Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?"

Transcription

1 Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? William Parienté Université Catholique de Louvain J-PAL Europe povertyactionlab.org

2 Plan de la semaine 1. Pourquoi évaluer? 2. Comment mesurer l impact? 3. Pourquoi tirer au sort? 4. Comment tirer au sort? 5. Comment déterminer la taille de l échantillon? 6. Risques et solutions 7. Une évaluation de A à Z 8. Analyses coût-efficacité et généralisation

3 Plan du cours Unité de randomisation Contraintes de la vraie vie Différentes méthodes de randomisation Groupe test et groupe témoin: extension

4 Qu est-ce que l'assignation aléatoire? Revenus, par personne et par mois, en roupies Test Témoin How to Randomize, Part I - 3

5 La mécanique du tirage au sort Vous avez besoin d un cadre d échantillonnage Vous tirez les noms d'un chapeau ou d'un sac Vous utilisez le générateur aléatoire d un programme de feuille de calcul afin d ordonner les observations de manière aléatoire Code de programmation Stata Que faire s'il n'y a pas de liste?

6 Plan du cours Unité de randomisation Contraintes de la vraie vie Différentes méthodes de randomisation Groupe test et groupe témoin: extension

7 L'unité tirée au sort En général on peut randomiser à plusieurs niveaux 1. Tirer au sort au niveau de l'individu 2. Tirer au sort au niveau du groupe (évaluation en grappes)

8 Unité tirée au sort : l'individu?

9 Unité tirée au sort : l'individu

10 L'unité tirée au sort : le groupe? Par groupes d'individus: randomisation en grappe

11 L'unité tirée au sort : la classe?

12 L'unité tirée au sort : la classe

13 L'unité tirée au sort : l'école?

14 L'unité tirée au sort : l'école

15 L'unité de tirage au sort : réflexions Comment fait-on pour choisir l unité de randomisation?

16 L'unité de tirage au sort : réflexions Cela dépend de l intervention : effet au niveau du groupe ou au niveau individuel. Certains programmes peuvent être exécutés seulement à un certain niveau. Il faut savoir Quelle unité le programme vise-t-il? Classe, étudiant? Quelle est l'unité d'analyse?

17 L'unité de tirage au sort : quelle cible? Comment l intervention est-elle administrée? Quel est la zone d intervention de chaque «unité»? Quelle est la taille de l impact potentiel?

18 Plan du cours Unité et méthode de randomisation Contraintes de la vraie vie Méthodes de randomisation Variations autour des notions simples de groupe tes et groupe témoin

19 Contraintes Contamination Logistique Equité

20 Contraintes : la contamination Rappelez-vous du scénario contrefactuel! Si le groupe témoin diffère du scenario contrefactuel, nos résultats risquent d être biaisés

21 Externalités : exemple: programme de déparasitage Avant une étude au Kenya, les études précédentes comparaient les élèves traités aux élèves non traités au sein d une même école Quel peut être le problème de cette comparaison lorsqu il y a des externalités? Quel est le signe du biais attendu?

22 Externalités : exemple: programme de déparasitage Choisir l unité d échantillonnage de façon à englober les externalités Exemple: les externalités ont lieu au sein de l école L affectation aléatoire des écoles permet de mesurer l ensemble des effets (effet direct et externalité) en comparant les écoles

23 Les contraintes : la contamination Effets d'externalité (ou spillover) Positifs (test => témoin) Négatifs (test => témoin) Négatifs (témoin => test)

24 Contraintes liées à la logistique La distribution des vermifuges est l une des nombreuses responsabilités d un soignant Le soignant doit s occuper à la fois des groupes Test et des groupes Témoin Il peut s avérer difficile de former les soignants aux différentes procédures à appliquer à chaque groupe, et à garder trace de ce qu ils doivent donner et à qui

25 Contraintes liées à l'équité Tirage au sort au niveau de chaque enfant au sein des classes Tirage au sort au niveau des classes au sein des écoles Tirage au sort au niveau de la communauté

26 Contraintes liées à la taille de l échantillon Le programme ne permet de servir qu un petit nombre de communautés En général, la randomisation individuelle nous donne un échantillon plus grand pour un moindre coût.

27 Plan du cours Unité de randomisation Contraintes de la vraie vie Méthodes de randomisation Groupe test et groupe témoin: extension

28 Randomisation En général, les programmes/interventions sont contraintes en terme de budget, les moyens sont limités Ceci constitue un atout pour l évaluateur Le nombre de bénéficiaires éligibles est bien supérieur aux moyens disponibles Programmes courants : Formation pour les entrepreneurs ou les agriculteurs Bons de réduction pour les frais d'inscription scolaires

29 Méthodes de randomisation Loterie Randomisation dans la bulle Mise en place progressive Encouragement

30 La loterie : la référence des essais cliniques On prend 1000 personnes et on ne donne le médicament qu à la moitié d entre elles. Est-il possible d appliquer cette approche aux programmes sociaux?

31 La loterie : une approche simple Les participants sont sélectionnés de manière aléatoire à partir d un ensemble de candidats Les participants savent qui a «gagné» et qui a «perdu» La loterie de base est faisable lorsqu il n existe aucune raison a priori de discriminer Elle est perçue comme équitable et transparente Souvent jouable d un point de vue politique

32 Que faire : 500 candidats pour 500 places? Envisagez des tirages au sort différents de la loterie simple Développez les actions de communications Est-ce éthique?

33 Les façons de tirer au sort Supposons qu'il y ait 2000 candidats Après sélection, il ne reste que 500 candidats valables Or il y a 500 places Un simple tirage au sort n'est donc pas possible Quelles sont vos options?

34 Tirer au sort dans «la bulle» Parfois certains partenaires ne souhaitent pas tirer au sort parmi les personnes éligibles Ils peuvent accepter le tirage au sort «dans la bulle» Les personnes qui sont «dans la bulle» sont celles qui sont en limite d éligibilité Juste au dessus du seuil limite non éligibles mais presque Quel effet du traitement mesurons-nous? Qu estce que cela signifie en termes de validité externe?

35 Tirer au sort dans la bulle Randomisation dans la "bulle" Dans la bulle, comparer Test et Témoin Test Mettre la photo et graphique Non-participants participants Témoin

36 Les tirages au sort partiels Quand il faut sélectionner, utiliser des tirages au sort partiels Par exemple, les responsables du programme veulent garder la main : Exemple : programme de formation Exemple : extension du crédit à la consommation en Afrique du Sud

37 La mise en place progressive À la fin, tout le monde bénéficiera du programme C'est une approche naturelle lorsque l on fait face à des contraintes de moyens pour étendre le programme Comment déterminer quelles écoles, quelles agences, etc. bénéficieront du traitement telle ou telle année?

38 Mise en place progressive Mise en place progressive 1 ère phase Test: 1/3 Témoin: 2/3 2 ème phase Test: 2/3 Témoin: 1/3 Fin de l'évaluation aléatoire 3 ème phase Test: 3/ Témoin:

39 Mise en place progressive Avantages? Inconvénients?

40 mise en place progressive Traitement Contrôle Traitement Contrôle Traitement Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3

41 Mise en place progressive Avantages À la fin, tout le monde obtient quelque chose Cette approche encourage à maintenir le contact Inconvénients L estimation des effets à long terme peut être plus compliquée Il faut être attentif aux «fenêtres» de mise en place Les attentes de changement futur ont-elles un impact sur les actes d'aujourd'hui?

42 L'encouragement Il est parfois impossible, pour des raisons pratiques ou éthiques, de tirer au sort l accès à un programme Mais la plupart des programmes ont des niveaux d adoption inférieurs à 100 % On tire au sort les candidats puis on encourage certains d'entre eux à participer

43 Modèle de l'encouragement encouragement pas d'encouragement a participé n'a pas participé Comparez encouragés à non encouragés Ceci doit être corrélé Ne pas comparer participants à non-participants Conformité Non conformité Ajustez la non conformité en phase d'analyse

44 Qu est-ce que «l encouragement»? Un élément qui rend certaines personnes sont plus susceptibles de participer que d autres Il ne s agit pas d un programme en soi Pour qui estimons-nous les effets du programme? Il faut réfléchir à qui va être sensible aux encouragements Pourquoi ca marche?

45 Exemple encouragement : Accès à l eau au Maroc Programme de branchement social à l eau à Tanger au Maroc Première idée : randomisation par quartiers Difficultés techniques Difficulté politiques : certains responsables de quartiers veulent avoir le branchement tout de suite Impossible de randomiser au niveau du quartier

46 Ex: Accès à l eau au Maroc Solution: randomisation au niveau individuel Mais offre de branchement disponible à tout le monde dans les quartiers éligibles Randomisation par encouragement

47 Ex:Accès à l eau au Maroc Méthode Variation aléatoire du niveau d information des ménages Ménages groupe traitement Opération d information personnalisée à domicile Ménages groupe contrôle Aucune information durant 12 mois (mais accès technique si demande faite)

48 Ex:Accès à l eau au Maroc Encouragement : campagne d information sur le programme BSI (branchement social individuel) et assistance administrative Encouragement assigné aléatoirement

49 Ex:Accès à l eau au Maroc Randomisation par cluster

50 Ex:Accès à l eau au Maroc First stage : après 4 mois

51 En résumé : les différents modèles Le tirage au sort simple Le tirage au sort «dans la bulle» La mise en place progressive aléatoire La rotation L encouragement aléatoire Nota : ces modèles ne s'excluent pas les uns les autres!

52 Méthodes de randomisation : résumé Approche Utilité Avantages Inconvénients Tirage au sort simple Trop grand nombre de candidats On peut accepter que certains candidats n obtiennent rien Approche connue Facile à mettre en œuvre Facile à comprendre Approche qui peut être mise en œuvre dans le cadre de programme s adressant au public en général Le groupe témoin peut ne pas coopérer Attrition différentielle Inclusion progressive Extension du programme dans le temps En bout de course, tout le monde bénéficie du programme Approche simple à comprendre Les contraintes sont faciles à expliquer Le groupe témoin va se comporter comme on s y attend afin de bénéficier du programme plus tard Les attentes par rapport au traitement peuvent avoir un impact sur le comportement à court terme L impact à long terme est difficile à mesurer Rotation Tout le monde doit obtenir quelque chose à un moment ou à un autre mais les ressources ne sont pas suffisantes pour que tout le monde bénéficie du programme toute l année Plus grand nombre de point de données que pour l inclusion progressive Difficulté pour mesurer l impact à long terme Encouragement Le programme n est pas accessible à tous les candidats Lorsque le niveau d adoption est bas mais qu il peut facilement être impacté par des encouragements Possibilité de randomiser au niveau individuel, même lorsque le programme n est pas randomisé à ce niveau Mesure l impact sur les personnes sensibles aux encouragements L encouragement doit être suffisant pour induire un changement au niveau de l adoption du programme L encouragement peut avoir un effet direct

53 Plan du cours Unité de de randomisation Contraintes de la vraie vie Différentes méthodes de randomisation Groupe test et groupe témoin: extension

54 Traitements multiples Parfois il est difficile de choisir parmi plusieurs interventions possibles Vous pouvez tirer ces programmes au sort Est-ce que cela nous apprend quelque chose sur les avantages de l une ou l autre intervention? Avez-vous un groupe témoin?

55 Modèle des programmes multiples La rotation Programme 1 Programme 2 Programme 3

56 Traitements croisés Tester différentes composantes du programme dans différentes combinaisons Tester pour voir si les composantes doivent s'additionner ou s'exclure? Quelle est la combinaison la plus efficace au point de vue du coût? Avantage : situation «gagnant-gagnant» pour les organisations ; cela peut aider à répondre aux questions qu elles se posent, au-delà du simple «impact»!

57 Varier l intensité d'un programme On veut pouvoir mesurer l importance des externalités Pas forcément un problème Solution : double randomisation 1. On randomise l intensité de traitement assignée à chaque groupe Par exemple école avec 10% de traité, écoles avec 20%, 50%,75%, etc 2. On randomise à nouveau à l intérieur des groupes 3. Pour mesurer les externalités : comparer les contrôles dans le groupe avec beaucoup de traités et les contrôles avec peu de traités

58 La stratification Objectif : équilibrer l échantillon lorsqu il est de petite taille De quoi s agit-il? On divise l échantillon en différents sous-groupes On sélectionne un groupe Test et un groupe Témoin dans chaque sous-groupe Que se passerait-il si l on ne stratifiait pas? 57

59 Quand faut-il stratifier? En présence de variables qui pourraient avoir un impact important sur le résultat En présence de sous-groupes qui présentent un intérêt particulier La stratification est d autant plus importante si l'on a peu de données Il est complexe de stratifier sur plusieurs variables Plus on stratifie, moins le tirage au sort est transparent Il est également possible de stratifier par rapport à des variables d indice que vous avez créées 58

60 Annexes

61 Tirer au sort dans Excel

62 Tirer au sort dans Excel

63 Tirer au sort dans Excel

64 Tirer au sort dans Excel

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

Inférence Causale et Evaluation d Impact. Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015

Inférence Causale et Evaluation d Impact. Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015 Inférence Causale et Evaluation d Impact Eric Mvukiyehe Banque Mondiale / DIME Istanbul, Mai 11, 2015 Inférence Causale et Evaluation d Impact Les politiques de dévelopment géneralement invoquent les questions

Plus en détail

La présente note a pour but de présenter aux praticiens un aperçu des différents outils. NOTE 6 : Choisir une méthode d évaluation d impact appropriée

La présente note a pour but de présenter aux praticiens un aperçu des différents outils. NOTE 6 : Choisir une méthode d évaluation d impact appropriée NOTE 6 : Choisir une méthode d évaluation d impact appropriée La présente note a pour but de présenter aux praticiens un aperçu des différents outils disponibles pour procéder à une évaluation d impact

Plus en détail

THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE

THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE Atelier ivoirien sur l évaluation d impact pour la prise de décision dans les secteurs sociaux THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE Marianne Bertrand Université de Chicago / J-PAL 22-26 juin 2015

Plus en détail

Mesurer les résultats r l évaluation d impact d

Mesurer les résultats r l évaluation d impact d Mesurer les résultats r et l évaluation d impact d : Au delà des promesses: des résultats. r Paul Gertler Université de Californie, Berkeley Human Development Network Middle East and North Africa Region

Plus en détail

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL)

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Comment assurer une éducation de qualité pour tous?

Comment assurer une éducation de qualité pour tous? Comment assurer une éducation de qualité pour tous? BILAN ET PERSPECTIVES EN AFRIQUE FRANCOPHONE Conférence le 10 juillet 2014, à Ouagadougou, Burkina Faso ACCÈS ET PARTICIPATION DES ÉLÈVES Présentation

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

PROGRAMME (Susceptible de modifications)

PROGRAMME (Susceptible de modifications) Page 1 sur 8 PROGRAMME (Susceptible de modifications) Partie 1 : Méthodes des revues systématiques Mercredi 29 mai 2013 Introduction, présentation du cours et des participants Rappel des principes et des

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Théorie des sondages : cours 5

Théorie des sondages : cours 5 Théorie des sondages : cours 5 Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne e-mail : camelia.goga@u-bourgogne.fr Master Besançon-2010 Chapitre 5 : Techniques de redressement 1. poststratification 2. l estimateur

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

3. COMPARAISON DE PLUS DE DEUX GROUPES

3. COMPARAISON DE PLUS DE DEUX GROUPES 3. COMPARAISON DE PLUS DE DEUX GROUPES La comparaison de moyennes de plus de deux échantillons se fait généralement par une analyse de variance (ANOVA) L analyse de variance suppose l homogénéité des variances

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

La recherche en soins infirmiers

La recherche en soins infirmiers La recherche en soins infirmiers 3 e module : la planification 1 re partie Devis, buts, méthodes et concepts reliés à la recherche Margot Phaneuf, inf. PhD. Révision 2013 Ce texte fait partie d un didacticiel

Plus en détail

Matériel didactique pour les écoles Neuchâtel, septembre 2007

Matériel didactique pour les écoles Neuchâtel, septembre 2007 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Neuchâtel, septembre 2007 Réaliser une enquête Aide-mémoire pour les élèves et les enseignants avec check-list, explications

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels

Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels Evaluation du programme Tayssir : Transferts Monétaires Conditionnels Rabat 5 juin 2014 Sommaire Fondements Configuration et Gestion Evolution du projet Évaluation d impact Difficultés rencontrées Pistes

Plus en détail

Le succès professionnel, les réseaux sociaux et les femmes

Le succès professionnel, les réseaux sociaux et les femmes Le succès professionnel, les réseaux sociaux et les femmes 4 Octobre 2012 Pourquoi cette étude? 1 Appréhender les aspirations des femmes et leur évolution dans le temps 2 Identifier leur définition du

Plus en détail

Comment ne pas construire un score-titanic

Comment ne pas construire un score-titanic Comment ne pas construire un score-titanic Mon mailing Olivier Decourt ABS Technologies / Educasoft Formations 1- Les principes 2- Un premier exemple : les vins de France 3- Mise en œuvre sous SAS 4- Un

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

La gestion des ventes.

La gestion des ventes. I. La prévision des ventes. A. Principe. La gestion des ventes. Elle consiste à déterminer les ventes futures à la fois en quantité et en valeur en tenant compte des tendances et contraintes imposées à

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES

Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES INTRODUCTION Cette présentation est consacrée aux indices statistiques. Elle s adresse à des non statisticiens travaillant dans les services

Plus en détail

Master 1 de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( 2014/2015) -

Master 1 de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( 2014/2015) - Dominique Ferrieux - Université Paul Valéry - Montpellier III Master de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( /) - Deuxième partie : Plans :

Plus en détail

partie a Introduction à la statistique 1

partie a Introduction à la statistique 1 table des matières F AVANT-PROPOS À L ÉDITION AMÉRICAINE Abréviations viii xiv partie a Introduction à la statistique 1 1. Statistique et probabilité ne sont pas intuitives 3 Nous avons tendance à passer

Plus en détail

Lycée Cassini BTS CGO 2014-2015. Test de début d année

Lycée Cassini BTS CGO 2014-2015. Test de début d année Lycée assini BTS GO 4-5 Exercice Test de début d année Pour chaque question, plusieurs réponses sont proposées. Déterminer celles qui sont correctes. On a mesuré, en continu pendant quatre heures, la concentration

Plus en détail

Introduction à l analyse quantitative

Introduction à l analyse quantitative Introduction à l analyse quantitative Vue d ensemble du webinaire Le webinaire sera enregistré. Les diapositives et tous les autres documents seront envoyés aux participants après la séance. La séance

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ARTICLE SUR LA THÉRAPEUTIQUE pour les résidents Cette fiche de travail devrait accompagner le Formulaire de soumission remis à votre superviseur. Elle s inspire

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Enquête consommation - Tableaux croisés dynamiques

Enquête consommation - Tableaux croisés dynamiques Enquête consommation Tableaux croisés dynamiques 1. Chargement des données dans Excel Souvent les données collectées sont stockées dans un fichier au format texte, dont les informations sont séparées par

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Sondage stratifié. Myriam Maumy-Bertrand. Master 2ème Année 12-10-2011. Strasbourg, France

Sondage stratifié. Myriam Maumy-Bertrand. Master 2ème Année 12-10-2011. Strasbourg, France 1 1 IRMA, Université de Strasbourg Strasbourg, France Master 2ème Année 12-10-2011 Ce chapitre s appuie essentiellement sur deux ouvrages : «Les sondages : Principes et méthodes» de Anne-Marie Dussaix

Plus en détail

Sommaire Module 1. 2.1. Annexe 1 : Exemple d exercices pour l apprentissage basé sur les problèmes... 5

Sommaire Module 1. 2.1. Annexe 1 : Exemple d exercices pour l apprentissage basé sur les problèmes... 5 Module 1 Calcul et analyse de coût Sommaire Module 1 1. Module 1 : Calcul et analyse de coûts... 2 1.1. Objectifs... 2 1.2. Exécution... 2 1.3. Contenu... 3 1.4. Evaluation... 4 2. Annexes... 5 2.1. Annexe

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE?

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE? Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 3 www.optigede.ademe.fr CONSTRUIRE UNE ET ELABORER UN NAIRE? Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités locales

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Initiation à la théorie des sondages: cours IREM-Dijon

Initiation à la théorie des sondages: cours IREM-Dijon Initiation à la théorie des sondages: cours IREM-Dijon Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne Dijon, 12 novembre 2009 Très court historique Laplace a présenté à l Académie des Sciences en 1783 une nouvelle

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon

Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon Analyse financière des entreprises du transport routier en Languedoc-Roussillon Janvier 2007 Editorial Cette analyse a été réalisée, après consultation des organisations professionnelles et syndicales,

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Congrès AFS - juin 2011

Congrès AFS - juin 2011 CENTRE D ÉTUDES ET DE RECHERCHES SUR LES QUALIFICATIONS Établissement public sous tutelle du ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, du ministère du Travail de l Emploi

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Une entreprise plus saine

Une entreprise plus saine Une entreprise plus saine commence avec des employés en meilleure santé. Bourse aux petites entreprises de NY State of Health Présentation pour les propriétaires de petites entreprises Appelez-nous au

Plus en détail

Méthodes quantitatives pour l'épidémiologie descriptive (2)

Méthodes quantitatives pour l'épidémiologie descriptive (2) 11/02/2015 NGUYEN Jessica L3 CR : AUDOUARD Justine Biomédecine Quantitative Pr J. MANCINI ( julien.mancini@univ-amu.fr ) 10 pages Méthodes quantitatives pour l'épidémiologie descriptive (2) Plan A. Échantillonnage

Plus en détail

Approche expérimentale en IHM

Approche expérimentale en IHM Plan Approche expérimentale en IHM Michel Beaudouin-Lafon, LRI Wendy Mackay, INRIA mbl@lri.fr mackay@lri.fr http://insitu.lri.fr Qu est-ce que l approche expérimentale Concevoir une expérience Un peu de

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Termes de référence pour le recrutement de quatre (4) consultants dans le cadre du Projet «Modules d initiation à la statistique à l attention

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation IPL Cursus de Intitulé Bachelier en biologie médicale Introduction à la Statistique B1110 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération?

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération? Établissement public sous double tutelle des ministères de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue

Plus en détail

Exercices : Probabilités

Exercices : Probabilités Exercices : Probabilités Partie : Probabilités Exercice Dans un univers, on donne deux événements et incompatibles tels que =0, et =0,7. Calculer,, et. Exercice Un dé (à faces) est truqué de la façon suivante

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Baccalauréat SMS 2008 L intégrale de juin à septembre 2008

Baccalauréat SMS 2008 L intégrale de juin à septembre 2008 Baccalauréat SMS 2008 L intégrale de juin à septembre 2008 Métropole juin 2008..................................... 3 La Réunion 18 juin 2008................................. 6 Polynésie juin 2008......................................

Plus en détail

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON 2 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE

Plus en détail

Ivo Walsmit. l Agence Spatiale Néerlandaise (NSO)

Ivo Walsmit. l Agence Spatiale Néerlandaise (NSO) Ivo Walsmit l Agence Spatiale Néerlandaise (NSO) Objectif et résultats attendus Objectif : Produit : Résultat : accroissement des résultats du secteur agricole par la fourniture d informations, de conseils

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail

Question et réponses Adjudication EU «Services de traduction», réf. : COR/LEG/DM/NV 2012.19

Question et réponses Adjudication EU «Services de traduction», réf. : COR/LEG/DM/NV 2012.19 1. «Pour satisfaire, le candidat doit employer minimum 4 réviseurs distincts sous contrat salarié» -> Faut-il 1 réviseur par langue cible ou peut-il manquer un réviseur pour 1 langue cible? Nous disposons

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

MODALITÉS DE DISPOSITION DU COMPTE D ÉCART DES REVENUS DES SERVICES DE TRANSPORT DE POINT À POINT

MODALITÉS DE DISPOSITION DU COMPTE D ÉCART DES REVENUS DES SERVICES DE TRANSPORT DE POINT À POINT MODALITÉS DE DISPOSITION DU COMPTE D ÉCART DES REVENUS DES SERVICES DE TRANSPORT DE POINT À POINT Page de TABLE DES MATIÈRES. CONTEXTE.... MODALITÉS DE DISPOSITION.... SITUATION ACTUELLE.... RÈGLEMENT

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE. Durée : 2h00. Matériel autorisé : calculatrice. En aucun cas il ne souhaite dépasser les 200 milliards d euros pour son armée.

DEVOIR SURVEILLE. Durée : 2h00. Matériel autorisé : calculatrice. En aucun cas il ne souhaite dépasser les 200 milliards d euros pour son armée. 2 nde DEVOIR SURVEILLE Durée : 2h00. Matériel autorisé : calculatrice. Exercice 1 (6 points) Dark Vador souhaite conquérir le Monde. Il a créé une armée de soldats. Entre les costumes, l entraînement,

Plus en détail

Le sondage indirect, la méthode du partage des poids

Le sondage indirect, la méthode du partage des poids STA108 : Enquêtes et sondages Le sondage indirect, la méthode du partage des poids Sondages en plusieurs degrés, sondage en deux phase et sondages indirects Exemple : les enquêtes par téléphone, bases

Plus en détail

Résultats d Etude Résultats d Etude L étude de marché Creatests LILLE Creatests PARIS Creatests LONDON Décembre 2012

Résultats d Etude Résultats d Etude L étude de marché Creatests LILLE Creatests PARIS Creatests LONDON Décembre 2012 Résultats d Etude L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet Décembre 2012 1 Sommaire : Introduction... 4 Etes-vous propriétaire d une maison ou d un appartement?... 5 PAGE 2 :... 6 Question

Plus en détail

Les techniques de dépistage de la fraude. Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1

Les techniques de dépistage de la fraude. Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1 Les techniques de dépistage de la fraude Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1 Erreurs versus fraude Contrôle qualité des données et validation d une base de données avant analyse sont des étapes standard

Plus en détail

BANQUE DE QUESTIONS D'EXAMEN ÉTUDE DE MARCHÉ MRK-14811

BANQUE DE QUESTIONS D'EXAMEN ÉTUDE DE MARCHÉ MRK-14811 NQUE DE QUESTIONS D'EXMEN ÉTUDE DE MRCHÉ MRK-. Nommer et expliquer brièvement chacune des étapes du processus de recherche en marketing.. Qu'est-ce que l'échelle de ratio?. Nommer deux plans d'expérimentation

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Analyse des données: Conformité imparfaite

Analyse des données: Conformité imparfaite Analyse des données: Conformité imparfaite Marc Gurgand Paris School of Economics gurgand@pse.ens.fr Jusqu ici tout va bien Vous avez affecté aléatoirement votre population dans 2 groupes, test et contrôle

Plus en détail

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Voici un exemple du processus d application des algorithmes d apprentissage statistique dans un contexte d affaire, qu on appelle aussi data-mining. 1.

Plus en détail

Finance et performance des jeunes viticulteurs : les conséquences pour l installation

Finance et performance des jeunes viticulteurs : les conséquences pour l installation Finance et performance des jeunes viticulteurs : Julien Cadot, ISG Paris 1 Introduction A un moment ou un autre, le candidat à l installation en viticulture doit se poser la question du revenu qu il va

Plus en détail

La distinction. entre charges opérationnelles et charges de structure

La distinction. entre charges opérationnelles et charges de structure La distinction 7 entre charges opérationnelles et charges de structure OBJECTIF Maîtriser les concepts de base en matière de variabilité des charges Identifier les situations où la décomposition entre

Plus en détail

CONCEPTION ET TIRAGE DE L ÉCHANTILLON

CONCEPTION ET TIRAGE DE L ÉCHANTILLON CHAPITRE 4 CONCEPTION ET TIRAGE DE L ÉCHANTILLON Ce chapitre technique 1 s adresse principalement aux spécialistes de sondage, mais aussi au coordinateur et aux autres responsables techniques de l enquête.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie 1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie Rapport de résultats Octobre 2015 Contact Presse Nicolas Pineau Consultant spécialisé - fondateur Eurodentaire Email : nicolas@eurodentaire.com

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Découvrir le thème à l aide du jeu réalisé par Les Artisans du changement.

Découvrir le thème à l aide du jeu réalisé par Les Artisans du changement. PFEG Thème 3: Nouveaux enjeux économiques Développement durable: contrainte ou opportunité pour l'entreprise? Intérêt du jeu : Découvrir le thème à l aide du jeu réalisé par Les Artisans du changement.

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation IPL Cursus de Bachelier en chimie Introduction à la statistique C1110 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 4 Nombre d heures

Plus en détail

Chapitre 2 Les graphiques

Chapitre 2 Les graphiques Chapitre Les graphiques. Généralités C est la partie des statistiques la moins souvent oubliée dans l enseignement secondaire car elle mobilise la notion de proportionnalité sous ses différentes formes.

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux pressesagro.gembloux@ulg.ac.be www.pressesagro.be

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Nom : Prénom : Classes : Sciences de la vie et de la Terre Livret de fiches méthodes Collège Louis Pasteur - Brunoy Ce livret m est distribué en début de sixième. Il contient les principales fiches méthodes

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

GRILLE STANDARDISEE POUR L EVALUATION SCIENTIFIQUE DES INDICATEURS DE BIODIVERSITE. B. Livoreil, P. Zagatti, B. Herbinet et contributeurs

GRILLE STANDARDISEE POUR L EVALUATION SCIENTIFIQUE DES INDICATEURS DE BIODIVERSITE. B. Livoreil, P. Zagatti, B. Herbinet et contributeurs GRILLE STANDARDISEE POUR L EVALUATION SCIENTIFIQUE DES INDICATEURS DE BIODIVERSITE B. Livoreil, P. Zagatti, B. Herbinet et contributeurs Information générale Réponses / Commentaires Nom de l'indicateur

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces L ANALYSE SWOT 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'analyse SWOT (Strengths Weaknesses Opportunities Threats) ou AFOM (Atouts Faibses Opportunités Menaces) est un outil d'analyse stratégique.

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Comprendre, construire et interpréter les statistiques

Comprendre, construire et interpréter les statistiques Comprendre, construire et interpréter les statistiques Petit précis d usage des statistiques à l attention des non statisticiens NOTE METHODOLOGIQUE Note méthodologique réalisée par Léo Mignot, sociologue,

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail