CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE"

Transcription

1 CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC Historique des versions : V1.1 4 septembre 2013 (SCC_IC_IQ_v1.1_F_Ébauche_pour le Web_ ) V2 6 janvier 2015 (SCC_IC_IQ_V2) V2 Copyright 2015 La Société canadienne de cardiologie La publication ne peut être reproduite ou modifiée sans la permission de la Société canadienne de cardiologie. Pour une reproduction autorisée, veuillez obtenir la permission de : Société canadienne de cardiologie 222, rue Queen, bureau 1403 Ottawa (Ontario) Canada K1P 5V9 Courriel :

2 CONTEXTE Les indicateurs de qualité décrits dans le présent document ont été choisis au moyen d un processus de consensus national en tant qu indicateurs de qualité concernant l insuffisance cardiaque. En outre, un chapitre complémentaire du dictionnaire de données sur l insuffisance cardiaque offre des éléments de données et des définitions connexes. Pour accéder à la dernière version du dictionnaire, veuillez consulter le site Web ccs.ca. 2

3 Table des matières Indicateurs de qualité... 4 Évaluation quotidienne de la composition chimique du sang : Électrolytes, azote uréique du sang, créatinine... 4 Radiographie pulmonaire... 5 Utilisation à l hôpital d un inhibiteur de l enzyme de conversion de l angiotensine (IECA) ou d un antagoniste des récepteurs de l angiotensine... 6 Évaluation de la fonction ventriculaire gauche... 7 Documentation du taux de réadmission dans les 30 jours... 8 Éducation des patients... 9 REMERCIEMENTS...10 AVERTISSEMENT...11 COPYRIGHT

4 Indicateurs de qualité Évaluation quotidienne de la composition chimique du sang : Électrolytes, azote uréique du sang, créatinine Pourcentage de patients ayant reçu un diagnostic d Insuffisance cardiaque (IC) qui ont subi une évaluation des électrolytes et de la fonction rénale dans le cadre de leur évaluation initiale. Sous-ensemble du dénominateur : nombre de patients du dénominateur dont le taux de sodium (Na), de potassium (K), d azote uréique du sang et de créatinine est mesuré quotidiennement. Dénominateur Nombre de patients atteints d IC hospitalisés qui reçoivent un traitement par voie intraveineuse pour l insuffisance cardiaque. La période de sélection des cas sera déterminée au moment de l analyse. Patients qui ont quitté les lieux avant leur évaluation médicale. Patients recevant des soins de confort ou qui refusent une analyse sanguine. Sources de données Bases de données administratives ou DMI, bases de données de facturation de l hospitalisation et du médecin (p. ex., Les évaluations des électrolytes et de la fonction rénale sont des composantes clés de l évaluation d une insuffisance cardiaque aiguë, qui peuvent guider son traitement. L insuffisance rénale est courante dans les cas d insuffisance cardiaque et constitue un marqueur de pronostic connu. Diverses thérapies (p. ex., des doses par voie intraveineuse de diurétiques, d inotropes et de digitale) devront être adaptées selon le niveau de fonction rénale. L hémodialyse ou l hémofiltration peut être envisagée dans les cas d insuffisance cardiaque avec une insuffisance rénale grave concomitante. Étant donné que l hyperkaliémie ou l hypokaliémie sévère peut avoir des conséquences néfastes graves (arythmies), elle doit être traitée rapidement. L hyponatrémie indique un patient à risque plus élevé. L évaluation quotidienne de la fonction rénale et des électrolytes est essentielle pour ajuster les doses par voie intraveineuse de diurétiques et de suppléments K au besoin; ou lorsqu on envisage l hémodialyse dans les cas d insuffisance rénale grave; et pour évaluer les progrès chez les patients qui reçoivent des inotropes par voie intraveineuse. Les données statistiques seront présentées sous forme de proportion (n/d) ou pourcentage de patients qui sont soumis aux 4 analyses sanguines (Na, K, azote uréique du sang, créatinine), sur une base quotidienne, durant un traitement par voie intraveineuse. Par exemple, si 100 patients sont hospitalisés pour un traitement avec Lasix par voie intraveineuse, et que seulement 75 d entre eux subissent les 4 analyses sanguines quotidiennement lorsqu ils reçoivent Lasix par voie intraveineuse, alors on considère que 75 % des patients ont fait l objet d une surveillance appropriée. Aucun. 4

5 Radiographie pulmonaire Pourcentage de patients atteints d insuffisance cardiaque aiguë examinés à l urgence et (ou) hospitalisés qui ont été soumis à une radiographie pulmonaire dans le cadre de leur évaluation initiale. Dénominateur Sous-ensemble du dénominateur : le nombre de patients ayant subi une radiographie pulmonaire le jour même ou le jour suivant leur admission à l hôpital pour cause d insuffisance cardiaque aiguë. Nombre de patients atteints d insuffisance cardiaque aiguë examinés à l urgence et (ou) hospitalisés. La période de sélection des cas sera déterminée au moment de l analyse. Patients qui ont quitté les lieux avant leur évaluation médicale. Patients qui sont décédés avant que le test puisse être effectué. Sources de données Bases de données administratives ou DMI, bases de données de facturation de l hospitalisation et du médecin (p. ex., L interprétation de la radiographie pulmonaire est un élément clé dans l évaluation de l IC aiguë et l établissement d un diagnostic différentiel de la dyspnée aiguë. Certains résultats de la radiographie pulmonaire peuvent contribuer à modifier le diagnostic et (ou) le traitement (p. ex., épanchement péricardique, infiltrats parenchymateux). Les marqueurs connus d un pronostic dans les cas d IC peuvent aussi être observés sur la radiographie pulmonaire (p. ex., cardiomégalie). Les lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2006 (classe IIb, niveau de preuve C) et 2012 (Conseil pratique) précisent que la réponse au traitement doit être évaluée de nouveau moins de deux heures après le début du traitement. En conséquence, idéalement, la radiographie pulmonaire doit être effectuée avant cette nouvelle évaluation. Selon ces lignes directrices, la décision au sujet de l orientation du patient doit être prise moins de huit heures après le premier contact médical. De telles décisions doivent tenir compte de l interprétation de la radiographie pulmonaire initiale. Les données statistiques seront présentées sous forme de proportion (n/d) ou de pourcentage. L exécution de la radiographie pulmonaire et son interprétation par un médecin en temps opportun pourraient être difficiles dans les régions rurales ou pendant les quarts de nuit. 5

6 Utilisation à l hôpital d un inhibiteur de l enzyme de conversion de l angiotensine (IECA) ou d un antagoniste des récepteurs de l angiotensine Pourcentage de patients avec des antécédents documentés ou un nouveau diagnostic d insuffisance cardiaque (IC) en raison d une mauvaise fonction systolique du ventricule gauche qui ont reçu une ordonnance pour IECA ou un antagoniste des récepteurs de l angiotensine durant leur hospitalisation et au moment de leur congé de l hôpital, à moins d une contre-indication ou d une intolérance médicamenteuse connue. Sous-ensemble du dénominateur : nombre de patients du dénominateur ayant reçu une ordonnance pour un IECA ou un antagoniste des récepteurs de l angiotensine durant leur hospitalisation et au moment de leur congé de l hôpital. Dénominateur Nombre de patients hospitalisés avec des antécédents documentés ou un nouveau diagnostic d insuffisance cardiaque (IC). Inclusions : Avec des antécédents documentés d une fraction d éjection du ventricule gauche (FEVG) < 40 % Une évaluation qualitative de dysfonctionnement systolique du ventricule gauche de «grave» à «modérément grave» Vivants lorsqu ils obtiennent leur congé de l hôpital. Les tests antérieurs sont acceptables aux fins de documentation. La période de sélection des cas sera déterminée au moment de l analyse. Patients qui ont quitté les lieux avant leur évaluation médicale. Refus documenté du patient de prendre ces médicaments. Créatinine sérique > 220 µmol/l ou augmentation de la créatinine sérique au début du traitement par IECA ou antagoniste des récepteurs de l angiotensine, jusqu à plus de 50 % de la valeur de base. Potassium sérique documenté > 5,5 mmol/l Pression artérielle systolique documentée < 90 mmhg, hypotension symptomatique ou antécédents de chutes peut-être associées à l hypotension. Une contre-indication à l utilisation d IECA ou d antagonistes des récepteurs de l angiotensine. Allergie ou intolérance connues (pour n importe quelle raison) à l IECA ou l antagoniste des récepteurs de l angiotensine. Antécédents d œdème de Quincke (on peut cependant envisager l administration d un antagoniste des récepteurs de l angiotensine dans un milieu contrôlé). Sténose bilatérale de l artère rénale, importante au plan clinique. Sténose aortique grave. Grossesse. Sources de données Bases de données administratives ou DMI, bases de données de facturation de l hospitalisation et du médecin (p. ex., Ces médicaments réduisent le niveau de morbidité et de mortalité pour les patients admissibles, qui sont atteints d IC et souffrent d une mauvaise fonction systolique du ventricule gauche. Même si les données probantes indiquant la réduction de la morbidité et de la mortalité sont basées sur des études à long terme, des données plus récentes montrent qu une utilisation accrue au moment du départ de l hôpital est associée à un usage plus élevé à long terme, et à une plus faible morbidité à moyen terme. Lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2006, classe I, Niveau de preuve C. Lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2008, classe I, Niveau de preuve C. Lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2012, forte recommandation, données probantes de haute qualité. Les données statistiques seront présentées sous forme de proportion (n/d) ou de pourcentage. L imagerie effectuée à l hôpital pour la détermination de la FEVG ainsi que la documentation des intolérances constitueront les principaux obstacles. 6

