J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)"

Transcription

1 J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie cardiaque, CHU Caen (3) Pôle Cardio-thoracique, service de Cardiologie, CHU Caen

2 Introduction Les occlusions coronaires chroniques sont présentes chez 20 à 40 % des patients coronariens explorés par angiographie. Selon son ancienneté on définit une occlusion Chronique récente : entre 1 et 3 mois Chronique ancienne : > 3 mois Physiopathologie : rupture de plaque avec formation d un thrombus ou évolution d une sténose serrée Prise en charge : Traitement médical Angioplastie Chirurgie L imagerie non invasive fournit des informations pour guider le choix thérapeutique

3 Objectifs Montrer à partir de l expérience de notre centre l apport du coroscanner et de l IRM dans le choix thérapeutique

4 Matériels et Méthodes (1) 33 patients consécutifs porteurs d une (ou plusieurs) occlusion(s) coronaire(s) chronique(s) diagnostiquée(s) en coronarographie ont été explorés par coroscanner (n=33) et en IRM (n=9) avant décision thérapeutique

5 Matériels et Méthodes (2) ❶ Protocole d exploration TDM Acquisition : Scanner Philips B40 Paramètres d acquisition : 120 kv, mas, collimation 40 x mm, temps de rotation du tube 420 ms Injection de 90 à 100 cc d Ioméron 400 à 5 cc/s. avec bolus de 50 cc d H 2 O Post-traitement : console workspace, reconstructions VR, MIP et curvilignes MIP VR 2D Curved

6 Matériels et Méthodes (3) Recueil des données : ❶ Analyse du myocarde hypodensité amincissement ectasie ❷ Analyse de l occlusion longueur calcifications (absentes - modérées - sévères) état du réseau collatéral aspect abrupt ou effilé de l extrémité calcifications de la distalité tortuosité proximale (angulation > 45 ) analyse selon la classification AHA en 17 segments

7 Matériels et Méthodes (4) Analyse du segment occlus selon la classification AHA des 17 segments coronaires (RVP) Coronaire droite Réseau gauche

8 Matériels et Méthodes (5) ❷ Protocole d exploration IRM IRM GE 1.5 T Ciné FIESTA dans les différents axes (petit axe, long axe, 4 cavités) Perfusion 1 er passage au repos Viabilité (10 min après injection)

9 Résultats (1) ❶ Caractéristique de la population Nombre de patients 33 Âge moyen 61 +/- 14 Homme 28 (82 %) Nombre d occlusions IVA CX CD IVA + CD IVA + CX Traitement Médical Angioplastie Chirurgie 12 (36 %) 9 (28 %) 12 (36 %)

10 Résultats (2) ❷ Résultats de l IRM 9 patients : Viabilité : 6 patients Décision de revascularisation Absence de viabilité : 3 patients Traitement médical

11 Résultats (3) ❸ Longueur du segment occlus 14 patients (42 %) longueur < 15 mm 15 patients (46 %) longueur > 15 mm 4 patients (12 %) segment coronaire non interprétable (qualité insuffisante ou segments massivement calcifiés)

12 Résultats (4) ❹ Calcifications du segment occlus Absentes 14 Modérées 11 Sévères 8 de la distalité Absentes 22 Modérées 5 Sévères 6

13 Résultats (5) ❺ Vaisseau naissant de l occlusion présence : 5 patients absence : 28 patients ❻ Tortuosité proximale retrouvée chez 3 patients occlusion des segments 1 (2 patients) et 2 (1 patient) de la coronaire droite ❼ Aspect de l extrémité proximale de l occlusion Abrupte 15 Effilée 14 non déterminé 4

14 Résultats (6) ❽ Analyse des échecs d angioplastie (3) âge moyen : 64 ans 3 occlusions de l IVA moyenne (segment 7) 2 patients longueur > 15 mm calcifications modérées du segment occlus 1 patient : branche diagonale naissant de l occlusion ❾ Analyse des angioplasties réussies (4) âge moyen : 6O ans 2 occlusions du segment 7, 1 du segment 6 et 1 du segment 2 Longueur < 10 mm Absence de calcification sévère chez 3 patients Absence de vaisseau naissant de l occlusion Importance du réseau collatéral chez 3 patients

15 Discussion Le traitement médical a été décidé chez les patients avec infarctus transmural à l IRM Les critères validés en coronarographie (Puma JA et al., J Am Coll Cardiology, 1995;26;1-11) peuvent être appliqués au coroscanner et sont utiles à la décision thérapeutique : Pronostic favorable Pronostic défavorable Longueur < 15 mm > 15 mm Calcifications du segment occlus absentes massives Branche naissant de l occlusion absence présence Tortuosité du vaisseau occlus < 45 > 45 Aspect de l extrémité de l occlusion effilée abrupte Les critères de longueur de l occlusion et l importance des calcifications, bien évalués en scanner, sont importants à la décision thérapeutique, comme le montrent les résultats des angioplasties (Mollet et al., Am J Cardiol Jan 15;95(2):240-3)

16 Cas cliniques (1) Occlusion longue IVA moyenne Echec angioplastie ( échec d expansion du ballonnet)

17 Cas cliniques (2) Occlusion Occlusion Occlusion ( ) de l IVA avec branche naissant de l occlusion ( ) Occlusion courte (9 mm), non calcifiée Echec de la tentative d angioplastie avec thrombose distale et OAP

18 Conclusion Les informations apportées par l imagerie non-invasive sont capitales pour la prise en charge thérapeutiques des occlusions chroniques : sélection des patients en terme de fonction, perfusion et viabilité myocardique par l IRM identification en coroscanner d informations anatomiques pouvant aider à la décision thérapeutique (évaluation de la longueur, du degré de calcification de l occlusion, de la présence de bifurcations et du lit artériel en aval de l occlusion)

19 Bibliographie ❶ Soon KH, Selvanayagam JB, Cox N, Kelly AM, Bell KW, Lim YL Percutaneous revascularization of chronic total occlusions: review of the role of invasive and noninvasive imaging modalities. Int J Cardiol Mar 2;116(1):1-6 ❷ Hoye A, van Domburg RT, Sonnenschein K, Serruys PW Percutaneous coronary intervention for chronic total occlusions: the Thoraxcenter experience Eur Heart J Dec;26(24): ❸ Mollet NR, Hoye A, Lemos PA, Cademartiri F, Sianos G, McFadden EP, Krestin GP, Serruys PW, de Feyter PJ Value of preprocedure multislice computed tomographic coronary angiography to predict the outcome of percutaneous recanalization of chronic total occlusions. Am J Cardiol Jan 15;95(2):240-3 ❹ Suero JA, Marso SP, Jones PG, Laster SB, Huber KC, Giorgi LV, Johnson WL, Rutherford BD Procedural outcomes and long-term survival among patients undergoing percutaneous coronary intervention of a chronic total occlusion in native coronary arteries: a 20-year experience. J Am Coll Cardiol Aug;38(2): ❺ Puma JA, Sketch MH Jr, Tcheng JE, Harrington RA, Phillips HR, Stack RS, Califf RM Percutaneous revascularization of chronic coronary occlusions: an overview. J Am Coll Cardiol Jul;26(1):1-11

Apport du scanner coronaire dual-source

Apport du scanner coronaire dual-source Apport du scanner coronaire dual-source O. Ghekiere (1), X. Hamoir (1), J-Y. Tricquet (2), L. Labaki (2), V. Hamoir (2) et J. Kirsch (1) (1) Département de Radiologie (2) Département de Cardiologie Clinique

Plus en détail

Anatomie des artères coronaires: Coronarographie versus TDM coronaire.

Anatomie des artères coronaires: Coronarographie versus TDM coronaire. Anatomie des artères coronaires: Coronarographie versus TDM coronaire. PLAN Rappels anatomiques. Incidences de coronarographie. Confrontation des incidences de coronarographie avec les données du scanner

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner et IRM JN Dacher, Rouen Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner cardiovasculaire EP, AAT, AAA, dissection Le scanner devient rapidement un examen de référence dans le bilan diagnostique et le

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

Scanner coronaire Interprétation des images (revue de la littérature)

Scanner coronaire Interprétation des images (revue de la littérature) Scanner coronaire Interprétation des images (revue de la littérature) JL Sablayrolles 1. Apport du scanner dans les sténoses coronaires comparé à la coronarographie. Il est clair que la coronarographie

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE M. Papillard 1, N. Girouin 1, R. Boutier 1, G. Pagnoux 1, T. Vitry 1, P. Feugier 2, JM. Chevallier 3, O. Rouvière

Plus en détail

Comparaison. Méta-analyse. des Performances du Coroscanner et de la Coronarographie dans l Evaluation. des Pontages

Comparaison. Méta-analyse. des Performances du Coroscanner et de la Coronarographie dans l Evaluation. des Pontages Comparaison des Performances du Coroscanner et de la Coronarographie dans l Evaluation des Pontages Méta-analyse Michèle Hamon-Kérautret 1, Alice Wambre 1, Jean Goupil 1, Olivier Lepage 2, Rémi Morello

Plus en détail

LV FUNCTION. SSFP sequence. TR ms. SR 1.3 x 1.3 mm

LV FUNCTION. SSFP sequence. TR ms. SR 1.3 x 1.3 mm LV FUNCTION EDI 109 ml (62 ml/m2) ESI 41 ml (23 ml/m2) SV= 68 ml (40 ml/m2) HR= 75/mn CO=68x75=5100 ml/mn LVEF=(EDI- ESI)/EDI= 63% LV Mass(ED)=105 g/m2 SSFP sequence TR 30-35 ms SR 1.3 x 1.3 mm Henri

Plus en détail

Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents coronaires en 2013:

Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents Coronaires. Stents coronaires en 2013: Stents coronaires en 2013: Nb de coronarographie: 320 000 Nb d angioplastie: 120 000 Nb de stents implantés: 217 000 ( 68% DES) Martine Gilard CHU Brest Pour détecter la resténose intra-stent: Examens

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites

place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites Prothèses couvertes de l aorte l abdominale: place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites R. Loffroy (1), E. Steinmetz (2), B. Kretz (2), B. Guiu (1), R. Brenot (2), F. Ricolfi

Plus en détail

ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION?

ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION? ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION? Gaha Mehdi md, Roy Daniel md, Raymond Jean md, Letourneau Laurent md, Weill Alain md Département

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

SCANNER DES ARTERES CORONAIRES. Optimisation des techniques d acquisitiond

SCANNER DES ARTERES CORONAIRES. Optimisation des techniques d acquisitiond SCANNER DES ARTERES CORONAIRES Optimisation des techniques d acquisitiond ICONO P. Fouvez 1, K. Yasunaga 1, S. Willoteaux 1, F. Durand 2, C. Lions 1, V. Gaxotte 1, Z. Negaiwi 1, G. Rosey 3, J.P. Beregi

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

La revascularisation myocardique est assurée depuis

La revascularisation myocardique est assurée depuis Sténose tritronculaire et plus : faut-il opérer? Multi-coronary vessels disease: should we operate? P. Leprince*, S. Aubert*, A. Pavie*, I. Gandjbakhch* POINTS FORTS MAIN POINTS Chez les patients comparables

Plus en détail

ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: intérêt pour la resynchronisation cardiaque.

ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: intérêt pour la resynchronisation cardiaque. ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: analyse par scanner 16 détecteurs et intérêt pour la resynchronisation cardiaque. V. Mathe-Bonnet (1), V Chabbert (1), P Mondoly (2), M Delay (2), F Joffre (1), H Rousseau

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

PCEM2, 18 novembre 2011. Scanner cardiaque

PCEM2, 18 novembre 2011. Scanner cardiaque PCEM2, 18 novembre 2011 Scanner cardiaque Dr Dominique BOULMIER - Département de Cardiologie et Maladies Vasculaires Dr Jean-François HEAUTOT et Antoine LARRALDE Pôle d Imagerie Médicale Phase hospitalière

Plus en détail

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LES LESIONS DU TRONC COMMUN Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LE DIAGNOSTIC DE STENOSE DU TCG EST VITAL Les patients ayant une sténose du tronc commun (TC) ont un pronostic très péjoratif

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Sténose de l artère rénale : Diagnostic au quotidien O. Rouvière Service d imagerie Urinaire et Vasculaire Hôpital E. Herriot - Lyon 7 ème Séminaire de Formation Médicale Continue de la Société de Néphrologie

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

S Brunot 1, P Réant 2, X Iriart 2, L Leroux 2, B Paviot 2, O Corneloup 1, V Latrabe 1, P Coste 2, S Lafitte 2, M Montaudon 1, F Laurent 1

S Brunot 1, P Réant 2, X Iriart 2, L Leroux 2, B Paviot 2, O Corneloup 1, V Latrabe 1, P Coste 2, S Lafitte 2, M Montaudon 1, F Laurent 1 Valeur prédictive de l angioscanner multicoupes6-coupes pour la détection des sténoses coronaires significatives. Comparaison avec la coronarographie. S Brunot, P Réant 2, X Iriart 2, L Leroux 2, B Paviot

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed.

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed. le point sur Coronarographie par CT-scan en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 532-7 E. De Benedetti P. Urban H. Hauser Drs Edoardo De Benedetti et Philip Urban Département cardiovasculaire Dr Hermann Hauser

Plus en détail

cardiologie: nombreuses

cardiologie: nombreuses Un de Techniques percutannées en cardiologie; quels dispositifs, quels patients, quels résultats? Patrick Ohlmann Cardiologie Interventionnelle Pole d Activité Cardio-Vasculaire Médico-chirurgicalchirurgical

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Protocole scanner corps entier intégrant l angioscanner des troncs supra-aortiques aortiques Le point de vue du manipulateur K Medjani, B Aichaoui, S Estrang, H Brunel, Y Ghebiche, M Panuel, K Chaumoître

Plus en détail

Benjamin BONNET 16 octobre 2014

Benjamin BONNET 16 octobre 2014 Impact pronostique précoce de la protrusion tissulaire observée après stenting chez les patients présentant un SCA sans sus décalage du ST : étude prospective de tomographie par cohérence optique Benjamin

Plus en détail

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat La Cardiologie interventionnelle occupe une place de plus en plus grande dans la prise en

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

OUTILS DE TRAITEMENT D IMAGES

OUTILS DE TRAITEMENT D IMAGES OUTILS DE TRAITEMENT D IMAGES Post Processing Native axial images need to be processed to get full advantage of acquired data Transfer data to The Work Station GE Advantage Windows Reformat Analyse de

Plus en détail

Hervé Faltot Hôpital Schweitzer Colmar Symposium Volcano

Hervé Faltot Hôpital Schweitzer Colmar Symposium Volcano Hervé Faltot Hôpital Schweitzer Colmar Symposium Volcano Pullman Palm Beach - Marseille, le 25 janvier 2012 1 La problématique Pour rappel, l angiographie coronaire Imagerie de projection et de sommation

Plus en détail

PONTAGES CORONAIRES et CHIRURGIE AORTIQUE

PONTAGES CORONAIRES et CHIRURGIE AORTIQUE PONTAGES CORONAIRES et CHIRURGIE AORTIQUE Aspects généraux, aspects techniques et place du scanner P.Maureira Service de Chirurgie Cardio-vasculaire et Transplantation Objectifs Connaître les différents

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

L'angiographie de pontages coronariens par. tomodensitométrie multi-détecteur : contexte. et perspectives futures

L'angiographie de pontages coronariens par. tomodensitométrie multi-détecteur : contexte. et perspectives futures Revue L'angiographie de pontages coronariens par tomodensitométrie multi-détecteur : contexte et perspectives futures Coronary artery bypass grafts angiography by multi-detector computed tomography: context

Plus en détail

Offre de stage Suivi dans des séquences d images : applications au rehaussement

Offre de stage Suivi dans des séquences d images : applications au rehaussement Suivi dans des séquences d images : applications au rehaussement La cardiologie interventionnelle traite de manière minimalement invasive des pathologies cardiaques. Le geste médical est entièrement guidé

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

La maladie coronaire pluritronculaire

La maladie coronaire pluritronculaire Revues Générales réalités Cardiologiques # 285_Mars 2012_Cahier 1 Quelle revascularisation pour le patient pluritronculaire? Résumé : L arrivée des stents actifs pouvait faire espérer que l angioplastie

Plus en détail

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE.

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. L.Laborie (1), P.Sarliève (1), P.Manzoni (1), N.Méneveau (2), J-C Dalphin (3), B.Kastler

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique + Symposium Biopharma "Vie quotidienne et exercice du coronarien et de l insuffisant cardiaque" Forum Coeur Exercice et Prévention 2012 Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique Dany-Michel Marcadet

Plus en détail

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être.

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être. COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 255 février 2014 CONCLUSIONS ORSIRO, endoprothèse coronaire (stent) enrobée de sirolimuss (produitt

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Le scanner coronaire multibarrette a connu un

Le scanner coronaire multibarrette a connu un Coroscanner en pratique : mise au point Multislice coronary tomography: state of the art A. Bellemain-Appaix*, J.P. Batisse* * Institut de cardiologie, centre hospitalo-universitaire Pitié-Salpêtrière,

Plus en détail

Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique

Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique K. Yasunaga; F. Tempremant; Z. Negaiwi; S. Willoteaux; V. Gaxotte; C. Lions; JP Beregi CHRU LILLE - Hôpital

Plus en détail

sur les images agrandies, on objective l'épaississement pariétal localisé, hémicirconférentiel, limité à la zone ectasique, sans calcification

sur les images agrandies, on objective l'épaississement pariétal localisé, hémicirconférentiel, limité à la zone ectasique, sans calcification Douleur thoracique migratrice avec irradiation lombaire et sensation d engourdissement de la main et jambe droite. Antécédent de cardiopathie ischémique. Quels éléments sémiologiques positifs et négatifs

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

des artères coronaires : description et pronostic Nicolas Mennesson DIU d imagerie cardio-vasculaire

des artères coronaires : description et pronostic Nicolas Mennesson DIU d imagerie cardio-vasculaire Variantes anatomiques des artères coronaires : description et pronostic Nicolas Mennesson DIU d imagerie cardio-vasculaire Introduction Les anomalies congénitales des artères coronaires représente une

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

activité de SCANNER CARDIAQUE au CHU de POITIERS. A propos de 1521 cas.

activité de SCANNER CARDIAQUE au CHU de POITIERS. A propos de 1521 cas. Bilan d un d an d activitd activité de SCANNER CARDIAQUE au CHU de POITIERS. A propos de 1521 cas. Serrano L., Ardilouze P*., Namtchueng Kom N., Vialle R., Tazu JP., Allal J., Christiaens L. Département

Plus en détail

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous.

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Découvrez les faits sur la maladie artérielle périphérique (MAP). 50 % des gens qui vivent avec la maladie artérielle périphérique n en

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral

Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral N. Bricout, P. Aguettaz, L. Estrade, F. Boustia, E. Kalsoum, X. Leclerc CHRU de Lille Service de Neuroradiologie

Plus en détail

Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 2006?

Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 2006? Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 26? Suivi du patient revascularisé S assurer de la compliance au traitement (anti agrégants) Gérer le problème d une éventuelle chirurgie

Plus en détail

P.GUERIN. CHU Nantes K. WARIN-FRESSE CHU Nantes. déclare n avoir aucun conflit d intérêt concernant les données de sa communication

P.GUERIN. CHU Nantes K. WARIN-FRESSE CHU Nantes. déclare n avoir aucun conflit d intérêt concernant les données de sa communication P.GUERIN CHU Nantes K. WARIN-FRESSE CHU Nantes déclare n avoir aucun conflit d intérêt concernant les données de sa communication ! La cardiologie interventionnelle joue de plus en plus dans la cour de

Plus en détail

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR A CORRE MANIPULATRICE Scanner Chu Rouen A JARDEL MANIPULATEUR Scanner Chu Rouen JN DACHER RADIOLOGUE radiologie CHU ROUEN J THIEBOT RADIOLOGUE Chef de service

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale S3 3.03 Expérience de terrain: travail en interprofessionalité Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale Présenté par Marjorie Boyer 2015 Sommaire I/ Introduction: II/ Objectifs : III/ Déroulement

Plus en détail

Scanner 3D R BARTHELEMY (1), J BARTH (1), JC PANISSET (1), B SONNERY-COTTET (2), P CHAMBAT (2), N GRAVELEAU (3). (1) GRENOBLE (2) LYON (3) PARIS

Scanner 3D R BARTHELEMY (1), J BARTH (1), JC PANISSET (1), B SONNERY-COTTET (2), P CHAMBAT (2), N GRAVELEAU (3). (1) GRENOBLE (2) LYON (3) PARIS Scanner 3D pour l étude des tunnels osseux fémoraux dans la plastie du ligament croisé antérieur R BARTHELEMY (1), J BARTH (1), JC PANISSET (1), B SONNERY-COTTET (2), P CHAMBAT (2), N GRAVELEAU (3). (1)

Plus en détail

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 but Création d un abord natif le plus distal possible BILAN ADAPTE AU PATIENT : selon sa pathologie, son âge et ses ATCDS pourquoi un bilan pré-op?

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

Bach-Segura P, Molho M. Exploration du contenu utérin par tomodensitométrie. SFIPP 2005

Bach-Segura P, Molho M. Exploration du contenu utérin par tomodensitométrie. SFIPP 2005 Scanner du squelette fœtal Protocole de réalisation Le rôle du manipulateur Karim Medjani 1, Brahim Aichaoui 1, Christiane Arduino 1, Kathia Chaumoitre 1, Claude d'ercole 2, Michel Panuel 1 1 Service d'imagerie

Plus en détail

Stages : Prototypes d applications médicales

Stages : Prototypes d applications médicales Stages : Prototypes d applications médicales en bout un prototype d application médicale 3D au sein de notre framework d applications : Création des spécifications Eventuellement discussions avec le marketing

Plus en détail

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION J Baud, F Belloy, B Richter, G de la Gastine, M Jokic, M Hamon CHU Caen France Service de Neuroradiologie INTRODUCTION Le syndrome des

Plus en détail

Valeur pronostique de la scintigraphie myocardique: Stratification du risque

Valeur pronostique de la scintigraphie myocardique: Stratification du risque Journée de cardiologie nucléaire, Ho Chi Minh ville, 25 octobre 2007 Valeur pronostique de la scintigraphie myocardique: Stratification du risque Bernard Songy, Centre Cardiologique du Nord, CCN,Paris

Plus en détail

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Dr Lacroix V- Pr Hammer F Service de Chirurgie Vasculaire Service de Radiologie Interventionnelle 8 mai 2010 Journée ECU-UCL Sténoses

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

ANEVRYSME DES ARTERES PULMONAIRES AU COURS DE LA MALADIE DE BEHCERT DIAGNOSTIC ET CONDUITE A TENIR

ANEVRYSME DES ARTERES PULMONAIRES AU COURS DE LA MALADIE DE BEHCERT DIAGNOSTIC ET CONDUITE A TENIR ANEVRYSME DES ARTERES PULMONAIRES AU COURS DE LA MALADIE DE BEHCERT DIAGNOSTIC ET CONDUITE A TENIR C.Hafsa, S.Jerbi Omezzine, N. Ben Achour, S.Kriaa, M.Zbidi, M.Golli, R.Brahem, M.Said, A.Gannouni. SERVICE

Plus en détail

Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres

Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres inférieurs chez l enfant Robin Azoulay, Ahmed Kadri, Jacques Massoud, Loic Le Henaff, Amina Sekkal, Ana Presedo, Guy Sebag Service

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

La coronarographie conventionnelle

La coronarographie conventionnelle ARTICLE CLINIQUE ORIGINAL Coronarographie non invasive avec scanner multicoupe Martin H. K. Hoffmann, MD Heshui Shi, MD Bernd L. Schmitz, MD Florian T. Schmid, MD Michael Lieberknecht, MD Ralph Schulze,

Plus en détail

Faire vivre la cardiologie dans un établissement de taille moyenne avec un plateau technique récentr. CNCHG 27-28 nov 09

Faire vivre la cardiologie dans un établissement de taille moyenne avec un plateau technique récentr. CNCHG 27-28 nov 09 Faire vivre la cardiologie dans un établissement de taille 1 2 1 3 Faire vivre la cardiologie dans un établissement de taille moyenne avec un plateau technique récentr Alpes maritimes Ouest : CH Cannes

Plus en détail

Cardiologie : le CHU de Liège ouvre une clinique des valvulopathies.

Cardiologie : le CHU de Liège ouvre une clinique des valvulopathies. Cardiologie : le CHU de Liège ouvre une clinique des valvulopathies. Le Pr. Luc Piérard, chef du service de cardiologie du CHU de Liège, et son confrère, le Pr. Patrizio Lancellotti se tiendront à votre

Plus en détail

Ischémie myocardique supposée : tous les chemins mènent-ils à la coronarographie?

Ischémie myocardique supposée : tous les chemins mènent-ils à la coronarographie? Ischémie myocardique supposée : ICVOP.fr tous les chemins mènent-ils à la coronarographie? tielle est 2015 GRCI, Tous ds - Toute reproduction mê Grégoire Dambrin Cardiologie interventionnelle Hôpital privé

Plus en détail

Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle,

Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle, Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle, multicentrique et prospective Re-Act 1 Consultant: Codman

Plus en détail

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003

Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003 Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003 Pré-Requis : Module Appareil Urinaire DCEM1 Résumé : Les reins, régulateurs de l homéostasie

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Quelles lésions coronaires à traiter chez un candidat au TAVI?

Quelles lésions coronaires à traiter chez un candidat au TAVI? Quelles lésions coronaires à traiter chez un candidat au TAVI? 2 ré Toute reproduction mê Vincent Letocart CHU Nantes 11/12/2015 2 ré Toute mê DÉCLARATION DE RELATIONS PROFESSIONNELLES 2 ré Toute reproduction

Plus en détail

Cours Particuliers d IRM Cardiaque

Cours Particuliers d IRM Cardiaque Cours Particuliers d IRM Cardiaque (places limitées à 10 personnes, 2 personnes par simulateur/console) NIVEAU 1: 15/16 SEPTEMBRE 2015 NIVEAU 2: 17/18 SEPTEMBRE 2015 Pierre CROISILLE (CHU Saint-Etienne)

Plus en détail