INTERNISTES: EMBOLIE PULMONAIRE S DESMARAIS INTERNISTE, CSSS PIERRE- BOUCHER 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTERNISTES: EMBOLIE PULMONAIRE S DESMARAIS INTERNISTE, CSSS PIERRE- BOUCHER 2014"

Transcription

1 INTERNISTES: EMBOLIE PULMONAIRE S DESMARAIS INTERNISTE, CSSS PIERRE- BOUCHER 2014

2 Bayer Health Care Bristol-Myers Squibb LEO Pharma

3 1- Interpréter les Ddimères selon l âge et discuter de l investigation 2- Prendre en charge les embolies pulmonaires de découverte fortuite au CT scan 3- Reconnaître les indications de thrombolyse selon les données les plus récentes 4-Etablir les critères de traitement ambulatoire de l embolie pulmonaire 5- Choisir le traitement approprié dans un contexte néoplasique

4 1- Interpréter les Ddimères selon l âge et discuter de l investigation 2- Prendre en charge les embolies pulmonaires de découverte fortuite au CT scan 3- Reconnaître les indications de thrombolyse selon les données les plus récentes 4-Etablir les critères de traitement ambulatoire de l embolie pulmonaire 5- Choisir le traitement approprié dans un contexte néoplasique

5 CAS-DIAGNOSTIC Homme 78 ans ATCD EP post-op PTG 2009, scinti V/Q fin de traitement normalisée Consulte pour dyspnée, IVRS, fièvre Pouls 110, temp. 38, sat 94%, 138/88 ausc N Probabilité clinique?

6

7 CAS-DIAGNOSTIC DD 690 ug/l RX pms: placards atelectasie Cl Creat 70 cc/min

8 D-DIMÈRES «THROMBOSE» Permet d EXCLURE un dx de tvp/ep sauf si p clinique élevée. Aucune VPP Sb plus de 97-99% pour la TEV si dosage quantitatif soit ELISA ou latex de 2ieme génération (1-2% échec a 3 mois) Spécificité faible avec âge (faux+) <40 ans : DD négatifs 60% pts, NNTest est de 1/3 <80 ans: DD négatifs 5% pts NNTest est de 1/20 10

9 D-DIMÈRES «THROMBOSE» Etudes rétrospectives > pts avec suspicion EP/TPP. Niveau seuil idéal déterminé par ROC/ analyses de régression DD-thombose = âge x 10 pour les pts de plus de 50 ans Avec ce seuil le taux de DD négatifs augmentent de 20% Chez les pts de plus de 80 ans, le nombre de DD négatifs augmente de 9% 21% Douma, BMJ

10 Ddimères ajustés selon âge: Étude ADJUST-PE Etude prospective multicentrique,«management» Tous les pts consécutifs avec suspicion EP Algorithme diagnostic usuel (Wells,DD, CT,VQ) P clinique EP probable -> CT ou VQ Pclinique improbable -> DD Évenements Taux TEV chez pts DD de 500 Ajusté selon âge Taux confirmation EP 19% ( 5-10% Amer Nord) Adapté de étude ADJUST-PE, Righini, JAMA

11 ADJUST-PE Adapté de étude ADJUST-PE, Righini, JAMA

12 Résultats ADJUST-PE DD positifs (»DD âge) ou p clin probable (n=1539 pts) donc angioct Echec 7/1481 0,5% DD»500-«DD âge (n=337pts) Échec 1/331 0,3% DD «500 (n=817 pts) Echec 1/810 0,1% 75 ans et plus: (n=766 pts) 673 pts p clin unlikely 43/673 DD «500 (6.4%) 157/673 DD»500-«DD âge (23.3%) Total de 200/673 DD négatifs (29.7%) 0/195 Échec Adapté de étude ADJUST-PE, Righini, JAMA

13 CAS-DIAGNOSTIC Pour le dx d embolie pulmonaire? 1- Ct scan thoracique C+ 2- Scintigraphie ventilation/ perfusion 3- Doppler veineux des membres inférieurs 4- Rien. EP R/O

14 IMAGERIE DE L EP IMAGERIE SENSIBILITÉ SPÉCIFICITÉ SCINTI V/Q (planaire) 75% 85% SCINTI V/Q ( SPECT) 83-97% 91-98% ANGIO CT % 86-89% V/Q SPECT plus sensible que angio-ct pour EP périphérique V/Q moins de test non diagnostique que l angio CT thorax chez la femme enceinte avec Rx normal Sadigh G, AJR 2011 Ridge, AJR 2009 Chan JTH 2012

15 1- Interpréter les Ddimères selon l âge et discuter de l investigation 2- Prendre en charge les embolies pulmonaires de découverte fortuite au CT scan 3- Reconnaître les indications de thrombolyse selon les données les plus récentes 4-Etablir les critères de traitement ambulatoire de l embolie pulmonaire 5- Choisir le traitement approprié dans un contexte néoplasique

16 Embolie pulmonaire atypique Découverte fortuite au CT scan EP sous-segmentaire Quelle est leur signification clinique? Doit-on les traiter?

17 Risque de récidive/survie de TEV (Onco) Adapté de den Exter P L et al. JCO 2011;29:

18 EP sous-segmentaire (EPSS) 3769 suspicions EP 116 EPSS/748 EP (15.5%) Les facteurs de risques de TEV sont les mêmes Cancer 17.9% vs 18.1% Taux récidive 3 mois fup identique 3.6% EPSS vs 2.5% EP (p0.42) vs 1.1% sans EP Taux mortalité 6,5% EPSS vs 10.7% EP vs 5.2% sans EP p0.01 Den Exter, Blood 2013

19 Traitement Oncologie TVP au membre inférieur Symptomatique Pas de traitement?... dans certains cas Risque de saignement élevé et Absence de TVP MI (duplex sériés 3-4/10-14 jours) et Réserve cardio-respiratoire adéquate et Absence de facteur de risque persistant (ex.cancer) Étude prospective en cours (NCT ) Raskob, Blood 2013

20 1- Interpréter les Ddimères selon l âge et discuter de l investigation 2- Prendre en charge les embolies pulmonaires de découverte fortuite au CT scan 3- Reconnaître les indications de thrombolyse selon les données les plus récentes 4-Etablir les critères de traitement ambulatoire de l embolie pulmonaire 5- Choisir le traitement approprié dans un contexte néoplasique

21 Traitement ambulatoire ou hospitalier Étage ou soins intensifs Anticoagulation ou thrombolyse ou autre 24

22 Indices cliniques : Hémodynamie, saturation, score clinique : PESI Augmentation des troponines et/ou pro-bnp Dysfonction VD à l échocardiographie cardio ou CT scan thorax Quelle est la valeur pronostique du "embolic burden" au CT scan?

23 Score Px pour EP Score PESI I < 65 points II III IV V >125 Ou Score PESI simplifié 0 : faible risque==»» candidat ttment ambulatoire > Ou = 1 : risque élevé Jimenez, Arch Int Med 2010

24 PESI Score original Score simplifié Patients Décès 1-2 Ou Faible (simplifié) 40.9% pts 30.7 % pts 1.1%+ 3.1%= 4.2% 1,1% % 6.5% 4-5 Ou Élevé (simplifié) 37.4% pts 69.3% pts % 9.1% Sensibilité / Spécificité Score original : 88%/38% Score simplifié : 96%/32% Jimenez, Arch Inter Med 2012

25 28 Embolie pulmonaire centrale est associée à une mortalité 2 fois plus élevée que périphérique L'index d'obstruction (embolic burden) n est PAS associé à un excès de mortalité ou à un pronostic défavorable La Dysfonction du VD au CT => OR 1.8 Mx (peu!) Vedovati, Agnelli, JTH déc Trujillo, Huisman, JTH oct2013

26 Huisman,Jimenez, JTH 2013 Elliot G, NEJM 2014 avril 29

27 Cas: Homme 75 ans, IRC cl creat 38 cc/min Oedème et douleur MIG depuis 4 jours et douleur thoracique. Signes vitaux N SANS FACTEUR PRECIPITANT. Investigation confirme une TPP proximale et embolie pulmonaire -embolie pulmonaire -insuffisance rénale chronique -long terme 30

28 Warfarin=» Héparine=»HBPM=» NACOs / DACOS

29 32 ANTICOAGULANT IDEAL DOSE FIXE PRISE ORALE SIMPLE TEST POUR «MEASURING» lors ACTION RAPIDE de certaines situations SANS «MONITORING» PRÉSENCE D UN ANTIDOTE PEU INTERACTIONS EFFICACITÉ CLINIQUE COUT-EFFICACITÉ DÉMONTRÉE PLUSIEURS VOIES D ÉLIMINATION (IR) MOINS DE SAIGNEMENTS Bauer, JTH state of the art 2011 *Wells P, J Med Econ avril 2012 * Sorense, Thromb & Haem 2011

30 33 PIRE ANTICOAGULANT DOSE VARIABLE PAS ANTIDOTE ACTION LENTE COUTEUX MONITORING FRÉQUENT VARIABILITÉ EXTRÊME Gènes (VKORC1/ CYP2C9) Laboratoire INTERACTIONS MULTIPLES Rx Nourriture ROH FENETRE THERAPEUTIQUE ÉTROITE PLUS DE SAIGNEMENTS

31 34 NAOs & TRAITEMENT TPP/EP PERIODE AIGÜE Dabigatran (RECOVER) Rivaroxaban (EINSTEIN) Apixaban (AMPLIFY) Edoxaban (Hokusai-VTE) DOSE HBPM +150 mgs BID vs HBPM + AVK 15 mgs BID 3sem, 20 mgs die vs HBPM + AVK 10mgs BID 1 sem, 5 BID vs HBPM + AVK HBPM + 60 mgs Vs HBPM AVK TPP (récidive) Non inferieur 2.4% vs 2.2% HR1.1 Non inferieur 2.1% vs 3.0% Non inferieur 2.3% vs 2.7% Non inferieur 3.2% vs 3.5%

32 NACOs et EP : RÉCIDIVE (%) DABIGATRAN RIVAROXABAN APIXABAN EDOXABAN 11/391 (2.8) 50/2419 (2.1) 21/900 (2.3) 47/1650(2.8%) WARFARIN 13/395(3.3) 44/2413 (1.8) 23/886 (2.6) (3.9) EP extensive /sévère ND 2.3% VS % VS 3.7% 3.4% vs 6.2% HR 0.52 RECOVER NEJM 2009 EINSTEIN-EP NEJM 2012 AMPLIFY NEJM2013 HOKUSAI NEJM2013

33 36 NAOs & TRAITEMENT TPP/EP PERIODE AIGÜE SAIGNEMENTS Dabigatran (RECOVER) Rivaroxaban (EINSTEIN) Apixaban (AMPLIFY) Edoxaban (Hokusai-VTE) SAIGN 1.4 VS 1.8 % HR 0.76 ns 1 VS 1.7 % HR 0.54 P= vs 1.8 HR 0.31 p=«0.001 HR 0.81 P=0.004 TOUS LES AGENTS ANTI-XA DIMINUENT SIGNIFICATIVEMENT LES RISQUES HÉMORRAGIQUES P/R WARFARINE

34 Diminution de la fonction rénale et accumulation (AUC) AUC ratio vs. Normal Renal Function Normal Renal Function ( 80 ml/min) Rivaroxaban Apixaban Dabigatran Mild Renal Impairment (50-79 ml/min) Moderate Renal Impairment (30-49 ml/min) Severe Renal Impairment (<30 ml/min) Kubitza et al. Clin Pharmacol Ther 2005;78: ; 2. Kubitza et al. Br J Clin Pharmacol Nov;70(5):703-12; 3. Pradax PM July 6, 2012, garcia JTH 2013

35 Patients fragiles ET ANTI-XA 8282 PTS TVP OU EP EINSTEIN, 1573 patients fragiles (»75 ans, clcr «50 cc/min, «50 kgs) RIVAROXABAN N=791 (%) WARFARIN N=782 (%) RR (CI) RÉCIDIVE TEV 21 (2.7%) 30 (3.8%) 0,68 (0,39-1,18) SG NON MAJEUR 97 (12.3%) 109 (14%) 0.85 (0, ) SG MAJEUR 10 (1.3%) 35 (4.5%) 0,27 (0,13-0,54) Buller, in press

36 Patients fragiles ET ANTI-XA Adapté Aristotle

37 40 NAOs & TRAITEMENT TPP/EP LONG TERME Dabigatran (RESONATE) Rivaroxaban (EINSTEIN-EXT) Apixaban (AMPLIFY-EXT) DOSE 150 mgs BID 20 mgs die 2.5 mgs BID Ou 5 mgs BID LONG TERME (vs placebo) SAIGN (LT) (majeurs) Saign cliniquement significatif (LT) Infx 0.9% vs 0.2% (p=0.02) 0,4% vs 5.6% 1.3% VS 7.1% 1.7% VS 8.8% 0.3% 0.7% % 5.3% 5.4% 3%/4.2% ns ns

38 COÛT-EFFICACITÉ? Evaluation par National Institute for Health and Care Execllence NICE :«The Committee concluded that treatment with rivaroxaban represented a clinical and cost-effective option in people in whom treatment for up to 12 months is indicated.» Dû à l absence de traitement parenteral initial, Dû à l absence de monitoring (RIN) Clairement cout-efficace pour un traitement de la TEV 3-6 et 12 mois et probablement long terme Keeling, BJH

39 QUI DEVRAIT RECEVOIR DE LA WARFARINE? Insuffisant rénal sévère («30 cc/min) Valves cardiaques mécaniques Nécessité médicament contreindiqué (rare!) Non-compliant???

40 43 TRAJECTOIRE DU PATIENT= traitement ambulatoire ou courte hospitalisation Monitoring -COUMADIN: FSC et RIN aux 2 jours pour 7-14 jours, puis 1/semaine puis aux 2,3,4 semaines -HBPM: FSC 1 à 2 fois par semaine pour 3 sem (HIT) -RIVAROXABAN: Aucun labo nécessaire. FSC et visite 7-10 jours post dx Scinti V/Q fin de traitement ou après 3-6 mois FORTEMENT recommandé pour faciliter l évaluation future Hamada JTH déc 2011

41 1- Interpréter les Ddimères selon l âge et discuter de l investigation 2- Prendre en charge les embolies pulmonaires de découverte fortuite au CT scan 3- Reconnaître les indications de thrombolyse selon les données les plus récentes 4-Etablir les critères de traitement ambulatoire de l embolie pulmonaire 5- Choisir le traitement approprié dans un contexte néoplasique

42 Femme 48 ans sous COC depuis 3 mois. Depuis 2 jours, douleur thoracique pleurétique,dyspnée. E/O TA 102/80 RC105 sat 94% TT +, AngioCT Thorax: EP massives bilatérales, Ratio VD/VG augmenté EP Risque intermédiaire (et non submassive!) 1- Thrombolyse assistée par cathéter 2- Tpa 100 mgs sur 2 heures 3- Héparine IV seule pour qqs jours 4-Rivaroxaban 15 mgs po BID et congé 5- Echographie cardiaque

43 EP Etude PEITHO Hypotension = Mx»15% précoce Risque intermédiaire: Normotendu + dysfonction VD à écho coeur ou dommage myocardique (biomarqueurs) Etude PEITHO : 76 centres, 1006 pts Exclusion : haut risque saigmnt, et autres NEJM 04/2014

44 Efficacy Outcomes. Meyer G et al. N Engl J Med 2014;370:

45 Meyer G et al. N Engl J Med 2014;370: Safety Outcomes in the Intention-to-Treat Population.

46 Thrombolyse systémique PEITHO, la mortalité pour les pts avec EP normotendus risque intermédiaire sans thrombolyse d emblée = 1,8% (assez faible) «Rescue fibrinolyse» est une alternative intéressante (3,4% des pts) Demi-dose chez 75 ans et plus? NEJM04/2014-Editorial

47 THROMBOLYSE ASSISTÉE PAR CATHÉTER 50 Thrombolyse dans la TVP (etude CaVenT, n=209 pts) TVP iléofémorale, 24 mois suivi, 41% vs 56% SPT 3 sgmnts majeurs CDT Thrombolyse assistée par catheter EP-choc- Revue systématique (n=594 pts) 70% thrombolytique local, DANS le thrombus 86,5% Succès ( résolution choc, résolution hypoxie, survie) 2.4% Sgmnts majeurs CDT :(vs 12-22% thrombolyse systémique, malgré sélection serrée des cas) (11 hématomes site ponction/1 HIC) Hémorragies Intracraniennes- thrombolyse par KT Sgmnt IC ou fatal: 0,63% registre 473 pts CDT-urokinase (vs 2-3% thrombolyse systémique) Goldhaber,Circ 1997 Lancet, 2012 Kuo, J Vasc Inter Radio 2009 ICOPER Blood 2005 PEITHO, NEJM 2014

48 Femme 48 ans sous COC depuis 3 mois. Depuis 2 jours, douleur thoracique pleurétique,dyspnée. E/O TA 102/80 RC105 sat 94% TT +, AngioCT Thorax: EP massives bilatérales, Ratio VD/VG augmenté EP SUBMASSIVE 1- Thrombolyse assistée par cathéter 2- Tpa 100 mgs sur 2 heures 3- Héparine IV seule pour qqs jours 4-Rivaroxaban 15 mgs po BID et congé 5- Echographie cardiaque

49 1- Interpréter les Ddimères selon l âge et discuter de l investigation 2- Prendre en charge les embolies pulmonaires de découverte fortuite au CT scan 3- Reconnaître les indications de thrombolyse selon les données les plus récentes 4-Etablir les critères de traitement ambulatoire de l embolie pulmonaire 5- Choisir le traitement approprié dans un contexte néoplasique

50 DONNÉES 10 % des patients avec TEV idiopathique auront un diagnostic de cancer l année suivant le dx de la TEV Les cancers avec TEV sont en général plus avancés Aucune évidence que la détection plus précoce d un cancer chez les patients avec TEV change la survie, la morbidité ou la qualité de vie Les patients avec cancers ont 4-7 fois plus de TEV et 3 fois plus EP mortelles que les pts sans cancer Lee A, ASH Book Connolly, ASH book

51 54 Probabilité clinique " improbable" selon le score de Wells et DD négatifs donc R/O EP Carrier, Thrombose Res 2008 Kamphuisen, JTH 2012

52 THROMBOEMBOLIE ET CANCER 1er choix: HBPM x 6 mois (ensuite?) efficacité, effet antinéoplasique?. Toutefois, 9-17% récidive, injections die-bid, augmentation dose possible 25-40% Fondaparinux : alternative acceptable si HBPM contrindiquée 237 pts K-TPP pts K-EP : Fondap = Enox Nouveaux antico oraux: Peu données : 5% des pts RECOVER/ 6% dans EINSTEIN/2.5% AMPLIFY/ Hokusaï 9% Huisman, Curr Phar Des 2010 Van Doormaal, Th Haem 2009

53 SITUATIONS PARTICULIÈRES:Prophylaxie THROMBOEMBOLIE ET CANCER Apixaban vs placebo en prévention des TEV cancer avancé ou métastatique en chimiothérapie 125 patients-84 jours 3 doses apixaban (5/10/20 mgs die vs PBO) 10% TEV groupe placebo vs 0% apixaban CRB(sgmnt) 3.1%/3.4%/12.5% 0% PBO ADVOCATE, Levine et al, Thr Res 2010 Van Doormaal, Th Haem 2009

54 CANCER ET NACOS 8282 PTS TVP OU EP EINSTEIN, 597 PTS AVEC NEOPLASIE ( 430 BASELINE, 167 PER STUDY) RIVAROXABAN N=316 (%) WARFARIN N=281 (%) RR (CI) RÉCIDIVE TEV 16 (5.1%) 20 (7.1%) 0,69 (0,36-1,33) SG NON MAJEUR 48 (15%) 44 (15.8%) 0.93 (0, ) SG MAJEUR 9 (2.8%) 14 (5%) 0,53 (0,23-1,23) NET CLINICAL BENEFIT 26 (8.2%) 37 (13.2%) 0,6 (0,36-0,99) Prins et al 2013, soumis pour publication

55 CANCER ET NACOS 8292 PTS TVP OU EP HOKUSAI, 771 PTS AVEC NEOPLASIE ( 208 actifs, 563 hx cancer) EDOXABAN N=378 (%) WARFARIN N=398 (%) RR (CI) RÉCIDIVE TEV 14 (3,7%) 28 (7.1%) 0,53 (0,28-1,0) SG CLINIQ. SIGNIFICATIF 47 (12,7%) 74 (18.8%) 0,64 (0,45-0,92) SG MAJEUR 10 (2.6%) 13 (3,3%) RASKOB et al, Abstract ASH 2013

56 CONCLUSION Les DD ajusté pour l âge devraient être intégrés dans les algorithmes dx La stratification de l EP est pertinente et guidera notre traitement Les antixa sont le traitement de choix de la maladie thromboembolique veineuse En oncologie, les thrombus veineux doivent en général être traités initialement avec des HBPM

57 NAO : SITUATION QC 5/ INDICATIO NS PTG-14 JOURS PTH-35 JOURS DABIGATRAN (PRADAX) RIVAROXABA N (XARELTO) 220 mgs die 10 mgs die (CV126) 220 mgs die 10 mgs die (CV 127) Ttment TVP NA 15 mgs BID x 3 sem suivi de 20 mgs die (CV mois) Ttment EP NA 15 mgs BID x 3 sem suivi de 20 mgs die (CV 165-LT) FA FA Populations particulières 150 mgs BID (CV 155) 110 mgs BID (CV 155) 20 mgs die (CV 155) 15 mgs die (FA) (CV155) APIXABAN (ELIQUIS) 2.5 mgs BID 2.5mgs BID NA NA 5 mgs BID (CV 155) 2.5 mgs BID (CV 155)

58 MERCI QUESTIONS?

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE

QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE QUOI DE NEUF? EN MALADIE THROMBOEMBOLIQUE Montebello 2014 Dr Luc Moleski Spécialiste en médecine interne Objectifs Connaître les indications et les limites des nouveaux traitements Participer à un survol

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

L embolie pulmonaire en cinq minutes

L embolie pulmonaire en cinq minutes Samuel Z. Goldhaber, MD : Bonjour, je suis le Dr Sam Goldhaber, professeur de médecine à la Harvard Medical School et directeur du groupe de recherche sur la thrombose à Boston. Bienvenue à cette formation,

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

2015-01-29 OBJECTIFS INTRODUCTION CONFLITS D INTÉRÊT POTENTIEL L ANTICOAGULANT IDÉAL N EXISTE PAS ENCORE LES ANTICOAGULÉS

2015-01-29 OBJECTIFS INTRODUCTION CONFLITS D INTÉRÊT POTENTIEL L ANTICOAGULANT IDÉAL N EXISTE PAS ENCORE LES ANTICOAGULÉS LES NACOS: LES (MOINS) NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX. OBJECTIFS 1. Renforcer nos connaissances pharmacologiques des NACOs 2. Revoir les indications approuvées pour leur utilisation Montebello 2015 Dr Luc

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Marqueurs de risque de récidive Recommandations sur la durée de Tx Place des NACO dans le Tx à long terme

Marqueurs de risque de récidive Recommandations sur la durée de Tx Place des NACO dans le Tx à long terme Marqueurs de risque de récidive Recommandations sur la durée de Tx Place des NACO dans le Tx à long terme Situation Recommandations Grade HBPM SC (DIE plutôt que BID; 2C) Fondaparinux SC 1B 1B TVP ou

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

49 e CONGRES DE L A.M.U.B.

49 e CONGRES DE L A.M.U.B. 49 e CONGRES DE L A.M.U.B. Actualités dans la prise en charge de la TVP J.C. WAUTRECHT Service de Pathologie Vasculaire Hôpital Erasme Session PATHOLOGIES VASCULAIRES Modérateurs : Drs D. DE TAVERNIER,

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011

Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011 Nouveaux anticoagulants Evolution ou innovation? 10 Février 2011 Prof. P. HAINAUT Médecine Interne - Maladie Thromboembolique Cliniques Univ. Saint Luc - UCL 1 Antivitamine K Variabilité dépendant facteurs

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

ELIQUIS MC Traitement des thromboembolies veineuses et prévention des récidives JUIN 2015

ELIQUIS MC Traitement des thromboembolies veineuses et prévention des récidives JUIN 2015 ELIQUIS MC Traitement des thromboembolies veineuses et prévention des récidives JUIN 2015 Marque de commerce : Eliquis Dénomination commune : Apixaban Fabricants : B.M.S. Forme : Comprimé Teneurs : 2,5

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir?

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? L intérêt des NACOs ne se limite pas à la prévention du risque thrombo-embolique dans la FA non valvulaire. En effet, ces molécules

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Les nouvelles recommandations de l ESC. Éléments diagnostiques. Recommandations

Embolie pulmonaire. Les nouvelles recommandations de l ESC. Éléments diagnostiques. Recommandations Embolie pulmonaire Les nouvelles recommandations de l ESC Nicolas Meneveau (Pôle Cœur-Poumon, CHU Jean Minjoz, esançon ; nicolas.meneveau@univ-fcomte.fr) Les nouvelles recommandations de la Société européenne

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE

DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE Marc Righini Service d Angiologie et d Hémostase, Département de Médecine Interne Générale, Hôpitaux Universitaires de Genève, Suisse,

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Pharmacologie, indications et implications des NAOs. Stéphanie Cloutier, hématologue Le 24 septembre 2014

Pharmacologie, indications et implications des NAOs. Stéphanie Cloutier, hématologue Le 24 septembre 2014 Pharmacologie, indications et implications des NAOs Stéphanie Cloutier, hématologue Le 24 septembre 2014 AODs: Anticoagulants oraux directs TSOACs : target-specific oral anticoagulants Stéphanie Cloutier,

Plus en détail

XARELTO MC Traitement de l embolie pulmonaire

XARELTO MC Traitement de l embolie pulmonaire XARELTO MC Traitement de l embolie pulmonaire FÉVRIER 2014 Marque de commerce : Xarelto Dénomination commune : Rivaroxaban Fabricant : Bayer Forme : Comprimé Teneurs : 15 mg et 20 mg Ajout d une indication

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Symposium NTHC 3 Avril 2014

Symposium NTHC 3 Avril 2014 Traitement Anticoagulant chez le sujet âgé Symposium NTHC 3 Avril 2014 Prof. P. HAINAUT Médecine Interne - Maladie Thromboembolique Cliniques Univ. Saint Luc - UCL Incidence MTEV et âge 600 Incidence Rate

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO CHU GRENOBLE Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO Pr G Pernod Médecine Vasculaire CH Grenoble Nouveaux anticoagulants: CHU GRENOBLE Administration orale Action immédiate Demi-vie

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Cas clinique n 1. Nouveaux anticoagulants. IIa. Nouveaux anticoagulants Comment s y retrouver? fibrine. Facteur tissulaire VIIa

Cas clinique n 1. Nouveaux anticoagulants. IIa. Nouveaux anticoagulants Comment s y retrouver? fibrine. Facteur tissulaire VIIa Cas clinique n 1 Nouveaux anticoagulants Comment s y retrouver? Indications et contre-indications Dre Françoise Boehlen Prof. Jean-Luc Reny & Prof. Arnaud Perrier Updates de Médecine interne générale 21

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants Accidents des anticoagulants Karim Tazarourte Pôle SAMU-Urgence-Réanimation Melun 77 Karim.tazarourte@ch-melun.fr Conflits d intérêts LFB Lilly Carrier Ann Intern Med. 2010 AVK et héparine dans la maladie

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RIVAROXABAN (Xarelto Bayer Inc.) Nouvelle indication : l embolie pulmonaire Note : Le Comité canadien d expertise sur les médicaments (CCEM) a déjà examiné le rivaroxaban

Plus en détail

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Fédération des médecins omnipraticiens du Québec FORMATION CONTINUE 2012-2013 VENDREDI 12 OCTOBRE 2012 SÉANCE FACULTATIVE RÉPÉTÉE Docteur Michel Rouleau Pneumologue CHUQ - Hôtel-Dieu de Québec 293 D r

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Thrombose et cancer en oncogériatrie. Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc lbengrine@cgfl.fr

Thrombose et cancer en oncogériatrie. Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc lbengrine@cgfl.fr Thrombose et cancer en oncogériatrie Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc lbengrine@cgfl.fr Contexte Facteurs de risque de MTEV chez patients cancéreux: 1- liés au cancer localisation tumorale

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail