22 LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "22 LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE"

Transcription

1 22 LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE A LES DIFFÉRENTES FORMES DE FINANCEMENT 1 L'ajustement des capacités et des besins de financement a) Capacités et besin de financement des agents en France 1. Le financement de l écnmie désigne l ensemble des mdalités par lesquelles les agents écnmiques se prcurent les fnds nécessaires à la réalisatin de leurs activités. 2. Pur financer leurs pératins d'investissement, de trésrerie et de placement, les agents écnmiques nt accumulé une épargne brute. L'épargne crrespnd à la partie du revenu qui n'est pas cnsmmée. Elle dépend : Du niveau du taux d'intérêt : pur les né-classiques, l'épargne est une fnctin crissante du taux d'intérêt qui est le prix du renncement à la cnsmmatin. Plus le taux d'intérêt réel est élevé, plus les agents écnmiques snt incités à épargner afin d'augmenter leurs revenus. Du niveau du revenu : pur Keynes, l'épargne est une fnctin crissante du revenu. En effet, en s'enrichissant, les ménages augmentent leur cnsmmatin mins rapidement que leur revenu. La prpensin marginale à épargner augmente. Le taux d'intérêt ne jue que sur le chix entre la mnnaie et les titres financiers. Les ménages nt une «préférence pur la liquidité» pur des mtifs de «transactin», de «précautin» et de «spéculatin». Le taux d'intérêt dit être très élevé pur qu'ils préfèrent les placements. Du niveau des prix : pur Pigu lrsque les prix augmentent, le puvir d'achat des encaisses mnétaire diminue. Les agents écnmiques vnt devir épargner pur maintenir le puvir d achat de leurs encaisses. Mais, si l'inflatin devient trp frte, les agents vnt accélérer leur cnsmmatin et fuir devant la mnnaie. 3. L épargne brute sert avant tut à financer l investissement. Cependant, si l investissement n épuise pas la ttalité de l épargne, les agents dispsent d une capacité de financement qu ils vnt puvir placer u thésauriser. L épargne brute a dnc tris utilisatins : L investissement : achat de biens d équipement et de cnstructin. Le placement : achat de titres financiers (actins, bligatins, sicav ) et placement dans des cmptes rémunérés (plan d épargne lgement, cmpte à terme ). Il s agit de l épargne financière. La thésaurisatin : avirs en mnnaie liquide (pièces, billets, cmpte curant dans une banque). Il s agit de l épargne mnétaire.

2 Taux d'intérêt Revenu Inflatin Epargne brute Capacité de financement Investissement = achat d'actifs physiques Placement = achat d'actifs financiers Thésaurisatin = achat d'actifs mnétaires 4. De ce pint de vue, les agents écnmiques ne snt pas dans la même situatin : Les entreprises et l Etat (depuis les années 1970), nt une épargne insuffisante pur financer leurs investissements. Ils nt un besin de financement. Ils divent truver des capitaux à l'extérieur. Pur les entreprises cela se manifeste par un taux d'autfinancement inférieur à 100%. Pur les administratins publiques cela se traduit par un déficit public. Les ménages et les institutins financières (Banques, cmpagnies d assurance, fnds de pensin ) dispsent d une épargne supérieure à leurs investissements. Ils nt une capacité de financement. Ils vnt puvir prêter les liquidités dnt ils dispsent en excédent : les fnds prêtables. Pur mettre en cntact les agents qui nt une capacité de financement et ceux qui nt un besin de financement, un circuit de financement va se mettre en place qui va faire intervenir les banques, les autres institutins financières et le marché des capitaux. Enfin, si cette épargne est insuffisante, le buclage du financement peut se faire par de nuveaux myens de paiements, résultant de la créatin mnétaire du système bancaire. 5. Glbalement, si les besins de financement des résidents snt supérieurs aux capacités des résidents, le pays vit au dessus de ses myens. La Natin a un besin de financement qui crrespnd à une balance des paiements curants déficitaire. Elle dit emprunter des capitaux au reste du mnde. Dans le cas cntraire, la Natin a une capacité de financement. Elle va investir, placer u prêter ses capitaux excédentaires dans le reste du mnde. b) Financement interne et financement externe 1. Cmment les agents écnmiques se prcurent-ils les capitaux dnt ils nt besin pur financer leurs achats de biens d'équipement durables, de bâtiment, de lgement ( investissement brut) et leurs achats d'actifs financiers (placement)? En premier lieu, ils vnt autfinancer leurs achats d'actifs c'est-à-dire utiliser leur épargne brute (bénéfice nn distribué des sciété, épargne accumulée des ménages). Ce financement interne n'est tutefis pas suffisant pur les entreprises et la administratins publiques qui nt des besins de financement car leurs investissements dépassent leur capacité d'épargne. En cnséquence, ils vnt recurir au financement externe c'est-à-dire au système financier qui est cmpsé des banques, des institutins de crédit et des marchés de capitaux. Ces institutins vnt mettre en cntact les agents qui dispsent de capacités de financement et ceux qui nt des besins de financement. Cette secnde surce de financement utilise deux types de canaux : Dans le financement externe direct, les agents écnmiques se rencntrent sur le marché des capitaux. Ceux qui nt des besins de financement émettent des titres de prpriété u de créance qui snt achetés par ceux qui nt des capacités de financement. Le prix de ces titres snt fixés à la rencntre de l'ffre et de la demande des fnds prêtables. Dans le financement externe intermédié u indirect, les banques cllectent les dépôts à curt et lng terme de ses clients qu'elles vnt prêter à ceux qui nt besin de capitaux. Cette mise à dispsitin de capitaux va être rémunérée par un intérêt qui est le prix de la mnnaie et du renncement à une utilisatin immédiate de cet argent.

3 2. Enfin, si ces fnds prêtables snt insuffisants pur financer les achats d'actifs des agents écnmiques, le buclage du financement peut se faire par de nuveaux myens de paiements, résultant de la créatin mnétaire du système bancaire (banque de secnd rang et banque centrale). RESSOURCES Financement interne Autfinancement EMPLOIS Epargne Brute des ménages des sciétés des administratins Financement externe Marchés de capitaux = finance directe Banques = finance intermédiée FBCF, Placement, Liquidités, des ménages des sciétés des administratins Créatin mnétaire 2 Le rôle des banques dans le financement a) Les différents types de banques 1. On a l'habitude de distinguer plusieurs types de banques à partir de leurs fnctins : Les banques de dépôt appelées encre banques cmmerciales u banques de détail recueillent les ressurces mnétaires de leurs clients pur les prêter à d'autres clients (ménages, PME...) qui en nt besin pur financer leurs activités écnmiques (achat de biens de cnsmmatin, achat de lgement, paiement des furnisseurs u des salariés, achat de biens d'équipement...). Les banques d'affaires, les banques de financement des investissements et les banques privées ne snt pas spécialisées dans la gestin des cmptes curants. Elles mettent en cntact leurs clients et les marchés financiers en ffrant des services spécialisées : Une banque d'affaires est une banque qui a un rôle d'intermédiaire dans les pératins financières : intrductin en burse, augmentatin de capital, placement d'emprunt, pératin de fusin-acquisitin... Elle ne prête quasiment pas. Elle a dnc des besins en capitaux prpres plus réduits que les banques cmmerciales. Par cntre, il peut lui arriver de prendre des participatins minritaires u majritaires dans des affaires industrielles u cmmerciales afin de les aider à se dévelpper et de réaliser à terme une plus value en recédant cette participatin. La banque de financement et d'investissement apprte des services sphistiqués à des grandes entreprises dans une lgique d'un sur mesure partiel u ttal. Elle ffre entre autres des services liés à l'accès aux marchés actins / bligataire/taux (émissin, transactin, cuverture..), aux cnseil en fusins et acquisitins, à l'accès aux financements bancaires plus u mins cmplexes... La banque privée est une banque qui se spécialise dans la gestin de frtune u de patrimine de clients frtunés à qui des prduits et des services spécifiques snt prpsés : déclaratin d'impôt, accès à des hedge funds (fnds spéculatifs) u fnds de private equity (fnds d'investissement), cnseils patrimniaux, cnseils pur l'achat d'œuvre d'art, architecture du patrimine persnnel, rganisatin des successins, etc. Seln les banques, le minimum d'actifs financiers liquides détenus permettant d'btenir des services de banque privée snt cmpris entre et Les banques universelles u glbales (Barclays, BNP Paribas, Citigrup ) snt des grands cnglmérats financiers regrupant les différents métiers des banques de détail, des banques de financement et d'investissement et des banques de gestin d'actifs. Aux Etats-Unis, le Glass-Steagall Act de 1933, a impsé une stricte séparatin entre les activités de banque de détail, qui reçit les dépôts et qui effectue des prêts et de banque d'investissement, qui réalise des pératins sur titres et valeurs mbilières. Battu en brèche depuis la dérèglementatin des marchés financiers américains le 1 er mai 1975, le Glass-Steagall Act a disparu en 1999 pur permettre la cnstitutin aux États-Unis de grandes banques universelles, cmme Citigrup.

4 b) Les activités des banques de dépôt 2. Dans le cas du financement externe indirect, les banques de dépôt vnt servir d'intermédiaire entre les prêteurs et les emprunteurs (intermédiatin bancaire). Elles cllectent l'épargne mnétaire et l'épargne financière des prêteurs et s'en servent pur financer les crédits aux emprunteurs. Le bénéfice de la banque est égal à la différence entre le taux d'intérêt versé aux prêteurs et celui demandé aux emprunteurs. L'intermédiatin bancaire Capitaux prêtés Capitaux empruntés Agents en capacité de financement Intérêts versés Banques de dépôts Intérêts perçus Agents en besin de financement Marge bénéficiaire 3. Les banques de dépôt nt dnc tris activités principales : Recevir les dépôts à vue et les dépôts à terme de leurs clients. Pur cela elles uvrent des cmptes curants à leurs clients (nn rémunérés en France), des livrets u des cmptes d'épargne qui snt rémunérés. La banque de dépôt sécurise la pssessin de mnnaie. Cependant, en cas de faillite, les clients ne recuvrernt pas la ttalité de leur dépôt. La relatin entre la banque et ses clients repse sur la cnfiance. Assurer la circulatin de la mnnaie ce qui suppse que les banques sient intercnnectées (tutes les banques nt un cmpte à la Banque centrale) pur cmpenser leurs créances et qu'elles ffrent des supprts à la circulatin de la mnnaie : chèques, cartes de crédit, virements, prélèvements autmatiques, distributeur autmatique de billets... Accrder des crédits à leurs clients à partir des dépôts qu'elles nt reçu et en créant de la mnnaie supplémentaire. Elles fnt tris types de crédit : Les crédits à curt terme (mins de 2 ans) : ils snt financés par de la créatin mnétaire lrsque les entreprises demandent des décuverts, u l'escmpte de leurs effets de cmmerce u un crédit de trésrerie, et lrsque les ménages btiennent des décuverts u demandent des crédits à la cnsmmatin. Seules les banques snt autrisées à créer de la mnnaie scripturale. Les crédits à myen terme (de 2 à 7 ans) : ils snt financés à partir des dépôts à vue et des dépôts à terme des clients des banques u des institutins financières spécialisées pur l'achat de biens d'équipement durables des entreprises et des ménages. Les crédits à lng terme (plus de 7 ans) : ils snt financés par la cllecte de l'épargne lngue par les banques et des établissements spécialisés pur l'achat d'installatins industrielles par les entreprises et de lgements par les ménages. Crédits accrdés par les établissements de crédit en France (en milliards d'eurs) Aux sciétés nn financières - Investissement 279,5 312,6 323,9 330,9 - Trésrerie 199,1 216,2 184,5 178,2 - Autres 234,7 252,9 260,9 266,8 Ttal 713,3 781,6 769,3 775,9 Aux ménages - Habitat 652,9 710,0 737,6 776,2 - Cnsmmatin 141,2 145,5 152,9 151,9 - Autres 83,0 84,7 84,2 87,0 Ttal 877,1 940,1 974, ,1 (Banque de France )

5 4. Ainsi, les banques de dépôt se livrent à une duble intermédiatin : Les établissements de crédits cllectent des fnds à curt terme pur les transfrmer en prêts à lng terme. Elles assument les risques que ne veulent pas prendre en charge les épargnants. Dans ce cas, il s agit d un financement indirect nn mnétaire. Les établissements de crédits cmpensent le manque d épargne par de la créatin mnétaire. Dans ce cas, les crédits fnt les dépôts c est-à-dire que c est la créatin de mnnaie scripturale qui abutit à la créatin du dépôt. Il s agit d un financement indirect mnétaire. c) Les activités des banques universelles 1. La banque universelle ajute aux fnctins des banques de dépôt des fnctins qui étaient celles des banques d'affaires u d'investissement : La banque participe aux émissins de titres des sciétés et des administratins publiques (augmentatin de capital, émissins d'bligatins, de titres de la dette publique) qu'elle va ensuite prpser à ses clients cmme placement. Elle fait dnc le lien entre les épargnants et le marché financier. Elle finance également le déficit public puisqu'elle achète les titres de la dette publique (bns du trésr, bligatins du trésr public...). La banque cnseille ses clients en matière de fusin-acquisitin, d'pératins de Burse, de gestin du patrimine, d'ptimisatin fiscale. La banque prduit dnc des services financiers de plus en plus sphistiqués pur répndre aux différents besins de leurs clients. La banque spécule sur les marchés financiers, c'est-à-dire qu'elle achète (u vend) des actifs pur les revendre (u acheter) à terme dans l'espir de réaliser une plus-value, pur le cmpte de ses clients qui nt pu lui emprunter une partie des capitaux u pur sn prpre cmpte (avec ses capitaux prpres). Cette activité de "trading" est devenue très imprtante pur les banques. Elle n'est pas exempte de cnflits d'intérêts car la banque dispse d'infrmatins cnfidentielles sur ses clients qu'elle peut utiliser pur spéculer pur sn prpre cmpte. 2. Pur effectuer tutes ces pératins, les banques universelles dispsent de tris types de ressurces : Les dépôts à vue et à terme de ses clients ; Les capitaux prpres, c'est-à-dire les capitaux apprtés par les prpriétaires et les bénéfices accumulés ; Les capitaux empruntés par les banques qui émettent des titres à curt terme (certificats de dépôt) u à lng terme (bligatins) pur augmenter leurs fnds prêtables. Les activités de la banque universelle Dépôts des clients Fnds prpres Emprunts Banque universelle Crédits Gestin de la mnnaie Participatin aux émissins de titres Participatin aux fusins Spéculatin Agents écnmiques Marchés de capitaux 3. La banque universelle tire tris types de revenus de ses activités : Les intérêts nets qu'elle perçit pur les crédits qu'elle accrde à ses clients une fis déduit les intérêts versés à leurs clients qui nt dépsé leur agent dans des livrets u des cmptes d'épargne. Les cmmissins bancaires qui représentent le prix des services rendus pur la gestin de la mnnaie (carte bancaire, virement...), pur la gestin des prtefeuilles financiers (cmmissin de curtage), pur les émissins de titres et pur les cnseils financiers dnnés à leurs clients. Les plus-value réalisées dans les pératins d'achats et de vente de titres. 4. La banque universelle est dnc une banque aux activités diversifiée qui semble plus slide parce qu'elle peut cmpenser des pertes éventuelles dans un secteur par les gains des autres secteurs. Ses ressurces et ses revenus snt diversifiés.

6 5. Cependant, pur que le système bancaire fnctinne, il faut qu'il ait la cnfiance de ses clients qui lui nt cnfié leur fnds. C'est la raisn pur laquelle les banques snt encadrées par une réglementatin bancaire (Ministère de l'écnmie et des finances) et des institutins de cntrôle (Banque de France, Cmmissin bancaire, Autrité des marché financiers...) qui snt chargées de dnner l'agrément pur l'activité bancaire et le cntrôle du respect de la réglementatin. Ainsi, tut établissement de crédit dit adhérer au Fnds de Garantie des Dépôts et des Titres. En cas de faillite d'une banque, les dépôts des clients snt rembursés dans une limite de Les titres (actins, bligatins, parts de SICAV et de FCP) bénéficient du même niveau de garantie. 3 Le rôle des marchés de capitaux dans le financement 1. Sur le marché des capitaux, l'emprunteur et le prêteur de capitaux snt en relatin directe, même si les banques servent, la plupart du temps, d intermédiaire. L'emprunteur émet des titres que le prêteur va acheter en fnctin de sn rendement (le taux d'intérêt, le dividende, la plus-value ptentielle) et de sa sécurité. Les agents, qui émettent ces titres, btiennent ainsi des capitaux qui vnt financer leurs activités écnmiques. On distingue deux grands marchés de capitaux : le marché mnétaire et le marché financier. Le fnctinnement du marché des capitaux Capacités de financement des agents Offre de capitaux Achat de titres Marché primaire de capitaux Demande de capitaux Emissin de titres Besins de financement des agents Flux réels Flux mnétaires Taux d'intérêt a) Le rôle du marché mnétaire 2. Le marché mnétaire est le marché des capitaux à curt (mins de 2 ans) et à myen terme (2 à 7 ans). Il cmprend deux marchés : Le marché interbancaire est réservé aux banques, qui s'échangent leurs avirs en mnnaie banque centrale. Certaines banques dispsent mmentanément de liquidités et d'autres nt besin pur être en règle de liquidités. L'essentiel des échanges prte dnc sur des prêts de mnnaie banque centrale au jur le jur u pur des durées assez curtes. L'équilibre entre l'ffre et la demande détermine le «lyer de l'argent» appelé taux d'intérêt interbancaire (l'enia pur le taux au jur le jur et l'euribr pur le taux myen mensuel dans la zne eur), taux d'intérêt à partir duquel les banques vnt fixer les taux des différents crédits qu'elles cnsentent, en y ajutant une marge dnt l'imprtance varie seln la nature des prêts, leur durée et la qualité de la signature. La Banque centrale encadre ce marché en furnissant de la mnnaie centrale aux banques myennant des taux d interventin de la Banque centrale qui snt des taux d intérêt fixés arbitrairement en fnctin de sa plitique mnétaire. Le marché des titres mnétaires négciables est uvert à tus les agents mais le mntant minimum des titres est élevé. Depuis 1986, les agents échangent de gré à gré des titres à curt terme : les certificats de dépôts émis par les Banques, les billets de trésrerie émis par les entreprises et les bns du trésr négciables émis par l'etat. Les cnfrntatins entre les ffres et les demandes de ces titres déterminent le taux d'intérêt du marché mnétaire. Marché des capitaux Marché mnétaire Marché financier Marché interbancaire Marché des titres mnétaires Marché primaire Marché secndaire Mnnaie centrale Titres à curt terme Titres neufs à lng terme Titres anciens à lng terme

7 b) Le rôle du marché financier 3. Le marché financier est le marché des fnds prêtables à lng terme (+ de 7 ans). Les capitaux snt initialement btenus cntre l émissin de titres sur le marché primaire, puis ces titres fnt l bjet de reventes sur le marché secndaire ù leurs curs varient qutidiennement en fnctin des ffres et des demandes dnt ils fnt l bjet. Le marché primaire crrespnd à l'émissin de titres nuveaux, à lng terme, par les entreprises u par l'etat. Il cmprend le marché fficiel réservé aux grandes entreprises, le secnd marché réservé au PME et le nuveau marché réservé aux entreprises situées sur de nuveaux secteurs technlgiques. On peut distinguer tris types d émissins : L'émissin d'actins nuvelles qui permet aux sciétés d'augmenter leurs fnds prpres (augmentatin de capital). Ces nuveaux capitaux snt quasi-gratuits pur l'entreprise (elle ne s'endette pas) mais ils remettent en cause la structure de la prpriété du capital. En effet, l'actin est un titre de prpriété qui dnne drit à une participatin indirecte à la gestin de la sciété (drit de vte) et à une partie du bénéfice distribué (le dividende) et à une éventuelle plus-value si elle est revendue plus chère qu'elle n'a été achetée. L'actin est un titre risqué car les bénéfices snt variables, sn prix de revente peut fluctuer frtement et elle peut être perdue en cas de faillite de la sciété. L'émissin d'bligatins nuvelles par les entreprises u par l'etat crrespnd à un endettement à lng terme. L'bligatin est un titre de créance (recnnaissance de dette), qui dnne drit à rembursement de la valeur nminale à échéance et à un taux d'intérêt fixe u variable. C'est sur ce marché bligataire qu'est déterminé le taux d'intérêt à lng terme. L'émissin de prduits cllectifs (SICAV, FCP) par les banques qui recueillent des fnds pur gérer un prtefeuille de titres financiers à la place de l'épargnant. Ces prduits financiers prennent la frme de parts qui représentent une partie du prtefeuille financier de la SICAV (sciété) u du FCP (cprpriété). Le marché secndaire crrespnd au marché de l'ccasin. Les agents vendent et achètent des titres anciens. C est dnc sur ce marché secndaire que varient les prix des valeurs mbilières, appelés curs. Ces curs peuvent alrs s écarter cnsidérablement du curs d émissin fixé par l émetteur de valeur mbilières (marché primaires). Sur le marché secndaire, qui crrespnd au terme de «Burse», l émetteur n intervient plus (sauf s il suhaite racheter ses prpres actins) puisque seules les ffres et les demandes de titres déterminent les curs. Le curs des actins et des bligatins varient tus les jurs en fnctin de l'ffre et de la demande en fnctin d'un certain nmbre de variables (prévisin de prfits, annnce des résultats...). MARCHE MONETAIRE MARCHE FINANCIER Marchés... Interbancaire Titres mnétaires Primaire Secndaire Titres échangés - Mnnaie centrale - Billets de trésrerie - Certificats de dépôt - Bns du trésr - Actins - Obligatins - Actins - Obligatins Revenus des titres - Intérêt à curt terme - Intérêt à curt terme - Intérêt à lng terme - Dividende - Plus u mins value Agents sur le marché - Banques - Banque centrale - Grandes entreprises - Banques - Etat - Sciétés - Petits épargnants - Zinzins 1 - Etat - Sciétés - Petits épargnants - Zinzins - Etat Zinzins 1 = investisseurs institutinnels (banques, assurances, fnds de pensin, fnds d'investissement...). 4. Les agents sur les marchés financiers snt différents par leur statut et par leur mtivatin : Les entreprises recherchent des capitaux et des actinnaires stables et achètent des actins pur cntrôler d'autres sciétés sit sus la frme de prise de participatin sit sus la frme de filiales sit sus la frme de fusins (rôle des OPA, OPE...). Les investisseurs institutinnels (les «zinzins») snt sit des banques, sit des cmpagnies d'assurance, sit des fnds de pensin, sit des «hedge funds» (fnds spéculatifs) qui achètent des titres financiers pur enrichir le capital qui leur a été cnfié par les épargnants pur la retraite, pur l'assurance vie... Ils prennent des risques à leur place et cherchent le rendement maximum. Ils peuvent intervenir directement dans la gestin des firmes pur qu'elles augmentent leurs bénéfices distribués. Les épargnants (les «petits prteurs») recherchent avant tut le dividende et la plus-value que peuvent prcurer les actins sans s'immiscer dans la gestin de la sciété.

8 4 De l'écnmie d'endettement à une écnmie des marchés financiers a) L'écnmie d'endettement avant les années L écnmiste britannique Hicks a distingué, dans les années 1970, deux types d écnmie en matière de financement : l écnmie d endettement et l écnmie de marché de capitaux. 2. On parle d'écnmie d'endettement lrsque le financement repse sur les crédits bancaires et sur l'interventin, en dernier ressrt, de la Banque centrale qui impse ses taux d'intérêt administrés. Dans ce système, les banques cmmerciales et la Banque Centrale du pays assume pleinement un rôle de financement de l écnmie. En France, l écnmie d endettement a dminé des années 1960 aux années Cette situatin s'expliquait pur différentes raisns : Les prfits nn distribués étaient insuffisants pur prendre en charge la frte crissance des investissements des «Trente glrieuses». Cette faiblesse de l autfinancement (les prfits nn distribués ne finançaient qu'entre 40 et 60% des investissements à cette épque) impliquait le recurs à l emprunt. Taux de marge, taux d'autfinancement et taux d'investissement des sciétés nn financières depuis 1949 (en %) A cette épque, les ménages nt une frte épargne qu ils placent dans les banques d une part parce qu ils nt une cnfiance limitée dans la Burse et d autre part parce que les banques, qui appartiennent à l Etat, dévelppent leurs réseaux pur attirer la clientèle. Les banques furnissent l essentiel du financement externe indirect par des prêts à lng terme aux entreprises. En cnséquence, elles snt suvent bligées de se refinancer à la Banque centrale dnt les taux d intérêt dépendent de la plitique mnétaire de l Etat. L Etat peut ainsi pilter indirectement l rientatin des investissements publics et privés en prenant à sa charge une partie des intérêts que divent payer les entreprises qu il veut encurager. Après la secnde guerre mndiale, l Etat français a décidé de remettre de l rdre dans l écnmie française et crdnne l ensemble par la natinalisatin des quatre grandes banques pur créer un réseau cmmun de financement. Le Trésr Public va ainsi devenir le financier principal de l écnmie en s appuyant sur les banques natinalisées. Il lui suffit de subventinner les taux d'intérêt pur en abaisser le cûts pur les secteurs d'activités qu'il veut prmuvir. 3. Cette péride est relativement inflatinniste car le financement de l'écnmie repse en partie sur une créatin de mnnaie supérieure à l'augmentatin en valeur du PIB. b) L'écnmie de marchés financiers à partir des années A partir des années 80, les entreprises, les ménages et l'etat nt eu de plus en plus recurs aux marchés de capitaux avec ses taux d'intérêt flexibles. On est entré dans une écnmie de marchés financiers. Cette mntée de la finance externe directe s'est traduite par une désintermédiatin bancaire. En 1978, le crédit bancaire représentait près de 40% du ttal du financement externe des entreprises et l'émissin d'actin seulement 30%. En 2009, ces parts snt respectivement de 25% pur l'intermédiatin bancaire et de 55% pur les marchés financiers. Ceci s'explique :

9 Surces de financement externe des entreprises françaises (en %) Par la vlnté de l'etat de déréglementer les marchés de capitaux pur en faciliter l accès et puvir emprunter à mindre cût pur financer sn déficit budgétaire crissant en émettant des bns du trésr sur le marché mnétaire et des bligatins du trésr sur marché financier. On a eu tris types de réfrmes capitales dans les années 1980, plus précisément après 1983, qui nt mdifié le système de financement de l écnmie française rapidement. C est ce qu n appelle la règle des 3D : dérèglementatin : mins de cntrôles exercés sur les banques qui divent plus béir à la régulatin du marché qu'à la réglementatin étatique ce qui ne signifie pas que cette dernière a ttalement disparu ; déclisnnement : mins de limites entre les différents types de marchés, mnétaires et financiers ntamment car les agents écnmiques peuvent accéder au marché mnétaire autrefis réservé aux banques et parce que les nuveaux titres émis (Titres mnétaires, SICAV, FCP...) fnt la jnctin entre le curt et le lng terme. désintermédiatin : n incite les entreprises, ntamment par la fiscalité, à se financer par le biais d autres surces de financement que les banques. Ces tris types de réfrmes incitent les secteurs institutinnels à chercher sur le marché financier leur surce de financement car ce dernier est plus adaptable à leurs besins. Par la vlnté des entreprises d emprunter à mindre cût sit en émettant des actins, sit en émettant des bligatins dnt le taux d intérêt à lng terme était inférieur au taux d intérêt bancaire. Par la vlnté des épargnants de se prtéger de l inflatin en plaçant leur épargne à la Burse dnt les rendements (dividendes et plus value pur les actins, taux d intérêt à lng terme pur les bligatins) snt supérieurs au rendement des placements bancaires. Evlutin des curs du CAC40 1 à la Burse de Paris (en pints) CAC40 1 = Ctatin assistée en cntinu des actins des 40 premières sciétés de la place bursière Par la vlnté des banques de se rérienter vers les marchés de capitaux sit pur placer leurs liquidités sit pur emprunter à mindre cût des ressurces mnétaires, sit pur servir d'intermédiaire entre ces marchés et leurs clients. Les banques nt ainsi pu cmpenser la baisse relative des revenus qu elles tiraient des crédits.

10 2. Cependant, cette ppsitin entre finance directe et finance indirecte est un peu artificielle. D'une part, les banques interviennent fréquemment sur les marchés de capitaux ù elles cntinuent leur rôle d'intermédiatin d'une autre façn. D'autre part, les ménages et les entreprises, en particulier les PME ne peuvent se passer des banques pur se financer car ils n'nt pas accès aux émissins de titres. Enfin, les crises récurrentes des marchés financiers (la Burse française n'a tujurs pas retruvé sn niveau de 2000 prche des pints), qui se snt traduites par une baisse très imprtante de la valeur des titres, nt déturnés les épargnants de ces marchés au prfit des placements bancaires u des investissements immbiliers.

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises Assurance vie Résumé chapitre 8 Assurance vie pur entreprises Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. Les entreprises

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

LES DEPRECIATIONS DES TITRES. Evaluation des dépréciations relatives aux titres selon leur catégorie. Notion de plus-value et de moins-value latente.

LES DEPRECIATIONS DES TITRES. Evaluation des dépréciations relatives aux titres selon leur catégorie. Notion de plus-value et de moins-value latente. LES DEPRECIATIONS DES TITRES Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Evaluatin des dépréciatins relatives aux titres seln leur catégrie. Ntin de plus-value et de mins-value latente. Ajustement des dépréciatins

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

LE BILAN. maîtriser les principes de fonctionnement des comptes de bilan.

LE BILAN. maîtriser les principes de fonctionnement des comptes de bilan. LE BILAN Objectif(s) : être capable : Pré-requis : Mdalités : d'établir un bilan simplifié, d'évaluer le résultat de l'exercice. maîtriser les principes de fnctinnement des cmptes de bilan. rubriques du

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit Attentin : Tus prêteurs L infrmatin pur tutes les persnnes enregistrées en vertu de la Li sur la cmmunicatin du cût du crédit Cmmissin des services financiers et des services aux cnsmmateurs Divisin des

Plus en détail

Bulletin droit immobilier et marches des capitaux. La Société de Placement Hypothécaire - un prêteur alternatif. Introduction

Bulletin droit immobilier et marches des capitaux. La Société de Placement Hypothécaire - un prêteur alternatif. Introduction mars 2014 Bulletin drit immbilier et marches des capitaux La Sciété de Placement Hypthécaire - un prêteur alternatif Intrductin En 1973, le guvernement fédéral intrduisait des mesures visant à stimuler

Plus en détail

Module 10 : Résumé Planification financière

Module 10 : Résumé Planification financière Mdule 10 : Résumé Planificatin financière Ce mdule examine les principaux éléments du prcessus de planificatin financière et évalue les bjectifs et les avantages de la planificatin financière. Vus apprenez

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Solevia patrimoine EN BREF

Solevia patrimoine EN BREF Slevia patrimine Chercher à valriser vtre patrimine, cmpléter vs revenus u encre ptimiser vtre transmissin avec slevia patrimine. EN BREF Slévia patrimine est un cntrat d assurance vie de type multisupprt

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES LES PROVISIONS Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Distinctin et classificatin des différentes prvisins, Objectif des prvisins pur risques et charges, Caractéristiques et traitements cmptables. Classificatin

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE Parce qu'elle est une chance pur l'écnmie française, la reprise tient une place essentielle sur les plans micr et macrécnmique. Bien utilisée, elle est une méthde

Plus en détail

LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE

LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE mars 2014 LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE La li n 2014-366 du 24 mars 2014 pur l accès au lgement et un urbanisme rénvé (ALUR) est parue

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Addendum belge au prspectus d émissin ADDENDUM DE JUILLET 2010 AU PROSPECTUS D AVRIL 2010 ABERDEEN GLOBAL Sciété d investissement à capital variable de drit luxemburgeis à cmpartiments multiples cnfrme

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

Module 9 : Résumé Introduction aux instruments dérivés

Module 9 : Résumé Introduction aux instruments dérivés Mdule 9 : Résumé Intrductin aux instruments dérivés Ce mdule intrduit les instruments dérivés, qui snt des titres dnt la valeur dépend directement de la valeur d un actif sus-jacent. Il abrde certains

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

LE TABLEAU DE RESULTAT LES COMPTES DE GESTION. classer les charges et les produits selon leur nature, déterminer le résultat de l'exercice.

LE TABLEAU DE RESULTAT LES COMPTES DE GESTION. classer les charges et les produits selon leur nature, déterminer le résultat de l'exercice. LE TABLEAU DE RESULTAT LES COMPTES DE GESTION Objectif(s) : être capable de : Pré-requis : Mdalités : classer les charges et les prduits seln leur nature, déterminer le résultat de l'exercice. cnnaissance

Plus en détail

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M 28-02-2007 Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M Chiffre d affaires : 36,3 M en hausse de 71% Résultat net de 12% du

Plus en détail

13 QUEL EST LE RÔLE ECONOMIQUE DES BANQUES? A Quelles sont les fonctions d'une banque?

13 QUEL EST LE RÔLE ECONOMIQUE DES BANQUES? A Quelles sont les fonctions d'une banque? 13 QUEL EST LE RÔLE ECONOMIQUE DES BANQUES? A Quelles sont les fonctions d'une banque? a) Les différents types de banques 1. On a l'habitude de distinguer plusieurs types de banques à partir de leurs fonctions

Plus en détail

LA BOURSE DE TORONTO À LA TRAÎNE : ÉCART DE 20 % EN 18 MOIS

LA BOURSE DE TORONTO À LA TRAÎNE : ÉCART DE 20 % EN 18 MOIS Après un départ cann des marchés bursiers au premier trimestre, les prblèmes en Eurpe nt refait surface et accru l incertitude quant à la vigueur de la reprise écnmique. Au trimestre suivant, l ensemble

Plus en détail

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 Paris, le 13 nvembre 2013 NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 NEW DEAL, UN PLAN DE TRANSFORMATION REUSSI : UNE ENTREPRISE RENTABLE ET SOLIDE FINANCIEREMENT AVEC DES FRANCHISES FORTES NEW FRONTIER,

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172)

MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172) . MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172) Part du fnds : «Classique» Objectifs et plitique d investissement : Prfil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé, Rendement

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Canada stratégie d investissement 1

Canada stratégie d investissement 1 Canada stratégie d investissement 1 A. Stratégie d investissement glbale Aperçu général Le guvernement du Canada placera un accent renuvelé sur l écnmie, surtut en ce qui cncerne l investissement dans

Plus en détail

B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT

B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT B.T.S. NÉGOCIATION RELATION CLIENT A) INTRODUCTION Le technicien supérieur négciatin relatin client est un vendeur - manageur cmmercial qui gère la relatin client dans sa glbalité, de la prspectin jusqu'à

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation.

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation. N Titre LCH.Clearnet SA Instructin V.4-1 COUVERTURES DES TRANSACTIONS DE PENSIONS LIVREES TRIPARTITES (Méthde de calcul des Cuvertures) CHAPITRE 1 CHAMP D APPLICATION Article 1 Dispsitins générales Dans

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

L introduction de la société anonyme au Congo: état actuel et perspectives

L introduction de la société anonyme au Congo: état actuel et perspectives L intrductin de la sciété annyme au Cng: état actuel et perspectives "La gestin des sciétés annymes, leurs financement, et l appel public à l épargne dans la zne OHADA" Andreas Van Impe 10 avril 2013 -

Plus en détail

RET - QCM Comptabilité eval compta 02

RET - QCM Comptabilité eval compta 02 RET_evalcmpta_02_QCM.dc RET - QCM Cmptabilité eval cmpta 02 1. Questins Branche de la cmptabilité rientée vers l'infrmatin externe des différents agents écnmiques, partenaires de l'entreprise, avec lesquels

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Mars 2011 COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Prtcle relatif aux cndminiums et aux cpératives de lgement en Ontari Les étapes suivantes ne snt que

Plus en détail

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois Résultats du Grupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pur les 9 premiers mis Retur à la rentabilité de Natixis et du Grupe BPCE au 3 e trimestre : Bénéfice net de 447 millins d eurs Bnnes perfrmances pératinnelles

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA SOUS-TRAITANCE DES OPÉRATIONS PAR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

ENQUÊTE SUR LA SOUS-TRAITANCE DES OPÉRATIONS PAR LES SOCIÉTÉS DE GESTION 1 ENQUÊTE SUR LA SOUS-TRAITANCE DES OPÉRATIONS PAR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Restitutin finale des résultats de l étude réalisée par Ailancy dans le cadre de l AGEFI AMtech day 2014 Nvembre 2014 EN SYNTHÈSE

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

FIN-INTER-03 LE MARCHE DES CHANGES. Identifier les acteurs du marché des changes. Comprendre le fonctionnement des outils du marché des changes.

FIN-INTER-03 LE MARCHE DES CHANGES. Identifier les acteurs du marché des changes. Comprendre le fonctionnement des outils du marché des changes. FIN-INTER-03 LE MARCHE DES CHANGES Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 5 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les acteurs du marché des changes. Cmprendre le

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

LE BUDGET DES CHARGES DE PERSONNEL. Elaboration du budget des charges de personnel. Notions sur les règles de calcul des rémunérations.

LE BUDGET DES CHARGES DE PERSONNEL. Elaboration du budget des charges de personnel. Notions sur les règles de calcul des rémunérations. LE BUDGET DES CHARGES DE PERSONNEL Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Elabratin du budget des charges de persnnel. Ntins sur les règles de calcul des rémunératins. Principes, Synthèse, Applicatin. TABLE

Plus en détail

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE AVEC LE FONDS SÉCURITÉ PIERRE EURO : >> un investissement en immbilier avec une garantie permanente en capital, assrtie d une perspective de rendement particulièrement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CARTES CADEAUX KYRIELLES RESERVEES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CARTES CADEAUX KYRIELLES RESERVEES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES 1 / Définitins Dans le cadre des présentes Cnditins Générales, les Parties cnviennent de ce que chacun des termes et expressins figurant ci-dessus aura la significatin dnnée dans sa définitin, dès lrs

Plus en détail

Les solutions de paie et de gestion du personnel : du logiciel à l extermalisation

Les solutions de paie et de gestion du personnel : du logiciel à l extermalisation Les slutins de paie et de gestin du persnnel : du lgiciel à l extermalisatin Smmaire La gestin des ressurces humaines pur les PME 1. Intrductin 2. Le lgiciel 3. La paie manuelle 4. L expert cmptable 5.

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale

Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusion sociale Les milieux d accueil de la petite enfance et leurs travailleurs créateurs de lien et vecteurs essentiels d inclusin sciale De nmbreuses familles vivent en Belgique des situatins de pauvreté, de précarité

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015 pininway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Nte de synthèse Octbre 2015 Vs cntacts chez OpininWay : Frédéric Micheau Directeur des études d pinin Directeur de département 15, place

Plus en détail

LES HOTELS DE PARIS Société Anonyme au capital de 10.000.000 euros Siège social : 20, avenue Jules Janin 75116 PARIS 388 083 016 RCS PARIS

LES HOTELS DE PARIS Société Anonyme au capital de 10.000.000 euros Siège social : 20, avenue Jules Janin 75116 PARIS 388 083 016 RCS PARIS LES HOTELS DE PARIS Sciété Annyme au capital de 10.000.000 eurs Siège scial : 20, avenue Jules Janin 75116 PARIS 388 083 016 RCS PARIS RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Les dossiers de FO RÉSIDENCE PRINCIPALE. Prêts soumis à conditions de revenus : o Critères d attribution :

Les dossiers de FO RÉSIDENCE PRINCIPALE. Prêts soumis à conditions de revenus : o Critères d attribution : Les dssiers de FO Maj septembre 2013 RÉSIDENCE PRINCIPALE Prêts sumis à cnditins de revenus : Critères d attributin : Salarié sus cntrat à durée indéterminée dnt l'ancienneté minimale est de 1 an, en vue

Plus en détail

Administrateur système www.ofppt.info

Administrateur système www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Frmatin Prfessinnelle et de la Prmtin du Travail Administrateur système www.fppt.inf DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Administrateur système.dc

Plus en détail

Le concept de qualité chez un gérant de fonds

Le concept de qualité chez un gérant de fonds Le cncept de qualité chez un gérant de fnds Page 1 f 6 Le cncept de qualité, pur les prduits financiers en général et les fnds en particulier, est difficile à appréhender. La qualité, au sens des nrmes

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG

PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG 1 1- LES CHIFFRES Aujurd hui, 82 000 bagages snt perdus chaque jur dans le mnde, 13 % ne snt jamais retruvés. La première cause de perte est due aux étiquettes arrachées.

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

Les modifications en matière fiscale et sécurité sociale pour 2013

Les modifications en matière fiscale et sécurité sociale pour 2013 PKF Weber & Bntemps Les mdificatins en matière fiscale et sécurité sciale pur 2013 Le 21 février 2013 SOMMAIRE I. Nuveautés fiscales A. Accentuatin de la pressin fiscale B. Cmment y faire face? - Mise

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

TALI (Traitement adapté des Impayés de Loyers)

TALI (Traitement adapté des Impayés de Loyers) TALI (Traitement adapté des Impayés de Lyers) Evlutin du traitement amiable Cahier des charges 1 Cnstat 1 ère versin... 2 2 Evlutin 2 nde versin... 2 2.1 Cntexte 2 2.2 Les acteurs et leurs rôles 2 2.3

Plus en détail

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE Le cntrat d assurance vie le plus innvant de l année 2012 * AVEC LE FONDS SÉCURITÉ PIERRE EURO : >> un investissement en immbilier avec une garantie permanente

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT

CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT Faire u accepter des cadeaux d'entreprise et des prpsitins de divertissement

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

Résumé chapitre 1 Cadre fiscal

Résumé chapitre 1 Cadre fiscal Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 1 Cadre fiscal Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d

Plus en détail

La modélisation du risque de crédit dans le cas de portefeuilles «low default»

La modélisation du risque de crédit dans le cas de portefeuilles «low default» ARTICLE METHODOLOGIQUE La mdélisatin du risque de crédit dans le cas de prtefeuilles «lw default» Ex : financements dédiés aux cllectivités lcales et territriales, aux grands crprates, à une clientèle

Plus en détail

Biens sans maitre / Biens abandonnés

Biens sans maitre / Biens abandonnés Biens sans maitre / Biens abandnnés Bases juridiques Biens abandnnés : CGCT : L.2243-1 à L.2243-4 Biens sans maître et vacants : Cde civil : art.713 / CGPPP : L.1123-1 et suivants / Circulaire du 8.3.06

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012 EXERCICE BENEFICIAIRE, SOLIDES PERSPECTIVES DE DEVELOPMENT DES PROJETS PRINCIPAUX CHIFFRES

RESULTATS ANNUELS 2012 EXERCICE BENEFICIAIRE, SOLIDES PERSPECTIVES DE DEVELOPMENT DES PROJETS PRINCIPAUX CHIFFRES Cmmuniqué de Presse Paris, le 17 avril 2013 RESULTATS ANNUELS 2012 EXERCICE BENEFICIAIRE, SOLIDES PERSPECTIVES DE DEVELOPMENT DES PROJETS PRINCIPAUX CHIFFRES 2012 2011 Var. % Chiffre d Affaires net (m

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

Sommaire. A) Le créateur... p. 3 B) L entreprise... p. 5

Sommaire. A) Le créateur... p. 3 B) L entreprise... p. 5 Smmaire I) Présentatin du créateur et de sn entreprise... p. 3 A) Le créateur... p. 3 B) L entreprise... p. 5 II) Le prjet... p. 5 A) Descriptin du prjet... p. 5 B) Origine du prjet... p. 5 C) Le prduit/le

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE. Votre dispositif d épargne salariale : Epargne salariale Groupe GDFSUEZ. Epargne Salariale éventuelle suivant les entités COFELYINO

EPARGNE SALARIALE. Votre dispositif d épargne salariale : Epargne salariale Groupe GDFSUEZ. Epargne Salariale éventuelle suivant les entités COFELYINO EPARGNE SALARIALE Les plans d épargne salariale snt des dispsitifs cllectifs d épargne salariale facultatifs. Ils permettent aux salariés de se cnstituer une épargne à myen (PEG) u à lng terme (PERCO).

Plus en détail

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 6 à 8 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les utils permettant de gérer

Plus en détail

Demande d allocation supplémentaire d invalidité

Demande d allocation supplémentaire d invalidité Demande d allcatin supplémentaire d invalidité Ntice explicative Cette ntice a été réalisée pur vus aider à cmpléter vtre demande. Imprimé prvisire Réf. 05/2015 Demande d allcatin supplémentaire d invalidité

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE Le cntrat d assurance vie le plus innvant de l année 2012 * Avec le fnds Sécurité Pierre Eur : >> un investissement en immbilier avec une garantie permanente

Plus en détail

Comment s impliquer dans un projet éolien?

Comment s impliquer dans un projet éolien? Cmment s impliquer dans un prjet élien? Implicatin lcale dans l'élien - Attert 1 élien participatif : implicatin des cityens Cmment s impliquer? S infrmer : Le plus en amnt pssible RIP, enquête publique,

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

SESP 1170 - Comptabilité Résumé du cours

SESP 1170 - Comptabilité Résumé du cours SESP 1170 - Cmptabilité Résumé du curs Définitin : Système d infrmatin, instrument de mdélisatin et représentatin des pératins effectuées par les rganisatins. => Large éventail d utilisateurs. Cmptes annuels

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Infrmatins financières Prgramme d entreprise 2012-2014 Rueil-Malmaisn (France), le 22 février 2012 tient aujurd hui une cnférence avec les investisseurs financiers à Paris, au curs de laquelle, Jean-Pascal

Plus en détail

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation DSPR-DIR-02-01 Manuel de gestin Directive et prcédure : Expéditeur : Persnnel visé : Respnsable de sa mise en applicatin : Directin des services prfessinnels et de réadaptatin Persnnel du CR La Myriade

Plus en détail

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage . Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pur les vlntaires en recherche et sauvetage Objectif De furnir aux assciatins réginales de la GCAC des directives pur déterminer, enregistrer

Plus en détail

Rapport spécial. relatif au contrôle du secrétariat de la médiateure

Rapport spécial. relatif au contrôle du secrétariat de la médiateure Rapprt spécial relatif au cntrôle du secrétariat de la médiateure Table des matières I. LES CONSTATATIONS ET RECOMMANDATIONS DE LA COUR DES COMPTES...5 1. PRÉSENTATION DU CONTRÔLE DE LA COUR...5 1.1.

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail