Maladie thrombo embolique veineuse IADE. D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maladie thrombo embolique veineuse IADE. D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr"

Transcription

1 Maladie thrombo embolique veineuse IADE D.SCARLATTI Praticien Hospitalier Cardiologie I4C 1

2 Prétest 1/ Au retrait d un KT sous clavier, vous constatez un œdème persistant du bras et suspectez une thrombose sous clavière. Que faîtes vous? 2/ Vous recevez un patient pour un hématome extradural traité par XARELTO pour une «phlébite» datant d un mois. Pouvez vous antagoniser ce traitement? Quel bilan biologique devez vous prélever? 3/ Vous prenez une contraception orale de 3 ème génération (VARNOLINE), devez vous l arrêter? 4/ Vous recevez une embolie pulmonaire instable avec une HTAP. Devez vous plutôt «diurétiquer» ou «remplir» ce malade? 2

3 PLAN 1/ Physiopathologie 2/ facteurs de risque 3 / TVP 4/ EP 5/ Situations particulières 6/ QUIZZ 3

4 1/ Physiopathologie 4

5 TVP = thrombus dans les veines (M.inf le plus souvent) CONSEQUENCES D UNE EP Abolition partielle ou totale du retour veineux RISQUE EVOLUTIF Extension du thrombus vers les artères pulmonaires : l EP Effet «shunt» = territoire non embolisé Perfusion des territoires sains ventilation (bronchoconstriction) des territoires embolisés Espace mort = territoire embolisé : zones ventilées non perfusées L EP vient presque toujours d une TVP 5

6 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 0.6/1000 par an (EP) et 1.2/1000 par an (TVP) décés par an en France EP 10% MORT SUBITE 30% DIAGNOSTIQUEES < 8% MORTALITE 90% SURVIVANTS 70% NON DIAGNOSTIQUEES > 35% MORTALITE 6

7 EPIDEMIOLOGIE Arrêts cardiaques chez des sujets sans ATCDS AVEC trouble du rythme (TV/FV) SANS trouble du rythme (Asystolie) 36% Embolie Pulmonaire 7

8 Ne pas retenir (pour infos): CAUSES. 8

9 LA THROMBOSE VEINEUSE est différente de la THROMBOSE ARTERIELLE THROMBOSE VEINEUSE = Fibrine Les traitements antiplaquettaires sont inefficaces Les traitements anticoagulants (= antifibrine) sont efficaces THROMBOSE ARTERIELLE THROMBOSE ARTERIELLE = plaquettes puis fibrine Les traitements antiplaquettaires sont efficaces Les traitements anticoagulants (= antifibrine) sont moins efficaces 9

10 Les AAP empêchent le thrombus «artériel» TICLID PLAVIX EFIENT BRILIQUE ADP ASPIRINE TXA2 Plaquettes GP IB VAISSEAU LESE PLAQUETTE Thrombine (IIa) Etait utilisé pour «compenser» les hypo-répondeurs au Plavix GPIIBIIIA AGRASTAT, REOPRO, INTEGRILIN AUTRES PLAQUETTES 10

11 Les AC empêchent le thrombus «veineux» Facteur tissulaire VIIa Xa HEPARINE SC ou IV ( X et II) AVK ( X,IX,VII,II) (PO) ARIXTRA (SC) XARELTO (PO) ELIQUIS (PO) Thrombine (IIa) PRADAXA Fibrinogène (I) Fibrine (Ia) Plasmine Produit de dégradation de fibrine METALYSE ACTILYSE Pas d AMM des nouveaux ACO en cas de valves 11mécaniques et grossesse.

12 2/ Facteurs de risque 12

13 Facteurs de risque de MTEV ATCD de thrombose veineuse OR= 16 à 35 Traumatisme 13 Chirurgie 6 à 22 Grossesse 10 Cancer 6 Voyage 2 à 4 Obésité 2 à 4 Contraception estro-progestative 3 à 7 Traitement hormonal de la ménopause 2 à 3 Groupe sanguin non-o 2 Thrombophilie 2 à 50 Age > 40 ans 13

14 Je prends la pilule est ce que je vais faire une embolie pulmonaire? 14

15 Très souvent une association de facteurs de risque 15

16 3/Thrombose veineuse profonde 16

17 LA «PHLEBITE» Thrombose veineuse profonde TVP 17

18 DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL LYMPHANGITE ERYSIPELE VARICES 18

19 LA «PARA PHLEBITE» Thrombose veineuse superficielle TVS 19

20 DIAGNOSTIC CLINIQUE 50% des TVP sont Asymptomatiques Les autres se présentent avec - Douleur du membre inférieur - Induration - Fébricule - Douleur palpation du mollet - Dilatation des veines - Œdème de la cheville L ODEDEME INFLAMMATOIRE (rouge) évoque une infection (Erysipèle=DHBNN) et non une phlébite!!! 20

21 EXAMEN CLINIQUE Signes généraux : Fébricule Signes d examen : - Abolition du pouls homolatéral avec M.inf bleu, froid (à rechercher) - Douleur à la palpation et dorsiflexion - Dilatation des veines superficielles, diminution du ballottement - Œdème de la cheville (tardif) 21

22 EXAMEN CLINIQUE 22

23 J ai commencé le traitement anticoagulant, je ne risque plus rien maintenant? 23

24 COMPLICATIONS Extension de la thrombose - Extension notamment iliaque avec SF urinaires - EMBOLIE PULMONAIRE +++ Maladie post phlébitique = Insuffisance veineuse Récidives +++ (10% si idiopathique) Complications locales (rare ++) Phlébite «bleue» (phlegmatia caerulea) Phlegmatia alba dolens (Impotence fonctionnelle) 24

25 BIOLOGIE D-diméres - positifs si > ng/ml - BONNE VPN +++ *Très utile si négatifs (élimine une TVP dans 99% des cas) *Inutile si positifs (peu spécifique) sauf si taux > chez un sujet ambulatoire 25

26 DIAGNOSTIC DE TVP Echo doppler veineux des M inférieurs - positif si incompressibilité de la veine Bonne sensibilité pour les TVP proximales (> 90%), mauvaise pour les distales (60%) Autres : dilatation veineuse, absence de flux veineux, absence de modif du flux/chasse, thrombus visible 26

27 ANATOMIE DES VEINES DU M.INF 27

28 ANATOMIE THROMBOSES VEINEUSES PROFONDES THROMBOSES VEINEUSES SUPERFICIELLE Retour veineux exclusivement par la circulation superficielle Retour veineux exclusivement par la circulation profonde Contre indication de toute chirurgie des «varices» Risque «rare» d extension au réseau r profond 28

29 DIAGNOSTIC DE TVP SCORE DE PROBABILITE CLINIQUE EVALUATION CLINIQUE Probabilité de TVP PROBABILITE FAIBLE PROBABILITE FORTE D-Dimères D-Dimères + Echo Doppler D-Dimères Doppler - D-Dimères Présence D-Dimères d une TVP + Doppler + Doppler - D-Dimères + Doppler + Pas de TVP TVP Refaire l échodoppler à J7 TVP 29

30 TRAITEMENT DE TVP TRAITEMENT DES TVP proximales : Lever précoce recommandé Anticoagulation curative 3 à 6 mois * HBPM/Anti-Xa ou HNF avec relais AVK * XARELTO (Rivaroxaban) Dose de charge 3 semaines puis dose fixe * PRADAXA (Dabigatran). Après 5 jours d héparine Bas de contention veineuse * Classe III pendant 2 ans minimum Filtre cave si contre indication aux anticoagulants 30

31 TRAITEMENT DE TVP CAS PARTICULIER DES TVP distales : Risque d extension faible (<10%) et précoce (1 ère semaine) En France : Anticoagulation curative plus courte (6 semaines) Dans d autres pays : Pas d AC et contrôle échodoppler à J7 Anticoagulation curative «courte» : 6 semaines CAS PARTICULIER DES TV SUPERFICIELLES : Anticoagulation préventive pendant 6 semaines 31

32 ANTICOAGULATION Aider à la reperfusion «Lyser le caillot» mais surtout éviter l EP CONTRE INDICATIONS - Saignement actif Si CI ou récidive sous AC : FILTRE CAVE Temporaire ++ (ou définitif) Cas particulier de la phlegmentia caerulea dolens : Thrombolyse 32

