Maladie thrombo-embolique veineuse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maladie thrombo-embolique veineuse"

Transcription

1 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse 28/04/2014 DUPESSEY Florence L3 Système Cardiovasculaire Dr. SARLON-BARTOLI (fait par le CCA du Pr.HABIB) 32 pages, Relecteur 7 Maladie thrombo-embolique veineuse Plan A. Anatomie veineuse I. Système veineux profond des membres inférieurs II. Système veineux superficiel des membres inférieurs III. Système veineux profond de membres supérieurs IV. Système veineux superficiel des membres supérieurs B. Physiopathologie I. Le thrombus II. Le site de formation III. L'évolution naturelle IV. La migration embolique C. Epidémiologie et facteurs de risque I. Epidémiologie II. Facteurs de risque D. Diagnostic positif I. TVP II. EP III. Diagnostic clinique MTEV IV. Diagnostic paraclinique E. Diagnostic de gravité I. Clinique II. Biologique III. Imagerie IV. Niveaux de risque F. Stratégies diagnostiques I. Arbre décisionnel TVP II. EP suspectée non à haut risque, sans choc ou hypotension III. EP suspectée à haut risque, choc ou hypotension G. Diagnostic étiologique I. Thrombophilie biologique II. Cancer H. Evolution I. Bases thérapeutiques I. Bases thérapeutiques communes II. TVP III. EP IV. Anticoagulation V. Durée VI. Prévention Cf. Dernière page pour précisions sur le déroulement du cours 1/32

2 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Introduction La maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) regroupe 2 entités qui sont la thrombose veineuse profonde (TVP) qu'on appelle vulgairement phlébite, et l'embolie pulmonaire (EP). Ce sont 2 expressions cliniques d'une même maladie. La complication de la TVP est l'ep. Il ne faut pas dire «phlébite» mais thrombose veineuse (le terme «phlébite» on peut l'utiliser pour les patients, ils comprennent mieux que «thrombose veineuse»). Il faut savoir évoquer le diagnostic car l'incidence de la MTEV et la mortalité par EP sont importantes. C'est une urgence médicale (mettre sous anticoagulants rapidement). A. Anatomie veineuse Schéma : veines profondes du pelvis Le réseau artériel se bifurque : l'aorte abdominale se divise en artère iliaque primitive puis artère iliaque interne et externe. Cette dernière donne l'artère fémorale commune après passage du ligament inguinal. Le réseau veineux conflue : la veine fémorale devient la veine iliaque externe qui devient veine iliaque commune et enfin veine cave inférieure. I. Système veineux profond des membres inférieurs(mi) Pour le système veineux : On ne parle pas de bifurcation mais de confluence On énumère les veines depuis le pied jusqu'au pelvis Il y a 2 veines pour une artère au niveau de la jambe, et à partir de la poplitée il y a une veine pour une artère. 2/32

3 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Rappel sur la physiopathologie du retour veineux: il y a plusieurs moyens pour le sang de lutter contre la gravité : La chasse plantaire : quand on marche on appuie sur la voûte plantaire et ça fait remonter le sang Les muscles à la marche se contractent, hors les veines traversent les muscles et subissent donc une contraction, ce qui permet le retour veineux En inspiration, il y a une diminution de la pression intra-thoracique, ce qui favorise le retour veineux Le système veineux profond des membres inférieurs effectue 90% du retour veineux des membres inférieurs. Schéma : La veine tibiale antérieure au niveau de la crête tibiale La veine tibiale postérieure passant en arrière de la malléole interne La veine fibulaire passant en arrière de la malléole externe II. Système veineux superficiel des membres inférieurs (MI) Le système veineux superficiel est responsable de 10% du retour veineux. Il est constitué de : Grande veine saphène (= saphène interne) : remonte le long de la partie intérieure du mollet, de la partie interne de la cuisse, s'insère par la crosse saphène au niveau de la veine fémorale commune Petite veine saphène (= saphène externe) : dans la partie postérieure de la jambe, s'insère dans la veine poplitée Les veines superficielles ont des valves dans le sens du flux, ce qui permettent au sang de : remonter lors de chasse éviter qu'il y ait un reflux dans la veine lors du repos 3/32

4 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Dans le cas de la MTEV: Soit en amont il y a un défaut génétique des veines avec des diastasis qui se créent et des insuffisances valvulaires qui font qu'il y a du reflux. Soit le caillot qui est créé dans la veine a lésé les valves. Ceci auto-entretien une insuffisance veineuse, une insuffisance au niveau de ces valves des veines. III. Système veineux profond des membres supérieurs (MS) Ce sont les mêmes veines qui changent de nom selon le trajet. 4/32

5 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse IV. Système veineux superficiel des membres supérieurs (MS) C'est les veines qu'on utilise pour les prises de sang. Les veines antébrachiales sont au nombre de 3 en général : A l'extérieur la céphalique A l'intérieur la basilique Entre les 2 la médiane La veine céphalique antébrachiale se continue par la veine céphalique à la partie externe du bras. La veine basilique antébrachiale se continue par la veine basilique à la partie interne du bras. En règle générale la veine basilique se jette dans la veine axillaire, et la veine céphalique se jette dans la veine sous clavière. B. Physiopathologie I. Le thrombus Virchow, un physiopathologiste allemand, a décrit le lit de la thrombose veineuse qui associe : Triade de Virchow 1. Altération de la paroi veineuse 2. Stase veineuse 3. Hypercoagulabilité 5/32

6 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse De ces 3 notions va apparaître la thrombose veineuse (TV). Dans la TV on a : Altération de la paroi veineuse du à une lésion veineuse (soit par une maladie veineuse +/- génétique, soit suite à une TV les veines se sont abîmées avec des valves lésées) Stase veineuse par de phénomènes mécaniques : alitement, chirurgie Hypercoagulabilité par un phénomène pathologique : liés à la grossesse, cancer, thrombophilies, syndrome des antiphospholipides (SAPL)... II. Le site de formation Le plus souvent : - Veines profondes des MI (c'est atypique au niveau des MS : signe d'hypercoagulabilité) - Localisation distale (veines des jambes) - Au niveau des zones de ralentissement du flux (au niveau d'une stase veineuse, d'une lésion veineuse gênant la remontée du flux) Plus rarement : - Sites inhabituels: veines superficielles, veines des MS, veines mésentériques, cérébrales - D'emblée proximale III. L'évolution naturelle Le thrombus peut évoluer différemment : Lyse spontanée Il peut être lysé spontanément lorsque : Thrombus minime non obstructif distal Disparition rapide du facteur étiologique Exemple : patient prenant l'avion assis pendant un moment, donc stagnation et formation de petits thrombi dans les veines qui vont se résorber spontanément quand il va remarcher, se remobiliser (lavage veineux). Un thrombus à minima (non obstructif) disparaît avec la disparition du facteur étiologique (ici position assise lors du vol). Aggravation Le thrombus peut aussi être à l'origine : de l'obstruction du retour veineux qui va provoquer les symptomes d'une progression ou d'un risque de récidive à distance ou immédiate Exemple : thrombus de la veine soléaire qui va progresser jusqu'à la veine fémorale commune. Plus la thrombose est extensive, plus il y a de signes cliniques. Et plus elle est proximale, plus il y a un risque d'embolisation du thrombus dans la circulation veineuse. Migration Le thrombus peut migrer et donne une embolie pulmonaire +++ ou une embolie paradoxale. Normalement, il n'y a pas de communication entre le coeur droit et le cœur gauche, sauf si il y a un foramen ovale perméable (FOP) (retrouvé chez 1/3 des personnes). Dans ce cas, si le thrombus arrive dans l'oreillette droite, il y a une chance qu'il passe par ce FOP et fasse une embolie paradoxale (= embolisation dans réseau systémique: mésentérique, cérébrale... qui sera du à une thrombose veineuse! ). 6/32

7 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Si suspicion d'une TVP donnant une embolie systémique, il faut qu'il y ait une communication cardiaque ou quelque fois pulmonaire (fistule artério-veineuse) car le thrombus ne peut pas passer par le système capillaire pulmonaire jusqu'au cœur gauche. Dans certains cas d'avc on fera une ETO pour chercher un foramen ovale perméable ou une communication inter-auriculaire (CIA), ayant permis le passage du caillot de la cavité droite à la cavité gauche. Organisation du caillot Une fois que le caillot s 'organise, il peut y avoir : - Une recanalisation progressive - Une rétraction du thrombus résiduel Il peut aussi y avoir développement d'une maladie post-thrombotique (= lésion pérennisée au niveau de la paroi veineuse) avec : - Épaississement de la paroi fibreuse - Réduction du calibre veineux - Destruction valvulaire avec reflux Ce qui entraîne un risque de récidive du fait de la stagnation IV. La migration embolique Suivant la localisation de l'embolie et l'importance du thrombus, on va avoir un grade de retentissement différent au niveau pulmonaire. a) Retentissement hémodynamique Obstruction des artères pulmonaires (petites branches ou beaucoup de branches), qui entraîne une : Élévation de la post-charge du ventricule droit (VD) (= augmentation de la pression). Rappel : Pré-charge= augmentation du volume de sang arrivant dans le ventricule avant qu'il ne se contracte. Post charge= augmentation de la pression et du volume du au fait que le ventricule n'a pas pu pousser tout ce qu'il devait pousser dans les artères. Il peut y avoir une baisse du volume d'éjection systolique VD (il n'arrive pas à pousser le sang qu'il veut car les artères sont bouchées), ce qui entraîne une diminution du débit cardiaque (systémique et coronaire). Mise en place de mécanismes adaptatifs pour essayer de compenser la diminution du débit et l'augmentation de la post-charge: augmentation de la pré-charge (amener plus de sang) + tachycardie. Rappel : débit cardiaque= volume x temps Pour améliorer le débit il faut donc augmenter le volume (par augmentation de la pré-charge) ou la cadence ventriculaire (par la tachycardie). De ce fait là, il peut y avoir : Dilatation VD avec septum paradoxal et ischémie VD Rappel : normalement VG bien circulaire conique et VD demi cercle s'insérant sur le VG. La pression du VG lors de la systole est de 120 mmhg, tandis que le VD a une pression moindres (25-30 mmhg). Le VD a moins besoin d'avoir une force contractile importante, ce qui explique sa morphologie. Si les artères pulmonaires sont bouchées, il y a augmentation de la pression du VD, et donc son aspect en échographie va changer (septum paradoxal) : on a soit un septum raide (pressions au moins égales entre VG et VD), soit bombement du septum dans le VG (pression VD>VG). 7/32

8 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Baisse du débit cardiaque systémique et coronaire Choc cardiogénique (VD n'assure plus le débit) Les signes d'ep dépendent de l'intensité de l'embolie et de la situation: Proximale : augmentation des pressions, surtout au niveau du VD ++, risque de choc cardiogénique. Distale : pas d'augmentation de pression mais infarctus pulmonaire (douleur pleurale, hémoptysie, surinfection...) b) Retentissement parenchymateux Ischémie (dans les EP plutôt distales bouchant une petite artère) puis nécrose : Infarctus pulmonaire (condensation à base pleurale au scanner car l'artère vascularise le poumon de façon triangulaire) Risque de surinfection de la zone de nécrose c) Retentissement respiratoire Effet espace mort Puis effet shunt Hypoxie-hypocapnie Rappel: Espace mort anatomique : air mobilisé au cours de la ventilation mais qui ne participe pas aux échanges gazeux (ex: trachée). Air qui ne sert pas à l hématose. Ce n'est pas un shunt vrai, ici les capillaires pulmonaires ne fonctionnent plus mais les alvéoles sont ventilées. Shunt vrai : communication artério-veineuse responsable d'une hypoxémie non corrigée par l'oxygénothérapie Echange alvéolo-capillaire normal Sang veineux arrivant par les artères pulmonaires, sang artériel revenant par les veines pulmonaires. L'échange se fait au niveau des capillaires. L'air est dans les alvéoles. (Je vous recommande d'aller sur l'ent pour avoir les schémas en couleur et pour mieux comprendre les flux de sang). 8/32

9 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Etape 1: effet espace mort Territoire ventilé mais non perfusé. Obstruction au niveau de l'arbre artériel mais l'alvéole est ventilée. Pas d échanges car les capillaires sont bouchés : il y a une obstruction artérielle en amont. Etape 2: effet shunt Territoire non ventilé mais perfusé. L'effet shunt existe aussi dans l'ep, mais il n'y a pas de shunt vrai! Effet shunt: accélération du sang dans les autres territoires pulmonaires à cause de la tachycardie, le sang n'a pas le temps de bien s oxygéner (compense effet espace mort sur territoire pathologique). Cet effet shunt donne une hypoxémie. (Cette explication donnée par le prof du mécanisme de l'effet shunt dans ce cas ne correspond pas à celle du schéma qui est une bronchoconstriction réactionnelle. Dans le doute retenez les 2) 9/32

10 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Rappel : - Hypoxémie : diminution PO2 dans le sang - Hypoxie : diminution oxygénation tissulaire Etape 3: hypoxémie Hypoxémie entraine: Hypoxie (diminution oxygénation au niveau tissulaire : musculaire, digestif, cérébral...) Hyperventilation réactionnelle (on a des récepteurs qui détectent que dans le sang il n'y a pas assez d'o2. Effet compensateur: augmenter la cadence respiratoire pour augmenter les échanges gazeux, et améliorer l'oxygénation du sang. Hypocapnie (lors de l'hyperventilation : augmente O2 dans le sang mais aussi l'échange gazeux dans l'autre sens : plus de CO2 expiré) Signe typique EP à la gazométrie : hypoxémie + hypocapnie. C. Epidémiologie et facteurs de risque I. Epidémiologie La TVP est plus fréquente que l'ep Certaines TVP n entraînent pas d'ep donc plus TVP que d'ep. Incidence annuelle en France: TVP : 1,24 (à peu près la moitié embolise et donne une EP) EP : 0,6 (on ne retrouve pas de TVP dans toutes les EP) MTEV: 1,84 L'EP est plus grave que la TVP Au niveau des MI il n'y a pas de soucis mais dans le territoire pulmonaire: poumon et coeur touchés donc surmortalité plus importante. Mortalité à 30 jours: TVP < 5% EP 10% Chiffres assez importants. L'EP symptomatique est associé à une TVP dans 70% des cas Quand on a un patient rentrant avec une symptomatologie d'ep, dans 70% des cas on trouve une TVP, dans les 30% restant: Soit le thrombus complet a embolisé Soit on ne détecte pas la petite TVP Soit le thrombus s'est formé dans la VCI, dans le VD ou dans les artères pulmonaires : contexte grave (dans HTAP primitive, il y a stagnation surtout dans les artères pulmonaires et risque de thrombus in situ) 10/32

11 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse La TVP symptomatique est associée à une EP asymptomatique dans 50% des cas Un patient qui vient pour une grosse jambe douloureuse, dans 50% des cas il aura une EP asymptomatique (il a embolisé au niveau pulmonaire mais pas de symptômes évidents > La question qu'on peut se poser c'est est-que qu'il ne faut pas les reclasser dans la catégorie d'ep et donc à sur risque de mortalité?) II. Facteurs de risque a) Classification Les facteurs de risque de développer une MTEV peuvent être classés selon plusieurs paramètres : Soit leur réversibilité Soit leur niveau de risque 1. Selon la réversibilité Facteurs transitoires (situations à risque) : réversibles Chirurgie : - orthopédie - arthroscopie du genou - abdominale lourde - neurochirurgie Ce sont des facteurs d'alitement (on est dans coté de la triade de Virchow: stase veineuse). Traumatologie : fractures, contusions, entorses (dans l'entorse on relève le pied et on n'a plus de chasse veineuse, donc stagnation veineuse et risque de TVP). Obstétrique : - Grossesse - Accouchement - Césarienne - Post-partum - Avortement Mixte: stase veineuse (patients ne bougeant pas beaucoup) + hypercoagulabilité (lié au caractère de la grossesse = maladie à thrombus, avec facteurs de coagulation hyperstimulés pour préparer le corps à l'accouchement qui est un «problème hémorragique». C'est le lit de la MTEV. Immobilisation : - Alitement - Paralysie (plus dans le réversible) - Immobilisation plâtrée - Voyage Facteurs permanents (liés au sujet) Age : risque progressivement croissant. Multifactoriel: veines et valves plus abimées, insuffisance veineuse (stase veineuse), mais aussi risque plus important de développement de cancer (hypercaogulabilité). 11/32

12 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Thrombophilies constitutionnelles : tous les déficits touchant la cascade de la coagulation entraidant une hypercoagulabilité. - Déficits en antithrombine, protéine C, protéine S - Mutation Leiden du facteur V - Mutation du gène de la prothrombine - Élévation facteur VIII coagulant - Hyperhomocystéinémie - Antécédent familial de MTE Trombophilies acquises : - Syndrome des antiphospholipides (SAPL) - Syndrome néphrotique - Antécédent personnel de MTEV - Cancers et leucémies (caractère pathologique de la néoplasie mais aussi des traitements: chimiothérapie avec risque d'hypercoagulabilité), syndromes myéloprolifératifs, dysglobulinémies Maladies inflammatoires : - Infection chronique - Entéropathies inflammatoires - Behçet-Lupus-Buerger Médicaments : - Œstroprogestatifs (OP) - Syndrome d'hyperstimulation ovarienne (on mime la grossesse donc risque d'hypercoagulabilité) - Traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS) - Nolvadex - Chimiothérapies Maladies cardio-vasculaires : entraînent une diminution de l'autonomie du patient (stase veineuse), une hypercoagulabilité par le caractère inflammatoire de l'insuffisance cardiaque, et augmentation des pressions au niveau pulmonaire et donc des MI quand dysfonction ventriculaire droite. - Infarctus du myocarde - Insuffisance cardiaque - Coeur pulmonaire chronique - Artériopathie décompensée - Moignon d'amputation - Insuffisance veineuse chronique Compression veineuse : - Syndrome de Cockett : compression veine iliaque commune gauche par artère iliaque commune droite - Syndrome du soléaire : compression veineuse par le ligament du soléaire au niveau de la zone poplitée - Obésité (IMC>30) : compression des veines au niveau du pelvis par le surpoids 2. Selon le niveau de risque Evaluation des Odd Ratio pour chaque facteur de risque (calcul :parmi toutes les EP on regarde combien ont eut une fracture avant par exemple). Odd ratio= le niveau de risque pour chaque facteur. FDR majeurs (OR >10) : Fracture (hanche ou jambe) Prothèse de hanche ou genou Chirurgie générale majeure Traumatisme majeur 12/32

13 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Lésion de la moelle épinière Caractère stase veineuse FDR modérés (OR 2-9) : Chirurgie genou par arthroscopie Voie veineuse centrale (VVC) : favorise le thrombus au contact de la VV Chimiothérapie Insuffisances cardiaques et rénales Traitements hormonaux substitutifs (THS), contraception orale Cancer AVC avec paralysie séquellaire Grossesse et post-partum Antécédents antérieur TE Thrombophilie FDR mineurs (OR<2) : Immobilisation > 3jours Voyage prolongé Age avancé Chirurgie laparoscopie Obésité Grossesse et anté-partum Varices On reprend un peu tous les facteurs mais on les grades cette fois-ci selon le niveau de risque. b) Synthèse Prévention et traitement de la maladie thrombo-embolique veineuse en médecine. Recommandation de bonne pratique (Afssaps) FDR majeurs transitoires : Chirurgie Immobilisation prolongée > 3 jours Fracture des membres inférieurs Dans les 3 derniers mois (si événement ily a 2 ans ce n'est pas un FR, pas de lien) FDR majeurs permanents : Cancer en cours de traitement SAPL FDR mineurs : Contraception OP ou THS Grossesse et post-partum Voyage > 6h Autres : MTEV idiopathique ou ambulatoire 30% Dans 30% des cas soit on ne trouve pas de facteur, soit il n'a pas encore été révélé (cancer : MTEV peut être le mode d'entrée dans la maladie). 13/32

14 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse D. Diagnostic positif TVP et EP ont 2 symptomatologies différentes car elles touchent des territoires différents. I. TVP a) Diagnostic clinique Très évocateur : unilatéralité et brutalité Œdème : veine obstruée par le caillot, donc augmentation de la pression en amont du thrombus, donc le sang lutte contre les parois et l œdème correspond donc à l'eau du sang passant dans le tissu souscutané. Douleur : à la pression le long du trajet veineux (paroi veineuse inflammatoire), signe de Homans, très sensible mais peu spécifique: douleur à la dorsiflexion du pied si TV au niveau du mollet. Dilatation veineuse superficielle : 90% du retour veineux est assuré par le réseau profond, si il y a une thrombose proximale le réseau superficiel assure le relais (dilatation) Augmentation de la température locale : inflammation paroi de la veine (explique certaines fièvres inexpliquées en réa) Trouble de la coloration cutanée 2 formes cliniques: Phlegmatia alba dolens (phlébite blanche : œdème mou, douloureux, au niveau du pied) Phlegmatia caerula (phlébite bleue : obstruction complète proximale d'une des veines (par exemple fémorale commune) donne une ischémie des MI car aucun retour veineux assuré (ischémie tissulaire: congestion donc pas d'oxygénation= grosse jambe bleue, avec retour veineux dans tissu sous cutané) Exemples: TVP (image à gauche) : probablement TV proximale car œdème diffus de la jambe droite (à gauche sur l'image) remontant jusqu'à la racine de la cuisse (sûrement thrombose fémorale commune) TVS (image à droite): cordon induré inflammatoire (au niveau saphène interne) On ne peut avoir ce type de signe qu'avec les veines sous la peau car elles sont superficielles (pour les veines profondes en palpant on peut trouver une veine durcie). 14/32

15 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse b) Diagnostic différentiel Tout diagnostic d'une grosse jambe douloureuse : - Erysipèle : érythème, fièvre (infection cutanée) - Kyste poplité articulaire : masse poplitée (masse ressentie avec douleur à ce niveau peut faire penser à une TVP dans la veine poplitée) - Hématome ou déchirure musculaire: ecchymose, traumatisme (histoire maladie ++ : après match foot...) - Lombosciatique: signe de Lassègue positif, contracture paravertébrale (contexte : patient 80 ans, douleur postérieure...) c) Probabilité clinique - Les signes cliniques de MTEV sont aspécifiques (oedème, fièvre, douleur jambe) - Utiliser un score de probabilité clinique améliore la performance des examens paracliniques pour le diagnostic de MTEV Score de Wells modifié 2003 On regarde: Les facteurs de risque (néoplasie connue, plâtre ou paralysie MI, alitement > 3 jours) L'examen clinique (induration sur le trajet d'une veine profonde, œdème jambe, tuméfaction, œdème prenant le godet, circulation veineuse collatérale) L'histoire de la maladie (ATCD de TVP documenté) Présence d'une alternative diagnostique Score disponible sur iphone. Grade: faible risque ou en faveur de TVP. 15/32

16 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse II. EP a) Diagnostic clinique Aspécifique (dépend de la localisation de l'obstruction au niveau artère pulmonaire) Dyspnée (tout le temps : embolie périphérique ou proximale) Précordialgie (plutôt dans le cas d'infarctus pulmonaire avec irritation plèvre : embolie distale) Toux (embolie périphérique) Douleur pleurale (embolie périphérique) Anxiété Hémoptysie : signe d'infarctus pulmonaire Signe de gravité : syncope (embolie proximale) Lorsque le thrombus migre, il peut boucher complètement le tronc pulmonaire, il y a arrêt du débit cardiaque et donc syncope (ce blocage est souvent transitoire, c'est dans le processus de migration) Tachycardie (phénomène réflexe d'adaptation de la fréquence cardiaque) Tachypnée (phénomène réflexe en réponse à l'hypoxémie) Fièvre Insuffisance cardiaque droite aiguë (embolie proximale, élève les pressions pulmonaires) Auscultation pulmonaire normale (si infarctus: crépitants) Signes de gravité : hypotension (PAS < 90 mmhg), cyanose b) Formes cliniques Dyspnée isolée parfois progressive (patient ayant fait une TVP qui a micro-embolisé un peu partout sans qu'il y ait infarctus pulmonaire vraiment) Infarctus pulmonaire (patient qui a fait un TVP +/- proximale qui a envoyé un caillot qui a bouché une artère pulmonaire plutôt distale) Etat de choc : URGENCE VITALE (embolie massive, brutale, au niveau artères pulmonaires proximales) Exemples : Rappel : Signes d'insuffisance cardiaque droite : augmentation des pressions dans l'oreillette droite : En bas: oedèmes Ventre : ascite Hépatomégalie Turgescence jugulaire Reflux Hépato Jugulaire Signe de Harzer: très spécifique, palpation du choc de pointe au niveau de l'épigastre (VD devant et en partie inférieur du VG, si il se dilate il le fait vers l'épigastre, on sent le rythme cardiaque par palpation VD s'appuyant sur épigastre) 16/32

17 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse c) Diagnostic différentiel Tout diagnostic lié à la douleur thoracique et à la tachycardie : - Pneumopathie /!/ - Syndrome coronaire aigu - Péricardite - Pleurésie - Pneumothorax - Dissection aortique - OAP Score de Wells 2000 Pour probabilité EP même système : Facteurs de risque (affection maligne, antécédent TVP ou EP, immobilisation récente) Symptômes (hémoptysie) Signes cliniques (douleur à la palpation veineuse, œdème unilatéral, fréquence cardiaque >100). On recherche une TVP systématiquement. Général (diagnostic alternatif moins probable: par exemple patient coronarien ayant eut la même douleur que son infarctus) Il n'a pas détaillé le nombre de points attribués à chaque variable. Selon le nombre de points obtenus on a une probabilité d'ep associée : <2 points : 2-6% de chance que se soit une EP Entre 2-6 points : moins de 25% de chance > 6 : plus de 50% de chance 17/32

18 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Score de Genève révisé 2006 Score similaire (il ne l'a pas détaillé complètement) III. Diagnostic clinique MTEV A rechercher systématiquement : - des antécédents familiaux et personnels de MTEV (savoir si déjà fait un premier épisode, si SAPL...) - des antécédents familiaux et personnels de cancer - un facteur déclenchant (alitement, chirurgie récente) - des signes de TVP en cas d'ep et inversement IV. Diagnostic paraclinique a) D-dimères - Produits de dégradation de la fibrine (secrétées lors de thrombus) - Test sanguin, valeur seuil 500 μg/l - VPN élevée : Patient qui vient pour suspicion d'ep ou TVP avec un score faible ou intermédiaire, si les d-dimères sont négatifs ça rassure sur le risque déjà faible. Donc, si d-dimères négatifs très peu de chance de faire une EP, si positifs, ce n'est pas sensible car beaucoup de pathologies en donnent. - Faux positifs : hospitalisés, cancer, infection, grossesse, >80 ans (dommage car 2/3 des suspicions MTEV sont des patients âgés de plus de 80 ans) - Utiliser la bonne technique: ELISA Se >95% et Sp 40% - Inutile si forte probabilité clinique d'ep (score Wells très positif). On ne les utilise que pour des patients avec un faible risque ou un risque intermédiaire, ou pour des patients pour lesquels on n'est pas certains. 18/32

19 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse b) Echo-doppler veineux Pour la TVP le diagnostic se fait sur écho-doppler. - Examen de référence pour le diagnostic de TV - Tous les trajets veineux sont analysés (superficiels et profonds) - Non irradiant (US) Signes directs : ++ Incompressibilité de la veine sous la sonde (+++ signe plus important : doppler sur veine un peu dilatée, épaissie, quand on appuie elle doit s'aplatir, si elle ne s écrase pas= TV à ce niveau) Thrombus endoveineux visible Absence de flux veineux doppler (sang ne remonte pas: signe d'obstruction) Signes indirects : Veine dilatée Immobilité valvulaire (valves mal vues au doppler) Circulation veineuse collatérale Exemple : Arrivée grande saphène. L artère ne se comprime pas (paroi résistante), tandis que la veine disparaît (elle est collabée par la pression exercée). 19/32

20 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Petit liseré dans la veine: thrombus. Sous compression on écrase la veine, thrombus toujours vu, pas de diminution calibre veine : TV c) Gazométrie artérielle - A pratiquer en air ambiant - Normale dans 20% (surtout dans les embolies distales) - Hypoxémie - Hypocapnie - Alcalose respiratoire - Sat O2 < 90% : signe de gravité (signe EP très diffuse donc hématose très perturbée) d) ECG - Peut être normal - Tachycardie sinusale 90% : liée à l'augmentation de pression du VD pour améliorer le débit cardiaque, mais aussi liée à l'hyperventilation entraînant une tachycardie réflexe) - Signes de souffrance VD : Aspect S1Q3: grande onde S DI et onde Q en DIII (signe sensible, moyennement spécifique) Bloc de branche droit (BBD) (signe dilatation VD) Troubles du rythme supra-ventriculaire (risque passage en flutter, ou en fibrillation atriale...) Troubles de la repolarisation de V1 à V4 (onde T négatives liées à l'ischémie de la paroi du VD: artères comprimées par dilatation) 20/32

21 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Exemple ECG : Description par le prof : - FC: à peu près 90 (un peu tachycarde) - Ondes P normales, pas de BAV, pas d élargissement PR, QRS moyennement fins - Axe : axe droit (pathologique) - Crochetage en V1 V2, onde S trainante en V6 - Au total : déviation axiale droite (DAD) et BBD incomplet e) Radiographie du thorax - Peut être normale (le plus souvent) - Élévation d'une coupole diaphragmatique (car infarctus pulmonaire situé proche de la coupole) - Atélectasies en bande (infarctus pulmonaire) - Épanchement pleural (pleurésie inflammatoire) - Élargissement des artères pulmonaires (au niveau de l'arc moyen gauche: dilatation, hiles gros) - Opacité triangulaire à base pleurale (infarctus pulmonaire) f) Angioscanner pulmonaire - Examen de première intention pour le diagnostic d'ep - Injection d'iode (allergie, IR) et irradiant (grossesse) - Thrombus hypodense au niveau des artères pulmonaires - Négatif élimine une EP si probabilité clinique faible ou intermédiaire Un angioscan négatif n élimine pas toujours une EP (microthrombi possibles : on fait une scintigraphie). Exemple : Coupe à la bifurcation pulmonaire. Calibre de l'artère pulmonaire important (comparé à l'aorte: plus grosse)= dilatation artère pulmonaire. Embolie très proximale bilatérale quasi au niveau de la bifurcation: defects endoluminaux. 21/32

22 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse g) Scintigraphie En cas de suspicion d'ep importante et scanner ne montrant pas d'ep périphérique. - De ventilation-perfusion (injection radio traceur au niveau ventilatoire et veineux) : diagnostic espace mort - Injection IV d'un traceur marqué au Tc 99m - Défaut perfusionnel sans anomalie de la ventilation - Non interprétable si pathologie pulmonaire - Possible en cas d'ir (pas de toxicité rénale au traceur) - Problème de disponibilité (pas de rendez-vous en urgence, ce n'est pas l'examen recherché pour un diagnostic en urgence, on l'utilise plus dans le cas d'une forte suspicion d'ep avec scan normal). Exemple : - Perfusion à gauche: radio traceur dans veines - Ventilation à droite: radio traceur dans bronches Comparaison sur les mêmes incidences. Ventilation normale. En concordant à la perfusion: partie radio traceur ne diffusant pas (= espaces morts pulmonaires: zones ventilées non perfusées > diagnostic d'ep). 22/32

23 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse h) Résumé Suspicion TVP : D dimères Echo-doppler veineux permet le diagnostic Pas de recherche systématique d'ep si asymptomatique (si pas de tachycardie, pas essoufflé, si bonne Sat...) Je lui ait demandé pourquoi on ne faisait pas un recherche systématique d'ep, vu que dans les TVP il y a 50% d'ep asymptomatiques et il m'a répondu que l'angioscanner n'était pas un examen anodin et qu'il fallait faire la balance bénéfice risque (même si 50% d'ep asymptomatiques quand TVP, les EP asymptomatiques sont moins dangereuses que les symptomatiques donc dans ce cas l'angioscanner n'étant pas un examen anodin apporterait plus de risque que de bénéfice). Suspicion d'ep : D dimères, ECG, gazométrie artérielle (en urgence) Angioscanner pulmonaire permet le diagnostic, ou scintigraphie (plutôt scanner d'emblée) Echo doppler veineux systématique (70% cas TVP lors EP) ETT (évaluer retentissement sur VD), Troponine, BNP (si VD dilaté : élévation BNP et troponine : facteurs de sévérité de l'embolie pulmonaire). A rechercher systématiquement pour ensuite mettre en place la thérapeutique. E. Diagnostic de gravité Diagnostic de gravité EP 10% de mortalité à 30 j - Correspond à la mortalité précoce post-ep - Oriente la stratégie diagnostique (faible risque : d-dimères, ECG, gazo... Si patient en choc : on l'envoit vite au scan pour voir si throbolyse ou pas) - Guide la thérapeutique I. Clinique - Choc (hypotension artérielle, marbrures, troubles cognitifs, tachycardie...) - Hypotension artérielle (PAS < 90 mmhg ou baisse de plus de 40 mmhg pendant plus de 15 minutes sans causes rythmiques, hypovolémiques ou septiques) II. Biologique - Dilatation VD : élévation BNP ou NT-proBNP (secrété quand cellules myocardiques comprimées, dilatées) - Ischémie VD : élévation troponine I ou T (comme dans l'ischémie coronarienne) III. Imagerie Echographie : - visualisation du thrombus 5% (risque de gravité car il y a encore thrombus qui risque d'emboliser et donc risque d'avoir nouveau événement) - dilatation VD - dysfonction systolique VD (dysfonction contraction) - septum paradoxal (témoigne d'une augmentation de pression) - HTAP modérée 23/32

24 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Angioscanner : dilatation VD Scanner= image fixe, si pas synchronisée au moment de la systole on ne peut pas voir le septum paradoxal, mais on peut voir la dilatation du VD. Sur une coupe 4 cavités en scanner (horizontale) : rapport VG/VD diminué, donc VD dilaté. C'est facteur de gravité de l'ep à l'angioscanner. Exemple Echographie : Thrombus dans VD (risque: thrombus pas fixé et qui risque d'emboliser). IV. Niveaux de risque Trois niveaux de risque: 1. Haut risque (ancien EP massive) 2. Risque intermédiaire (ancien EP sub-massive) 3. Faible risque (ancien EP non massive) On utilise ces niveaux de risque pour coter l'ep et adapter la thérapeutique. EP à haut risque (15% des EP) - Tableau de choc ou d'hypotension, syncope (du à la migration du thrombus) - Dysfonction VD - Ischémie Répondre rapidement et mettre en place une thrombolyse (traitement intra-veineux lysant le thrombus, annulant la coagulation partout). Il y a un risque hémorragique, il y a des critères de contre-indications (chirurgie récente, néoplasie, etc). Il faut évaluer le rapport bénéfice/risque. Retenir que thrombolyse se fait chez patients avec EP à haut risque (choqué, hypotendu). EP non à haut risque (intermédiaire) : - Pas de choc, - Retentissement: dysfonction VD (BNP, échographie) et ischémie (troponine). Grâce à ces critères on classe ces EP intermédiaires. Il faut les suivre : hospitalisation (soins intensifs: démarrer anticoagulation) Faible risque : - Pas d'hypotension, pas choc - BNP (-), troponine (-), échographie (pas de thrombus dans VD, VD non dilaté) Hospitalisation courte pour introduire l'anticoagulation OU traitement à domicile 24/32

25 SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse Score PESI (Pulmonary Embolism Severity Index) : score de gravité Lié au retentissement (FC, PAS, SatO2) et au terrain du patient (tolérance EP et tolérance au traitement anticoagulant : si antécédents de cancer ou âge >80 ans risque de saignement). Faire attention si le patient à une maladie cardiopulmonaire chronique il peut décompenser avec une EP. Score 1 : EP à haut risque (mortalité à 1 mois 10%) F. Stratégies diagnostiques I. Arbre décisionnel TVP Suspicion clinique de TVP : Si patient < 80 ans, pas de cancer, pas de chirurgie récente : on le classe dans une EP à faible ou risque intermédiaire. On réalise un dosage de d-dimères: Négatifs : on a quasi éliminé une TVP, on cherche un diagnostic différentiel Positifs : on le reclasse comme ayant plus de risque d'avoir une TVP 25/32

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive?

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Pourquoi une analyse du sang avant la prise de la pilule? En France 10% de la population est porteuse de mutations génétiques d hypercoagulabilité,

Plus en détail

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs B08-1 B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs 1. I n t r o d u c t i o n La thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs est indissociable de sa complication

Plus en détail

Sémiologie des veines

Sémiologie des veines Sémiologie des veines Pr D. STEPHAN Service Hypertension Maladies Vasculaires Hôpital Civil Opposition veine / artère Artère Réseau unique Anatomie reproductible Suppléances limitées Gravité de l occlusion

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

Maladie thromboembolique veineuse MTEV. Sémiologie Cas cliniques

Maladie thromboembolique veineuse MTEV. Sémiologie Cas cliniques Maladie thromboembolique veineuse MTEV Sémiologie Cas cliniques Cas cliniques MTEV 1 Cas clinique 1 Une homme de 55 ans se plaint d'une dyspnée apparue sans raison depuis 48 heures. Il a été opéré d'une

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Modalites de prise en charge

Modalites de prise en charge Modalites de prise en charge Dr Ruxandra Cojocaru Services des Urgences Adultes Hopitaux Universitaires de Strasbourg MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV incidence 1,8 /1000 habitants (Europe, EU ) TVP et EP

Plus en détail

B12 - CAT pour l évaluation étiologique d une maladie thrombo-embolique veineuse

B12 - CAT pour l évaluation étiologique d une maladie thrombo-embolique veineuse B12 1 B12 CAT pour l évaluation étiologique d une maladie thromboembolique veineuse La maladie thromboembolique veineuse est une maladie multifactorielle. Parmi les facteurs étiologiques, il est commode

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

Exercices sur les échanges gazeux 1

Exercices sur les échanges gazeux 1 Exercices sur les échanges gazeux 1 1. ph 7.35-7.45 7.58 Alcalose pco2 35-45 23 Alcalose PO2 75-100 175 HCO3 21-28 30 alcalose Saturation artérielle 0.92-0.98 0.99 Glucose 3.9-6.0 5.5 1.1 Interprétez le

Plus en détail

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux Mécanismes des maladies Les échanges gazeux Pourquoi les patients sont-ils hypoxémiques? Le shunt Les malades atteints d œdème pulmonaire (OAP, SDRA) sont hypoxémiques du fait d un shunt intrapulmonaire.

Plus en détail

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes Nous avons vu que le sang est impliqué dans tous les échanges de l'organisme avec le milieu extérieur SL: Echanges

Plus en détail

Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie

Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie UE 28 PHLEBITES EMBOLIES PULMONAIRES L incidence de la maladie thrombo-embolique veineuse profonde (TVP) est de 1 pour 1 000 habitants par an, soit 60 000 cas annuels

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

ELECTRO- CARDIOGRAMME

ELECTRO- CARDIOGRAMME UE ECN en fiches Les Unités d Enseignement de l ECN en fiches Collection dirigée par L. LE ELECTRO- CARDIOGRAMME Fatiha SEBAI Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital 75013 PARIS - Tél. : 01 44 24

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

UE Cardio Sémiologie Dr.MOCERI. Embolie Pulmonaire

UE Cardio Sémiologie Dr.MOCERI. Embolie Pulmonaire Embolie Pulmonaire I. Introduction. Définition : L embolie pulmonaire (EP) est la complication d une thrombose veineuse, le plus souvent profonde (car elle touche les veines profondes). On parle de Maladie

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue

Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Plaie qui s étend jusque dans le derme ( full-thickness ) Guérison lente (souvent plus de 4 semaines), liée à un

Plus en détail

E11 - Contention. 1. Modes d action

E11 - Contention. 1. Modes d action E11-1 E11 - Contention Le terme de contention est utilisé pour contention compression. Il désigne l utilisation pour la prévention ou le traitement des désordres veineux et lymphatiques de bandes, bas

Plus en détail

E02 - Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse

E02 - Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse E02 E02 Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse. I n t r o d u c t i o n L évaluation du risque thromboembolique veineux doit être systématique pour tout patient, hospitalisé ou

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Les effets de la fumée sur le corps

Les effets de la fumée sur le corps Fiche pédagogique Thème : Tabac, cannabis Niveau : Ecole (CM2), collège (5 ème ) Durée : 30 Les effets de la fumée sur le corps Personnes ressources : Enseignant de SVT, Infirmier scolaire, CESC l Référence

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence?

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence? Questions Dossier 1 : cas clinique Un homme de 76 ans est amené par les pompiers aux urgences de l hôpital pour malaise sur la voie publique. Il était en train de se promener à vélo lorsqu il a soudain

Plus en détail

Échauffement à sec. - Une meilleure irrigation musculaire Ce qui provoque une plus grande élasticité musculaire donc réduit le risque de blessure

Échauffement à sec. - Une meilleure irrigation musculaire Ce qui provoque une plus grande élasticité musculaire donc réduit le risque de blessure Échauffement à sec Pourquoi s échauffer à sec avant l effort? - Pour augmenter la température corporelle Les performances du sportif sont meilleures quand sa température corporelle est élevée. Il y aura

Plus en détail

UE Cardio-Vasculaire

UE Cardio-Vasculaire Année Universitaire 2012-2013 Sujet 1 Une patiente de 32 ans est hospitalisée pour une douleur thoracique. Initialement modérée, cette douleur est maintenant violente et inhibe la respiration. La patiente

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

Diagnostic, situation d urgence et leur prise en charge

Diagnostic, situation d urgence et leur prise en charge UE 8, item 224 Auteur : Véronique Le Cam-Duchez Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire Diagnostic, situation d urgence et leur prise en charge 8 Diagnostic 9 10 Situation d urgence - Stratégie

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie:

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: - L Épreuve d effort d - L Échographie d effortd - L Échographie sous dobutamine - La Scintigraphie myocardique d effortd Sandrine

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées Brochure à l attention du patient Après l intervention des varices Informations et conseils sur les suites du traitement Réponses aux questions fréquemment posées Les suites de l intervention En résumé

Plus en détail

SYSTEME CARDIOVASCULAIRE

SYSTEME CARDIOVASCULAIRE 03/05/2018 14h-16h ALEMAN Axel LENORMAND Héloïse Système Cardiovasculaire Dr. SARLON remplacé par Dr Nicolas DOGNIN 18 Pages Maladie thrombo-embolique veineuse Plan A. Anatomie Veineuse I. Système veineux

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Echograhie veineuse. La pathologie veineuse aigue :

Echograhie veineuse. La pathologie veineuse aigue : Echograhie veineuse La pathologie veineuse aigue : la thrombophlébite Les circonstances cliniques : 1. Interrogatoire 2. Examen clinique 3. Examen biologique : les Dimères Les manifestations cliniques

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Thrombectomie veineuse avec stent

Thrombectomie veineuse avec stent Prise en charge des TVP fémoro-iliaques Thrombectomie veineuse avec stent O HARTUNG Sce de Chirurgie Vasculaire, CHU Nord, Marseille Complications des TVP Aigue Extension Embolie pulmonaire Récidive Syndrome

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire

135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire Sommaire 135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire diagnostic, situations d urgence et prise en charge, attitude thérapeutique et suivi Points clés en imagerie Importance de bien poser l indication

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Examen clinique des seins

Examen clinique des seins Examen clinique des seins Dr Amouri Habib, Dr Dhouib M, Pr Ag Guermazi. M, Service de gynécologie obstétrique de Sfax Public cible o Les étudiants 2ème année médecine o Les élèves sage femme Objectifs

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 INSUFFISANCE CARDIAQUE École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. DÉFINITION L'insuffisance cardiaque (IC) est l incapacité du coeur à assurer, dans les conditions normales,

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP I Définition L'insuffisance cardiaque droite (IVD) se traduit par une augmentation des pressions de remplissage télédiastolique du ventricule droit (VD). Le

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Les entorses de la cheville (257c) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les entorses de la cheville (257c) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les entorses de la cheville (257c) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de la cheville Résumé : L entorse de la cheville est probablement la lésion

Plus en détail

Conduite à tenir devant un kyste poplité

Conduite à tenir devant un kyste poplité Conduite à tenir devant un kyste poplité Emmanuel Hoppé Service de rhumatologie Journée de FMC du 30.01.2014 Kyste de Baker (XIXè ) Kyste de nature synoviale liquide synovial + synoviocytes Mécanisme Hernie

Plus en détail

Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation www.etablissement-francais-du-sang.fr

Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation www.etablissement-francais-du-sang.fr Un accident grave évitable, la surcharge TACO (Transfusion-Associated Circulatory Overload) Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation Chronologie des faits Le 4 septembre

Plus en détail

PHLEBITE. Plan DEFINITION. Rappel anatomique. Phlébite = thrombose veineuse oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot.

PHLEBITE. Plan DEFINITION. Rappel anatomique. Phlébite = thrombose veineuse oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot. Plan Phlébite Définition Causes Diagnostic Diagnostic Complications Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement curatif de la phlébite Prévention des complications Traitement de la maladie

Plus en détail

Les thromboses veineuses des membres inférieurs

Les thromboses veineuses des membres inférieurs Les thromboses veineuses des membres inférieurs Dr E. MICHEL RECH Dr E. MICHEL RECH Laboratoire d explorations cardio-vasculaires Définitions Thrombose veineuse (plutôt que phlébite): c est la présence

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste?

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste? RADIOLOGIE au quotidien Que retenir pour le praticien généraliste? Exemple à critiquer! Cher confrère, Veuillez réaliser chez M. X un scanner abdominal total. Bien confraternellement, Docteur Y La bonne

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D.

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D. Evolution maternelle et fœtale des grossesses survenant chez des malades atteintes de thrombose chronique de la veine porte (TVP) : résultats d une étude européenne multicentrique A. Plessier (1) ; PE.

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière.

Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière. Mathias WILLAME Masseur Kinésithérapeute Ostéopathie. Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière. Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement,

Plus en détail

ALGORITHME DIAGNOSTIQUE DANS LA MALADIE VEINEUSE THROMBO- EMBOLIQUE ( MVTE ) Pr M.SARR

ALGORITHME DIAGNOSTIQUE DANS LA MALADIE VEINEUSE THROMBO- EMBOLIQUE ( MVTE ) Pr M.SARR ALGORITHME DIAGNOSTIQUE DANS LA MALADIE VEINEUSE THROMBO- EMBOLIQUE ( MVTE ) Pr M.SARR DEFINITION ALGORITHME : ENSEMBLE DE RÈGLES PRATIQUES PERMETTANT D EFFECTUER UN CALCUL PAR EXTENSION = ARBRE DÉCISIONNEL

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Fondation des maladies du cœur du Canada. Soins immédiats en réanimation (SIR) pour les dispensateurs de soins de santé. Examen écrit intérimaire

Fondation des maladies du cœur du Canada. Soins immédiats en réanimation (SIR) pour les dispensateurs de soins de santé. Examen écrit intérimaire SUC Fondation des maladies du cœur du Canada. Soins immédiats en réanimation (SIR) pour les dispensateurs de soins de santé Examen écrit intérimaire Version A Novembre 2010 Cours de SIR à l intention des

Plus en détail

Les Bougainvilliers 9 allée Lazare Sauvaigo 98000 Monaco Tél. : +377 97 77 89 60 www.imagein.pro

Les Bougainvilliers 9 allée Lazare Sauvaigo 98000 Monaco Tél. : +377 97 77 89 60 www.imagein.pro Vous allez avoir une infiltration SOUS RAYONS X (TDM OU RADIOGRAPHIE) DE CORTISONE Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement.

Plus en détail

La Hanche de l enfant et de l adolescent

La Hanche de l enfant et de l adolescent La Hanche de l enfant et de l adolescent Cafcim 29 Septembre 2012 Sébastien Brunot, Hervé Laumonier, Hervé Bouin Imagerie médicale, Clinique du Tondu Ostéomyélite Ostéochondrite Epiphysiolyse Rhume de

Plus en détail

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015)

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015) EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Traitement de varices

Traitement de varices Traitement de varices Les télangiectasies en araignées et les varices affectent à peu près 80 millions de personnes aux États-Unis chaque année. Les télangiectasies en araignées apparaissent communément

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail