Études épidémiologiques analytiques et biais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Études épidémiologiques analytiques et biais"

Transcription

1 Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre Objectifs pédagogiques Connaitre le déroulement pratique des études cas-témoin et des études de cohorte Savoir différencier une étude cas-témoin et une étude de cohorte (déroulement, organisation, avantages et inconvénients) Connaitre les différents types de biais, leurs origines, leurs conséquences et les moyens mis en œuvre pour les neutraliser 2

2 PLAN DU COURS Les biais Notion de biais Biais de sélection Biais de classement Biais de confusion Les études épidémiologiques analytiques Cohortes exposés-non exposés Études cas-témoin 3 Notion de biais Définition : erreur systématique qui fausse les résultats dans un sens donné. Attention à ne pas confondre avec : erreur aléatoire (fluctuation d échantillonnage qui débouche sur une imprécision) erreur dans une conclusion statistique (risques alpha et bêta ou manque de puissance) 3 types de biais selon leur cause Biais de sélection Biais de classement (ou de mesure, ou d information) Biais de confusion décrire un biais c est indiquer son origine son type son sens (surestimation ou sous-estimation) si possible son importance (négligeable, modéré, important) si possible 4

3 Notion de biais Précis et valide Peu précis mais valide (erreur aléatoire) Peu précis et non valide (erreur aléatoire et systématique) Précis mais non valide (erreur systématique) 5 Biais de sélection Définition : biais dans la constitution de l échantillon, qui va se retrouver non représentatif de la population cible pour des facteurs liés au problème étudié Peut survenir à différents moments et niveaux de l enquête Lors de la planification de l étude : biais de recrutement lors de la constitution de l échantillon car problème de représentativité de l échantillon Lieux (milieu hospitalier, milieu professionnel ) Mode de recrutement (bases de sondage) Biais d auto-sélection Population source non représentative de la population cible (non-pertinence des critères d inclusion ou d exclusion) Échantillon non représentatif de la population source (modalités de recrutement, perdus de vus) Lors du déroulement de l étude : perdus de vue (dans les enquêtes prospectives) Lors de l analyse des groupes : problème de comparabilité 6

4 Méthodes de contrôle des biais de sélection Contrôle lors de la planification de l étude Recrutement par tirage au sort (études observationnelles) Exemple : dans enquête cas-témoin, sélection des témoins adultes par tirage au sort sur les listes électorales Recrutement exhaustif Exemple : dans un essai clinique, inclusion systématique de tous les patients éligibles sur une période donnée Randomisation (études expérimentales) Relances afin d éviter les perdus de vue et les données manquantes 7 Méthodes de contrôle des biais de sélection Contrôle lors de l analyse des données Ajustement sur facteurs Exemple : ajustement sur les facteurs pronostiques déséquilibrés entre les groupes au début de l étude Analyse en intention de traiter (ITT) (essais cliniques) Définition : analyse de tous les sujets inclus dans leur groupe initial de randomisation Analyses de sensibilité Permettent de quantifier le biais de sélection 8

5 Biais de classement Définition : erreur systématique commise dans la définition ou la mesure de l exposition (ou facteur de risque) ou de la maladie (ou état de santé) Synonymes - biais d information - biais de mesure 9 Biais de classement Un biais de classement peut résulter de la méthode de mesure Outil : Changement de méthode diagnostique ou de mesure d exposition en cours d enquête Méthode de mesure inégale entre les groupes (surveillance + fréquente ou plus stricte) la subjectivité de l enquêteur Suggestion Question posée différemment si cas ou témoin Conscient ou pas la subjectivité de l enquêté Biais de mémorisation Refus de répondre Biais de minimisation (déni, culpabilité) Conscient ou pas 10

6 Méthodes de contrôle des biais de classement Contrôle lors de la planification de l étude Validité et fiabilité des mesures Choisir une mesure précise, exacte et reproductible Surtout si le critère est subjectif Sources d information multiples (dossier médical, médecin traitant ) Exemple : mesure de la qualité de vie à l aide d un questionnaire validé Standardisation des procédures Définition précise du facteur étudié et des critères de jugement Même procédé de recueil de mesure pour tous les sujets de l étude Évaluation / recueil des données en aveugle / en insu Enquête cas-témoin : évaluation de l'exposition en insu du statut malade / non malade Enquête de cohorte exposés non exposés : évaluation de la maladie en insu de l'exposition Essais cliniques : évaluation des critères de jugement en insu du traitement Résultat d'un examen diagnostique en insu du résultat du gold standard Formation des enquêteurs Pour une standardisation des procédures 11 Biais de confusion Définition : biais provoqué par un facteur de confusion interagissant avec le facteur de risque étudié dans l'étude du lien entre ce facteur et la maladie Un facteur F joue le rôle de facteur de confusion dans la relation entre E et M si dans la population cible si F est lié à E et à M F n est pas une conséquence de E La force de l association entre E et M est différente selon que l analyse est conduite de façon brute ou ajustée sur le facteur F (OR brut différent de OR ajusté) Exemple : le tabagisme peut être un facteur de confusion dans la relation entre la consommation d alcool et le risque de cancer du poumon 12

7 Biais de confusion Contrôle lors de la planification de l étude Restriction de la population d étude à certaines catégories Exemple : exclusion de patients atteints de bilharziose (facteur de risque connu de cancer de la vessie) dans une enquête étiologique sur le cancer de la vessie en Europe Appariement sur les facteurs de confusion de la maladie déjà connus Stratification sur le facteur de confusion au moment de la constitution des groupes : tirage au sort équilibré par strate 13 Biais de confusion Contrôle lors de l analyse des données Ajustement sur les facteurs de confusion On utilise des modèles multivariés qui donnent l'effet propre du facteur étudié indépendamment des autres co-variables entrées dans le modèle Attention: ceci nécessite d'avoir prévu dans le protocole de recueillir les facteurs de confusion potentiel Stratification 14

8 Etudes Expérimentales ou Observationnelles Intervention ou contrôle de l exposition Non Études observationnelles Oui Études expérimentales Étude descriptive Fréquence et répartition d un état de santé Enquêtes de prévalence Transversales uniques ou répétées Enquêtes d incidence (cohorte descriptive) Longitudinales Étude analytique / étiologique Recherche de facteurs de risque / facteurs pronostiques Enquête cas-témoins Rétrospective Enquête de cohorte exposés non exposés - Historique - Historico-prospective - Prospective Études d évaluation Evaluation diagnostique Essais thérapeutiques Eval. d une intervention en santé publique : Études avant/après Études ici/ailleurs Épidémiologie analytique Synonyme : étiologique Objet d étude : les causes et déterminants des maladies (ou états de santé) Cherche à mettre en évidence une association, un lien de cause à effet entre un facteur (une exposition) et une maladie (ou un état de santé) Repose sur des techniques de comparaison 2 grands types : l enquête exposé - non exposé (de cohorte) et l enquête cas témoins 16

9 Enquêtes de cohorte exposé-non exposé Cohorte en épidémiologie Ensemble d individus définis par certaines caractéristiques (géographique, d âge, de sexe, d exposition) qui vont être suivis à partir d un même moment (ex: étude EPIPAGE, cohorte d enfants prématurés nés en 1997 dans 9 régions françaises) Ce groupe d individus fait l objet d une surveillance prolongée afin de relever l apparition de facteurs de risque et/ou l apparition de signe clinique, de pathologie, de décès (EPIPAGE= devenir des enfants suivis jusqu à l âge de 10 ans) Différents types de cohortes prospective historique historico-prospective 17 Étude de cohorte exposé / non exposé prospective Exemple 1 : Lien entre radiations ionisantes et leucémie Un groupe de femmes traitées par radiothérapie pour traitement de cancers gynécologiques (E+) et un groupe sans radiothérapie (E-) Suivies chaque année pendant 10 ans pour étudier la survenue de leucémies (M) dans chaque groupe Étude de cohorte prospective Passé Présent Futur E = radiations ionisantes M = leucémies E+ E- M+ M- M+ M- 18

10 Étude de cohorte exposé / non exposé historique Exemple 2 : Étude dans la base de données de la sécurité sociale du lien entre exposition au Benfluorex (MEDIATOR ) (E) et survenue d une valvulopathie cardiaque (M) chez des patients diabétiques Étude de cohorte historique Passé Présent Futur E+ E- M+ M- M+ M- E = Benfluorex M = valvulopathie 19 Étude de cohorte exposé / non exposé historico-prospective Exemple 3 : Lien entre infection virale en début grossesse (E) et malformation (M) chez l enfant à la naissance. Interrogatoire rétrospectif des femmes au 3ème mois sur les éventuelles infections des 3 premiers mois Suivi prospectif des mères chaque mois du 4ème mois de grossesse jusqu à l accouchement et recherche de malformations chez les nouveau-nés Étude de cohorte historico-prospective Passé Présent Futur E = infection virale M = malformation E+ E- M+ M- M+ M- 20

11 Déroulement des enquêtes de cohorte exposés / non exposés Suivi Durée : en fonction du délai E/M (parfois long) La surveillance doit être identique dans les deux groupes (sinon risque de biais de classement) Perdus de vue : biais de sélection si le motif est lié au facteur étudié (ex : décès). Ils doivent être décrits et pris en compte dans l analyse. Les modifications au cours du temps de l exposition ou des méthodes diagnostiques peuvent entraîner des biais de mesure Recueil des données Standardisé Outils validés, enquêteurs formés au questionnaire de recueil Réalisé en insu (aveugle) de l état d exposition du sujet Sinon risque de biais de mesure 21 Mesures d association : Risque Relatif (RR) Ratio de risque, rapport de risque ou rapport du taux d incidence Rapport du risque de maladie chez les exposés sur le risque de maladie chez les non exposés exposé E+ non exposé E- malade M+ A C non malade M- B D RR = A/(A+B) / C/(C+D) Si RR = 1, le facteur ne constitue pas un risque Si RR > 1, le facteur constitue un risque Si RR < 1, le facteur est protecteur Attention le RR ne se calcule que dans les enquêtes de cohorte! 22

12 Biais dans les études de cohorte Recueil Exposition Recueil prospectif Facteurs de confusion Maladie Début enquête Inclusion Suivi Analyse Temps Biais de sélection si -Recrutement sans tirage au sort ou non exhaustif Biais de sélection si - Perdus de vue liés à exposition et/ou maladie Biais de classement si - Exposition subjective, non fiable, non valide, imprécise - L exposition ou sa mesure évolue - Recueil de la maladie pas en insu de l exposition - Critères diagnostiques subjectifs, imprécis, non fiables, ou évoluent (suivi long) - Suivi incomplet / pas assez long Biais de confusion si - Pas d ajustement sur facteurs de confusion 23 Avantages des études de cohorte Large éventail d investigations possible Pas ou peu de biais de mesure de l exposition (mesure précise, pas d information manquante) Données d incidences Meilleure estimation du risque (RR calculable et risque attribuable si cohorte ) 24

13 Inconvénients des études de cohorte Durée longue (plusieurs années) : biais de sélection important si beaucoup de perdus de vue! Organisation lourde Cout élevé Peu performante pour les maladies rares 25 Les études cas témoin Il s agit d une étude rétrospective Débute et se déroule après l apparition de la maladie Porte sur des informations sur l exposition recueillies à posteriori de l apparition de la maladie On comparera la fréquence de l exposition chez des malades (cas) et des non malades (témoins) 26

14 Déroulement des enquêtes cas-témoin Exposition (présente ou absente) Ε+ Ε Présence de la Maladie (chez les cas) Μ+ temps Ε+ Ε Μ Début et fin de l enquête Retour en arrière pour une reconstitution de l exposition 27 Sélection des cas et des témoins Critères d inclusion : Ensemble de critères qui définissent de façon précise les caractéristiques des sujets qui peuvent entrer dans une étude Critères de non inclusion : Ensemble des critères faisant que les sujets ne peuvent pas être inclus dans une étude (ou un essai) Critères de limitation de la sélection Attention : Ne pas confondre critère de non inclusion et critères d exclusion (critères d exclusion des participants après inclusion) 28

15 Sélection des cas Cas incidents, cas prévalents Il vaut mieux sélectionner des cas incidents Recueil rétrospectif Exposition Recueil Maladie Problèmes liés aux cas prévalents : Survie supérieure aux cas incidents biais de sélection Modification des habitudes de vie après diagnostic biais de mémorisation sur l exposition Date min recueil Début enquête Inclusion Analyse Temps Patient 1 Patient 2 Patient 3 Début enquête Inclusion Cas prévalent Cas prévalent Cas incident Temps 29 Sélection des témoins Sujets indemnes de la maladie étudiée et avec exposition représentative de celle de la population dont sont issus les cas (idéalement, ne diffèrent des cas que par la maladie et par l exposition) Sources habituelles Population générale : rechercher taux de participation fort pour éviter biais de sélection base de sélection et relances Si les cas proviennent d un registre témoins issus de la région d où proviennent les cas Sujets hospitalisés : si cas hospitalisés Éviter maladies avec facteurs de risque communs (qui comprennent le facteur d'exposition) avec ceux de la pathologie étudiée sinon biais de sélection Maladie requérant niveau technique équivalent recrutement proche 30

16 Mesures d association : Odds ratio (OR) Rapport de la cote d exposition chez les cas sur la cote d exposition chez les témoins exposés non exposés cas A C témoins B D OR = (A x D) / (B x C) Calculable dans les enquêtes de cohorte et les cas-témoin Interprétation plus difficile : l OR calculé dans une étude castémoins est assimilable à un risque relatif à condition que la prévalence de la maladie soit faible (< 10 %) : OR RR On ne connaît pas les incidences car le point de départ est le diagnostic de la maladie Pour la même raison, on ne peut pas calculer de RR 31 Sources de biais dans les études cas témoins Date min recueil Début enquête Recueil rétrospectif Inclusions Exposition Facteurs de confusion Recueil Maladie Analyse Temps Biais de classement car recueil rétrospectif (mémorisation) - Si exposition subjective, non fiable, non valide, imprécise - Si pas de standardisation du recueil - Si recueil de l exposition non en insu de la maladie Biais de sélection si - Critères diagnostiques non fiables, non valides, imprécis - Cas non représentatifs de la population des cas - Témoins non représentatifs de la population des témoins - Témoins non représentatifs (concernant l exposition) de la population d où sont issus les cas - Pas mêmes critères diagnostiques appliqués à tous les sujets Biais de confusion si - Pas d ajustement sur facteurs de confusion 32

17 Eviter les biais de sélection Définition des cas et des témoins Choisir des critères objectifs, fiables, précis pour définir le statut de cas ou de témoin S assurer de la représentatitivité Des cas sélectionnés par rapport aux cas généraux Des témoins sélectionnés par rapport aux témoins généraux Des témoins par rapport aux cas (comparabilité) Eviter les biais de classement : recueil des informations L exposition est-elle définie de façon précise? Est-elle objective, reproductible, valide? Idéalement questionnaire standardisé Critères objectifs Mesures quantifiées Le biais de mémorisation est-il majeur? Les informations concernant l exposition sont-elles recueillies Selon les mêmes procédures? Même procédé de recueil, même rythme de recueil, même définition des facteurs d exposition? Si plusieurs enquêteurs, formation? questionnaire standardisé +++ pas d info si investigateurs formés En insu du statut malade ou non du sujet? Si non en insu biais de classement possible 34

18 Neutraliser les facteurs de confusion Lors de la sélection des sujets Restriction de la population d étude Ex : Sujets sans bilharziose si recherche de FR de cancer de la vessie. Appariement sur facteurs de confusion connus ou potentiels : genre, âge, catégorie socioprofessionnelle Appariement par strate Appariement individuel Étude cas témoins appariée 35 Appariement Technique permettant de sélectionner pour chaque cas un ou plusieurs témoins présentant des caractéristiques communes (d âge ou de tranche d âge, de sexe ) Pour qu un facteur soit un facteur d appariement, il faut qu il soit en relation avec la maladie (facteur de risque ou protecteur), en relation avec l exposition (mais pas sa conséquence), qu il modifie la relation maladie facteur d exposition, et que l on ne veuille pas mesurer cet effet dans l étude 36

19 Appariement Avantages Réduit les biais de confusion Permet de se focaliser sur l exposition étudiée (odds ratio plus précis) Équilibre les effectifs des cas et des témoins pour chaque classe du facteur d appariement Inconvénients Difficulté pour trouver des témoins Possible biais de sélection (représentativité?) Ne pas apparier sur plus de 4 facteurs Impossibilité d étudier le facteur d appariement par la suite 37 Neutralisation des facteurs de confusion Lors de l analyse statistique Ajustement sur les facteurs de confusion Modèle multivarié +++ Objectif : étudier association entre facteur (E exposition) et phénomène (M maladie) en prenant en compte les facteurs de confusion potentiels Analyse stratifiée (si peu de facteurs de confusion, 1 ou 2) méthode de Mantel- Haenszel Standardisation 38

20 Avantages des études cas témoins Durée courte Organisation aisée (petite taille de l échantillon, utilisation de données existantes) Peu couteuse Possibilité d étudier plusieurs facteurs de risque Utilisable pour les maladies rares 39 Inconvénients des études cas-témoin Biais de sélection ++ Pb du choix des témoins Biais de classement +++ Pb de la qualité du recueil d information à postériori (mesure, mémorisation) Biais de confusion ++ Étude d une seule maladie à la fois Le risque relatif n est pas calculable (estimation par l odds ratio) Impossibilité de calculer les taux d incidence de la maladie 40

21 Comparaison cohorte/cas témoins Type (en général) Coût Rapidité d obtention des résultats Biais Maladie Indicateur Source : LAOUENAN Cédric Cohorte prospectif Élevé Longs, peu reproductibles + - Perdus de vue multiples fréquente RR Risque relatif (IC) Cas/témoins rétrospectif Faible + Rapides Reproductibles Témoins comparables au cas : biais sélection Mémorisation (rétrospectif) mesure unique maladie rare OR Odds Ratio (IC) 41 Note : différence entre association et causalité Il faut bien distinguer deux situations : L association caractérise un lien entre deux variables Exemple : l hypertension artérielle et l hypercholestérolémie peuvent être associées chez des sujets diabétiques. Pour autant l une n est pas la cause de l autre et vice versa. Établir la causalité nécessite de qualifier le lien qui existe entre deux variables. Les critères de Hill sont un support pour établir qu un des deux facteurs est la cause de l autre. Exemple : fumer du tabac est un facteur causal du cancer bronchique. 42

22 Critères de Hill : jugement de causalité Critères internes à l étude : Séquence dans le temps : l exposition à un agent présumé causal doit précéder l effet. Force de l association : plus la force de l association est grande, moins l association est susceptible d être expliquée par des phénomènes de confusion. Spécificité de la cause et de l effet : la relation est spécifique si la cause étudiée est présente chez tous les malades ou presque, et seulement chez eux, et ce pour cette seule maladie. Relation de type effet-dose entre l exposition et la fréquence de la maladie. Cohérence interne à l étude : elle est renforcée par une prise en compte la plus complète possible des facteurs de confusion et par la minimisation des biais de classement et de sélection. 43 Critères externes à l étude : cohérence avec les connaissances scientifiques acquises relevées dans la bibliographie Constance de l association et reproductibilité dans diverses situations (périodes, régions, populations différentes) Plausibilité biologique : existence d un mécanisme d action de l exposition sur la maladie, d autant plus si ce mécanisme a été envisagé indépendamment de l enquête. Cohérence avec les connaissances générales et les hypothèses qui ont conduit à la mise en œuvre de l enquête. Effet de l intervention : la diminution de l exposition entraîne une baisse de l incidence. 44

23 Quelques exercices pour fixer les notions principales 45 Exercice 1 Pour étudier l association entre l exposition aux champs électromagnétiques et la survenue de tumeurs cérébrales chez l adulte, une étude multicentrique a été menée. De 1994 à 1998, 410 cas de gliomes, 178 cas de méningiome, 90 cas de neurinome et 686 sujets indemnes de tumeur ont répondu à un auto questionnaire sur l utilisation d appareils électriques ménagers. Des données concernant les antécédents médicaux, l histoire professionnelle, l utilisation de téléphone portable et les autres facteurs de risque connus de tumeur cérébrale ont aussi été recueillies. 46

24 Que signifie multicentrique? De quel type d étude s agit-il? A quel type de biais peut-on s attendre? Comment peut on choisir les patients indemnes de façon à minimiser les biais? Les patients ont été recrutés dans différents centres, ici Boston, Phénix et Pittsburgh Étude cas témoins Biais de sélection des groupes : biais de recrutement, d auto sélection, de non réponse Biais de classement : biais de mémorisation concernant l exposition Biais de confusion? En appariant les témoins aux cas (par âge, par sexe ), de façon à diminuer les biais de confusion. 47 Exercice 2 Une étude a été réalisée dans l objectif d estimer l incidence des ré hospitalisations des personnes âgées et d identifier les facteurs de risque de ré hospitalisation. Pour cela, tous les patients (n=335) âgés de 75 ans et plus sortant entre le 1er mai 2001 et le 1er novembre 2001 de 2 services de gériatrie de Clermont-Ferrand pour retourner à leur domicile ont été inclus dans l étude. Un mois après la sortie, les sujets ou à défaut leur famille ont été contactés par un enquêteur afin de savoir s ils avaient été ré hospitalisés ou s ils étaient décédés au cours de la période de 1 mois écoulée depuis leur sortie de l hôpital. 48

25 De quel type d étude s agit il? Quels sont les avantages et les inconvénients de cette étude? Étude de cohorte prospective exposé non exposé Avantages : pas de biais de mesure de l exposition, pas d information manquante sur l exposition, calcul du RR Inconvénients : perdus de vue 49 Exercice 3 Pour étudier l association entre le délai préopératoire d une opération pour fracture de hanche (délai entre la fracture et l opération) et le risque de décès à 6 mois après l opération, on a repris en 1995 les dossiers hospitaliers de toutes les personnes âgées de 65 ans et plus, nées dans la ville de Québec, admises dans deux centres hospitaliers de la ville de Québec pour fracture de hanche entre le 1er avril 1987 et le 31 mars 1989 et opérés pour cette fracture. Les informations suivantes ont été recueillies dans les dossiers des patients : type de fracture et délai préopératoire. Les décès survenus pendant les 6 mois postopératoires ont été identifiés en consultant le registre des décès du Québec. 50

26 De quel type d étude s agit il? Quelle est l exposition étudiée? Quelle est la maladie étudiée? Étude de cohorte rétrospective : l exposition et la survenue de la maladie sont recueillies de manière rétrospective. L exposition étudiée est le délai préopératoire d une opération pour fracture de hanche. La maladie étudiée est le décès survenant dans les 6 premiers mois postopératoires. 51 Exercice 4 Pour étudier l association entre exposition aux pesticides et la survenue de cancer du sein, femmes d agriculteurs de l Iowa et de Caroline du nord sans antécédent de cancer ont été recrutées entre 1994 et Les informations sur l état de santé des sujets et l exposition aux pesticides tout au long de la vie ont été recueillies à l inclusion à l aide d auto questionnaires. En 2000, 309 cas incidents de cancer du sein ont été identifiés à l aide de registres de population. 52

27 De quel type d étude s agit il? Etude de cohorte historico-prospective : l exposition est recueillie de manière rétrospective, la survenue de la maladie est recueillie de manière prospective. 53

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Alain Weill, Michel Païta, Philippe Tuppin, Jean-Paul Fagot, Anke Neumann, Philippe Ricordeau, Hubert Allemand

Plus en détail

Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES

Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Accès des registres aux données de l assurance maladie

Accès des registres aux données de l assurance maladie Colloques registres et politiques de santé publique : Accès des registres aux données 6 et 7 décembre 2012 Accès des registres aux données de l assurance maladie Dr Jean-Paul Prieur, direction du réseau

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo COMMENT REDIGER UN PROJET DE RECHERCHE POUR UNE THESE DE MEDECINE OU UN MEMOIRE EN SCIENCES DE LA SANTE? Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS,

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article Objectifs pédagogiques Lecture critique d article groupe V Evaluer les applications cliniques Evaluer les applications cliniques 21 ) Discuter la ou les décisions médicales auxquelles peuvent conduire

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ GUIDE DE FORMATION AUX MÉTHODES DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE D E U X I È M E É D I T I O N ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional du

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique

AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique 12 juin 2012 Bref rappel des différentes méthodes Les moyens disponibles Expériences à l IFCT

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière Arrêté n 387 du 31 juillet 2006 relatif aux essais cliniques Le Ministre de la santé,

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

PROGRAMME (Susceptible de modifications)

PROGRAMME (Susceptible de modifications) Page 1 sur 8 PROGRAMME (Susceptible de modifications) Partie 1 : Méthodes des revues systématiques Mercredi 29 mai 2013 Introduction, présentation du cours et des participants Rappel des principes et des

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE CRITIQUE D'UN ARTICLE MEDICAL ORIGINAL (LCA)

GUIDE DE LECTURE CRITIQUE D'UN ARTICLE MEDICAL ORIGINAL (LCA) GUIDE DE LECTURE CRITIQUE D'UN ARTICLE MEDICAL ORIGINAL (LCA) Coordinateurs : B. GOICHOT et N. MEYER Faculté de Médecine de Strasbourg Septembre 2011 PLAN L épreuve de lecture critique d article original

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN K. Cosker, C. Sevilla-Dedieu, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, R. Cecchi-Tenerini Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte Les différents

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ARTICLE SUR LA THÉRAPEUTIQUE pour les résidents Cette fiche de travail devrait accompagner le Formulaire de soumission remis à votre superviseur. Elle s inspire

Plus en détail

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004 OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL BRUXELLES OBSERVATORIUM VOOR GEZONDHEID EN WELZIJN BRUSSEL Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 23-24 2 8 Commission communautaire commune 2 COLOPHON

Plus en détail

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement TITRE DU CONSORTIUM : Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement RESPONSABLES : Alexis Descatha, UMS 011, Villejuif ; Yves Roquelaure, LEEST, Angers ; Bradley Evanoff,

Plus en détail

Supplément du BDK 24 : Aide à la recherche bibliographique

Supplément du BDK 24 : Aide à la recherche bibliographique Supplément du BDK 24 : Aide à la recherche bibliographique 1- Introduction 2- Les différentes études 3- Les bases de données 4- Comment chercher un article 5- Lecture critique d article Rédaction : Antoine

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Séminaire du Pôle Santé

Séminaire du Pôle Santé 1 Séminaire du Pôle Santé Les télésoins à domicile au Québec représentent-ils une solution économiquement viable? Guy Paré, Ph.D., MSRC Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologies de

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

La recherche en soins infirmiers

La recherche en soins infirmiers La recherche en soins infirmiers 3 e étape: phase de planification 4 e partie Les devis quasi expérimentaux et préexpérimentaux Margot Phaneuf, inf. PhD. Révision 2013 1 Didacticiel d initiation méthodologique

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC

ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC Pierre-Carl Michaud, ESG UQAM, CIRPÉE, CIRANO et Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique ÉTAT DES LIEUX Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique Avril 2013 Les recommandations et leur synthèse sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

METHODOLOGIE DE REFERENCE MR-001 POUR LES TRAITEMENTS DE DONNEES PERSONNELLES OPERES DANS LE CADRE DES RECHERCHES BIOMEDICALES OCTOBRE 2010

METHODOLOGIE DE REFERENCE MR-001 POUR LES TRAITEMENTS DE DONNEES PERSONNELLES OPERES DANS LE CADRE DES RECHERCHES BIOMEDICALES OCTOBRE 2010 METHODOLOGIE DE REFERENCE MR-001 POUR LES TRAITEMENTS DE DONNEES PERSONNELLES OPERES DANS LE CADRE DES RECHERCHES BIOMEDICALES OCTOBRE 2010 8 rue Vivienne CS 30223-75083 Paris Cedex 02 - Tél. : 01 53 73

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Étude du syndrome du canal carpien opéré 2008-2009 Septembre 2011 F. Sillam 1,

Plus en détail

Assurances vie et accident facultatives sur mesure

Assurances vie et accident facultatives sur mesure Assurances vie et accident facultatives sur mesure Programme de prélèvement bancaire Police collective 21000-21999 et 78001 Offerte par l Association des hôpitaux de l Ontario Cette assurance est émise

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance invalidité pour marge de crédit/prêt Assurance-crédit Contrat n o 21559

Demande de règlement au titre de l assurance invalidité pour marge de crédit/prêt Assurance-crédit Contrat n o 21559 Demande de règlement au titre de l assurance invalidité pour marge de crédit/prêt Assurance-crédit Contrat n o 21559 Représentant de BMO Banque de Montréal : Prénom Nom de famille Timbre de la succursale

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI Elise CHIRON 1, Yves ROQUELAURE 1, Catherine HA 2, Annie TOURANCHET 3, Annette LECLERC 4, Marcel

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance Auteur Laure de Montesquieu Responsable Centre

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à ce jour de 20

N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à ce jour de 20 RÉVISION DE SURPRIME Nom : Prénom : Date de naissance : - - Année Mois Jour N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à

Plus en détail

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU 13eme CPLF Lyon 18/01/2009 Aline CHAPUIS (KRA-Lyon) Audrey MAURRIC-DROUET (SUK-Paris) Eric BEAUVOIS (CKRF-Lyon) Contexte épidémiologique

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA SURVEILLANCE DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES DE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN TROISIÈME ÉDITION

LIGNES DIRECTRICES POUR LA SURVEILLANCE DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES DE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN TROISIÈME ÉDITION Rapport du Groupe de travail sur les indicateurs d évaluation LIGNES DIRECTRICES POUR LA SURVEILLANCE DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES DE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN TROISIÈME ÉDITION Agence de la santé

Plus en détail

Conseil Scientifique

Conseil Scientifique ! Conseil Scientifique Subventions de Recherche Dossier de candidature Nom : Prénom : Titre du projet : Date limite de réception : 06 JUIN 2014! 1 Règlement Les subventions de recherche sont accordées

Plus en détail

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments?

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? 5 avril 2011 «Pharmaco-épidémiologie» Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? Dr Philippe Tcheng Vice-Président Affaires Publiques et Gouvernementales France

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE Instructions Merci : de répondre complètement à toutes les questions, d écrire lisiblement, de signer et dater

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Recommandations pour le troisième Plan Cancer

Recommandations pour le troisième Plan Cancer RAPPORT À LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ET À LA MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Recommandations pour le troisième Plan Cancer PROFESSEUR JEAN-PAUL VERNANT JUILLET

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE?

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE? Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 3 www.optigede.ademe.fr CONSTRUIRE UNE ET ELABORER UN NAIRE? Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités locales

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Les accidents de la route en lien avec le travail Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Sources de données pour l étude des accidents de la route liés au travail Régimes

Plus en détail

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe Analyse démographique pour la prise des décisions. Tendances, et inégalités de mortalité et de fécondité en Afrique francophone : les outils en ligne de l UNFPA / UIESP pour l'estimation démographique.

Plus en détail

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet

(Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet (Introduction à l ) Introduction aux diagrammes causaux (Directed Acyclic Graphs) Loïc Desquilbet Contexte et représentation des diagrammes causaux Contexte Recherche de facteurs de risque d une maladie

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance invalidité hypothécaire Assurance-crédit Contrat n o 51007

Demande de règlement au titre de l assurance invalidité hypothécaire Assurance-crédit Contrat n o 51007 Demande de règlement au titre de l assurance invalidité hypothécaire Assurance-crédit Contrat n o 51007 Représentant de BMO Banque de Montréal Prénom Nom de famille Timbre de la succursale domiciliataire

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

En 2000, l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiait un classement

En 2000, l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiait un classement D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés L. HARTMANN Maître de Conférences, Conservatoire National des Arts et Métiers, Chaire Economie et Gestion des Services de Santé, PARIS.

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Demande de règlement d invalidité de longue durée

Demande de règlement d invalidité de longue durée Régime d assurance pour les cadres de gestion de la Fonction publique Demande de règlement d invalidité de longue durée Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. Police collective n

Plus en détail