33 TRAITEMENT DE TVP (thrombopénie à l héparine) Contre indication du XARELTO/PRADAXA si IRC (ClCr<30), Grossesse et valve mécanique. 33

34 J ai commencé le traitement par Héparine, je commence quand le PREVISCAN et j arrête quand le LOVENOX? 34

35 Résumé : Initiation de traitement de la TVP J0 J21 XARELTO 15mg x 2 XARELTO 20mg x 1 (ou 15mg) J0 J5 HEPARINE PRADAXA Arrêt HEPARINE quand 2 INR > 2 J0 HEPARINE J0 AVK (PREVISCAN, SINTROM ou COUMADINE) HEPARINE au long cours (si cancer +++) 35

36 CONTRE INDICATIONS INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES NACO 36

37 INTERACTIONS ALIMENTAIRES (AVK uniquement +++) 37

38 Résumé : La TVP Causes communes avec l EP Notion de facteurs de risques Souvent asymptomatiques Signes cliniques aspécifiques D-Dimères négatives excluent une TVP Diagnostic en écho doppler : Incompressibilité de la veine Traitement : Anticoagulation curative par Héparine puis AVK Pour aider la reperfusion et éviter l extension +++ Si contre indication : Filtre cave Nouveaux antithrombotiques sans surveillance de l INR 38

39 4/Embolie pulmonaire 39

40 DIAGNOSTIC CLINIQUE 50% des EP sont Asymptomatiques Les autres se présentent avec - Douleur thoracique pariétale (fréquent, EP distales) ou angineuse (rare, EP grave) - Lipothymie/Syncope (EP grave) - Hémoptysie (Infarctus pulmonaire) - Dyspnée - Choc 40

41 J ai une phlébite Faut il rechercher systématiquement une embolie pulmonaire? 41

42 EXAMEN CLINIQUE Signes généraux : Fébricule, tachycardie voir PA basse, pouls paradoxal Signes d examen : - Insuffisance cardiaque droite (OMI, TJ, hépatomégalie) - Examen pulmonaire normal - TVP 42

43 CLINIQUE 3 types d EP de gravité croissante - EP mineure = pas de retentissement cardiaque droit + pas de signes de choc - EP à risque intermédiaire = Retentissement cardiaque droit - clinique (OMI, TJ) - biologie (BNP et troponine +) - ECG (ondes T négatives) - Echo cœur (dilatation cœur droit, HTAP) + pas de signes de choc - EP à haut risque = Retentissement cardiaque droit + signes de choc (hypotension) 43

44 COMPLICATIONS Choc cardiogénique / Décés Embolie paradoxale si FOP Infarctus pulmonaire - Syndrome inflammatoire - Hémoptysie de sang noir (élimination du foyer de nécrose) Récidives Cœur pulmonaire chronique (HTAP) - Complication tardive - Insuffisance cardiaque droite - Thromboendartériectomie chirurgicale 44

45 Angioscanner Défect segmentaire de PC DIAGNOSTIC DE L EP Très spécifique Moins sensible (Visualise mal les EP distales) PB liés à l injection d Iode Eviter si grossesse 45

46 DIAGNOSTIC D EP Scintigraphie pulmonaire de V/P «Miss match» entre les clichés en ventilation et en perfusion Très sensible Peu spécifique (Peu interprétable si lésions pulmonaires) Non dispo en urgence CI si grossesse 46

47 ECHO COEUR Echo cœur Dilatation des cavités droites, thrombus OD/VD, IT/HTAP, Dysfonction VD Faible rentabilité diagnostique sauf pour les EP avec droit Intérêt pour rechercher un retentissement cardiaque droit ou un thrombus résiduel dans les cavités droites 47

48 DIAGNOSTIC DE L EP SCORE DE PROBABILITE CLINIQUE EVALUATION CLINIQUE Probabilité de EP PROBABILITE FAIBLE ou INTERMEDIAIRE PROBABILITE ELEVE D-Dimères SCANNER Pulmonaire Suivi Pas de TRT HBPM 48

49 CAS PARTICULER DU CHOC AVEC DEFAILLANCE CARDIAQUE DROITE SCANNER pulmonaire réalisable en urgence? ECHOCARDIOGRAPHIE SCANNER Pulmonaire Compatible avec une EP? Autre cause de choc droit (tamponnade, IDM du VD) THROMBOLYSE Autre cause de choc droit (tamponnade, IDM du VD) 49

50 TRAITEMENT DE L EP Idem TVP sauf dans les EP «graves» Si retentissement cardiaque droit : +/- Remplissage si hypovolémie +/- Inotropes (Dobutamine) - voir THROMBOLYSE ( saignements (5%) mais choc) Si retentissement cardiaque droit avec signes de choc : - Traitement symptomatique avec vasopresseurs - THROMBOLYSE précoce Embolectomie chirurgicale si thrombolyse CI 50

51 TRAITEMENT DE L EP (thrombopénie à l héparine) Contre indication du XARELTO/PRADAXA si IRC (ClCr<30), Grossesse et valve mécanique. 51

52 Résumé : Initiation de traitement de l EP sans choc J0 J21 XARELTO 15mg x 2 XARELTO 20mg x 1 (ou 15mg) J0 J5 HEPARINE PRADAXA Arrêt HEPARINE quand 2 INR > 2 J0 HEPARINE J0 AVK HEPARINE au long cours (si cancer +++) 52

53 Résumé : Initiation de traitement de l EP AVEC choc HEPARINE NON FRACTIONNEE 2h ACTILYSE AVK après stabilisation clinique

54 HTAP AIGUE («cœur pulmonaire aigu») et CHRONIQUE EMBOLIE PULMONAIRE AIGUE AVEC CHOC «HTAP AIGUE» (CPA) EMBOLIE PULMONAIRE CHRONIQUE AVEC HTAP «HTAP CHRONIQUE» (CPC) MAINTENIR LA PRECHARGE VG REMPLISSAGE INOTROPES + VASOPRESSEURS HTAP fixée, bas débit «chronique» Eviter l IVD DIURETIQUES 54 HAS 2008

55 THROMBOLYSE But : Reperfusion «Lyser le caillot» ALTEPLASE (IVSE / 2h) CONTRE INDICATIONS - ATCD d AVC hémorragique - AVC ischémique < 6mois - saignement actif - Chirurgie/Trauma < 3 semaines - Saignement digestif < 1 mois - Tumeur SNV Si CI : EMBOLECTOMIE CHIRURGICALE 55

56 DUREE DE TRAITEMENT 56

57 Résumé : L EP Signes cliniques aspécifiques Diagnostic difficile +++ D-Dimères négatives excluent une EP Diagnostic en Angioscanner : Défect de perfusion segmentaire sinon scintigraphie pulmonaire Traitement : Anticoagulation curative par Héparine puis AVK Bientôt : Nouveaux antithrombotiques sans surveillance de l INR Pour aider la reperfusion et éviter l extension +++ Si «choc» : Thrombolyse pour aider la reperfusion +++ Si contre indication : Embolectomie chirurgicale 57

58 RESUME : EMBOLIE PULMONAIRE RECHERCHER DES SIGNES DE RETENTISSEMENT CARDIAQUE DROIT ECG (ondes T négatives en antérieur/inferieur) Elevation de troponine et/ou BNP (H0, H8) ETT (Dysfonction VD) HOSPITALISATION EN USIC EP A FAIBLE RISQUE - HD stable -Pas de retentissement cardiaque droit EP A RISQUE INTERMEDIAIRE -HD stable -Retentissement cardiaque droit EP A HAUT RISQUE - HD instable (hypo TA) -Retentissement cardiaque droit ANTICOAGULATION CURATIVE HBPM ou HNF si IRC (Cl < 30) Traitement ambulatoire possible surtout si pas de TVP résiduelle Lever précoce autorisé ANTICOAGULATION CURATIVE Si thrombus OD/VD : Discuter THROMBOLYSE CI THROMBOLYSE (ESC 2008) : -ATCD d AVC H, AVC I <6mois, -saignement actif, -Chirurgie/Trauma < 3 semaines, -Saignement digestif < 1 mois, -Tumeur SNV ANTICOAGULATION CURATIVE REMPLISSAGE DOBUTAMINE THROMBOLYSE 58 (ou EMBOLECTOMIE)

59 J ai fait 3 phlébites Je suis sous anticoagulant (XARELTO) à vie Je dois être opéré Je peux arrêter mon traitement sans risques? 59

60 Gestion périopératoire des anticoagulants Risque hémorragique faible Cataracte, buccodentaire, rhumato, endoscopie digestive, cutané, cardio interventionnelle (PM/DAI, coro) Poursuite des AVK/NACO (ou arrêt J-2) Risque hémorragique modéré à élevé Toutes les autres chirurgies Arrêt des AVK/NACO J-5 60

61 Quand faire un «Relais» Chirurgie nécessitant arrêt des anticoagulants ARRET J - 5 Valve mécanique MTEV < 3 mois ou récidivante FA ayant embolisé (AVC) Valve mécanique MTEV < 3 mois ou récidivante FA ayant embolisé (AVC) RELAIS DE L ANTICOAGULANT PAR HEPARINE PAS DE RELAIS 61 HAS 2008

62 Gestion périopératoire Exemple Femme de 78 ans FA persistante (Pas d AVC) ARRET DU PRADAXA J-5 Pas de relais (pas d AVC) * INTERVENTION J0 Reprise PRADAXA 75mg x 2 le soir pendant 48 72h Reprise PRADAXA mg x 2 après 48-72h

63 Gestion périopératoire 63

64 Gestion périopératoire 64

65 Gestion périopératoire 65

66 Gestion périopératoire 66

67 Gestion périopératoire 67

68 Cas des AVK en périopératoire 68

69 Gestion des surdosages en AVK 69

70 Mon patient présente une hématome extradural qui doit être opéré en urgences Son TCA est à 80s sous Xarelto Que puis je faire? 70

71 Hemorragie et NACO 71

72 Hémorragie et AVK 72

73 Mon patient a un œdème du bras après retrait de la VVC sous clavière. Le doppler retrouve une thrombose de cette veine Que faut il faire? 73

74 Thromboses veines superieurs post perfusions VVP Veine superficielle (médiane) VVC Veine profonde (sous clavière ou fémorale) Pas de traitement AC Anticoagulation curative 3 mois après le retrait 74 du KT HAS 2008

75 Veines profondes V.sous clavière V.Humérale (profonde) V.Brachiale (profonde) 75

76 Veines superficielles 76

77 5/Situations particulières 77

78 SITUATIONS PRATIQUES 1/ Contraception et MTEV RAPPEL CO estro-progestative (orale, classique) Estrogène : éthinyl-estradiol 15 à 50 µg Progestatif : 2e ou 3e génération, ou autre Contraception progestative Voie orale : Lutéran, Cérazette, Microval, Androcur Voie non-orale : implant Implanon stérilet avec progestatif Miréna Contraceptions combinées plus récentes Avec éthinyl-estradiol : patch Evra, anneau vaginal Avec valérate d estradiol (naturel) : voie orale Qlaira 78

79 SITUATIONS PRATIQUES 1/ Contraception et MTEV LA CONTRACEPTION «OESTROPROGESTATIVE» Est associée à une augmentation du risque veineux (x4) Risque augmenté si thrombophilie et ATCD personnel ou familial de MTEV avant 45 ans Le risque est plus élevé la 1ère année Le risque existe avec toutes les contraceptions à base d EE surtout les 3 ème et 4 ème G : comprimés, patch, anneau vaginal LA CONTRACEPTION «PROGESTATIVE» (comprimés, implants) N est pas associée à une augmentation du risque veineux LA CONTRACEPTION PAR «STERILET» (cuivre ou progestatif) N est pas associée à une augmentation du risque veineux 79

80 SITUATIONS PRATIQUES 2/ THM et MTEV LE TRAITEMENT SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE Avec l œstrogène par voie ORALE est associée à une augmentation du risque veineux (x4) Avec l estrogène en patch/gel il n y a pas d augmentation du risque veineux 80

81 SITUATIONS PRATIQUES 3/ Thrombophilie et MTEV Anomalies biologiques associées à un sur risque de MTEV Ne pas retenir (pour infos): - AT, PC, PS - FV Leiden (resistance à la protéine C activée) - FII G20210A - FVIII - Homocysteinemie - Anticardiolipine + lupus anticoagulant 81

82 SITUATIONS PRATIQUES 3/ Thrombophilie et MTEV Chez qui les dépister? Sujet SYMPTOMATIQUE - Thrombose du sujet jeune (< 45 ans). - Thrombose récidivante. - Thrombose insolite. Surtout si TVP spontanée ATCDs familiaux de MTEV (> 2 apparentés avec MTEV). Sujet ASYMPTOMATIQUE - Chez les apparentés au 1er degré des patients ayant une anomalie, l exploration peut être envisagée en fonction du type d anomalie 82 et des circonstances à risque.

83 SITUATIONS PRATIQUES 3/ Thrombophilie et MTEV Comment les traiter? (ne pas retenir, pour infos) THROMBOPHILIE Heterozygote FII G20210A Heterozygote FV Leiden Heterozygote PC or PS deficiency Heterozygote AT déficit FV + autre thrombophilie Homozygote FV Leiden NECESSITE DE POURSUIVRE LE TRAITEMENT AC PLUS LONGTEMPS? Non Non Non? (probablement pas)? (probablement pas)? (probablement pas) Homozygote PC or PS deficit ou Oui Heterozygotes composites Homozygote AT deficiency Oui 83

84 SITUATIONS PRATIQUES 3/ Grossesse et MTEV GROSSESSE = Immobilité relative = Risque plus élevé de MTEV TVP surtout à gauche, 1er trimestre Problème liés aux examens complémentaires : scintigraphie contre indiquée, scanner (Iode+ RX) Facteurs de risque modérés HBPM ou bas de contention : Ne pas retenir, pour infos : Age > 35 ans, Obésité (BMI>30), Multiparité (>3), Varices, Infection en cours, Pré eclampsie,immobilisation, Césarienne en urgence Facteurs de risque majeurs HBPM et bas de contention : > 2 FR ou ATCD de TVP ou thrombophilie Dosages spécifiques (ex : > 90 kg : Lovenox 0.4ml x 2) 84

85 Suspicion de TVP Suspicion d EP Doppler veineux Doppler veineux D-Dimères SUIVI Pas de TRT RXT Suspicion de TVP iliaque? SUIVI Pas de TRT SCANNER Pulmonaire IRM M.INF Doppler veineux À J5-J7 ou SCANNER M.INF HBPM SUIVI Pas de TRT HBPM 85

86 SITUATIONS PRATIQUES 5/ Voyage en avion et risque de MTEV Vol aérien > 4 h : Mesures symptomatiques - éviter de porter des vêtements trope serrés - éviter l alcool - éviter les hypnotiques - port de chaussettes de compression élastiques - mouvements réguliers des Minf - hydratation (1 verre d eau/heure) - déambulation toutes les 2, 3 heures 86

87 SITUATIONS PRATIQUES 5/ Voyage en avion et risque de MTEV Vol aérien > 4 h et FR : mesures symptomatiques et HBPM/Fondaparinux préventif (1 à 2 h avant le vol) FR (Ne pas retenir, pour infos): - ATCD de TVP (< 10 jours = voyage aérien non recommandé) - Thrombophilie familiale - Maladie post phlébitique évoluée - Diminution de mobilité (gonathrose ) - Cancer évolutif 87

88 6/QUIZZ 88

89 Je prends la pilule (OP 3ème G) On m a dit que je risquais de faire une embolie pulmonaire Dans quelles conditions devrais l arrêter? 89

90 Quelles sont les complications d une thrombose veineuse fémorale? 90

91 J ai commencé un traitement par Héparine pour une TVP, je commence quand le PREVISCAN et j arrête quand le LOVENOX? 91

92 J ai une phlébite Faut il rechercher systématiquement une embolie pulmonaire? 92

93 J ai fait 3 phlébites idiopathiques Je suis sous anticoagulant (XARELTO) à vie Je dois être opéré Comment gérer mon traitement en périopératoire? 93

94 Mon patient présente une hématome extradural qui doit être opéré en urgences Son TCA est à 80s sous Xarelto Que puis je faire? 94

95 Mon patient a un œdème du bras gauche après retrait de la VVC. Le doppler retrouve une thrombose souclavière + axillaire et tronc veineux bracchiocéphalique. Faut il anticoaguler le patient? Combien de temps? 95

Maladie thrombo embolique veineuse IADE

Maladie thrombo embolique veineuse IADE Maladie thrombo embolique veineuse IADE Didier SCARLATTI Praticien hospitalier mi temps - Rythmologie Département pédagogique faculté de médecine de Nice Rythmologie Interventionnelle Club des cardiologues

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Hormones et thrombose veineuse

Hormones et thrombose veineuse Hormones et thrombose veineuse Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Contraception hormonale Contraception hormonale CO estro-progestative (orale, classique) Estrogène : éthinyl-estradiol

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Sémiologie des veines

Sémiologie des veines Sémiologie des veines Pr D. STEPHAN Service Hypertension Maladies Vasculaires Hôpital Civil Opposition veine / artère Artère Réseau unique Anatomie reproductible Suppléances limitées Gravité de l occlusion

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Voyages en avion et thrombose

Voyages en avion et thrombose Voyages en avion et thrombose Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Questions Le risque de thrombose est-il augmenté en avion? Si oui, l augmentation est-elle importante? Conséquences?

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE Dr Jean-Mathieu Pujalte Hôpital Saint-Louis TVP Risque d embolie pulmonaire 50% si TVP proximale Mortalité? 10 à 1% Laroche JP. JEMU 1995;16(4):

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie

Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie UE 28 PHLEBITES EMBOLIES PULMONAIRES L incidence de la maladie thrombo-embolique veineuse profonde (TVP) est de 1 pour 1 000 habitants par an, soit 60 000 cas annuels

Plus en détail

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Dr F. ROUHART Service de Neurologie (CHU de BREST) Lundis de la santé : 30 mai 2005 Définitions Epidémiologie Rappels anatomiques Sémiologie Diagnostic différentiel

Plus en détail

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015)

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015) EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs B08-1 B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs 1. I n t r o d u c t i o n La thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs est indissociable de sa complication

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Thrombectomie veineuse avec stent

Thrombectomie veineuse avec stent Prise en charge des TVP fémoro-iliaques Thrombectomie veineuse avec stent O HARTUNG Sce de Chirurgie Vasculaire, CHU Nord, Marseille Complications des TVP Aigue Extension Embolie pulmonaire Récidive Syndrome

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale)

Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale) Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale) Alexandre Fredenrich Diabétologie - Endocrinologie Hôpital Pasteur, CHU Nice 6ème JCE 16 Avril 2011 Conflit d intérêt Aucun pour cette présentation

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE

LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE Mariane Brunet, MSc. pht Amélie Gauvin, Msc. pht Mylène Tourigny, Msc. pht Sonia Viau, MSc. pht PLAN DE LA PRÉSENTATION Introduction

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF?

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? Chokri Ben Hamida Service de réanimation médicale de Sfax La Thrombose une réalité qui tue La maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Les problèmes Savoir gérer la balance des risques? d un patient sous NACO et/ou AAP du chirurgien de

Plus en détail

PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS

PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS Résumé PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS Critères de gravité des PAC : Âge Type de bactérie Résistance aux ATB Immunodépression Co-morbidités PAC sévères : 10% PAC Mortalité

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

Pas traitement fibrinolytique ni de filtre cave pour les thromboses du membre supérieur. Recommandation 9.2.1

Pas traitement fibrinolytique ni de filtre cave pour les thromboses du membre supérieur. Recommandation 9.2.1 CAS N 1 : Thrombose du membre supérieur Monsieur A présente un KT sous clavier droit mis en place pour l'instauration d'une chimiothérapie. Il vous est adressé pour un œdème du membre supérieur droit.

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Définition de l éducation thérapeutique «L information laisse le patient passif,

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

prévention et prise en charge

prévention et prise en charge Recommandation de bonne pratique - 15 juillet 2013 Thromboses artérielles et veineuses dans le cadre de l assistance médicale à la procréation (AMP) : prévention et prise en charge Méthode «Recommandations

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France. Pour inclure un patient au sein du CREATIF

Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France. Pour inclure un patient au sein du CREATIF Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France Pour inclure un patient au sein du CREATIF Obtenir OBLIGATOIREMENT l accord du médecin traitant et le cas échéant du cardiologue

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Céline Moch Docteur en pharmacie Cours infirmier 30 octobre 2012 Epidémiologie En 2011, environ 4% de la population française affiliée au régime général de la

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail