Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?"

Transcription

1 Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

2 SFC 2005

3 Indications chirurgicales dans l EI AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

4 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

5 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

6 homme de 55 ans OAP fébrile souffle diastolique aortique 3/6 PA: 110 / 60 mmhg

7 Insuffisance aortique aiguë

8 Insuffisance aortique aiguë

9 Impact of surgery on mortality Vikram JAMA 2003 ; 290 : patients with complicated IE, 230 (40%) surgical therapy 6 month mortality

10 Impact of surgery on mortality Vikram JAMA 2003 ; 290 : patients with complicated IE, 230 (40%) surgical therapy 6 month mortality

11 Indications hémodynamiquesh AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

12 Indications hémodynamiquesh

13 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

14 Abscesses - fistula

15 Surgical findings

16 Indications infectieuses AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

17 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

18 Risque embolique = chirurgie?

19 Les embolies dans l EI 1. fréquentes 2. graves 3. corrélées à la taille de la végétation 4. précoces

20 TEE and embolic risk Di Salvo - JACC 2001; 37 : patients, definite endocarditis TEE in all patients silent and clinical embolic events abdominal and cerebral CT scan in 90 % pts

21 TEE and embolic risk With embolism 37 % silent embolism 21 % 63 % 79 % Without embolism clinical embolism

22 localization of embolism % cerebral pulmonary splenic periph art kidney eye coronary

23 TEE and embolic risk Di Salvo - JACC 2001; 37 : % embolic events patients, definite IE 30/43 10/24 9/45 17/66 absent < 10 mm mm > 15 mm

24 embolic risk under therapy Steckelberg - Ann Int Med IE 13 % embolic events 13/1000 pt/d during the 1 st week 1.2/1000 pt/d after the 2 nd week

25 Embolism under therapy 384 IE, multicentre European study 131 (34%) EE, 28 (7.3%) EE under therapy 20 (71.4%) during the first 15 days F Thuny Circulation 2005 : 112:69-75 % new embolic events /194 26/190 < 10 mm > 10 mm < 15 mm > 15 mm

26 «embolic»indications AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

27 Avancer l heure l de la chirurgie indication chirurgicale + risque embolique élevé = chirurgie urgente

28 Chirurgie prophylactique?

29 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

30 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

31 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

32 Exacerbation rate of cerebral complications Eishi K, J Thorac Cardiovasc Surg 1995 ; 110: exacerbation rate % cerebral complications in 2523 operated IE cardiac surgery is safe 4 weeks after cerebral infarction risk persists > 1 months after cerebral hemorrhage < > 28

33 When to operate after an cerebral EE? Piper C J Heart Valve Dis 2001 ; Survival Probabilities % , pts with at least 1 cerebral event p = Time (month) after the onset of IE symptoms Surgery within 72 h (n=8) Surgery 3-8 days (n=5) Surgery later than 8 days (n=9) 40 Medical therapy (n=27)

34 Complications neurologiques AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61 AVC embolique chirurgie précoce (< 48 h) en cas d AIT avec scanner normal chirurgie après 3 semaines si AVC (si possible) hémorragie cérébrale artériographie cérébrale nécessaire repousser la chrirurgie si possible indication chirurgicale adaptée au cas par cas

35 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

36 Surgery in PVE : Euro Heart Survey Tornos P Heart 2005 ; 91 : % native n = % CHF: 65% persistent sepsis: 45% embolism: 20% PVE n = 41 Surgery performed Medical therapy only Reasons for surgery vegetation size: 25% other: 40%

37 Surgery is beneficial in complicated PVE Habib G, Tribouilloy C, Heart ,0,8,6 % alive % alive 1,0,8,6 surgery medical,4,4,2 0, p = NS 6 8 years 10,2 0, p = years 10 PVE without complication (n=35) PVE with complication (n=69)

38 Surgery is beneficial in S aureus PVE 1,0 % alive Habib G, Tribouilloy C, Heart 2005,8,6,4,2 p = 0.03 surgical therapy medical therapy years

39 Staphylococcus aureus PVE Chirouze C Clin Inf Dis 2004 ; 38 : International Collaboration on Endocarditis merged database (ICE) Durham, Philadelphia,, Nancy, Marseille, Goteborg,, Barcelone, Londres 2212 EI, 61 S aureus PVE in-hospital mortality: : 47.5 % 1 prognostic factor: stroke (OR : 3.04) early valve replacement beneficial only in complicated PVE

40 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

41 Danger d opérer trop tôt? 375 patients 177 (47%) opérés durant la phase active 49 chirurgie «très précoce» (< 7 jours) 128 chirurgie précoce (> 7 jours) Survival p = ±4% 76 ±6% survie à 1 an identique dans les 2 groupes délai opératoire non prédictif de mortalité pas plus de réinfection ni de réopération <7d early surgery >7d early surgery Time (days)

42 Qui et quand opérer dans l EI l? 1. tendances patients opérés plus nombreux chirurgie plus précoce 2. prise en compte de la taille de la végétation 3. décisions adaptées au cas par cas

43

44 Euro Heart Survey: reasons for surgery N: CHF (%) Native (left sided) % Prosthetic % Sepsis (%) 33 % 45 % Embolism (%) Vegetation size 12 % 55 % 20 % 25 %

45 Indications hémodynamiquesh AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61 formelles IA ou IM aiguë avec IC malgré le traitement médical admises IA ou IM sévère avec IC régressive sous traitement discutées IM sévère sans IC a priori réparable

46 Abcès périvalvulaires: quand ne pas opérer? Tribouilloy C Presse Med 1996 ; 25 : étude multicentrique 28 abcès s traités s médicalementm raisons pour le trt médical évolution favorable 18 patients facteurs de bon pronostic: surface de l abcès < 1.5 cm² absence d IC absence de fuite valvulaire sévère apyrexie rapide IE non staphylococcique décision médicochirurgicale (n=9) haut risque opératoire (n=12) refus du patient (n=7)

47 Surgery is beneficial in complicated PVE Habib G, Tribouilloy C, Heart ,0,8 % alive Very low in-hospital mortality in 35 non complicated PVE,6 0/7 deaths in the surgical group,4,2 p = NS 2/28 deaths (7%) in the medical group 0, years 10 PVE without complication (n=35)

48 TEE and embolic risk

Faut-il Détecter Systématiquement les Complications Neurologiques dans l Endocardite Infectieuse (EI)?

Faut-il Détecter Systématiquement les Complications Neurologiques dans l Endocardite Infectieuse (EI)? Faut-il Détecter Systématiquement les Complications Neurologiques dans l Endocardite Infectieuse (EI)? Bernard Iung, Bichat Paris Thanh Doco Lecompte, HUG Genève Xavier Duval, Bichat Paris Complications

Plus en détail

Métastases septiques. G. WIRTH Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses Hôpital Haut-Lévèque

Métastases septiques. G. WIRTH Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses Hôpital Haut-Lévèque Métastases septiques G. WIRTH Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses Hôpital Haut-Lévèque o 20 à 50% des EI o À l origine d une surmortalité (atteinte neurologique ) o Emboles silencieux

Plus en détail

Endocardites infectieuses et embolies cérébrales : stratégies thérapeutiques

Endocardites infectieuses et embolies cérébrales : stratégies thérapeutiques Endocardites infectieuses et embolies cérébrales : stratégies thérapeutiques Dr Vincent Le Guillou Service de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire CHU ROUEN Staff Neuro-Vasculaire mai 2010 Introduction

Plus en détail

RMM Infectiologie, septembre 2013

RMM Infectiologie, septembre 2013 RMM Infectiologie, septembre 2013 Complications neurologiques des endocardites infectieuses (EI). Dr Levent. EOH Référent antibiotique.chsa. Dr Dewilde. Urgences, CHSA. Références bibliographiques. 1.

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE. O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux

ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE. O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux MALADIE RARE Endocardite infectieuse 0,24 ; (27 patients en 7 ans) liew et al. I.E. in childhood:

Plus en détail

2 examens de MN en pratique courante. - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués

2 examens de MN en pratique courante. - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués 2 examens de MN en pratique courante - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués - Scintigraphie au Citrate de Gallium 67 Principes, avantages et inconvénients 2 Mécanisme

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions)

Plus en détail

ECHOCARDIOGRAPHIE. Actualité bibliographique 03/07/2013. Marina Dijos Hôpital cardiologique Haut-Lévêque Service Valvulopathies, TAVI, MCH

ECHOCARDIOGRAPHIE. Actualité bibliographique 03/07/2013. Marina Dijos Hôpital cardiologique Haut-Lévêque Service Valvulopathies, TAVI, MCH Actualité bibliographique IMAGERIE DIAGNOSTIQUE Marina Dijos Hôpital cardiologique Haut-Lévêque Service Valvulopathies, TAVI, MCH ECHOCARDIOGRAPHIE 1 Echocardiographie : rôle clé Diagnostic : -examen de

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge de la Fibrillation Atriale

Nouveautés dans la prise en charge de la Fibrillation Atriale The European Society of Cardiology 2010 Nouveautés dans la prise en charge de la Fibrillation Atriale Michaël Peyrol Unité de Rythmologie, Service de cardiologie CHU Nord 1 1 The European Society of Cardiology

Plus en détail

Indications pour le dépistage du cancer du poumon

Indications pour le dépistage du cancer du poumon Indications pour le dépistage du cancer du poumon Le cancer du poumon Un bon candidat au dépistage? Prévalence élevée Mortalité élevée Population à risque définie Majorité de forme non resecable au stade

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

L ENDOCARDITE, UNE PROBLEMATIQUE PLURI-DISCIPLINAIRE le point de vue du cardiologue. PH LE METAYER Hôpital Saint André.

L ENDOCARDITE, UNE PROBLEMATIQUE PLURI-DISCIPLINAIRE le point de vue du cardiologue. PH LE METAYER Hôpital Saint André. L ENDOCARDITE, UNE PROBLEMATIQUE PLURI-DISCIPLINAIRE le point de vue du cardiologue PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Les endocardites ne sont pas une maladie uniforme tant dans leur présentation

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

ENDOCARDITE INFECTIEUSE, ANTI- AGREGANTS et ANTI-COAGULANTS. Marina Dijos CCA Service de Cardiologie du Pr Roudaut

ENDOCARDITE INFECTIEUSE, ANTI- AGREGANTS et ANTI-COAGULANTS. Marina Dijos CCA Service de Cardiologie du Pr Roudaut ENDOCARDITE INFECTIEUSE, ANTI- AGREGANTS et ANTI-COAGULANTS Marina Dijos CCA Service de Cardiologie du Pr Roudaut ENDOCARDITE INFECTIEUSE, ANTI-AGREGANTS et ANTI-COAGULANTS L endocardite infectieuse est

Plus en détail

10 ETT d USIC : urgence chirurgicale ou non chirurgicale? Didier Bresson Unité 51 - BRON FMC Rescue Mercredi 25 juin 2014 VIENNE

10 ETT d USIC : urgence chirurgicale ou non chirurgicale? Didier Bresson Unité 51 - BRON FMC Rescue Mercredi 25 juin 2014 VIENNE 10 ETT d USIC : urgence chirurgicale ou non chirurgicale? Didier Bresson Unité 51 - BRON FMC Rescue Mercredi 25 juin 2014 VIENNE Objectifs Reconnaître à l écho une situation chirurgicale. Apprécier la

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

Endocardites Infectieuses Quel bilan initial et d extension?

Endocardites Infectieuses Quel bilan initial et d extension? Endocardites Infectieuses Quel bilan initial et d extension? Louis BERNARD CHRU de TOURS GERICCO 2016 Plan de ma controverse Recommandations Un peu de clinique et du bon sens Un peu de littérature Conclusion

Plus en détail

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Rapid response team (Equipe mobile d urgence)

Rapid response team (Equipe mobile d urgence) Rapid response team (Equipe mobile d urgence) D. Benoit, MD, PhD Department of Intensive Care Medicine Ghent University Hospital Chaine de survie intra hospitalière Intervention précoce avant l admission

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 12 février 2010 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Anévrismes de l aorte abdominale en consultation de cardiologie ambulatoire

Anévrismes de l aorte abdominale en consultation de cardiologie ambulatoire Anévrismes de l aorte abdominale en consultation de cardiologie ambulatoire Georges Le Corff Réunion Echosud 08 janvier 2013 1- Qu est-ce qui est anormal? 2- Le dépistage: pour qui et avec quelles limites?

Plus en détail

Impact de la chirurgie valvulaire précoce sur le pronostic de l'endocardite infectieuse Analyse critique des données récentes de la littérature

Impact de la chirurgie valvulaire précoce sur le pronostic de l'endocardite infectieuse Analyse critique des données récentes de la littérature Impact de la chirurgie valvulaire précoce sur le pronostic de l'endocardite infectieuse Analyse critique des données récentes de la littérature Bruno Hoen Université de Franche-Comté CHU de Besançon Indications

Plus en détail

16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin

16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin Les Antiphospholipides : marqueur de risque d embolie dans l endocardite infectieuse. F. GOEHRINGER, C.H. MAIGRAT, T. LECOMPTE, P. MAUREIRA, T. MAY, C. SELTON-SUTY, T. LECOMPTE 1 L endocardite infectieuse

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Du nouveau pour le médecin traitant. JJ Goy Cardiologie, HFR 6 novembre 2014

Embolie pulmonaire. Du nouveau pour le médecin traitant. JJ Goy Cardiologie, HFR 6 novembre 2014 Embolie pulmonaire. Du nouveau pour le médecin traitant JJ Goy Cardiologie, HFR 6 novembre 2014 Facteurs prédisposants à la TVP Facteurs prédisposants à la TVP Stratification du risque Embolie suspectée

Plus en détail

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Dr Loïc EPELBOIN Service des Maladies Infectieuses et Tropicales 8 Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, France Université Pierre et

Plus en détail

Surveillance postopératoire

Surveillance postopératoire Virginie Westeel CHU, Besançon France Surveillance postopératoire 1 Pourquoi? Why? Aim of follow-up : 6th edition of thetnm classification Goldstraw J Thorac Oncol 2007;2:706-14 2 Récidives et 2 èmes cancers

Plus en détail

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008 INTERETS ET LIMITES DES SCORES DE GRAVITE Mélanie RIEDEL DESC de réanimation Septembre 2008 Elaboration des Scores de Gravité Etablis à partir de paramètres cliniques et biologiques Outils épidémiologiques

Plus en détail

Vers une (NOUVELLE) CLASSIFICATION des INFECTIONS de MATERIEL de STIMULATION CARDIAQUE

Vers une (NOUVELLE) CLASSIFICATION des INFECTIONS de MATERIEL de STIMULATION CARDIAQUE Vers une (NOUVELLE) CLASSIFICATION des INFECTIONS de MATERIEL de STIMULATION CARDIAQUE Emilie JAN 20 mai 2010 POURQUOI? Diagnostic différentiel = IMS locales / endocardites sur sonde Mortalité : 5% IMS

Plus en détail

Investigations cardiologiques lors d AVC d d origine. cardio-embolique: Le point de vue du cardiologue

Investigations cardiologiques lors d AVC d d origine. cardio-embolique: Le point de vue du cardiologue Investigations cardiologiques lors d AVC d d origine cardio-embolique: Le point de vue du cardiologue François Mach, MD, Division de Cardiologie Hôpital Universitaire de Genève Francois.Mach@medecine.unige.ch

Plus en détail

Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique

Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique D.U. Prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique 6 décembre 2016 Dr Alice HUTIN SAMU de Paris SMUR Necker Anévrisme de l aorte Anévrisme

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Université de Bordeaux 2 3èmes Journées Nationales du GACI jeudi 28 & vendredi

Plus en détail

Endocardites infectieuses. B Hoen P Tattevin

Endocardites infectieuses. B Hoen P Tattevin Endocardites infectieuses B Hoen P Tattevin AEPEI Création en 1990 (perspective CC 1992) Réalisations Prophylaxie Étude cas-témoins sur risque d'ei après procédures invasives Conférence de consensus 1992

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Philippe Mabo, CHU de Rennes CARDIORUN 2014 Boucan Canot, 1 er octobre 2014 Mes relations avec l industrie Bourses de recherche: Boston, Biotronik,

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

La chirurgie cardiaque est devenue, au cours des deux

La chirurgie cardiaque est devenue, au cours des deux Quand faut-il opérer une endocardite infectieuse? 1 Infective endocarditis: when should we operate? J.L. Trouillet, J. Chastre* RÉSUMÉ SUMMARY Les indications et le délai de la chirurgie à la phase aiguë

Plus en détail

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou 8 décembre 2011 INTRODUCTION Au cours des 30 dernières années : baisse de la mortalité cardio-vasculaire

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire?

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? R. Barbot 1, C. Le Marquand 1, J.-C. Pairon 2, C. Paris 3, B. Clin- Godart 4, A. Luc 5, P. Brochard 6, F. Laurent 7 1 Villenave d'ornon,

Plus en détail

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 Tout DES or not tout Des Historique & Illustration Arguments (1), (2) et (3) Statistiques et illustrations Un peu d Histoire...

Plus en détail

Tabagisme avant et après chirurgie bariatrique

Tabagisme avant et après chirurgie bariatrique Tabagisme avant et après chirurgie bariatrique Pr Didier Quilliot Unité Multidisciplinaire de Chirurgie de l Obésité MA Sirveaux, L Brunaud, N Reibel, P Witkowski, O Ziegler CHU de Nancy Arrêt du tabagisme

Plus en détail

Chirurgie précoce dans l endocardite infectieuse : oui, mais... Dr Pernot Mathieu Chirurgie cardio-vasculaire Pr Roques CHU de Bordeaux

Chirurgie précoce dans l endocardite infectieuse : oui, mais... Dr Pernot Mathieu Chirurgie cardio-vasculaire Pr Roques CHU de Bordeaux Chirurgie précoce dans l endocardite infectieuse : oui, mais... Dr Pernot Mathieu Chirurgie cardio-vasculaire Pr Roques CHU de Bordeaux Risques liés à une chirurgie précoce I. Infectieux : Risque de récurrence

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Gallagher A., Dagenais L., Doussau A., Décarie J.C., Materassi M., Gagnon K., Prud'homme J., Vobecky S., Poirier N., Carmant L.

Gallagher A., Dagenais L., Doussau A., Décarie J.C., Materassi M., Gagnon K., Prud'homme J., Vobecky S., Poirier N., Carmant L. Gallagher A., Dagenais L., Doussau A., Décarie J.C., Materassi M., Gagnon K., Prud'homme J., Vobecky S., Poirier N., Carmant L. 2 ème Symposium CINC 8 mai 2015 Plan Introduction: Quelques faits sur les

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

L ablation de FA persistante. Pourquoi? Pour Qui? Comment?

L ablation de FA persistante. Pourquoi? Pour Qui? Comment? L ablation de FA persistante Pourquoi? Pour Qui? Comment? Rythmologie Interventionnelle Hôpital St Joseph- Marseille Dr Julien Seitz Pourquoi? Fibriller nuit gravement à la santé FA Sinusal Framingham

Plus en détail

Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015. Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France

Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015. Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015 Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France Programme de la session 1) Revue générale sur les AAA et les EVAR 2 ) Démonstra:ons opératoires ( vidéo)

Plus en détail

Endocardites infectieuses

Endocardites infectieuses Endocardites infectieuses M. Wolff Hôpital Bichat-Claude Bernard, EA3964 UFR Paris Diderot, Paris 7, PRESS Paris Cité Sorbonne. ISICEM 2012 Endocardite: qu est-ce? Infection des valves cardiaques +/- des

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Sténose aortique sévère: Prévalence: Attitude chez le patient asymptomatique. Status: Mme A.S, 1938

Sténose aortique sévère: Prévalence: Attitude chez le patient asymptomatique. Status: Mme A.S, 1938 Mme A.S, 1938 Sténose aortique sévère: Attitude chez le patient asymptomatique Pte en BSH, consulte la VO pour une BPN lobaire. Status : EF à 38,5 : TA 160/80, pouls 100/, choc de pointe sp. B1 sp, B2

Plus en détail

Défaillance neurologique au cours de l insuffisance hépatique aigue

Défaillance neurologique au cours de l insuffisance hépatique aigue Défaillance neurologique au cours de l insuffisance hépatique aigue Pr Olivier Detry Service de Chirurgie Abdominale et Transplantation CHU de Liège, Université de Liège Belgique Définition Hépatite fulminante:

Plus en détail

Accidents Ischémiques Transitoires

Accidents Ischémiques Transitoires Accidents Ischémiques Transitoires ou AVC Où est la frontière? Tae-Hee Cho Urgences neurovasculaires Hôpital Pierre Wertheimer Université Lyon 1 AIT: ancienne définition AIT: Dysfonction neurologique brève

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib»

Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib» Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib» D après la communication orale de Denis Moro-Sibilot, abstract 1200, WCLC 2015 Clément Korenbaum, interne,centre

Plus en détail

Maladies valvulaires et insuffisance cardiaque- Focus sur la sténose aortique à bas débit

Maladies valvulaires et insuffisance cardiaque- Focus sur la sténose aortique à bas débit Maladies valvulaires et insuffisance cardiaque- Focus sur la sténose aortique à bas débit Jean G. Dumesnil CQ, MD, FRCPC, FACC Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec Maladies

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in childhood Responsable(s) : De Vathaire Florent, Equipe-3 d'epidémiologie des radiations- CESP- UMR 1018 INSERM Date de modification : 14/08/2013

Plus en détail

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 Conflits d intérêts Consultant présentateur: Boston, Medtronic, Sorin, St- Jude Support financier pour des projets de recherche:

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

Recommandations européennes et américaines François DELAHAYE Tristan FERRY

Recommandations européennes et américaines François DELAHAYE Tristan FERRY Recommandations européennes et américaines 2015 François DELAHAYE Tristan FERRY Circulation 2005;111:e394-e433 Circulation 2008;118:887-896 (Prophylaxie) Circulation 2015;132:1435-86 Circulation 2015;132:1487-515

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI T Cuisset, C Frere, J Quilici, MC Alessi, JL Bonnet Pôle Cardiovasculaire, CHU Timone, Marseille Inserm, U626, Faculté de Médecine,

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

PONTAGES CORONAIRES et CHIRURGIE AORTIQUE

PONTAGES CORONAIRES et CHIRURGIE AORTIQUE PONTAGES CORONAIRES et CHIRURGIE AORTIQUE Aspects généraux, aspects techniques et place du scanner P.Maureira Service de Chirurgie Cardio-vasculaire et Transplantation Objectifs Connaître les différents

Plus en détail

SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS

SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS SFAV Marseille 10-12 juin 2012 J Pengloan TOURS p

Plus en détail

Cœur et BPCO. S. Bommart. CHU Montpellier

Cœur et BPCO. S. Bommart. CHU Montpellier Cœur et BPCO S. Bommart CHU Montpellier Quelles comorbidités rechercher? Causes de mortalité chez les patients ayant une BPCO ü ü ü ü ü Lung Health Study 5887 sujets BPCO peu sévère asymptomatiques âge

Plus en détail

Endocardite infectieuse

Endocardite infectieuse Endocardite infectieuse M.Aouiche A.Azzoug R.Bourezak A.Moussaoui S.E.B Service de chirurgie cardiovasculaire du professeur BOUREZAK EHS Mohamed Abderrahmani Mai 2009 Définition Infection endovasculaire

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique?

EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique? EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique? Thomas Sénage 1, Antoine Mugniot 1, Christian Périgaud 1, Hubert-François Carton 1, Ousama Al

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale

Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale T. Goulenok, P. Longuet, J.J. Laurichesse, I. Klein, C. Leport, B. Iung, X. Duval. 1 à propos

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

Monitorage de l ECG. Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012

Monitorage de l ECG. Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012 Monitorage de l ECG Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012 Le passé Monitorage dans le passé : Pouls à la main Etat général du patient Pression artérielle (parfois) Le présent La place du soignant

Plus en détail

Arbres de Décision. Pr Roch Giorgi. roch.giorgi@univ-amu.fr

Arbres de Décision. Pr Roch Giorgi. roch.giorgi@univ-amu.fr Arbres de Décision Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr Analyse de

Plus en détail

France TAVI : Etat des lieux

France TAVI : Etat des lieux France TAVI : Etat des lieux Hervé Le Breton, pour le comité scientifique France TAVI Service de cardiologie, CHU Rennes Jeudi 9 Avril 2015 Comité scientifique Thierry LEFEVRE, JPh COLLET Geneviève Mulak

Plus en détail

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX INTRODUCTION Pancréatite aigues : 2 formes anatomopathologiques: les pancréatites

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

LES ENDOCARDITES INFECTIEUSES

LES ENDOCARDITES INFECTIEUSES LES ENDOCARDITES INFECTIEUSES ENQUETE NATIONALE TUNISIENNE Données épidémiologiques, cliniques et bactériologiques (2001-2005) A. HAMMAMI Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse JNI Bordeaux 9/06/06

Plus en détail

Résultats de la chirurgie des dissections aiguës de l aorte thoracique ascendante à propos de 141 cas

Résultats de la chirurgie des dissections aiguës de l aorte thoracique ascendante à propos de 141 cas de la chirurgie des dissections aiguës de l aorte thoracique ascendante à propos de 141 cas M. Nguyen Van, R. Demaria, J.M. Frapier, P. Rouvière, M. Piciche, J.C. Sinquet, B. Albat Service de Chirurgie

Plus en détail

Avis de la HAS du 26 octobre 2011

Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis suite à l évaluation de la mise en place des valves aortiques posées par voie transcutanée à l issue de la période d encadrement spécifique prévue à l article L.

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

By the American College of Emergecy Physicians (2013) Presented by :Sabrina Chaouch

By the American College of Emergecy Physicians (2013) Presented by :Sabrina Chaouch By the American College of Emergecy Physicians (2013) Presented by :Sabrina Chaouch Les adultes âgés sont fréquemment hospitalisés après un épisode de syncope inexpliquée. Les admissions actuelles sont

Plus en détail

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement Les indices d efficacité Quantification de l effet traitement 1 Objectifs Résultats d apprentissages indices d efficacité : L étudiant doit : Comprendre la mesure quantifiée de l effet d un traitement

Plus en détail