DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE"

Transcription

1 DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE Marc Righini Service d Angiologie et d Hémostase, Département de Médecine Interne Générale, Hôpitaux Universitaires de Genève, Suisse, 24, rue Michelidu-Crest, 1211 Genève 14, Suisse. INTRODUCTION La mortalité de l embolie pulmonaire (EP) non traitée est de l ordre de 25 % [1]. Le traitement anticoagulant réduit fortement le taux de décès, au risque de rares complications hémorragiques. L absence d un test unique largement utilisable et non invasif pour le diagnostic d EP a suscité le développement de stratégies diagnostiques séquentielles de l EP [2-6]. Bien que l ordre des examens proposés dans ces stratégies puisse varier, elles se basent en général sur les examens suivants : l évaluation de la probabilité clinique, le dosage des D-dimères, l ultrasonographie de compression veineuse des membres inférieurs, la scintigraphie pulmonaire, et plus récemment le scanner spiralé. Si le diagnostic d EP demeure difficile dans toutes les situations, la situation paraît encore plus compliquée dans le contexte péri-opératoire car le rendement des tests diagnostiques a non seulement été peu étudié mais de plus il paraît relativement logique de s attendre à une diminution des performances diagnostiques de certains tests dans le contexte péri-opératoire. 1. LA PROBABILITÉ CLINIQUE L évaluation de la probabilité clinique peut se faire de manière empirique ou par des règles de prédiction clinique (scores) qui ont été développées plus récemment [7]. L étude PIOPED, dans laquelle la probabilité clinique était évaluée de manière empirique, a montré que des praticiens expérimentés étaient capables de distinguer de façon assez précise, sur la foi de l interrogatoire et de l examen clinique, trois classes de patients avec une prévalence croissante de la maladie [8]. Toutefois, les patients suspects d embolie sont adressés aux urgences où ils sont souvent pris en charge par des médecins jeunes voire en formation, et n ayant pas forcément une grande expérience de la maladie thrombo-embolique. Ceci a conduit les investigateurs à développer des outils d aide à la détermination de la probabilité clinique.

2 134 MAPAR 2006 Deux scores pour évaluer la probabilité clinique d EP ont été décrit et validés de manière prospective : le score de Wells [3] et le score de Genève [7] (Tableau I). Tableau I Scores de prédiction clinique validés de l embolie pulmonaire. A noter que pour les deux scores, tous les items doivent être remplis pour une évaluation fiable de la probabilité clinique. Toutes les valeurs de pression partielle sont données selon les normes internationales (kpa). Abréviations. MVTE : maladie veineuse thromboembolique, FC : fréquence cardiaque, PaCO2 : pression partielle en CO2 du sang artériel, PaO2 : pression partielle en oxygène du sang artériel ; TVP : thrombose veineuse profonde ; EP : embolie pulmonaire. Score de Genève [7] Score de Wells [3] Age PaO2 Cancer ans + 1 < 6,5 kpa + 4 Hémoptysie + 1 > ,5-7,99 kpa + 3 Antécédent de MVTE + 1,5 Antécédent de MVTE ,49 kpa + 2 FC> ,5 Chirurgie récente + 3 9,5-10,99 kpa + 1 Chirurgie/immobilisation dans les 4 semaines + 1,5 FC > Radiographie Signes cliniques de TVP + 3 PaCO2 Atélectasie + 1 < 4.8 kpa kpa Elévation de coupole + 1 Diagnostic alternatif moins probable que l EP + 3 Probabilité clinique Points Probabilité clinique Points Faible 0-4 EP peu vraisemblable < 4 Intermédiaire 5-8 EP vraisemblable > 4 Forte > 9 Malheureusement, l évaluation de la probabilité clinique d embolie pulmonaire chez des patients venant d être opérés n a jamais été validée correctement, et par conséquent il est difficile de savoir quel pourrait être son apport dans ce contexte. Il parait néanmoins indispensable de réaliser une bonne évaluation clinique du risque d embolie pulmonaire du patient. La probabilité d une maladie thrombo-embolique veineuse au sens large sera plus probable chez un patient qui vient de subir une intervention chirurgicale à haut risque (orthopédie par exemple), qui n a pas bénéficié d une prophylaxie adaptée, qui présente des antécédents de thrombose veineuse ou d embolie pulmonaire ou une thrombophilie génétique ou acquise, ou qui présente des facteurs de risque (cancer, obésité). La présence de ces facteurs de risque devra bien sûr être intégrée à la présentation clinique du patient et aux données des examens para-cliniques (gaz du sang, électrocardiogramme, etc.). Ainsi, même si l utilisation de la probabilité clinique empirique ou l utilisation des scores n a pas été formellement validée dans ce contexte clinique particulier, une bonne évaluation clinique du patient demeure indispensable.

3 2. LES D-DIMÈRES Maladie thombo-embolique en péri-opératoire 135 Le dosage des D-dimères est particulièrement utile en présence d une suspicion clinique d EP dans le contexte ambulatoire ou en salle d urgence. En effet, dans ce contexte, ce simple dosage sanguin permet d exclure le diagnostic chez 30 % des patients. La validité de ce test a largement été démontrée dans de nombreuses études. Néanmoins, les D-dimères sont l exemple même d un test très sensible, mais qui présente une spécificité limitée. Ainsi les D-dimères sont souvent élevés chez les patients âgés, en cas de cancer, d infection intercurrente ou de maladie inflammatoire. Par ailleurs, leur taux est également élevé en postopératoire et dans le post-partum. Une étude déjà relativement ancienne avait montré que ce dosage sanguin était inutile chez des patients ayant récemment subi une arthroplastie du genou [9]. Par conséquent, ce test ne devrait pas être utilisé de routine en postopératoire. 3. L ÉCHOGRAPHIE DE COMPRESSION VEINEUSE DES MEMBRES INFÉRIEURS Chez le patient suspect d EP, la découverte échographique d une thrombose veineuse proximale (poplitée ou supra-poplitée) permet de retenir le diagnostic d EP sans investigation supplémentaire en raison des liens très étroits de ces deux pathologies et l identité du traitement dans la plupart des cas. L utilité de l échographie des membres inférieurs dans les stratégies diagnostiques de l EP n est pas négligeable, vu que certaines séries ont suggéré que le test était positif, et donc permettait de retenir le diagnostic d EP sans investigation ultérieure, chez 10 à 15 % des patients se présentant aux urgences [10]. L utilité du test dans le contexte péri-opératoire n a pas été correctement validée. Néanmoins, on peut supposer que le test peut avoir une certaine utilité soit en présence de symptômes au niveau d un membre inférieur, soit dans toutes les situations présentant un risque élevé de thrombose veineuse profonde, comme les interventions orthopédiques au niveau des membres inférieurs, ou en présence de patients polytraumatisés. 4. LE SCANNER SPIRALÉ Largement disponible, le scanner spiralé ou hélicoïdal a pris une place déterminante dans les stratégies diagnostiques de l embolie pulmonaire. C est probablement cette grande disponibilité, son caractère peu invasif et les limites des autres examens (scintigraphie pulmonaire et angiographie pulmonaire) qui expliquent le rapide succès de ce nouveau test. Un autre avantage est celui de pouvoir proposer un diagnostic différentiel de l EP, ce qui constitue un apport non négligeable non seulement en salle d urgence mais également dans le contexte péri-opératoire. Plusieurs études prospectives ont montré que le scanner mono-barrette offrait une excellente sécurité diagnostique pour le diagnostic de l EP quand il était intégré dans une stratégie diagnostique [6, 11]. Le risque d événement thrombo-embolique à trois mois était de l ordre de 1 % lorsque les patients présentaient la constellation suivante : scanner mono-barrette normal, échographie des membres inférieurs négative et probabilité clinique non forte. A noter que les performances diagnostiques des scanners multi-barrettes de deuxième et de troisième générations sont nettement meilleures et que leur

4 136 MAPAR 2006 utilisation pourrait permettre à terme de simplifier les stratégies diagnostiques de l EP [5]. Au vu des limites des tests précédemment discutés dans le diagnostic de l embolie pulmonaire en péri-opératoire, le scanner devient clairement le test de référence pour le diagnostic de l embolie pulmonaire dans ce contexte particulier. Il devient alors capital de se demander si une embolie pulmonaire peut raisonnablement être exclue après un scanner spiralé seul. La réponse est négative en ce qui concerne les scanners spiralés mono-barrettes de première génération, dont la sensibilité est de l ordre de 70 %. Par conséquent, le pourcentage d examens faussement négatifs est non négligeable et interdit l utilisation du scanner spiralé mono-barrette en tant que test diagnostique unique. En ce qui concerne les scanners multi-barrettes actuels, leur performances sont bien meilleures que celles des scanners mono-barrettes, mais il n y a pas eu d étude prospective ayant formellement validé l exclusion de l embolie pulmonaire par l utilisation d un scanner multi-barrettes seul. Récemment, deux méta-analyses ont été publiées dans des prestigieuses revues de médecine interne [12,13]. Ces deux méta-analyses avaient pour objectif de sélectionner des articles qui avaient inclus des patients avec suspicion d embolie pulmonaire aiguë, ayant bénéficié d un scanner mono- ou multi-barrettes, non anticoagulés sur la base d un scanner négatif et ayant bénéficié d un suivi de trois mois au moins. Ces deux méta-analyses suggèrent que le risque thromboembolique à trois mois après un scanner négatif est de l ordre de 1,5 % (Tableau II), ce qui est très rassurant vu que ce taux de complications correspond au taux de récidives constaté après une angiographie pulmonaire normale, le test de référence (gold standard), chez des patients suspects. Les conclusions des deux méta-analyses étaient donc qu un scanner spiralé normal permettait de surseoir à l anticoagulation avec une bonne sécurité. Malheureusement, une analyse attentive des études sélectionnées dans ces deux méta-analyses montre que la grande majorité de ces études n utilisaient en réalité pas un scanner seul mais l association du scanner à plusieurs autres tests. Ces tests pouvaient être la probabilité clinique, les D-dimères, l échographie de compression des membres inférieurs, voire la scintigraphie pulmonaire de ventilation-perfusion. Par conséquent, ces deux méta-analyses montrent en réalité que l utilisation d un scanner dans le cadre d une stratégie diagnostique est effectivement fiable pour exclure l embolie pulmonaire. Par contre, les conclusions qui suggéraient que le scanner pouvait être utilisé seul en présence d une suspicion d embolie pulmonaire peuvent être considérées comme trompeuses et ont par ailleurs largement été critiquées dans l abondante correspondance [14] qui a suivi la publication de ces méta-analyses. Tableau II Risque thromboembolique veineux rapporté dans deux méta-analyses récentes concernant la place du scanner spiralé dans le diagnostic de l embolie pulmonaire. Publication Annals of Internal Medicine Nombre d études Nombre de patients inclus Risque thrombo-embolique à 3 mois %, (IC 95 %) ,4 (1,1-1,8) JAMA ,2 (0,9-1,6)

5 Maladie thombo-embolique en péri-opératoire 137 Plus récemment, la publication de l étude Christopher, apporte également des données intéressantes quant à l utilisation du scanner spiralé dans le diagnostic d embolie pulmonaire [15]. Il s agissait sur le diagnostic d embolie pulmonaire utilisant une stratégie diagnostique basée sur l évaluation de la probabilité clinique par le score de Wells, le dosage des D-dimères et le scanner spiralé. A nouveau, il s agit donc d une étude incorporant le scanner spiralé dans une stratégie diagnostique et non d une étude utilisant le scanner spiralé seul dans le cadre d une suspicion d embolie pulmonaire. Les patients avec une probabilité clinique jugée vraisemblable («likely» selon le score de Wells modifié) et les patients avec une probabilité clinique d embolie pulmonaire peu vraisemblable («unlikely» selon le score de Wells modifié) mais des D-dimères supérieurs au seuil d exclusion bénéficiaient d un scanner spiralé. L étude a donc rassemblé patients présentant la constellation décrite ci-dessus et présentant un scanner négatif. Malheureusement, parmi ces patients, seuls n ont pas reçu de traitement anticoagulant. Néanmoins, parmi ces patients seulement 11/1436 (1,3 % ; IC 95 % : 0,7-2,0 %) ont présenté des récidives thrombo-emboliques veineuses dans le suivi à trois mois, dont aucune n était fatale. Ces données ne permettent pas de retenir la possibilité d exclure l embolie pulmonaire sur la base d un scanner seul, mais confirment néanmoins toute la validité du scanner dans la stratégie diagnostique de l embolie pulmonaire. Il est possible que la prévalence de la maladie dans un collectif de patients en péri-opératoire soit plus élevée que chez des patients ambulatoires et que par conséquent, à sensibilité égale du test, la valeur prédictive négative ou valeur post-test soit moins bonne. CONCLUSION L approche diagnostique de l embolie pulmonaire n a pas été correctement validée dans le contexte péri-opératoire. Par conséquent, l attitude pratique doit être extrapolée des stratégies diagnostiques utilisées dans les suspicions d embolies pulmonaires survenant dans d autres contextes cliniques. Une bonne évaluation empirique de la probabilité qu un patient présente une embolie pulmonaire semble demeurer indispensable même si son rôle n a pas été correctement évalué. Cette évaluation doit se faire en intégrant le risque thrombo-embolique lié à l intervention subie, la présence ou l absence d une prophylaxie adéquate, les facteurs de risque liés au patient (antécédents thrombo-emboliques veineux, cancer, obésité) et la présentation clinique (douleur thoracique, dyspnée, désaturation artérielle inexpliquée). Le dosage des D-dimères, très utile chez les patients ambulatoires ou se présentant en salle d urgence, n a pas de place dans le contexte péri-opératoire car la probabilité d avoir un test négatif est probablement très faible. L échographie de compression des membres inférieurs peut avoir un rôle intéressant en particulier si le patient a présenté une intervention à haut risque de thrombose des membres inférieurs (orthopédie, polytraumatisé). Le scanner spiralé est désormais la clé du voûte du diagnostic de l embolie pulmonaire. Les performances améliorées des scanner multi-barrettes actuels suggèrent qu un examen normal pourrait écarter raisonnablement le diagnostic d embolie pulmonaire. Toutefois, il paraît capital de rappeler qu une stratégie utilisant le scanner seul n a jamais été formellement validée dans le cadre d une étude pragmatique. Dans le contexte péri-opératoire, le scanner est certainement très intéressant par sa disponibilité et la possibilité de réaliser l examen

6 138 MAPAR 2006 même chez un patient lourdement équipé. Par contre, il paraît prudent en présence d une situation clinique très évocatrice d une embolie pulmonaire et d un scanner négatif, de poursuivre la démarche diagnostique par une angiographie pulmonaire. Ceci est d autant plus vrai en l absence d un diagnostic alternatif aux symptômes du patient. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Lee LC, Shah K. Clinical manifestation of pulmonary embolism. Emerg Med Clin North Am 2001;19: [2] Hull RD, Raskob GE, Ginsberg JS, et al. A noninvasive strategy for the treatment of patients with suspected pulmonary embolism. Arch Intern Med 1994; 154: [3] Wells PS, Anderson DR, Rodger M et al. Derivation of a simple clinical model to categorize patients probability of pulmonary embolism:increasing the models utility with the SimpliRED D- dimer. Thromb Haemost 2000;83: [4] Perrier A, Miron MJ, Desmarais S, et al. Using clinical evaluation and lung scan to rule out suspected pulmonary embolism: Is it a valid option in patients with normal results of lower-limb venous compression ultrasonography? Arch Intern Med 2000;160:512-6 [5] Perrier A, Roy PM, Sanchez O, et al. Multidetector-row computed tomography in suspected pulmonary embolism. N Engl J Med 2005;352: [6] van Strijen MJ, de Monye W, Schiereck J, et al. Single-detector helical computed tomography as the primary diagnostic test in suspected pulmonary embolism: a multicenter clinical management study of 510 patients. Ann Intern Med 2003;138: [7] Wicki J, Perneger TV, Junod AF, et al. Assessing clinical probability of pulmonary embolism in the emergency ward: a simple score. Arch Intern Med 2001; 161: [8] Value of the ventilation/perfusion scan in acute pulmonary embolism. Results of the prospective investigation of pulmonary embolism diagnosis (PIOPED). The PIOPED Investigators. Jama 1990;263: [9] Bounameaux H, Miron MJ, Blanchard J et al. Measurement of plasma D-dimer is not useful in the prediction or diagnosis of postoperative deep vein thrombosis in patients undergoing total knee arthroplasty. Blood Coagul Fibrinolysis 1998;9: [10] Perrier A, Desmarais S, Miron MJ, et al. Non-invasive diagnosis of venous thromboembolism in outpatients. Lancet 1999; 353: [11] Musset D, Parent F, Meyer G, et al. Diagnostic strategy for patients with suspected pulmonary embolism: a prospective multicentre outcome study. Lancet 2002;360: [12] Quiroz R, Kucher N, Zou KH et al. Clinical validity of a negative computed tomography scan in patients with suspected pulmonary embolism: a systematic review. JAMA 2005;293: [13] Moores LK, Jackson WL, Shorr AF et al. Meta-analysis: outcomes in patients with suspected pulmonary embolism managed with computed tomographic pulmonary angiography. Ann Int Med 2004;141: [14] Girard P. Defining the role of computed tomographic pulmonary angiography in suspected pulmonary embolism. Ann Int Med;141: [15] Van Belle A, Buller HR, Huisman PM et al. Effectiveness of managing suspected pulmonary embolism using an algorithm combining clinical probability,d-dimer testing, and computed tomography. JAMA 2006;295:172-9

Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril

Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril La thrombo-embolie veineuse dévoilée Pierre Baril M me Élisa T., 53 ans, se présente au service d urgence ambulatoire en raison d une douleur thoracique droite associée à de la dyspnée dont elle souffre

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier

Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier Trois patients qui vous consultent à votre cabinet ou à l urgence craignent d avoir une thrombophlébite. O M me Lafrance, 52 ans et adepte de la

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence

Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence Pierre-Marie Roy, Anne-Sophie Bordot, Anis Bichri, Nadia Sivova, Nicolas Delvau, Karine Pattier Service d Accueil et traitement des Urgences, Centre Hospitalier

Plus en détail

S. Dambrine, A.-S. Bordot, K. Pattier, P.-M. Roy MISE AU POINT

S. Dambrine, A.-S. Bordot, K. Pattier, P.-M. Roy MISE AU POINT Réanimation (2008) 17, 745 752 MISE AU POINT Facteurs prédictifs et éléments diagnostiques de l embolie pulmonaire aux urgences Predictive factors and diagnostic strategies for suspected pulmonary embolism

Plus en détail

Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire*

Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire* pratique Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire* Rev Med Suisse 2015 ; 11 : 1204-9 A. Junod Pr Alain Junod Professeur honoraire à la Faculté

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Les nouvelles recommandations de l ESC. Éléments diagnostiques. Recommandations

Embolie pulmonaire. Les nouvelles recommandations de l ESC. Éléments diagnostiques. Recommandations Embolie pulmonaire Les nouvelles recommandations de l ESC Nicolas Meneveau (Pôle Cœur-Poumon, CHU Jean Minjoz, esançon ; nicolas.meneveau@univ-fcomte.fr) Les nouvelles recommandations de la Société européenne

Plus en détail

Utilisation péri-opératoire des filtres caves

Utilisation péri-opératoire des filtres caves Utilisation péri-opératoire des filtres caves Philippe Girard Département Thoracique. Institut Mutualiste Montsouris, 42 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France. Email : philippe.girard@imm.fr Introduction

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT

UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT ANNEE 2015 THESE POUR LE DIPLOME DE DOCTEUR EN MEDECINE GENERALE RECENSEMENT ET VALIDITE DES SCORES CLINIQUES DIAGNOSTICS DANS

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Sémiologie des veines

Sémiologie des veines Sémiologie des veines Pr D. STEPHAN Service Hypertension Maladies Vasculaires Hôpital Civil Opposition veine / artère Artère Réseau unique Anatomie reproductible Suppléances limitées Gravité de l occlusion

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

Evidence-based Medicine: comment juger une étude sur un test diagnostique? Evidence-based Medicine: How to read an article about a diagnostic test

Evidence-based Medicine: comment juger une étude sur un test diagnostique? Evidence-based Medicine: How to read an article about a diagnostic test CABINET Forum Med Suisse N o 9 28 février 2001 213 Evidence-based Medicine: comment juger une étude sur un test diagnostique? Evidence-based Medicine: How to read an article about a diagnostic test U.

Plus en détail

MIDI CONFERENCES DE L IUFRS

MIDI CONFERENCES DE L IUFRS MIDI CONFERENCES DE L IUFRS IUFRS Institut universitaire de formation et de recherche en soins Auditoire Charlotte Olivier CHUV, BH 08 27 février 2014 SOMMAIRE Contexte o Qualité des soins / Sécurité des

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

XARELTO MC Traitement de l embolie pulmonaire

XARELTO MC Traitement de l embolie pulmonaire XARELTO MC Traitement de l embolie pulmonaire FÉVRIER 2014 Marque de commerce : Xarelto Dénomination commune : Rivaroxaban Fabricant : Bayer Forme : Comprimé Teneurs : 15 mg et 20 mg Ajout d une indication

Plus en détail

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed.

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed. le point sur Coronarographie par CT-scan en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 532-7 E. De Benedetti P. Urban H. Hauser Drs Edoardo De Benedetti et Philip Urban Département cardiovasculaire Dr Hermann Hauser

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Guide de la juste prescription des biomarqueurs en médecine d urgence. SAU CHU Tenon - Paris Service de Biochimie et Hormonologie CHU Tenon - Paris

Guide de la juste prescription des biomarqueurs en médecine d urgence. SAU CHU Tenon - Paris Service de Biochimie et Hormonologie CHU Tenon - Paris Guide de la juste prescription des biomarqueurs en médecine d urgence Dr P. RAY Dr G. LEFÈVRE SAU CHU Tenon - Paris Service de Biochimie et Hormonologie CHU Tenon - Paris Introduction De nombreuses décisions

Plus en détail

COPACAMU 2008 Maladie Veineuse thrombo embolique et voyage aérien Pr F. Bertrand

COPACAMU 2008 Maladie Veineuse thrombo embolique et voyage aérien Pr F. Bertrand Service de Médecine Générale d Urgence HOPITAL ST ROCH C.H.U. de Nice En 1988, Cruickshank J.M. et Collaborateurs, dans le Lancet, soulignait le danger des voyages aériens pour la survenue d épisode thromboembolique

Plus en détail

Bulletin d information Volume 11, n o 3 Département de pharmacie du CSSS de Laval Octobre 2008

Bulletin d information Volume 11, n o 3 Département de pharmacie du CSSS de Laval Octobre 2008 Bulletin d information Volume 11, n o 3 Département de pharmacie du CSSS de Laval Octobre 2008 LA THROMBOPROPHYLAXIE CHEZ LES PATIENTS MÉDICAUX Rédigé par : Josée Martineau, B. Pharm., M. Sc., BCPS et

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015)

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015) EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE

LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE Mariane Brunet, MSc. pht Amélie Gauvin, Msc. pht Mylène Tourigny, Msc. pht Sonia Viau, MSc. pht PLAN DE LA PRÉSENTATION Introduction

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

Scores et échelles cliniques : où les trouver? N oubliez pas le label : Médimento L'aide-mémoire médical à l adresse : http://www.masef.com/freewares/medimento.htm Sur le site des Médecins Auteurs de Sharewares

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

Les données hospitalières pour améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients en oncologie

Les données hospitalières pour améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients en oncologie Symposium QUALITY AND SAFETY IN ONCOLOGY NURSING: INTERNATIONAL PERSPECTIVES Les données hospitalières pour améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients en oncologie Dr Jean-Marie Januel,

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

VOL EN AVION DANGER?

VOL EN AVION DANGER? VOL EN AVION DANGER? Par Riccardo E. Vandoni, spécialiste FMH en chirurgie, chef de clinique à l Ospedale San Giovanni, Bellinzona, Suisse, «medical examiner for divers» et moniteur de plongée (M** CMAS.CH).

Plus en détail

49 e CONGRES DE L A.M.U.B.

49 e CONGRES DE L A.M.U.B. 49 e CONGRES DE L A.M.U.B. Actualités dans la prise en charge de la TVP J.C. WAUTRECHT Service de Pathologie Vasculaire Hôpital Erasme Session PATHOLOGIES VASCULAIRES Modérateurs : Drs D. DE TAVERNIER,

Plus en détail

QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE

QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE Montebello 2014 Dr Luc Moleski Spécialiste en médecine interne Objectifs Connaître les indications et les limites des nouveaux traitements Participer à un survol

Plus en détail

Grossesse et embolie pulmonaire : les liaisons dangereuses

Grossesse et embolie pulmonaire : les liaisons dangereuses Revues Générales Vasculaire Grossesse et embolie pulmonaire : les liaisons dangereuses Résumé : L embolie pulmonaire est une des principales causes de mortalité pendant la grossesse et le postpartum. Le

Plus en détail

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine BE/PRA-141770 09/2014 Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine Une sous-analyse de RE-LY démontre que le traitement par

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Dyspnée aiguë de la femme enceinte

Dyspnée aiguë de la femme enceinte Dyspnée aiguë de la femme enceinte Olivier Sanchez Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Service de Pneumologie et Soins Intensifs, HEGP, AP-HP, Paris Prise en charge des urgences vitales de

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs B08-1 B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs 1. I n t r o d u c t i o n La thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs est indissociable de sa complication

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (135) Docteur Jean-Luc BOSSON Juillet 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Maladie thrombo-embolique veineuse (135) Docteur Jean-Luc BOSSON Juillet 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Maladie thrombo-embolique veineuse (135) Docteur Jean-Luc BOSSON Juillet 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Anatomie du réseau veineux Physiologie de l hémostase et de la respiration Résumé :

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir?

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? L intérêt des NACOs ne se limite pas à la prévention du risque thrombo-embolique dans la FA non valvulaire. En effet, ces molécules

Plus en détail

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D.

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D. Evolution maternelle et fœtale des grossesses survenant chez des malades atteintes de thrombose chronique de la veine porte (TVP) : résultats d une étude européenne multicentrique A. Plessier (1) ; PE.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Le syndrome de la classe économique

Le syndrome de la classe économique Le syndrome de la classe économique Définition et prévention Par, psychologue, psychothérapeute (hypnose, EMDR, EFT, TAT), superviseur de psychothérapeutes, consultante en psychologie humanitaire,, 2009

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique. José LABARERE

Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. lan I.

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

SEMINAIRES IRIS. le point de vue du médecin de salle. Dr Bartiaux Magali

SEMINAIRES IRIS. le point de vue du médecin de salle. Dr Bartiaux Magali Collaboration entre le service des urgences et les unités de soins: le point de vue du médecin de salle Dr Bartiaux Magali Mémoire de fin d études présenté en vue de l obtention du Master Complémentaire

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS SEMINAIRE S.F.M.U. 2001 DOULEURS ABDOMINALES NON TRAUMATIQUES : prise en charge aux Urgences DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS AVIS DU CHIRURGIEN Ph. Jean, P. Nelh, R. Mazellier,

Plus en détail

Jordan WM. Lancet 1961;i:1146

Jordan WM. Lancet 1961;i:1146 TRAITEMENTS HORMONAUX ET RISQUE DE M.T.E.V. Y. Dargaud DIU d Hémostase Clinique et Thrombose Lyon, 26.03.2015 Les Contraceptifs Oraux Combinés La contraception orale estro-progestative est le mode de contraception

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

Prévenir la thrombo-embolie veineuse: mission possible!

Prévenir la thrombo-embolie veineuse: mission possible! P O U R Q U E L H O S P I T A L I S A T I O N N E S O I T P A S U N E M A L A D I E! Prévenir la thrombo-embolie veineuse: mission possible! 4 par Michel Cauchon 1. L embolie pulmonaire est la principale

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Polytraumatismes et thromboses veineuses

Polytraumatismes et thromboses veineuses Polytraumatismes et thromboses veineuses Conférences d'actualisation 1996, p. 689-95. 1996 - Paris et SFAR CM Samama Département d'anesthésie-réanimation, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, 75651 Paris

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique?

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? Dominique Lacroix Université de Lille, L i l l e 2 Université du Droit et de la

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

UE Cardio-Vasculaire

UE Cardio-Vasculaire Année Universitaire 2012-2013 Sujet 1 Une patiente de 32 ans est hospitalisée pour une douleur thoracique. Initialement modérée, cette douleur est maintenant violente et inhibe la respiration. La patiente

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

L embolie pulmonaire en cinq minutes

L embolie pulmonaire en cinq minutes Samuel Z. Goldhaber, MD : Bonjour, je suis le Dr Sam Goldhaber, professeur de médecine à la Harvard Medical School et directeur du groupe de recherche sur la thrombose à Boston. Bienvenue à cette formation,

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail