vs candidatures entre Le 15 décembre

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

opinionway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Septembre 2015

opinionway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Septembre 2015 pininway LES VERITABLES DECLENCHEURS D ACHATS DES FRANÇAIS A L HEURE DU TOUT CONNECTE Nte de synthèse Septembre Vs cntacts chez OpininWay : Frédéric Micheau Directeur des études d pinin Directeur de département

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN POUR LA PHASE 1

GUIDE D ENTRETIEN POUR LA PHASE 1 GUIDE D ENTRETIEN POUR LA PHASE 1 DE DESCRIPTION DE L EXISTANT Avant-prps : Le terme «infrastructure» cuvre les vlets suivants : 1. Vlet applicatif, bases de dnnées, plates-frmes infrmatiques 2. Vlets

Plus en détail

Sessions préparation à la retraite Formule Express 1 journée

Sessions préparation à la retraite Formule Express 1 journée OFFRE DE SERVICES Sessins préparatin à la retraite Frmule Express 1 jurnée SÉMINAIRES Par Cégep Marie-Victrin, Centre de services aux entreprises Mnsieur Jean Perrn, cnseiller en frmatin 767, rue Bélanger

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs Dssier de Presse 1 ier guide Interactif pur créateurs et entrepreneurs «Une applicatin innvante accmpagnée par les leaders du marché» www.e-parcurs.fr (Micrsft, Gan Assurances, Cegid, Accr Services France,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Contrôle parental sur l Internet : les engagements des fournisseurs d accès Internet 16 novembre 2005

Contrôle parental sur l Internet : les engagements des fournisseurs d accès Internet 16 novembre 2005 Cntrôle parental sur l Internet : les engagements des furnisseurs d accès Internet 16 nvembre 2005 Le Guvernement a suhaité que les furnisseurs d accès Internet (FAI) ffrant leur service au grand public

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LA PROTECTION DES LOGICIELS CADRE LÉGISLATIF Li du 3 juillet 1985 : recnnaissance du lgiciel cmme œuvre de l esprit Directive cmmunautaire du 14

Plus en détail

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté Prcédure de Gestin de la présence au travail et du Retur au travail adapté déculant de la plitique intégrée en santé, sécurité et bien-être au travail (2012) DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES

Plus en détail

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis Cnstat Désrmais, tutes les entreprises, même les plus petites, se divent d'être présentes sur Internet. La créatin de sites demeure cûteuse, particulièrement en termes de maintenance. Le marché manque

Plus en détail

Présentation de Mindjet on-premise

Présentation de Mindjet on-premise Présentatin de Mindjet n-premise Mindjet Crpratin Numér gratuit : 877- Mindjet 1160 Battery Street East San Francisc CA 94111 États- Unis Téléphne : 415-229-4200 Fax : 415-229-4201 www.mindjet.cm 2012

Plus en détail

"TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE

TSPM «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE & ORGANISENT DU 29 NOVEMBRE AU 3 DECEMBRE 2010 UNE FORMATION EN GESTION DE PROJET ET UNE CERTIFICATION INTERNATIONALE : "TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr.

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES Cnseil Natinal d Évaluatins de la Frmatin Prfessinnelle CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES ÉVALUATION DES PRATIQUES D INGENIERIE DE FORMATION EN ENTREPRISE ET

Plus en détail

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011 Amandine CUER À: Amandine CUER Objet: Cyb@rdèche - Osez les nuvelles technlgies... Pièces jintes: image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg Imprtance: Haute Si

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC Directin des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Sciété admissible... 3 Attestatin de

Plus en détail

LA FONCTION ET SON CONTEXTE

LA FONCTION ET SON CONTEXTE Prfil de fnctin : Analyste-prgrammeur LA FONCTION ET SON CONTEXTE Intitulé de la fnctin Analyste-prgrammeur Grade : analyste-prgrammeur Rang : 100/4i Département auquel se rattache la fnctin : Dévelppement

Plus en détail

Pilotage et agilité du SI

Pilotage et agilité du SI Piltage et agilité du SI Hrizn 2015 quelles grandes tendances pur l IT Urbanisatin : un util du DSI pur gagner en agilité? Ratinalisatin : virtualiser et/u externaliser? 12h15 12h45 DSI Sympsium IDC du

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER Sessin Interentreprises «Cnstruire et négcier l accrd d entreprise Frmatin & GPEC» - suite Réfrme FPC 5 mars ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER «METTRE EN PLACE UN ACCORD D'ENTREPRISE FORMATION/COMPETENCES»

Plus en détail

CYBERLEARN COURS MOODLE. SUPPORT DE TRAVAIL Pour professeur-es et assistant-es d'enseignement

CYBERLEARN COURS MOODLE. SUPPORT DE TRAVAIL Pour professeur-es et assistant-es d'enseignement CENTRE e-learning HES-SO CYBERLEARN COURS MOODLE SUPPORT DE TRAVAIL Pur prfesseur-es et assistant-es d'enseignement Sndages et tests : rendez vs curs Mdle interactifs! HES-SO 2010 Team Cyberlearn Table

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES LES PROVISIONS Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Distinctin et classificatin des différentes prvisins, Objectif des prvisins pur risques et charges, Caractéristiques et traitements cmptables. Classificatin

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

Appel à projets 2015. Gestion et animation des Cyber-bases de l agglomération TPM

Appel à projets 2015. Gestion et animation des Cyber-bases de l agglomération TPM Appel à prjets 2015 Gestin et animatin des Cyber-bases de l agglmératin TPM Cntexte La Cmmunauté d Agglmératin Tuln Prvence Méditerranée a délibéré le 16 décembre 2004 pur apprter sn sutien «aux actins

Plus en détail

Expertises juridiques et entreprises dans la Région Nord - Pas de Calais : quels besoins? Quelles réponses? Quelle adéquation?

Expertises juridiques et entreprises dans la Région Nord - Pas de Calais : quels besoins? Quelles réponses? Quelle adéquation? Expertises juridiques et entreprises dans la Régin Nrd - Pas de Calais : quels besins? Quelles répnses? Quelle adéquatin? EDHEC Survey Etude réalisée par Sarah CUNY, Charltte GARD, Mandana LATIFI, Camille

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

L'avenir de l'internet : vers une nouvelle ère?

L'avenir de l'internet : vers une nouvelle ère? L'avenir de l'internet : vers une nuvelle ère? Opprtuni6es and challenges f the future Internet The future f Web Mbile Alex Crenthin, Chair ISOC Senegal Chapter W3C, Senegal Bureau Explsin du Téléphne

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts Dssier Spécial Les 5 étapes pur vendre ACT! Apprendre à détecter un besin en Gestin de Cntacts Ce dssier à pur bjectif de vus aider à cmmercialiser ACT! auprès de vs clients et prspects. Nus allns vus

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC

ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC Marguerite Mendell, Université Cncrdia Nancy Neamtan, Chantier de l écnmie sciale Intrductin Au Québec, au curs de la dernière décennie, le muvement

Plus en détail

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 6 à 8 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les utils permettant de gérer

Plus en détail

INITIATION À LA TENUE DE LIVRE

INITIATION À LA TENUE DE LIVRE INITIATION À LA TENUE DE LIVRE POURQUOI TENIR DES REGISTRES COMPTABLES? Une bnne tenue des livres vus renseigne sur la situatin financière passée et actuelle de vtre entreprise. Une bnne tenue des livres

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS»

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» APS Frmatin 15 Rue de Ngent 51100 REIMS Tel : 03.26.82.84.84 / Fax : 03.26.82.58.23 www.apscnsult.fr CONTEXTE Dans l Entreprise, le rôle de l Expert-Cmptable

Plus en détail