ANNEXE I A LA CS12INI202 PLAN D ACTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEXE I A LA CS12INI202 PLAN D ACTION"

Transcription

1 ANNEXE I A LA CS12INI202 PLAN D ACTION RESEAU DE FORMATION A LA PRISE EN CHARGE GLOBALE DE L INFECTION VIH PEDIATRIQUE EN AFRIQUE FRANCOPHONE Référence : 12INI202 Porteur de projet : GIP ESTHER Membre(s) du consortium : Bénin : Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Bénin : Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert K. MAGA Burkina Faso : CHUP-Charles de Gaulles Ouagadougou Burkina Faso : CHU Yalgado Ouédraogo Burundi: Centre Universitaire Hospitalier Kamenge Mali : Centre Universitaire Hospitalier Gabriel Touré Niger : Hôpital National de Niamey RCA: Complexe Pédiatrique Sénégal : Hôpital d enfants Albert Royer Tchad : Hôpital Mère-Enfants Ndjamena Togo : Centre Universitaire Hospitalier Tokoin Partenaire(s) : Hôpital universitaire Necker enfants malades CHU Robert Debré pour la mère et l enfant Hôpital Armand Trousseau Projet GRANDIR RAF-VIH Lieux de réalisation du projet : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Mali, Niger, RCA, Sénégal, Tchad et Togo. Annexes au plan d action : Annexe 1 : Fiches de présentation des hôpitaux membres du consortium. Annexe 2 : Liste des membres pré-identifiés du pool d'experts. Référence de l appel à projets : 5PC , Renforcement des systèmes de santé 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION

2 PARTIE I - PRESENTATION DU PORTEUR DE PROJET I. Le porteur de projet Nom de l organisme : GIP ESTHER Adresse complète : 62 boulevard Garibaldi PARIS Téléphone et adresse mail de l organisme : , Statut juridique de l organisme : Groupement d intérêt public (GIP) Date de fondation de l organisme : 29 mars 2002 Nom et fonction des principaux dirigeants : Pr. Dominique Israël-Biet, Présidente du Conseil d administration ; Dr Gilles Raguin Directeur du GIP ESTHER Nombre de personnels permanents en 2011 : 28 Nombre de personnels permanents prévus en 2012 : 29 1 Nom de la personne contact sur le projet : Pierre Mendiharat Téléphone et adresse mail de la personne contact : , Le Groupement d Intérêt Public ESTHER (www.esther.fr) est un opérateur public sous tutelle du ministère des Affaires Etrangères et Européennes et du ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Il contribue à la mise en œuvre de la politique française d aide au développement dans le domaine de la santé. Couverture géographique : en 2012, l Initiative ESTHER est présente dans 19 pays partenaires : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d Ivoire, Gabon, Ghana, Libéria, Mali, Maroc, Niger, République Centrafricaine, Sénégal, Tchad et Togo, en Afrique et Cambodge, Laos et Vietnam en Asie, et Haïti. Les objectifs d ESTHER sont de renforcer les capacités de prise en charge de l infection à VIH/Sida et des maladies associées dans les pays à ressources limitées, et de promouvoir des interventions de renforcement des systèmes de santé. Son mandat a récemment été élargi à l hygiène hospitalière et des programmes pilotes de santé maternelle, néonatale et infantile sont en cours d élaboration, dans une approche combinée des objectifs du millénaire pour le développement 4 (santé de l enfant), 5 (santé de la mère) et 6 (VIH/Sida, Tuberculose et autres maladies). Le mode opératoire principal d ESTHER est le partenariat hospitalier mais d autres approches complètent le dispositif. En particulier le recours à de l assistance technique ponctuelle, mobilisation d une expertise au Nord et/ou au Sud, et le développement de partenariats avec les acteurs multilatéraux et d autres partenaires au développement, dont les organisations de la société civile. ESTHER est en tant que tel un réseau d acteurs, et en tant qu outil de coopération internationale a les capacités de gérer des programmes, de développer des collaborations avec d autres réseaux 1 De plus, ESTHER a des contrats de prestation avec des agences de portage qui emploient 70 salariés répartis dans 17 pays d intervention, qui travaillent à temps plein en coordination de programmes ESTHER. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 2

3 d acteurs, de valoriser l expérience et l expertise de ses partenaires, en particulier francophones, dans le champ des organisations internationales. ESTHER est partenaire du Fonds Mondial(FM) en tant que sous-bénéficiaire pour 2 programmes d Accompagnement Psychologique et Social au Bénin et au Tchad, et mobilise régulièrement de l expertise en appui technique à la rédaction ou à la mise en œuvre des Rounds du FM dans ses pays d intervention, de manière indépendante ou en tant que membre de la plate-forme JURTA. Les partenariats hospitaliers et la mobilisation de l expertise hospitalière ESTHER intervient à travers des partenariats hospitaliers qui mobilisent des professionnels de santé pour améliorer la qualité des pratiques de soin dans le cadre d un compagnonnage : médecins, pharmaciens, infirmiers, techniciens de laboratoire, administrateur. En 2011, 46 hôpitaux français sont ainsi jumelés avec 78 hôpitaux de référence et plus de 100 sites de prise en charge décentralisés répartis dans les pays partenaires (soit près de 180 sites d intervention). L assistance technique et la mobilisation d expertise en santé ESTHER a également pour objectif de mobiliser l expertise française en santé dans le cadre de projets d assistance technique ou d appui aux systèmes de santé, et plus spécifiquement dans le domaine du VIH, de la tuberculose, des coïnfections, de l hygiène hospitalière et du médicament. L OMS a identifié six piliers sur lesquels construire un système de santé solide: l offre de services; le personnel de santé; l information sanitaire; les produits médicaux, les vaccins et les technologies; et la direction et la gouvernance. Chacun de ces piliers est essentiel pour améliorer les résultats sanitaires et veiller à ce que l investissement en faveur de la santé soit le plus efficient possible. Le renforcement des systèmes de santé des pays partenaires est déjà un volet significatif de l activité ESTHER qui intervient sur : 1) L offre de services : amélioration de l accès aux soins et de la qualité de la prise en charge médicale Accès à la prise en charge thérapeutique et au suivi biologique L action d ESTHER est axée sur le renforcement des bonnes pratiques de diagnostic, de soin et de traitement. En 2011, la prise en charge et le suivi de PvVIH 2 sous ARV sont soutenus par les programmes ESTHER. Santé de la mère et de l enfant L élimination de la transmission Mère-Enfant du VIH (E-TME) est une priorité stratégique d ESTHER. Le nombre de femmes enceintes dépistées et traitées préventivement est insuffisant et doit être augmenté. Le diagnostic et la prise en charge précoce de l enfant sont également une priorité. Les programmes Mère-Enfant doivent mieux s articuler avec les autres composantes de la santé maternelle et infantile. ESTHER contribue ainsi à renforcer les liens entre la prise en charge de l infection à VIH et les services de santé maternelle, néonatale et infantile. Dans le domaine du VIH pédiatrique L investissement d ESTHER dans le champ de la prise en charge pédiatrique a connu une montée en charge importante ces dernières années et les besoins en expertise et en accompagnement technique sont forts (à travers les projets ESTHER et aussi à travers ESTHERAID). En 2011, 7870 enfants sous ARV sont soutenus par les programmes ESTHER. 2 Personnes vivant avec le VIH/Sida 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 3

4 ESTHER a appuyé des partenariats et financé des activités tel que présenté dans le tableau suivant : Pays d intervention ESTHER PTME Soins pédiatriques Diagnostic des nouveaux nés Bénin X X X Burkina Faso X X X Burundi X X Cambodge X X Cameroun X X X Côte d Ivoire X X X Laos X Libéria X X Mali X X X Maroc X Niger X RCA X X X Sénégal X X Tchad X X X Togo X X X Source : Rapport d activité 2011 Populations vulnérables et groupes à risque ESTHER apporte un soutien spécifique aux populations les plus vulnérables et met en place des programmes dédiés en leur faveur : OEV (orphelins et enfants vulnérables), détenus, usagers de drogue et travailleurs sexuels, HSH (Hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes). 2) Le renforcement des ressources humaines en santé par la formation ESTHER à travers ses partenariats hospitaliers consacre près de 40% de son budget aux activités de formation, tous aspects confondus : compagnonnage et tutorat, formation continue, développement d une offre de formation en ligne (E-learning), réseaux de formation Sud/Sud, délégation des tâches. En 2011, 4430 professionnels de santé pluridisciplinaires ont été formés par ESTHER. 3) L accès aux médicaments et aux examens biologiques ESTHER soutient les plans nationaux d approvisionnement et de gestion des médicaments (système GAS : gestion des achats et des stocks), et des réactifs. ESHTER met actuellement en œuvre le projet ESTHERAID (financé par Unitaid) qui a pour objectif de renforcer la couverture et la qualité de la prise en charge VIH pédiatrique dans 4 pays d Afrique de 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 4

5 l Ouest (Mali, Centrafrique, Bénin, Cameroun). Le projet ESTHERAID suit trois axes d intervention spécifiques : - Améliorer l accès aux traitements ARV d un point de vue qualitatif et quantitatif (Contrôle Qualité des médicaments, Renforcement de la chaine d approvisionnement - Améliorer la prise en charge globale des enfants vivant avec le VIH via le renforcement des compétences des médecins et du personnel soignant et la mise à disposition de recommandations - Améliorer le suivi évaluation de la prise en charge des enfants vivant avec le VIH à travers la mise en place d outils de suivi de cohortes. 4) Les systèmes d information sanitaire et le suivi/évaluation ESTHER met à disposition gratuitement sur son site internet (www.esther.fr) une suite logicielle pour le suivi des patients - adultes, enfants et femmes enceintes : ESOPE. Il permet le suivi individualisé des patients (dossier médical électronique), la gestion de la file active du site de prise en charge (rapport d activité et de cohorte) et la production de statistiques nationales et d indicateurs pour le suivi évaluation (transmission et compilation des données de cohorte au niveau national). En 2011, 128 centres de traitement utilisent le logiciel ESOPE et plus de PvVIH ont leurs données de suivi médical informatisées au Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Mali, Centrafrique, Tchad et Togo. Appui aux organisations communautaires ESTHER prône la prise en charge globale et le continuum des soins extra hospitalier (information des PVVIH, l éducation thérapeutique et l accompagnement psychologique et social des personnes traitées par ARV) et plaide pour que le nouveau métier de santé des conseillers psycho-sociaux (CPS) soit reconnu dans le contexte de la crise de ressources humaines de santé et du partage des tâches. En 2011, ESTHER soutient 132 associations communautaires issues de la société civile et 12 collectifs sur le volet accompagnement psycho-social. Recherche opérationnelle En partenariat avec l ANRS (Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les hépatites), ESTHER contribue à développer la recherche opérationnelle avec les équipes Sud et Nord dans le but d améliorer la qualité des interventions conduites. Des partenaires au développement de référence ESTHER travaille en partenariat avec les organisations internationales en santé : OMS, ONUSIDA, UNICEF, UNODC, UNITAID. Plusieurs accords et protocoles d entente encadrent les collaborations conjointes avec ces organisations (accords notamment avec l OMS, le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme (FM), le Programme Alimentaire Mondial et la Fédération Internationale Hospitalière). Par ailleurs, ESTHER développe des projets sur financement de l AFD (Agence Française de Développement) : formation des paramédicaux en Côte d Ivoire et au Niger, formation des médiateurs / conseillers psychosociaux au Bénin et au Tchad. II. Les membres du consortium Les membres du consortium sont les 11 hôpitaux africains sites de référence dans lesquels exercent les 11 médecins pédiatres membres du pool d experts qui pilote le Réseau (voir plus loin le montage du projet), dans les 9 pays du Réseau éligibles : Bénin : Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Bénin : Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert K. MAGA 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 5

6 Burkina Faso : CHUP-Charles de Gaulles Ouagadougou Burkina Faso : CHU Yalgado Ouédraogo Burundi: Centre Universitaire Hospitalier Kamenge Mali : Centre Universitaire Hospitalier Gabriel Touré Niger : Hôpital National de Niamey RCA: Complexe Pédiatrique Sénégal : Hôpital d enfants Albert Royer Tchad : Hôpital Mère-Enfants Ndjamena Togo : Centre Universitaire Hospitalier Tokoin Le principal mode opératoire d ESTHER consiste à monter et appuyer des partenariats hospitaliers et l ensemble des hôpitaux du consortium fait déjà partie du réseau ESTHER, en tant qu acteurs de programmes de renforcement des capacités pour une amélioration de la qualité de la PEC des patients VIH+. Les hôpitaux membres du consortium prennent en charge les patients, bénéficiaires finaux des stratégies de santé publique et des programmes du Fonds Mondial. Ils ont aussi un rôle de formation et de référence au niveau national. Les représentants de ces hôpitaux étaient tous présents au séminaire pédiatrique régional organisé par ESTHER au Bénin en septembre 2011, et à Douala en décembre 2012, et ont participé à des sessions de travail dédiées à la définition d une offre de formation régionale, dont les résultats attendus étaient les suivants : 1. Identifier les besoins de formation à la prise en charge pédiatrique du VIH en Afrique Francophone 2. Définir les objectifs généraux, cibles et principales activités d une offre de formation en Afrique francophone répondant aux besoins identifiés 3. Constituer une offre de stages pratiques de formation à la prise en charge pédiatrique du VIH en Afrique francophone De plus, pour le montage de la réponse à cet appel d offres, des informations ont été recueillies auprès de chaque membre du pool sur respectivement les besoins en formation, les activités de prise en charge et files actives de leur hôpital, et les activités du Fonds Mondial dans leur pays. Cf. annexe 1 : «Fiches de présentation des hôpitaux membres du consortium». En tant que centre de référence et de formation au niveau national, une des principales missions des hôpitaux de référence est de développer des activités de formation des personnels de santé dans leur pays ou leur région. Les hôpitaux mettent aussi en œuvre des activités de prise en charge et d accompagnement des patients dans le cadre des programmes subventionnés par le Fonds Mondial. Ces hôpitaux ont tous développé une file active d enfants pris en charge pour le VIH/SIDA (entre 65 et 400 enfants selon les sites) et ont développé un paquet minimum d activités (PMA) : consultations médicales, suivi thérapeutique, accompagnement psycho-social. III. Les partenaires 3 HOPITAUX FRANÇAIS DE L APHP : Hôpital universitaire Necker enfants malades CHU Robert Debré pour la mère et l enfant Hôpital Armand Trousseau Les services pédiatriques de ces trois hôpitaux sont des partenaires du réseau ESTHER depuis de nombreuses années. En partenariat avec des hôpitaux au Burkina Faso, au Cameroun, en RCA et au Sénégal, ils mettent en œuvre des projets de renforcement des capacités de prise en charge et de suivi des enfants VIH+. Quatre pédiatres exerçant dans ces hôpitaux font partie, au titre de la 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 6

7 participation de leur hôpital au réseau ESTHER, du pool d experts qui anime le Réseau (cf. annexe 2 : Liste des membres pré-identifiés du pool d experts). Ces experts ont le même rôle que les experts du Sud. Ils étaient présents au séminaire pédiatrique régional organisé par ESTHER en septembre 2011, au même titre que les experts du Sud. Pr. Stéphane Blanche (CHU Necker) assume le rôle de partenaire principal d ESTHER dans la conception et l animation du réseau depuis son origine. SIDACTION ET INITIATIVE DEVELOPPEMENT (ID) : Projet GRANDIR Le projet Grandir, est financé par Sidaction et l AFD et mené en collaboration avec Initiative Développement. Son objectif est d amener les soignants et les acteurs communautaires, partenaires de Sidaction et d Initiative Développement en Afrique en particulier, à s impliquer dans les soins et l accompagnement des enfants séropositifs au sein d unités de prise en charge familiale du VIH afin que ces derniers aient accès à une prise en charge de qualité à proximité de leur lieu de vie. Les activités menées dans le cadre du projet suivent 3 axes d intervention : -information et formation : publications d informations sur la PTME et le VIH pédiatrique ; -projets de terrain: soutien financier, technique et logistique de projets innovants de prise en charge du VIH chez l enfant en Afrique ; -mobilisation communautaire : renforcement de l information des parents et enfants vivant avec le VIH en Afrique, appui à la réalisation de campagnes locales de plaidoyer. Nature et historique du partenariat : depuis 2010, le projet GRANDIR permet par l attribution de bourses à des médecins associatifs de participer au séminaire annuel de pédiatrie ESTHER. Un expert pédiatre du projet GRANDIR a animé une session du séminaire pédiatrique régional organisé par ESTHER en Complémentarité : le projet GRANDIR renforce les capacités des associations communautaires. Certaines parmi elles sont à la fois soutenues par GRANDIR et ESTHER. Le projet GRANDIR a par ailleurs développé une expertise complémentaire à celle d ESTHER sur 2 thématiques : alimentation du nourrisson né de mère infectée par le VIH et nutrition de l'enfant infecté par le VIH ; accompagnement psychologique et social des enfants infectés par le VIH et de leur famille. ASSOCIATIONS DU SUD ESTHER identifiera, en concertation avec le projet GRANDIR, 2 associations au Sud qui feront partie du consortium et dont les 2 représentants intègreront le pool d experts : une association plaideuse (acteurs du plaidoyer) et une association spécialisée dans l accompagnement de l enfant VIH+. RAF-VIH Le Réseau Africain des Formations sur le VIH SIDA regroupe les diplômes universitaires (D.U.) VIH SIDA de l Afrique de l Ouest et l Afrique Centrale et certains organismes de formation. Nature et historique du partenariat : ESTHER permet aux professionnels de santé de ses sites partenaires de renforcer leurs compétences en favorisant leur accès aux D.U. via des bourses. Certains experts du GIP ESTHER interviennent en tant que formateurs au sein de ces formations diplômantes. Complémentarité : le RAF-VIH propose une offre de formation continue diplômante complémentaire aux plans de formation nationaux des programmes ESTHER. ANECCA ESTHER a pris contact avec le Directeur exécutif du Réseau anglophone ANECCA. Des pistes de collaboration sont discutées concernant l adaptation / traduction de supports techniques et pédagogiques et le développement de projets communs. Selon la nature et le mode de collaboration arrêté, ces partenaires bénéficieront ou non d une convention financière avec le GIP ESTHER. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 7

8 PARTIE 2 - PROJET I. Description du projet 1. Présentation du contexte et justification du projet Données épidémiologiques (Source: «Progress report 2011 global HIV/AIDS response WHO/ UNAIDS/UNICEF») On compte ( ) nouvelles infections d enfants en 2010 en Afrique subsaharienne, avec décès ( ) la même année. Dans les pays à ressources faibles et intermédiaires, les enfants représentent 14% des personnes en besoin d ARV mais seulement 7% de celles qui en reçoivent : sur 2 millions en besoin, 23% seulement ont accès à des traitements contre 51% des adultes. En Afrique de l ouest et centrale, enfants sont sous traitement ARV en décembre 2010 pour [ ] en besoin ; soit une couverture de 9% [8 11%] en décembre 2010, contre 35% de couverture chez l adulte [33 38%] dans la même région 3.50% des enfants VIH+ meurent avant 18 mois s ils ne sont pas rapidement pris en charge. Une prise en charge VIH pédiatrique peu développée au Sud La prise en charge des enfants et des adolescents infectés par le VIH s est développée très récemment dans certains pays d Afrique francophone et la qualité de cette prise en charge ainsi que sa décentralisation restent encore très limitées en raison d un manque de moyens matériels et humains. S il existe des centres de référence dans la prise en charge pédiatrique avec des files actives parfois très importantes, le nombre de médecins pédiatres dans les pays africains est généralement faible, et beaucoup de médecins adultes non spécialisés sont réticents à la prise en charge des enfants ; les psychologues et les conseillers psychosociaux sont par ailleurs peu formés à l accompagnement de l enfant. On observe ainsi un retard de la prise en charge pédiatrique par rapport à la prise en charge adulte, aussi bien du point de vue du diagnostic de l infection à VIH chez l enfant que de la qualité de la prise en charge : insuffisance du dépistage précoce, absence de prise en charge des malnutris sévères, problème de gestion des ARV et des résistances, difficultés d accompagnement des enfants et de leurs familles notamment concernant l annonce du diagnostic, problème de suivi des adolescents, problèmes d observance et de perdus de vue. L un des principaux enjeux d une prise en charge optimale pédiatrique du VIH en Afrique francophone repose donc sur l appui et le renforcement de ressources humaines qualifiées et formées qui participe au renforcement des systèmes de santé. En effet, le VIH pédiatrique est la première pathologie chronique de l enfant que rencontrent les soignants africains. Améliorer les capacités de prise en charge du VIH chez l enfant aura des conséquences positives sur la prise en charge des pathologies pédiatriques en général et de la tuberculose en particulier. Un besoin de renforcement des capacités des professionnels de santé au Sud Les CHU jouent déjà un rôle de référence à l échelle nationale ou régionale mais les échanges d expériences et transferts de compétence Sud/Sud entre pays et/ou structures de prise en charge sont peu développés ; des activités de coopération Sud/Sud se mettent en place mais de manière non coordonnée et non formalisée. Les curricula de formation nationaux ne sont pas toujours actualisés et la supervision des équipes de soins est plus souvent à visée administrative que formative. En formation initiale ou au sein des diplômes universitaires (D.U.), le sujet «VIH pédiatrique» est peu développé. 3 Un article du NEJM, M.Lallemant et al., août 2011, titrait «Pediatric HIV, A NeglectedDisease?» (VIH pédiatrique, une maladie négligée?). 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 8

9 Un séminaire régional organisé par ESTHER regroupant les experts pédiatres d Afrique francophone du Sud et du Nord s est tenue en 2011à Cotonou (Bénin) au cours duquel ont pu être déterminés les besoins communs de formation ; ces besoins ont été actualisés en juin 2012 via l administration d un questionnaire. Les premiers besoins identifiés par les experts du Sud sont l actualisation des curricula nationaux de formation, l intégration de la PEC du VIH en formation initiale et la création d un réseau de médecins pédiatres et spécialistes de la PEC du VIH au niveau national. Des besoins de formation sur des thématiques spécifiques ont été définis comme suit : prise en charge clinique et biologique, prise en charge des échecs thérapeutiques, éducation thérapeutique chez l enfant, prise en charge des malnutris sévères, diagnostic et traitement des infections opportunistes, accompagnement psychologique et soutien social, méthodologie de recherche clinique, organisation d un site de prise en charge, prévention de la transmission mère-enfant (PTME). Ces formations doivent concerner les médecins pédiatres mais aussi les équipes de soins pluridisciplinaires : sages-femmes, infirmiers, dispensateurs, psychologues, conseillers psychosociaux. Un déficit de professionnels de santé spécialisés dans le VIH pédiatrique au Nord Au Nord, étant donnés les bons résultats de la PTME et la réduction progressive du nombre de nouveaux enfants infectés, les professionnels de santé spécialisés dans le VIH pédiatrique sont de moins en moins nombreux et les personnes ressources mobilisables sont insuffisantes pour répondre aux besoins de renforcement des capacités des pays du sud. La création d une offre de formation régionale en Afrique Francophone Face à ces constats, ESTHER a initié à Ouagadougou (Burkina Faso) en 2008 au travers du jumelage ESTHER Necker/CHU Charles de Gaulle un séminaire annuel de formation à la prise en charge pédiatrique. Ce séminaire a pris une dimension régionale à partir de 2010, et il a accueilli 70 médecins pédiatres de 13 pays d Afrique francophone en L objectif était d actualiser les connaissances de médecins pédiatres et professionnels de santé investis dans la prise en charge pédiatrique du VIH, en mettant l accent sur le partage d expérience Sud-Sud entre professionnels de santé. A l issue du séminaire pédiatrique de 2011, s est tenue la première réunion d un pool d experts pédiatres du Sud et du Nord afin de déterminer les besoins communs de formation et définir les objectifs d une offre de formation à la PEC pédiatrique du VIH en Afrique Francophone. Une offre de formation régionale pour les référents formateurs des 13 pays concernés, le développement d une offre de stages pratiques, ainsi que la nécessité de développer un plaidoyer collectif ont été validés. En novembre 2011, 8 modules de formation à distance ont été mis en ligne sur le site ont été adressé à 250 médecins pédiatres investis dans la prise en charge pédiatrique du réseau ESTHER. Début 2012, ESTHER a initié l élaboration d un cahier des charges visant à identifier les sites de référence régionaux et leurs domaines d expertise respectifs. Stratégie d intervention Le présent projet concerne le développement d un Réseau de formation VIH pédiatrique en Afrique francophone visant à impacter l offre de formation régionale. Il répond directement aux besoins de 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 9

10 renforcement des capacités des ressources humaines en santé en appui au renforcement des systèmes de santé 4, en articulation et en complémentarité des projets financés par le Fonds Mondial. Il vise à renforcer tous les aspects de la prise en charge : prise en charge médicale, accompagnement psycho-social et éducatif du patient. Les bénéficiaires directs du projet sont l ensemble des acteurs de la prise en charge : médecins pédiatres, infirmiers, sages-femmes, pharmaciens dispensateurs, psychologues, conseillers psycho-sociaux, éducateurs thérapeutiques etc. Afin de répondre au mieux aux besoins de renforcement des capacités du personnel soignant des hôpitaux sites de référence du consortium et en vue d appuyer les activités du Fonds Mondial dans les pays, ESTHER a amorcé un état des lieux (i) de la prise en charge pédiatrique du VIH ; (ii) des besoins en formation des sites de référence identifiés ; (iii) des activités du Fonds Mondial au niveau national et au niveau des sites des pays. Ce projet s appuie sur des activités préexistantes d ESTHER (séminaire régional pédiatrique), des ressources expertes identifiées (professionnels de santé africains représentants de sites de référence), des coopérations hospitalières actives (réseau ESTHER Nord-Sud), et des cofinancements pour partie des activités listées et des moyens humains associés (financements ESTHER et ESTHERAID). Le Réseau VIH pédiatrique repose sur un pool de 25 experts du Nord et du Sud qui constituera le Comité Scientifique et Pédagogique, noyau du réseau de 135 référents formateurs de 9 pays d Afrique francophone, qui à leur tour pourront renforcer les compétences d environ 500 professionnels de santé investis dans la prise en charge pédiatrique dans leur pays (principe de formation en cascade). Certains ateliers nationaux de formation pourront être pris en charge par le projet, s ils ne sont pas déjà prévus dans les plans nationaux de formation ou par les plans de formations d autres partenaires).le pool d experts est composé de médecins pédiatres déjà identifiés et sera élargi à d autres professions de santé représentatives de la prise en charge globale du VIH pédiatrique. Le développement d outils techniques et pédagogiques (manuels, modules de formation E-Learning, sitewww.estherformation.fr) et leur mise à disposition gratuite bénéficieront à une cible encore élargie. ESTHER en tant que réseau d acteurs dispose d une position privilégiée de travail en réseau. Le «réseau» est un dispositif de travail, subordonné à un projet commun, qui répond à une logique de fédération d acteurs cloisonnés et non coordonnés qui décident de partager et renforcer leurs compétences. Le développement d un Réseau Sud-Sud de collaboration et de formation permettra de valoriser les pôles de compétence au Sud, de favoriser l émergence de pôles d excellence, de développer des stratégies d intervention optimales, et également de promouvoir un plaidoyer auprès des autorités sanitaires des pays et à l international. Le projet mise sur des effets de levier (mutualisation des financements, meilleure appropriation des programmes, recherche opérationnelle ). La déclinaison des activités au regard des formations nationales et de l actualisation des référentiels de prise en charge prendra en compte les besoins différenciés de la PEC VIH pédiatrique dans les pays et se concentrera sur l inclusion de la thématique dans les plans stratégiques nationaux. Actuellement, la composante formation des ressources humaines en santé (RHS) est commune à tous les plans stratégiques nationaux : la place de la PEC VIH pédiatrique ainsi que les besoins en 4 L OMS a identifié six piliers sur lesquels construire un système de santé solide: la prestation des services; le personnel de santé; l information sanitaire; les produits médicaux, les vaccins et les technologies; et la direction et la gouvernance. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 10

11 formation en PEC VIH pédiatrique des pays partenaires seront actualisés annuellement. Ces mises à jour seront partagées lors des réunions annuelles du pool d expert et permettront au Comité scientifique et pédagogique d orienter le contenu des séminaires et ateliers de formation. L implication des autorités sanitaires des programmes nationaux de lutte contre le VIH/Sida (participation prévue lors de l activité A.5-2) renforcera ce rôle d appui. Les liens avec les programmes du Fonds mondial Dans 6 pays parmi les 9 éligibles (Burundi, Mali, Sénégal, Niger, Togo et Tchad), le Fonds Mondial finance des activités spécifiques à la prise en charge du VIH pédiatrique. Les objectifs de ces activités sont globalement d augmenter le nombre d enfants VIH+ dépistés et traités, et d améliorer la qualité de cette prise en charge. Cependant, tel que décrit supra, l atteinte de ces objectifs se heurte à un déficit de personnel formé et qualifié qui se répercute sur la qualité des soins et la couverture, à un sous-diagnostic du VIH chez l enfant, et à un sous-investissement des médecins non pédiatres dans les zones où il n y a pas de pédiatres. De plus, très peu de psychologues, éducateurs thérapeutiques, conseillers psycho-sociaux sont formés. ESTHER s est assurée de l adéquation des activités présentées dans le projet Réseau VIH Pédiatrique avec les activités du Fonds Mondial en cours ou prévues au niveau des pays et des sites. Cependant la mise en œuvre des activités du Fonds Mondial fluctue souvent, aussi avant la mise en œuvre d une activité de formation nationale, une mise à jour de la situation des pays au regard des activités du Fonds Mondial sera effectuée, ainsi qu au regard des activités d autres acteurs intervenant sur la pédiatrie et des plans de formation nationaux. Dans les 3 autres pays (Bénin, Burkina et RCA), la prise en charge pédiatrique n est pas ciblée spécifiquement dans les objectifs et dans les activités financées par le FM. Il est généralement entendu qu elle est incluse dans la PEC globale des PVVIH, cependant dans la pratique cette absence de fléchage sur la pédiatrie porte préjudice à la réalisation d activités de PEC pédiatrique. Le renforcement des capacités des référents formateurs dans le domaine contribuera à une meilleure représentation du VIH pédiatrique dans la mise en œuvre des rounds, de même qu à une meilleure prise en compte des besoins de cette prise en charge dans l écriture des requêtes Fonds Mondial (cf. OS5 : Renforcement des capacités pour le plaidoyer). L appui à l écriture des parties pédiatriques des requêtes peut faire l objet d assistance technique financée par le Canal 1 de l Initiative 5% ; les experts et référents du réseau seront familiarisés avec la procédure de demande de ce financement lors des séminaires et de manière continue par l équipe de coordination du réseau. Les réseaux VIH pédiatriques anglophones Deux réseaux VIH pédiatriques existent en Afrique sub-saharienne : PATA (Pédiatrique AIDS Trématent for Arica) et ANECCA (Africain network for Care of ChildrenAffected by HIV/ AIDS). Ce sont des réseaux anglophones basés l un en Afrique du Sud et l autre en Ouganda. Seules 4 structures (associatives ou publiques) et quelques cliniciens proviennent d Afrique francophone : Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d Ivoire. Leur mission est de développer la qualité des soins des enfants et de leurs familles infectés ou affectés par le VIH par le travail en équipe, le partage des meilleures pratiques, la recherche, le plaidoyer. PATA organise depuis 2005 un forum annuel regroupant les équipes multidisciplinaires des 24 pays membres du réseau ; ce forum fait le point sur les avancées scientifiques (prévention, traitement et soins) et permet le partage d expérience et des meilleurs pratiques. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 11

12 Un kit d outils pratiques et de référence sur la prise en charge pédiatrique a été développé (version anglaise, non traduite en Français). ANECCA mène des actions de plaidoyer par l organisation de consultations régionales techniques, développe des actions de recherche et des curricula de formation : PEC VIH pédiatrie, 2007 (traduit en Français et révisé en 2011) ; soutien psycho-social, Le Réseau VIH pédiatrique ESTHER est un réseau francophone : il est donc géographiquement complémentaire des réseaux PATA et ANECCA. ESTHER s est déjà rapproché du réseau ANECCA et se rapprochera du réseau PATA afin d envisager des activités complémentaires : traduction / adaptation de guides de formation, participation commune à des actions de plaidoyer ou de recherche. 2. Objectif général Le projet contribuera à améliorer la couverture et la qualité de la prise en charge globale du VIH chez l enfant et l adolescent par le renforcement des capacités des professionnels de santé des sites de référence et de formation de 9 pays d Afrique francophone, où le Fonds Mondial finance des activités de prise en charge pédiatrique du VIH. 3. Objectifs spécifiques Objectif spécifique 1 : Constituer et animer un réseau de 135 référents formateurs nationaux d Afrique francophone dans la PEC globale du VIH pédiatrique. Objectif spécifique 2 : Renforcer les compétences de 15 référents formateurs nationaux par pays par le développement d une offre régionale de formation continue à la prise en charge globale du VIH pédiatrique. Objectif spécifique 3 : Mettre à disposition des autorités sanitaires des 9 pays et de leurs référents formateurs, des supports techniques et pédagogiques permettant de développer au niveau national les capacités de 520 professionnels de santé dans la prise en charge du VIH pédiatrique Objectif spécifique 4 :Renforcer les capacités de suivi et d évaluation de la prise en charge des enfants VIH+ par l'informatisation du recueil des données de suivi de cohorte sur ESOPE pédiatrique dans 6 sites de référence. Objectif spécifique 5 : Promouvoir le plaidoyer en faveur de la mobilisation de moyens adaptés à la lutte contre le VIH chez l enfant et l adolescent. II. Bénéficiaires 1. Bénéficiaires directs 520 personnes bénéficieront directement du projet 5 : - 25 experts du Nord et du Sud référents formateurs régionaux (15 référents formateurs en moyenne par pays), dont 70 médecins pédiatres africains francophones et 65 paramédicaux, psychologues, éducateurs thérapeutiques ou conseillers psycho-sociaux. 5 Pour les 13 pays d Afrique francophone du Réseau VIH pédiatrique : au total, 740 bénéficiaires pour les 13 pays ; dont 195 référents formateurs; et 520 professionnels de santé formés au niveau national. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 12

13 - 360 professionnels de santé formés au niveau national par les référents formateurs du Réseau (40 en moyenne par pays). Ces cibles ont été chiffrées sur base du nombre de sites de référence par pays, de médecins pédiatres référents dans le domaine du VIH pédiatrique (variable par pays), et du rapport estimé coût/bénéfice du projet en termes d impact sur le nombre de bénéficiaires directs. Le terme «professionnels de santé» désigne dans ce projet l ensemble des acteurs de la prise en charge : médecins pédiatres, infirmiers, sages-femmes, pharmaciens dispensateurs, psychologues, conseillers psycho-sociaux, éducateurs thérapeutiques. Les 11 hôpitaux membres du consortium où exercent les membres déjà identifiés du pool d experts bénéficieront directement du projet. Ces organisations se verront renforcées dans leur mission de référence et de formation au niveau national. Leur rôle dans la construction de ce projet a déjà été décrit plus haut. Environ 10 autres professionnels de santé doivent être identifiés pour intégrer le pool d experts. Les organisations dans lesquelles ils exercent, dont 2 associations communautaires dont seront issus 2 personnes référentes pour les activités d accompagnement psychologique et social et de plaidoyer, seront elles aussi directement renforcées par le projet. 2. Bénéficiaires indirects Les enfants et adolescents VIH+ et les personnes affectées (familles) sont les bénéficiaires indirects du projet. Cette population d enfants et adolescents répond à la définition de groupe vulnérable ciblé par l initiative 5%. Selon l ONUSIDA, dans les neuf pays concernés, ce sont enfants de moins de 15 ans qui sont séropositifs (Bénin : 5 400, Burkina Faso: , Burundi: , Niger : 7 700, Mali : 9 900, RCA: , Sénégal: 5 200, Tchad: , Togo : ) 6. Les enfants VIH+ suivis dans les centres de soins où exercent les 135 membres du Réseau dans les 9 pays sont des bénéficiaires indirects. Il n est pas possible à ce stade de les estimer, tous les membres et leurs sites d affectation n étant pas identifiés. Les enfants suivis dans les 10 sites hospitaliers membres du consortium sont au nombre de 2689 (un site non renseigné). III. Résultats et activités 1. Résultats attendus Objectif spécifique 1 : Constituer et animer un réseau de 135 référents formateurs nationaux d Afrique francophone dans la PEC globale du VIH pédiatrique Résultat attendu : 135 professionnels de santé référents formateurs sont membres du Réseau Objectif spécifique 2 : Renforcer les compétences de 15 référents formateurs nationaux 7 par pays par le développement d une offre régionale de formation continue à la prise en charge globale du VIH pédiatrique 6 Source : Chiffres ONUSIDA 2009, estimation moyenne par pays. 7 Sont référents formateurs nationaux des médecins pédiatres, des paramédicaux, des psychologues, des pharmaciens, des éducateurs thérapeutiques et des conseillers psycho-sociaux qui participent à la prise en charge globale des patients enfants et adolescents VIH+. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 13

14 Résultats attendus : - 15 référents formateurs par pays ont les compétences pour développer la qualité de la prise en charge VIH pédiatrique et renforcer les capacités des professionnels de santé au niveau de leur pays - 54 professionnels de santé ont réalisé des stages Sud/Sud pour consolider leurs compétences en PEC du VIH pédiatrique. Objectif spécifique 3 : Mettre à disposition des autorités sanitaires des 9 pays et de leurs référents formateurs des supports techniques et pédagogiques permettant de développer au niveau national les capacités de 520 professionnels de santé dans la prise en charge globale du VIH pédiatrique Résultats attendus : - 9 pays de la sous-région disposent de supports techniques et pédagogiques pour développer et mettre en œuvre un programme national de formation à la PEC du VIH pédiatrique professionnels de santé des 9 pays ont bénéficié de formations via la plateforme E-learning (formation à distance) à la prise en charge du VIH pédiatrique Objectif spécifique 4 : Renforcer les capacités de suivi et évaluation de la prise en charge des enfants VIH+par l'informatisation du recueil des données de suivi de cohorte sur ESOPE pédiatrique dans 6 sites de référence Résultat attendu : 6 sites de référence disposent de données de suivi de cohorte pédiatrique informatisées et centralisées dans une base de données Objectif spécifique 5 : Promouvoir le plaidoyer en faveur de la mobilisation de moyens adaptés à la lutte contre le VIH pédiatrique Résultat attendu : Les besoins de la PEC globale des enfants VIH+ sont mieux pris en compte dans les politiques sanitaires locales, hospitalières et nationales et dans les demandes de subvention aux partenaires techniques et financiers (PTF) dont le Fonds Mondial. 2. Activités prévues et moyens nécessaires Les activités qui permettront d atteindre ces objectifs sont les suivantes : Objectif spécifique 1 : Constituer et animer un réseau de 135 médecins et professionnels de santé d Afrique francophone, référents et formateurs dans la PEC globale du VIH pédiatrique. Activité 1-1 : Constitution d'un pool de 25 experts de la prise en charge pédiatrique du VIH issus du Nord et du Sud Ces experts constitueront le Comité stratégique et le Comité scientifique et pédagogique (CSP) du Réseau VIH pédiatrique. Le Comité stratégique, représentation «mixte» d experts du Nord et du Sud, sera consulté pour avis et validation par le Secrétaire général du Réseau. Les experts du pool seront constitués en sous-groupes de travail thématiques qui constitueront les commissions du Comité Scientifique et Pédagogique du Réseau. Tous les experts interviendront comme représentants de leurs structures sanitaires. L adhésion des directions hospitalières (administrations) au projet sera officialisée par la signature d accords de consortium et de conventions financières entre ESTHER et chacun des 11 hôpitaux signataires. La forme que prendra l adhésion au réseau dans le futur dépendra des statuts et du fonctionnement du réseau lorsque celui-ci aura une existence juridique. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 14

15 Activité : Identification des 15 médecins et 10professionnels de santé d Afrique francophone, référents et formateurs dans la PEC globale du VIH pédiatrique Les référents formateurs nationaux sont des médecins pédiatres, des paramédicaux, des psychologues, des pharmaciens, des éducateurs thérapeutiques et des conseillers psycho-sociaux qui participent à la prise en charge globale des patients enfants et adolescents VIH+. Il s agit de : -Identifier les membres du pool d experts dans les 9 pays partenaires en lien avec les programmes nationaux et les coordinations ESTHER : 2 à 3 experts par pays. Le pool d expert doit être composé de professionnels de santé représentatifs de la prise en charge globale de l enfant : Médecins cliniciens, déjà identifiés en grande partie : 15 experts de la PEC VIH pédiatrie dans leurs pays et exerçant sur le ou les sites de référence (CHU) constituant le consortium. Les médecins pédiatres sont déjà identifiés dans le cadre du séminaire ESTHER VIH pédiatrie parmi les participants au séminaire régional ESTHER VIH pédiatrique du décembre 2012, Douala, Cameroun). Professionnels de l éducation thérapeutique, professionnels du médicament, professionnels de la nutrition, psychologues et représentants de la société civile (association plaideuse et association de prise en charge). Parmi eux, environ 10 professionnels de santé référents et formateurs seront identifiés pour compléter le pool d experts (voir Annexe 2) par les coordinations nationales ESTHER en lien avec les experts pays et le programme national sur les critères suivants : - être responsable de la prise en charge VIH pédiatrie dans un site de prise en charge central ou régional ; - être fortement investi dans la PEC VIH pédiatrie ; - avoir animé des formations au niveau national ou régional, ou être en position de les animer dans le cadre de la décentralisation de la prise en charge. Activité : Formalisation du cahier des charges du réseau : à réaliser par le pool d experts en lien avec le secrétaire général et le GIP ESTHER : Comité stratégique du Réseau : élaborer et valider la stratégie du Réseau, et notamment par avis et validation des propositions soumises par le Secrétaire général ; Comité scientifique et pédagogique du Réseau : élaborer les programmes des séminaires et ateliers de formation régionaux, élaborer les outils et référentiels scientifiques et pédagogiques, participer aux actions de communication et de plaidoyer, participer au développement des partenariats avec d autres institutions et prendre part aux groupes de travail techniques internationaux dans le domaine de la prise en charge de l enfant. L intégration au Réseau sera matérialisée par : - La liste des membres du pool d experts - Les listes constitutives des membres des comités (stratégique et CSP) - L inscription au réseau virtuel pédiatrie ou communauté virtuelle de pratiques (activité 3-6), sur le site Ce site permettra de favoriser le travail en 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 15

16 réseau, de formaliser les échanges et collaborations : partages d expériences et d expertises, échanges autour de cas cliniques, mise en ligne de documents de référence, E-Learning (formation à distance), et d assurer un suivi de l ensemble des personnes formées et appartenant au Réseau. Le pool d expert sera chargé d identifier les 15 professionnels de santé par pays qui intégreront le réseau ; une liste par pays sera constituée ; les PNLS/CNLS seront informés. Le Réseau sera animé par le secrétaire général, certains membres du pool d experts et les référents techniques du GIP ESTHER (responsable formation et référent pédiatrie). Activité 1-2 : Mise en place du secrétariat du Réseau Les recrutements de l équipe du secrétariat se feront au premier trimestre de l an 1 ; le fonctionnement effectif du secrétariat est programmé pour le deuxième trimestre de l an 1. Les activités du secrétariat seront les suivantes : -Secrétaire général : animation du Comité stratégique et du CSP du Réseau ; coordination et suivi des activités du projet, en lien avec les comités, le chef de projet et les référents formation et pédiatrie ESTHER (Paris) ; mise à jour de la base de données sur la PEC VIH pédiatrique dans les plans stratégiques nationaux et les besoins en formation associés ; animation du plaidoyer ; élaboration et proposition au comité stratégique d un mode de reconnaissance juridique et de fonctionnement du réseau (enregistrement des statuts) ; développement du Réseau vers de nouvelles activités (nouveaux projets, intégration de nouveaux pays et partenaires, partenariats institutionnels avec d autres réseaux ou institutions, mise en œuvre d études et de recherches), et recherche de financements pour pérenniser le Réseau. Le secrétaire général sera appuyé dans ses tâches par les coordinations nationales ESTHER, le chef de projet ESTHER (Paris) du projet ainsi que les référents ESTHER (Paris), responsable formation, référent pédiatrie, et conseiller pour la stratégie internationale. -Responsable administratif et financier (RAF) adjoint au coordonnateur (poste à mi-temps) : suivi administratif et financier, logistique des déplacements et appui à l organisation pratique des séminaires et ateliers dans le pays d accueil. -Chargé(e) du suivi et évaluation du projet (poste à mi-temps) : recueil, compilation et analyse des indicateurs d activités et de résultat du projet ; pilotage de la prestation externe pour enquête CAP (début et fin de projet, cf. méthodologie d évaluation); adaptation d ESOPE pédiatrique pour une prise en compte optimale des paramètres de prise en charge et de suivi des enfants et adolescents VIH+. Moyens : salaires x 3 ETP (1 SG, 1 RAF à mi-temps, 1 Chargé S/E à mi-temps) + équipement informatique bureau + location bureau + 5 missions de supervision par an, dont une au siège (Paris), pour le secrétaire général. Le secrétariat sera localisé dans l un des pays africains du Réseau à identifier sur la base des critères suivants : - Facilité d enregistrement de statuts de droit national - Présence de bureaux de représentation des plateformes régionales en santé : OMS-AFRO, OAAS, Unicef, RAF, ANECCA et PATA, dans une perspective de partenariats institutionnels et de synergies d actions de plaidoyer. Bonne accessibilité par voie aérienne. Ce choix devra être approuvé par les pays partenaires du Réseau. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 16

17 Activité 1-3 : Réunion annuelle du pool d experts Une réunion d un jour par an est prévue et se déroulera lors d un séminaire pédiatrique ou pluridisciplinaire. Moyens : per diem 25 personnes + 5 nationaux. Objectif spécifique 2 : Renforcer les compétences de 15 référents formateurs nationaux par pays par une offre régionale de formation continue à la PEC globale du VIH pédiatrique Activité 2-1 : Réalisation d'un état des lieux des compétences et évaluation des besoins en formation des sites de référence, dont une offre de stage régionale Sud/Sud (enquête CAP an 1 + an 3) Une enquête CAP permettra d évaluer les compétences et pratiques des sites de référence et de définir leurs besoins en formation. Cette étude (enquête CAP) permettra d effectuer un état des lieux des activités développées pour la PEC du VIH pédiatrique, des ressources humaines et des moyens disponibles dans certains hôpitaux du consortium. Elle visera à définir les besoins en formation des ressources humaines, les plans d action à développer pour renforcer les sites de référence (activités de prise en charge à développer) et les capacités d accueil de stagiaire (type de stages, capacités d accueil). L identification d une offre de stage régionale Sud/Sud et nationale en PEC globale du VIH pédiatrique (cartographie des sites, capacités d accueil -nombre et thématique-) sera : - réalisée à partir d un questionnaire identifiant les capacités d accueil et les thèmes des stages pouvant être proposés par chaque site (réalisation fin 2012) - complétée par l enquête CAP (activité 2-4). L étude s effectuera en 2 temps : administration d un questionnaire à distance : ce questionnaire détaillera l ensemble des activités et pratiques des professionnels de santé garantissant une prise en charge de qualité. Il sera rempli par l expert du site en lien avec l équipe de soins (auto-évaluation des pratiques en groupe). puis évaluation in situ d un échantillon de 4 sites pour lesquels des informations complémentaires seront nécessaires. Cette enquête CAP sera reprogrammée à la fin du projet pour comparer les résultats avec l enquête initiale (cf. Evaluation et suivi du projet). L enquête CAP complètera le document pays existant et actualisé (regroupant l état des lieux de la PEC VIH pédiatrique, des formations et des besoins, des activités financées par le FM dans le pays) permettant de disposer d un état des lieux. L actualisation du document pays VIH pédiatrique donnera lieu à une communication au PNLS/CNLS pour un meilleur suivi du projet par les instances nationales : les programmes nationaux seront sollicités pour enrichir ce document. Moyens : 1 consultant international externe (30 jours x 2) pour : l élaboration et l administration d un questionnaire à distance, l évaluation in situ d un échantillon de 4 sites (4 missions x 3 jours x 2), l analyse des données et la rédaction d un rapport. Activité 2-2 : Organisation d'un séminaire annuel régional de formation à la PEC du VIH pédiatrique pour 50 médecins pédiatres référents formateurs 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 17

18 Cette activité sera programmée en an 2 (T1) et an 3 (T2) uniquement. L objectif de ce séminaire de 3 jours est d actualiser les connaissances scientifiques des médecins pédiatres. Les programmes de formation tiendront compte de l actualité scientifique et des besoins identifiés par les pays (programmes nationaux) et au niveau des sites de référence (enquête CAP) ; ils permettront d aborder l ensemble des aspects de la prise en charge pédiatrique : prise en charge clinique et biologique, dispensation des ARV pédiatriques, éducation thérapeutique, accompagnement de l enfant et de l adolescent, prise en charge nutritionnelle, organisation d un site de PEC pédiatrique, recherche opérationnelle, plaidoyer. L objectif étant de former des formateurs, l accent sera mis sur le développement de compétences en pédagogie médicale en sous ateliers (groupe de 15 à 20 personnes). Le séminaire visera par ailleurs l élaboration de recommandations par pays sur les plans de formation nationaux. En fonction de l état des lieux (Enquête CAP A.2-1), d autres thématiques de formation pourront émerger. Le pays d accueil du séminaire sera tournant. Moyens : Séminaire de 3 jours; an2+ an3 : 70 participants (50 médecins pédiatres + 20 experts pool), +5 animateurs équivalents temps plein (ETP) (membres du pool et ressources externes) Activité 2-3 : Organisation d un atelier national de formation continue des médecins pédiatres nationaux Cet atelier de formation continue d une journée visera à former les médecins pédiatres n ayant pas participé au séminaire régional. En an 1 du projet (T3), il sera organisé à la suite du séminaire régional ESTHER pédiatrie de décembre 2012 (Douala). Moyens : 9 x 1 jour x 30 participants + 2 formateurs nationaux Activité 2-4 : Organisation d'un séminaire annuel régional de formation pour les équipes de soins pluridisciplinaires de 11 sites de référence nationaux des 9 pays, qui intègre l accompagnement de l enfant et l adolescent VIH+ L objectif de ce séminaire de 4 jours est de développer la prise en charge interdisciplinaire au sein des services de pédiatrie, y compris l accompagnement de l enfant par les psychologues, éducateurs thérapeutiques et conseillers psycho sociaux (CPS). Cette activité est programmée en an 1 et an 2. Les thèmes abordés en sous ateliers, groupes de travail, études de cas, et séances en plénière concerneront notamment : le circuit du patient, l organisation des soins, l éducation thérapeutique, l accompagnement psychologique, la PEC nutritionnelle, le partage d information, la complémentarité et l interdisciplinarité de la PEC, l informatisation du recueil des données de cohorte, l organisation des stages etc. Concernant les compétences en accompagnement de l enfant et de l adolescent VIH+ seront abordés en particulier : développement psycho-affectif, annonce du diagnostic, aide à l observance, accompagnement de l adolescent, sexualité, éducation thérapeutique. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 18

19 Les participants seront représentatifs de tous les profils de compétences investis (7 PS par site) : Médecin pédiatre, médecin généraliste, infirmier ; assistante sociale ou psychologue ; éducateur thérapeutique ou nutritionniste ; pharmacien dispensateur ou gestionnaire de stock ; sage-femme, CPS. Méthodologie : Renforcement des compétences au travers d ateliers pratiques et de partages d expérience entre sites. puis Développement d un plan d action pour chaque site de référence tenant compte des résultats de l enquête CAP: développement d une activité de prise en charge, renforcement des compétences. La mise en œuvre de ce plan d action sera suivie et accompagnée par le secrétaire général et les référents techniques du GIP ESTHER. Les résultats du plan d action devront être présentés à chaque séminaire. Moyens : Au global : Séminaire de 4 jours (3+1), 77 participants (7 professionnels de santé / site, 11 sites), 4 animateurs dont 2 ATI + 2 ATN ; les autres animateurs sont membres du pool d experts. Activité 2-5 : Conception d un guide de stage VIH pédiatrique 8 Ce guide sera rédigé par les référents formation et pédiatrie du GIP ESTHER puis validé à distance par le pool d expert. Il a pour objectifs de renforcer la qualité des stages (précision des objectifs et des activités) et leur impact sur les compétences du stagiaire et la qualité de la prise en charge (proposition d un projet à mettre en œuvre par les stagiaires après le stage dans leur structure d affectation d origine) Il comportera : -les objectifs de stage par profil de stagiaire, -pour chaque objectif, les activités à développer au cours du stage, -les outils d organisation et de suivi des stages : TDR de stage, rapport de stage (et identification d un projet à mettre en œuvre, évaluation du stage par le maitre de stage. Les outils seront complétés par les stagiaire et maitres de stages sur proposition puis validation des coordinations ESTHER. La réalisation du projet à mettre en œuvre sera suivie par l expert du site ou chef de service et son résultat présenté au cours du séminaire pluridisciplinaire (activité 2-3). L impact du stage sur les pratiques et la qualité de la prise en charge sera mesuré par l enquête CAP de fin de projet. Cette activité est financée sur fonds ESTHER. Activité 2-6 : Organisation de 18 stages Sud/Sud par an de 10 jours pour les professionnels de santé des sites de référence des 9 pays Les stages Sud/Sud permettront de renforcer les sites de référence et feront partie du plan d action «site» défini au cours du séminaire des équipes pluridisciplinaire (activité 2-3). Afin de garantir l impact sur la qualité de la prise en charge et favoriser le travail en équipe, les stages s effectueront de préférence en binôme : un clinicien et un psycho-social dans un environnement d accueil travaillant en interdisciplinarité. 8 Sur financement ESTHER. 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 19

20 Des frais de supervision des stagiaires des sites d accueil et des per diem sont budgétisés. Moyens : forfaits hospitaliers intégrés dans les frais de gestion généraux du projet. Objectif spécifique 3 : Mettre à disposition des autorités sanitaires des 9 pays et de leurs référents formateurs, des supports techniques et pédagogiques permettant de développer au niveau national les capacités de 520 PS dans la prise en charge du VIH pédiatrique Il s agit : -d accompagner les experts dans la recommandation de plans d action nationaux permettant de développer la PEC VIH pédiatrique ; -de développer des outils pédagogiques : kits vidéos/slides et programmes de formation E-learning à partir du séminaire régional VIH pédiatrique d actualisation des connaissances (projet initié en 2011) ; -de développer des outils de référence régionaux. Activité 3-1 : Réalisation des séquences vidéo des séminaires régionaux de formation au VIH pédiatrique et mise à disposition sur support DVD et internet Ces outils seront utilisés par les référents formateurs pour animer des actions de formation sur site et nationales. Moyens : 2 consultants X 4 jours (an2, an3) pour : préparation, tournage et post production Activité 3-2 : Développement de modules thématiques de formation E-learning (formation à distance) destinés aux 520 professionnels de santé du réseau élargi Les modules seront développés à partir des ateliers du séminaire régional pédiatrique. La conception sera réalisée par une société de e-learning en lien étroit avec les référents formation et pédiatrie du GIP ESTHER. Un concepteur rédacteur médical sera mobilisé. Les experts des ateliers valideront le contenu scientifique des modules. Les modules seront proposés par les experts et les coordinations nationales aux programmes nationaux. Un listing des professionnels de santé pouvant bénéficier de ces modules sera constitué. Les modules seront proposés aux personnes concernées. Ils seront également utilisés en tant qu outils pédagogiques (au même titre que les vidéos) par les experts et référents formateurs au cours de leurs formations nationales ou sur site. Evaluation de l utilisation de ces modules : -le suivi des modules en e-learning sera automatiquement évalué par la plateforme de formation à distance intégrée au site -l utilisation de ces modules par les référents formateurs fera l objet d un suivi et d une évaluation par le responsable suivi évaluation et le secrétaire national du réseau. Cette activité est couverte en an 1 sur fonds ESTHER. Moyens : Contrat avec une agence de e-learning (40 jours x 700 euros/jour pour : conception pédagogique, création et production des modules, rédaction des textes et réalisation d animations et voix off, accompagnement et suivi projet) 12INI202-ANNEXE I- PLAN D ACTION 20

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

SOMMAIRE. lgros plan sur le projet ESTHERAID. pages 2 et 3. pages 4 et 5. pages 6 et 7. pages 8 et 9. pages 10 et 11.

SOMMAIRE. lgros plan sur le projet ESTHERAID. pages 2 et 3. pages 4 et 5. pages 6 et 7. pages 8 et 9. pages 10 et 11. LA LETTRE N 44 62, Boulevard Garibaldi 75015 Paris 01 53 17 52 02/09 www.esther.fr ESTHERAID, une exigence de qualité au service de tous, ESTHERAID = ESTHER + UNITAID C est l idée qu il faut faire plus,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Montant de la subvention Durée totale des

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Appui au Ministère de la Santé dans la

Plus en détail

Séminaire de concertation Canal 2. Paris, 27-28 février 2012

Séminaire de concertation Canal 2. Paris, 27-28 février 2012 Séminaire de concertation Canal 2 Paris, 27-28 février 2012 Séminaire de concertation Présentation de l Initiative 5% Gustavo GONZALEZ-CANALI, MAEE (DGM/SDH) Canal 1 : mobilisation d expertise Audrey GIRET,

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Appuyer la réalisation d une étude de faisabilité sur la transformation

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI116

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI116 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI116 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Renforcement des capacités stratégiques et

Plus en détail

Le Modèle ESTHER : des partenariats pour le développement des capacités en santé

Le Modèle ESTHER : des partenariats pour le développement des capacités en santé Rencontre de la Coopération Hospitalière Mali - France Le Modèle ESTHER : des partenariats pour le développement des capacités en santé Farid Lamara, PhD (Responsable des affaires internationales et institutionnelles)

Plus en détail

rapport d activité 2013 partenariats n innovation n solidarité

rapport d activité 2013 partenariats n innovation n solidarité rapport d activité 2013 partenariats n innovation n solidarité 2 Merci à nos partenaires financiers à l heure où la toute nouvelle loi d orientation et de programmation relative à la politique de développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Elaborer le paquet minimum d'activités

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées NA (mission régionale) Appui à l élaboration d

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Annexe 1. Fiches projets. Annexe 2. Termes de référence de l évaluation. Annexe 3. Eligibilité des projets. Annexe 4. Liste des personnes rencontrées

Annexe 1. Fiches projets. Annexe 2. Termes de référence de l évaluation. Annexe 3. Eligibilité des projets. Annexe 4. Liste des personnes rencontrées ANNEXES Annexe 1. Fiches projets Annexe 2. Termes de référence de l évaluation Annexe 3. Eligibilité des projets Annexe 4. Liste des personnes rencontrées 2 Annexe 1. Fiches projets Burkina Faso Cambodge

Plus en détail

Marseille, le 3 avril 2007 Ensemble nsemble pour une Solidaritéolidarité Thérapeutique Hospitalière. Réseauéseau

Marseille, le 3 avril 2007 Ensemble nsemble pour une Solidaritéolidarité Thérapeutique Hospitalière. Réseauéseau Marseille, le 3 avril 2007 Ensemble nsemble pour une Solidaritéolidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseauéseau ESTHER «Jeune juive déportée à Babylone Elle devint, d après le livre biblique qui porte

Plus en détail

Mauritanie, mission de santé à Aleg et Kaedi AFD, Didier Grebert. Agence Française de Développement FONDS FRANÇAIS MUSKOKA

Mauritanie, mission de santé à Aleg et Kaedi AFD, Didier Grebert. Agence Française de Développement FONDS FRANÇAIS MUSKOKA Mauritanie, mission de santé à Aleg et Kaedi AFD, Didier Grebert Agence Française de Développement FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT Répondre aux enjeux de la santé maternelle et

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE ACTION INTERNATIONALE Novembre 2009 N 3 Accès aux systèmes et soins de santé primaire Emetteur : DROI p.1/6 ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE Un défi pour améliorer l accès à des services de

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI137

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI137 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI137 I. Informations générales Intitulé de la mission Renforcement des capacités du Programme National Tuberculose Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI152

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI152 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI152 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Renforcement des capacités de l Association Dounia Solidarité, en gestion

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Déclaration d'alger Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Réduire le déficit des connaissances pour améliorer la santé en Afrique 23-26 juin 2008 Catalogage

Plus en détail

Université Cheikh Anta DIOP de Dakar Doctorat d Etat en Médecine (1995)

Université Cheikh Anta DIOP de Dakar Doctorat d Etat en Médecine (1995) Nom THIAM Prénom Safiatou Adresse Route des Almadies BP : 15688 Dakar Fann Domicile +221 33868 3933 Cellulaire +221 77569 1809 E mail sofithiam@yahoo.fr Skype sofithiam 1. Formation Institutions Institut

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Kits pédagogiques pour l éducation thérapeutique du patient enfant, adolescent, adulte vivant avec le VIH

Kits pédagogiques pour l éducation thérapeutique du patient enfant, adolescent, adulte vivant avec le VIH Kits pédagogiques pour l éducation thérapeutique du patient enfant, adolescent, adulte vivant avec le VIH Projet ESTHERAID Objectif: améliorer l accès aux traitements antirétroviraux Financement : Unitaid

Plus en détail

L Enfant protégé par les ARV: analyses ethnologiques comparées (Sénégal, Burkina, Laos) Dr Khoudia Sow, Pr Alice Desclaux

L Enfant protégé par les ARV: analyses ethnologiques comparées (Sénégal, Burkina, Laos) Dr Khoudia Sow, Pr Alice Desclaux L Enfant protégé par les ARV: analyses ethnologiques comparées (Sénégal, Burkina, Laos) Dr Khoudia Sow, Pr Alice Desclaux Introduction En 2009, nouvelles recommandations de l OMS pour la prophylaxie de

Plus en détail

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE LE PROGRAMME DE TELEMEDECINE AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT N 4-5-6-8 1 CFAO : Membre

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

«Approches comparées des politiques

«Approches comparées des politiques «Approches comparées des politiques d accès aux ARV en Afrique et spécificités du programme camerounais» Semaine de la France au Brésil L accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud : 20 ans après l

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

RENFORCEMENT DE CAPACITES EN ALIMENTATION ET NUTRITION : CAS DE LA FINSAAU BENIN:

RENFORCEMENT DE CAPACITES EN ALIMENTATION ET NUTRITION : CAS DE LA FINSAAU BENIN: RENFORCEMENT DE CAPACITES EN ALIMENTATION ET NUTRITION : CAS DE LA FINSAAU BENIN: Prof. Noël AKISSOE Prof. Romain DOSSA Prof. Joseph HOUNHOUIGAN Prof. Eric A. ATEGBO Ir. Sam BODJRENOU FSA/UAC 01 BP 526

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n Burundi / Assistance technique pour l appui au renforcement du système de gestion des achats et des approvisionnements Demandeur : Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil

Plus en détail

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011.

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011. ANNEXE 1 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL 211-215 Bujumbura, 19 mai 211. . Introduction Le Burundi s est doté d une politique lutte contre

Plus en détail

L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health

L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health Regine Ducos Directrice des relations internationales Director of International Relations Une grande école à vocation

Plus en détail

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Programme en réponse à l appel d offres UNITAID: Diagnostic TB, Paludisme et VIH

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

II. Description de la mission d expertise

II. Description de la mission d expertise Termes de références Mission n 12INI136 TCHAD / Mission de diagnostic en vue de renforcer le système d approvisionnement et des stocks d ARV du niveau périphérique vers le niveau central. Demandeur : CNLS

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES PLATEFORMES EN PHARMACOEPIDEMIOLOGIE ET EVALUATION DES USAGES DU MEDICAMENT. Édition 2014

APPEL A CANDIDATURES PLATEFORMES EN PHARMACOEPIDEMIOLOGIE ET EVALUATION DES USAGES DU MEDICAMENT. Édition 2014 APPEL A CANDIDATURES PLATEFORMES EN PHARMACOEPIDEMIOLOGIE ET EVALUATION DES USAGES DU MEDICAMENT Édition 2014 Date de clôture de l appel à candidatures 16/06/2014 à 12h00 Contact Courriel : appelaprojets@ansm.sante.fr

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ELABORATION D UN GUIDE METHODOLOGIQUE POUR LA CONSTRUCTION DE REFERENTIELS COMPETENCES-EMPLOIS-FORMATIONS DGRU (Direction Générale de la Rénovation Universitaire)

Plus en détail

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Le présent appel à projets s adresse

Plus en détail

FORUM PHARMACEUTIQUE INTERNATIONAL DE LIBREVILLE RAPPORT FINAL

FORUM PHARMACEUTIQUE INTERNATIONAL DE LIBREVILLE RAPPORT FINAL 9 ème FORUM PHARMACEUTIQUE INTERNATIONAL DE LIBREVILLE RAPPORT FINAL Docteur Serge Aimé ISSEMBE Président de l Ordre National des Pharmaciens du Gabon Conférence de l Inter-Ordre des Pharmaciens Francophones

Plus en détail

Termes de références Mission TCHAD Demandeur I. Contexte HCNC FOSAP UNAD AMASOT La composante VIH/Sida vise les objectifs suivants

Termes de références Mission TCHAD Demandeur I. Contexte HCNC FOSAP UNAD AMASOT La composante VIH/Sida vise les objectifs suivants Termes de références Mission n 12INI145 TCHAD / Mission d expertise technique auprès de l Unité de Gestion du FOSAP, en matière de gestion financière et d appui comptable. Demandeur : FOSAP-HCNC I. Contexte

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE ENTRE La Commune de NIMES, Place de l Hôtel de Ville, 30033 NIMES

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Charte du réseau. Annexe II

Charte du réseau. Annexe II Charte du réseau Il est créé par référence aux articles L 6321-1 du code de la santé publique et L162-43 à L 162-46 du code de la Sécurité sociale, aux articles 766.1.3, 766.1.4, 766.1.5 du décret 2002-1463

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention entre la Ville

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

Loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires ;

Loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires ; Direction de la santé publique Direction de l offre de soins et de l autonomie Novembre 2015 1 Appel à projets pour le développement et la promotion de programmes d éducation thérapeutique des patients

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Modes de financt MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 ANNEXE I LES MODES DE FINANCEMENT DES MAISONS DE SANTE PLURI-PROFESSIONNELLES (MSP) Sous réserve de répondre, a minima, aux critères définis au II 2 du cahier

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION D AFRISTAT ET DE SES ACTIVITES

NOTE DE PRESENTATION D AFRISTAT ET DE SES ACTIVITES Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne NOTE DE PRESENTATION D ET DE SES ACTIVITES 1996 à 2002 Mise à jour le 14 mars 2003 Afristat B.P. E 1600 Niaréla, rue 499 porte 23 - Bamako

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE 1. CONTEXTE Le bilan de l Éducation Pour Tous révèle que les pays d Afrique subsaharienne ont accompli

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

Programme d Appui à la Recherche en Réseau en Afrique PARRAF. Appel à projets

Programme d Appui à la Recherche en Réseau en Afrique PARRAF. Appel à projets Programme d Appui à la Recherche en Réseau en Afrique PARRAF Appel à projets Date de clôture de l appel à projets : 18 mars 2013 Dossiers de candidature à envoyer à parraf@ird.fr 1. Contexte, objectifs

Plus en détail

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau PARTENARIAT ESTHER en Hygiène Hospitalière Coopération entre le CHU de Rennes et 2 hôpitaux de Bujumbura, Burundi Hôpital Prince Régent Charles Centre Hospitalo-Universitaire Kamenge L. SAUNDERS, F. NIYONKURU

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées Appui au démarrage des activités de distribution

Plus en détail

Le Centre MURAZ de Bobo-Dioulasso, Burkina Faso «Une recherche scientifique de haute qualité au service de la santé publique»

Le Centre MURAZ de Bobo-Dioulasso, Burkina Faso «Une recherche scientifique de haute qualité au service de la santé publique» Le Centre MURAZ de Bobo-Dioulasso, Burkina Faso «Une recherche scientifique de haute qualité au service de la santé publique» Le Mot du Directeur Général Le Centre MURAZ, créé en 1939 par la France, est

Plus en détail

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N Le présent document complète la Convention initiale ainsi

Plus en détail

Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie

Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie Dr Niklas Luhmann MD, MPH HIV/AIDS and HR Advisor Médecins du

Plus en détail

Dispositif d Appui Technique pour l Afrique de l Ouest et du Centre Technical Support Facility West & Central Africa

Dispositif d Appui Technique pour l Afrique de l Ouest et du Centre Technical Support Facility West & Central Africa Dispositif d Appui Technique pour l Afrique de l Ouest et du Centre Technical Support Facility West & Central Africa 1 Plan de Présentation 2 Carte d identité du DAT-AOC Assistance Technique Renforcement

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE ÉTAPE 1 Cerner le projet C est le premier temps du projet : il permet d identifier une situation-problème qui questionne et nécessite la mise en œuvre d une réponse. Le projet peut

Plus en détail

Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale

Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale dans le cadre de RESAOLAB sur le développement des ressources humaines Compte-rendu Bamako 19-20 mai 2014 Photo de groupe des participants

Plus en détail

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé»

«Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Réseau Hémovigilance 4 ème Aquitaine-Limousin ème Journée - 23 novembre 2006 «Guide référentiel pour la formation continue en transfusion sanguine des professionnels dans les établissements de santé» Dr

Plus en détail

La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation

La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation Clotilde Le Gall Conseillère socio-éducative Coordonnatrice sociale Clotilde.LeGall@cg94.fr Dr Patrick Alecian Médecin Psychiatre Coordonnateur

Plus en détail

Programme international de formation

Programme international de formation Programme international de formation La science n a pas de patrie, car la connaissance appartient à l humanité, c est un flambeau qui illumine le monde. Louis Pasteur Le Réseau International des Instituts

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n 13INI105 Guinée / appui à l élaboration du cadre stratégique national Demandeur : Secrétariat Exécutif du Comité National de lutte contre le sida I. Contexte Le cadre stratégique

Plus en détail

ELAN École et langues nationales en Afrique

ELAN École et langues nationales en Afrique ELAN École et langues nationales en Afrique Une offre francophone vers un enseignement bilingue pour mieux réussir à l école ELAN-Afrique S «Sur le sol d Afrique, langues africaines et langue française

Plus en détail

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012 Rapport du séminaire régional sur le partage d expériences et d enseignements tirés de la mise en œuvre du Code de Conduite sur la sûreté et la sécurité des sources radioactives Ouagadougou, Burkina Faso

Plus en détail

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Campagne de communication MSF 2012 Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Note explicative janvier 2012 UNE SITUATION ALARMANTE Le VIH touche un nombre impressionnant de personnes en République

Plus en détail

Module de formation. L assainissement en milieu rural

Module de formation. L assainissement en milieu rural Module de formation L assainissement en milieu rural Sur la base des retours d expérience de programmes d assainissement réalisés dans quatre pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal), Eau Vive

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

Secteur d activité : Santé Nombre de projets en cours : 47 Evolution : Stable

Secteur d activité : Santé Nombre de projets en cours : 47 Evolution : Stable Médecins du Monde http://www.medecinsdumonde.org/ Secteur d activité : Santé Nombre de projets en cours : 47 Evolution : Stable Nombre de projets de santé en cours : 100% Nombre de projets en cours portant

Plus en détail

SESSION DE TRAVAIL SUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME DE L ENFANT EN AFRIQUE FRANCOPHONE DIMANCHE 25 NOVEMBRE 2012 PARIS - HOTEL AMPERE.

SESSION DE TRAVAIL SUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME DE L ENFANT EN AFRIQUE FRANCOPHONE DIMANCHE 25 NOVEMBRE 2012 PARIS - HOTEL AMPERE. SESSION DE TRAVAIL SUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME DE L ENFANT EN AFRIQUE FRANCOPHONE DIMANCHE 25 NOVEMBRE 2012 PARIS - HOTEL AMPERE Participants Les présidents et membres du bureau du Conseil National

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Appui à la gestion de subvention du Fonds

Plus en détail

COOPÉRATION EN ÉDUCATION

COOPÉRATION EN ÉDUCATION CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES PÉDAGOGIQUES Au service du français et de l éducation dans le monde COOPÉRATION EN ÉDUCATION Un établissement public pour la coopération internationale en éducation, opérateur

Plus en détail

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Parallèlement aux progrès thérapeutiques, la prise en charge personnalisée en cancérologie se doit d évoluer vers un accompagnement

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail