Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?"

Transcription

1 Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? William Parienté Université Catholique de Louvain J-PAL Europe povertyactionlab.org

2 Plan de la semaine 1. Pourquoi évaluer? 2. Comment mesurer l impact? 3. Pourquoi tirer au sort? 4. Comment tirer au sort? 5. Comment déterminer la taille de l échantillon? 6. Risques et solutions 7. Une évaluation de A à Z 8. Analyses coût-efficacité et généralisation

3 Plan du cours Unité de randomisation Contraintes de la vraie vie Différentes méthodes de randomisation Groupe test et groupe témoin: extension

4 Qu est-ce que l'assignation aléatoire? Revenus, par personne et par mois, en roupies Test Témoin How to Randomize, Part I - 3

5 La mécanique du tirage au sort Vous avez besoin d un cadre d échantillonnage Vous tirez les noms d'un chapeau ou d'un sac Vous utilisez le générateur aléatoire d un programme de feuille de calcul afin d ordonner les observations de manière aléatoire Code de programmation Stata Que faire s'il n'y a pas de liste?

6 Plan du cours Unité de randomisation Contraintes de la vraie vie Différentes méthodes de randomisation Groupe test et groupe témoin: extension

7 L'unité tirée au sort En général on peut randomiser à plusieurs niveaux 1. Tirer au sort au niveau de l'individu 2. Tirer au sort au niveau du groupe (évaluation en grappes)

8 Unité tirée au sort : l'individu?

9 Unité tirée au sort : l'individu

10 L'unité tirée au sort : le groupe? Par groupes d'individus: randomisation en grappe

11 L'unité tirée au sort : la classe?

12 L'unité tirée au sort : la classe

13 L'unité tirée au sort : l'école?

14 L'unité tirée au sort : l'école

15 L'unité de tirage au sort : réflexions Comment fait-on pour choisir l unité de randomisation?

16 L'unité de tirage au sort : réflexions Cela dépend de l intervention : effet au niveau du groupe ou au niveau individuel. Certains programmes peuvent être exécutés seulement à un certain niveau. Il faut savoir Quelle unité le programme vise-t-il? Classe, étudiant? Quelle est l'unité d'analyse?

17 L'unité de tirage au sort : quelle cible? Comment l intervention est-elle administrée? Quel est la zone d intervention de chaque «unité»? Quelle est la taille de l impact potentiel?

18 Plan du cours Unité et méthode de randomisation Contraintes de la vraie vie Méthodes de randomisation Variations autour des notions simples de groupe tes et groupe témoin

19 Contraintes Contamination Logistique Equité

20 Contraintes : la contamination Rappelez-vous du scénario contrefactuel! Si le groupe témoin diffère du scenario contrefactuel, nos résultats risquent d être biaisés

21 Externalités : exemple: programme de déparasitage Avant une étude au Kenya, les études précédentes comparaient les élèves traités aux élèves non traités au sein d une même école Quel peut être le problème de cette comparaison lorsqu il y a des externalités? Quel est le signe du biais attendu?

22 Externalités : exemple: programme de déparasitage Choisir l unité d échantillonnage de façon à englober les externalités Exemple: les externalités ont lieu au sein de l école L affectation aléatoire des écoles permet de mesurer l ensemble des effets (effet direct et externalité) en comparant les écoles

23 Les contraintes : la contamination Effets d'externalité (ou spillover) Positifs (test => témoin) Négatifs (test => témoin) Négatifs (témoin => test)

24 Contraintes liées à la logistique La distribution des vermifuges est l une des nombreuses responsabilités d un soignant Le soignant doit s occuper à la fois des groupes Test et des groupes Témoin Il peut s avérer difficile de former les soignants aux différentes procédures à appliquer à chaque groupe, et à garder trace de ce qu ils doivent donner et à qui

25 Contraintes liées à l'équité Tirage au sort au niveau de chaque enfant au sein des classes Tirage au sort au niveau des classes au sein des écoles Tirage au sort au niveau de la communauté

26 Contraintes liées à la taille de l échantillon Le programme ne permet de servir qu un petit nombre de communautés En général, la randomisation individuelle nous donne un échantillon plus grand pour un moindre coût.

27 Plan du cours Unité de randomisation Contraintes de la vraie vie Méthodes de randomisation Groupe test et groupe témoin: extension

28 Randomisation En général, les programmes/interventions sont contraintes en terme de budget, les moyens sont limités Ceci constitue un atout pour l évaluateur Le nombre de bénéficiaires éligibles est bien supérieur aux moyens disponibles Programmes courants : Formation pour les entrepreneurs ou les agriculteurs Bons de réduction pour les frais d'inscription scolaires

29 Méthodes de randomisation Loterie Randomisation dans la bulle Mise en place progressive Encouragement

30 La loterie : la référence des essais cliniques On prend 1000 personnes et on ne donne le médicament qu à la moitié d entre elles. Est-il possible d appliquer cette approche aux programmes sociaux?

31 La loterie : une approche simple Les participants sont sélectionnés de manière aléatoire à partir d un ensemble de candidats Les participants savent qui a «gagné» et qui a «perdu» La loterie de base est faisable lorsqu il n existe aucune raison a priori de discriminer Elle est perçue comme équitable et transparente Souvent jouable d un point de vue politique

32 Que faire : 500 candidats pour 500 places? Envisagez des tirages au sort différents de la loterie simple Développez les actions de communications Est-ce éthique?

33 Les façons de tirer au sort Supposons qu'il y ait 2000 candidats Après sélection, il ne reste que 500 candidats valables Or il y a 500 places Un simple tirage au sort n'est donc pas possible Quelles sont vos options?

34 Tirer au sort dans «la bulle» Parfois certains partenaires ne souhaitent pas tirer au sort parmi les personnes éligibles Ils peuvent accepter le tirage au sort «dans la bulle» Les personnes qui sont «dans la bulle» sont celles qui sont en limite d éligibilité Juste au dessus du seuil limite non éligibles mais presque Quel effet du traitement mesurons-nous? Qu estce que cela signifie en termes de validité externe?

35 Tirer au sort dans la bulle Randomisation dans la "bulle" Dans la bulle, comparer Test et Témoin Test Mettre la photo et graphique Non-participants participants Témoin

36 Les tirages au sort partiels Quand il faut sélectionner, utiliser des tirages au sort partiels Par exemple, les responsables du programme veulent garder la main : Exemple : programme de formation Exemple : extension du crédit à la consommation en Afrique du Sud

37 La mise en place progressive À la fin, tout le monde bénéficiera du programme C'est une approche naturelle lorsque l on fait face à des contraintes de moyens pour étendre le programme Comment déterminer quelles écoles, quelles agences, etc. bénéficieront du traitement telle ou telle année?

38 Mise en place progressive Mise en place progressive 1 ère phase Test: 1/3 Témoin: 2/3 2 ème phase Test: 2/3 Témoin: 1/3 Fin de l'évaluation aléatoire 3 ème phase Test: 3/ Témoin:

39 Mise en place progressive Avantages? Inconvénients?

40 mise en place progressive Traitement Contrôle Traitement Contrôle Traitement Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3

41 Mise en place progressive Avantages À la fin, tout le monde obtient quelque chose Cette approche encourage à maintenir le contact Inconvénients L estimation des effets à long terme peut être plus compliquée Il faut être attentif aux «fenêtres» de mise en place Les attentes de changement futur ont-elles un impact sur les actes d'aujourd'hui?

42 L'encouragement Il est parfois impossible, pour des raisons pratiques ou éthiques, de tirer au sort l accès à un programme Mais la plupart des programmes ont des niveaux d adoption inférieurs à 100 % On tire au sort les candidats puis on encourage certains d'entre eux à participer

43 Modèle de l'encouragement encouragement pas d'encouragement a participé n'a pas participé Comparez encouragés à non encouragés Ceci doit être corrélé Ne pas comparer participants à non-participants Conformité Non conformité Ajustez la non conformité en phase d'analyse

44 Qu est-ce que «l encouragement»? Un élément qui rend certaines personnes sont plus susceptibles de participer que d autres Il ne s agit pas d un programme en soi Pour qui estimons-nous les effets du programme? Il faut réfléchir à qui va être sensible aux encouragements Pourquoi ca marche?

45 Exemple encouragement : Accès à l eau au Maroc Programme de branchement social à l eau à Tanger au Maroc Première idée : randomisation par quartiers Difficultés techniques Difficulté politiques : certains responsables de quartiers veulent avoir le branchement tout de suite Impossible de randomiser au niveau du quartier

46 Ex: Accès à l eau au Maroc Solution: randomisation au niveau individuel Mais offre de branchement disponible à tout le monde dans les quartiers éligibles Randomisation par encouragement

47 Ex:Accès à l eau au Maroc Méthode Variation aléatoire du niveau d information des ménages Ménages groupe traitement Opération d information personnalisée à domicile Ménages groupe contrôle Aucune information durant 12 mois (mais accès technique si demande faite)

48 Ex:Accès à l eau au Maroc Encouragement : campagne d information sur le programme BSI (branchement social individuel) et assistance administrative Encouragement assigné aléatoirement

49 Ex:Accès à l eau au Maroc Randomisation par cluster

50 Ex:Accès à l eau au Maroc First stage : après 4 mois

51 En résumé : les différents modèles Le tirage au sort simple Le tirage au sort «dans la bulle» La mise en place progressive aléatoire La rotation L encouragement aléatoire Nota : ces modèles ne s'excluent pas les uns les autres!

52 Méthodes de randomisation : résumé Approche Utilité Avantages Inconvénients Tirage au sort simple Trop grand nombre de candidats On peut accepter que certains candidats n obtiennent rien Approche connue Facile à mettre en œuvre Facile à comprendre Approche qui peut être mise en œuvre dans le cadre de programme s adressant au public en général Le groupe témoin peut ne pas coopérer Attrition différentielle Inclusion progressive Extension du programme dans le temps En bout de course, tout le monde bénéficie du programme Approche simple à comprendre Les contraintes sont faciles à expliquer Le groupe témoin va se comporter comme on s y attend afin de bénéficier du programme plus tard Les attentes par rapport au traitement peuvent avoir un impact sur le comportement à court terme L impact à long terme est difficile à mesurer Rotation Tout le monde doit obtenir quelque chose à un moment ou à un autre mais les ressources ne sont pas suffisantes pour que tout le monde bénéficie du programme toute l année Plus grand nombre de point de données que pour l inclusion progressive Difficulté pour mesurer l impact à long terme Encouragement Le programme n est pas accessible à tous les candidats Lorsque le niveau d adoption est bas mais qu il peut facilement être impacté par des encouragements Possibilité de randomiser au niveau individuel, même lorsque le programme n est pas randomisé à ce niveau Mesure l impact sur les personnes sensibles aux encouragements L encouragement doit être suffisant pour induire un changement au niveau de l adoption du programme L encouragement peut avoir un effet direct

53 Plan du cours Unité de de randomisation Contraintes de la vraie vie Différentes méthodes de randomisation Groupe test et groupe témoin: extension

54 Traitements multiples Parfois il est difficile de choisir parmi plusieurs interventions possibles Vous pouvez tirer ces programmes au sort Est-ce que cela nous apprend quelque chose sur les avantages de l une ou l autre intervention? Avez-vous un groupe témoin?

55 Modèle des programmes multiples La rotation Programme 1 Programme 2 Programme 3

56 Traitements croisés Tester différentes composantes du programme dans différentes combinaisons Tester pour voir si les composantes doivent s'additionner ou s'exclure? Quelle est la combinaison la plus efficace au point de vue du coût? Avantage : situation «gagnant-gagnant» pour les organisations ; cela peut aider à répondre aux questions qu elles se posent, au-delà du simple «impact»!

57 Varier l intensité d'un programme On veut pouvoir mesurer l importance des externalités Pas forcément un problème Solution : double randomisation 1. On randomise l intensité de traitement assignée à chaque groupe Par exemple école avec 10% de traité, écoles avec 20%, 50%,75%, etc 2. On randomise à nouveau à l intérieur des groupes 3. Pour mesurer les externalités : comparer les contrôles dans le groupe avec beaucoup de traités et les contrôles avec peu de traités

58 La stratification Objectif : équilibrer l échantillon lorsqu il est de petite taille De quoi s agit-il? On divise l échantillon en différents sous-groupes On sélectionne un groupe Test et un groupe Témoin dans chaque sous-groupe Que se passerait-il si l on ne stratifiait pas? 57

59 Quand faut-il stratifier? En présence de variables qui pourraient avoir un impact important sur le résultat En présence de sous-groupes qui présentent un intérêt particulier La stratification est d autant plus importante si l'on a peu de données Il est complexe de stratifier sur plusieurs variables Plus on stratifie, moins le tirage au sort est transparent Il est également possible de stratifier par rapport à des variables d indice que vous avez créées 58

60 Annexes

61 Tirer au sort dans Excel

62 Tirer au sort dans Excel

63 Tirer au sort dans Excel

64 Tirer au sort dans Excel

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

Inférence Causale et Evaluation d Impact. Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015

Inférence Causale et Evaluation d Impact. Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015 Inférence Causale et Evaluation d Impact Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015 Inférence Causale et Evaluation d Impact Les politiques de dévelopment géneralement invoquent les questions

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Mesurer les résultats r l évaluation d impact d

Mesurer les résultats r l évaluation d impact d Mesurer les résultats r et l évaluation d impact d : Au delà des promesses: des résultats. r Paul Gertler Université de Californie, Berkeley Human Development Network Middle East and North Africa Region

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Aline Drapeau, Ph.D.

Aline Drapeau, Ph.D. (Communauté de pratique en épidémiologie psychosociale) Aspects méthodologiques de l échantillonnage Aline Drapeau, Ph.D. Pourquoi échantillonner? Objectifs de l étude visent une population cible spécifique

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

Exercices : Probabilités

Exercices : Probabilités Exercices : Probabilités Partie : Probabilités Exercice Dans un univers, on donne deux événements et incompatibles tels que =0, et =0,7. Calculer,, et. Exercice Un dé (à faces) est truqué de la façon suivante

Plus en détail

Introduction à l analyse quantitative

Introduction à l analyse quantitative Introduction à l analyse quantitative Vue d ensemble du webinaire Le webinaire sera enregistré. Les diapositives et tous les autres documents seront envoyés aux participants après la séance. La séance

Plus en détail

Analyse des données: Conformité imparfaite

Analyse des données: Conformité imparfaite Analyse des données: Conformité imparfaite Marc Gurgand Paris School of Economics gurgand@pse.ens.fr Jusqu ici tout va bien Vous avez affecté aléatoirement votre population dans 2 groupes, test et contrôle

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

La présente note a pour but de présenter aux praticiens un aperçu des différents outils. NOTE 6 : Choisir une méthode d évaluation d impact appropriée

La présente note a pour but de présenter aux praticiens un aperçu des différents outils. NOTE 6 : Choisir une méthode d évaluation d impact appropriée NOTE 6 : Choisir une méthode d évaluation d impact appropriée La présente note a pour but de présenter aux praticiens un aperçu des différents outils disponibles pour procéder à une évaluation d impact

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Comment assurer une éducation de qualité pour tous?

Comment assurer une éducation de qualité pour tous? Comment assurer une éducation de qualité pour tous? BILAN ET PERSPECTIVES EN AFRIQUE FRANCOPHONE Conférence le 10 juillet 2014, à Ouagadougou, Burkina Faso ACCÈS ET PARTICIPATION DES ÉLÈVES Présentation

Plus en détail

Comment Elaborer un Plan d Action

Comment Elaborer un Plan d Action Comment Elaborer un Plan d Action Tenant compte du temps et des ressources limités des responsables de mise en œuvre de programmes, les outils de la série Straight to the Point (Droit au But) de Pathfinder

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement Juin 2013 Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement (page 1) De nouveaux outils pour offrir davantage d options afin de visualiser les résultats analytiques

Plus en détail

Document d information des prêts du Crédit Foncier

Document d information des prêts du Crédit Foncier Document d information des prêts du Crédit Foncier Valable à compter du 20 février 2012 Ce document vous est remis dans le cadre de l acquisition de votre résidence principale. Ce document a pour objectif

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Théorie des sondages : cours 5

Théorie des sondages : cours 5 Théorie des sondages : cours 5 Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne e-mail : camelia.goga@u-bourgogne.fr Master Besançon-2010 Chapitre 5 : Techniques de redressement 1. poststratification 2. l estimateur

Plus en détail

THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE

THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE Atelier ivoirien sur l évaluation d impact pour la prise de décision dans les secteurs sociaux THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE Marianne Bertrand Université de Chicago / J-PAL 22-26 juin 2015

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Poker. A rendre pour le 25 avril

Poker. A rendre pour le 25 avril Poker A rendre pour le 25 avril 0 Avant propos 0.1 Notation Les parties sans * sont obligatoires (ne rendez pas un projet qui ne contient pas toutes les fonctions sans *). Celles avec (*) sont moins faciles

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS

Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS Question aux participants Comment s assurer de la qualité et de l intégrité d un produit qui n a pas été préqualifié

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé :

Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé : Comment les soins primaires peuvent-ils contribuer à réduire les inégalités sociales de santé : Florence Jusot (Université de Rouen, LEDa-LEGOS, IRDES) Bourgueil Y., Jusot F., Leleu H. (2012), Questions

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée :

Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée : Nom : Date : QUESTIONNAIRE DE STYLE DE VIE (3) DE MAYERS Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée : 1. PRENDRE SOIN

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

S y m M a i l i n g. S o l u t i o n d e - m a i l i n g. SymMailing est un outil professionnel de création et de gestion de campagnes d emailing.

S y m M a i l i n g. S o l u t i o n d e - m a i l i n g. SymMailing est un outil professionnel de création et de gestion de campagnes d emailing. S y m M a i l i n g S o l u t i o n d e - m a i l i n g Introduction SymMailing est un outil professionnel de création et de gestion de campagnes d emailing. SymMailing intègre à la fois les outils de

Plus en détail

Modèl. d être en. Deux modèles. la Prime. doit inclure : Activités. début et de fin. Dates de. du projet ;

Modèl. d être en. Deux modèles. la Prime. doit inclure : Activités. début et de fin. Dates de. du projet ; Modèl les pour le Plan de la Prime et les rapports Fairtrade Deux modèles sont fournis ci-dessous pour vous aider à préparer un plan annuel pour la Prime Fairtrade en vue d être en conformité avec le critère

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Master 1 de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( 2014/2015) -

Master 1 de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( 2014/2015) - Dominique Ferrieux - Université Paul Valéry - Montpellier III Master de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( /) - Deuxième partie : Plans :

Plus en détail

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr guide clarté Epargne 18-25 ans ÉPARGNEZ À PARTIR DE 15 PAR MOIS. www.creditmutuel.fr une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. Comme toutes les banques, le Crédit Mutuel vous parle d épargne

Plus en détail

Congrès AFS - juin 2011

Congrès AFS - juin 2011 CENTRE D ÉTUDES ET DE RECHERCHES SUR LES QUALIFICATIONS Établissement public sous tutelle du ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, du ministère du Travail de l Emploi

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le mardi 15 décembre

Plus en détail

Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels

Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels Rabat 5 juin 2014 Sommaire Fondements Configuration et Gestion Evolution du projet Évaluation d impact Difficultés rencontrées Pistes

Plus en détail

Une entreprise plus saine

Une entreprise plus saine Une entreprise plus saine commence avec des employés en meilleure santé. Bourse aux petites entreprises de NY State of Health Présentation pour les propriétaires de petites entreprises Appelez-nous au

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Question et réponses Adjudication EU «Services de traduction», réf. : COR/LEG/DM/NV 2012.19

Question et réponses Adjudication EU «Services de traduction», réf. : COR/LEG/DM/NV 2012.19 1. «Pour satisfaire, le candidat doit employer minimum 4 réviseurs distincts sous contrat salarié» -> Faut-il 1 réviseur par langue cible ou peut-il manquer un réviseur pour 1 langue cible? Nous disposons

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Sarah Hughes Directeur de sondages sr. Projets internationaux NORC Université de Chicago 15 janvier 2008 Hypothèses de la présentation Nous envisageons

Plus en détail

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide Amadeus Hotel Revenue Management System Des solutions pour l hôtellerie Anticipez la demande Une optimisation plus rapide 2 Des solutions pour l hôtellerie Dans la course vers l optimisation des revenus,

Plus en détail

Conseils. Financement. Date limite de dépôt des dossiers : 13 décembre 2013 Informations et dotations sur www.petitpoucet.fr.

Conseils. Financement. Date limite de dépôt des dossiers : 13 décembre 2013 Informations et dotations sur www.petitpoucet.fr. Conseils pendant 3 ans Financement jusqu'à 500 000 Hébergement dans la Maison des Petits Poucets Conception : Benjamin Péré - bneuh.net Date limite de dépôt des dossiers : 13 décembre 2013 Informations

Plus en détail

INITIATION A POWERPOINT

INITIATION A POWERPOINT INITIATION A POWERPOINT P. BESSON OCTOBRE 2000 SOMMAIRE Chap. 1 Découverte de POWERPOINT I. Démarrer Powerpoint 1. Lancement de l application 2. Boite de dialogue de démarrage de Powerpoint II. Structure

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

Oui! des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires

Oui! des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires Oui! à la nouvelle Garantie des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires Oui à une sécurité renforcée pour les revenus et les biens des propriétaires! Oui à

Plus en détail

Le sondage indirect, la méthode du partage des poids

Le sondage indirect, la méthode du partage des poids STA108 : Enquêtes et sondages Le sondage indirect, la méthode du partage des poids Sondages en plusieurs degrés, sondage en deux phase et sondages indirects Exemple : les enquêtes par téléphone, bases

Plus en détail

Les Français et les notes à l école

Les Français et les notes à l école Les Français et les notes à l école Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94 90 19 jgoarant@opinion-way.com

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

Connaître vos revenus et vos dépenses

Connaître vos revenus et vos dépenses Connaître vos revenus et vos dépenses NIVEAU 9-12 La présente leçon donnera l occasion aux élèves d examiner leurs revenus et leurs dépenses, et d apprendre à établir un budget. Cours Initiation aux affaires

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015

RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015 RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015 Après avoir conduit l enregistrement biométrique des personnes déplacées

Plus en détail

L espace de travail. Au cours de cette leçon, vous apprendrez à :

L espace de travail. Au cours de cette leçon, vous apprendrez à : L espace de travail 1 Au cours de cette leçon, vous apprendrez à : sélectionner des outils ; utiliser la barre d application et le panneau Contrôle ; gérer les fenêtres de document ; travailler avec les

Plus en détail

Guide d utilisation. Version 1.0

Guide d utilisation. Version 1.0 Guide d utilisation Version 1.0 Table des matières Présentation de MindManager MapShare... 1 Qu est-ce qu une map?... 1 Afficher une map depuis une liste SharePoint... 2 Modifier une map d une liste SharePoint...

Plus en détail

Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon

Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon Janvier 2007 Editorial Cette analyse a été réalisée, après consultation des organisations professionnelles et syndicales,

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Connaître vos flux de trésorerie. Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Connaître vos flux de trésorerie. Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : connaître leurs besoins et leurs désirs, les comprendre et les distinguer; établir un budget.

Plus en détail

Enoncé : Planification agile et gestion des risques

Enoncé : Planification agile et gestion des risques Enoncé : Planification agile et gestion des risques Tout projet a besoin d'être planifié. La planification est une tâche véritablement complexe pour un chef de projet et ses membres de l équipe, surtout

Plus en détail

Vue d'ensemble de Microsoft Office Project Standard 2007

Vue d'ensemble de Microsoft Office Project Standard 2007 Microsoft Office Project Vue d'ensemble de Microsoft Office Project Standard 2007 S'applique à : Microsoft Office Project 2007 Dans cet article Comprendre et contrôler la planification et les finances

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Fil conducteur du protocole de réalisation

Fil conducteur du protocole de réalisation OUTIL D OBSERVATION REGIONAL DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES (O O R I A) Fil conducteur du protocole de réalisation Les travaux du Groupe Domaine du Plan Régional de Développement des Formations consacré aux

Plus en détail

S entraîner à la double sériation «Travail à la carte»

S entraîner à la double sériation «Travail à la carte» «Travail à la carte» 20-41 Niveau 4 Entraînement 1 Objectifs S entraîner à acquérir les mécanismes de la double sériation. Combiner un emploi du temps en fonction de 2 critères. Applications En formation

Plus en détail

FashPack. Gérer votre magasin de lingerie. Rapide. Simple.

FashPack. Gérer votre magasin de lingerie. Rapide. Simple. FashPack Gérer votre magasin de lingerie. Rapide. Simple. Tailles, séries, marques, saisonnalité de vos articles, qualité, couleurs... sont des caractéristiques inévitables lors de la gestion de votre

Plus en détail

Sommaire Module 1. 2.1. Annexe 1 : Exemple d exercices pour l apprentissage basé sur les problèmes... 5

Sommaire Module 1. 2.1. Annexe 1 : Exemple d exercices pour l apprentissage basé sur les problèmes... 5 Module 1 Calcul et analyse de coût Sommaire Module 1 1. Module 1 : Calcul et analyse de coûts... 2 1.1. Objectifs... 2 1.2. Exécution... 2 1.3. Contenu... 3 1.4. Evaluation... 4 2. Annexes... 5 2.1. Annexe

Plus en détail

Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents

Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents Spécialisés dans le placement de candidat(e)s expérimenté(e)s pour tous les métiers de la banque et de l assurance,

Plus en détail

3. COMPARAISON DE PLUS DE DEUX GROUPES

3. COMPARAISON DE PLUS DE DEUX GROUPES 3. COMPARAISON DE PLUS DE DEUX GROUPES La comparaison de moyennes de plus de deux échantillons se fait généralement par une analyse de variance (ANOVA) L analyse de variance suppose l homogénéité des variances

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Février 2013 Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Tel : 01 80 48 30 80 Email : jgoarant@opinion-way.com Méthodologie

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération?

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération? Établissement public sous double tutelle des ministères de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue

Plus en détail

L observatoire LCL en ville

L observatoire LCL en ville L observatoire LCL en ville «LA RETRAITE» Résultats de l étude quantitative réalisée par OpinionWay Le 10 janvier 2014 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie

Plus en détail

Qu est-ce que la? Bonne lecture!

Qu est-ce que la? Bonne lecture! Démystifier la Qu est-ce que la? La cote de rendement au collégial (CRC), mieux connue sous le nom de cote R, est parfois mal comprise et peut alors alimenter toutes sortes d inquiétudes injustifiées chez

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS)

Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS) Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS) Pour les personnes qui utilisent un ou plusieurs ordinateurs dans l enseignement en classe, que l établissement soit porteur ou non d

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Garanties En cas de

Plus en détail