Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?"

Transcription

1 Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

2 SFC 2005

3 Indications chirurgicales dans l EI AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

4 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

5 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

6 homme de 55 ans OAP fébrile souffle diastolique aortique 3/6 PA: 110 / 60 mmhg

7 Insuffisance aortique aiguë

8 Insuffisance aortique aiguë

9 Impact of surgery on mortality Vikram JAMA 2003 ; 290 : patients with complicated IE, 230 (40%) surgical therapy 6 month mortality

10 Impact of surgery on mortality Vikram JAMA 2003 ; 290 : patients with complicated IE, 230 (40%) surgical therapy 6 month mortality

11 Indications hémodynamiquesh AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

12 Indications hémodynamiquesh

13 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

14 Abscesses - fistula

15 Surgical findings

16 Indications infectieuses AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

17 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

18 Risque embolique = chirurgie?

19 Les embolies dans l EI 1. fréquentes 2. graves 3. corrélées à la taille de la végétation 4. précoces

20 TEE and embolic risk Di Salvo - JACC 2001; 37 : patients, definite endocarditis TEE in all patients silent and clinical embolic events abdominal and cerebral CT scan in 90 % pts

21 TEE and embolic risk With embolism 37 % silent embolism 21 % 63 % 79 % Without embolism clinical embolism

22 localization of embolism % cerebral pulmonary splenic periph art kidney eye coronary

23 TEE and embolic risk Di Salvo - JACC 2001; 37 : % embolic events patients, definite IE 30/43 10/24 9/45 17/66 absent < 10 mm mm > 15 mm

24 embolic risk under therapy Steckelberg - Ann Int Med IE 13 % embolic events 13/1000 pt/d during the 1 st week 1.2/1000 pt/d after the 2 nd week

25 Embolism under therapy 384 IE, multicentre European study 131 (34%) EE, 28 (7.3%) EE under therapy 20 (71.4%) during the first 15 days F Thuny Circulation 2005 : 112:69-75 % new embolic events /194 26/190 < 10 mm > 10 mm < 15 mm > 15 mm

26 «embolic»indications AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61

27 Avancer l heure l de la chirurgie indication chirurgicale + risque embolique élevé = chirurgie urgente

28 Chirurgie prophylactique?

29 Qui et quand opérer dans l EI? 1. indications hémodynamiques 2. indications infectieuses 3. indications emboliques 4. questions non résolues

30 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

31 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

32 Exacerbation rate of cerebral complications Eishi K, J Thorac Cardiovasc Surg 1995 ; 110: exacerbation rate % cerebral complications in 2523 operated IE cardiac surgery is safe 4 weeks after cerebral infarction risk persists > 1 months after cerebral hemorrhage < > 28

33 When to operate after an cerebral EE? Piper C J Heart Valve Dis 2001 ; Survival Probabilities % , pts with at least 1 cerebral event p = Time (month) after the onset of IE symptoms Surgery within 72 h (n=8) Surgery 3-8 days (n=5) Surgery later than 8 days (n=9) 40 Medical therapy (n=27)

34 Complications neurologiques AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61 AVC embolique chirurgie précoce (< 48 h) en cas d AIT avec scanner normal chirurgie après 3 semaines si AVC (si possible) hémorragie cérébrale artériographie cérébrale nécessaire repousser la chrirurgie si possible indication chirurgicale adaptée au cas par cas

35 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

36 Surgery in PVE : Euro Heart Survey Tornos P Heart 2005 ; 91 : % native n = % CHF: 65% persistent sepsis: 45% embolism: 20% PVE n = 41 Surgery performed Medical therapy only Reasons for surgery vegetation size: 25% other: 40%

37 Surgery is beneficial in complicated PVE Habib G, Tribouilloy C, Heart ,0,8,6 % alive % alive 1,0,8,6 surgery medical,4,4,2 0, p = NS 6 8 years 10,2 0, p = years 10 PVE without complication (n=35) PVE with complication (n=69)

38 Surgery is beneficial in S aureus PVE 1,0 % alive Habib G, Tribouilloy C, Heart 2005,8,6,4,2 p = 0.03 surgical therapy medical therapy years

39 Staphylococcus aureus PVE Chirouze C Clin Inf Dis 2004 ; 38 : International Collaboration on Endocarditis merged database (ICE) Durham, Philadelphia,, Nancy, Marseille, Goteborg,, Barcelone, Londres 2212 EI, 61 S aureus PVE in-hospital mortality: : 47.5 % 1 prognostic factor: stroke (OR : 3.04) early valve replacement beneficial only in complicated PVE

40 Questions non résoluesr 1. complications neurologiques 2. endocardites prothétiques tiques 3. risques de la chirurgie précoce

41 Danger d opérer trop tôt? 375 patients 177 (47%) opérés durant la phase active 49 chirurgie «très précoce» (< 7 jours) 128 chirurgie précoce (> 7 jours) Survival p = ±4% 76 ±6% survie à 1 an identique dans les 2 groupes délai opératoire non prédictif de mortalité pas plus de réinfection ni de réopération <7d early surgery >7d early surgery Time (days)

42 Qui et quand opérer dans l EI l? 1. tendances patients opérés plus nombreux chirurgie plus précoce 2. prise en compte de la taille de la végétation 3. décisions adaptées au cas par cas

43

44 Euro Heart Survey: reasons for surgery N: CHF (%) Native (left sided) % Prosthetic % Sepsis (%) 33 % 45 % Embolism (%) Vegetation size 12 % 55 % 20 % 25 %

45 Indications hémodynamiquesh AMC 2005 ; 98 (supp 2) : 5-61 formelles IA ou IM aiguë avec IC malgré le traitement médical admises IA ou IM sévère avec IC régressive sous traitement discutées IM sévère sans IC a priori réparable

46 Abcès périvalvulaires: quand ne pas opérer? Tribouilloy C Presse Med 1996 ; 25 : étude multicentrique 28 abcès s traités s médicalementm raisons pour le trt médical évolution favorable 18 patients facteurs de bon pronostic: surface de l abcès < 1.5 cm² absence d IC absence de fuite valvulaire sévère apyrexie rapide IE non staphylococcique décision médicochirurgicale (n=9) haut risque opératoire (n=12) refus du patient (n=7)

47 Surgery is beneficial in complicated PVE Habib G, Tribouilloy C, Heart ,0,8 % alive Very low in-hospital mortality in 35 non complicated PVE,6 0/7 deaths in the surgical group,4,2 p = NS 2/28 deaths (7%) in the medical group 0, years 10 PVE without complication (n=35)

48 TEE and embolic risk

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Philippe Mabo, CHU de Rennes CARDIORUN 2014 Boucan Canot, 1 er octobre 2014 Mes relations avec l industrie Bourses de recherche: Boston, Biotronik,

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Traitement des tumeurs pulmonaires par RF Chauffage : particularités pulmonaires NICE guidelines RFA LUNG Percutaneous

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

La place du Dabigatran Données de la littérature

La place du Dabigatran Données de la littérature La place du Dabigatran Données de la littérature Les AVK diminuent efficacement (64 %) le risque thromboembolique en cas de FA mais sont complexes d utilisation et exposent à un sur-risque hémorragique

Plus en détail

TOP 3, SSVQ 2014 CRYSTAL AF EMBRACE

TOP 3, SSVQ 2014 CRYSTAL AF EMBRACE TOP 3, SSVQ 2014 CRYSTAL AF EMBRACE Ariane Mackey Neurologue CHU de Québec- Hôpital de l Enfant-Jésus Conflits d intérêts potentiels* 2 dernières années CONFÉRENCES COMMANDITÉES Allergan Pfizer /BMS AIDE

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques

Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques TELECARDIOLOGIE Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques Classique Suivi des porteurs de prothèses rythmiques Suivi des porteurs de prothèses rythmiques Suivi des porteurs de prothèses rythmiques

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS Surveillance des pace makers et des défibrillateurs Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS La stimulation cardiaque La stimulation cardiaque Historique

Plus en détail

Peut-on se passer de la télécardiologie dans le suivi des patients âgés porteurs d'une prothèse cardiaque active? Dr H.

Peut-on se passer de la télécardiologie dans le suivi des patients âgés porteurs d'une prothèse cardiaque active? Dr H. Peut-on se passer de la télécardiologie dans le suivi des patients âgés porteurs d'une prothèse cardiaque active? Dr H. Bader CH de Pau Concept Le développement des télécommunications permet une transmission

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Gestion du traitement

Gestion du traitement Gestion du traitement anticoagulant chez le dialysé Dr Thierry KRUMMEL Service de Néphrologie & Hémodialyse CHRU de Strasbourg 12 ème C è Nti ld Né h l i 12 ème Congrès National de Néphrologie Agadir 6

Plus en détail

Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique

Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique Hélène Thibault Service des Exploration Fonctionnelles Cardiovasculaires Hôpital Louis Pradel, LYON Disclosure:

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Interprétation des résultats d études observationnelles

Interprétation des résultats d études observationnelles Interprétation des résultats d études observationnelles DESC Pathologie Infectieuse et Tropicale Module Épidémiologie, Prévention (hors vaccinologie) Sarah Tubiana 17/04/2014 CIC, hôpital Bichat Claude

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Maladie des valves Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Quelques repères épidémiologie éditorial Pr Bernard Iung Quelques repères Les maladies des valves

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Endocardites. Le candida albicans est parfois mis en cause, retrouvé sur culture en milieu de Sabouraud.

Endocardites. Le candida albicans est parfois mis en cause, retrouvé sur culture en milieu de Sabouraud. ~ Échocardiographie - Doppler ~ 1 Échocardiographie - Doppler S. Lafitte, M. Lafitte, P. Réant, R. Roudaut C.H.U. de Bordeaux ~ Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Pessac ~ France Endocardites Sommaire

Plus en détail

9 septembre 2014. : COOK France. Demandeur. Les modèles. Indications retenues : Service Attendu Attendu (SA) Comparateu retenu(s) : Amélioration s.

9 septembre 2014. : COOK France. Demandeur. Les modèles. Indications retenues : Service Attendu Attendu (SA) Comparateu retenu(s) : Amélioration s. COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 9 septembre 2014 CONCLUSIONS ZENITH ALPHA, endoprothèse aortique thoracique Demandeur : COOK

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses 3 à 5/100 000 habitants Augmente avec l age 175 /100 000 >70 ans Notre file active toutes les maladies interstitielles confondues plus de 120 patients

Plus en détail

Faut-il encore traiter les cancers prostatiques?

Faut-il encore traiter les cancers prostatiques? Faut-il encore traiter les cancers prostatiques? Pr Arnauld Villers Université Lille2 -France AFCOR 2013 Quelles données? Notion de lésions indolentes ou à risque Etudes observationnelles de patients traités

Plus en détail

HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES?

HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES? HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES? Il ruolo della IAAS nei programmi europei Le rôle de l'international Association for Ambulatory Surgery Surgery dans les

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier La Fibrillation Atriale Pr Philippe Chevalier Epidémiologie de la fibrillation atriale Le profil, la distribution Les causes La progression La prévention primaire Démographie U.S. population x 1000 Population

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Fermeture de l auricule gauche Perspectives

Fermeture de l auricule gauche Perspectives Fermeture de l auricule gauche Perspectives Pierre Aubry, Eric Brochet, Jean-Michel Juliard, Dominique Himbert, Alec Vahanian Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Paris France Enjeux devant une fibrillation

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

La Liste de Vérification Chirurgicale

La Liste de Vérification Chirurgicale La Liste de Vérification Chirurgicale Dre Shannon Fraser Professeure Assistant, Université McGill Chef de la division de chirurgie générale M Bobby Paré Coordonnateur en Soins Infirmiers bloc opératoire

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières?

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Étude faite en collaboration entre l Institut national

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu T. MARTINELLI 1, V. SCOLAN 2, F. PAYSAN 2, D. COLLOMB 1, L. BARRET 1, G.FERRETTI 1 Services de Radiologie 1 et de Médecine Légale 2 CHU -

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine BE/PRA-141770 09/2014 Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine Une sous-analyse de RE-LY démontre que le traitement par

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

HTA & Diabète Type 2. Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29

HTA & Diabète Type 2. Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29 HTA & Diabète Type 2 Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29 Adipokines: Adverse Cardiometabolic Effects Lipoprotein lipase HTA IL-6 Angiotensinogen

Plus en détail

Consensus d expert autour de la fibrillation atriale du sujet âgé. Pr Olivier Hanon Hôpital Broca Paris

Consensus d expert autour de la fibrillation atriale du sujet âgé. Pr Olivier Hanon Hôpital Broca Paris Consensus d expert autour de la fibrillation atriale du sujet âgé Pr Olivier Hanon Hôpital Broca Paris Déclaration de relations professionnelles et liens d intérêt Professeur Olivier Hanon Conferences

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique Évolution de la prise en charge chirurgicale des cancers pulmonaires en France : lobectomie mini-invasive versus lobectomie par thoracotomie d après la base de données nationale Epithor Sophie Guinard,

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

La santé bucco-dentaire au cabinet OMS. Problèmes majeurs. Santé bucco-dentaire et santé générale. Santé. Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire

La santé bucco-dentaire au cabinet OMS. Problèmes majeurs. Santé bucco-dentaire et santé générale. Santé. Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire La santé bucco-dentaire au cabinet Santé OMS Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire Colloque MPr 14 septembre 2011 Dr J-P Carrel Division de stomatologie, chirurgie orale et radiologie dento-maxillo-faciale

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

CONTROVERSES en chirurgie de la hanche. C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar

CONTROVERSES en chirurgie de la hanche. C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar CONTROVERSES en chirurgie de la hanche C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar Une invention française Gilles Bousquet CHU de Saint-Etienne - Jean Rieu, Professeur à l Ecole des Mines de Saint-Etienne

Plus en détail

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES QUI, COMMENT ET COMBIEN DE TEMPS DESENSIBILISER? JOËLLE BIRNBAUM UPRES EA 3287 Université de la Méditerranée Service Pneumo-alergologie Hôpital Ste Marguerite, Marseille

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE PROFESSIONNEL(S) VISÉ(S) : Infirmières du CSSSL oeuvrant à la salle de RÉA de l urgence et aux soins intensifs et coronariens de l installation Cité de la santé du CSSS Laval. RÉFÉRENCE À UN PROTOCOLE

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation. Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone

Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation. Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone Déclaration de Conflits d intérêt Xavier Laroche: je suis employé de

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES Assurance mieux-être CONDITIONS GÉNÉRALES L Assurance mieux-être est une assurance offerte sur une base individuelle. Desjardins Assurances désigne Desjardins Sécurité financière, compagnie d assurance

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail