Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005"

Transcription

1 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

2 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection et évaluation quantitative des produits Module 3, Ed Vreeke "Combattre le VIH/SIDA: Guide à l intention des responsables de la passation des marchés de médicaments et produits connexes" Banque Mondiale, 2004

3 Sélection et Évaluation Quantitative Objectifs du Module Examiner les processus de sélection et d évaluation quantitative des médicaments adaptés à des contextes changeant rapidement. Explorer les méthodes pour évaluer les besoins quantitatifs en médicaments et produits pour le traitement antirétroviral.

4 Objectifs cliniques Objectifs thérapeutiques Femmes enceintes Infections opportunistes Traitement de première intention Traitement de deuxième intention 1. Quel traitement est optimal pour quel groupe de patients et quand commencer 2. Quels produits sont nécessaires pour ces traitements Travailleurs de la santé Adultes ou adolescents Traitement de groupes spéciaux Traitement PPE (prophylaxie post-exposition) 3. Quantité du produit choisi Méthode de consommation Méthode de consommation ajustée Méthode de la morbidité

5 Sélection et Évaluation Quantitative Plan de la Présentation Rappel sur les principes du traitement du VIH/SIDA Éléments fondamentaux et les objectifs Traitement des infections par le VIH dans divers groupes de population. Traitement des infections opportunistes (IO). Éléments fondamentaux du processus de sélection des médicaments. Évaluation quantitative des produits Principes clés de l évaluation quantitative. Méthodes d évaluation quantitative.

6 Sélection et Évaluation Quantitative Principes sur le Traitement du VIH/SIDA

7 Principe Fondamental du Traitement du VIH/SIDA Réduire la charge virale du plasma le plus possible et le plus longtemps possible.

8 Éléments Fondamentaux du Traitement contre le VIH/SIDA Utilisation des antirétroviraux (ARV) pour prévenir la reproduction du virus du VIH dans les cellules. Traitement des infections opportunistes entraînées par un système immunitaire affaibli. Suivi, évaluation et adaptation du traitement pour prévenir la résistance aux médicaments et pour maximiser les effets du Traitement Antirétroviral (TAR).

9 Six objectifs thérapeutiques du traitement du VIH/SIDA 1. Réduction de la morbidité et de la mortalité liées au VIH. 2. Amélioration de la qualité de vie. 3. Rétablissement et préservation des fonctions immunologiques. 4. Suppression maximale et durable de la reproduction virale. 5. Réduction du besoin d intervention et d aide médicale. 6. Prévention et réduction des souches résistantes aux médicaments contre le VIH et les infections opportunistes.

10 Conditions Préalables au Traitement Appui social adéquat et un dispensateur de soins au patient Ravitaillement adéquat en nourriture. Établissement de santé adéquat à proximité Éducation appropriée du patient sur l adhésion au traitement et les effets secondaires Disponibilité d essais adéquats et de suivi.

11 Sélection et Évaluation Quantitative Traitement des Infections par le VIH dans Divers Groupes de Population

12 Traitement des infections par le VIH dans divers groupes de population Adultes et adolescents Femmes enceintes ou femmes en âge de procréer Enfants Travailleurs de la santé et des services d urgence (exposition professionnelle) Victimes d agression sexuelle ou d agression quelconque. Personnes atteintes de co-infection: tuberculose et VIH.

13 Quand Commencer le Traitement* Traitement antiretroviral Test CD4 disponible Si CD4 < 200 cellules/ml ou patient au stade IV. Test CD4 non disponible Le décompte TLC < 1200 cellules/ml, en stades II et III ou patient au stade IV. Traitement PPE Commencer le traitement le plus tôt possible après exposition au VIH pour une durée de 2 à4 semaines. (*recommandations de l OMS)

14 Infections Opportunistes Traiter rapidement, conformément aux protocoles nationaux, même si les ARV ne sont pas disponibles. L approvisionnement continu en médicaments contre les infections opportunistes est nécessaire.

15 Sélection et Évaluation Quantitative La Sélection des Produits

16 Éléments de Base du Processus de Sélection Comité de sélection multidisciplinaire Choix des médicaments d après des critères préétablis. Prise en considération d'une combinaison d ARV pour optimaliser l adhésion au traitement.

17 Sélection des Anti-rétroviraux selon les Protocoles de Traitement Nationaux Traitement de première intention aux ARV Traitement de deuxième intention aux ARV Traitement PPE (prophylaxie postexposition)

18 Produits Essentiels pour le Traitement Antirétroviral (TAR) Matières et réactifs essentiels aux tests de VIH et aux usages connexes. Médicaments essentiels contre les infections opportunistes. Médicaments de la douleur, des soins palliatifs et des problèmes de santé mentale.

19 Sélection et Évaluation Quantitative Évaluation Quantitative des Produits

20 Qu entend-on par l évaluation quantitative des produits? Principes clés de l évaluation quantitative. Différentes méthodes d évaluation quantitative.

21 Principes Clés de l Évaluation Quantitative Utiliser 2 méthodes d évaluation quantitative pour valider les estimations. Constituer un stock de sécurité, en tenant des délais de réapprovisionnement Suivre le taux d expansion (peut être plus important que prévu) Utilisez le système de classification VEN

22 Méthodes d Évaluation Quantitative des Médicaments contre le VIH/SIDA Méthode basée sur la consommation Méthode basée sur la consommation ajustée Méthode basée sur la morbidité (traitements standardisés)

23 Méthode Basée sur la Consommation basée sur les statistiques de consommation antérieure. Ajustées en tenant compte des ruptures de stock, des dates de péremption, des articles surstockés et des changements d utilisation prévus. Peu flexible pour les programmes susceptibles de changements rapides ou pour les nouveaux programmes (les programmes de TAR).

24 Méthode de Consommation Ajustée S appuie sur les statistiques de consommation antérieure d autres structures médicales, voire d autres pays. Les données sont extrapolées et ajustées en tenant compte des circonstances locales telles que la couverture de la population ou le niveau des services fournis. Peut s avérer très utile dans des situations de mise en place.

25 Sélection et Évaluation Quantitative Méthode de Consommation Ajustée Avantages facile à calculer peut s avérer très exacte avec des statistiques précises et une adhérence aux directives de traitement. Inconvénients difficile à adapter aux modifications de la demande et de l utilisation; peut perpétuer l usage irrationnel de médicaments

26 Méthode Basée sur la Morbidité S appuie sur l estimation du nombre de patients, multiplié par le traitement standard (les médicaments et les produits dispensés conformément au protocole établi) pour une période d'approvisionnement donnée. Dans les nouveaux programmes de TAR, la capacité constitue souvent le facteur limitant.

27 Méthode basée sur la morbidité Avantages Approprié aux nouveaux programmes (pas de données de consommation) encourage à se conformer aux directives de traitement incite à évaluer périodiquement les besoins Inconvénients Calcul plus complexe requiert des statistiques fiables et mises à jour sur la morbidité et la présence des patients requiert un jugement professionnel averti de la population ciblée par le traitement

28 Gestion Informatique de la Quantification De plus en plus nécessaire: Complexité des traitements du VIH/SIDA, Évolution du nombre d'items (+ de 400 items) Évolution constante du nombre de patients, augmentation exponentielle du volume des données transfert d'information des centres de traitements au niveau de la cellule d'achat Facilite l'analyse ABC/VEN

29 Gestion Informatique de la Quantification Mise en place d'un système informatisé: Réunir les parties prenantes Définir les données essentielles à gérer Considérer les services d'un spécialiste pour la mise en place ou l'adaptation d'un système existant Combinaison de systèmes manuel et informatisé selon les capacités et les ressources, mis en place par étapes.

30 Gestion informatique de la quantification Quelques examples de logiciel: Orion Sigmed Sage sarri Gemedic Navision FOCAMED (à l'étude)

31 Sélection et Évaluation Quantitative Conclusion La sélection des médicaments et produits pour le traitement du VIH/SIDA fait l objet de nombreuses révisions, suite aux changements rapides de produits et de directives de traitement. l évaluation quantitative des médicaments et produits pour le traitement antirétroviral dépendra plus de la capacité des programmes de traitement du VIH/SIDA et des fonds disponibles que de l estimation des besoins. Les données nécessaires pour une bonne quantification d'un nombre croissant de produits requiert une gestion informatisée

Outils MSH/RPM Plus. Emmanuel Y. Nfor Dakar, Mars 2006

Outils MSH/RPM Plus. Emmanuel Y. Nfor Dakar, Mars 2006 Outils MSH/RPM Plus Emmanuel Y. Nfor Dakar, Mars 2006 3 Outils RPM Plus Quantimed ORION@MSH Outil de distribution des antirétroviraux (ARV) Outil de suivi du stock des ARV Indicateur de Prix Internationaux

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n Burundi / Assistance technique pour l appui au renforcement du système de gestion des achats et des approvisionnements Demandeur : Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

des outils et une méthode m pédagogiquep les activités s pharmaceutiques des Carinne Bruneton

des outils et une méthode m pédagogiquep les activités s pharmaceutiques des Carinne Bruneton ien développer d les activités s pharmaceutiques des centres de santé et des hôpitaux h : des outils et une méthode m pédagogiquep Séminaire pour les Consultants Francophones dans la Gestion des Achats

Plus en détail

II. Description de la mission d expertise

II. Description de la mission d expertise Termes de références Mission n 12INI136 TCHAD / Mission de diagnostic en vue de renforcer le système d approvisionnement et des stocks d ARV du niveau périphérique vers le niveau central. Demandeur : CNLS

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

Présentation du manuel

Présentation du manuel Présentation du manuel > COMMENT UTILISER LE MANUEL Le manuel est divisé en trois chapitres : Chapitre 1 : Introduction Le chapitre présente le SIS. Il indique l'objectif de la collecte de données, le

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Campagne de communication MSF 2012 Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Note explicative janvier 2012 UNE SITUATION ALARMANTE Le VIH touche un nombre impressionnant de personnes en République

Plus en détail

Session 7 : Activités d assurance qualité. L Organisation Mondiale de la Santé ou l Acheteur?

Session 7 : Activités d assurance qualité. L Organisation Mondiale de la Santé ou l Acheteur? Session 7 : Activités d assurance qualité L Organisation Mondiale de la Santé ou l Acheteur? L Organisation Mondiale de la Santé Le Programme de Préqualification créé par l OMS prend en charge l évaluation

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr VIH-SIDA Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix

Plus en détail

Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques

Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques Séminaire Technique de Préparation des Consultants pour les Programmes VIH, TB et Paludisme Dakar 6-9 Mars 2006 Aoua Diarra Objectifs et

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Exploiter l'expérience du secteur privé pour améliorer la gestion de la chaîne d approvisionnement au sein du. Ministère de la Santé

Exploiter l'expérience du secteur privé pour améliorer la gestion de la chaîne d approvisionnement au sein du. Ministère de la Santé Ministère de la Santé République d'indonésie Exploiter l'expérience du secteur privé pour améliorer la gestion de la chaîne d approvisionnement au sein du Ministère de la Santé Dr. H.M. Subuh, Ministère

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPANNAGE FINANCIER CONCERNANT LES DONS ET LES PRÊTS AFIN DE RÉPONDRE À CERTAINS BESOINS ESSENTIELS DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH/SIDA

POLITIQUE DE DÉPANNAGE FINANCIER CONCERNANT LES DONS ET LES PRÊTS AFIN DE RÉPONDRE À CERTAINS BESOINS ESSENTIELS DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH/SIDA BUREAU LOCAL D INTERVENTION TRAITANT DU SIDA POLITIQUE DE DÉPANNAGE FINANCIER CONCERNANT LES DONS ET LES PRÊTS AFIN DE RÉPONDRE À CERTAINS BESOINS ESSENTIELS DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH/SIDA Adoptée

Plus en détail

analyse des risques évaluation des risques FIN définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation des risques

analyse des risques évaluation des risques FIN définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation des risques La démarche d analyse des risques Les principes généraux de prévention les phases de la démarche analyse des risques définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

CONSEIL - COACHING - FORMATION - ACTION - ACCOMPAGNEMENT

CONSEIL - COACHING - FORMATION - ACTION - ACCOMPAGNEMENT CONSEIL - COACHING - FORMATION - ACTION - ACCOMPAGNEMENT MAÎTRISER LES FONDAMENTAUX DES ACHATS MAÎTRISER LES FONDAMENTAUX DES APPROVISIONNEMENTS NÉGOCIATION ACHATS LES ACHATS DE SOUS-TRAITANCE LES ACHATS

Plus en détail

Programme OMS de Bonne Gouvernance dans le secteur pharmaceutique

Programme OMS de Bonne Gouvernance dans le secteur pharmaceutique TABLE RONDE ReMeD 2009 Le rôle du pharmacien pour améliorer la qualité et la disponibilité des médicaments essentiels Paris, le 9 novembre 2009 FIAP Jean Monnet Programme OMS de Bonne Gouvernance dans

Plus en détail

Conférence Internationale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Paris 16 &17 Novembre 2011 Caroline DAMOUR

Conférence Internationale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Paris 16 &17 Novembre 2011 Caroline DAMOUR Accès aux médicaments : stratégie nationale d achat, de stockage et de distribution des ARV Conférence nternationale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Paris 16 &17 Novembre 2011 Caroline DAMOUR Extension

Plus en détail

Expérience du Lesotho

Expérience du Lesotho Nouvelles recommandations 2010 de la PTME et protocole thérapeutique effective en Afrique Subsaharienne Expérience du Lesotho Dr. Appolinaire TIAM, MBChB, DipHIVMan, M(fam)Med Directeur Technique: Elizabeth

Plus en détail

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 L expérience en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 Marie Marcelle Deschamps, MD Faculte de Medecine et Pharmacie de UEH 5-6 Mars 2008 Le contexte Haiti est. le pays le plus affecté

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI GESTIONNAIRE SI CHEF D ÉQUIPE SI Vision et connaissance du modèle Vision et connaissance du modèle Établit la structure et la vision du programme en fonction des

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives

Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives Plan de la présentation Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives Patrick Magaloff Directeur Dr Gilles Thöni Chargé de mission Journée Maison du Sport Français, Paris,

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Les principes des Systèmes d information en gestion de la logistique (SIGL) Lisa Hare Vice-présidente du Groupe de travail sur les SIGL Mai 2014

Les principes des Systèmes d information en gestion de la logistique (SIGL) Lisa Hare Vice-présidente du Groupe de travail sur les SIGL Mai 2014 Les principes des Systèmes d information en gestion de la logistique (SIGL) Lisa Hare Vice-présidente du Groupe de travail sur les SIGL Mai 2014 Qu est-ce qu un SIGL? Un système de registres et de rapports

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité

Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité Esther, la solidarité en mouvement histoire d une dynamique partagée Des partenaires au développement de référence D une Initiative française...

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR LE VIH/SIDA

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR LE VIH/SIDA 1 ASSOCIATION ReVIH MULHOUSE RESEAU VILLE-HOPITAL MULHOUSE SUD-ALSACE 5 Rue Bartholdi 68400 RIEDISHEIM REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR

Plus en détail

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments Présenté par Pierre Marion AGENDA Évolution des régimes d assurance médicaments La tendance actuelle Statistiques sur l utilisation des

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

l ONU avec nous est www.uncares.org.

l ONU avec nous est www.uncares.org. Site web de la base de données mondiale sur le VIH de l ONU avec nous est www.uncares.org. Il s agit de la ressource en ligne pour avoir de l information sur un pays spécifique au sujet des : Etablissements

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Système d Alerte Précoce des ruptures de stock (SAP) Julien Deschamps Regional Support Officer WHO/IST Libreville GDF-StopTB partnership

Système d Alerte Précoce des ruptures de stock (SAP) Julien Deschamps Regional Support Officer WHO/IST Libreville GDF-StopTB partnership Système d Alerte Précoce des ruptures de stock (SAP) Julien Deschamps Regional Support Officer WHO/IST Libreville GDF-StopTB partnership Plan de présentation Causes de rupture de stock Conséquences/enjeux

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Prévention combinée de l infection à VIH Expérience du Maroc. Dr L. Ouarsas Association de Lutte Contre le Sida (ALCS)

Prévention combinée de l infection à VIH Expérience du Maroc. Dr L. Ouarsas Association de Lutte Contre le Sida (ALCS) Prévention combinée de l infection à VIH Expérience du Maroc Dr L. Ouarsas Association de Lutte Contre le Sida (ALCS) Au Maroc, avant 2011 Offre de prévention évolutive et intégrée de l ALCS : prévention

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Gestion de stock des utérotoniques

Gestion de stock des utérotoniques Cahier du Participant Gestion de stock des utérotoniques Résumé de la session La disponibilité des médicaments utérotoniques est une composante clé de n importe quelle intervention GATPA. L ocytocine est

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

INDICATEURS D ALERTE PRÉCOCE DE RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX

INDICATEURS D ALERTE PRÉCOCE DE RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX INDICATEURS D ALERTE PRÉCOCE DE RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX Indicateurs de l Organisation mondiale de la Santé pour surveiller la prévention de la résistance du VIH aux antirétroviraux sur les

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

VERS UN ACCÈS UNIVERSEL

VERS UN ACCÈS UNIVERSEL EN BREF VERS UN ACCÈS UNIVERSEL Étendre les interventions prioritaires liées au VIH/SIDA dans le secteur de la santé juin 2008 Rapport de situation Ce document est constitué d extraits de la publication

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principes PDCA Approche processus Politique Organisation Ressources Plans d actions 2 Né aux États-Unis dans le milieu

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

EC/64/SC/CRP.18/Rev.1

EC/64/SC/CRP.18/Rev.1 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Distr. : restreinte 19 juin 2013 Français Original : anglais et français Comité permanent 57 e réunion Mise à jour sur le VIH/sida et les réfugiés Résumé

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION

RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION FONCTIONS TYPES DU PERSONNEL D ENCADREMENT SECTEUR DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DIRECTEUR, COORDONNATEUR, CHEF DE SERVICE, CHEF

Plus en détail

Tableau récapitulatif 1. Projet de budget programme par objectif stratégique

Tableau récapitulatif 1. Projet de budget programme par objectif stratégique 66 Tableau récapitulatif 1. Projet de budget programme par objectif stratégique US $ millions Afrique Amériques Asie du Sud-Est aux maladies transmissibles 624,9 37,2 212,4 2. Combattre le VIH/sida, la

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Publications récentes de l OMS en matière de planification familiale

Publications récentes de l OMS en matière de planification familiale Repositionnement de la Planification Familiale Réunion de plaidoyer pour le financement de la Planification Familiale en RDC Kinshasa, RDC, du 13 au 14 juin 2012 Publications récentes de l OMS en matière

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

GESTOrama. Un support informatique professionnel pour la gestion des risques. Un produit. ERGOrama SA

GESTOrama. Un support informatique professionnel pour la gestion des risques. Un produit. ERGOrama SA GESTOrama Un support informatique professionnel pour la gestion des risques Un produit Objectif de GESTOrama Servir de support à la gestion des risques en entreprise: santé et sécurité au travail, environnement,

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Plan d accessibilité

Plan d accessibilité Plan d accessibilité Le Règlement sur les Normes d accessibilité intégrées (R) en vertu de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) exige que Hunter Douglas Canada

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

De l intérêt de la structuration et de la codification des données médicales en soins de santé primaire.

De l intérêt de la structuration et de la codification des données médicales en soins de santé primaire. Intérêt pour l Assurance de la qualité des soins, de la structuration et de la codification des données médicales Assemblée Générale du CeNIM le 9 mars 2002 De l intérêt de la structuration et de la codification

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 TABLEAU DE DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 : SERVICES DE SANTÉ, DE CONSEILS PERSONNALISÉS ET D AIDE FINANCIÈRE À L INTENTION DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE Une faculté

Plus en détail

LES DOCUMENTS ESSENTIELS

LES DOCUMENTS ESSENTIELS LES DOCUMENTS ESSENTIELS ARV 1052 Typologie des archives Définition Assurer la survie de l organisation o Catastrophes naturelles o Catastrophes «à causes humaines» Plan des mesures d urgence o Évaluation

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES pour sensibiliser les directions Cible : les directions des ES les établissements de taille moyenne,

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

MISSIONS ET APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA

MISSIONS ET APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA MISSIONS ET APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA ATELIER CAMEBU/PARTENAIRES 26-27 Janvier 2011 Albert NTIRINGANIZA Expert Pharmacien SEP/CNLS Projet VIH/GF PLAN Missions du SEP/CNLS

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail