ACFA et AVK. Pr JM Serot

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACFA et AVK. Pr JM Serot"

Transcription

1 ACFA et AVK Pr JM Serot

2 ACFA Acfa non valvulaire 1 % de la population 4,5 millions de personnes dans l'union européenne 2,2 millions de personnes aux Etats-Unis >10% chez les >80 ans Incidence annuelle: 2% chez les >80 ans ans: acfa responsable de 25% des AVC avec une mortalité 33% à 1 an et 50% à 2 ans Etude ISAM: les patients sous AVK ont un 2<INR<3, 8 mois sur 12 (Etude ISAM? Mahé I, 2006) Clinique asymptomatique, asthénie, aggravation ins Cardiaque, OAP

3 5 types de FA 1. FA nouvellement diagnostiquée : 1 er épisode mis en évidence, quelque soit la durée de l arythmie ou la sévérité des symptômes (asymptomatique, décompensation cardiaque ) 2. FA paroxystique : FA cédant spontanément en moins de 7 jours le plus souvent en moins de 48H

4 3. FA persistante : FA > 7 jours ou nécessitant une cardioversion (médicamenteuse ou électrique) pour céder 4. FA persistante au long cours : FA > 1 an malgré la mise en place d une stratégie de contrôle du rythme (tentative de cardioversion) 5. FA permanente : arythmie «acceptée», sans tentative de retour en rythme sinusal Guidelines for the management of atrial fibrillation, European Heart Journal 2010;31

5

6 Facteurs de risque Âge; idiopathique, fréquente à partir de 60 ans mais également chez l'adulte jeune il suffit souvent d'une infection intercurrente pour déclencher une FA. Ins coronarienne RR=2 HTA RR=2 Ins cardiaque RR=17 valvulopathies : RM, mais aussi maladie mitrale, et plus rarement IM pure, RA, IA... myocardiopathies : ischémique, hypertrophique, primitive dilatée, myocardite... péricardite : aiguë virale mais aussi chronique. cardiopathies congénitales, surtout communications interauriculaires à l'âge adulte. hyperthyroïdie : en l'absence de cause cardiaque, un dosage de TSH sera utile. D-dimères (J Eikelboom, 2011), étude ancillaire RE-LY, 6170 patients, nbre d AVC plus important dans le quartile supérieur

7 FA : processus dynamique Guidelines for the management of atrial fibrillation, European Heart Journal 2010;31

8 Complications de la FA

9

10 Retentissement FA : score EHRA Guidelines for the management of atrial fibrillation, European Heart Journal 2010;31

11 Risque d AVC Sans valvulopathie: 5% par an; X5/population générale Avec valvulopathie (X17)

12 Les questions Faut-il réduire le trouble du rythme? Comment le réduire? Faut-il anticoaguler?

13 Faut-il réduire l acfa? (N Eng J Med, 2002) 4060 patients, ~ 70 ans, suivis 3.5 ans Groupe 1: réduction + AVK pdt 12 semaines Groupe 2: pas de réduction, ralentissement du rythme + AVK au long cours Résultats pas de différence significative Groupe 2: 310 décès (25.9%), 77 AVC (5.5%) Groupe 1: 356 décès (26.7%), 80 AVC (7.1%, majorité après arrêt des AVK)

14 Faut-il réduire l acfa? (Roy D, NEJM 2008;358: ) Acfa, 1376 patients avec Insuffisance Cardiaque (FE<35%), suivis 37 mois Pas de différence entre groupe réduction et groupe sans réduction Décès cause CV Décès toute cause AVC Défaillance cardiaque

15 Fréquence ou rythme? AFFIRM : pas de différence entre les 2 stratégies pour : Mortalité er risque d AVC Apparition d une insuffisance cardiaque Qualité de vie Privilégier le rythme sinusal si : Patient jeune symptomatique Mauvaise tolérance HDN FA secondaire à une cause Wyse DG et al, N Engl J Med 2002;347

16 Cardioversion Electrique > pharmacologique Guidelines for the management of atrial fibrillation, European Heart Journal 2010;31

17 Ablation du nœud AV FA symptomatique FA résistante aux différents AA Effets secondaires majeurs des AA Cardioversion électrique impossible ou échec Ajout d 1 implant cardiaque

18 Ablation FA par catheter Patients symptomatiques Avant les AA si ACFA paroxystique sans pathologie cardiaque (ou minime) Alternative à l amiodarone si ACFA persistante sans pathologie cardiaque ou en cas de pathologie cardiaque sous jacente, après les AA dits «moins toxiques» (patients jeunes) Pas de preuve de bénéfice si asymptomatiques

19 Les anti-arythmiques de la décennie

20 Un nouvel anti-arythmique: dronédarone Classe III, diminue le nombre de passage en FA et de récidives (étude EURIDIS) Etude ATHENA (Hohnloser SH, 2009): >75 ans (avec ou sans facteur de risque de FA), ou >70 ans avec au moins 1 facteur de risque de FA (pas d insuffisance cardiaque sévère) 1 er AAr qui fait baisser la mortalité, la morbidité et les AVC dans la FA Hospitalisation CV ou décès

21 La Dronédarone (Multaq) Anti-arytmique de la même classe que l amiodarone Indication de classe 3: Maintien du rythme sinusal chez tous les patients atteints de FA paroxystique ou persistante Ralentir le rythme cardiaque CI insuffisance cardiaque NYHA III ou IV

22 Dronedarone : indications HAS 2010 Patient stable avec ATCD de FA Patient en FA non permanente Prévention récidive : Recule la survenue récidive de FA et diminue la FC lors de la récidive : EURIDIS, ADONIS Diminue nb d hospitalisations et nb de décès par cause CV ms pas mortalité globale : ATHENA Ralentir FC Diminution significative de la FC : ERATO (11.7btm) Bramah N.Singh et al, NEJM 2007 Stefan H.Hohnloser et al, NEJM 2009 Davy JM et al, AM Heart J 2008

23 Dronédarone Non remboursé depuis juillet 2011 Depuis sa commercialisation: 141 hépatites (2 transplantations) Ins Card: Surmortalité dans le groupe dronédarone 21 cas de fibrose pulmonaire

24 Les nouveaux anti-arythmiques Vernakalant: restauration du R Sinusal si FA mal tolérée AMM européenne en IV per os phase III Budiodarone: analogue de l amodiarone phase III en cours

25 Contrôle fréquence cardiaque Guidelines for the management of atrial fibrillation, European Heart Journal 2010;31

26 Les scores Risque d AVC Risque hémorragique

27 Score de risque embolique score CHADS2 (Gage BF, 2001) Études antérieures AFI, SPAF, ACCP Score CHADS2 (2001) 1 point: Âge>75 ans HTA Diabète Insuffisance Cardiaque (FE<40%) 2 points si atcd AVC ou AIT

28 CHADS2 révisé (Rietbrock S, 2008) Sexe féminin 1 Histoire d'avc ou AIT 1 Diabète 1 Age ans (80-84 ans) 2 (5) TOTAL ans (80-84 ans) 5 (8) Risque embolie cérébrale (% par an) 2.6 (6.1%)

29 Score de risque embolique score CHADS patients, acfa, ans, sortant d hôpitaux américains Non traités par AVK Incidence annuelle des AVC, score CHADS2 = 0 1.9% score CHADS2 = 6 >18%

30 Limites de CHADS2 Bonne prise en compte des atcd d AVC Mais prise en compte insuffisante des facteurs de risque modérés (Neurology, 2007): Prise en compte des préférences des patients (2/3 préfèrent AVK si risque d AVC>2%; Man-Son-Hing,M,2005)

31 Nouveau score : CHA 2 DS 2 -VASc Plus précis pour les patients considérés en «risque modéré» par le score CHADS 2 Facteurs de risque majeurs et non-majeurs

32 Score CHA 2 DS 2 -VASc CHADS 2 score Cardiac Heart Failure Hypertension Age 75 yrs Diabetes Stroke 2 FDR majeurs : âge 75 ans et stroke max 6 pts CHA 2 DS 2 VASc score Cardiac Heart Failure 1 Hypertension 1 Age 75 yrs 2 Diabetes 1 Stroke 2 Vascular disease* 1 Age yrs 1 Sex category (F) 1 max 9 pts * prior MI, peripheral artery disease, aortic plaque Guidelines for the management of atrial fibrillation, European Heart Journal 2010;31

33 Score risque hémorragique : HAS-BLED cohorte de 3978 sujets européens avec FA, prévision du risque hémorragique de la warfarine Guidelines for the management of atrial fibrillation, European Heart Journal 2010;31

34 Score HAS-BLED Intérêts : Risque non homogène Score simple et validé Balance bénéfice - risque Utile pour anticoag et AAP Choisir dosage inférieur Limites : Saignement mineur ou majeur Pas de discrimination dans la temporalité de l événement hémorragique Age biologique vs âge chronologique FDR d AVC=FDR hémorragique Applicabilité NAC Pisters R et al, Chest 2010 Lip GY et al. J Am Coll Cardiol 2010 Lip GY et al. Am Journal of medicine 2010

35 Score «Hemmorrh2ages» (Hilek EM, 2006) score du risque hémorragique en général

36 Le score «Hemorrh2ages» relativise les chutes (1 pt) ne prend pas en compte la fragilité, les prescriptions multiples (RR = 6 à partir de 7 médicaments)

37 Les anticoagulants

38 Vitamine K Intervient au niveau hépatique dans la synthèse des facteurs procoagulants: II (thrombine), VII, IX et X de 2 inhibiteurs: protéine C et S 90% de la vit K circule liée à l albumine donc action prolongée AINS potentialisent Inducteurs enzymatiques diminuent (anti-épileptiques)

39 Effets secondaires des AVK Intolérance digestive: exceptionnelle Cutanés: rash ou nécrose (au début, si déficit congénital en protéine C) Hémorragie digestive ou génitale: même en l absence de surdosage = patho sousjacente Hémorragie cérébro-méningée: surtout si surdosage

40 En pratique Score CHADS2 : débrouillage initial CHADS2 2 : risque élevé 0 CHADS2 1 : risque faible à modéré Utiliser CHA2DS2-VASc pour établir le risque de manière plus fiable.

41 Risque hémorragique Risque hémorragique : aspirine AVK (personnes âgées surtout) Taux d'hémorragie intracérébrale en diminution: diminution intensité anticoagulants modification dose plus prudente meilleur contrôle HTA Nécéssité 300 chutes/an pour : risque d'hémorragie intracrânienne > avantages de l anticoagulation évaluation systématique du risque hémorragique avant anti-coagulation : plusieurs scores validés

42 AVK et INR>5 (Belmin J, 2010) Etude hospitalière, 5 services de gériatrie AP-HP (4 témoins, 1 contrôle), 12 mois Intervention: discussion de tous les cas d INR>5 dans 80% une ou plusieurs causes: surveillance trop espacée, réactivité trop lente, surinfections, nx traitements Fréquence 1 ère période S. contrôles: 60 épisodes pour 267 patients (22.5%) S. Intervention: 22 pour 72 patients (30.6%) Fréquence 2 ème période S. contrôles: 56/263 (22.1%) S. intervention: 17.4% (diminution de 43.1%)

43 Les études de prévention

44 Etudes randomisées de prévention AVK (2<INR<2.6) + aspirine 100mg/j vs AVK+pcb (Lechat P, 2001) Interrompu car augmentation du risque hémorragique dès 157 inclusions

45 Le risque d Hématomes IC augmente avec l âge (Fang MC, 2006) patients en acfa non valvulaire, suivis ~ 2 ans Incidence annuelle des hémorragies graves <60 ans ans ans >80 ans Augmentation du risque de Hem IC de 1.2 par catégorie d âge avec warfarine et de 1.5 sans AVK Augmentation du risque d hémorragie intra-cérébrale chez les >80 ans RR = 1.8 si warfarine vs 4.7 si pas d AVK sans doute liée à l angiopathie amyloïde

46 Risque d hémorragie grave chez les chuteurs (Bond AJ, 2005) 2635 chutes chez 1810 patients hospitalisés, ~ 72 ans 10% compliquées d accidents hémorragiques graves Aspirine OR 1.4 Clopidrogel OR 2.2 Pas de sur-risque avec warfarine

47 Risque hémorragique lié à l aspirine sous-estimé (Mant J, 2007) 973 patients ambulatoires, ~ 75 ans Warfarine INR cible 2.5 Aspirine 75 mg 72% des patients CHADS2 2 Incidence annuelle des accidents hémorragiques AVK 1.4% Aspirine 1.6% Chez les plus de 75 ans AVK 2.9%, aspirine 3.7% Sous AVK RRR embolique -52% sous AVK/aspirine

48 Prévention Etude non randomisée: Atria (Go AS, 2003) sans CI aux AVK, ~71 ans, suivis ~ 2 ans 5320 AVK 5089 sans AVK (mais 45% avec aspirine) AVK 148 acc T-E dont 141 AVC (2/3 INR<2) 59 hématomes IC (0.46%) Sans AVK 249 acc T-E, dont 231 AVC 29 hématomes IC (0.23%) Les AVK semblent efficaces dans la prévention, mais risque accru d Hématomes IC

49 Etudes randomisées de prévention (Hart RG, 1999) Méta-analyse: 5 études de prévention primaire + 1 pr. secondaire, (AVK vs placebo) 4672 patients Réduction du RR de 62% Acc Hémor majeurs AVK: 1.3% (Hém IC: 0.3%) Pcb: 1% (Hém IC 0.1%) INR optimal entre 2 et 3 Meilleur rapport risque/bénéfice entre 2.5 et 3

50 Etudes randomisées de prévention (Hart RG, 1999) AVK vs aspirine, méta-analyse, patients, ~1.9 ans, Aspirine de 75 mg à 325 mg/j AVK, 2<INR<4.5 Résultats: AVK réduction de 60% Aspirine réduction de 20% AVK/aspirine: Réduction RR d AVC 36% AVK/aspirine, hém IC: incidence augmentée de 0.2%

51 Etudes randomisées de prévention Etude SPAFIII (Lancet 1996; stroke prevention in atrial fibrillation) Warfarine (coumadine; 2<INR<3) Warfarine (1.2<INR<1.5) + aspirine 325 mg/j RRR d AVC 75% (w/w+a)

52 Etudes randomisées de prévention Association d Anti-Agrégants plaquettaires Etude ACTIVE (Lancet 2006) Clopridogel 75 mg + aspirine75 mg vs AVK (2<INR<3) 6806 patients avec CHADS 2, ~1.2 ans Résultats Clo+asp: 190 AVC hémorragies majeures AVK: 42 AVC + 93 hémorragies majeures Pb des patients en acfa avec un stent: Clopridogel 75 mg + warfarine (2<INR<3) pdt 1 an? puis si pas d épisode coronarien, warfarine seule? (Circulation 2006)

53 ACFA et AVK en pratique (Trimeche B, 2009) Etude rétrospective sur 2 ans

54 Faible risque sexe féminin ans Ins. coronaire thyrotoxicose Risque modéré 75 ans HTA Ins. Card FE 35% diabète Haut risque -atcd AVC ou T-E -ou > 2 facteurs de risque modérés

55

56

57 Les nouveaux anticoagulants Problèmes: Pas d antidote Elimination surtout rénale

58 L avenir = Ximélagatran? (Exanta ): inhibiteur direct de la thrombine (facteur II) SPORTIF V (Stroke Prevention using an Oral Thrombin Inhibitor in Atrial Fibrillation) 6405 patients en FA non valvulaire, 2<INR<3, 20mois de suivi AVC isch et Hém: 1.6% Risque hémorragique<avk

59 L avenir = Ximélagatran? THRIVE (Thrombin Inhibitor in Venous Thromboembolism) 1240 patients présentant une TVP sous Xi. vs 1249 sous énoxaparine puis AVK Résultats Récurrence des TVP 15 vs 17 Embolie pulmonaire 11 vs 7 Hémorragies majeures 14 vs 26 Mortalité TCC 28 vs 42

60 L avenir = Ximélagatran? Hépatotoxicité ~ 6%, rares cas d hépatite sévère (retrait le )

61 L avenir? Dabigatran (Pradaxa )= anti IIa, Pas de problème de tolérance bio (cft ximélagatran, hépatotoxicité) Pas de surveillance bio Compliance au traitement 2 prises par jour Petits problèmes digestifs (2.9% vs 0.6%) Pas d antidote (Complexe prothrombique cofact inefficace) Élimination rénale (CI insuffisance rénale sévère)

62 Warfarine vs dabigatran (Connolly SJ, 2009) Etude Re-LY patients acfa, issus de 44 pays, CHADS2~2 ~ 71 ans -acfa, suivis 2 ans - dabigatran (110 mg X 2) vs warfarine AVC + embolies systémiques (1.69% vs 1.53 ns) mais hémorragies majeures (2.71% vs 3.336%, p=0.003) - dabigatran (150 mg X 2) vs warfarine AVC + embolies systémiques -1.11% vs 1.69%, p<0.001) Hémorragies majeures idem; p=0.31 AMM mars 2011, commercialisation en sept 2011 pour acfa non valvulaire; 2 gélules/j

63 Effets secondaires Dyspepsie plus importante avec le dabigatran Warfarine 5.8% vs D. 110mg 11.8% et D.150mg 11.3% Pas d effet sur l élévation des transaminases Connolly SJ et al. New Engl J Med 2009;361

64 Xarelto (rivaroxaban) Anti Xa direct, élimination hépatique et rénale Antidote: complexe prothrombique (cofact ) efficace Etude Rocket-AF acfa non valvulaire, suivis max de 960 j 1178 centres, 45 pays 55% avec atcd AVC et AIT 2 groupes, INR tous les patients Rivaroxaban: 20 mg/j (15 si cl MDRD entre 30 et 49 ml/min) Warfarine: INR entre 2 et 3

65 Xarelto (rivaroxaban) Rocket-AF Incidence des AVC et accidents thromboemboliques ( ITT intention de traiter Per protocole

66 Xarelto (rivaroxaban) Rocket-AF

67 ROCKET-AF

68 ROCKET-AF

69 ROCKET-AF

70 Etude ARISTOFLE (2011) apixaban patients: acfa + 1 autre facteur de risque vasculaire, étude de non infériorité Apixaban 2 X 5 mg vs warfafine (2<INR<3) Résultats/warfarine Risque AVC ou embolie -21% Risque de saignement majeur -31% Risque de décès -11%

71 Apixaban vs aspirine AVERROES Study ( Diener C et al, Lancet Neurol 2012;11: ) 5599 patients ~ 70 ans, FA, non traités par AVK Apixaban 5mg/j ou aspirine mg/j Suivis 1.1 an Résultats Atcd AIT ou AVC Apixaban (390 patients): 2.39 % AIT/an Aspirine (374 patients): 9.16% Sans atcd d AIT ou AVC apixaban (2417 patients): 1.68% Aspirine (2415 patients): 3.06%

72 Conclusion

73 Recommandations 2001 Société américaine de cardiologie 2004 Société américaine de pneumologie <65 ans, sans facteur de risque aspirine 325 mg/j ans aspirine 325 mg ou AVK (2<INR<3) <75 ans ou CHADS2 1 AVK

74 Recommandations HAS 2007 CHADS2 2 avec atcd d AVC ou AIT: -AVK CHADS2 = 1 aspirine mg/j ou AVK (2<INR<3) CHADS2 = 0 aspirine mg/j

75 Chirurgie et AVK Pas d arrêt -en cas de chirurgie ou d acte invasif avec saignements peu fréquents aisément contrôlables, mais 2<INR<3 -Pas de comorbidité ou de traitement augmentant le risque En chirurgie: pas de majoration du risque si INR 1.5 En neurochirurgie INR 1.2

76 Chirurgie et AVK Pas d arrêt des AVK si 2<INR<3 Chirurgie cutanée Cataracte Actes de rhumatologie (ponction) Certains actes de chirurgie bucco-dentaire (www.societechirbuc.com) Certaines actes d endoscopie digestives (www.sfed.org) Injections sous cutanées possibles IM contre indication

77

78 4 points essentiels 1 Définitions FA : présentation, durée 2 Evaluation clinique initiale globale 3 Risque Thrombo-embolique : CHA 2 DS 2 -VASc 4 Risque hémorragique : HAS-BLED 3

79 Toujours se rappeler Quid en gériatrie? Que les accidents sont aussi nombreux sous aspirine que sous AVK En pratique, chez les patients en acfa, AVK (Friberg L, 2006; Hilek EM, 2006) 75% entre 65 et 70 ans (aspirine 20%) 59% entre 70 et 80 ans 45% entre 80 et 90 ans (aspirine 45%) 24% si >90 ans (aspirine 65%) Pourquoi Sous estimation du risque embolique Surestimation du risque hémorragique

80 Prothèse valvulaire, sans FA Mécanique: indication d AVK Bioprothèse: AVK uniquement pendant les 3 premiers mois

81 Bilan Ecg TSH Écho cardiaque (écho TT) Holter FA sans valvulopathie le traitt peut être arrêté au max 7j sans relais par l héparine Risque de MA X 4 FA Paroxystique: contrôle du rythme permanente: contrôle de la fréquence

82 Anticoagulation et FA Guidelines for the management of atrial fibrillation, European Heart Journal 2010;31

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Web conférence anticoagulants

Web conférence anticoagulants Web conférence anticoagulants Dr Nadjib Hammoudi Praticien hospitalier Institut de Cardiologue-Hôpital de la pitié Salpêtrière Dr Chantal Amoudry Cardiologue libérale Iatrogénie et AVK Plus de 1% de la

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Fibrillation auriculaire*

Fibrillation auriculaire* ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Fibrillation auriculaire* * Rédaction conforme au décret n 2011-77 du 19 janvier 2011. La fibrillation auriculaire est aujourd hui désignée par le terme «fibrillation

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier

La Fibrillation Atriale. Pr Philippe Chevalier La Fibrillation Atriale Pr Philippe Chevalier Epidémiologie de la fibrillation atriale Le profil, la distribution Les causes La progression La prévention primaire Démographie U.S. population x 1000 Population

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Traitement anticoagulant de la fibrillation atriale : une nouvelle prise en charge possible

Traitement anticoagulant de la fibrillation atriale : une nouvelle prise en charge possible Traitement anticoagulant de la fibrillation atriale : une nouvelle prise en charge possible Dr C Braunstein / Dr R ElBelghiti 06.11.2012 Silencieuse?? FA : définitions ESC : Guidelines for the management

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique?

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? Dominique Lacroix Université de Lille, L i l l e 2 Université du Droit et de la

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée

Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée Arrhythmias in the elderly S. Dinanian* Modifications physiopathologiques liées au vieillissement L allongement de l espérance de vie est un

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris Liens d intérêt Investigateur d études Abott, AstraZeneca, Boston Scientific, Cordis Bristol-Myers Squibb,

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

La «révolution» des nouveaux antithrombotiques?

La «révolution» des nouveaux antithrombotiques? La «révolution» des nouveaux antithrombotiques? Bernard PIERRE Chef du service de réadaptation cardiaque. Clinique Iris Enseignant à la Faculté de médecine Lyon-sud/Charles Mérieux Membre du bureau national

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

L anticoagulation au quotidien Pourquoi les AVK resteront-ils incontournables en 2013?

L anticoagulation au quotidien Pourquoi les AVK resteront-ils incontournables en 2013? L anticoagulation au quotidien Pourquoi les AVK resteront-ils incontournables en 2013? Raymond Roudaut Hôpital Cardiologique du Haut-Lévêque CHU de Bordeaux Pôle Cardio-thoracique Université Bordeaux Segalen

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

NACO (NOAC) en pratique

NACO (NOAC) en pratique NACO (NOAC) en pratique Avantages et inconvénients Le point de vue du clinicien E. FERRARI. CHU Nice. Conflits d intérêts Actelion Astra BMS Cephalon Lilly Pfizer Roche Novartis Sanofi MSD Leo Bayer Actelion

Plus en détail

CONFERENCE MENSUELLE DE L AMPPU (section de Metz) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

CONFERENCE MENSUELLE DE L AMPPU (section de Metz) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS CONFERENCE MENSUELLE DE L AMPPU (section de Metz) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Dr Noura Zannad, Cardiologie Dr Noël Blettner, Gériatrie Hôpital de Mercy CHR Metz-Thionville 14 Janvier 2014 Conflits d intérêts!

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

FORMATION CONTINUE. Les anticoagulants oraux directs dans la fibrillation atriale non valvulaire

FORMATION CONTINUE. Les anticoagulants oraux directs dans la fibrillation atriale non valvulaire Cardiologie FORMATION CONTINUE Une avancée pharmacologique Les anticoagulants oraux directs dans la fibrillation atriale non valvulaire Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) secondaires à la fibrillation

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Le salarié sous anticoagulant Ce que doit savoir le médecin 2ème journée Jean Bertran Paris 24 septembre 2015. Bernard PIERRE

Le salarié sous anticoagulant Ce que doit savoir le médecin 2ème journée Jean Bertran Paris 24 septembre 2015. Bernard PIERRE Le salarié sous anticoagulant Ce que doit savoir le médecin 2ème journée Jean Bertran Paris 24 septembre 205 Bernard PIERRE Déclaration de conflits d'intérêt - Absence de participation financière dans

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Mise à jour des Recommandations 2012 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale

Mise à jour des Recommandations 2012 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale Docteur Damien MAES Mise à jour des Recommandations 2012 de l ESC sur la prise en charge de la Fibrillation Atriale European Heart Journal 2012 Association Européenne du Rythme Cardiaque (EHRA); Avec le

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

ce que moi, Médecin Généraliste, Avis de MG j ai retenu de toutes les publications qui ont convergé vers moi

ce que moi, Médecin Généraliste, Avis de MG j ai retenu de toutes les publications qui ont convergé vers moi Numéro spécial de lancement revue mensuelle et thématique, pratique et mise à jour régulièrement centrée sur le médicament. Novembre 2012 Professionnel Les nouveaux anti-coagulants 03 17 Pr Jérôme LA Roncalli

Plus en détail

Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France. Pour inclure un patient au sein du CREATIF

Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France. Pour inclure un patient au sein du CREATIF Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France Pour inclure un patient au sein du CREATIF Obtenir OBLIGATOIREMENT l accord du médecin traitant et le cas échéant du cardiologue

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX : LE POINT DE VUE DU CARDIOLOGUE?

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX : LE POINT DE VUE DU CARDIOLOGUE? NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX : LE POINT DE VUE DU CARDIOLOGUE? Maxime Fournet, J-Claude Daubert, CHU Rennes - Service de Cardiologie - 2 Rue Henri Le Guilloux 35033 RENNES Cedex 9 I. INTRODUCTION D e

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Troubles du rythme périopératoire

Troubles du rythme périopératoire Troubles du rythme périopératoire Ivan Philip Département d Anesthésie Institut Mutualiste Montsouris Troubles du rythme périopératoire Prise en charge préopératoire Survenue peropératoire Survenue postopératoire

Plus en détail

Consensus d expert autour de la fibrillation atriale du sujet âgé. Pr Olivier Hanon Hôpital Broca Paris

Consensus d expert autour de la fibrillation atriale du sujet âgé. Pr Olivier Hanon Hôpital Broca Paris Consensus d expert autour de la fibrillation atriale du sujet âgé Pr Olivier Hanon Hôpital Broca Paris Déclaration de relations professionnelles et liens d intérêt Professeur Olivier Hanon Conferences

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang!

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire le dabigatran? Lisez ce qui suit! Un intervalle thérapeutique

Plus en détail