Observatoire Valaisan de la Santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Observatoire Valaisan de la Santé"

Transcription

1 Observatoire Valaisan de la Santé

2 02 Sommaire Un Observatoire de la santé pour décider 03 - Un outil indispensable pour piloter le système de santé 03 Une création par étapes 04 Organisation et Mission 05 - Organisation 05 - Mission 06 Sources d information 07 - Le système d information sanitaire valaisan 07 - Le Datawarehouse comme outil de travail 08 - Garantir la protection des données 08 Domaines d activités 09 - Statistique sanitaire 09 - Indicateurs et enquêtes sanitaires 09 - Recherche scientifique et suivi des maladies 10 - Outils de gestion des établissements sanitaires 10 - Registre valaisan des tumeurs 10 - Codage médical 11 - Qualité des soins et sécurité des patients 11 - Développement du système d information sanitaire 12 Perspectives 12 Adresse de contact 13

3 Un Observatoire de la santé pour décider 03 Un outil indispensable pour piloter le système de santé Le 12 avril 2000, le gouvernement valaisan décidait de créer un Observatoire valaisan de la santé. Il prenait alors une décision stratégique essentielle dont le canton du Valais mesure les bénéfices année après année. Pourquoi mettre sur pied un tel observatoire en Valais? Pour servir les besoins en informations sanitaires à la fois des autorités cantonales, des établissements et institutions sanitaires, des organismes de prévention, mais aussi de la population. L Observatoire collecte, contrôle, analyse, interprète et diffuse les données d intérêt sanitaire. Il les transforme en informations utiles à la décision en matière de santé publique et les met à disposition des décideurs, des professionnels de la santé et du grand public. Il établit ainsi de manière rigoureuse toute une série de statistiques et d indicateurs indispensables à la planification et à la gestion du système de santé valaisan. Quel impact le vieillissement de la population a-til sur la demande en soins? Comment évolue la consommation d alcool chez les jeunes? Les personnes âgées entrant en établissement médico-social sontelles en moins bonne santé qu auparavant? Combien de lits d hôpitaux sont-ils nécessaires pour répondre aux besoins de la population? C est à ce type de questions que les autorités sanitaires cantonales, les directions d établissements sanitaires et les organismes de prévention doivent répondre pour définir leur politique et leur stratégie. L Observatoire valaisan de la santé met à disposition les données validées et pertinentes à cet effet. Pour accomplir sa mission, l Observatoire peut s appuyer notamment sur les données anonymisées extraites des logiciels administratifs et cliniques utilisées par les établissements de soins du canton. Ce système d information intégré est un atout majeur pour le canton du Valais. Il assure l unicité, la cohérence et l homogénéité des données mises à disposition des acteurs du système de santé et leur permet d accéder à la mise à jour des informations en temps réel. La mise en place de l Observatoire et du système d information sanitaire cantonal ont pour origine deux rapports d études de niveau universitaire, mandatés par le Service de la santé publique. La première étude a été réalisée en 1999 par l Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne (IUMSP). Elle portait sur l organisation des statistiques sanitaires en Valais et établissait deux constats : les données étaient nombreuses mais difficilement exploitables pour le canton car elles étaient trop disparates pour pouvoir établir de véritables indicateurs de santé ; pour faire face aux besoins croissants en information, il n existait pas de système générant les informations utiles au pilotage du système de soin. L étude de l IUMSP recommandait le regroupement de l ensemble des activités de statistique sanitaire au sein d une instance unique, l Observatoire de la santé, rassemblant l expertise disponible en matière de collecte, de conservation, d analyse et de diffusion des données intéressant la statistique sanitaire. La seconde étude a été effectuée en 2001 par l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) sur mandat du Service de la santé publique. Elle avait pour objectif d établir un constat de la situation de l informatisation des hôpitaux valaisans et de proposer un concept de système d information intégré répondant aux besoins des partenaires de la santé publique du canton. Les constats de l étude relatifs à l informatisation hospitalière étaient les suivants : les systèmes d informations étaient disparates et isolés ; les informations étaient partielles, non homogènes et souvent redondantes ; la situation ne permettait ni de suivre les données (traçabilité) ni d établir des outils performants de stratégie et de pilotage. L étude de l EPFL recommandait la mise en place d un concept informatique unifié et unique dans lequel l information serait homogène, cohérente et unique (pas de redondance, identification unique du patient, traçabilité des données) utilisé par l ensemble des institutions du canton. Ce système d information devait permettre au Département de la santé, via l Observatoire de la santé, de disposer en temps quasi réel de tableaux de bord efficaces et performants destinés à piloter et à coordonner la politique de santé. Donnant suite aux recommandations de ces deux rapports, le Conseil d Etat a décidé, en avril 2000, de créer l Observatoire valaisan de la santé et, en juillet de la même année, de mettre en place le système d information intégré en débutant par sa 1 ère étape soit l informatisation des hôpitaux. La mise en place de ce système s est poursuivie par l intégration des établissements et centres médico-sociaux débutée en 2006 et de la médecine ambulatoire dès "La réalisation «in fine» de ce concept de système d information sanitaire intégré à l échelle du canton constitue un projet unique et innovant en Suisse, en Europe et certainement sur un plan international." Professeur Philippe Wieser, EPFL, Lausanne

4 04 Une création par étapes 2000 Décision du Conseil d Etat relative à la création de l Observatoire valaisan de la santé Création de l Observatoire valaisan de la santé. Sur décision du gouvernement valaisan, implantation de l Observatoire à l Institut central des hôpitaux valaisans en tant qu unité de gestion autonome, placée sous l autorité et la responsabilité du Chef du Service de la santé publique. De cette manière, l Observatoire bénéficie d un environnement scientifique essentiel pour la réalisation de ses missions Création du secrétariat de la Commission cantonale pour la qualité des soins et la sécurité des patients à l Observatoire. Démarrage de la première phase du processus d informatisation centralisée des établissements sanitaires du canton pour les hôpitaux publics sis à Monthey, Saint-Maurice, Martigny, Sion, Sierre, Montana, Viège et Brigue, opérationnelle depuis Intégration à l Observatoire du Registre valaisan des tumeurs, créé en 1988 et qui recense toutes les tumeurs cancéreuses survenant chez des patients domiciliés dans le canton Centralisation, au sein de l Unité de codage de l Observatoire, de toute l activité de codage médical des hôpitaux publics composant le Réseau Santé Valais - Hôpital du Valais (RSV) et de l Hôpital du Chablais Démarrage de la troisième et dernière phase du processus d informatisation, celle de la médecine ambulatoire Création du Datawarehouse de l Observatoire, base de données commune à tous les partenaires du système de santé intégrant les informations anonymisées issues du système d information des sites hospitaliers du RSV. Démarrage de la deuxième phase du processus d informatisation, celle des établissements et centres médicosociaux (EMS/CMS), opérationnelle depuis Intégration progressive des données issues de ce système d information EMS/CMS dans le Datawarehouse.

5 Organisation et mission 05 Organisation L Observatoire est placé sous la direction d un Comité stratégique présidé par le Chef du Service de la santé publique. Il est composé de représentants du Service de la santé publique, de l Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne (IUMSP), du Réseau Santé Valais - Hôpital du Valais (RSV), de l Association valaisanne des établissements médicosociaux (AVALEMS), du Groupement valaisan des centres médico-sociaux et, à l avenir, de la Société médicale du Valais. Un Directeur assure la conduite opérationnelle de l Observatoire qui rassemble des collaborateurs et collaboratrices disposant de compétences en médecine, en épidémiologie et en santé publique, en statistique et en informatique, en codage médical et en communication. Les responsables des différents domaines assurent la gestion des activités propres à leur secteur. L Observatoire est étroitement lié à l Institut central des hôpitaux valaisans où sont situés ses locaux; ce dernier lui apporte un soutien efficace aux niveaux administratif et logistique. Le Service d informatique médicale et administrative et le Service des maladies infectieuses et d épidémiologie sont, au sein de l Institut, des partenaires indispensables. L Observatoire est représenté au sein de la Commission cantonale pour la promotion de la santé et de la Commission cantonale pour la sécurité des patients et la qualité des soins. Hors canton, des liens étroits ont été tissés avec l IUMSP, l Office fédéral de la statistique et l Observatoire suisse de la santé. Les expériences des observatoires de la santé d autres pays font également l objet d un suivi attentif. Au cœur du système sanitaire valaisan, l Observatoire entretient des contacts étroits avec de nombreux partenaires parmi lesquels le Service de la santé publique, le RSV, l AVALEMS et les directions d établissements, le Groupement valaisan des centres médico-sociaux et les directions de centres, la Société médicale du Valais, Promotion Santé Valais et la Ligue contre les toxicomanies. Mission La mission générale de l Observatoire valaisan de la santé est de réunir l ensemble des activités d observation sanitaire soit la collecte, le contrôle, l analyse et la diffusion des données et de les mettre à disposition des décideurs, des professionnels de la santé et du grand public. L Observatoire transforme les données en information utile pour les acteurs de la santé publique et pour la population. Cette mission s exerce dans quatre domaines principaux : - L état de santé de la population - Les structures du système de santé - Les activités du système de santé - Le financement du système de santé

6 06 L état de santé de la population Il s agit de suivre l évolution des problèmes de santé majeurs qui affectent la population tels que les cancers ou les démences, ainsi que d observer l évolution de la mortalité. Sont également analysés les déterminants de la santé tels que les caractéristiques démographiques, l environnement social et physique ainsi que les comportements ou styles de vie. Cette analyse est essentielle pour adapter en permanence l organisation et les prestations du système de santé en fonction des besoins identifiés. Elle permet également d évaluer l impact de ces prestations sur la santé de la population. Combien de nouveaux cancers sont-ils détectés chaque année dans la population valaisanne? Comment évolue le nombre de fumeurs au cours du temps? Quelle proportion de la population se considère-t-elle en mauvaise santé? Les activités du système de santé L investigation porte sur le volume et la qualité des prestations délivrées par les acteurs du système de santé à la population. Combien d urgences vitales ont-elles été prises en charge dans les services d urgences des hôpitaux valaisans au cours de l année? Combien d heures de soins à domicile les centres médico-sociaux ont-ils fournies? Les structures du système de santé L analyse porte sur l infrastructure sanitaire (capacité d accueil des bâtiments, utilisation des équipements, etc.) et sur le personnel y œuvrant. Elle permet de suivre l adéquation entre les besoins en soins, l infrastructure et les ressources humaines à disposition pour fournir les prestations à la population. Elle permet aussi de suivre l évolution de l offre en soins et d évaluer de façon systématique la qualité des prestations délivrées. Cette information est essentielle dans le cadre d une démarche d amélioration constante de la qualité des soins. Comment évolue le nombre de médecins de premier recours installés en cabinet médical dans les vallées latérales? Faut-il prévoir la mise à disposition de places supplémentaires en établissements médico-sociaux pour faire face au vieillissement de la population? Le financement du système de santé Sont pris en compte les flux financiers qui alimentent les structures, les activités qui permettent de calculer les coûts de la santé et la répartition de leur prise en charge par les assurances sociales, les pouvoirs publics et les patients. Enjeu politique majeur, le financement des services de santé nécessite des données fiables pour offrir tous les éléments d appréciation nécessaires à de bonnes décisions. Quelle est la part des services ambulatoires dans les coûts de la santé en Valais? Quelle est l évolution du montant consacré chaque année par le canton au subventionnement des primes d assurance maladie?

7 Sources d information 07 Le système d information sanitaire valaisan Les données récoltées par l Observatoire valaisan de la santé proviennent principalement des prestataires de soins et du canton. Elles sont également issues de l Office fédéral de la statistique (OFS) ou d organismes internationaux ayant une activité statistique, tels que l Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE). Sont également collectées les données issues d enquêtes réalisées auprès de la population, telle que l Enquête suisse sur la santé, ou d études qui portent sur des problématiques spécifiques. Le grand atout de l Observatoire valaisan de la santé est de pouvoir bénéficier des données issues du système d information sanitaire mis en place en Valais dès 2001 dans le cadre du processus d informatisation des hôpitaux publics, des établissements et centres médicosociaux et de la médecine ambulatoire. Quatre éléments composent le système d information sanitaire valaisan : - Le système d information administratif - Le système d information clinique - Le serveur d identité - Le Datawarehouse Le système d information administratif est une application utilisée pour la gestion administrative des patients, la gestion du personnel, la comptabilité et la facturation. Tous les établissements de même type utilisent un logiciel unique, et avec la même configuration de base; cela permet de garantir une définition uniforme des données, condition essentielle pour l obtention de données valides à l échelle du canton. Le système d information clinique est un dossier médical et de soins informatisé. Il recueille toutes les informations nécessaires à la prise en charge du patient (diagnostic, traitement, médication, examens de laboratoires, etc.). Le serveur d identité permet de garantir la création d une référence unique pour un même patient dans des structures de prise en charge différentes. Grâce au serveur d identité, il sera à terme possible, avec l autorisation du patient, d échanger des informations entre des professionnels œuvrant dans des types d institutions différents. Un médecin en cabinet médical pourra par exemple obtenir des informations du dossier patient informatisé de l hôpital pour un de ses patients qui y a séjourné. Le Datawarehouse, en traduction littérale «entrepôt de données», est une banque de données développée et utilisée par l Observatoire valaisan de la santé pour le traitement statistique. Les données pertinentes pour l analyse sont extraites du système d information administratif et du système d information clinique. Elles sont anonymisées puis intégrées dans le Datawarehouse. Une fois structurées, elles sont utilisées pour l analyse statistique. Cette base de données est accessible à tous les partenaires du système d information selon des droits d accès bien définis.

8 Le Datawarehouse comme outil de travail Le Datawarehouse intègre l ensemble des données sanitaires quelle que soit leur source. Elles font au préalable l objet d un contrôle de qualité. Elles sont ensuite sauvegardées et historisées. 08 Toutes ces données sont structurées par l Observatoire par thème. Les données relatives au séjour du patient sont par exemple détaillées par discipline médicale, durée de séjour, pathologie etc. Avec le Datawarehouse, tous les partenaires disposent ainsi d une source de données unique, apte à servir de base à l analyse statistique et aux indicateurs opérationnels. Garantir la protection des données Un souci permanent de l Observatoire est celui du respect des dispositions légales relatives à la protection des données. Toutes les données du Datawarehouse utilisées à des fins statistiques sont entièrement anonymisées. Grâce à une gestion rigoureuse des droits d accès, chaque utilisateur du Datawarehouse accède aux données de son domaine de compétence uniquement. Source des données Traitement des données Produits Destinataires Office fédéral de la statistique Prestataires de soins: Hôpitaux, Etablissements médico-sociaux, Centres médico-sociaux, Autres Service de la santé publique Office fédéral de la statistique Enquêtes, Etudes Collecte Extraction de données Contrôle Validation Analyse Interprétation Relevés statistiques Rapports d étude Indicateurs sanitaires Outils de gestion: rapports opérationnels, tableaux de bord Service de la santé publique Population Organismes actifs dans la promotion de la santé et la prévention Directions médicales et administratives des établissements de soins Autres partenaires

9 Domaines d activités 09 Statistique sanitaire Indicateurs et enquêtes sanitaires La statistique sanitaire correspond à un ensemble de données structurées en fonction de définitions et de méthodes d analyse bien décrites. Elle englobe le secteur hospitalier et le secteur médicosocial (EMS et CMS) et s étend progressivement au secteur ambulatoire. Les données de la statistique sanitaire reposent en grande partie sur les relevés annuels fédéraux et cantonaux, au travers desquels les institutions sanitaires déclarent leur bilan d activité. L Observatoire valaisan de la santé est chargé par le canton des tâches de coordination, de récolte, de plausibilisation et de livraison des relevés de statistique sanitaire. En collaboration avec les prestataires de santé du canton, l Observatoire s efforce d assurer un haut degré de qualité des relevés, en vérifiant leur cohérence et en coordonnant leur évolution en adéquation avec les fréquentes révisions statistiques. Au final, il s agit de disposer de données conformes aux définitions, plausibilisées et référencées. Ces données sont ensuite intégrées au Datawarehouse. Elles peuvent dès lors servir de base aux analyses statistiques et aux indicateurs sanitaires. Le suivi et le développement de méthodes d analyses, ainsi que l élaboration d exploitations spécialisées font également partie des tâches usuelles en matière de statistique sanitaire. Dans ce domaine, les activités de l Observatoire sont complémentaires à celles de l Office fédéral de la statistique (OFS) et de l Observatoire suisse de la santé, tous deux actifs au niveau fédéral. Depuis 2008, l Observatoire valaisan de la santé met à disposition, via son site internet, des indicateurs structurés par thèmes, commentés et mis à jour régulièrement. Dans le domaine du financement du système de santé, sont présentés notamment des indicateurs sur les coûts de la santé en Valais et en Suisse, l évolution des primes d assurance maladie ainsi que la participation des pouvoirs publics au financement des hôpitaux et des établissements et centres médico-sociaux. Des indicateurs relatifs à la planification hospitalière, à la planification médico-sociale et aux professionnels de la santé détaillent la structure du système de santé. L activité du système de santé est notamment décrite par des indicateurs relatifs aux séjours hospitaliers et aux prestations fournies. L ensemble de ces indicateurs offre une information concise et précieuse pour les autorités sanitaires cantonales, les professionnels actifs dans le système de santé et le grand public. L état de santé de la population valaisanne est évalué par le biais d enquêtes réalisées sur un échantillon de personnes représentatif de la population du canton. Les données recueillies sont analysées et complétées par des informations provenant d autres sources. Des rapports sont ensuite élaborés en étroite collaboration avec l Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne (IUMSP) et sont publiés sur le site internet de l Observatoire. Ils traitent des principaux problèmes de santé et analysent les déterminants de la santé. Certains éléments développés dans ces rapports sont repris et approfondis dans le cadre d indicateurs.

10 10 Recherche scientifique et suivi des maladies L Observatoire valaisan de la santé a établi un étroit partenariat avec l IUMSP dans le cadre d une convention permettant à l Observatoire de bénéficier des compétences scientifiques en épidémiologie et en santé publique d un institut universitaire reconnu. Des études sont ainsi lancées régulièrement pour investiguer des problématiques liées à l état de santé de la population ou à la prise en charge des maladies en collaboration avec les médecins cliniciens et l Institut central des hôpitaux valaisans (ICHV). Pour assurer ces travaux et développer la recherche en épidémiologie et en médecine sociale et préventive dans le canton, un médecin spécialiste de l IUMSP est engagé à temps partiel auprès de l Observatoire. En raison du vieillissement de la population, l Observatoire met en place un suivi spécifique des maladies ayant un impact sur la planification sanitaire. Dans ce but, des indicateurs relatifs à l évolution des maladies cardio-vasculaires et des démences sont développés. Ces informations sont cruciales pour adapter le système de soins aux défis liés à la prise en charge d une population vieillissante. Dans le secteur médico-social, les outils de gestion sont développés selon trois axes : la production de statistiques et de mesures transversales à l ensemble des établissements, la production d indicateurs locaux ciblés sur l organisation interne de chaque établissement et destinés au pilotage de la structure, et, à terme, des analyses relatives au parcours des patients dans le système sanitaire. Outils de gestion des établissements sanitaires Les données issues du système d information et intégrées dans le Datawarehouse servent de base à la création d outils essentiels aux directions des établissements sanitaires dans leur gestion quotidienne. Des rapports opérationnels sont destinés à la direction générale et aux directions des centres hospitaliers du Réseau Santé Valais Hôpital du Valais (RSV). Chaque rapport est constitué d un ou plusieurs indicateurs mis en page sous forme de tableaux et graphiques permettant une lecture optimale de l information. Les rapports, une fois créés et validés en étroite collaboration avec les spécialistes des secteurs concernés, sont mis à jour régulièrement et automatiquement et sont distribués aux ayant droits, que ceux-ci soient responsables médicaux, infirmiers ou administratifs. Ils documentent notamment l activité et les prestations délivrées ainsi que les ressources humaines et financières engagées pour les différents types d activités (chirurgie, pédiatrie, psychiatrie, pharmacie, etc.). Des indicateurs de type stratégique sont également mis à disposition du conseil d administration, de la direction générale, des directions des centres et des départements du RSV. Grâce à ces outils, ces dirigeants peuvent suivre l évolution de la situation en regard des objectifs fixés. Au niveau des EMS et CMS, les données administratives et de soins sont exploitées au fur et à mesure du déploiement des applications. Le traitement centralisé de ces informations permet, dans un premier temps, de répondre aux exigences des relevés statistiques cantonaux et fédéraux. Registre valaisan des tumeurs Le Registre valaisan des tumeurs, créé en 1988 au sein de la division d histocytopathologie de l ICHV est rattaché à l Observatoire valaisan de la santé depuis l année Le Registre collecte et enregistre les cas de cancers survenus dans la population résidant en Valais et ce depuis le 1er janvier Les informations recueillies sont notamment issues des rapports de pathologie et de radio-oncologie, des autres registres cantonaux des tumeurs existant en Suisse, des lettres de sortie des hôpitaux et des certificats de décès transmis par l OFS. Les renseignements transmis au Registre sont traités de manière confidentielle, conformément aux directives de l autorisation générale délivrée en août 1995 par la Commission fédérale d expert du secret professionnel en matière de recherche médicale, selon les dispositions du Code pénal suisse.

11 Le Registre valaisan des tumeurs, comme les quatorze autres registres existant en Suisse, transmet ses données anonymisées au NICER (National Institute for Cancer Epidemiology and Registration), fondation créée en 2008 par l Association suisse des registres de tumeurs et Oncosuisse. Cet institut gère la base de données relative aux cancers en Suisse, assure la qualité de ces données, établit les statistiques nationales du cancer, en collaboration avec l OFS, et conduit des recherches en épidémiologie du cancer. Les données recueillies en Valais font également l objet d analyses et d études menées par le Registre valaisan des tumeurs en collaboration avec les cliniciens spécialisés dans le traitement du cancer. Des rapports et indicateurs sur la situation du cancer en Valais sont ainsi régulièrement publiés. Elle sert également de base à la facturation des séjours hospitaliers dans le cadre du financement par pathologie. L Unité de codage de l Observatoire valaisan de la santé a vu le jour en 2003, sur mandat du RSV et de l Hôpital du Chablais. Cette centralisation du codage vise à garantir une homogénéité entre hôpitaux, condition nécessaire à toute forme de comparaison (benchmarking). Elle offre par ailleurs au canton et aux assureurs qui paient les factures d hospitalisation, des garanties de neutralité et de probité. L Unité code chaque année environ dossiers. Depuis le début de l année 2010, la Clinique romande de réadaptation (SUVA) a également confié un mandat à l Unité pour le codage de ses séjours. La création de l Unité de codage a porté ses fruits : les audits sur la qualité du codage, effectués chaque année, classent le Valais régulièrement dans le peloton de tête. Les compétences professionnelles spécialisées de l unité de codage permettent de garantir un codage de qualité reflétant l activité clinique des établissements. Ses connaissances sont en outre fréquemment mobilisées dans le cadre de l analyse des données hospitalières. 11 Qualité des soins et sécurité des patients La volonté des autorités fédérales et cantonales est de développer un système de contrôle scientifique et systématique pour garantir la qualité des prestations de soins. Depuis le début des années 2000, le canton du Valais s est engagé dans le domaine de la surveillance de la qualité des soins par le développement d indicateurs spécifiques, tels que l incidence des infections post-chirurgicales ou la prévalence des infections nosocomiales. Il s appuie en cela sur les compétences de l ICHV et de l Observatoire valaisan de la santé en collaboration avec l IUMSP. Codage médical Depuis 1998, date de l introduction de la statistique médicale des hôpitaux par l OFS, toutes les hospitalisations doivent être classées (ou codées) selon deux ensembles principaux de nomenclatures spécialisées: la classification statistique internationale des maladies et la classification suisse des interventions chirurgicales. En pratique, le codage consiste à analyser chaque cas sur la base du dossier médical établi à la sortie du patient, puis à le résumer selon les nomenclatures spécialisées, en considérant les nombreuses règles d utilisation connexes édictées par l Organisation mondiale de la santé et l OFS. Cette activité de codage permet de décrire les prestations fournies par les hôpitaux, de garantir la surveillance épidémiologique (prévalence et incidence des maladies principales), de pratiquer des analyses médico-économiques et d offrir des données pour la recherche et le grand public. Cet effort a connu un nouvel élan avec l entrée en vigueur au 1 er juillet 2009 de la nouvelle loi cantonale sur la santé. Celle-ci comporte à son chapitre 5 des dispositions novatrices relatives à la qualité des soins et à la sécurité des patients. Ce texte prévoit en effet la mise en place, sous l égide d une Commission cantonale, d indicateurs de qualité des soins pour toutes les activités de soins dans le canton et d un système de déclaration des incidents permettant de recenser, d analyser et de gérer systématiquement les incidents ayant pu mettre en danger la santé des patients ou du personnel. Intégré à l Observatoire, le secrétariat général de cette Commission est chargé de la mise en œuvre des décisions de celle-ci. Ses activités s effectuent en étroite collaboration avec les partenaires sanitaires cantonaux et les organismes actifs au niveau fédéral dans ce domaine, tels que l Association nationale pour le développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques et la Fondation suisse pour la sécurité des patients.

12 Développement du système d information sanitaire Le système d information évolue en fonction des besoins du personnel actif dans le système de santé et des besoins d information. Il se développe aussi bien en termes de précision des données recueillies qu en termes de périmètre couvert. Les données de la médecine scolaire sont par exemple progressivement intégrées dans le système. L échange d informations entre les prestataires de soins se développera et de nouveaux partenaires issus du secteur ambulatoire rejoindront le système. L Observatoire, conformément à sa mission, participe activement à ces développements en collaboration étroite avec le Service d informatique médicale et administrative du RSV et avec les partenaires concernés. Il contribue ainsi à faciliter le pilotage du système de santé et à améliorer la qualité et l efficience des prestations fournies à la population. 12 Perspectives Depuis sa création, l Observatoire valaisan de la santé a su trouver sa place au sein du système sanitaire et jouer le rôle de source d informations pour les acteurs de la santé, en Valais, et à l extérieur du canton. Grâce à son système d information sanitaire, le canton du Valais dispose d un outil unique et performant pour développer et gérer son système de santé selon les besoins de sa population. La qualité des outils mis en place par l Observatoire est reconnue même au-delà des frontières cantonales. Celui-ci s est ainsi vu attribuer en 2006, le 1 er prix du concours «Excellence dans les services publics» organisé par l Institut de Hautes Etudes en administration publique (IDHEAP) et la Société Suisse des Sciences Administratives. Dans ce contexte, l Observatoire doit veiller à la publication ciblée et adaptée de cette masse de données afin de fournir la bonne information, au bon endroit et au bon moment. Dans sa mission de soutien aux structures sanitaires, l Observatoire valaisan de la santé se prémunit de manière permanente contre un risque majeur qui serait de perdre de vue le bénéficiaire central et ultime de son activité, à savoir l homme: le citoyen, le client, le bénéficiaire de soins. Loin de se reposer sur ses lauriers, l Observatoire poursuit son développement en gardant toujours en point de mire sa mission fondamentale : offrir, au travers de ses données et de ses analyses, une aide précieuse aux décideurs et acteurs du système de santé valaisan. Les enjeux et défis majeurs de l Observatoire sont multiples. Parmi ceux-ci figurent le développement des indicateurs de qualité des soins et de suivi de l état de santé de la population, l extension du système d information à la médecine ambulatoire et la mise en place d un système de veille et d alerte sanitaires par le suivi par exemple de la mortalité et, comme cela a été le cas en 2009, de virus à vocation pandémique. Il importera également de conserver la maîtrise de l information sur les différents axes que sont la qualité et la fiabilité des sources d information en croissance exponentielle.

13 design: netactivity.net Observatoire Valaisan de la Santé Avenue Grand-Champsec Sion Tel: Fax:

L Observatoire valaisan de la santé: un outil intégratif de surveillance sanitaire

L Observatoire valaisan de la santé: un outil intégratif de surveillance sanitaire L Observatoire valaisan de la santé: un outil intégratif de surveillance sanitaire Luc Fornerod 1, Dr Georges Dupuis 2, Dr Arnaud Chiolero 1,3 1)Observatoire Valaisan de la santé; 2) Service de la santé

Plus en détail

Infomed, un projet d échange électronique de données médicales en Valais

Infomed, un projet d échange électronique de données médicales en Valais Infomed, un projet d échange électronique de données médicales en Valais Dr Alex Gnaegi, Cédric Michelet Adresse de correspondance: Dr Alex Gnaegi, Chef de projet Infomed et médecin-chef Service d informatique

Plus en détail

DOSSIER ELECTRONIQUE DU PATIENT Projet Infomed

DOSSIER ELECTRONIQUE DU PATIENT Projet Infomed DOSSIER ELECTRONIQUE DU PATIENT Projet Infomed Esther Waeber-Kalbermatten, conseillère d Etat Professeur Philippe Wieser, EPFL Dr Alex Gnaegi, chef du Projet Infomed Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais

Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais Le Conseil d Etat du canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, La présentation au Grand Conseil

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Un projet de réseau r communautaire d informatique médicale. Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005

Un projet de réseau r communautaire d informatique médicale. Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005 Un projet de réseau r communautaire d informatique d médicale Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005 DE LA CONFUSION FUSION SEAU AU RÉSEAU DE LA CON AU Pourquoi «e-toile»? Complexité croissante

Plus en détail

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012 Nouveau financement hospitalier en 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Historique 3. Bases légales 4. Le système DRG 5. Impact économique 6. Autre nouveauté en 2012 7. Discussion 1. Introduction Le nouveau

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maladie

Loi fédérale sur l assurance-maladie Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) (Financement hospitalier) Modification du 21 décembre 2007 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Rapport concernant l exercice 2014 de l Hôpital du Valais (RSV)

Rapport concernant l exercice 2014 de l Hôpital du Valais (RSV) Rapport concernant l exercice 2014 de l Hôpital du Valais (RSV) Le Conseil d Etat du canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, La présentation au Grand

Plus en détail

«OID» parlez-vous cybersanté?

«OID» parlez-vous cybersanté? «OID» parlez-vous cybersanté? Savoir de quoi on parle RefData propose un tour d horizon de la cybersanté Au service de la communauté de cybersanté RefData confie à e-mediat la mise en place et l exploitation

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales dans les hôpitaux universitaires

Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales dans les hôpitaux universitaires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Santé, éducation et sciences Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR

DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR LES ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR PERSONNES AGEES EN VUE DE L OBTENTION D UNE AUTORISATION

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

Le dépistage systématique du cancer

Le dépistage systématique du cancer Le centre de compétences pour le dépistage du cancer Le dépistage systématique du cancer Une qualité élevée et mesurable Une information équilibrée Une utilisation efficiente des ressources Un accès garanti

Plus en détail

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 Renforcer ses compétences dans le domaine de la gestion d équipe et de l interdisciplinarité - Augmenter son expertise

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Fiche de poste de Directeur Adjoint Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Centre hospitalier (ou direction commune) : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Rapport. d'activité 2001. GETAC Gestion des emplois temporaires au sein de l'administration cantonale. Caisse publique cantonale valaisanne de chômage

Rapport. d'activité 2001. GETAC Gestion des emplois temporaires au sein de l'administration cantonale. Caisse publique cantonale valaisanne de chômage Caisse publique cantonale valaisanne de chômage GETAC Gestion des emplois temporaires au sein de l'administration cantonale Rapport d'activité 2001 Membre de l'association des caisses publiques de chômage

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Analyse des besoins d échange de données médicales électroniques avec la médecine ambulatoire, premiers résultats du projet Infomed

Analyse des besoins d échange de données médicales électroniques avec la médecine ambulatoire, premiers résultats du projet Infomed Analyse des besoins d échange de données médicales électroniques avec la médecine ambulatoire, premiers résultats du projet Infomed Dr Alex Gnaegi, Frédéric Fragnière Service d informatique médicale et

Plus en détail

= Meilleure coordination des soins

= Meilleure coordination des soins Intérêts pour l Assurance Maladie Rationalisation des soins Maitrise des dépenses de santé Intérêts pour le corps médical Meilleur suivi du patient Connaissance des antécédents du patient Connaissance

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

La numérisation augmente l efficacité, la sécurité et la fiabilité des flux d informations et des processus commerciaux.

La numérisation augmente l efficacité, la sécurité et la fiabilité des flux d informations et des processus commerciaux. 1 Forte de son statut d expert dans la transmission des informations et de son savoir-faire technique, la Poste joue un rôle important. Elle met à disposition des composants d infrastructure sur trois

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes A sa création, en 2005, la FORCE 06, rattachée à l ONF, constituait une unité de forestiers-sapeurs dédiée aux travaux d entretien des infrastructures de Défense des Forêts Contre l Incendie (DFCI) et

Plus en détail

Planification hospitalière 2015 lits d attente

Planification hospitalière 2015 lits d attente Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la santé publique Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Gesundheitswesen Planification hospitalière

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Informatisation des hôpitaux valaisans

Informatisation des hôpitaux valaisans Informatisation des hôpitaux valaisans 1/29 Informatisation des hôpitaux valaisans Bilan de la situation existante Analyse générale des besoins Concept de structure d information Propositions de solutions

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

FORMATION ET FORMATION CONTINUE DES EXPERTES ET DES EXPERTS AUX EXAMENS

FORMATION ET FORMATION CONTINUE DES EXPERTES ET DES EXPERTS AUX EXAMENS FORMATION ET FORMATION CONTINUE DES EXPERTES ET DES EXPERTS AUX EXAMENS Mandat et offre de l IFFP Formation continue LE MANDAT DE L IFFP Sur mandat de la Confédération, l Institut fédéral des hautes études

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Intervention SUVA 28.11.2014. Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014

Intervention SUVA 28.11.2014. Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014 Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014 FONDATION EMERA 2 NOTRE IDENTITE Emera Institution créée en 1939, reconnue d utilité publique, ne poursuivant aucun but lucratif Partenaire des pouvoirs

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

TARMED forces et faiblesses

TARMED forces et faiblesses TARMED forces et faiblesses SEMINAIRE MAS 2010 «Financement de la santé, médicoéconomie et flux du médicament» 27 septembre 2010. Charles A. Vogel, PhD Chef de projet d introduction du TARMED au CHUV 2

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC Dossier de presse Janvier 2007 Service de presse MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC L Observatoire de la Qualité de la Construction

Plus en détail

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie Notre engagement qualité ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère développer la qualité de vie Notre engagement qualité... p. 2 Notre politique qualité globale... p. 4 Notre système de

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

IMPORTANTE SOCIETE DANS LE SECTEUR DU CAFE-CACAO RECHERCHE POUR LE PROJET D APPUI AU SECTEUR AGRICOLE (PSAC)

IMPORTANTE SOCIETE DANS LE SECTEUR DU CAFE-CACAO RECHERCHE POUR LE PROJET D APPUI AU SECTEUR AGRICOLE (PSAC) IMPORTANTE SOCIETE DANS LE SECTEUR DU CAFE-CACAO RECHERCHE POUR LE PROJET D APPUI AU SECTEUR AGRICOLE (PSAC) 1 Consultant chargé de la coordination technique et du suiviévaluation Mission : Sous la supervision

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Décision concernant la planification de la médecine hautement spécialisée (MHS) dans le domaine des tumeurs rares de la moelle épinière

Décision concernant la planification de la médecine hautement spécialisée (MHS) dans le domaine des tumeurs rares de la moelle épinière Décision concernant la planification de la médecine hautement spécialisée (MHS) dans le domaine des tumeurs rares de la moelle épinière L Organe de décision de la Convention intercantonale relative à la

Plus en détail

Loi fédérale sur le dossier électronique du patient*

Loi fédérale sur le dossier électronique du patient* Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur le dossier électronique du patient* (LDEP) du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, al.

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale Présentation du cabinet PEOPLE BASE CBM (Compensations and Benefits Management)

Plus en détail

Industries Secteur Public. Secteur Public*

Industries Secteur Public. Secteur Public* Industries Secteur Public Secteur Public* Le département «Secteur Public» Depuis près de 20 ans, le département Secteur public de PricewaterhouseCoopers accompagne les administrations, les organisations

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Séminaire international Dresde 23.10.2015

Séminaire international Dresde 23.10.2015 Séminaire international Dresde 23.10.2015 Procédures et expériences d audit dans le domaine de la culture pour des formes juridiques différentes Fanny Bourgeois Expert réviseur agréé Didier Cheseaux Expert

Plus en détail