Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo"

Transcription

1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO EYA MATANGELO Gérard, GIS, Ph.D Directeur du Programme 24/10/2014 CNS RD Congo 1

2 PLAN 1. Méthodologie de collecte des données 2. Présentation des Résultats des comptes de la santé 2012.

3 Méthodologie de collecte des données 1. Méthodologie La méthodologie utilisée est celle des Comptes de la Santé qui est basée sur une nomenclature et une classification internationale fine et détaillée des dépenses de santé c'est-à-dire SHA Collecte des données La collecte des données s est réalisée auprès des Bailleurs, ONGs et fondations nationales et Internationales, Gouvernement central et Provinciaux de la santé, DPS (et les Coordinations provinciales) du Ministère de la Santé Publique, les Entreprises Publiques et Privées, les Mutuelles de Santé à travers la RDC. Ainsi le tableau ci-dessous nous renseigne sur le nombre respectif des structures collectées en RDC.

4 Méthodologie de collecte des données suite- Collecte des données Données primaires 94 ONGs (Nationales et 1. ONGS Internationales) 16 Bailleurs multilatéraux 2. Bailleurs 11 Bailleurs bilatéraux 3. Entreprises 1318 Entreprises. 4. Ménages 5. Mutuelles de santé 98 Mutuelles de santé 13 Directions, 52 Programmes et Ministère du Budget/ DPSB ESB Administrations centrales Collecte des données des Administrations provinciales 160 Structures dont 26 DPS Données secondaires Lesdonnéesdesdépensesdesantédesménages sont issues de l enquête MICS 2010 RDC réalisée en collaboration avec le Ministère du Plan sous l appui technique et financier du Projet Heath System 2020 de l USAID et de l Unicef, Ces données ont été ajustées en tenant compte de l accroissement de la population, de l inflation des prix des biens médicaux et de la variation du taux de change

5 Triangulation Méthodologie de la collecte suite- Essentiellement pour les dépenses effectives des bailleurs, des ONGs, des Administrations provinciales et les mutuelles de santé. Objectif : s assurer de la fiabilité des informations et éviter les doubles comptes Communications téléphoniques avec certains Bailleurs et ONGs pour clarification lorsqu il y a un écart de plus de 5%. Création des clés de répartition Pour compléter les informations nécessaires manquantes, non captées dans nos collectes secondaire ou primaire. La création des clés de répartition par maladie, par âges était utile pour désagréger certaines dépenses de santé. Objectif : séparer les dépenses cumulées entre composantes, activités, maladies, âges, bénéficiaires.(ex: TB et VIH). Pour une bonne comparaison des données d une année à l autre (prévu pour l institutionnalisation)

6 suite Méthodologie de la collecte des données suite- Lieu d étude Les données des dépenses de santé ont été collectées dans toutes les Provinces de la République Démocratique du Congo. Type d étude Cette étude est descriptive et rétrospective des données des dépenses de santé 2012.

7 Résultats des CS 2012.

8 160,00% Evolution de % et Taux d Exécution du Budget de l Etat consacré au Secteur Santé de 2001 à 2013 en RD Congo 140,00% 134,87% 120,00% 100,00% 80,00% 60,00% 40,00% 20,00% 0,00% 92,08% 71,40% 66,81% 56,60% 55,53% 54,75% 54,00% 42,49% 49,00% 32,63% 26,17% 19,98% 1,93% 0,81% 4,90% 5,30% 4,46% 4,03% 3,62% 3,02% 5,29% 5,85% 7,82% 7,80% 3,47% 4,45% % du budget de l'etat alloué à la santé Taux d'exécution du budget santé CNS 2010 et 2011 RD Congo: Evolution du 24/10/ Budget de l'etat

9 II. Résultats des CS Distribution de la Dépense totale de santé par type de dépense En 2012 Dépense d'invistisse ment; 5% De 2010 à 2012 Dépenses Courantes en santé Dépenses d'investissement Dépenses courantes en Santé; 95%

10 Distribution de la Dépense totale par type de dépense -suite-. Dépense totale de santé Dépense courante de santé Dépense totale d investissement : ,99 USD : ,97 USD : ,03 USD La dépense totale de santé est répartie en deux grandes catégories. Ce sont les dépenses courantes et les dépenses d investissement. La première catégorie vise principalement les besoins immédiats de la population et agit par conséquent sur le contrôle des pathologies à travers des mesures curatives et préventives pour le maintien de l état de santé. La seconde renvoie un peu plus au développement du système et à la planification des ressources. Ce sont deux groupes de dépenses de santé complémentaires et indissociables dans la mesure où le développement équilibré du système de santé sert à assurer efficacement le maintien de la santé.

11 2. Principaux Agrégats des Comptes de la santé de 2010 à 2012 résultats suitelibellé PIB (USD) Population totale de la RDC (cfr INS) Dépense Totale de Santé , , ,99 Dépense Totale de Santé par habitant par an 12,25 12,02 13,32 (USD) Dépense Total de Santé en % du PIB 7% 7% 8% Dépense du Gouvernement en % de la 11% 12% 16% Dépense totale de Santé DCS (Dépense courante en santé) , , ,97 DCS % PIB 6,29% 5,25% 5,75% DCS per capita(usd) Dépense en investissement , , ,03 Dépense investissement en santé % PIB 0,47% 0,38% 0,30% Dépense d investissement per capita 0,86 0,82 0,67 Paiement direct en % des dépenses totales des ménages 94% 97% 96%

12 résultats suite- 3. DEPENSES DE SANTE 2012 PAR SOURCE DE FINANCEMENT Dépenses %DCS DCS per capita Courante Fonds Publics (Secteur public) % 2,03 Entreprises (Fonds privés) % 0,53 Ménages (Fonds privés) % 5,21 ONGs nationales (Fonds privés) % 0,01 Reste du Monde (Coop extérieur) % 4,88 Total % 12,65 Le financement des dépenses de santé en RDC est assuré par trois sources principales, à savoir la coopération externe, les fonds privés et le secteur public. Les Fonds privés et coopération externe supportent plus de 84% des dépenses courantes, ce qui explique que le financement du secteur soit essentiellement assuré par le secteur non étatique.

13 4. Evolution de la dépense courante de santé de 2011 à % 40% 34% % 16% 11% 11% 11% 4% 3% 0% 1% 0% 1% Administration publique Entreprises Ménages ONGS Nationales ONGs Internationales et Fondations Bailleurs bilatéraux Bailleurs multilatéraux

14 DEPENSES DE SANTE 2012 PAR SOURCE DE FINANCEMENT -suite- 1. Fonds Publics Transferts issus des revenus nationaux de l'administration publique (alloués à la santé) Transferts d'origine étrangère distribués par l'administration publique Fonds Privés Transferts directs étrangers % Administrations % publiques 63% 100% Mutuelles de santé % 100% Sociétés (hors sociétés d'assurances) (part de HF.RI.1.2) 100% 4% Partenaires et ONGS Nationales 0% 100% 100% 11% Ménages (paiement % direct) 100% 100% Total général % 16% 27% 45% 12 % 100% Le financement de l Etat dans la santé s élève à USD en 2012 soit 16 % de la DCS. Ce financement provient du Trésor Public à travers les recettes fiscal (taxes, impôts etc ), dont 85% ont été gérés par le Ministère de la santé publique et 15% par les autres Ministères connexes. Notons aussi qu en dehors de fonds interne, l Etat reçoit aussi les financements externes des partenaires (dont les fonds de contre partie et autres) qu il gère à 63%. Le financement externe de la santé représentait 27% de la DCS. Total

15 DEPENSES DE SANTE 2012 PAR SOURCE DE FINANCEMENT -suite- 1. Fonds Publics A. Distribution de la DCS de Gouvernement par prestataire en 2012 Prestataires de soins préventifs; 53% Hôpitaux; 18% Prestataires de services administratifs et de financement du système de soins de santé; 25% Prestataires de soins de santé ambulatoire; 0,0006 Prestataires de services auxiliaires; 0% Détaillants et autres prestataires de biens médicaux; 4% Les programmes spécialisés dans la lutte contre les maladies et autres ont reçu 53%, les hôpitaux 18%, l Administration et financement du système de soins 25% tandis que les centres de santé, % des fonds internes de l Etat. Il est aussi important de signaler que la majorité de ces fonds consituent les salaires et la prime de risque (81%) car très peu de ressources sont consacrées au fonctionnement des services de santé.

16 DEPENSES DE SANTE 2012 PAR SOURCE DE FINANCEMENT -suite- 2. Ménages A. Distribution de la dépense des Ménages par fonctions Ménages % Soins curatifs % Soins curatifs généraux hospitaliers % Soins curatifs spécialisés hospitaliers Autres soins curatifs hospitaliers (n.c.a.) Soins curatifs généraux ambulatoires % Soins curatifs dentaires ambulatoires Soins curatifs spécialisés ambulatoires autres soins curatifs ambulatoires Soins curatifs à domicile % Soins de réadaptation Soins (de santé) de longue durée Services auxiliaires (non-spécifié par fonction) % Biens médicaux (non-spécifiés par fonction) % Soins préventifs % Gouvernance, administration du système de santé et des financements % Autres services de soins de santé non classés ailleurs (n.c.a.) 0% % Les ménages constituent la première source de financement des dépenses de santé. Avec une contribution d environ USD soit 41% de DCS.

17 2. Ménages DEPENSES DE SANTE 2012 PAR SOURCE DE FINANCEMENT -suite- En RDC, les ménages représentent un acteur clé dans le financement de l accès aux soins. Ces dépenses sont concentrés à 90% pour les soins curatifs. Dont 58% en hospitalisation et 32% en soins curatifs ambulatoires. Toutefois il est important de mentionner que l essentiel de ces dépenses sont réalisées par paiement direct (94% en 2010, 97% en 2011 et 96% en 2012). Une très faible frange de la population congolaise est couverte par l assurance maladie. Cette situation expose la population à des dépenses catastrophiques. B. Part de paiement direct par rapport à la DCS des ménages en % 3% 6% 96% 97% 94% prepaiement volontaire paiement direct

18 Résultats des CS DEPENSES DE SANTE PAR AGENT DE FINANCEMENT de 2010 à 2012 (gestion des fonds de santé) Ménages 37% 39% 40% RDM 30% 22% 11% Sociétés 5% 3% 4% Sociétés d'assurance 2% 1% 2% 2012 Administrations publiques 26% 36% 43%

19 résultats des CS Répartition de la dépense courante par Prestataire des services de santé (dans l ensemble du financement) Prestataires de services administratifs et de financement du système de soins de santé; 8% Prestataires de soins préventifs; 36% Hôpitaux; 37% Détaillants et autres prestataires de biens médicaux Prestataires de services auxiliaires; 1% Prestataires de soins de santé ambulatoire; 17%

20 résultats des CS Distribution des dépenses courantes de Santé par Fonction de 2010 à Soins curatifs Soins préventifs Gouvernance, administration du système de santé et des financements Evolution des Soins Curatifs, Préventifs et Gouvernance de 2010 à 2012

21 Distribution des dépenses courantes par Provinces en % 6% 1% 1% 3% 4% 1% 0% 2% 2% 4% 2% 8%

22 résultats des CS Répartition de la dépense courante par maladies par source de financement en 2012 Maladies infectieuses et parasitaires Santé de la reproduction Carences nutritionnelles Maladies non transmissibles Administration publique % Entreprises Ménages % ONGs Nationale s Reste du monde % Total Général % % % % % 15% 6% 37% 0% 43% 100% % % % % 4% 1% 81% 0% 13% 100% % % % % 2% 6% 45% 0% 46% 100% % % % % 35% 0% 49% 0% 16% 100% Traumatismes % % % % 39% 0% 37% 0% 23% 100% Non lié à une maladie % % % spécifique 10% 41% 0% 11% 0% 48% 100% Autres maladies / % % % affections (n.c.a.) 7% 15% 4% 45% 0% 37% 100% Total Général % % % %

23 résultats des CS Répartition de la dépense courante par maladies selon la CIM en 2012 Autres maladies / affections (n.c.a.) Non lié à une maladie spécifique Traumatismes 7% 10% Autres maladies non transmissibles (n.c.a) Troubles mentaux Maladies cardiovasculaires 1% Troubles endocriniens Tumeurs Carences nutritionnelles Autres maladies et problèmes de santé Prise en charge d'une contraception Affections périnatales 2% 1% 6% Affections maternelles Autres maladies infectieuses et Maladies à prévention vaccinale 6% 9% Maladies tropicales négligées Maladies diarrhéiques Infections des voies respiratoires Paludisme Tuberculose VIH/SIDA 2% 9% 3% 5% 13% 14% 12%

24 Présentation des résultats des CS Distribution des courantes de santés des Maladies infectieuses et parasitaires par Source de financement en 2012 Administration ONGs Reste du Total Général publique Entreprises Ménages Nationales monde Maladies infectieuses et parasitiques 63% VIH/SIDA % 14% 0% 0% 85% 100% Tuberculose % 54% 1% 5% 0% 40% 100% Paludisme % 14% 5% 45% 0% 36% 100% Infections des voies respiratoires % 12% 14% 71% 0% 3% 100% Maladies diarrhéiques % 3% 10% 79% 0% 8% 100% Maladies tropicales négligées 2% 7% 93% 100% Maladies à prévention vaccinale 9% 8% 0% 92% 100% Autres maladies infectieuses et parasitiques (n.c.a.) 6%

25 résultats des CS Distribution des courantes de santés par maladies par Ages en 2012 < 5 ans 5 ans Autre age (n.c.a.) Maladies infectieuses et parasitiques % % % VIH/SIDA % % % Tuberculose % % % Paludisme % % % Infections des voies respiratoires % % % Maladies diarrhéiques % % % Maladies tropicales négligées % % % Maladies à prévention vaccinale % % % Autres maladies infectieuses et parasitiques (n.c.a.) % % % Santé de la reproduction % % % Affections maternelles % % % Affections périnatales % % % Prise en charge d'une contraception (planning familial) % % % Autres maladies et problèmes de santé liés à la santé de % % % la reproduction (n.c.a.) Carences nutritionnelles % % % Maladies non transmissibles % % % Tumeurs % %0 0% Troubles endocriniens % % % Maladies cardiovasculaires % % % Troubles mentaux % % 316 0% Autres maladies non transmissibles (n.c.a) % % % Traumatismes % % % Non lié à une maladie spécifique 0 0% 0 0% % Autres maladies / affections (n.c.a.) % % % % % %

26 résultats des CS 2012 Distribution de la dépense d Investissement en 2012 Dépenses D'investissement % D Investissement D Inv per capita Fonds Publics % 0,10 Entreprises Ménages % 0,00 ONGs nationales Reste du Monde % 0,57 Total % 0,67

27 Présentation des résultats des CS 2012 Distribution de la dépense d Investissement en 2012 Administration Reste du Total Général publique % Ménages % monde % % construction infrastructure % 944 1% % sanitaires 12% 63% 0% 37% 100% Bâtiments Administratifs % % % 93% 7% 100% Autres Bâtiments résidentiels et non résidentiels 0% % % 100% 100% Autres ouvrages 0% % % 100% 100% Equipements médicaux % 232 0% % % 8% 0% 92% 100% Matériel de transport % % % % 5% 0% 95% 100% Equipements TIC % % % % 22% 3% 75% 100% Machines et équipements nca % % % % 5% 3% 93% 100% Logiciels et bases de données informatiques Recherche et développement en santé 0% 495 0% 495 0% 100% 100% % 0% % 100% 100% % % % % 15% 0% 85% 100%

28 ATTENTION!!! Les comptes de la santé NE SONT PAS une revue des dépenses publiques Les Comptes de la Santé peuvent aider à préparer certaines données et/ou tableaux nécessaires à la revue des dépenses publiques ou servir pour le suivi des points relevés lors des revues précédentes Les directives pour la revue des dépenses publiques spécifient qu elle doit être effectuée en utilisant la méthodologie des CS 28

29 Difficultés rencontrées Domaine Problèmes Causes probables Solutions envisagées Ressources Humaines Difficultés de libeller clairement la dépenses engagées Les agents chargés des finances dans les différentes structures ne sont pas formés en Comptes de santé Formation des agents en province sur les comptes de la santé Mobilité des personnes chargées de la comptabilité dans certaines institutions Recherche de mieux être Abandon de poste à cause de rémunération insuffisante Recours au nouveau candidat n ayant aucune expérience en la matière Financier Certaines données financières sont gérées par les Directeurs sans partage de l information avec le Service des finances Retard dans le remplissage du canevas de collecte des données des dépenses de santé Difficultés de faire le recoupement des infos financières Faire régulièrement le recoupement des informations financières

30 Difficultés rencontrées Domaine Problèmes Causes probables Solutions envisagées Collaboration intra et inter sectorielle Difficultés de collecter les données en routine à partir des services du niveau Central Les Informations financières des provinces remontent difficilement au niveau central Collecte active des données financières auprès des institutions sources Difficultés de rassembler toutes les données des dépenses de santé des PAO au niveau de la DEP/Santé Non centralisation des rapports des revues annuelles provinciales Collecte active des données financières auprès des institutions sources Archivage des données financières Non archivage des données financières des différents acteurs Mauvaise tenue des documents comptables Rapport financier non à jour Reconstitution des flux financiers dépensés en présence de l enquêteur Mise à disposition des exemplaires de canevas de collectes des données à la structure source

31 Difficultés rencontrées Domaine Problèmes Causes probables Solutions envisagées NTIC Inexistences de connexion internet dans certains services en provinces Coût élevé de la connexion internet Difficultés de recevoir un canevas électronique rempli Collecte active des données financières auprès des institutions sources Etendue du territoire national Outils de collecte des données CNS Non maitrise de l utilisation de l ordinateur par certains agents Difficultés de communiquer avec les structures sources des données à l intérieur du pays Canevas électronique de collecte des données mal rempli Facteurs de prestation non précisés de même l activité correspondante Non téléchargement du Canevas électronique envoyé en province. Absence de voies de communication fiable Accès géographique difficiles vers les centres villes Certains Services prestataires n arrivent pas à comprendre les facteurs de prestation Non désagrégation des données des dépenses de santé Collecte active des données financières auprès des institutions sources Collecte active des données financières auprès des institutions sources Collecte active des données financières auprès des institutions sources

32 Perspectives / Challenge pour 2014 Institutionnalisation des CNS par: 1. Formation des équipes cadres provinciales (26 Divisions) 2. Collecte des données active et en routine si possible 3. Elaboration, validation et publication par voie d Arrêté Ministériel du Cadre normatif des CNS en RD Congo 4. Appui institutionnel du PNCNS 24/10/2014 CNS RD Congo 32

33 5. Réalisation annuelle de l étude sur l équité en Santé et protection financière ( avec l Application et maitrise du logiciel ADePT

34 Merci! Point de contact: Programme National des Comptes Nationaux de la Santé (PNCNS) Secrétariat Général à la Santé Ministère de la Santé Publique / R D Congo N 42/ 46, avenue des Cliniques, Kinshasa / Gombe Réf. (Hôpital) Clinique Kinoise Tél (portable) / / E mail : ; 24/10/2014 CNS RD Congo 34

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Le système de santé au Cambodge

Le système de santé au Cambodge Le système de santé au Cambodge Actualisation au 3 mai 2006 MINEFI DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 INDICATEURS DE SANTE Les infrastructures sanitaires

Plus en détail

Présentation de l assurance maladie au Burkina Faso

Présentation de l assurance maladie au Burkina Faso Présentation de l assurance maladie au Burkina Faso Introduction, contexte Le Burkina Faso fait partie des pays d Afrique de l ouest où les indicateurs de santé publique restent des bas et où l espérance

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

Financement de la santé et recouvrement des coûts en République Démocratique du Congo : le lourd fardeau des ménages.

Financement de la santé et recouvrement des coûts en République Démocratique du Congo : le lourd fardeau des ménages. Financement de la santé et recouvrement des coûts en République Démocratique du Congo : le lourd fardeau des ménages. J. Manzambi Kuwekita, MPH, PhD Professeur à la Section de Santé Communautaire, Institut

Plus en détail

Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda

Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda Capitalisation des expériences du Programme de Renforcement de la Santé Publique de la

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs EVALUATION EVALUATION DU PLAN DU PLAN DES DES RESULTATS 2014 POUR LA LA MISE MISE EN EN OEUVRE OEUVRE DU PNSPF DU PNSPF 2014-2020 2014-2020 Elaborée en Octobre 2014 Design by Grace NZOLO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ;

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Séminaire régional L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Partage des expériences de République Démocratique du Congo, du Burundi,

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL. Plan National de Développement Sanitaire PNDS 2011-2015

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL. Plan National de Développement Sanitaire PNDS 2011-2015 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL Plan National de Développement Sanitaire PNDS 2011-2015 MARS 2010 1 i. TABLE DES MATIERES i. TABLE DES MATIERES... 2

Plus en détail

Glossaire. de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner. Frais d accompagnement. CMU Tiers payant ...

Glossaire. de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner. Frais d accompagnement. CMU Tiers payant ... Glossaire de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner Frais d accompagnement CMU Tiers payant... «Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire» A...P.3 B...P.4 C...P.4 D...P.7

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

Acronymes. Introduction

Acronymes. Introduction Société civile et observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en République du Congo : progrès, leçons tirées et ouverture sur l avenir Juin 2009

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Statistiques sur les assurances collectives de l Université du Québec

Statistiques sur les assurances collectives de l Université du Québec Statistiques sur les assurances collectives de l Université du Québec 2012 Direction des relations du travail et de la rémunération globale Novembre 2013 Table des matières 1.0 Assurance accident maladie...

Plus en détail

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821 Termes de Référence de l évaluation externe du projet: «Dialoguer et Participer l Interaction Institutionnalisée entre Acteurs étatiques et non-étatiques» Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de

Plus en détail

1. Contexte et justification

1. Contexte et justification Termes de Référence pour l assistance technique à la Cellule de Gestion des Projets et des Marchés Publics du Ministère de la Santé Publique en République Démocratique du Congo 1. Contexte et justification

Plus en détail

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM Planification familiale et assurance santé Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM - Situation sanitaire Plan de présentation -Description des régimes d assurance

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PLAN STRATEGIQUE DE LA REFORME HOSPITALIERE

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PLAN STRATEGIQUE DE LA REFORME HOSPITALIERE REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PLAN STRATEGIQUE DE LA REFORME HOSPITALIERE Décembre 2010 Contenu 1. Introduction... 5 1.1. Contexte du pays... 5 1.2. Problèmes majeurs

Plus en détail

Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous»

Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous» Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous» Les Amis du Fonds mondial Cycle d information et d échanges Yous Hannah 30/09/2014

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO

BANQUE CENTRALE DU CONGO BANQUE CENTRALE DU CONGO Allocution prononcée par Monsieur J-C. MASANGU MULONGO Gouverneur de la Banque Centrale du Congo à l occasion du lancement officiel de la Journée Internationale de l Epargne en

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

Avancement de la REDD+ en RDC : processus participatif d auto-évaluation pour la soumission du R-Package au Comité des Participants du FCPF

Avancement de la REDD+ en RDC : processus participatif d auto-évaluation pour la soumission du R-Package au Comité des Participants du FCPF République Démocratique du Congo Avancement de la REDD+ en RDC : processus participatif d auto-évaluation pour la soumission du R-Package au Comité des Participants du FCPF Plan de consultation Kinshasa,

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Table ronde «Prévoyance»

Table ronde «Prévoyance» Table ronde «Prévoyance» La couverture santé minimale obligatoire pour tous, c est demain : quel impact pour mon entreprise? Laurent BUCHHOLTZER Responsable animation commerciale, région sud-est, Harmonie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins»

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» La Bourse Mutualiste pour la Recherche Infirmière et Paramédicale LE CONTEXTE GÉNÉRAL La recherche infirmière et paramédicale - c est-à-dire l étude

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Aide au codage des emplois (professions et secteurs d activité) lors d enquête en face à face : l outil CAPS

Aide au codage des emplois (professions et secteurs d activité) lors d enquête en face à face : l outil CAPS Aide au codage des emplois (professions et secteurs d activité) lors d enquête en face à face : l outil CAPS Garras L.(1), Prevot C. (3), Lemonnier J.(3), Palmer G.(3), El Yamani M.(1), Pilorget C.(1,2)

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Référence : B.O n 5958-5 chaabane 1432 (7-7-2011) Arrêté de la ministre de la santé n 1363-11 du 12 joumada II 1432 (16 mai 2011)

Plus en détail

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE ASSURER LE REMBOURSEMENT DE VOS DÉPENSES PRÉVOIR LE REMBOURSEMENT DE SES DÉPENSES DE

Plus en détail

Observatoire Valaisan de la Santé

Observatoire Valaisan de la Santé Observatoire Valaisan de la Santé 02 Sommaire Un Observatoire de la santé pour décider 03 - Un outil indispensable pour piloter le système de santé 03 Une création par étapes 04 Organisation et Mission

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

PLANIFICATION FAMILIALE ET FINANCEMENT BASE SUR LES RESULTATS

PLANIFICATION FAMILIALE ET FINANCEMENT BASE SUR LES RESULTATS PLANIFICATION FAMILIALE ET FINANCEMENT BASE SUR LES RESULTATS Dr BASINGA Paulin Université Nationale du Rwanda Ecole de Santé Publique Conférence «Population développement et planification familiale en

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus»

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus» DESCRIPTION DU POSTE Titre du poste Sous les ordres du Responsabilités opérationnelles Site Grade et niveau Salaire mensuel Durée du contrat Coordinateur/coordinatrice des opérations Directeur pays Encadrement

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA

Plus en détail

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées 3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers praticiens, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d'un programme

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 DIRECTION DES AFFAIRES INSTITUTIONNELLES ET DE LA STRATEGIE Note de Synthèse CAMPAGNE TARIFAIRE 2012 : ENVELOPPE MIGAC Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 Diffusion: Vos contacts

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA PLAN STRATEGIQUE DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION SANITAIRE 2011-2015 1 AVANT PROPOS Le Gouvernement du Burundi s est

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS

UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS LA MUTUALITÉ UN RÉSEAU ET DES MÉTIERS MUTUALITÉ Les mutuelles Une mutuelle est un organisme à but non lucratif. Portent le nom de «mutuelle» les organismes immatriculés au registre national des mutuelles

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE RAPPORT FINAL Par Mmes : - Fatiha KHERBACH - L. Asma EL ALAMI EL FELLOUSSE - Novembre 2007 - Avertissement Les auteurs sont des cadres du Ministère des Finances et de

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Répertoire des instruments juridiques nationaux En rapport avec le fonctionnement des ONG en République Démocratique du Congo

Répertoire des instruments juridiques nationaux En rapport avec le fonctionnement des ONG en République Démocratique du Congo Répertoire des instruments juridiques nationaux En rapport avec le fonctionnement des ONG en République Démocratique du Congo Par G. KAHASHA ka NASHI Avocat Avec l assistance d une équipe du Cabinet KAHASHA

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales Coudenberg

Plus en détail

ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec

ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec MAR / QUE 5 ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE ROYAUME DU MAROC Demande de prestations du Régime de rentes du Québec Rentes d'invalidité et d'enfant de personne invalide Q-114-INV

Plus en détail

Remarques introductives, décentralisation fiscale

Remarques introductives, décentralisation fiscale Remarques introductives, décentralisation fiscale Forum Régional sur la Décentralisation Marseille, 23 juin 2007 Hélène Grandvoinnet Plan Variété des CL RESSOURCES Trois grands types de ressources Ressources

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

Intermédiaires de commerce non spécialisé. Echantillon : 1263 Données : 2014

Intermédiaires de commerce non spécialisé. Echantillon : 1263 Données : 2014 Intermédiaires de commerce non spécialisé Echantillon : 1263 Données : 2014 Recettes encaissées 45263 Débours 3 Honoraires rétrocédés 325 Montant net recettes 44935 Achats 0.4 Salaires nets 0.2 Charges

Plus en détail

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO PLAN DE PRESENTATION BREVE PRESENTATION DES DEUX PAYS - GUINEE/CONAKRY GUINEE BISSAO Population = 7 156 406hbts dont 51% de femmes et 46% de jeunes, - 1 200 000

Plus en détail

Optimisation du travail collaboratif Comptable/Clients 24h sur 24

Optimisation du travail collaboratif Comptable/Clients 24h sur 24 Suivre Echanger Relancer Archiver PARTAGER Optimisation du travail collaboratif Comptable/Clients 24h sur 24 La plateforme d échange et de travail des documents entre le comptable et ses clients Valoriser

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Date: 15 Février 2013 Pays Intitulé de la mission : République Démocratique du Congo RDC Sélection d un consultant Chef d équipe pour l élaboration

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB...

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... C O T I S A T I O N S S O C I A L E S LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... Exercer c est aussi déclarer... et cotiser! Prélèvements sociaux et professionnels : COMPARATIF COLLABORATEUR

Plus en détail

Mémento LAA Guide pratique de l assurance-accidents

Mémento LAA Guide pratique de l assurance-accidents Mémento LAA Guide pratique de l assurance-accidents Vue d ensemble Bases légales de l assurance 1. Bases légales Personnes assurées 2. Personnes assurées obligatoirement 3. Personnes assurées à titre facultatif

Plus en détail

Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB

Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB Convention collective Mars 2011 Mars 2015 Note : Ce document regroupe les échelles salariales applicables aux différents titres d emploi représentés à la FIQ.

Plus en détail

ASSURANCES MÉDICAMENTS COMPARAISON DES OPTIONS À PARTIR DE 65 ANS MISE À JOUR ANNÉE 2011

ASSURANCES MÉDICAMENTS COMPARAISON DES OPTIONS À PARTIR DE 65 ANS MISE À JOUR ANNÉE 2011 ASSURANCES MÉDICAMENTS COMPARAISON DES OPTIONS À PARTIR DE 65 ANS MISE À JOUR ANNÉE 2011 APRHQ Comité Croix Bleue Mise à jour 2011/07/15 But du sous-comité Croix Bleue 2 Donner des outils aux membres retraités

Plus en détail

Employeurs et autres débiteurs de cotisations

Employeurs et autres débiteurs de cotisations CLASSE 4 COMPTES DE TIERS La classe 4 comprend les comptes de tiers et reprend toutes les opérations du bilan autres que financières (classe 3) avec les tiers et qui se représentent dans le cadre des relations

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED EUROPAID/119860/C/SV/multi Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED LOT N 8 DEMANDE N 2009/201619/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES

Plus en détail

Bien préparer la mise en place du nouveau modèle de financement

Bien préparer la mise en place du nouveau modèle de financement Bien préparer la mise en place du nouveau modèle Juillet 2013 Cette présentation générale a été élaborée à l intention des pays et des autres parties prenantes, aux fins de leur indiquer les principaux

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Politique de Développement des Mutuelles de Santé au Rwanda

Politique de Développement des Mutuelles de Santé au Rwanda REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE B.P. 84 KIGALI Politique de Développement des Mutuelles de Santé au Rwanda TABLE DES MATIERES PREFACE...3 1. INTRODUCTION...4 2. ETAT DES LIEUX DES MUTUELLES

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

squadra Présentation de Squadra Gestion Ensemble établissons de nouvelles règles... SQG PRÉS 100610

squadra Présentation de Squadra Gestion Ensemble établissons de nouvelles règles... SQG PRÉS 100610 squadra G E S T I O N Présentation de Squadra Gestion Ensemble établissons de nouvelles règles... SQUADRA ASSURANCES a développé sa plate forme de gestion: SQUADRA GESTION. Ses équipes dédiées partagent

Plus en détail

Coopérer aujourd hui n o 60

Coopérer aujourd hui n o 60 Les documents de travail de la Direction scientifique Coopérer aujourd hui n o 60 avril 2008 Cedric Salze et Aurore Duffau (Gret), Christine Poursat Identification et faisabilité en micro-assurance santé

Plus en détail

L évolution des modes de communication, comment adapter les enquêtes en population générale? L expérience de l enquête KABP VIH/sida 2010

L évolution des modes de communication, comment adapter les enquêtes en population générale? L expérience de l enquête KABP VIH/sida 2010 L évolution des modes de communication, comment adapter les enquêtes en population générale? L expérience de l enquête KABP VIH/sida 2010 Session 2 : Méthodes Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Et le

Plus en détail

Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA)

Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA) Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA) Mixité des sources de financement, diversité des régimes de couverture maladie : l impératif de cohérence 2 ème Conférence nationale

Plus en détail

Les Entreprises d Economie Sociale en Poitou Charentes. Vendredi 6 novembre 2009 NIORT Espace Alizé

Les Entreprises d Economie Sociale en Poitou Charentes. Vendredi 6 novembre 2009 NIORT Espace Alizé Les Entreprises d Economie Sociale en Poitou Charentes Vendredi 6 novembre 2009 NIORT Espace Alizé 70.000 salariés 2 ième Région de France pour le taux des emplois E.S. sur l ensemble des emplois. 14,3%

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante :

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante : CIRCULAIRE AD 94-2 DU 18 JANVIER 1994 Tri et conservation des archives des établissements publics de santé : documents produits après 1968 par les services administratifs chargés de la gestion des hospitalisations

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE

TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Loi n 89/27 du 29 Décembre 1989 portant sur les déchets toxiques et dangereux.. Loi n 95/08 du 30 Janvier 1995 portant

Plus en détail