7 Évaluation de la fonction ventriculaire gauche Pourcentage de patients ayant des antécédents documentés ou un diagnostic d insuffisance cardiaque (IC), examinés à l urgence et (ou) hospitalisés en raison d une IC, qui ont obtenu une évaluation de la fonction VG dans les 18 mois précédant la date d admission, ou qui ont obtenu une évaluation prévue dans les 30 jours après le congé du service d urgence. Dénominateur Sous-ensemble du dénominateur : nombre de patients du dénominateur ayant obtenu une évaluation de la fonction VG par la méthode d imagerie quantitative (p. ex. échocardiogramme, IRM cardiaque ou ventriculographie nucléaire) dans les 18 mois suivant la date d admission ou dans les 30 jours suivant le congé du service d urgence. Nombre de patients ayant des antécédents documentés ou un diagnostic d insuffisance cardiaque (IC), examinés à l urgence et (ou) hospitalisés. La période de sélection des cas sera déterminée au moment de l analyse. Patients qui ont quitté les lieux avant leur évaluation médicale. Raison documentée pour laquelle l évaluation du ventricule gauche n a pas été requise (soins palliatifs, contre-indication au test approprié tel que l échocardiogramme ou l IRM cardiaque). Évaluation de la FEVG connue et documentée et raison documentée pour laquelle le test n est pas répété. Sources de données Bases de données administratives ou DMI, bases de données de facturation de l hospitalisation et du médecin (p. ex., L évaluation de la fonction VG est fondamentale pour déterminer le diagnostic, le pronostic, le traitement et l orientation. L évaluation est largement disponible, peu coûteuse et souvent reprise périodiquement pour déterminer l efficacité du traitement, lorsque survient un changement dans l état clinique, ou avant d avoir recours à d autres méthodes de traitement. Lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2006, classe I, Niveau de preuve C. Lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2012, forte recommandation, données probantes de qualité modérée. Les données statistiques seront présentées sous forme de proportion (n/d) ou de pourcentage. La détermination par imagerie à l hôpital est probablement facile. Cependant, l imagerie en milieu extrahospitalier, soit avant ou après l hospitalisation, pourrait poser des défis dans certaines administrations. Le suivi en vue de savoir si la fonction VG a déjà été évaluée, ou l a été après le congé, nécessiterait de relier diverses sources de données. 7

8 Documentation du taux de réadmission dans les 30 jours Pourcentage de patients ayant des antécédents documentés d insuffisance cardiaque (IC) qui sont hospitalisés de nouveau dans les 30 jours suivant leur congé. Dénominateur Sous-ensemble du dénominateur : nombre de patients atteints d une IC hospitalisés de nouveau de façon non planifiée quelle qu en soit la raison dans les 30 jours suivant leur congé initial de l hôpital. Nombre de patients ayant reçu un diagnostic d IC principal, qui sont vivants lorsqu ils obtiennent leur congé de l hôpital. La période de sélection des cas sera déterminée au moment de l analyse. Les patients qui obtiennent leur congé et sont envoyés dans une maison de soins infirmiers, un établissement de réadaptation de courte durée, ou un établissement pour maladies chroniques. Ceux qui sont décédés à l extérieur de l hôpital dans les 30 jours suivant leur congé initial Ceux qui ont quitté l hôpital sans autorisation médicale (patients ayant volontairement quitté l hôpital) Tous les patients admis de nouveau pour une chirurgie non urgente. Sources de données Bases de données administratives ou DMI, bases de données de facturation de l hospitalisation et du médecin (p. ex., Le suivi étroit du patient et la transition des soins sont importants parce qu ils visent à éviter une nouvelle admission précoce. Lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2010, classe I, Niveau de preuve A. Les données statistiques seront présentées par patient sous forme de proportion (n/d) ou de pourcentage. Faire un suivi pour s assurer que tous les patients qui obtiennent leur congé de l hôpital font l objet d une postobservation. Démarche qui exige qu un lien soit établi entre les dossiers de l hôpital et ceux dans la collectivité. 8

9 Éducation des patients Pourcentage de patients atteints d insuffisance cardiaque (IC) ainsi que les membres de leurs familles ayant reçu au moins une séance d éducation sur la gestion de l IC. (Les séances d éducation peuvent avoir été offertes à l hôpital, à la clinique ou par mode télésanté.) Dénominateur Sous-ensemble du dénominateur : nombre de patients du dénominateur qui ont assisté à au moins une séance d éducation (à l hôpital, à la clinique ou par mode télésanté) sur la gestion de l IC dans les quatre semaines suivant leur congé de l hôpital. Nombre de patients atteints d IC. La période de sélection des cas sera déterminée au moment de l analyse. Patients recevant des soins palliatifs. Patients atteints d IC présentant un bon pronostic de guérison (p. ex. après SCA avec revascularisation). Sources de données Bases de données administratives ou DMI, bases de données de facturation de l hospitalisation et du médecin (p. ex., L éducation du patient doit être une composante clé des activités d un programme de gestion de l IC. Les lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2010, Conseils pratiques, recommandent d apprendre aux patients à limiter leur apport en sodium, à se peser, et à reconnaître les symptômes d une IC qui s aggrave, ainsi que de fournir un algorithme pour ajuster les diurétiques d un patient. Ces mesures sont des stratégies clés pour stabiliser cliniquement les patients qui souffrent d une rétention de liquide récurrente. 1. Lee DS et coll. Can J Cardiol 2003;19: Stromberg A. Eur Heart J 2005;7: Lignes directrices de la SCC sur l insuffisance cardiaque 2010, classe I, Niveau de preuve A Les données statistiques seront présentées par patient sous forme de proportion (n/d) ou de pourcentage. Ressource institutionnelle. Également une définition large de l éducation, sans égard à son efficacité 9

10 REMERCIEMENTS La Société canadienne de cardiologie souhaite remercier sincèrement les personnes suivantes qui ont élaboré le chapitre des indicateurs de qualité sur l insuffisance cardiaque : Groupe de travail sur le chapitre des indicateurs de qualité sur l insuffisance cardiaque Robert McKelvie (président), Institut de recherche sur la santé de la population/hamilton Health Sciences (Ontario) George Heckman (vice-président), Université de Waterloo (Ontario) Claudia Blais, Institut national de santé publique du Québec (Québec) Jafna Cox, Cardiovascular Health Nova Scotia, et président, Groupe de travail sur le chapitre des indicateurs de qualité sur la fibrillation auriculaire Justin Ezekowitz, Université de l Alberta Vanita Gorzkiewicz/Yanyan Gong, Institut canadien d information sur la santé Karen Harkness, Réseau de soins cardiaques de l Ontario, Université McMaster Kori Kingsbury, Réseau de soins cardiaques de l Ontario Gordon Moe, Hôpital St. Michael s (Ontario) Sulan Dai, Agence de la santé publique du Canada David Johnstone, Mazankowski Alberta Heart Institute et président, Comité directeur des indicateurs de qualité Groupe du sous-thème sur l insuffisance cardiaque aiguë et la phase de soins hospitaliers Justin Ezekowitz (chef), Université de l Alberta Jonathan G Howlett, Institut cardiovasculaire Libin d Alberta Simon Kouz, Centre Hospitalier Régional de Lanaudière (Québec) Eileen O Meara, Institut de Cardiologie de Montréal (Québec) Groupe du sous-thème sur le congé et la transition (insuffisance cardiaque) Robert McKelvie (chef), Institut de recherche sur la santé de la population/hamilton Health Sciences (Ontario) Nadia Giannetti, Université McGill (Québec) Adam Grzeslo, Université McMaster (Ontario) Shelley Zieroth, Hôpital général Saint-Boniface (Manitoba) Groupe du sous-thème sur la phase extrahospitalière (insuffisance cardiaque) Gordon Moe (chef), Hôpital St. Michael s (Ontario) Anique Ducharme, Institut de Cardiologie de Montréal (Québec) Kori Leblanc, Université de Toronto (Ontario) Elizabeth Mann, Université Dalhousie (Nouvelle-Écosse) Groupe du sous-thème sur les soins palliatifs et la planification de la fin de la vie (insuffisance cardiaque) George Heckman (chef), Université de Waterloo (Ontario) Karen Harkness, Université McMaster (Ontario) Miroslav Rajda, QE II Health Sciences Centre (Nouvelle-Écosse) Jessica Simon, Université de Calgary (Alberta) 10

11 Comité directeur des indicateurs de qualité Paul Dorian (président), Université de Toronto (Ontario) Jafna Cox, Cardiovascular Health Nova Scotia Virginia Flintoft, Institut canadien pour la sécurité des patients Karin Humphries, Université de la Colombie-Britannique, présidente du Comité directeur des définitions de données Kori Kingsbury, Réseau de soins cardiaques de l Ontario Andrew Kmetic, Cardiac Services BC Merril Knudtson, Alberta Provincial Project for Outcome Assessment in Coronary Heart Disease Anne McFarlane, Institut canadien d information sur la santé François Philippon, Réseau québécois de cardiologie tertiaire (Québec) Jack Tu, Équipe canadienne de recherche sur les résultats des interventions en santé cardiovasculaire Sulan Dai, Agence de la santé publique du Canada Mario Talajic (d office), Institut de cardiologie de Montréal, et président, Société canadienne de cardiologie Heather Ross (d office), Réseau universitaire de santé, et vice-présidente, Société canadienne de cardiologie Blair O Neill (d office), Alberta Health Services, et ancien président, Société canadienne de cardiologie Soutien du projet Anne Ferguson, chef de la direction, Société canadienne de cardiologie Nick Neuheimer, directeur de projet, et directeur, promotion et politiques relatives à la santé, Société canadienne de cardiologie Philip Astles, gestionnaire de projet (à l externe) La production de ces documents a été rendue possible par la Société canadienne de cardiologie grâce à la contribution financière de l Agence de la santé publique du Canada. AVERTISSEMENT Les opinions exprimées aux présentes ne représentent pas nécessairement celles de l Agence de la santé publique du Canada. COPYRIGHT Tous droits réservés. Aucune partie du présent document ne peut être reproduite, stockée dans un système d extraction ni transmise sous quelque forme que ce soit ou par quelque moyen que ce soit, par voie électronique ou mécanique, par télécopieur, par enregistrement ou autrement, sans la permission écrite appropriée de la Société canadienne de cardiologie MC. 11

CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE

CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC v1 Dernière mise à jour : 28

Plus en détail

UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC ÉBAUCHE V2. Dernière mise à jour : Le 23 septembre 2015

UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC ÉBAUCHE V2. Dernière mise à jour : Le 23 septembre 2015 CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR L INTERVENTION CORONARIENNE PERCUTANÉE UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC ÉBAUCHE V2 Dernière

Plus en détail

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Vous cherchez des réponses pratiques pour connaître les meilleures approches en soins de

Plus en détail

UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC. VERSION FINALE v1.1. Dernière mise à jour : Le 4 septembre 2013

UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC. VERSION FINALE v1.1. Dernière mise à jour : Le 4 septembre 2013 CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ CONCERNANT LA FIBRILLATION ET LE FLUTTER AURICULAIRES UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC VERSION

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Ronald Bourgeois, M.D. M.Sc., FRCPC Directeur médical, Clinique d insuffisance cardiaque

Plus en détail

Urgent- information de sécurité

Urgent- information de sécurité Urgent- information de sécurité Risque augmenté de décès cardiovasculaire chez les patients insuffisants cardiaques chroniques symptomatiques avec une fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) altérée,

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Ottawa Montréal Québec Halifax. Besoin de protection? Votre solution idéale. Fière partenaire de

Ottawa Montréal Québec Halifax. Besoin de protection? Votre solution idéale. Fière partenaire de Ottawa Montréal Québec Halifax Besoin de protection? Votre solution idéale Fière partenaire de La solution idéale en matière d assurance maladie Aucune preuve d assurabilité n est exigée! Votre vie prend

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS Ministère de la Santé et des Soins de longue durée La présente feuille de renseignements fournit de l information de base aux fournisseurs de services de santé ainsi qu au grand

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Avis importants sur la portée des données

Avis importants sur la portée des données Avis importants sur la portée des données L ICIS saisit les données administratives, cliniques et démographiques sur les avortements provoqués effectués dans les unités de soins de courte durée et de chirurgie

Plus en détail

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)?

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? Préparé à l intention du ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

Cher/chère participant(e) à la conférence,

Cher/chère participant(e) à la conférence, Cher/chère participant(e) à la conférence, Lorsqu il s agit de naviguer à travers le système de soins de santé et collaborer avec divers professionnels de la médecine, organiser ses renseignements médicaux

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés septembre 2013 Liste des éléments de données de la infirmières et Les documents énumérés dans la présente liste ont été adaptés à partir du Dictionnaire des données et manuel de traitement de la 2013.

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Document sur la qualité des données, Base de données sur la morbidité hospitalière information sur l exercice courant, 2013-2014

Document sur la qualité des données, Base de données sur la morbidité hospitalière information sur l exercice courant, 2013-2014 Document sur la qualité des données, Base de données sur la morbidité hospitalière Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure

Plus en détail

Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques

Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques Historique de l Enquête sur les avortements thérapeutiques Avant 1969 Le Bureau fédéral de la statistique 1 (appelé aujourd hui Statistique Canada) recueillait des données sur les avortements en provenance

Plus en détail

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé N ONATAL Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé Un dépistage PréCoCe favorise Un TraiTemenT rapide En tant que nouveau ou futur parent, vous avez à cœur

Plus en détail

LE DICTIONNAIRE DE DONNÉES DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE CORONAROGRAPHIE ET REVASCULARISATION ÉLÉMENTS DE DONNÉES ET DÉFINITIONS

LE DICTIONNAIRE DE DONNÉES DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE CORONAROGRAPHIE ET REVASCULARISATION ÉLÉMENTS DE DONNÉES ET DÉFINITIONS LE DICTIONNAIRE DE DONNÉES DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE Un document de consensus de la SCC CORONAROGRAPHIE ET REVASCULARISATION ÉLÉMENTS DE DONNÉES ET DÉFINITIONS VERSION 1.0 FINALE : Dernière

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc.

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc. L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître Jean Mireault, M.D., M.Sc. Objectifs de la présentation Démontrer l importance de l utilisation des données dans l engagement médical Présenter

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

Document sur la qualité des données, Base de données sur la morbidité hospitalière

Document sur la qualité des données, Base de données sur la morbidité hospitalière Document sur la qualité des données, Base de données sur la morbidité hospitalière Information sur l exercice courant, 2011-2012 Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données pour

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Patient avec insuffisance cardiaque

Patient avec insuffisance cardiaque Patient avec insuffisance cardiaque Cas clinique Discussion et interactions avec les participants Serge Lepage, cardiologue, CHUS Viviane Nguyen, cardiologue, CUSM Suivi longitudinal d un patient avec

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Évaluation du Système intégré pour personnes âgées fragiles (SIPA) : utilisation et coûts des services sociaux et de santé

Évaluation du Système intégré pour personnes âgées fragiles (SIPA) : utilisation et coûts des services sociaux et de santé Évaluation du Système intégré pour personnes âgées fragiles (SIPA) : utilisation et coûts des services sociaux et de santé Novembre 2004 François Béland PhD Howard Bergman M.D. Luc Dallaire MSc John Fletcher

Plus en détail

Population : 1 233 300 Régies de la santé : 11 Total des dépenses de santé : 4,8 milliards de dollars en hausse de 5,5 % par rapport à 2009

Population : 1 233 300 Régies de la santé : 11 Total des dépenses de santé : 4,8 milliards de dollars en hausse de 5,5 % par rapport à 2009 Le Manitoba Travailler avec un DME Il est evident que [le DME] a amené le patient à prendre davantage de responsabilités à l égard de ses propres soins. D r Michael Omichinski, médecin de famille, Portage

Plus en détail

D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais

D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais LA VIE VOUS MÈNE AILLEURS, MAIS PARCOURS ASSURANCE SANTÉ VOUS SUIT PARTOUT AUCUNE PREUVE D ASSURABILITÉ N EST EXIGÉE! 2 Parcours assurance

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail

Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011

Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011 Mars 2013 Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011 Types de soins Introduction Selon la définition de l Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Programme Canada Vigilance. Révision : le 29 mai 2009

Programme Canada Vigilance. Révision : le 29 mai 2009 La déclaration d effets indésirables d antiviraux lors d une pandémie de grippe - Lignes directrices pour les professionnels de la santé et les consommateurs Révision : le 29 mai 2009 Programme Canada

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

Régime collectif de protection de revenu en cas d invalidité Demande d indemnité MEMBRES DE L AIMTA Page 3 de 5

Régime collectif de protection de revenu en cas d invalidité Demande d indemnité MEMBRES DE L AIMTA Page 3 de 5 MEMBRES DE L AIMTA Page 1 de 5 Envoyer l original par télécopieur ou par la poste à : MEDISYS INC. (À l attention des mandataires d Air Canada) 500, rue Sherbrooke Ouest, 11 e étage Montréal (Québec) H3A

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Octobre 2002 André Lavoie, Ph.D. Natalie LeSage, M.D., M.Sc. John S. Sampalis, Ph.D. Partenaire décideur : Dr. Pierre

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Sylvie Girard Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la qualité Martin Langlois Conseiller en soins

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

Avis du ministre de la Santé et des Soins de longue durée AVIS DE PROJET DE RÈGLEMENT

Avis du ministre de la Santé et des Soins de longue durée AVIS DE PROJET DE RÈGLEMENT Avis du ministre de la Santé et des Soins de longue durée AVIS DE PROJET DE RÈGLEMENT Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé Au nom du gouvernement de l'ontario, le ministre

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Quelques informations relatives à la mise en œuvre d un programme de dépistage prénatal du syndrome de Down au Québec NOTE

Quelques informations relatives à la mise en œuvre d un programme de dépistage prénatal du syndrome de Down au Québec NOTE COMMISSAIRE À LA SANTÉ ET AU BIEN-ÊTRE Quelques informations relatives à la mise en œuvre d un programme de dépistage prénatal du syndrome de Down au Québec NOTE POUR LA CONSULTATION SUR LE DÉPISTAGE DU

Plus en détail

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012.

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012. Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en électrophysiologie cardiaque de l adulte 2012 VERSION 1.0 Ces exigences de formation s appliquent aux candidats

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

Pharmacie hospitalière canadienne 2015 (SCPH 2015) *

Pharmacie hospitalière canadienne 2015 (SCPH 2015) * Pharmacie hospitalière canadienne 2015 () * Buts et objectifs visés par la SCPH, d ici 2015, pour la pratique pharmaceutique dans les établissements de santé 1 But 1 : Accroître le degré d intervention

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

décompensation cardiaque

décompensation cardiaque Les actualités dans la décompensation cardiaque Etude SHIFT Etude EMPHASIS HF Etude ASCEND HF Etude chocolat Systolic Heart failure treatment with the I f inhibitor ivabradine Trial SHIFT: contexte Une

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM TOLVAPTAN (Samsca Otsuka Canada Pharmaceutical Inc.) Indication : Hyponatrémie non hypovolémique et symptomatique Recommandation Le Comité canadien d expertise sur les médicaments

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Avis importants sur la portée des données

Avis importants sur la portée des données Avis importants sur la portée des données L ICIS saisit les données administratives, cliniques et démographiques sur les avortements provoqués effectués dans les unités de soins de courte durée et de chirurgie

Plus en détail

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Cours MMD3507 Le stage obligatoire de médecine familiale à l externat n exige pas de stage préalable. Il peut donc prendre à chacune des périodes dans

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées 3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers praticiens, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d'un programme

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 INSUFFISANCE CARDIAQUE École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. DÉFINITION L'insuffisance cardiaque (IC) est l incapacité du coeur à assurer, dans les conditions normales,

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Demande de règlement Maladies graves

Demande de règlement Maladies graves Demande de règlement Maladies graves Déclaration de l assuré La demande doit être soumise à l assureur dans les 90 jours suivant le diagnostic. Nom de l assuré : No de police : de naissance : No d assurance

Plus en détail

Guide pour la préparation d une demande de financement d un projet collectif de formation sur mesure pour les unités

Guide pour la préparation d une demande de financement d un projet collectif de formation sur mesure pour les unités Guide pour la préparation d une demande de financement d un projet collectif de formation sur mesure pour les unités À L INTENTION DES GESTIONNAIRES ET AUTRES RESPONSABLES DE PROJETS DE FORMATION SUR MESURE

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques.

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. La Suite SC DME Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. Meilleurs renseignements. Meilleures décisions. Meilleurs résultats. Votre pratique repose sur l ensemble de vos

Plus en détail

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Plan de la communication Colloque ORIILL Objectifs: Soumettre une vision de la raison d être et du potentiel des réseaux de santé dans le contexte québécois;

Plus en détail

Avis de consultation de télécom CRTC 2011-73

Avis de consultation de télécom CRTC 2011-73 Avis de consultation de télécom CRTC 2011-73 Version PDF Ottawa, le 8 février 2011 Appel aux observations Instance visant à examiner le bien-fondé d exiger des fournisseurs de services VoIP mobiles et

Plus en détail

Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation

Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation Atelier : Perles cliniques en dermatologie chez l adulte 1. reconnaître les différents types de lésions cutanées; 2. utiliser le diagnostic

Plus en détail

MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins. RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010

MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins. RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010 MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010 1 OBJECTIF : Réduire le temps passé aux urgences partout en Ontario Presque 50 % des patients qui se

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

Néphropathie de contraste

Néphropathie de contraste SOINS ET SURVEILLANCE des usagers à risque de Néphropathie de contraste Formation en ligne pour les infirmières Mai 2014 (mise à jour août 2014) Présentation élaborée par: Carole Darsigny, chef intérimaire

Plus en détail

Rapport sur la méthodologie

Rapport sur la méthodologie Sondage des votants et des non-votants 2002 Rapport sur la méthodologie Établi pour : Élections Canada Date : Juin 2002 Centre de recherche Décima, 2002 Table des matières Introduction...1 Méthodologie

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Représentant de BMO Banque de Montréal : Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Prénom Nom de famille Timbre de

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO)

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Survol Forum provincial de Rifssso le 27 octobre 2010 APR PSO : Introduction En mai 2006, le gouvernement ontarien lance la stratégie

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

Étude longitudinale sur la restructuration des soins de santé et les soins communautaires

Étude longitudinale sur la restructuration des soins de santé et les soins communautaires Étude longitudinale sur la restructuration des soins de santé et les soins communautaires Février 2002 Margaret J. Penning, Ph.D. Leslie L. Roos, Ph.D. Neena L. Chappell, Ph.D. Noralou P. Roos, Ph.D. Ge

Plus en détail

Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables.

Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables. Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables. Dans ces directives, les abréviations suivantes sont utilisées : DAI : défibrillateur automatique implantable.

Plus en détail

Le VIH/sida, la loi et vous

Le VIH/sida, la loi et vous Le VIH/sida, la loi et vous Protection contre la discrimination Le VIH et le sida sont considérés comme des invalidités comme n importe quel autre état pathologique. Le Code canadien des droits de la personne

Plus en détail