28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold"

Transcription

1 Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold 1

2 Quelle est la dose recommandée de Xarelto dans la préven;on des ETEV en cas d interven;on chirurgicale orthopédique majeure programmée (PTH ou PTG)? Dose recommandée (1) Prothèse de hanche Prothèse de genou IR légère IR modérée (ClCr ml/min) IR sévère (Cl Cr15 29 ml/min) 10 mg 1cp/j pendant 5 semaines 10 mg 1cp/j pendant 2 semaines Adapta;on de doses en cas d insuffisance rénale (1) ClCr 15 ml/min Aucun ajustement nécessaire 10 mg 1 cp/j Avec prudence Non recommandé Quelle est la dose recommandée de Pradaxa dans la préven;on des ETEV en cas d interven;on chirurgicale pour PTH ou PTG? Prévention des événements thromboemboliques veineux [ETEV] (gélules à 75 mg et à 110 mg) : La dose recommandée de Pradaxa est de 220 mg par jour, soit 2 gélules à 110 mg en une prise. Il est recommandé d'instaurer le traitement par voie orale à la posologie d'une seule gélule 1 à 4 heures après la fin de l'intervention chirurgicale, puis de poursuivre à la posologie de 2 gélules une fois par jour pour une durée totale de traitement de 10 jours pour une PTG et pour une durée totale de traitement de 28 à 35 jours pour une PTH. Pour les groupes de patients suivants, la dose recommandée de Pradaxa est de 150 mg par jour, soit 2 gélules de 75 mg en une prise : patients présentant une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine, ClCr ml/min) et patients âgés de 75 ans ou plus (1) Résumé des Caractéristiques du Produit - ETEV : événement thrombolemboliques veineux ; IR : insuffisance rénale ; CrCl : clairance de la créatinine. Première dose : à prendre 6 à 10 heures après l intervention chirurgicale, à condition qu une hémostase ait pu être obtenue - La durée de traitement dépend du risque thromboembolique veineux individuel de chaque patient 2

3 CHA 2 DS 2 - VASc CHA 2 DS 2 -VASc critères Insuffisance cardiaque Congestive / Dysfonction ventriculaire gauche Score Hypertension 1 Age 75 ans 2 Diabète 1 AVC / Accident ischémique transitoire / évènements thromboemboliques (Stroke) Maladie Vasculaire (antécédent d infarctus du myocarde, maladie artérielle périphérique ou plaque aortique) Age ans 1 Sexe (ex: femme) (Sexe category) Score total Lip G et al. Chest 2010;137:263-72; Lip G et al. Stroke 2010; 41:2731 8; Camm J et al. Eur Heart J 2010; 31: ; Hart RG et al. Ann Intern Med 2007;146: Patients (n=7329) Taux d AVC ajusté(%/an)* *Taux théoriques sans thérapie; supposant que la warfarine fournit une réduction de 64% du risque d AVC, basé sur Hart RG et al.2007 HAS- BLED HAS-BLED: critères de risque Score Hypertension 1 Fonction rénale ou hépatique Anormale (1 point pour chaque) 1 or 2 AVC (Stroke) 1 Saignements (Bleedings) 1 INR Labiles 1 Patients âgés (âge >65 ans) (Eldery) traitements ou alcool (un point pour chaque) (Drugs) INR = international normalized ratio 1 1 or 2 Score total HAS-BLED N Pisters R et al. Chest. 2010;138: ; ESC guidelines: Camm J et al. Eur Heart J 2010;31: Nombre de saignements Saignements pour 100 patientsannée* *P valeur pour tendance= /2012 Boehringer Ingelheim SAS 3

4 TRAITEMENTS 41 Traitement préexistant chez des patients connus comme étant à risque de FA, admis à l hôpital pour un premier épisode d AVC ischémique Événements/1 000 patients.année Une zone cible d INR* très étroite pour les AVK INR cible (2,0-3,0) AVC ischémique Hémorragie intracrânienne L activité anticoagulante des AVK est optimale pour une zone cible d INR très étroite Répartition selon la nature du traitement antithrombotique Pas d antithrombotique Association de deux antiagrégants plaquettaires 2 % 29 % 29 % 10 % 29 % Antiagrégant plaquettaire seul Warfarine à dose thérapeutique Warfarine à dose infra- thérapeutique *International Normalised Ratio (INR) 0 <1,5 1,5-1,9 2,0-2,5 2,6-3,0 3,1-3,5 3,6-4,0 4,1-4,5 > 4,5 Malgré la connaissance du haut risque chez des patients en fibrillation atriale, une minorité de ces patients était sous traitement anti- thrombotique à dose efficace D après Hylek EM, et al. N Eng J Med 2003; 349: La Lettre du Cardiologue ESC D après Gladstone DJ et al., 2009, cité par Mant JW et al., abstract 3572 actualisé AVK Prescription chez de très nombreux patients pendant de très longues périodes Traitement familier pour tous les médecins Délai d action connu (environ 2 jours) Persistance de l action après arrêt En cas d hémorragie vitamine K facteurs de coagulation activés Surveillance biologique des AVK INR indispensable Pour vérifier la prise du médicament Pour rechercher un surdosage en cas d hémorragie Avant chirurgie ou geste invasif INR nécessite prises de sang régulières contrainte pour le patient utile pour le médecin 4

5 Groupe AVK de l étude RE-LY dans fibrillation atriale INR 2.0 à 3.0 : 44 à 77% du temps Wallentin, 2010 Nouveaux anticoagulants oraux But : remplacer les HBPM et les AVK Avantage : Pas de surveillance biologique Action Dabigatran Pradaxa Anti-IIa (anti-thrombine) Rivaroxaban Xarelto Anti-Xa Apixaban Eliquis Anti-Xa Biodisponibilité 6.5 % 80 % 50% Elimination rénale > 80 % 33% 25% Demi-vie 6-10h 7-11 h 8-14 h Influence alimentation médicaments NON NON NON Inhibit. P-gp Amiodarone Inhib. P-gp et CYP 3A4 Inhib. P-gp et CYP 3A4 Les NOAC se rapprochent de l antithrombotique idéal Voie orale et action rapide mais ½ vie courte Fenêtre thérapeutique large Rapport Bénéfice/Risque élevé efficacité, risque hémorragique (mais existe) Absence d'interférence alimentation et de co-médications ± Mais élimination rénale : risque d accumulation Antidote NON dialyse NON Fractions coag NON Pas d antidote spécifique disponible 5

6 Pas de surveillance biologique régulière est un avantage MAIS : En cas de saignement : surdosage du nouvel anticoagulant? correction après dialyse, administration de facteurs activés? Prise effective du médicament En cas de récidive de thrombose? En cas de relais des AVK par nouvel anticoagulant? En cas de chirurgie ou de geste invasif en urgence? Accumulation en cas d insuffisance rénale progressive? Influence sur les tests de coagulation T Quick (dim TP) INR TCA Temps de thrombine ou Temps d écarine Anti-Xa Dabigatran Anti-thrombine Normal Rivaroxaban Anti-Xa Normal ++ Anti-IIa ++ Normal Non Valvualaire: pas de FA associée à une valvulopathie augmentant le risque thrombotique. 6

7 = -2 pts d Hb; transfusion de 2 CG; Sgt symptomatique dans un organe critique; Sgt menant au décès ou nécessitant des inotropes ou une chirurgie ou Sgt intracranien. Critères d exclusion: Maladie valvulaire Insuffisance rénale grave Maladie hépatique active Patients peu assidus au traitement selon l investigateur Indica;on Prévention de l accident vasculaire cérébral et de l'embolie systémique chez les patients adultes, présentant une fibrillation atriale non valvulaire associée à un ou plusieurs des facteurs de risque suivants : Antécédents d AVC, d accident ischémique transitoire ou d embolie systémique Fraction d éjection ventriculaire gauche < 40 % Insuffisance cardiaque symptomatique, classe 2 New York Heart Association (NYHA) Âge 75 ans Âge 65 ans associé à l une des affections suivantes : diabète, coronaropathie ou hypertension artérielle Contre- indica;ons Hypersensibilité à la substance active ou à l un des excipients Insuffisance rénale sévère [Clairance de la créatinine (ClCr) < 30 ml/min] Saignement évolutif cliniquement significatif Lésion organique susceptible de saigner Altération spontanée ou pharmacologique de l hémostase Insuffisance hépatique ou maladie du foie susceptible d avoir un impact sur la survie Traitement concomitant avec le kétoconazole par voie systémique, la ciclosporine, l itraconazole et le tacrolimus 7

8 Principales mises en garde et précau;ons d emploi Principales mises en garde et précau;ons d emploi Fonction hépatique L administration de Pradaxa n est pas recommandée chez les patients présentant un taux d enzymes hépatiques (ALAT* - ASAT*) > 2 x LSN* Infarctus du myocarde (IDM) Augmentation relative du risque d IDM sous dabigatran vs warfarine, respectivement de 29 % pour la posologie de 220 mg/j et de 27 % pour la posologie de 300 mg/j Indépendamment du traitement, ce risque est plus élevé si : Antécédent d IDM Patients âgés de 65 ans et plus avec soit un diabète, soit une coronaropathie Fraction d éjection ventriculaire gauche < 40 % Insuffisance rénale modérée Patients sous traitement antiplaquettaire (aspirine et/ou clopidogrel) Risque hémorragique accru imposant une surveillance étroite en cas de : Patients à risque hémorragique : ClCr = ml/min Âge 75 ans Poids corporel < 50 kg Co- médication avec des inhibiteurs puissants de la P- glycoprotéine (P- gp) : Ex : amiodarone( 300mg) quinidine (300mg)ou vérapamil 220mg Le dabigatran à la posologie de 300 mg/j augmente significativement le risque hémorragique gastro- intestinal (GI) majeur vs warfarine, notamment chez les personnes âgées ( 75 ans) Une réduction de posologie (220 mg/j) est proposée en cas : D administration concomitante d acide acétylsalicylique (AAS), de clopidogrel ou d anti- inflammatoires non- stéroïdiens (AINS) De présence d une œsophagite, d une gastrite ou d un reflux gastro- œsophagien nécessitant un traitement par inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ou par antihistaminique H2 augmentant le risque de saignement GI * ALAT : alanine aminotransférase ; ASAT : aspartate aminotransférase ; LSN : limite supérieure de la normale. Interac;ons avec les AINS Administration concomitante de Pradaxa avec les AINS : En administration de courte durée pour une analgésie péri-opératoire En administration prolongée dans l étude RE-LY Pas d association à une augmentation du risque hémorragique en cas d administration avec le dabigatran Augmentation du risque hémorragique d environ 50 % pour le dabigatran et la warfarine En raison du risque hémorragique, une surveillance étroite des signes de saignement est recommandée, notamment avec les AINS à demi- vie d'élimination supérieure à 12 heures Interac;ons médicamenteuses et P- gp Inhibiteurs puissants de la P- gp : augmentation des concentrations Contre- indication : kétoconazole, ciclosporine, itraconazole, tacrolimus Association non recommandée : dronédarone, clarithromycine, posoconazole Surveillance étroite avec réduction posologique (220 mg/j) : vérapamil Surveillance étroite sans réduction posologique (300mg): amiodarone, quinidine Inducteurs puissants de la P- gp : diminution des concentrations Association à éviter : rifampicine, carbamazépine, phénytoïne, millepertuis Autres médicaments ayant une incidence sur la P- gp Association non recommandée : inhibiteurs des protéases Substrats de la P- gp : digoxine Aucun changement concernant l exposition à la digoxine et aucune modification cliniquement significative concernant l exposition au dabigatran 8

9 Interac;ons médicamenteuses : CYP 450 et ph gastrique Pas d interaction avec le système des cytochromes P450 Modificateurs du ph gastrique : Pantoprazole et autres IPP : Diminution des concentrations (ASC) égale à 30 % Pas d interaction cliniquement significative Ranitidine : pas d effet significatif sur les concentrations Que faire en cas d oubli de dose? Possibilité de prendre une dose de Pradaxa oubliée jusqu à 6 heures avant la dose programmée suivante Dans les 6 heures précédant le moment d administration de la prochaine dose, ne pas rattraper la dose oubliée Ne pas prendre de dose double pour compenser la dose oubliée Relais AVK / Pradaxa Passage des AVK à Pradaxa : Les AVK doivent être arrêtés Pradaxa peut être administré dès que l INR est < 2,0 Relais an;coagulant (voie parentérale) / Pradaxa Passage d un anticoagulant par voie parentérale à Pradaxa : Pradaxa doit être administré 0 à 2 heures avant l heure prévue d administration de l autre traitement ou au moment de l arrêt de ce dernier dans le cas d un traitement continu (HNF par voie intraveineuse) Passage de Pradaxa aux AVK : L initiation d un traitement par AVK doit être adaptée en fonction de la ClCr : ClCr Initiation des AVK 50 ml/min Début des AVK 3 jours avant l arrêt de Pradaxa 30 - < 50 ml/min Début des AVK 2 jours avant l arrêt du Pradaxa Passage de Pradaxa à un anticoagulant par voie parentérale : Il est recommandé d attendre 12 heures après la dernière dose de Pradaxa pour passer à un anticoagulant par voie parentérale INR : interna;onal normalized ra;o. 9

10 Pradaxa et actes chirurgicaux ou interven;ons invasives Phase pré- opératoire : Règles d arrêt en fonction de la vitesse d élimination (demi- vie) du dabigatran Demi- vie d élimination corrélée à la fonction rénale (ClCr) Un test de coagulation peut être utile dans ce contexte Phase post- opératoire : ClCr (ml/min) Demi-vie estimée (heures) Arrêt du dabigatran avant une chirurgie programmée Risque hémorragique élevé ou chirurgie majeure Risque modéré 80 ~13 2 jours avant 24 heures avant 50 - < 80 ~ jours avant 1-2 jours avant 30 - < 50 ~18 4 jours avant 2-3 jours avant (> 48 heures) Les patients à risque de saignement ou de surexposition, notamment en cas d insuffisance rénale modérée (ClCr = ml/min) doivent être traités avec prudence Ne reprendre le traitement qu après avoir obtenu une hémostase complète Pradaxa et actes chirurgicaux ou interven;ons urgentes Si une intervention urgente est nécessaire, le traitement par dabigatran etexilate doit être provisoirement arrêté : Si possible, retarder l acte chirurgical/l intervention au minimum 12 heures après la dernière dose Si l intervention ne peut pas être retardée, le risque hémorragique peut être augmenté ; ce dernier doit être mesuré par rapport à l urgence de l intervention Un test d hémostase peut être utile pour évaluer l état d anticoagulation du patient : Le temps de céphaline activé a une sensibilité limitée, en particulier en cas de concentrations plasmatiques élevées Le temps de thrombine (TT) dilué (avec calibration spécifique) est plus sensible Synthèse Préven;on de l accident vasculaire cérébral et de l embolie systémique chez les pa;ents adultes présentant une fibrilla;on atriale non valvulaire associée à un ou plusieurs des facteurs de risque suivants : antécédent d AVC, d accident ischémique transitoire ou d embolie systémique ; frac;on d éjec;on ventriculaire gauche < 40 % ; insuffisance cardiaque symptoma;que, classe 2 NYHA ; âge 75 ans ; âge 65 ans associé à l une des affec;ons suivantes : diabète, coronaropathie ou hypertension artérielle (1) Pour la 1 ère fois depuis plus de 40 ans d utilisation des AVK (2) Pradaxa 150 mg : Efficacité supérieure vs un traitement bien contrôlé par warfarine (INR 2-3) : 35 % des AVC et des embolies systémique (1,11 % vs 1,71 % ; p < 0,001) (3,4) Réduction significative de la mortalité vasculaire 15 % de la mortalité vasculaire (2,28 % vs 2,69 % ; p = 0,04) (3,4) Taux similaire d infarctus du myocarde (0,81 % vs 0,64 % ; p = 0,12) (3,4) Tolérance similaire sur les événements hémorragiques majeurs* (3,32 % vs 3,57 % ; p = 0,32) avec 59 % des hémorragies intracrâniennes (0,32 % vs 0,76 % ; p < 0,001) (3,4) avec des hémorragies gastro-intestinales majeures (1,56 % vs 1,07 % ; p < 0,001) (3,4) Au quotidien Posologie fixe, dose quotidienne fixe ** Pas d interactions médicamenteuses liées au cytochrome P450 attendues (1) Biodisponibilité non affectée par l alimentation (1) Pas de suivi biologique spécifique (1) Synthèse Pradaxa 110 mg Aussi efficace qu un traitement bien contrôlé par warfarine (INR 2-3) en prévention des AVC et/ou des embolies systémiques (non infériorité) (1,54 % vs 1,71 % ; p < 0,001 pour la non infériorité) (2,3) Réduction significative des hémorragies majeures* de 20 % (2,87 % vs 3,57 % ; p = 0,003) (2,3) dont une 33 % des hémorragies menaçant le pronostic vital (1,24 % vs 1,85 % ; p < 0,001) (2,3) avec 70 % des hémorragies intracrâniennes (0,23 % vs 0,76 % ; p < 0,001) (2,3) taux d hémorragies gastro- intestinales majeures comparable à un traitement bien contrôlé par warfarine (INR 2-3) (1,15 % vs 1,07 % ; p < 0,52) (2,3) Au quotidien Posologie fixe, dose quotidienne fixe ** Pas d interactions médicamenteuses liées au cytochrome P450 attendues (1) Biodisponibilité non affectée par l alimentation (1) Pas de suivi biologique spécifique (1) 10

11 28/06/13 Dosages et condi;onnements par indica;on en ville Lorsque le dabigatran est prescrit, une dose de 150mg 2 fois/j pourrait être envisagée pour la plupart des patients, en préférence de la dose de 110mg 2 fois/j, cette dernière étant recommandée en cas de: patients âgés 80 ans interactions médicamenteuses (ex: verapamil) risque élevé de saignement (score HAS-BLED 3) insuffisance rénale modérée (CrCl ml/min) Quel est le moment de prise de Xarelto? Xarelto (15 mg et 20 mg) doit être pris pendant les Quelle est la dose de Xarelto recommandée dans le traitement des TVP et préven;on des récidives sous forme de TVP et d EP? Dose recommandée (1) repas pour assurer une biodisponibilité optimale Lorsque les comprimés de Xarelto à 15 et 20 mg ont été pris avec des aliments, par comparaison à la prise de comprimés à jeun, on observe une absorption presque totale et une biodisponibilité orale élevée. Jours mg, 2x/jour Jours 22 et suivants 20mg en 1 seule prise/jour Aucun ajustement posologique quelque soit (1): L âge Le sexe Le poids (< 50 kg ou > 120 kg) En cas d insuffisance rénale légère (Cl Cr 50 à 80 ml/min) Ajustement posologique pour l insuffisant rénal modéré à sévère (Cl de 30 à 49) Jours 1-21: 15mg x2/j Jours 22 et suivants puis 15mg par jour (1) Résumé des Caractéristiques du Produit. (1) Résumé des Caractéristiques du Produit. TVP : Thrombose veineuse profonde ; IR : insuffisance rénale ; ClCr : clairance de la créatinine. 11

12 Quelle est la dose de Xarelto recommandée dans la préven;on des AVC chez des pa;ents aoeints de FA non valvulaire et présentant un ou plusieurs facteur(s) de risque*? Dose recommandée IR légère (ClCr ml/min) IR modérée (ClCr ml/min) 20 mg 1 cp/jour Adapta;on de doses en cas d insuffisance rénale IR sévère (ClCr ml/min) ClCr 15 ml/min Aucun ajustement posologique nécessaire 15 mg 1 cp/jour Avec prudence Non recommandée Quelles sont les contre- indica;ons? (1) Hypersensibilité à la substance active ou à l un des excipients. Saignement évolutif cliniquement significatif. Lésion ou maladie à risque significatif de saignement majeur, (ex:ulcère gastrointestinal en cours ou récent, présence de tumeurs malignes à haut risque de saignement, [ ]. Traitement concomitant avec tout autre agent anticoagulant, [ ] sauf en cas de relais par Xarelto ou inversement (voir rubrique 4.2) ou en cas d administration d HNF aux doses nécessaires pour le maintien de la perméabilité d un cathéter central veineux ou artériel. Atteinte hépatique associée à une coagulopathie et à un risque de saignement cliniquement significatif, y compris les patients cirrhotiques avec un score de Child Pugh classe B ou C. Grossesse et allaitement. * Tels que : insuffisance cardiaque congestive, hypertension artérielle, âge 75 ans, diabète, antécédent d AVC ou d accident ischémique transitoire. AVC : accident vasculaire cérébral ; IR : insuffisance rénale ; CrCl : clairance de la créatinine. Comment prendre en charge des saignements? Prise en charge des saignements Différer l administration suivante de Xarelto ou interrompre le traitement, si nécessaire La demi- vie du rivaroxaban est d environ 5 à 13 heures Prise en charge définie au cas par cas selon la sévérité et la localisation de l hémorragie Envisager un traitement symptomatique adapté si besoin Compression mécanique (en cas d épistaxis sévère par ex) Rétablissement chirurgical de l hémostase avec contrôle du saignement Remplissage vasculaire et correction hémodynamique Transfusion sanguine ou plaquettaires Comment prendre en charge des saignements? Si les mesures décrites précédemment ne suffisent pas à contrôler le saignement: >>> Envisager l administration d un agent procoagulant Par ex : un concentré de complexe prothrombinique activé ou non (CCPA ou CCP) ou de facteur VII a recombinant (r- FVIIa) Expérience clinique et non clinique limitées (1) Résumé des Caractéristiques du Produit. (1) Résumé des Caractéristiques du Produit. 12

13 Comment faire le relais des an;- vitamine K vers Xarelto? Anti- vitamine K Xarelto Interruption du traitement par AVK Instauration de Xarelto, une fois que l INR 2,5 N.B. : L INR ne convient pas pour mesurer l activité anticoagulante de Xarelto et ne doit pas être utilisé Comment faire le relais de Xarelto vers les an;vitamines K? Xarelto Anti- vitamine K (AVK) Administrer l AVK conjointement à Xarelto jusqu à ce que l INR 2 2 premiers jours du relais : utilisation de l AVK à sa posologie initiale standard Puis, adapter l AVK sur la base des mesures de l INR Suivi Lorsque les patients reçoivent simultanément Xarelto et l AVK, mesurer l INR au moins 24 h après la dernière dose de Xarelto et avant la dose suivante de Xarelto Une fois le traitement par Xarelto interrompu, des mesures fiables de l INR peuvent être obtenues 24 h au moins après la dernière dose de Xarelto Xarelto peut contribuer à l augmentation de l INR (1) Résumé des Caractéristiques du Produit. (1) Résumé des Caractéristiques du Produit. Comment faire le relais des an;coagulants parentéraux vers Xarelto? Anticoagulants parentéraux Xarelto Si administration itérative ; ex : HBPM Débuter Xarelto 0 à 2 heures avant l heure prévue pour l administration suivante du médicament parentéral Si administration continu ; ex : héparine non fractionnée en IV Débuter Xarelto au moment de l arrêt du médicament parentéral Xarelto Anticoagulants parentéraux Administrer la 1 ère dose d an;coagulant parentéral à l heure à laquelle la dose suivante de Xarelto aurait du être prise Classes de recommanda;ons Classe Definition Action suggérée I II IIa Preuve et/ou consensus général qu un traitement donné ou une procédure est bénéfique, utile, efficace Preuve contestable et/ou divergence d opinion à propos de l utilité/efficacité d un traitement donné ou d une procédure Le poids de la preuve/opinion est en faveur de l utilité/efficacité Est recommandé/ Est indiqué Devrait être envisagé IIb L utilité est moins appuyée par la preuve/opinion Doit être envisagé III Preuve et/ou consensus général qu un traitement donné ou une procédure n est ni bénéfique, ni utile, ni efficace, et même nuisible dans certains cas. N est pas recommandé (1) Résumé des Caractéristiques du Produit. 13

14 Niveau de preuve Niveau de preuve A Données issues de multiples essais cliniques randomisés ou méta-analyses Niveau de preuve B Données issues d un seul essai clinique randomisé ou d études larges non randomisées. Niveau de preuve C Consensus d opinion des experts et/ou petites études, analyses rétrospectives, registres Recommanda;ons générales Recommandation Un traitement antithrombotique pour la prévention thromboembolique est recommandé pour tous les patients atteints de FA, sauf ceux à faible risque (ex: H/F âgés de moins de 65 ans avec une FA isolée), ou présentant des CI. Le choix d un traitement antithrombotique devrait être basé sur les risques absolus d AVC/thromboembolisme et de saignement, ainsi que sur le bénéfice clinique net pour un patient donné. Le score CHA 2 DS 2 -VASc est recommandé en tant que moyen d évaluation du risque d AVC dans la FA non valvulaire. Aucun traitement antithrombotique n est recommandé pour les patients à faible risque (ex: H/F âgés de moins de 65 ans avec une FA isolée) ayant un score CHA 2 DS 2 -VASc égal à 0 et ne présentant aucun facteur de risque. Classe Niveau I I I I A A A B Evalua;on du risque d AVC : CHA 2 DS 2 VASc Cette mise à jour recommande fortement un changement de pratique en faveur de l identification des patients atteints de FA, dits à risque vraiment bas (ex: H/F âgés de moins de 65 ans avec une FA isolée), qui n ont pas besoin de traitement antithrombotique. CHADS 2 n identifie pas correctement les patients à risque vraiment bas CHA 2 DS 2 - VASc: Incluant les principaux facteurs de risque d AVC Validé dans de nombreuses cohortes Plus précis que CHADS 2 pour identifier les patients à risque vraiment bas Aussi précis que CHADS 2 pour identifier les patients qui développent des AVC et des thromboembolismes. 14

15 Recommanda;ons générales Recommanda;ons générales Recommandation Classe Niveau Chez les patients avec un score CHA 2 DS 2 -VASc 2, un traitement ACO : Un AVK à dose ajustée (INR 2 3); ou Un inhibiteur direct de la thrombine (dabigatran); ou Un inhibiteur oral du facteur Xa (e.g. rivaroxaban, apixaban) est recommandé, sauf si contre-indiqué. Chez les patients avec un score CHA 2 DS 2 -VASc =1, un traitement ACO : Un AVK à dose ajustée (INR 2 3); ou Un inhibiteur direct de la thrombine (dabigatran); ou Un inhibiteur oral du facteur Xa (e.g. rivaroxaban, apixaban)... Devrait être envisagée, sur la base de l évaluation du risque de complications de saignement, ainsi que sur les préférences du patient. I IIa A A Recommandation Classe Niveau Les femmes âgées < 65 ans qui sont atteintes de FA isolée (mais qui affichent un score CHA 2 DS 2 -VASc =1, du fait de leur sexe) sont à faible risque, et aucun traitement antithrombotique ne doit être envisagé. Dans le cas où le patient refuse tout ACO (ni AVK ni NACOs), un traitement antiagrégant plaquettaire pourrait être envisagé, constitué d AAS mg et de clopidogrel 75mg une fois par jour (lorsque le risque de saignement est faible) ou moins efficacement AAS mg une fois par jour. IIa IIa B B INR = international normalized ratio; ACO = anticoagulant oral ; AVK = antivitamine K AAS = acide acetylsalicylique; NACO = nouvel anticoagulant oral; ACO = anticoagulant oral; AVK = antivitamine K; Usage des AVK et des an;agrégants plaqueoaires La prévention des AVC avec un AVK est efficace quand le TTR est satisfaisant Un traitement d AVK bien contrôlé se définit par un TTR d au moins 70% Quand un AVK est utilisé, des efforts pour améliorer la qualité du contrôle de l INR sont nécessaires afin d atteindre des TTRs élevés. L efficacité de la prévention des AVC avec l AAS est faible, avec comme potentiel effet secondaire: Risque de saignement majeur et HIC non significativement différents par rapport à ceux induits par l utilisation des ACO, surtout chez les personnes âgées. Les antiagrégants plaquettaires (association d AAS et clopidogrel ou AAS en monothérapie), utilisés pour la prévention des AVC dûs à la FA, devraient être limités aux patients qui refusent toute forme d ACO Une monothérapie d AAS devrait être attribué aux patients qui refusent tout ACO et qui ne peuvent pas tolérer un traitement par l association d AAS et clopidogrel du fait d un risque de saignement accru par exemple. INR = international normalized ratio; AAS = acide acetylsalicylique; NACO = nouvel anticoagulant oral; ACO = anticoagulant oral; AVK = antivitamine k; HIC: hémorragie intra- cranienne; TTR=Time in Therapeutic Range = temps passé dans la zone thérapeutique Recommanda;ons spécifiques aux NACO (1) Recommandation Classe Niveau Lorsqu un AVK à dose ajustée (INR 2-3) ne peut être utilisé chez un patient atteint de FA pour qui un ACO est recommandé, en raison des difficultés d obtenir une anticoagulation efficace, des effets secondaires sous AVK ou une incapacité de supporter le suivi d INR, un NACO: un inhibiteur direct de la thrombine (dabigatran); ou un inhibiteur oral du facteur Xa (rivaroxaban, apixaban)... est recommandé. Lorsqu un ACO est recommandé, un NACO: un inhibiteur direct de la thrombine (dabigatran); ou un inhibiteur oral du facteur Xa (rivaroxaban, apixaban)... Pourrait être envisagé plutôt qu un AVK à dose ajustée (INR 2-3) chez la plupart des patients à FA non valvulaire, sur la base du bénéfice clinique net. BID = deux fois/jour; INR = international normalized ratio; NACO = nouvel anticoagulant oral; AVK = antivitamine K; I IIa B A 15

16 Recommanda;ons spécifiques aux NACO (2) Recommandation Classe Niveau Choix de l an;coagulant Fibrillation atriale FA valvulaire* Oui Lorsque le dabigatran est prescrit, une dose de 150mg 2 fois/j pourrait être envisagée pour la plupart des patients, en préférence de la dose de 110mg 2 fois/j, cette dernière étant recommandée en cas de: patients âgés 80 ans interactions médicamenteuses (ex: verapamil) risque élevé de saignement (score HAS-BLED 3) insuffisance rénale modérée (CrCl ml/min) IIa B Oui <65 ans et FA isolée (femmes incluses) Evaluer le risque d AVC Score CHA 2 DS 2 -VASc 0 1 Non (ex: non valvulaire) Non 2 Lorsque le rivaroxaban est envisagé, une dose de 20mg 1fois/ j devrait être envisagée pour la plupart des patients, la dose de 15mg 1 fois/j étant recommandée en cas de: risque élevé de saignement (score HAS-BLED 3) insuffisance rénale modérée (CrCl ml/min) IIa C Pas de traitement antithrombotique Traitement anticoagulant oral Evaluer le risque de saignement (Score HAS-BLED) Considerer les valeurs des patients et leurs préférences NACO AVK CrCl = clairance de la créatinine Prise en charge du saignement Patient présentant un saignement sous NACO Evaluation de l état hémodynamique, tests usuels de coagulation, pour mesurer l effet anticoagulant (TCA pour dabigatran, TP ou activité anti-xa pour rivaroxaban), fonction rénale, etc Mineur Retarder la prochaine prise ou arrêter le traitement Modéré à sévère Traitement symptomatique/de soutien Compression mécanique Fluid replacement Transfusion sanguine Charbon actif oral si NACO ingéré récemment * *avec dabigatran Très sévère Considérer rfviia ou CPC Filtration par charbon actif*/hémodialyse* TCA = temps de céphaline activée; NACO = nouvel anticoagulant oral: CPC = complexe de prothrombine concentrée; TP = temps de prothrombine; rvfvii = Factor VIIa recombinant activé 16

17 Evalua;on du risque de saignement: HAS- BLED Le score HAS- BLED: Permet aux prescripteurs d être informés sur l évaluation du risque de saignement Sensibilise les prescripteurs aux corrections des facteurs de risque de saignement A été validé dans plusieurs cohortes indépendantes Se corrèle bien au risque d HIC Un score HAS- BLED élevé ne devrait pas être utilisé exclusivement pour exclure des patients traités par des ACO CCS = Canadian Cardiovascular Society; EHRA = European Heart Rhythm Association; ESC = European Society of Cardiology; ACO = anticoagulant oral; HIC: hémorragie intra- cranienne Recommanda;ons sur la cardioversion Recommandation Classe Niveau Syndromes coronariens aigus (SCA) Points clés " Un usage concomitant d un traitement antiagrégant plaquettaire avec des NACO augmente significativement le risque de saignement (comme c est également le cas lors de l association de tout ACO avec un traitement antiagrégant plaquettaire). Chez les patients atteints d une FA d une durée 48h, ou quand cette durée n est pas connue, un traitement ACO (AVK avec INR 2-3 ou dabigatran) est recommandé pendant au moins 3 semaines avant et au moins 4 semaines après une cardioversion, et ce indépendemment de la méthode utilisée (électrique ou pharmacologique en oral ou i.v.). I B " Une période sous trithérapie est nécessaire (ACO + AAS + clopidogrel), suivi par une association ACO + traitement antiplaquettaire seul. " Après 1 an, les patients ayant une maladie vasculaire stable peuvent être pris en charge sous ACO seul (soit un AVK ou probablement un NACO) " Un patient prenant dabigatran peut présenter un SCA, étant donné la faible augmentation du nombre d IDM mais non significative sous dabigatran comparé à la warfarine, les médecins peuvent envisager d utiliser un AVK ou un autre NACO. Chez les patients présentant des facteurs de risque d AVC ou une FA récurrente, un traitement ACO (AVK à dose ajustée (INR 2-3) ou NACO) devrait être maintenu tout au long de la vie, sans tenir compte du maintien apparent du rythme sinusal, consécutif à la cardioversion. I B " Il y a peu de preuves pour remplacer dabigatran par un autre ACO chez les patients sous dabigatran souffrant d un SCA, étant donné les effets relatifs du dabigatran vs la warfarine sur les IDM chez les patients avec ou sans antécédent d IDM ou coronaropathie à l inclusion. Rivaroxaban à faible dose fournit un bénéfice dans le SCA mais aucune donnée sur le SCA en relation avec la dose utilisée en FA (20 mg 1 fois/j) n est disponible. Apixaban 5 mg 2 fois/j, lorsqu utilisé dans le SCA en combinaison avec AAS et clopidogrel, n était associé à aucune réduction des événements CV mais à un excès de saignements majeurs. INR = international normalized ratio; NACO = nouvel anticoagulant oral; ACO = anticoagulant oral; AVK = antivitamine K; SCA = syndrome coronarien aigu; CV = cardiovasculaire; NACO = nouvel anticoagulant oral; ACO = anticoagulant oral; VKA = antivitamine K; 17

18 Accident ischémique aigu " Si le TCA est prolongé chez un patient sous dabigatran (ou le TP sous rivaroxaban), ce patient devra être considéré comme anticoagulé et une thrombolyse ne devrait donc pas être administrée. Résumé " Insiste sur l importance du score CHA 2 DS 2 - VASc pour identifier les patients à risque vraiment bas qui ne nécessitent pas de traitement antithrombotique. " Les NACO largement préférables aux AVK chez une vaste majorité de patients atteints de FA non valvulaire, lorsqu ils sont utilisés comme dans les essais cliniques. " L utilisation d antiagrégant plaquettaire pour la prévention des AVC devrait être limitée aux peu de patients, qui refusent toute forme d ACO. TCA = Temps de Céphaline activée; AAS = acide acetylsalicylique; NACO = nouvel anticoagulant oral; ACO = anticoagulant oral; AVK = antivitamine K Progrès aoendus avec les nouveaux an;coagulants? Meilleure observance de traitement anti thrombotique après la sortie de l hôpital notamment pour une chirurgie orthopédique majeure. Traitement d un plus grand nombre de patients avec fibrillation auriculaire non valvulaire est donc diminution du nombre d accident vasculaire cérébral attendu. Efficacité plus grande? Réduction de fréquence des accidents liés à la iatrogénicité des antivitamines K. Problèmes aoendus avec les nouveaux an;coagulants? Données économiques. Coût du médicament, des examens de laboratoire mais aussi économie si réduction du nombre d accidents thrombotiques comparativement aux AVK. Réduction des dépenses de santé liée à la iatrogénicité des AVK. La nouveauté? Prudence à la prescription Exagération à la prescription 18

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris Liens d intérêt Investigateur d études Abott, AstraZeneca, Boston Scientific, Cordis Bristol-Myers Squibb,

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang!

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire le dabigatran? Lisez ce qui suit! Un intervalle thérapeutique

Plus en détail

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie (PEACE) Médecins réviseurs : Dr Steve Brulotte, cardiologue, CSSSAD-Lévis Dr Daniel D Amours, cardiologue, CHU Dr Guy Boucher, cardiologue,

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU

SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU APHAL - 24/09/2013 Dr Sébastien BUFFLER - Cardiologue Audrey FUSS - Interne en pharmacie Contexte

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS?

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? LES NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ORAUX «NATO» ou LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX «NACO» 4 Dabigatran, Rivaroxaban POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? Les Héparines Voie parentérale IV SC donc personnel

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Mise à jour des Recommandations 2012 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale

Mise à jour des Recommandations 2012 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale Docteur Damien MAES Mise à jour des Recommandations 2012 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale European Heart Journal 2012 Association Européenne du Rythme Cardiaque (EHRA); Avec le

Plus en détail

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux , rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux Damian Ratano a, Philippe Beuret a, Sébastien Dunner b, Alain Rossier b, Marc Uhlmann b, Gérard Vogel b, Nicolas Garin b Quintessence

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Pradaxa 75 mg, gélules 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque gélule contient 75 mg de dabigatran etexilate (sous

Plus en détail

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Version compacte des recommandations du groupe d experts «Rivaroxaban and anesthesiology» Version compacte de l édition révisée en novembre 2013* *Toutes

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas?

Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas? Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas? Mario Wilhelmy et Sarah Janecek Vous voulez prescrire...? Lisez ce qui

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Référentiel NACO. COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes

Référentiel NACO. COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes Référentiel COSEPS AP-HM Pr. B. Vialettes Médicaments cardiovasculaires Agonistes adrénergiques Antagonistes adrénergiques Antiarythmiques Inotropes (cardiotoniques) Douleur Agonistes opioïdes Sédatifs

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

PRADAXA (dabigatran etexilate) 110 mg et 150 mg gélules

PRADAXA (dabigatran etexilate) 110 mg et 150 mg gélules Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament PRADAXA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation de risques en Belgique et au Luxembourg,

Plus en détail

NACO (NOAC) en pratique

NACO (NOAC) en pratique NACO (NOAC) en pratique Avantages et inconvénients Le point de vue du clinicien E. FERRARI. CHU Nice. Conflits d intérêts Actelion Astra BMS Cephalon Lilly Pfizer Roche Novartis Sanofi MSD Leo Bayer Actelion

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

DÉCISION D'EXÉCUTION DE LA COMMISSION. du 5.8.2013

DÉCISION D'EXÉCUTION DE LA COMMISSION. du 5.8.2013 DÉCISION D'EXÉCUTION DE LA COMMISSION du 5.8.2013 modifiant l autorisation de mise sur le marché du médicament à usage humain «Xarelto - rivaroxaban» octroyée par la décision C(2008)5680 (Texte présentant

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

PRADAXA (dabigatran etexilate) 75 mg et 110 mg gélules

PRADAXA (dabigatran etexilate) 75 mg et 110 mg gélules Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament PRADAXA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation de risques en Belgique et au Luxembourg,

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle 1. Généralités : Alternative aux AVK surtout si INR instable, risque hémorragique globalement identique aux AVK, éducation nécessaire, pas de contrôle biologique d efficacité nécessaire, par contre contrôle

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

CONFERENCE MENSUELLE DE L AMPPU (section de Metz) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

CONFERENCE MENSUELLE DE L AMPPU (section de Metz) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS CONFERENCE MENSUELLE DE L AMPPU (section de Metz) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Dr Noura Zannad, Cardiologie Dr Noël Blettner, Gériatrie Hôpital de Mercy CHR Metz-Thionville 14 Janvier 2014 Conflits d intérêts!

Plus en détail

La «révolution» des nouveaux antithrombotiques?

La «révolution» des nouveaux antithrombotiques? La «révolution» des nouveaux antithrombotiques? Bernard PIERRE Chef du service de réadaptation cardiaque. Clinique Iris Enseignant à la Faculté de médecine Lyon-sud/Charles Mérieux Membre du bureau national

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS

CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CAPACITE DE GERONTOLOGIE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS Professeur Patrick JEGO - Service de Médecine Interne Rennes, mercredi 8 janvier 2014 Monsieur L, 92 ans, passe en FA permanente. Que faites vous?

Plus en détail