La fibrillation auriculaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La fibrillation auriculaire"

Transcription

1 La fibrillation auriculaire La fibrillation auriculaire (FA ) est l arythmie la plus fréquente. Le système de conduction auriculoventriculaire (A-V) est bombardé de stimulis électriques amenant une réponse ventriculaire inconstante. L absence de contraction auriculaire diminue le remplissage ventriculaire de 0 à 30 % et prédispose à la formation de thrombus intra-auriculaire. Septembre 03 La FA touche 3 % des patients de plus de 45 ans et 6,5 % de plus de 65 ans. Elle est associée à un risque de mortalité doublé, à une augmentation des AVC (risque multiplié en moyenne par 4,5 fois) et à un risque d insuffisance cardiaque de à 3 fois plus élevé. Facteurs prédisposants principaux Hypertension artérielle Diabète Cardiomyopathie Valvulopathie mitrale ou tricuspidienne MPOC Apnée du sommeil Obésité Une FA lente sans médication doit faire penser à une maladie du tissu de conduction A-V. Facteurs précipitants principaux Hyperthyroïdie Alcool Infarctus Post-opératoire Drogue (stimulant) Digitale Péricardite Embolie pulmonaire Infections/sepsis La FA et les AVC La fibrillation auriculaire est responsable de 5 à 0 % de tous les AVC; Les AVC ischémiques associés à la FA sont souvent plus graves que ceux liés à d autres causes; Le risque d AVC est le même, que la fibrillation auriculaire soit paroxystique ou soutenue; Le risque varie selon l âge et les conditions associées à la fibrillation auriculaire.! Classification et définitions Nouveau diagnostic de FA FA de novo FA paroxystique FA persistante FA permanente FA isolée «lone FA» Premier épisode de FA. FA récidivante durant moins de 7 jours, généralement < 48 heures avec retour spontané à un rythme sinusal. FA non autorésolutive en 7 jours ou nécessitant une cardioversion. Échec de la cardioversion ou décision (choix) de contrôle de la fréquence. FA idiopathique (sur un cœur sain). Paroxystique : Se terminant spontanément. Durée < 7 jours. Permantente Décision de laisser le patient en FA Persistante : Durée 7 jours ou nécessitant cardioversion Avec les années, la FA évolue fréquemment de paroxystique à persistante, puis permanente. Elle peut aussi être permanente d emblée. Plus la FA est présente depuis longtemps, moins elle a de chances d avoir une conversion spontanée et plus la cardioversion est difficile en raison d un remodelage auriculaire. Évaluation et investigation Caractériser le type clinique de FA (de novo, paroxystique, persistante ou permanente) : Évaluer la sévérité (y compris l effet sur la qualité de vie); Mesurer la pression artérielle et la fréquence cardiaque; Déterminer l étiologie, les causes réversibles (ex. : hyperthyroïdie) et les facteurs de risque dont le traitement pourrait réduire les récidives de FA ou améliorer le pronostic global (HTA, apnée du sommeil, dysfonction du venticule gauche, etc.); Évaluer le risque thromboembolique et hémorragique. L évaluation d une FA ne nécessite une référence à l urgence que si le patient présente une instabilité hémodynamique, une surcharge pulmonaire ou une ischémie myocardiaque active. Examen physique ECG Laboratoire de base Échographie transthoracique Rayons X pulmonaire B variable avec pouls irrégulièrement irrégulier d amplitude variable. Absence d onde P (onde F), espace R-R irrégulièrement irrégulier. Électrolytes, créatinine (estimation du DFG), TSH, FSC, coagulogramme, enzymes hépatiques. Évaluation de la fraction d éjection, taille de l oreillette gauche et recherche de valvulopathie. Recherche de pneumonie, de surcharge ou de signes d embolie pulmonaire. Examens complémentaires principaux (au cas pour cas) Épreuve d effort Monitoring ambulatoire (Holter) Échographie transoesophagienne Peut être utile pour voir si présence de maladies coronariennes et réponse ventriculaire au repos et à l effort. Pour vérifier le contrôle de la fréquence ventriculaire et établir une corrélation entre les symptômes et la FA. Indiquée si l on désire rechercher un thrombus en vue d une cardioversion.

2 PRÉVENTION DES AVC ÉVALUATION DES RISQUES D AVC ET D HÉMORRAGIE RISQUE D ACV : SCORE CHADS Pour évaluer le risque d AVC on doit utliiser le score CHADS. Les recommandations canadiennes 0 intègrent les éléments de valeur ajoutée démontrés par l outil CHA DS VASc en établissant des sous-catégories pour un risque CHADS de 0 ou. Facteurs de risque Point(s) C Insuffisance cardiaque Congestive H Hypertension A Âge 75 ans D Diabète S AVC (Stroke) Curr Opin Cardiol 0, 7: Max : 6 Chez les patients avec score CHADS de 0 ou, on doit tenir compte de : Âge plus grand que 65 ans; Sexe féminin (risque augmenté); Maladie vasculaire athérosclérotique : antécédents d infarctus, de maladie vasculaire périphérique ou présence de plaques d athérosclérose aortiques. Aucun facteurs de risque additionnel d AVC CHADS 0 Augmentation du risque d AVC Aspirine Femme ou maladie vasculaire Anticoagulants oraux * 65 ans ou femme avec maladie vasculaire CHADS CHADS Pas de traitement antithrombotique Anticoagulants oraux * * L aspirine (75 à 35 mg) est une alternative raisonnable chez certains patients, en tenant compte des risques et avantages. Skanes AC, Healey JS et coll., Journal can. de cardiologie 0 mars;8(): 5-36 Anticoagulants oraux Score CHADS Risque d AVC ajusté (%/année) (intervalle de confiance : 95 %) 0,9 (, - 3,0),8 (,0-3,8) 4,0 (3, - 5,) 3 5,9 (4,6-7,3) 4 8,5 (6,3 -,) 5,5 (8, - 7,5) 6 8, (0,5-7,4) European Heart Journal Advance Access published September 5, 0 RISQUE HÉMORRAGIQUE : SCORE HAS-BLED Le risque hémorragique dépend de l agent antithrombotique utilisé et des caractéristiques du patient. Il peut être diminué en corrigeant les facteurs modifiables, particulièrement : la médication, l alcool et le contrôle de l hypertension. Le score HAS-BLED est un excellent outil d évaluation du risque hémorragique. À partir de 3 points, le risque augmente de façon très importante. Malheureusement, en général, plus le risque thrombotique (CHADS ) augmente, plus le score HAS-BLED s accentue. Facteurs de risque Point(s) H Hypertension systolique > 60 A Fonctions rénales ou hépatiques Anormales : ( point chaque) Fonction rénale anormale : créatinine > 00, dyalise ou greffe Fonction hépatique anormale : AST > 3 fois la normale ou bilirubine > fois ou maladie hépatique chronique ou S AVC (Stroke) B Antécédents de saignement (Bleeding) L INR variable (Labile) : moins de 60 % de valeur cible E Âge > 65 ans (Elderly) D La décision d anticoaguler doit d abord être prise selon le score CHADS. Le risque d AVC dépasse presque toujours le risque hémorragique. (Drugs) : ( point chaque) Médicament augmentant le risque de saignement (ex. : AINS, AAS, clopidogrel, prednisone, etc.) Abus d alcool European Heart Journal Advance Access published September 5, 0 ou Max : 9 En présence d un risque élevé de saignement (score HAS-BLED 3), on devrait envisager une consultation en spécialité pour déterminer la meilleure option de traitement. Risque hémorragique par ordre croissant. AAS : 75 à 35 mg id ou clopidogrel 75 mg id;. Association AAS-clopidogrel; 3. Dabigatran 0 mg bid; 4. Dabigatran 50 mg bid, rivaroxaban et antagonistes de la vitamine K. L apixaban semble avoir un risque de saignement moindre. Pour les antagonistes de la vitamine K, le risque varie selon le RIN et la qualité du suivi. Score HAS-BLED Saignement par 00 patients/année 0,3,0,88 3 3,74 4 8,70 5,50

3 PRÉVENTION DES AVC TRAITEMENT ANTICOAGULANT Lorsqu un traitement aux anticoagulants est indiqué, les recommandations canadiennes 0 suggèrent que la majorité des patients reçoivent du dabigatran, du rivaroxaban ou de l apixaban de préférence à la warfarine. La préférence pour l un des nouveaux anticoagulants oraux au lieu de la warfarine est moins marquée parmi les patients qui reçoivent déjà de la warfarine avec INR stables et aucune complication hémorragique. Les nouveaux agents anticoagulants ne doivent pas être utilisés dans la FA valvulaire (présence de valvulopathie significative ou d une prothèse valvulaire). Critères de remboursement de la RAMQ : Le dabigatran, le rivaroxaban ainsi que l'apixaban sont remboursés à titre de médicament d exception chez les personnes présentant de la FA non valvulaire nécessitant une anticoagulothérapie : Chez qui l anticoagulation avec la warfarine ou le nicoumalone n est pas dans l écart thérapeutique visé; OU Pour qui le suivi de l anticoagulation avec la warfarine ou le nicoumalone n est pas possible ou non disponible. Code : CV55 Posologies pour l indication liée à la FA Dabigatran (Pradaxa MC ) Rivaroxaban (Xarelto MC ) Apixaban (Eliquis MC ) Dose standard 50 mg bid 0 mg qd 5 mg bid Dose modifiée * 0 mg bid 5 mg qd,5 mg bid * Envisager la dose modifiée si âge > 75 ans, en particulier avec le dabigatran. Un ajustement posologique devrait être considéré si DFG entre 30 et 50 ml/min. Aucun de ces médicaments ne doit être administré en présence d un DFG < 30 ml/min. Pharmacocinétique En raison de la demi-vie relativement courte des nouveaux agents, l effet anticoagulant apparaît rapidement après la prise et disparaît aussi rapidement lors de l arrêt. Pour le passage de la warfarine aux nouveaux anticoagulants, cesser la warfarine et débuter les agents lorsque RIN <. Warfarine (coumadin MC ) Dabigatran (Pradaxa MC ) Rivaroxaban (Xarelto MC ) Apixaban (Eliquis MC ) Pic de l effet anticoagulant 4 à 5 jours à 3 heures à 4 heures 3 à 4 heures Demi-vie 0 à 60 heures à 7 heures 5 à 3 heures 8 à 5 heures Élimination Hépatiques (enzymes Cytochrome P450) Rénale (85 %) Rénale (66 %) et voie fécale (33 %) Rénale ( 7 %) et voie fécale ( 73 %) Interactions médicamenteuses Les interactions avec les nouveaux agents oraux sont mal connues. Tous les nouveaux anticoagulants oraux doivent être éviter avec la rifampicine. D autres inducteurs de la GPP peuvent diminuer la concentration sérique de dabigatran (rifampicine, phénytoïne, carbamazépine, phénobarbital, millepertuis); Tous ces agents sont contre-indiqués avec le kétoconazole. De plus, l apixaban et le rivaroxaban sont contre-indiqués avec l'itraconazole, le voriconazole, le posaconazole ou le ritonavir; Dabigatran : plusieurs inhibiteurs de la glycoprotéine P (GPP) peuvent augmenter la concentration sanguine de dabigatran (clarythromicine, vérapamil, amiodarone, etc,). Aucun ajustement de dose n a été recommandé. La prudence est de mise. Warfarine (coumadin MC ) Il y a bien sûr de nombreuses interactions avec la warfarine. Toutefois, ces interactions peuvent être gérées par la surveillance de l INR et l ajustement de la posologie. Warfarine et nouveaux anticoagulants oraux Il y a un risque accru d hémorragie à l utilisation concommitante avec les AINS ou les antiplaquettaires, y compris l aspirine à faible dose. Maladie coronarienne Lorsqu un traitement antiplaquettaire est indiqué en association avec un traitement anticoagulant, l opinion d un spécialiste est souhaitable pour s assurer du traitement le plus adéquat possible. Les connaissances et l expérience clinique évoluent rapidement sur ce sujet. Les recommandations canadiennes 0 sont les suivantes : Maladie coronarienne stable Les patients devraient recevoir un traitement antithrombotique selon le risque d AVC : ASA seule pour la plupart des CHADS : 0 Anticoagulants oraux pour la plupart des CHADS Maladie coronarienne instable Les patients avec syndrome coronarien aigu ou ayant eu une dilatation coronarienne devraient recevoir une thérapie antithrombotique basée sur l évaluation du risque d AVC et de récurrence d événements coronariens en tenant compte du risque d hémorragie associé à la combinaison de thérapies antithrombotiques. Si risque élevé d AVC, ces traitements peuvent inclure : aspirine, clopidogrel et anticoagulants oraux. Toutefois, il y a peu de données sur ces associations qui font actuellement l objet d études. 3

4 Insuffisance rénale chronique (IRC) Warfarine : l IRC ne modifie pas le dosage mais, étant donné le risque accru de saignement, l INR doit être particulièrement surveillée. L efficacité de la warfarine dans l IRC sévère (risques par rapport aux bénéfices) a été peu étudiée. Une anticoagulation de routine n est pas recommandée chez les patients sous dialyse avec FA, les risques pouvant dépasser les bénéfices. Nouveaux anticoagulants oraux : aucun ne devrait être administré si DFG < 30 ml/min. On devrait surveiller la fonction rénale une à deux fois par année selon la condition du patient afin d ajuster ou de cesser la thérapie, si indiqué. Dabigatran (Pradaxa MC ) Actuellement contre-indiqué pour un DFGe < 30 ml/min. Un ajustement posologique (dose de 0 mg po bid) devrait être considéré chez les patients de plus de 75 ans et chez ceux présentant un risque hémorragique : IRC modérée (DFG : 30 à 50 ml/min);* Utilisation concomitante d un inhibiteur de la P-glycoprotéine (ex. : vérapamil); Antécédents de saignements ou maladies associées à risques d hémorragie; Utilisation de clopidogrel, d un AINS ou d acide acétylsalicylique; Patients de faible poids corporel (< 50 kg). * Certains organismes, dont le Programme de gestion thérapeutique des médicaments (PGTM), recommandent une dose de 0 mg bid si DFG entre 30 et 50 ml/min, indépendamment de l âge. : calcul selon les formules MDRD et Cockroft-Gault (français) : calcul selon les formules MDRD et CKD-EPI (anglais) Rivaroxaban (Xarelto MC ) Non recommandé si DFG < 30 ml/min. La posologie devrait être diminuée à 5 mg fois/jour, si IRC modérée (30 à 49 ml/min). Apixaban (Eliquis MC ) Non recommandé si DFG < 5 ml/min et chez patients dialysés. Non étudié entre 5 et 4 ml/min. Diminuer la dose à,5 mg po bid si présence de deux des caractéristiques suivantes : Créatinine sérique 33 µmol/l; Âge 80 ans; Poids corporel 60 kg. Traitement antithrombotique périopératoire Patients avec FA ou flutter recevant un antiplaquettaire ou un anticoagulant oral et devant subir une intervention chirurgicale ou diagnostique : la conduite sera ajustée selon le risque de saignement lié à l intervention et le risque d AVC. Risque d AVC très faible à modéré CHADS Cesser l agent antithrombotique avant l intervention. Une fois que l hémostase est établie après l intervention (environ 4 heures), le traitement antithrombotique devrait être repris. Durée d arrêt : Warfarine : 5 jours, si RIN de à 3; Dabigatran, rivaroxaban ou apixaban : jours. Aspirine ou clopidogrel : 7 à 0 jours (si utilisé uniquement pour la FA). Risque d AVC élevé Valve mécanique; ICT ou AVC récent; Cardiopathie rhumatismale; CHADS 3; Risque d autres thromboembolies. Évaluer le risque de saignement majeur lié à l intervention : Risque de saignement périopératoire acceptable (risque d AVC plus grand que risque de saignement). Risque important de saignement majeur et potentiellement problématique (risque de saignement et d AVC tous deux important). Continuer le traitement aux anticoagulants oraux pendant la période périopératoire ou le cesser avant l opération et donner de l HBPM ou de l HNF en périopératoire. Cesser les anticoagulants oraux avant l intervention et donner de l HBPM ou de l HNF jusqu à à 4 heures avant l intervention. Une fois que l hémostase est établie après l intervention (environ 4 heures), le traitement antithrombotique devrait être repris en faisant la transition avec de l HBPM ou de l HNF. Recommandations conditionnelles, données probabantes de faible qualité. Chirurgies dentaires Chirurgie de la cataracte Ponctions et infiltrations courantes en cabinet Le risque d hémorragie varie selon l intervention. Une communication avec le dentiste permettra de connaître le risque associé à la procédure. Voir l'apendice du protocole d'anticoagulation de l'iness (www.inesss.qc.ca) Lorsque pratiquée sous anesthésie topique sans bloc rétrobulbaire, elle présente généralement un faible risque de saignement et ne nécessite pas l arrêt de l anticoagulation. Faites par un clinicien d expérience, le risque est faible dans la plupart des cas, surtout si le site est compressible. Un arrêt de l anticoagulation n est habituellement pas nécessaire. Pour les infiltrations nécessitant une scopie, un arrêt de l anticoagulation est presque toujours indiqué (ex. : hanche, épidurale, transforaminale et facettaire). Le fait qu il n existe actuellement pas d antidote spécifique à l effet anticoagulant des nouveaux agents et que la mesure de leur effet thérapeutique soit cliniquement difficile constitue un désavantage certain. Des études sont présentement en cours pour définir l approche thérapeutique appropriée lors d un saignement majeur chez les patients recevant ces médicaments. 4

5 CONTRÔLE DU RYTHME VS CONTRÔLE DE LA FRÉQUENCE Les objectifs sont d améliorer les symptômes associés à un rythme ventriculaire excessif et de conserver une bonne qualité de vie. On n a jamais démontré qu une stratégie du contrôle du rythme diminuait la mortalité comparativement au contrôle de la fréquence. Le choix d une stratégie ou l autre ne modifie pas la décision quant à l anticoagulation. Le contrôle du rythme n implique pas nécessairement l élimination de tous les épisodes de FA. On doit continuellement réévaluer la stratégie au fur et à mesure de l évolution du patient. En faveur de la régulation de la fréquence FA persistante FA peu symptomatique Âge 65 ans Hypertension Pas d antécédent d ICC Échec d un traitement antiarythmique antérieur Préférences du patient Pour la régulation du rythme FA paroxystique Premier épisode de FA FA symptomatique Âge < 65 ans Absence d hypertension Antécédent d ICC clairement exacerbée par la FA Pas d échec d un traitement antiarythmique antérieur Préférences du patient Un contrôle du rythme est recommandée chez les patients demeurant symptomatiques avec un contrôle de la fréquence et chez les patients dont le contrôle de la fréquence a peu de chances de contrôler les symptômes. INDICATION DE CARDIOVERSION Une cardioversion est nécessaire lorsque la FA ou le flutter rapide sont responsables d une instabilité hémodynamique, de surcharge pulmonaire ou d ischémie myocardique active. Si le patient est stable, on doit choisir entre le contrôle du rythme ou de la fréquence. Patient hémodynamiquement instable avec une FA ou un flutter de plus de 48 heures : Patient avec une FA ou un flutter d une durée connue de moins de 48 heures : Patient hémodynamiquement stable avec une FA ou un flutter de plus de 48 heures : Nécessite une cardioversion urgente, doit être hépariné et anticoagulé pour au moins 4 semaines après la cardioversion. Si risque d ACV particulièrement élevé : héparine intraveineuse ou héparine à bas poids moléculaire, si possible avant la cardioversion ou immédiatement après. Peut être cardioversé, sans anticoagulation préalable. Le patient sera ensuite anticoagulé, si nécessaire, selon le risque d AVC et de saignement pour une période de 4 semaines ou de façon permanente selon la condition. Si risque très élevé d AVC (valve mécanique, maladie rhumatismale ou antécédents d AVC ou d ICT), la cardioversion devrait, si possible, être retardée (anticoagulation 3 semaines avant et 4 semaines après la cardioversion). Il y a deux choix : il peut être cardioversé en étant guidé par une échographie transoesophagienne ou d abord anticoagulé (avec la warfarine, en visant un RIN entre et 3, ou dabigatran) pour au moins 3 semaines avant et 4 semaines après la cardioversion. DURÉE CONNUE < 48 HEURES et absence de risque élevé d AVC (valve mécanique avec RIN <,5, cardiopathie rhumatismale, ICT ou AVC récent) DURÉE CONNUE 48 HEURES OU INCERTAINE ou patient à risque élevé d AVC Hémodynamiquement instable Hémodynamiquement stable Contrôle de la fréquence Cardioversion électrique urgente Cardioversion pharmacologique ou électrique Anticoagulation orale thérapeutique pendant 3 semaines avant la cardioversion Cardioversion guidée par l ETO (anticoagulation orale initiée avec héparine) Thérapie antithrombotique L héparine doit être continuée jusqu à un niveau thérapeutique d anticoagulation par voie orale. Suite à une tentative de cardioversion : Si la FA ou le flutter persiste ou récidive ou si les symptômes suggèrent que l épisode actuel de FA ou de flutter est récurrent, un traitement antithrombotique (anticoagulants oraux ou aspirine tel qu approprié) devrait être débuté et continué indéfiniment. Si le rythme sinusal est rétabli et maintenu pendant 4 semaines, la nécessité d un traitement antithrombotique continu devrait être évalué selon le risque d AVC (score CHADS ) et, dans certains cas, il sera nécessaire de consulter un expert. ABLATION DE LA FA PAR CATHÉTER L'ablation par cathéter est une option pour maintenir un rythme sinusal chez certains patients symptomatiques, réfractaires ou intolérants à au moins un antiarythmique et en l'absence d'une cardiopathie sévère (l atteinte peut être minime à modérée). Dans certains cas, l'ablation peut être une intervention appropriée en re intervention. Profil typique mais non exclusif pour l'ablation de FA : L ablation n est pas une solution de rechange aux anticoagulants oraux. < 80 ans; Si score CHADS, FA symptomatique; continuer l anticoagulant oral après l ablation. Antiarythmiques non efficaces ou non tolérés; FA paroxystique ou persistante avec épisodes de courte durée; Sans cardiopathie sévère (l atteinte peut être minime à modérée, ex. : dysfonction du VG ou cardiopathie valvulaire). 5

6 CONTRÔLE DU RYTHME VS CONTRÔLE DE LA FRÉQUENCE 3 AGENTS DE CONTRÔLE DU RYTHME FONCTION SYSTOLIQUE VENTRICULAIRE GAUCHE NORMALE SANS ANTÉCÉDENTS D ICC Dronédarone Flécaïnide Propafénone Sotalol * Amiodarone ( e choix) Ablation par cathéter ANTÉCÉDENTS D ICC OU DE DYSFONCTION SYSTOLIQUE VENTRICULAIRE GAUCHE Fraction d éjection > 35 % Amiodarone Sotalol * Fraction d éjection 35 % Amiodarone Dronédarone : administrer avec prudence en Ablation par cathéter combinaison avec la digoxine. Agents de classe : éviter chez les coronariens. Doivent être combinés avec bloquants du nœud A-V. * Sotalol : administrer avec prudence si fraction d éjection de 35 à 40 % et si risque de torsades de pointes (en particulier chez les femmes > 65 ans prenant des diurétiques). Dronédarone Choix raisonnable pour le contrôle du rythme chez des patients sélectionnés atteints de FA. Typiquement, il s agirait de patients avec FA non permanente (surtout paroxystique) et sans cardiopathie structurelle significative. Un contrôle des enzymes hépatiques dans les six mois après le début du traitement est conseillé. Non recommandée : si la FA est permanente, aux seules fins de contrôle de la fréquence, ni en présence d ICC ou de fraction d éjection 40%. Utiliser avec prudence si prise de digoxine. 4 AGENTS DE CONTRÔLE DE LA FRÉQUENCE INSUFFISANCE CARDIAQUE Bêtabloquant ± digoxine MALADIE CORONARIENNE Bêtabloquant Bloqueurs des canaux calciques Association médicamenteuse SANS INSUFFISANCE CARDIAQUE OU MALADIE CORONARIENNE Bêtabloquant Bloqueurs des canaux calciques Digoxine Association médicamenteuse Il est recommandé de viser un rythme cardiaque au repos < 00 battements/ minute (bpm). Bêtabloquants Aténolol (Ténormin MC ) Métoprolol (Lopressor MC )* Bisoprolol (Monocor MC )* Nadolol (Corgard MC ) Propanolol (Inderal MC ) mg PO die 5-00 mg PO bid,5-0 mg PO die 0-60 mg PO die-bid 80 à 40 mg PO tid Effets indésirables : Bradycardie, hypotension, fatigue, dépression Préférables en cas de maladie coronarienne. * Recommandés si dysfonction ventriculaire et insuffisance cardiaque. Bloqueurs des canaux calciques non-dihydropyridines Vérapamil Diltiazem 0 à 480 mg PO die 0 à 40 mg PO bid 0 à 480 mg PO die 0 à 40 mg PO bid Effets indésirables : Bradycardie, hypotension, constipation Bradycardie, hypotension, oedème des chevilles Ne pas utiliser si fraction d éjection < 40 %. Risque de bloc AV complet si associés à bêtabloquants. Utilisez cette combinaison avec prudence à moins qu un pacemaker ne soit en place. Digoxine (digitale) 0,065 à 0,5 mg PO die Effets indésirables : bradycardie, nausées, vomissements, troubles visuels Utilisée surtout en association, en particulier si dysfonction ventriculaire gauche (thérapie de e ligne). Peut être considérée en monothérapie seulement chez les patients sédentaires. 5 TRAITEMENT ANTIARYTHMIQUE INTERMITTENT ("PILL IN POCKET") Ce traitement peut constituer une solution de rechange au traitement antiarythmique quotidien chez les patients symptomatiques avec épisodes peu fréquents, mais plus prolongés de FA ou de flutter. C est une alternative à la prise quotidienne d antiarythmique chez les patients symptomatiques avec épisodes peu fréquents et persistants de FA ou de flutter. Le patient prend une médication uniquement lorsqu'épisode symptomatique. On peut utiliser soit la propafénone (450 à 600 mg en une dose) ou la flécaïnide (00 à 300 mg au total en une ou plusieurs doses). Cette approche peut être associée à un bêtabloqueur à action rapide (ex. : métoprolol 50 à 00 mg) pour diminuer le risque d une accélération de la réponse ventriculaire. Auteurs : Gilles Côté, M.D., omnipraticien et médecin-conseil à l'agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent. Collaborateurs : Drs Guy Boucher et Jean-Christophe Carvalho, cardiologues, CSSS de Rimouski-Neigette. Références : Allan C. Skanes, MD, FRCPC, Jeff S. Healey, MD, MSc, FRCPC, John A. Cairns, MD, FRCPC et al, Focused 0 update of the Canadian Cardiovascular Society Atrial Fibrillation Guidelines. Canadian Journal of Cardiology 8 (0) Outil clinique de l'iness : Site internet de la Société canadienne de cardiologie (programmes ligne directrice) : Pour commander des copies : ou

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie (PEACE) Médecins réviseurs : Dr Steve Brulotte, cardiologue, CSSSAD-Lévis Dr Daniel D Amours, cardiologue, CHU Dr Guy Boucher, cardiologue,

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Fibrillation auriculaire*

Fibrillation auriculaire* ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Fibrillation auriculaire* * Rédaction conforme au décret n 2011-77 du 19 janvier 2011. La fibrillation auriculaire est aujourd hui désignée par le terme «fibrillation

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas?

Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas? Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas? Mario Wilhelmy et Sarah Janecek Vous voulez prescrire...? Lisez ce qui

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang!

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire le dabigatran? Lisez ce qui suit! Un intervalle thérapeutique

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize **

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** Fibrillation auriculaire 1 Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** * Service de Cardiologie, CHU Nord, 13015 Marseille Tél : 0491968682 Fax : 0491962162 E-mail : levy@aix.pacwan.net **

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Fibrillation auriculaire

Fibrillation auriculaire Primary 2003;3:695 699 Fibrillation auriculaire J. Sztajzel, H. Stalder Introduction La fibrillation auriculaire (FA) est une arythmie supraventriculaire fréquente avec une prévalence dans la population

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie Webinaire de l INESSS présenté par Mélanie Tardif,

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Prise en Charge de la Fibrillation Auriculaire

Prise en Charge de la Fibrillation Auriculaire Prise en harge de la Fibrillation uriculaire Prise en harge de la Fibrillation uriculaire: recommandations ES 2010 et 2012. Traduites pour le site de la cardiologie francophone par les Drs arlos El-Khoury

Plus en détail

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE ANNÉE 2006-2007 B PROJET UT CLIENTÈLE CIBLE MÉDICATION ECG/ ACTIVE (29 S ÉTUDE EN COURS) 14/05/2003 Active W : 02/12/2004 Évaluer si le Clopidogrel plus AAS est supérieur

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée

Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée Arrhythmias in the elderly S. Dinanian* Modifications physiopathologiques liées au vieillissement L allongement de l espérance de vie est un

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Traitement antithrombotique et fibrillation auriculaire y a-t-il du nouveau?

Traitement antithrombotique et fibrillation auriculaire y a-t-il du nouveau? Les arythmies Traitement antithrombotique et fibrillation auriculaire y a-t-il du nouveau? Michael Benzazon et Nicolas Bussières 5 M me Effa se présente à votre cabinet, car elle a depuis peu des palpitations.

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE

FIBRILLATION AURICULAIRE VOTRE GUIDE COMPLET À LA FIBRILLATION AURICULAIRE LA PRISE EN CHARGE DE LA FIBRILLATION AURICULAIRE (FA) (MODULE 2) MODULE 2: LA PRISE EN CHARGE DE LA FIBRILLATION AURICULAIRE (FA) ii CONTENU iii Aperçu

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Warfarine, à vos marques prêts partez!

Warfarine, à vos marques prêts partez! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Warfarine, à vos marques prêts partez! Martin Lacasse et Marie-Claude Descarreaux Vous voulez prescrire de la warfarine? Lisez ce qui suit! Tableau I Indications

Plus en détail

Web conférence anticoagulants

Web conférence anticoagulants Web conférence anticoagulants Dr Nadjib Hammoudi Praticien hospitalier Institut de Cardiologue-Hôpital de la pitié Salpêtrière Dr Chantal Amoudry Cardiologue libérale Iatrogénie et AVK Plus de 1% de la

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE Assurer le suivi des personnes recevant un Page 1 de 12 O.C. 6.5 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les connaissances et les compétences nécessaires,

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux , rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux Damian Ratano a, Philippe Beuret a, Sébastien Dunner b, Alain Rossier b, Marc Uhlmann b, Gérard Vogel b, Nicolas Garin b Quintessence

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA)

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) F. Hidden-Lucet Pitié-Salpétrière francoise.hidden-lucet@psl.aphp.fr Avril 2015

Plus en détail

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Version compacte des recommandations du groupe d experts «Rivaroxaban and anesthesiology» Version compacte de l édition révisée en novembre 2013* *Toutes

Plus en détail

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris Liens d intérêt Investigateur d études Abott, AstraZeneca, Boston Scientific, Cordis Bristol-Myers Squibb,

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold

28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold 1 Quelle est la dose recommandée de Xarelto dans la préven;on des ETEV en cas d interven;on chirurgicale orthopédique majeure

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Cardiomyopathie hypertrophique

Cardiomyopathie hypertrophique Titre du document (En-tête) LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiomyopathie hypertrophique Protocole national de diagnostic et de soins pour les maladies rares Août 2011 HAS/Nom

Plus en détail

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle 1. Généralités : Alternative aux AVK surtout si INR instable, risque hémorragique globalement identique aux AVK, éducation nécessaire, pas de contrôle biologique d efficacité nécessaire, par contre contrôle

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM DABIGATRAN ETEXILATE (Pradaxa Boehringer Ingelheim [Canada] Ltée) Indication : prévention de l AVC et de l embolie systémique chez le patient atteint de fibrillation auriculaire

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 30 octobre 2012 Bulletin no 1 / 2012-2013 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La première réunion du Comité de pharmacologie de l année 2012-2013 a eu lieu le 30 octobre 2012. RÉSUMÉ EN QUELQUES

Plus en détail

Dernières nouvelles sur la prise en charge d urgence de la fibrillation auriculaire : cardioversion et autres

Dernières nouvelles sur la prise en charge d urgence de la fibrillation auriculaire : cardioversion et autres Dernières nouvelles sur la prise en charge d urgence de la fibrillation auriculaire : cardioversion et autres Objectifs Évaluer quels patients atteints de FA présentent un risque d AVC Examiner les données

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014. Christian BRETON Nancy (France) 1

MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014. Christian BRETON Nancy (France) 1 MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014 Christian BRETON Nancy (France) 1 Le Docteur Christian BRETON déclare les conflits d intérêts suivants : - ASTRA ZENECA, BAYER, BIOPHARMA, BOEHRINGER, DAICHI-SANKYO, MSD,

Plus en détail

UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC. VERSION FINALE v1.1. Dernière mise à jour : Le 4 septembre 2013

UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC. VERSION FINALE v1.1. Dernière mise à jour : Le 4 septembre 2013 CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ CONCERNANT LA FIBRILLATION ET LE FLUTTER AURICULAIRES UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC VERSION

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, août 2014 1 Situation infirmière

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail