Thrombose et cancer en oncogériatrie. Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thrombose et cancer en oncogériatrie. Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc lbengrine@cgfl.fr"

Transcription

1 Thrombose et cancer en oncogériatrie Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc

2 Contexte Facteurs de risque de MTEV chez patients cancéreux: 1- liés au cancer localisation tumorale primaire: pancréas +++, estomac, cerveau, colon, ovaire, poumon, rein, vessie hémopathies: myelome, lymphome, LAM stade tumoral avancé / histologie: extension métastatique ( x 10 à 20 le risque de thrombose / forme localisée) délai de survenue par rapport au diagnostic de cancer : dans les 3 voire les 6 premiers mois

3 Contexte 2 Facteurs de risque de MTEV chez patients cancéreux: 2- liés au patient Age avancé Femme Ethnie Immobilisation, stase veineuse, compression extrinsèque des axes veineux Comorbidité associée: IMC, infection, IR, anémie.. ATCD de MTEV personnelle Thrombophilie constitutionelle associée

4 Contexte 3 Facteurs de risque de MTEV chez patients cancéreux: 3- liés aux traitements Hospitalisation de longue durée Chirurgie carcinologique Traitement du cancer: Chimiothérapie Hormonothérapie Molécule antiangiogénique: bevacizumab,. Molécule immunomodulateur: thalidomide, lenalidomide Administration : EPO Transfusion de plaquettes ou GR Cathéter veineux central : entre 27 et 66%, souvent asymptomatique

5 Recommendations Augmentation croissante du nombre de publications spécifiques thrombose et cancer Publications de recommendations ASCO ( ), NCCN ( 2008), ESMO (2008), AIOM, FNCLCC, ACCP (2012), AFSSAPS ( 2009). Élaborées à l initiation du Groupe Francophone de thrombose et Cancer (GFTC), collaboration AMC (Academic medical cancer), UMCG ( university medical center Groningen) et le support méthodologique de Institut Francais du Cancer ( INCa). JTH 2013, 11: et JTH 2013, 11: D. Farge, P. Debourdeau et al. ( Hopital St Louis Paris) PAS DE RECOMMENDATIONS SPECIFIQUES SUJETS AGES (ni chapitre)

6 Adhésion aux recommendations chez les plus de 65 ans 950 patients multicentriques suisse Stock et al. PLOS one 2014

7 Traitement de TVP documentée 1- Traitement initial : J1-J10 - HBPM recommandée pour le traitement initial de la TVP (1B) CANTHANOX Enoxaparine (150 U/Kg /j, 3 mois) CLOT Dalteparine ( 200 U/kg/j 1 mois puis 150 U/kg/j, 6 mois) ONCENOX Enoxaparine (150 U/Kg/j ou 100 U/Kg /j, 6 mois) LITE Tinzaparine ( 175 U/Kg/j 3 mois) Après 3 à 6 mois, réduction significative de l incidence des récidives thromboemboliques dans le groups HBPM ( RRR 46%) ( vs AVK), les incidences d hémorragie majeure et de mortalité globale ne semblent pas influencés par le traitement.

8 - Fundaparinux et HNF peuvent être utilisées ( 2D), avec une préférence pour fondaparinux pour sa practabilité - Thrombolyse : à proposer au cas par cas, en s assurant de l absence de contre indication ou de risque hémorragique (métastase cérébrale), (avis expert) - Filtre veine cave ( VCF) n est indiqué que (avis expert): anticoagulant *si CI anticoagulant *si récidive de EP malgré une anticoagulation efficace avec réévaluation régulière de la CI avec reprise éventuelle du traitement * non recommandé en prévention primaire

9 - HBPM préféré aux AVK ( 1A) Traitement de TVP documentée 2- Traitement prolongé : J10-J90 et au long court (> 3 mois) - Durée par HBPM devrait être de 3 mois, mais dans plusieurs études la durée était de 6 mois ( 1A) - Après 3-6 mois (avis expert) la décision de l arrêt ou de la poursuite du traitement doit se faire: risque, Napolitano et al, JCO 2015: risque de récidive au delà de 6 mois dépend du résidu *sur évaluation bénéfice / *tolérance, *activité du cancer *préférence du patient

10 Quel traitement

11 X 4 Thrombose en cancérologie et AVK

12

13 Discussion : la Cochrane

14 Traitement de la récidive de TVP, patient sous traitement anticoagulant 3 options sont à considérer (avis expert) 1- patient sous AVK: changer pour HBPM dose adaptée au poids 2- patient sous HBPM: poursuivre par HBPM, en augmentant la dose de 25% ou en ajustant la dose au poids du patient ( si il recevait une dose non thérapeutique) réévaluation 5 à 7 jours après le changement; nécessaire 3- Insertion VCF si amélioration clinique la même dose est poursuivie si absence d amélioration clinique: mesure AFXa pour estimer la dose

15 TVP documentée, Cancer et NACO Pradaxa, Xarelto, Eliquis Les experts reconnaissent à ce jour certains bénéfices potentiels des NACO pour le traitement de la TVP/EP. les études publiées pour le traitement de la TVP/EP, ont inclus un sous-groupe de patients avec cancer actif, mais n ont pas comparé à HBPM seule. 1- Rivaroxaban ( Xarelto) Einstein DVT et EP et Extension Einstein DVT X 118 (6.8%) S 89 (5.2%) sous groupe, pas différence efficacité ( 3,4%- 5,6%) et saignement ( 14,4% - 15,9%) Einstein EP X 111 (4.7%) S 109 (4.5%) sous groupe trop petit Einstein extension X 4.7% P 4.4% 2- Dabigatran ( Pradaxa) Recover TVP, Sous groupe : pas de différence efficacité (3,1% - 5,1%)

16 Apixaban (Eliquis) (Levine JTH 2012) (Phase II versus Placebo) Prévention K chimiothérapie 12 semaines / Placebo. Bien toléré Cependant le groupe GFTC considère qu il est trop prématuré pour donner des recommandations, nécessité d études dessinées spécifiquement chez ces patients. Recommandation contre l utilisation de ces NACO, nécessité d études. Absence d antidote si syndrome hémorragique, Surveillance de la fonction rénale, Possibles interactions médicamenteuses avec certains chimiothérapies ( molécules inhibiteur ou inducteur substrat P-gP, Cyp 3A4) Problème tolérance chez les patients avec tr digestifs ( vomissements..) Siegal DM et al; Carrier M et al, JTH Levine M JCO Levine M et al JTH 2012

17 Prévention de la thrombose veineuse 1- en milieu chirurgical HBPM 1 inj /j ou HNF 3 inj/j débutée entre 12 et 2h pré-operatoire et poursuivie au moins 7 à 10j (1A) HNF) Utilisation dose prophylactique risque élevé (1A) (HBPM préféré à Poursuite 4 semaines chez patient risque thrombotique élevé et risque hémorragique faible en chirurgie laparotomie ( 2B) et laparoscopie ( avis d expert) Prévention méthode mécanique non recommandée en monothérapie, sauf si CI anticoagulant (2C) Pas d argument pour proposer fondaparinux à la place des HBPM ( 2C)

18 Prévention de la thrombose veineuse 1- en milieu médical Patient hospitalisé en milieu médical, avec cancer et mobilité réduite HBPM, HNF ou Fondaparinux (1B) Patient recevant chimiothérapie: prévention n est pas recommandée de façon systématique (1B) K stade avancé ou métastasé avec traitement chimiothérapie et faible risque hémorragique: prophylaxie de la thrombose veineuse (K pancréas 1B; K poumon 2B) Patients traités avec IMiDs ( thalidomide et lenalidomide) + stéroides et/ou chimiothérapie (doxorubicine) : prévention de la thrombose veineuse, effets similaires pour AVK ( faible ou thérapeutique dose), HBPM dose préventive ou faible dose Aspirine (1C).

19 Cas particuliers 1- Neurochirurgie - Traitement de la TVP documentée,: Pas de CI pour anticoagulation si TVP documentée (2C) Préférence pour HBPM (avis d expert) - Prévention de la TV: HBPM ou HNF débuté en post op (1A) 2- Si IR sévère ( ClC < 30ml/min): -Traitement TVP documentée: HNF puis AVK rapidement ou HBPM dose ajustée à l activité anti FXa ( avis expert) -Prévention de la TV: Compression externe ( CME, GCS) et association à anticoagulation discutée au cas par cas (HNF, avis expert)

20 3- Thrombopénie Traitement TVP documentée - Plaq > 50 G/L et abs de manifestation hémorragique: traitement habituel anticoagulant - Plaq < 50 G/L décision et dose au cas par cas (avis expert) Prévention de la thrombose veineuse - Plaq > 80 G/L traitement habituel - Plaq < 80 G/L décision et dose au cas par cas (avis expert)

21 Thrombose / Cathéter veineux central (CVC). Definition : thrombus mural s étendant du cathéter vers la lumière du vaisseau conduisant à une occlusion partielle ou totale du cathéter, avec ou sans symptomatologie clinique Définition varie d une étude à l autre Prévalence variable : définition de la thrombose sur CVC, moyen de Dg, population étudiée, type de CVC et la méthode de placement. Conduit EP ( 10 15%), et une perte d efficacité ( 10%) Le risque apparaît pic 4 à 8 semaines Le plus souvent asymptomatique

22 Traitement de la CRT documentée ( cathéter-related thrombosis) Pas études prospectives randomisées Thrombose symptomatique : anticoagulant minimum 3 mois HBPM recommandé AVK peuvent être utilisés (absence d études comparatives) (avis expert) Le CVC peut être laissé en place si : fonctionnel, bien positionné, non infecté et bonne résolution des symptômes Que le CVC soit maintenu en place ou enlevé, pas d étude sur une éventuelle modification de la durée du traitement. ( avis expert)

23 Prévention de la CRT ( cathéter-related thrombosis) Prévention systématique par anticoagulation n est pas recommandée (1A) CVC doit être positionné (1A), côté droit, dans la V Jugulaire, et la partie distale de l extrémité du CVC doit être localisée à la jonction de la Veine Cave Supérieure et de l Oreillette droite.

24 Pharmacocinétique o o 55 patients inclus Prospectif o Age > 75ans, âge moyen : 87,9 ± 5,5 ans o Clairance de la créatinine comprise entre 20 et 50mL/min avec une Cl. Cr. moyenne = 34,7 ± 11,4 ml/min o Poids < 65kg avec poids moyen : 52,3 ± 8,6 kg o Traitement : o tinzaparine 4500 UI anti-xa/j o enoxaparine 4000UI anti-xa/j o Durée de traitement : 8j minimum I.Mahé et coll Thrombosis et Haemostasis 2007; 97,4 : ,20 < 0,016

25 Tinzaparine en traitement curatif et sujet âgé 200 patients, âge moyen de 85,2±6,9 ans (70 à 102) ClCr = 51,2±22,9 (20 à 161) Durée moyenne de traitement: 19±10,1 jours et >10 jours (n=145) 3 hémorragies majeures (1,5%): 1 hématome sous-dural fatal (association warfarine, INR>7 entre D10 et D14) 1 AVC (association tinzaparineaspirine-dipyridamole) 1 hématome membre inférieur post-traumatique 6 décès dont un seul imputable au tt anticoagulant (hématome sousdural) Aucune corrélation entre l activité anti-xa, l âge et la ClCr

26 Mécanismes physiopathologiques reliant thrombose veineuse et cancer La cellule tumorale va utiliser divers mécanismes pour activer la coagulation et augmenter la génération de thrombine - Smadja D et al. Hematologie 2010; 16 (2): Falanga A et al. JTH 2013; 11: Kuderer N; JCO 2009; 27: Meyer G. Pathologie Biologie. 2008; 56: Elalamy I et al. Pathology Biologie 2008; 56:

27 FT= facteur tissulaire -Constitutif: exprimé par la Cellule Tumorale, -Acquis : exprimé à la surface des cellules vasculaires activées: cellules endothéliales, Mo et fibroblastes Sécrétion FT d Héparanase ( dégrade HS de la matrice EC permettant invasion tumorale et métastase) Cellule tumorale CP FT FX FXa FVII FVIIa Mo FT FIX + FVa FIXa + FVIIIa CP = Cysteine Protéase Facteur procoagulant du cancer.surexprimé dans certaines tumeurs+++ Prothrombine THROMBINE

28 Plaquettes P P P P P Cytokines Inflammation IL1, TNFa, VEGF P P P-Selectine Régulateur de la fibrinolyse PAI1 tpa upa upar Cellule tumorale FT FVII FVIIa FIX FIXa + FVIIIa endothélium TF PAI1 TM tpa FX FXa Prothrombine FIBRINE + FVa THROMBINE Fg

29 Thrombine, participe à angiogénèse tumorale favorise adhésion CT aux CE facilite invasion tumorale en participant à la dégradation de la matrice extra cellulaire ( héparanase) les CT qui fixent la thrombine ( récepteurs PAR) ont un pouvoir métastasiant active les plaquettes et facilite adhésion CT (P- Selectine) :favorise la survenue de métastase stimule la synthèse de fibrine: dépôt dans le stoma tumoral, développement de néo Vx tumoraux G Meyer 2008, Pathologie Biologie

30 Effet de l héparine 1- Prolifération: H inhibe prolifération des CT et diminue expression d oncogènes (c-myc,c-fos, ). Angiogénèse ou croissance tumorale: H augmente taux plasmatique de TFPI : inhibe l action du complexe FT-FVIIa sur l angiogénèse 2- Métastases et Migration : - rôle de GG à la surface des CT qui permettent adhésion aux plaquettes et CE, par l intermédiaire de la P selectine : H (constituée de GG) est un ligant pour la P-sélectine, bloque son interaction avec la CT et réduit les métastases - Migration de la CT au sein de la matrice EC au delà de la mb basale: H inhibe l activité héparanase des CT HBPM, et non le fondaparinux, partage ces activités avec l héparine Certains mécanismes sont indépendants de l activité anticoagulante des Héparines.

31 TIH

32 TIH

33 Conclusion Thrombose: évènements fréquents dans la pris en charge des cancers quelque soit l âge Elaboration de recommandations sans tenir compte de l âge Les AVK doivent être limités en prise en charge Les HBPM peuvent être utilisés avec une stabilité même en cas d insuffisance rénale modérée, la tinzaparine a des données de stabilité démontrées en cas d insuffisance rénale Précaution d emploi pour le fondaparinux Pas de consensus pour les NACO de façon général

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Réunions pluridisciplinaires territoriales «Thrombose et Cancer» en Poitou Charentes en 2014

Réunions pluridisciplinaires territoriales «Thrombose et Cancer» en Poitou Charentes en 2014 Réunions pluridisciplinaires territoriales «Thrombose et Cancer» en Poitou Charentes en 2014 Poitiers le 12 mars Angoulême le 1 er avril Parthenay le 8 avril La Rochelle le 15 avril Royan le 20 mai Programme

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Thrombose et cancer. www.e-cancer.fr. Septembre 2008. traitements et soins. Destiné à l usage des professionnels de santé. veineuse.

Thrombose et cancer. www.e-cancer.fr. Septembre 2008. traitements et soins. Destiné à l usage des professionnels de santé. veineuse. traitements et soins Septembre 2008 Thrombose et cancer COLLECTION Recommandations Méthode TRaITEmEnT curatif de la maladie ThRomboEmbolIquE veineuse PRÉvEnTIon ET TRaITEmEnT des ThRombosEs veineuses sur

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF?

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? Chokri Ben Hamida Service de réanimation médicale de Sfax La Thrombose une réalité qui tue La maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anti thrombotiques Dr. Isabelle GOUIN-THIBAULT Hématologie biologique Groupe Hospitalier Hôtel Dieu Cochin Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anticoagulants Faut-il une surveillance

Plus en détail

Cas clinique n 1. Nouveaux anticoagulants. IIa. Nouveaux anticoagulants Comment s y retrouver? fibrine. Facteur tissulaire VIIa

Cas clinique n 1. Nouveaux anticoagulants. IIa. Nouveaux anticoagulants Comment s y retrouver? fibrine. Facteur tissulaire VIIa Cas clinique n 1 Nouveaux anticoagulants Comment s y retrouver? Indications et contre-indications Dre Françoise Boehlen Prof. Jean-Luc Reny & Prof. Arnaud Perrier Updates de Médecine interne générale 21

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2012 ELIQUIS 2,5 mg, comprimés pelliculés B/10 (CIP: 419 454-4) B/20 (CIP: 419 455-0) B/60 (CIP: 419 456-7) B/60x1 (CIP: 419 457-3) Laboratoire Bristol-Myers

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Pas traitement fibrinolytique ni de filtre cave pour les thromboses du membre supérieur. Recommandation 9.2.1

Pas traitement fibrinolytique ni de filtre cave pour les thromboses du membre supérieur. Recommandation 9.2.1 CAS N 1 : Thrombose du membre supérieur Monsieur A présente un KT sous clavier droit mis en place pour l'instauration d'une chimiothérapie. Il vous est adressé pour un œdème du membre supérieur droit.

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS?

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? LES NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ORAUX «NATO» ou LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX «NACO» 4 Dabigatran, Rivaroxaban POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? Les Héparines Voie parentérale IV SC donc personnel

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Données de Pharmacovigilance et les NOACs Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Dabigatran (Pradaxa) Rivaroxaban (Xarelto) Apixaban (Eliquis ) Effet Attendu (A) Effet Inattendu (B) Hémorragie - Hépatotoxicité

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

Prévention et traitement des thromboses veineuses sur cathéter central chez les patients atteints de cancer

Prévention et traitement des thromboses veineuses sur cathéter central chez les patients atteints de cancer Prévention et traitement des thromboses veineuses sur cathéter central chez les patients atteints de cancer Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Juin 2010 Ce guide constitue un outil

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Isabelle Gouin-Thibault Laboratoire d Hématologie, GH Cochin-Hôtel Dieu-Broca (AP-HP) INSERM UMR-S1140, Université Paris Descartes Journées Nationales

Plus en détail

CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS

CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS Professeur Patrick JEGO - Service de Médecine Interne Rennes, mercredi 8 janvier 2014 Monsieur L, 92 ans, passe en FA permanente. Que faites vous?

Plus en détail

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE Dr Jean-Mathieu Pujalte Hôpital Saint-Louis TVP Risque d embolie pulmonaire 50% si TVP proximale Mortalité? 10 à 1% Laroche JP. JEMU 1995;16(4):

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 janvier 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 janvier 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 janvier 2009 XARELTO 10 mg, comprimés pelliculés - B/5, plaquettes thermoformées (PP/Alu). Code CIP : 388 381-0 - B/10, plaquettes thermoformées (PP/Alu). Code CIP

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail