Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?"

Transcription

1 Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

2 SFC 2005

3 Indications chirurgicales dans l EI AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

4 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

5 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

6 homme de 55 ans OAP fébrile souffle diastolique aortique 3/6 PA: 110 / 60 mmhg

7 Insuffisance aortique aiguë

8 Insuffisance aortique aiguë

9 Impact of surgery on mortality Vikram JAMA 2003 ; 290 : patients with complicated IE, 230 (40%) surgical therapy 6 month mortality

10 Impact of surgery on mortality Vikram JAMA 2003 ; 290 : patients with complicated IE, 230 (40%) surgical therapy 6 month mortality

11 Indications hémodynamiquesh AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

12 Indications hémodynamiquesh

13 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

14 Abscesses - fistula

15 Surgical findings

16 Indications infectieuses AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

17 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

18 Risque embolique = chirurgie?

19 Les embolies dans l EI 1. fréquentes 2. graves 3. corrélées à la taille de la végétation 4. précoces

20 TEE and embolic risk Di Salvo - JACC 2001; 37 : patients, definite endocarditis TEE in all patients silent and clinical embolic events abdominal and cerebral CT scan in 90 % pts

21 TEE and embolic risk With embolism 37 % silent embolism 21 % 63 % 79 % Without embolism clinical embolism

22 localization of embolism % cerebral pulmonary splenic periph art kidney eye coronary

23 TEE and embolic risk Di Salvo - JACC 2001; 37 : % embolic events patients, definite IE 30/43 10/24 9/45 17/66 absent < 10 mm mm > 15 mm

24 embolic risk under therapy Steckelberg - Ann Int Med IE 13 % embolic events 13/1000 pt/d during the 1 st week 1.2/1000 pt/d after the 2 nd week

25 Embolism under therapy 384 IE, multicentre European study 131 (34%) EE, 28 (7.3%) EE under therapy 20 (71.4%) during the first 15 days F Thuny Circulation 2005 : 112:69-75 % new embolic events /194 26/190 < 10 mm > 10 mm < 15 mm > 15 mm

26 «embolic»indications AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

27 Avancer l heure l de la chirurgie indication chirurgicale + risque embolique élevé = chirurgie urgente

28 Chirurgie prophylactique?

29 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

30 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

31 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

32 Exacerbation rate of cerebral complications Eishi K, J Thorac Cardiovasc Surg 1995 ; 110: exacerbation rate % cerebral complications in 2523 operated IE cardiac surgery is safe 4 weeks after cerebral infarction risk persists > 1 months after cerebral hemorrhage < > 28

33 When to operate after an cerebral EE? Piper C J Heart Valve Dis 2001 ; Survival Probabilities % , pts with at least 1 cerebral event p = Time (month) after the onset of IE symptoms Surgery within 72 h (n=8) Surgery 3-8 days (n=5) Surgery later than 8 days (n=9) 40 Medical therapy (n=27)

34 Complications neurologiques AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61 AVC embolique chirurgie précoce (< 48 h) en cas d AIT avec scanner normal chirurgie après 3 semaines si AVC (si possible) hémorragie cérébrale artériographie cérébrale nécessaire repousser la chrirurgie si possible indication chirurgicale adaptée au cas par cas

35 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

36 Surgery in PVE : Euro Heart Survey Tornos P Heart 2005 ; 91 : % native n = % CHF: 65% persistent sepsis: 45% embolism: 20% PVE n = 41 Surgery performed Medical therapy only Reasons for surgery vegetation size: 25% other: 40%

37 Surgery is beneficial in complicated PVE Habib G, Tribouilloy C, Heart ,0,8,6 % alive % alive 1,0,8,6 surgery medical,4,4,2 0, p = NS 6 8 years 10,2 0, p = years 10 PVE without complication (n=35) PVE with complication (n=69)

38 Surgery is beneficial in S aureus PVE 1,0 % alive Habib G, Tribouilloy C, Heart 2005,8,6,4,2 p = 0.03 surgical therapy medical therapy years

39 Staphylococcus aureus PVE Chirouze C Clin Inf Dis 2004 ; 38 : International Collaboration on Endocarditis merged database (ICE) Durham, Philadelphia,, Nancy, Marseille, Goteborg,, Barcelone, Londres 2212 EI, 61 S aureus PVE in-hospital mortality: : 47.5 % 1 prognostic factor: stroke (OR : 3.04) early valve replacement beneficial only in complicated PVE

40 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

41 Danger d opérer trop tôt? 375 patients 177 (47%) opérés durant la phase active 49 chirurgie «très précoce» (< 7 jours) 128 chirurgie précoce (> 7 jours) Survival p = ±4% 76 ±6% survie à 1 an identique dans les 2 groupes délai opératoire non prédictif de mortalité pas plus de réinfection ni de réopération <7d early surgery >7d early surgery Time (days)

42 Qui et quand opérer dans l EI l? 1. tendances patients opérés plus nombreux chirurgie plus précoce 2. prise en compte de la taille de la végétation 3. décisions adaptées au cas par cas

43

44 Euro Heart Survey: reasons for surgery N: CHF (%) Native (left sided) % Prosthetic % Sepsis (%) 33 % 45 % Embolism (%) Vegetation size 12 % 55 % 20 % 25 %

45 Indications hémodynamiquesh AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61 formelles IA ou IM aiguë avec IC malgré le traitement médical admises IA ou IM sévère avec IC régressive sous traitement discutées IM sévère sans IC a priori réparable

46 Abcès périvalvulaires: quand ne pas opérer? Tribouilloy C Presse Med 1996 ; 25 : étude multicentrique 28 abcès s traités s médicalementm raisons pour le trt médical évolution favorable 18 patients facteurs de bon pronostic: surface de l abcès < 1.5 cm² absence d IC absence de fuite valvulaire sévère apyrexie rapide IE non staphylococcique décision médicochirurgicale (n=9) haut risque opératoire (n=12) refus du patient (n=7)

47 Surgery is beneficial in complicated PVE Habib G, Tribouilloy C, Heart ,0,8 % alive Very low in-hospital mortality in 35 non complicated PVE,6 0/7 deaths in the surgical group,4,2 p = NS 2/28 deaths (7%) in the medical group 0, years 10 PVE without complication (n=35)

48 TEE and embolic risk

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

Indications pour le dépistage du cancer du poumon

Indications pour le dépistage du cancer du poumon Indications pour le dépistage du cancer du poumon Le cancer du poumon Un bon candidat au dépistage? Prévalence élevée Mortalité élevée Population à risque définie Majorité de forme non resecable au stade

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Philippe Mabo, CHU de Rennes CARDIORUN 2014 Boucan Canot, 1 er octobre 2014 Mes relations avec l industrie Bourses de recherche: Boston, Biotronik,

Plus en détail

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Dr Loïc EPELBOIN Service des Maladies Infectieuses et Tropicales 8 Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, France Université Pierre et

Plus en détail

Rapid response team (Equipe mobile d urgence)

Rapid response team (Equipe mobile d urgence) Rapid response team (Equipe mobile d urgence) D. Benoit, MD, PhD Department of Intensive Care Medicine Ghent University Hospital Chaine de survie intra hospitalière Intervention précoce avant l admission

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI T Cuisset, C Frere, J Quilici, MC Alessi, JL Bonnet Pôle Cardiovasculaire, CHU Timone, Marseille Inserm, U626, Faculté de Médecine,

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008 INTERETS ET LIMITES DES SCORES DE GRAVITE Mélanie RIEDEL DESC de réanimation Septembre 2008 Elaboration des Scores de Gravité Etablis à partir de paramètres cliniques et biologiques Outils épidémiologiques

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Endocardites infectieuses. B Hoen P Tattevin

Endocardites infectieuses. B Hoen P Tattevin Endocardites infectieuses B Hoen P Tattevin AEPEI Création en 1990 (perspective CC 1992) Réalisations Prophylaxie Étude cas-témoins sur risque d'ei après procédures invasives Conférence de consensus 1992

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie Centre pour les cardiopathies congénitales Information au patient: endocardite

Clinique universitaire de cardiologie Centre pour les cardiopathies congénitales Information au patient: endocardite Clinique universitaire de cardiologie Centre pour les cardiopathies congénitales Information au patient: endocardite _f_patienteninfo.indd 1 22.05.2014 13:07:16 Littérature: Flückiger, U., & Jaussi, A.

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Comment rédiger et publier un article scientifique dans une revue internationale à comité de lecture?

Comment rédiger et publier un article scientifique dans une revue internationale à comité de lecture? Comment rédiger et publier un article scientifique dans une revue internationale à comité de lecture? Ce programme de FMC original, dédié aux cardiologues, hospitaliers notamment, a été réalisé à l initiative

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique?

EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique? EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique? Thomas Sénage 1, Antoine Mugniot 1, Christian Périgaud 1, Hubert-François Carton 1, Ousama Al

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

TAVI: Etat de l art, les registres. Thierry Lefèvre and the ICPS Team

TAVI: Etat de l art, les registres. Thierry Lefèvre and the ICPS Team TAVI: Etat de l art, les registres Thierry Lefèvre and the ICPS Team Espérance de vie en France (1740 à 2005) (ans) Augmentation de 30 ans au siècle dernier Espérance de vie en France (1740 à 2005) Augmentation

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Item 281 : Insuffisance aortique (Evaluations)

Item 281 : Insuffisance aortique (Evaluations) Item 281 : Insuffisance aortique (Evaluations) Auteur(s) TRIBOUILLOY Christophe GOISSEN Thomas Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/1 : Parmi les signes suivants, lesquels appartiennent

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

Endocardite infectieuse.

Endocardite infectieuse. 1 Endocardite infectieuse. 2 3 4 5 6 7 8 9 Item 149. Endocardite infectieuse Diagnostiquer une endocardite infectieuse. Connaître les portes d'entrées et les agents infectieux les plus fréquemment en cause.

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

Cher(e)s Collègues, membres du groupe Valvulopathie,

Cher(e)s Collègues, membres du groupe Valvulopathie, Cher(e)s Collègues, membres du groupe Valvulopathie, Voici la 2 ème Newsletter du groupe Valvulopathie de la SFC, que vous allez maintenant recevoir régulièrement. Notre but est de faire un point régulier

Plus en détail

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Traitement des tumeurs pulmonaires par RF Chauffage : particularités pulmonaires NICE guidelines RFA LUNG Percutaneous

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

ENDOCARDITE INFECTIEUSE

ENDOCARDITE INFECTIEUSE ENDOCARDITE INFECTIEUSE VEYRIER Magali Cours de DES pédiatrie 7 et 8 décembre 2007 Magali Veyrier Saint Etienne 1 DEFINITION Infection microbienne de l endothélium valvulaire ou non valvulaire, des prothèses

Plus en détail

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation Atelier VO2 Alain COHEN SOLAL «Biomarkersand HeartFailure»INSERM U942 Research Unit Lariboisière Hospital, Cardiology Department Paris Diderot University L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Traitement prophylactique des levures en réanimation

Traitement prophylactique des levures en réanimation Traitement prophylactique des levures en réanimation Pr Hervé Dupont Pôle Anesthésie-Réanimation CHU d Amiens Sepsis sévère et choc septique Etude multicentrique européenne (n=1177) en réanimation 15,2%

Plus en détail

Les défibrillateurs en insuffisance cardiaque

Les défibrillateurs en insuffisance cardiaque Les défibrillateurs en insuffisance cardiaque Débat Coûts de cœur àl ASMIQ Dr Franck Molin, Cardiologue électrophysiologiste Conflits d intérêts Consultant Medtronic, Boston Scientific, St Jude Contrats

Plus en détail

La chirurgie de l obésité : Pourquoi, dans quel but? Chirurgie Digestive et Métabolique

La chirurgie de l obésité : Pourquoi, dans quel but? Chirurgie Digestive et Métabolique La chirurgie de l obésité : Pourquoi, dans quel but? Pierre VERHAEGHE Abdennaceur DHAHRI Chirurgie Digestive et Métabolique CHU Amiens Picardie Chirurgie de l obésité Les indications de ces thérapeutiques

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Courir: une affaire de coeur Prof. François Mach, médecin-chef du service de cardiologie Hôpitaux universitaires de Genève, Rue G. Perret-Gentil

Plus en détail

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study

Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study Pr Eric GALAM ; Dr Camille VAULOUP-SOUPAULT EAPH Barcelona April 21th, 2015 egalam@hotmail.com 1 Burn

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

S. aureus : champ de la question

S. aureus : champ de la question S. aureus : champ de la question SASM et SARM SASM : 25% porteurs à l admission 50% des infectés SARM : 5% porteurs à l admission 50% des infectés Le dépistage, pour quoi faire? P. contact Mesures spécifiques

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique?

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? Dominique Lacroix Université de Lille, L i l l e 2 Université du Droit et de la

Plus en détail

La LASERTHERAPIE. Lasertherapie à l Institut Jules Bordet. Dr. M-T Genot

La LASERTHERAPIE. Lasertherapie à l Institut Jules Bordet. Dr. M-T Genot La LASERTHERAPIE Lasertherapie à l Institut Jules Bordet G Dr. M-T Genot Laser = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation Laser de basse énergie ou Laser froid ou LLL( low level laser) Propriétés:

Plus en détail

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX INTRODUCTION Pancréatite aigues : 2 formes anatomopathologiques: les pancréatites

Plus en détail

The European Society of Cardiology 2010. L Ablation Endocavitaire de la Fibrillation Atriale

The European Society of Cardiology 2010. L Ablation Endocavitaire de la Fibrillation Atriale The European Society of Cardiology 2010 L Ablation Endocavitaire de la Fibrillation Atriale 2 Première intention Deuxième intention Recommandations ESC 2010 3 Mécanismes de la FA A B C Vue postérieure

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Filed August 19, 2003

Filed August 19, 2003 H-6.1 Hospital Act 2003-49 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-49 under the HOSPITAL ACT (O.C. 2003-241) Filed August 19, 2003 1 Section 2 of the New Brunswick Regulation 92-84 under the Hospital Act is amended

Plus en détail

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Faut il les suivre à la lettre? Thanh Doco-Lecompte Maladies Infectieuses et tropicales CHU Nancy Evolution des indications d antibioprophylaxie

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES

ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la

Plus en détail

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet.

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Epidémiologie Etiologies Diagnostic Causes d IRA selon le délai dans les hémopathies

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires

HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires Olivier Axler Service de Cardiologie Centre Hospitalier Territorial Gaston Bourret Nouméa Nouvelle-Calédonie

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

Choc septique et cortico-surr. -surrénale

Choc septique et cortico-surr. -surrénale Choc septique et cortico-surr -surrénale Du concept au traitement François Fourrier EA 2689 Université de Lille 2 Réanimation polyvalente CHRU Lille Le concept biochimique Les voies métaboliques des stéroïdes

Plus en détail

Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme

Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme Séminaire de perfectionnement sur l'infection nosocomiale 4 novembre 2011 Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme

Plus en détail

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international National Health Survey Le Luxembourg dans le contexte international Ministère de la Santé conférence de presse du 25 février 9 Présentation de l étude 2 Fiche technique Un échantillon de 484 personnes

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

HOSPITAL INSURANCE SERVICES LOI SUR L ASSURANCE- HOSPITALISATION DÉCRET 2006/199 LOI SUR L ASSURANCE-HOSPITALISATION

HOSPITAL INSURANCE SERVICES LOI SUR L ASSURANCE- HOSPITALISATION DÉCRET 2006/199 LOI SUR L ASSURANCE-HOSPITALISATION HOSPITAL INSURANCE SERVICES ACT Pursuant to section 9 of the Hospital Insurance Services Act, the Commissioner in Executive Council orders as follows 1. The annexed Charges for In-Patient High Cost Procedures

Plus en détail

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 Conflits d intérêts Consultant présentateur: Boston, Medtronic, Sorin, St- Jude Support financier pour des projets de recherche:

Plus en détail

Les infections intra-abdominales. Dr Anis Chaari Service de réanimation polyvalente de Sfax Pr Mounir Bouaziz

Les infections intra-abdominales. Dr Anis Chaari Service de réanimation polyvalente de Sfax Pr Mounir Bouaziz Les infections intra-abdominales Dr Anis Chaari Service de réanimation polyvalente de Sfax Pr Mounir Bouaziz Introduction Infection intra-abdominale (IIA) : 2éme cause de sepsis sévère en milieu de réanimation

Plus en détail

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne?

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? COPACAMU 2011 Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? Laurent JACQUIN Pôle RUSH, AP-HM. Critères d admission à l UHCD Groupe 1 : Retour à domicile dans les 24 heures Groupe 2

Plus en détail

Défibrillation cardiaque Quoi de neuf en 2012?

Défibrillation cardiaque Quoi de neuf en 2012? Défibrillation cardiaque Quoi de neuf en 2012? Pierre MOLS Services des Urgences CHU Saint-Pierre, ULB SEMINAIRES IRIS Séminaire urgence IRIS 7 février 2012 Sommaire Recommandations 2010-15 DEA Défibrillation

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail