LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX"

Transcription

1 EPU 95Montmorency FormationMédicaleContinueduVald'Oise AgrémentFMC ASSOCIATIONAMICALED ENSEIGNEMENTPOSTUNIVERSITAIREDELARÉGIONDEMONTMORENCY Siègesocial:1rueJeanMoulin95160Montmorency Secrétariat:16,ruedelaFerme95460Ézanville montmorency.org LESNOUVEAUXANTICOAGULANTSORAUX 1. LACOAGULATION D aprèsunexposéduprludovicdrouet Angio hématologue HôpitalLariboisière DPCdu13septembre RAPPEL 1.2. POINTD IMPACTDESANTICOAGULANTS Lacoagulationregroupel ensembledesphénomènespermettantde solidifier le clou plaquettaire en créant un caillot de fibrine qui obtureradéfinitivementlabrèchevasculaire. Le but de la coagulation est de transformer le fibrinogène en une substance insoluble appelée fibrine sous l action de la thrombine (IIa). Cette formation de fibrine correspond à la fin d une longue cascadeenzymatique(cascadedelacoagulation). La thrombine n existe pas à l état physiologique. Elle est formée localement à partir d un complexe moléculaire enzymatique (complexe prothrombinase), lui même constitué de facteur X activé (Xa),defacteurVactivé,deCa2++etd unphospholipide,lefacteur3 plaquettaire. Le complexe prothrombinase peut être produit par 2 voies différentes,lavoieendogèneetlavoieexogène. Ilestprésentésurleschémaci dessus.

2 2. POURDESNOUVEAUXANTICOAGULANTSORAUX? LesnouveauxanticoagulantsontétédéveloppéspourproposerunealternativeauxAVK. Êtreunemoléculesynthétiquedirigéecontreunecibleunique Deux options techniques ont été choisies soit d antagoniser la thrombine par les antithrombiniques directs(anti IIa),soitdebloquerlagénérationdethrombineparlesantagonistesdufacteurXa.(anti Xa). Les deux options prises sont semblables au plan thérapeutique, cependant, les processus thrombotiquessontcomplexesetdecefait,ilauradessituationsthrombotiquesdanslesquellesune optionpourraêtrepluspertinente Avoirunedemi viecourte Cecipourquel effetanticoagulantdisparaisserapidementquandletraitementestarrêtéetnedure pas plusieurs jours comme avec les AVK. Le revers de la médaille est, qu en cas de mauvaise observance,onpeutavoirunrisquedeperted efficacité,derebondouencored hypercoagulabilité. Avoirunerapiditéd action... Lefaitqu unemoléculesoitefficaceenquelquesheuresestunavantage. Avoirunepharmacologieprévisible C estunréelavantageparrapportauxavk.cependant,lespremièresdonnéesdemonitoringdeces nouvellesmoléculesdanslavraieviemettentenévidencedesvariabilitésimportantes. Nepasavoirdenécessitéd unesurveillancenid adaptationthérapeutique C estlegrandsoulagementdespatientsetdesmédecinspourlesquelsaveclesavk,lanécessitédes INR réguliers est une contrainte importante. Le revers de la médaille est quand un patient aura une complication hémorragique, il va vouloir savoir la raison du saignement: surdosage, affection associée,problèmetechniqueperopératoire,etc.pourlepatientquidoitêtreopéréousubirungeste invasif alors qu il est sous traitement, on voudra savoir si on peut opérer ou intervenir et dans la négative,danscombiendetemps. Pour chaque molécule, il va falloir en fonction de la dose administrée et du temps entre l administrationetlaprisedesangsavoirquelestletauxplasmatiqueattendu(etquelestlemaximal acceptabletantpourdéfinirl anticoagulationidéaleouleretouràunehémostaseacceptable)etpar queltestonpeutaumieuxlemesurer. Si le patient saigne ou est à risque de saignement du fait de l anticoagulant dans un contexte d urgence, il faudra pouvoir corriger rapidement l effet anticoagulant et pouvoir surveiller cette correctionsurdestestsadaptésàmettreenplaceetàsavoirinterpréter. Pour chaque molécule, il va falloir, en fonction de la dose administrée et du temps entre l administrationetlaprisedesang,savoirquelestletauxplasmatiqueattenduetparqueltestonpeut aumieuxlemesurer. Pouvoirdonnerunedosefixe Celaestplussimpleetplusfacilemaisleconceptadeslimites. Nepasavoird interactionsmédicamenteuses LesinteractionsnombreusesaveclesAVK. Avec les nouveaux anticoagulants, des interactions sont encore possibles par les molécules agissant surlap gpetpourdeuxd entreeux,potentiellementaveclecytochromep4503a4. Pouvoirêtreutiliséchezlespatientsfragiles C estunpointcapitalcarlacibledecesnouvellesmoléculessontlafibrillationauriculaire,pathologie dusujetâgéettrèsâgé,volontierspolypathologiqueetrecevantdenombreuxmédicaments.cesont cespointsquifontqueseulsmoinsde50%dessujetsdeplusde75ansquiactuellementdevraient recevoirunavkbénéficientd untraitementanticoagulant. Disposerd unantidote Jusqu à maintenant ces nouveaux anticoagulants oraux ne disposent pas d antidote spécifique(alors quel onalavitamineketlesfacteursdecoagulationpourlesavk). Ce désavantage pourrait n être que temporaire car un anticorps dirigé contre le dabigatran et un facteur Xa inactivé recombinant sont en cours de développement et pourrait peut être dans les années à venir combler ce besoin majeur d avoir un antidote spécifique et efficace pour toutes ces molécules. 2

3 Avoirunmoyenquiassurelacompliancedespatients La surveillance régulière de la compliance aux AVK par l INR va disparaître avec ces nouvelles molécules pour lesquelles aucun contrôle ne sera nécessaire ce qui rend impératif la mise en place d unepolitiqued éducation,desuivietd encadrementdecespatients. 3. PORTRAITDESMOLECULESCOMMERCIALISEES 3.1. LEDABIGATRAN(PRADAXA ) SONPROFILE C est une anti thrombine directe existant uniquement sous forme orale. Il inhibe directement la thrombinecirculantemaisaussilathrombineliéeauxréseauxdefibrinedesthrombi.ceteffetestplus difficilementobtenuavecleshéparinesquiagissentencomplexeavecl antithrombinedoncformantdes molécules dont la grande taille ne leur permet pas de pénétrer au cœur des caillots. Le dabigatran etexilateoupradaxa estspécifiquedelathrombine (il n inhibe d autressérinesprotéases). Il possède une pharmacologie particulière. Après administration orale, le dabigatran etexilate est rapidementtransforméensaformeactive,ledabigatran.lepicdeconcentrationestatteinten2heures aprèsl absorptionorale.sademi vieestenpostopératoirechezlesujetsainàfonctionrénalenormalede 14 17heuresetsonéliminationestà85%rénale.Sabiodisponibilitéestfaible,6,5%maisilexistepeude variabilitéinterindividuelle,etpasd interactionavecl alimentation. Iln estpasmétaboliséparlecyp SESINDICATIONSHOMOLOGUEES IlasonAMMpour: La prévention primaire des événements thromboemboliques veineux chez les patients adultes ayantbénéficiéd'unechirurgieprogramméepourprothèsetotaledehancheoudegenou La prévention de l accident vasculaire cérébral et de l embolie systémique dans la fibrillation auriculaire non valvulaire associée à un ou plusieurs des facteurs de risque, antécédent d'avc, d'accidentischémiquetransitoireoud'emboliesystémique,fevg<40%,insuffisancecardiaque symptomatique,classe 2NYHA, 75ans, 65ansassociéàundiabète,unecoronaropathieou unehypertensionartérielle. Lescontre indicationssont Lessaignements,lestroublesdel hémostaseouunelésionorganiquesusceptibledesaigner Lesatteinteshépatiquesassociéesàunecoagulopathieet/ouunrisquehémorragique L insuffisancerénalesévèreencasdeclcr<30ml/min Administration concomitante avec un antifongique (kétoconazole par voie systémique, itraconazole),laciclosporineouletacrolimus Lesinteractionsmédicamenteusesconnuessontavec: Les antiplaquettaires: clopidogrel, prasugrel, ticagrelor, ainsi que l aspirine, quelle que soit l indicationetladose Lesantiarythmiques:amiodarone,dronédarone,quinidine,vérapamil Lesantifongiquesazolés:kétoconazole,itraconazole,posaconazole,voriconazole Lesanticonvulsivantsinducteurs:carbamazépine,phénytoïne,phénobarbital Certainsantibactériens:rifampicine,clarithromycine LesAINSycomprislesinhibiteurssélectifsdelaCOX 2 Certainesplantes,commelemillepertuis Inhibiteurs de protéases (ritonavir, ), et les médicaments de la transplantation, ciclosporine, tacrolimus POSOLOGIE Préventiondesévénementsthromboemboliquesveineux 220mgparjour,soit2gélulesà110mgenuneprise 3

4 Instaurer le traitement par voie orale à la posologie d'une seule gélule 1 à 4heures après la fin de l'interventionchirurgicale,puisdepoursuivreàlaposologiede2gélulesunefoisparjourpourunedurée totaledetraitementde10jours. Préventiondel'AVCetdel'ESchezlespatientsadultesprésentantunefibrillationatriale nonvalvulaireassociéeàunouplusieursfacteursderisque 300mg(1géluleà150mgdeuxfoisparjour).Letraitementdoitêtrepoursuiviaulongcours 220mg(1gélulede110mgdeuxfoisparjour)pourlespatientsàrisqueaccru(âgés>80ansetceux traitésdefaçonconcomitanteparduvérapamil) HEMORRAGIESOUSDABIGATRAN Iln'existeaucunantidoteaudabigatran.Letraitementdoitêtrearrêtéetunediurèsesuffisantedoitêtre maintenue. Ledabigatranpeutêtredialysé,maisiln'existeaucunedonnéecliniquepermettantdedémontrerl'utilité decetteapproche LERIVAROXABAN(XARELTO ) SONPROFILE C estinhibiteurdirectdufacteurxa. Ilprésenteunebiodisponibilitéd environ80%,uneconcentrationmaximaleobtenueen2à4heures,une demi vie d élimination terminale de 7 à 11 heures expliquant la fréquence d une administration quotidiennedansuneindicationpréventive IlasonAMMpour La prévention des événements thromboemboliques veineux post intervention chirurgicale programméepourprothèsetotaledehancheoudegenou. Lapréventiondesaccidentsvasculairescérébrauxetdesemboliessystémiqueschezlespatients adultes atteints de fibrillation atriale non valvulaire et présentant un ou plusieurs facteur(s) de risque,telsqu'insuffisancecardiaquecongestive,hypertensionartérielle,âgesupérieurouégalà 75ans,diabète,antécédentd'AVCoud'accidentischémiquetransitoire; Le traitement des thromboses veineuses profondes (TVP) et la prévention des récidives sous formedetvpetd'emboliepulmonaire(ep)suiteàunetvpaiguëchezl'adulte. Lescontre indicationsetlesinteractionsmédicamenteusessontsimilaires POSOLOGIE Prévention des événements thromboemboliques veineux [prothèses totales de genou (PTG)etdehanche(PTH)] 10mgparjour,enuneprise. Instaurer le traitement par voie orale à la posologie d'une seule gélule 1 à 4heures après la fin de l'interventionchirurgicale,puisdepoursuivreàlaposologiede2gélulesunefoisparjourpourunedurée totaledetraitementde10jourspourlaptget28à35jourspourlapth. Traitementdelathromboseveineuseprofondeetprévention 20mgenuneprise 15mgendeuxprisespuisuneseuleprisequotidienne Préventiondel'AVCetdel'ESchezlespatientsadultesprésentantunefibrillationatriale nonvalvulaireassociéeàunouplusieursfacteursderisque 20mgparjour,enuneprise 15mgparjour,enunepriseencasd insuffisancerénale 4

5 HEMORRAGIESOUSRIVAROXABAN L'utilisation de charbon actif peut être envisagée afin de limiter l'absorption en cas de surdosage au rivaroxaban.leproduitn'estprobablementpasdialysable Encasdesaignement: Retarderl'administrationsuivanteouinterrompreletraitement. Traitement symptomatique adapté: compression mécanique, intervention chirurgicale, remplissagevasculaireetcorrectionhémodynamique,transfusion Encasdesaignementmettantendangerlaviedupatient,uneadministrationdefacteurVIIarecombinant pourraêtreenvisagée. A ce jour, cependant, l'utilisation du facteur VIIa recombinant chez les personnes traitées par le rivaroxaban n'est pas documentée. Cette recommandation est basée sur des données non cliniques limitées ELIQUIS (APIXABAN) C estinhibiteurdirectdufacteurxa. Il possède une AMM pour la prévention des évènements thromboemboliques veineux (ETEV) chez les patients adultes ayant bénéficié d'une chirurgie programmée pour prothèse totale de hanche ou de genou. Ladoserecommandéeestde2,5mgdeuxfoisparjour.Lapremièredosedoitêtreprise12à24heures après l'intervention chirurgicale. Le passage d'anticoagulants par voie parentérale à l'apixaban (et vice versa)peutsefaireàl'heureprévuedeladosesuivante. Pourlaprothèsetotaledehanche,laduréedetraitementestde32à38jours.Pourlaprothèsetotalede genou,laduréedetraitementestde10à14jours L EDOXABAN Ce médicament n est commercialisé, à ce jour qu au Japon. Il est en cours de développement dans la fibrillationauriculaire(étude«engage»)avecdeuxdoses(30et60mg)etunepossibilitéd adapterles dosesenlesréduisantdemoitiéchezlespatientsfragiles. 5

6 FAnon valvulaire 3.5. ENRESUME Dabigatran(Pradaxa ) Rivoxaban(Xarelto ) Apixaban(Eliquix ) Préventionen chirurgie orthopédique Traitement destvp 150mgx2 110mgx2(risque hémorragiqueaccru) CI=ClCr<30 110mg(2gélulesuneprise) 20mgx1 ClCr30à50:15mgx1 ClCr15à30:15mgx1+ surveillanceaccrue CI=ClCr<15 10mgx1 2semainesPTG 5semainesPTH ClCr15 50surveillance accrue CI=ClCr<15 15mgx2pendant3 semaines puis20mgx1 pendant3à6mois ClCr15 50surveillance accrue CI=ClCr<15 2.5mgx2 2semainesPTG 4à5semainesPTH CI=ClCr<15 4. LESINDICATIONSDESNOUVEAUXANTICOAGULANTSORAUX 4.1. PREVENTION DES EVENEMENTS THROMBOEMBOLIQUES APRES PROTHESE TOTALEDEHANCHEOUDEGENOU LECONTEXTE Lescomplicationsthromboemboliquessurviennentpourunepartaucoursdel hospitalisationmaisaussi àdistance. Ilfautdistinguerplusieurstypesd événementsthromboemboliquesdifférentspourleursconséquenceset leurs risques, pour leur physiopathogénie, de par leur incidence relative dans les différents types de chirurgieorthopédiquemajeureetdeparleurphysiopathogénie : Les plus rares et les plus graves sont les thromboses proximales cliniquement manifestes et les emboliespulmonairescliniques Les événements asymptomatiques en particuliers les thromboses veineuses distales asymptomatiques qui constituent numériquement l incidence de loin la plus importante d événementsthromboemboliques. On comprend l importance qu il y à prévenir les événements thrombotiques proximaux et les embolies pulmonairesalorsquel onpeutseposerlégitimementlaquestiondesavoirsiilfautaggraverlerisque hémorragique pour prévenir une thrombose veineuse distale des muscles du mollet dont le risque est encoremalapprécié. Lesgrandsregistrescliniquessontconcordantspourmontrerquetantlamortalitépostopératoireque l incidencedesévénementscliniquesthromboemboliquesetcardiovasculairesadiminuéd unfacteur4à 5 dans ces 25 dernières années, et que l incidence des événements symptomatiques à 3 mois postopératoiresestprochede1%avecunfacteurprédictifmajeurdurisquequiestl âge LESRESULTATS«POOLES»DESETUDESPIVOTSDESNOAC Ilssontprésentésdansletableauci dessous. 6

7 Efficacité Hémorragies Critère Événements Toutes Graves RECORD1 4 (n=12729) ADVANCE1/2 (n=8484) Dabigatran Critèrecomposite Événements thromboemboliq ues Critèrecomposite Rivoxaban= Enoxaparine= RRR=52%(24à70%)p=0.001 NS (NS) Apixaban= Enoxaparine= RRR=20%p=0.001 NS NS Dabigatran150mg=3.8(NS) Dabigatran220mg=3.0(NS) Enoxaparine= NS NS NS 4.2. DANSLAMALADIEVEINEUSETHROMBOEMBOLIQUE LETRAITEMENTDESTHROMBOSESVEINEUSESPROFONDES(TVP)PARANTICOAGULANTS Il est indispensable dès la suspicion clinique pour éviter les principaux risques initiaux liés à cette pathologie:l extension,lamigrationembolique,puislarécidive. LapriseenchargeambulatoiredespatientsatteintsdeTVPs estlargementdéveloppéeets étend,depuis peu,àcertainspatientssélectionnésatteintsd emboliepulmonairedepronosticfavorable. Elle nécessite, dans un temps très court, d initier un traitement d action rapide qui n était possible jusqu alors que par voie parentérale. Un traitement oral mais d action retardée doit également être instauré d emblée (AVK), qui nécessite du fait d importantes variations de son effet entre individus et chez un même individu au cours du temps, une surveillance biologique régulière tout au long du traitement et de nombreuses explications et recommandations aux patients concernant la surveillance, les interactions alimentaires, médicamenteuses, etc. Cette phase initiale où se chevauchent traitement anticoagulantd actionrapideettraitementd actionretardéerestedélicateàgérer LESNOUVEAUXANTICOAGULANTS Administrésparvoieorale,ilsnenécessitentaucunesurveillancebiologiquedeleurefficacitéoudeleur tolérance. DesessaisthérapeutiquesdephaseIIIchezlespatientsatteintsdemaladieveineusethromboembolique ontétépubliéspourdeuxd entreeux,l étudeeinsteinpourlerivaroxabanetl étudere COVERpourle dabigatran. Comme ces médicaments sont éliminés par le rein, à 80% pour le dabigatran,33%pourledabigatran, l insuffisancerénalepeutlimiteroucontre indiquercestraitements.ilenvademêmepourl insuffisance hépatiqueetglobalementpourlespatientsàhautrisquedesaignement. Lerivaroxabanainsiquel apixabannenécessitentpasdeprétraitementparquelquesjoursd HBPM. La prudence s impose encore toutefois pour toutes ces molécules pour plusieurs raisons: les patients inclusdanscesessaissouventplusjeunesetontmoinsdecomorbiditésquelespatientsvusenroutine,et l extrapolation des résultats devra se faire avec précaution. Par ailleurs, l absence d antidote constitue unelimitecommuneàtouscestraitements,mêmesilesfirmespharmaceutiquestravaillentactivementà résoudreceproblème. 7

8 4.3. DANSLAFIBRILLATIONAURICULAIRE? LAFIBRILLATIONAURICULAIRE(FA) C est une épidémie du XXI e siècle. C est le trouble du rythme le plus fréquent, l incidence augmente régulièrementavecl âgepourtoucherplusde10%dessujetsdeplusde80ans. C est un facteur de risque (FDR) majeur et indépendant d accident embolique notamment cérébral, de handicapetdemortalité.comptetenuduvieillissementdelapopulation,l enjeudesantépubliqueest majeur LESAVK Jusqu à récemment, le traitement par AVK était le seul traitement à avoir démontré une réduction du risqued accidentvasculairecérébralischémiqueoud emboliesystémique,réductiondeprèsdedeuxsur trois par rapport au placebo, et de 30à 40% par rapport à l aspirine. Ce bénéfice est essentiellement observédanslegroupedepatientenfaàrisquethromboemboliquemodéréàélevé. Leprixàpayerpourcetteefficacitéestlerisquehémorragique,notammentintracérébral,quiaugmente demanièreexponentielleavecl INR.Parailleurs,denombreuseslimitessontàporteraucréditdesAVK: Unindexthérapeutiqueétroit, Unevariabilitéinter etintra individuelle, Desinteractionsmédicamenteuses, Lanécessitéd unesurveillancebiologiquerégulièreetrapprochée LESNOUVEAUXANTICOAGULANTS Lesessaispivots Leurintérêtaétéclairementmontréautraversde4étudescomprenantplusde60000patientsavecdes résultatsallantdanslamêmedirection,mêmesiétudesnesontpasdirectementcomparables. Les études RELY et ARISTOTLE se sont adressées à des patients avec une FA et un facteur de risque emboliquealorsquel étuderocketainclusdespatientsavecunefaetdeuxfdrouplus. Les études montrent par rapport au traitement par AVK une réduction des accidents hémorragiques cérébraux et une non infériorité, voire une supériorité dans la réduction des complications thromboemboliques Lesprincipauxrésultatsdesétudespivots Lescritèresd évaluationonétélessuivants Critèreprimairecomposited efficacité:avc(ycomprishémorragique)etemboliesystémique Critèressecondairesd efficacité:avcischémiqueetnonidentifié,avchémorragique,mortalité globale,mortalitévasculaire,infarctusdumyocarde Critèredesécuritéprimaire:saignementsmajeurs Critèresdesécuritésecondaires:saignementsgastro intestinauxetintracrâniens 8

9 Ilssontprésentésdansletableauci dessous. RE LY Dabigatran ROCKETAF Rivoxaban Critèreprincipal/an Critèreprincipal/an W=1.69%vs. R1.7%vs.W2.2% D110mg=1.53%(P<0.001NI) RRR=21%(4à34%);P<0.001 RRR=9%(+11à 26%) (noninfériorité) D150mg=1.11%(P<0.001 ITT/an supériorité R2.1%vs.W2.4% RRR=34%(18to47%) RRR=22%( 26à+3%);P<0.001 Mortalité (NI);P=0.12(supériorité) W=4.13%vs. D110mg=3.75%(P=0.13) D150mg=3.64%(P=0.051) Efficacité Saignements Commentaire Majeurs W=3.36%vs. D100mg=2.71%(P=0.003) D=150mg=3.11%(P=0.31) Intracrânien W=0.38%vs. D110mg=0.12%(P<0.001) D150mg=0.10%(P<0.001) 18000AF+1FRd AVC Agemoyen71(65 78)ans Enouvert 2bras150mgx2ou110mgx2 CHADSmoyen:2(33% 3,20% AIC/AIT) Toutsaignement/an R14.9%vs.W14.5% HR=1.03(0.96to1.11);P=0.44 Réductiondurisquede Intracrânien:0.5%vs.0.7%, P=0.02 Hémorragiesfatales:2%vs. 0.5%,P= patients Agemoyen73±9ans Double aveugle 20mg/jour(15mg/joursi Clcréat=30 50mL/min) CHADSmoyen:3.5(87% 3; 55%avecAIC/AIT) Plus sévères ARISTOLE Apixaban Critèreprincipal/an APIX1.27vs.W1,6% RRR=21%(5à36%)P<0.001(NI); p=0.01(supériorité) Mortalité/an APIX=3.5%vs.W=3,94% RRR=11%(1à20%)p=0.04 Majeurs/an APIX2.1%vs.ASA3.0% RRR=31%(20à40%);P< patients Agemoyen70(63 76ans) Double aveugle 2x5mg/j(2x2.5mg/jchez patientsàrisque) CHADSmoyen:2(30% 3;14% avecaic/ait) EnsynthèseNAOvs.warfarine Pourlecritèreprimaire(AVCetemboliesystémique) Réductiondurisquerelatif(RRR)de22%(ICà95%de8à33%) Pourlescritèressecondaires RRR(AVCischémiqueetnonprécisé)de13%(de1à23%) RRR(AVChémorragique)de55%(de32à69%) RRR(mortalitéglobale)de12%(de5à18%) RRR(mortalitévasculaire)de13%(de2à23%) Pourlecritèredesécuritéprimaire Pasdedifférencesignificative:RRRde28%(+9%à 28%)) Pourlescritèresdesécuritésecondaires Moinsdesaignementsintracrâniens:RRRde51%(34à64%) Pasdedifférencepourlessaignementsgastro intestinaux:hr1,25(0,91à1,72) LESNOUVELLESRECOMMANDATIONS Leguidedepratiquedel EuropeanSocietyofCardiology(ESC)recommandepourlechoixd untraitement thrombo prophylactiqueencasdefadesebaserenpremierlieusurlescorechads2(scorede0à6). Aucuntraitementanticoagulantn estrecommandéencasdechads2=0etd absenced autrefacteurde risque. 9

10 Unanticoagulantestrecommandéencasde CHADS2 2 CHADS2 de 0 1 avec 1 facteur de risque majeur ou 2 facteurs de risque non majeurs sauf contre indication Risque intermédiaire (1 facteur de risque non majeur) de préférenceàl aspirine Par ailleurs, de nouveaux anticoagulants oraux ont été développés avec pour objectif, une meilleure efficacité, une meilleure tolérance et une meilleure maniabilité par rapport aux AVK (voie orale, absence de monitoring),etsipossibleàmoindrecoût. Auvudecesrésultatsprobants,laSociétéEuropéennedeCardiologie,en 2012amisàjourlesrecommandationsdepriseenchargedelafibrillation atriale,présentéesdansleschéma. Ilfautsoulignerquelesnouveauxanticoagulants,mêmes ilsreprésentent une avancée majeure, ne règlent pas tous les problèmes: celui de l observance au traitement,durisquehémorragique,mêmes ilestréduit danslesessais. Deplus,plusieurspopulationsdepatientsn ontpasétéévaluées,comme les insuffisants rénaux sévères, les patients avec une FA valvulaire, avec prothèsemécanique. 5. LESASPECTSPRATIQUESD UTILISATION 5.1. RELAISDESAVKPARDABIGATRAN/RIVAROXABANETINVERSEMENT? ENFONCTIONDEL INR Arrêtdel AVKavantledébutdutraitementpardabigatran/rivaroxaban: Letraitementpardabigatranpeutêtreinstauréunefoisquel INRest=2 Letraitementparrivaroxabanpeutêtreinstauréunefoisquel INRest=3 ENFONCTIONDELACLAIRANCEDELACREATININEOUDEL INR Débutdel AVK(posologieinitialestandard)avantl arrêtdudabigatran/rivaroxaban: Clcr=50mL/min:3joursavant Clcr<50mL/min:2joursavant Jusqu àcequel INRavantladosesuivantesoit=2 Mesuresfiablesdel INRaprèsinterruptiondutraitement: 48heuresaumoinsaprèsladernièredosededabigatran 24heuresaumoinsaprèsladernièredosederivaroxaban ENRESUME 10

11 5.2. ENCASDECHIRURGIEOUDEGESTEINTERVENTIONNEL CHIRURGIESOUACTESINTERVENTIONNELSPROGRAMMES Compte tenu de l importante variabilité pharmacocinétique interindividuelle et d inconnues sur la concentration plasmatique minimale en deçà de laquelle le risque hémorragique chirurgical n est pas augmenté, il est proposé par accord professionnel de réaliser une fenêtre thérapeutique selon les modalitéssuivantes: Risquehémorragiquefaible:arrêt24heuresavantlegeste,reprise24heuresaprès Risque hémorragique modéré/élevé: arrêt à J 5, délai de reprise selon la nature de l intervention Pendantlafenêtrethérapeutique,unrelaisparunehéparineseraounonréalisésuivantl importancedu risquethrombotiqueindividuel. Dufaitdel actiontrèsrapidedesnouveauxanticoagulants,ilnedoityavoiraucunchevauchemententre lestraitementsparhéparine(quellequesoitladose)etparnouvelanticoagulant. CHIRURGIESOUACTESINTERVENTIONNELSNONPROGRAMMES L heuredeladernièreprisedoitêtreconnue. Silachirurgieesthémorragique,elledoitêtreretardéeaumaximum PATIENTS AVEC SAIGNEMENTS MAJEURS OU MENAÇANT LE PRONOSTIC VITA Lademi vied éliminationdesnoacestcourtemaiscependantpassuffisammentpouréviterdeseffets gravesencasd hémorragiemajeureetiln existepasd antidote.decefait,ilestproposé: D arrêterletraitementparanticoagulantoral D orienterrapidementlepatientversunservicespécialisé Deréaliserunedialyseencasdetraitementpardabigatran 5.4. LESMODALITESDESUIVIDESPATIENTS? ILN YAPLUSDECONTROLEBIOLOGIQUEDEROUTINE Lesuivirégulierdupatientpermet Devérifierl observanceautraitement. Desurveiller: o L apparition de signes cliniques hémorragiques, dans tous les cas et en particulier chez les sujets à risque (> 75 ans, insuffisance rénale, poids < 50 kg, interactions médicamenteuses,pathologiesassociéesàunrisquehémorragique). o La fonction rénale au moins une fois par an ou plus fréquemment dans certaines circonstancesàrisque,comme: Certainessituationscliniquespotentiellementassociéesàunefonctionrénale altérée:hypovolémie,déshydratation,associationsmédicamenteuses Chezlespatientsfragilisés:grandâge,comorbidité,risquehémorragiqueélevé, insuffisancerénale o Lasurvenuedetroublesgastro intestinaux:dyspepsie,diarrhée,nausées o Leniveaud anticoagulationdanscertainessituationssachantque: Iln'existepasdetestbiologiquederoutinevalidéàcejour. Destestsdisponiblesdanscertainslaboratoiresspécialiséspermettentd estimer leniveaud anticoagulationetpeuventêtreutilisésponctuellementdansles situationssuivantes: 11

12 Ensituationd urgencefaceàdessignesdethromboseoud'hémorragie, Faceàlanécessitéd'uneannulationrapidedel effetanticoagulant, Ensituationderisquehémorragiqueélevé, Encasdesuspiciondesurdosage QUELSTESTS? Parmilestestsglobaux,leTQestletestleplussensibleaurivaroxabanetilexisteunerelationlinéaire avec la concentration plasmatique du principe actif chez des volontairessains,chezdespatientstraitésouaprèssupplémentation invitrodepooldeplasmanormaux,avecunesensibilitévariableen fonctiondesréactifs. Les tests spécifiques basés sur la mesure de l activité anti Xa chromogénique (Rotachrom, Biophen DiXa, Coamatic heparin ) avec des plasmas calibrés par surcharge des principes actifs permettent une mesure des concentrations plasmatiques de rivaroxaban et d apixaban. Ces tests nécessitent cependant des adaptationsspécifiquesàlamesuredecessubstances. Les tests basés sur la mesure de l activité anti thrombine, spécifiquementdéveloppéspourledosagededabigatranetutilisantdesplasmascalibrésparsurcharge deprincipeactifpeuventêtreutilisés.avecuntestfondésurletempsdethrombineavecduplasmadilué (Hemoclot DIT ), les temps de coagulation s allongent en proportionnalité linéaire de concentrations croissantesdedabigatranajoutéesàunpooldeplasmanormal. Le temps d écarine semble bien adapté pour mesurer l effet anticoagulant de dabigatran avec un allongementproportionnelauxconcentrationsplasmatiquesdedabigatransurunlargeintervalle 6. CONCLUSION Deuxnouvellesclassesd anticoagulantsorauxsontactuellementdisponibles,lesinhibiteursdirectsde lathrombine,dabigatranetlesinhibiteursdufacteurxactivé,rivaroxaban,apixaban. Il s agit de molécules à absorption et effet rapides, administrées à des doses fixes sans besoin de contrôledelacoagulation. DesgrandesétudesrandomiséesontmontréglobalementuneéquivalenceavecleshéparinesetlesAVK dans le traitement de la maladie thromboembolique, et dans la prévention des AVC dans la fibrillation atriale. Desanalysesparsous groupesd âgeontétéfaiteschezlesplusde75ans,oùdesréductionsdedoses sont nécessaires. De plus, leur élimination rénale (30à 90%) limite leur usage: contre indiqués si ClCr<30ml/min,dosesàréduiresiClCrentre30et50ml/min. Pradaxa,plutôtenfaced unrisqueembolique Xarelto,plutôtenfaced unrisquethrombotique 12

13 ANNEXEI LESCARACTERISTIQUESPRINCIPALES Dabigatran(Pradaxa ) BoehringerIngelheim Rivaroxaban(Xarelto ) Bayer Apixaban(Eliquis) BMS/Pfizer Cible Thrombine(IIa) FacteurXa FacteurXa Administration 2prises/jour 1prise/jour 2prises/jour Biodisponibilité 6,5%(pro drogue) 60 80% 50% Délaid action 2h 2 4h 2h Demi vie 12 17h 5 13h 9 14h Éliminationsrénale 80% 33% 25% Métabolisme UGT CYP3A4/A5CYP2C8, CYP3A4 CYP2J2 Transport P gp P gp P gp Fixationprotéique 35% 95% 87% Antidote non non non LESINDICATIONSACEJOURETLESETUDESPIVOTS Prophylaxie PTHetPTG ACFA Traitement destvp Syndrome coronaire aigu Prévention médicale Antithrombine Dabigatran REVOLUTION RELY RECOVER Rivaroxaban RECORD ROCKET EINSTEIN ATLAS MAGELLAN Anti FXa ARISTOLE Apixaban ADVANCE AVERROES AMPLIFY APPRAISE ADOPT LESPOSOLOGIES 13

14 ANNEXEII CHADS 2 acronym Congestiveheartfailure 1 Hypertension 1 Aged 75years 1 Diabetesmellitus 1 Stroke/TIA/TE 2 Maximumscore 6 CHA DS VAScacronym 2 2 Congestiveheartfailure/LVdysfunction 1 Hypertension 1 Aged 75years 2 Diabetesmellitus 1 Stroke/TIA/TE 2 Vasculardisease(previousMI,PAD,oraorticplaque) 1 Aged65 74years 1 Sexcategory(i.e.,femalesex) 1 Maximumscore 9 Adjustedstrokerate(%peryear) CHADS 2 score CHA 2 DS 2 VAScscore 0 1 9% 0 0% 1 2 8% 1 1 3% 2 4 0% 2 2 2% 3 5 9% 3 3 2% 4 8 5% 4 4 0% % 5 6 7% % 6 9 8% 14

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

THÈSE. En vue de l'obtention du DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE. Présentée et soutenue publiquement par : Martin BROUÉ. Le 10 OCTOBRE 2014

THÈSE. En vue de l'obtention du DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE. Présentée et soutenue publiquement par : Martin BROUÉ. Le 10 OCTOBRE 2014 N 2014/TOU3/2086 THÈSE En vue de l'obtention du DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE Délivré par l'université Toulouse III - Paul Sabatier Présentée et soutenue publiquement par : Martin BROUÉ Le 10

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS?

POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? LES NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ORAUX «NATO» ou LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX «NACO» 4 Dabigatran, Rivaroxaban POURQUOI DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS? Les Héparines Voie parentérale IV SC donc personnel

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux , rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux Damian Ratano a, Philippe Beuret a, Sébastien Dunner b, Alain Rossier b, Marc Uhlmann b, Gérard Vogel b, Nicolas Garin b Quintessence

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Groupe d Intérêt en Hémostase Périopératoire

Groupe d Intérêt en Hémostase Périopératoire Accidents des anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hôtel-Dieu Paris Groupe d Intérêt en Hémostase Périopératoire Conflits d intérêt LFB Octapharma CSL-Behring Bayer BMS-Pfizer

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anti thrombotiques Dr. Isabelle GOUIN-THIBAULT Hématologie biologique Groupe Hospitalier Hôtel Dieu Cochin Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anticoagulants Faut-il une surveillance

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris Liens d intérêt Investigateur d études Abott, AstraZeneca, Boston Scientific, Cordis Bristol-Myers Squibb,

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES

UNIVERSITE DE NANTES UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2014 N THESE Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Diplôme d études spécialisées en médecine générale Par Monsieur MÉAR François-Xavier Né le 24 Février

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques

Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques Nouveaux anticoagulants oraux : gestion des accidents hémorragiques PY Cordier Service de Réanimation HIA Laveran - Marseille Février 2014 Introduction Anticoagulants oraux : historique Antivitamines K

Plus en détail

28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold

28/06/13. Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold Mardi 12 Mars 2013 Pascal Schlesser et Pierre Webert Cardiologues à Saint- Avold 1 Quelle est la dose recommandée de Xarelto dans la préven;on des ETEV en cas d interven;on chirurgicale orthopédique majeure

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir?

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? L intérêt des NACOs ne se limite pas à la prévention du risque thrombo-embolique dans la FA non valvulaire. En effet, ces molécules

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie

Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Des anciens aux nouveaux anticoagulants Rôle de la biologie Isabelle Gouin-Thibault Laboratoire d Hématologie, GH Cochin-Hôtel Dieu-Broca (AP-HP) INSERM UMR-S1140, Université Paris Descartes Journées Nationales

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU

SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU SÉCURISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITÉS PAR DABIGATRAN ET RIVAROXABAN AU CH DE HAGUENAU APHAL - 24/09/2013 Dr Sébastien BUFFLER - Cardiologue Audrey FUSS - Interne en pharmacie Contexte

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE LIMOGES. Faculté de Médecine ANNÉE 2014 THÈSE N. Gestion des Anticoagulants Oraux Directs dans un Service d Urgences

UNIVERSITÉ DE LIMOGES. Faculté de Médecine ANNÉE 2014 THÈSE N. Gestion des Anticoagulants Oraux Directs dans un Service d Urgences UNIVERSITÉ DE LIMOGES Faculté de Médecine Thèse d exercice ANNÉE 2014 THÈSE N Gestion des Anticoagulants Oraux Directs dans un Service d Urgences THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE présentée

Plus en détail

«Nouveaux traitements anticoagulants et antiagrégants gants chez l insuffisant rénalr. Appeltans CHR Citadelle Service de cardiologie

«Nouveaux traitements anticoagulants et antiagrégants gants chez l insuffisant rénalr. Appeltans CHR Citadelle Service de cardiologie «Nouveaux traitements anticoagulants et antiagrégants gants chez l insuffisant rénalr» Dr Hélène H Appeltans CHR Citadelle Service de cardiologie Insuffisant rénalr. IRC : GFR < 60 ml/min et protéinurie.

Plus en détail

PRADAXA (dabigatran etexilate) 110 mg et 150 mg gélules

PRADAXA (dabigatran etexilate) 110 mg et 150 mg gélules Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament PRADAXA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation de risques en Belgique et au Luxembourg,

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux chez le sujet âgé : état des lieux au centre hospitalier gériatrique du Mont d Or et proposition de guides de bon usage

Nouveaux anticoagulants oraux chez le sujet âgé : état des lieux au centre hospitalier gériatrique du Mont d Or et proposition de guides de bon usage Nouveaux anticoagulants oraux chez le sujet âgé : état des lieux au centre hospitalier gériatrique du Mont d Or et proposition de guides de bon usage Anne Delhoume To cite this version: Anne Delhoume.

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

Rapport sur les anticoagulants oraux directs (AOD) (antérieurement appelés «nouveaux anticoagulants oraux» ou NACO)

Rapport sur les anticoagulants oraux directs (AOD) (antérieurement appelés «nouveaux anticoagulants oraux» ou NACO) ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, rue Bonaparte - 75272 PARIS CEDEX 06 Tél. : 01 42 34 57 70 Rapport sur les anticoagulants oraux directs (AOD) (antérieurement appelés «nouveaux anticoagulants oraux»

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail