Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre"

Transcription

1 Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

2 «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling???

3 Geste d angioplastie en 2014 plus de limites techniques (CTO, Tronc commun, Tritronculaire, FE basse, lésions calcifiées ) Complications per-procédures Exceptionnelles «Succès primaire d angioplastie»

4 MAIS Complexité des lésions vraiment bien évaluée? Bénéfice de l angioplastie à moyen et long terme souvent mal connu Est ce raisonnable de tout dilater? Existe-t-il une alternative raisonnable à la chirurgie? Prendre en compte le terrain, la présentation, l état des lésions, la fonction myocardique.. SUIVRE LES RECOMMANDATIONS

5 Information patient Aide à la décision thérapeutique Optimisation de prise en charge Discours «clair» entre les différents intervenants (clinicien, cardiologue interventionnel, chirurgien)

6 ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularisation Eur. Heart J. (2010) 31,

7 A 30 Jours ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularisation Eur. Heart J. (2014)

8 A 1 an ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularisation Eur. Heart J. (2014)

9 ?????? 2013 ESC guidelines for the management of stable coronary artery disease Eur. Heart J. (2013) 34,

10

11

12

13 «Pre-DES Era» «DES Era» Circulation, 1988 German Cypher Registry, 2008 La classification ACC/AHA ne peut plus être utilisé comme score de risque

14

15 Outil angiographique permettant d évaluer la complexité de la maladie coronaire Pour patients tritronculaires et/ou avec atteinte du tronc commun Score purement anatomique établi à partir des classifications préexistantes Disponible en ligne : EuroIntervention, 2005;1:

16 Réalisé au début de l étude SYNTAX pour une analyse prospective des lésions SYNTAX = Synergy between PCI with TAXus and cardiac surgery trial Etude de non infériorité chez tritonculaire PCI vs CABG

17 Algorithme permettant d évaluer la maladie coronaire tritronculaire -Nombre et localisation lésions -Complexité lésions (7 items) - Evaluation distalité artères EuroIntervention, 2005;1:

18

19 (IVP?) Toute lésion > 50% (visuelle) Vaisseau > 1.5mm (visuelle) Lésions en tandem = 1 lésion EuroIntervention, 2005;1:

20

21 Absence de flux antérograde intraluminal au delà de l occlusion (TIMI 0) EuroIntervention, 2005;1:

22 MEDINA des bifurcations EuroIntervention, 2005;1:

23 8.Angulation > 90 ou 3 coudes > 45 en amont de la lésion 10.Calcifications de la lésion visibles avant injection et sur 2 incidences 12.Maladie diffuse/petits vaisseaux : > 75% de la longueur du segment a un diamètre 2 mm en l absence ou non de lésion EuroIntervention, 2005;1:

24 TOTAL 42.5

25 Exemple Mr D. 65 ans, angor typique

26

27

28

29 Etude SYNTAX : Etude non infériorité, TAXUS vs CABG chez Tritronc et/ou tronc commun 1800 patients, 85 centres

30 Evaluation du risque de revascularisation chez le patient multitronculaire Faible risque si SXscore < 22 Risque intermédiaire si SXscore 22 et < 32 Risque élevé si SXscore 33

31

32

33

34 2013 ESC guidelines for the management of stable coronary artery disease Eur. Heart J. (2013) 34,

35

36

37 2013 ESC guidelines for the management of stable coronary artery disease Eur. Heart J. (2013) 34,

38 Utile pour évaluer la complexité des lésions coronaires chez les multitronculaires / Tronc commun. Etude la plus récente et la plus complète permettant d informer le patient sur les bénéfices/risques des 2 méthodes de revascularisation. Pemet d identifier les patients les plus à même de bénéficier d un traitement alternatif au pontage. Utilisation : Recommandations IIa niveau preuve B (ESC) LIMITES : Score purement anatomique / Estimation visuelle des lésions

39 Basé sur patients traités par ATL dans étude FAME (Tritronc exclusion CTO, TC, n=497) Comparaison SS «visuel» et SS basé «FFR» (<0,80) SS «Visuel» SS «FFR» Functional SYNTAX Score for Risk Assessment in Multivessel Coronary Artery Disease, JACC 2011

40

41

42

43 Développé pour évaluer le risque chirurgical Eur. J. Cardio. Tho. Surg., 1999;15,816-23

44 Euroscore % mortalité hospitalière Eur. J. Cardio. Tho. Surg., 1999;16,9-13

45 Réactualisé en 2011 Plus précis pour les malades avec comorbidités Prédiction mortalité hospitalière pour la chirurgie cardiaque EACTS Congress 2011

46

47 Registre > 2000 patients Tous les tronc communs exceptés SCA ST+ Comparaison (non rando) PCI vs CABG Tx mortalité idem CABG vs PCI à 5 ans Plus TVR dans groupe PCI Facteurs indépendants de mortalité Circ. Cardiovasc. Interv. 2010;3,

48 Euroscore standard : determine le risque de revascularisation par voie percutanée pour les tronc communs (>6= facteur indépendant de DC et MACE) Pas de rôle déterminant dans la stratégie thérapeutique Recommandations IIb niveau preuve B (ESC) Intérêt +++ pour estimer le risque chirurgical de l Euroscore logistic

49 TAVI indiqué si patient récusé sur le plan chirurgical ou si Euroscore > 20% Mortalité liée au TAVI corrélée à l Euroscore Registry of Transcatheter Aortic-Valve Implantation in High- Risk Patients (France 2), NEJM 2012

50 STS Score

51 The Society of Thoracic Surgeons risk score Prédit morbimortalité opératoire

52

53 STS Score Coro : tritronculaire, Fe 72% Terrain DII, HTA, HCTémie, Tabac sevré Asthme sous corticoïdes oraux Pas d HTAPs Pas d ATCD AOMI Euroscore II : 0,77%

54

55 National Cardiovascular Data Registry for catheterization percutaneous coronary intervention Score de risque pour estimer mortalité post angioplastie Basé sur plus de procédures Evaluation à partir mortalité hospitalière Peterson and al. JACC 2010;55:

56 Euroscore

57 Score de risque de l angioplastie, superposable à l Euroscore pour le risque chirurgical Pas de rôle déterminant dans la stratégie thérapeutique Recommandations IIb niveau preuve B (ESC)

58

59 Score de risque chirurgical cardiaque simple basé sur l Age, la Créatinine et la Fraction d Ejection Evaluation de la mortalité opératoire Calcul du ACEFscore : [Age (années)/fe (%)] + 1 (si Creatinine > 2mg/dL) Ranucci and al. Circulation 2009; 119:

60 Ranucci and al. Circulation 2009; 119:

61 Etude non infériorité stent biodégradable Biolimus vs SES. ACEF score >1.277 : prédictif décès et IDM mais non de MACE et de revascularisation. Non validé pour estimer le risque d angioplastie Wykrzykowska, Circ. Cardiovasc. Interv. 2011; 4(1):47-56

62

63 Paramètres cliniques : Age, Clairance créatinine, FeVG, Sexe, BPCO, AOMI + Score SYNTAX Plus sensible que le Syntax score Validé dans le registre DELTA (DES sur troncs communs) Farooq, Lancet 2013

64

65

66 Population de patient hétérogène Important d identifier les patients à haut risque de décès ou d évênements cardiovasculaires devant bénéficier d un geste de revascularisation rapide (<24h) Intérêt du score de GRACE afin d identifier les patients à haut risque candidats à une revascularisation dans les 24h.

67 Décès/Infarctus/AVC >36h <24h NEJM 2009;360:

68 Décès/Infarctus/AVC GRACE score > 140 GRACE score 140 NEJM 2009;360: ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularisation Eur. Heart J. (2010) 31,

69 Granger and al., Arch. Inter. Med. 2003;163:

70

71 CHADSVASC Score HAS BLED Score Pisters and al. Chest 2010;138:

72 DES BMS DES BMS Eur Heart J. 2014

73 Syntax Score 24 Euroscore II 0,77% STS Score 4,5% Terrain diabétique (Etude FREEDOM). Heart Team : Patient x fois hospitalisés pour des asthme aigus graves avec 2 séjours en réanimation Décision revascularisation par stents actifs.

74 Bonne évaluation risque interventionnel Bonne évaluation bénéfice à long terme Calcul plusieurs scores de risque pour un même patient Grace score AIDE A LA DECISION THERAPEUTIQUE

75 Peu d études comparatives des différents scores de risque Ne permet pas de «trancher» entre 2 attitudes thérapeutiques Concept «Fragilité», dépendance physique et aorte porcelaine par exemple non pris en compte Quid des patients non inclus dans études ayant servi au calcul des scores de risque? CALCUL DE PLUSIEURS SCORES DE RISQUE POUR UN MEME PATIENT HEART TEAM ++++

76 Syntax Score Euroscore II STS Score «Heart Team» «Il y a bien des manières de ne pas réussir, mais la plus sûre est de ne jamais prendre de risques.» B. Franklin

77 DECISION CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE = JUGEMENT CLINIQUE DIALOGUE MULTIDISCIPLINAIRE

78

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu RÉSUMÉ Mots clés : athérosclérose coronaire, angioplastie, pontage

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005 Aspects médicoéconomiques des prothèses actives Jacques Machecourt Cardiologie & Urgences Cardiologiques - CHU de Grenoble Qu est-ce

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

cardiologie: nombreuses

cardiologie: nombreuses Un de Techniques percutannées en cardiologie; quels dispositifs, quels patients, quels résultats? Patrick Ohlmann Cardiologie Interventionnelle Pole d Activité Cardio-Vasculaire Médico-chirurgicalchirurgical

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Remplacement valvulaire aortique percutané en 2011 : le point de vue du cardiologue interventionnel

Remplacement valvulaire aortique percutané en 2011 : le point de vue du cardiologue interventionnel le point sur Remplacement valvulaire aortique percutané en 2011 : le point de vue du cardiologue interventionnel Rev Med Suisse 2011 ; 7 : 1207-11 S. Noble M. Roffi Dr Stéphane Noble Pr Marco Roffi Unité

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement)

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement) COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 16 décembre 2014 CONCLUSIONS XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Projet Européen Objectif: améliorer l accès des patients à l angioplastie pour réduire la morbi-mortalité des patients souffrant de syndromes coronaires

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

C est en 1986 que Jacques Puel

C est en 1986 que Jacques Puel Évolution technologique des stents coronaires : où en est-on? DOSSIER D. Carrié Service de cardiologie, Centre hospitalier universitaire de Rangueil, Toulouse didier.carrie@chu-toulouse.fr Obtenir un équilibre

Plus en détail

Evaluation du risque opératoire en chirurgie thoracique. Gaëlle DAURIAT Service de Pneumologie B et Transplantation Pulmonaire Hôpital Bichat

Evaluation du risque opératoire en chirurgie thoracique. Gaëlle DAURIAT Service de Pneumologie B et Transplantation Pulmonaire Hôpital Bichat Evaluation du risque opératoire en chirurgie thoracique Gaëlle DAURIAT Service de Pneumologie B et Transplantation Pulmonaire Hôpital Bichat Evaluation du risque respiratoire Évaluation du risque cardiaque

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables

Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables Programme de développement professionnel continu Rédacteur : Emilie Lesaine Relecteurs : Florence Saillour-Glenisson, Catherine

Plus en détail

CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE

CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC v1 Dernière mise à jour : 28

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 Conflits d intérêts Consultant présentateur: Boston, Medtronic, Sorin, St- Jude Support financier pour des projets de recherche:

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner et IRM JN Dacher, Rouen Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner cardiovasculaire EP, AAT, AAA, dissection Le scanner devient rapidement un examen de référence dans le bilan diagnostique et le

Plus en détail

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Stents Coronaires et Sports DR PASSARD F Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Mise à jour le 11 /07/2010 B P 65 ans Cyclosport FDRCV : dyslipidémie et HTA négligées Angor typique au démarrage

Plus en détail

Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial. Système de positionnement d endoprothèse

Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial. Système de positionnement d endoprothèse Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial Système de positionnement d endoprothèse Une envergure des jambes de 15 mm s adapte aux ostia. Cylindre souple Une fente longitudinale permet d utiliser des

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Présentation environnement STENTS Europharmat. Jeudi 10 Octobre 2013

Présentation environnement STENTS Europharmat. Jeudi 10 Octobre 2013 Présentation environnement STENTS Europharmat Jeudi 10 Octobre 2013 Agenda Récapitulatif: les grands modes de financement du système de santé en France GHS Actes LPP Les référentiels (HAS, AHA, ESC) Le

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Conditions générales Les spécifications techniques

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC POSE D ENDOPROTHÈSE, PAR VOIE ARTÉRIELLE TRANSCUTANÉE Actes d angioplastie carotidienne avec stent MAI 2007 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité

Plus en détail

Traitement interventionnel de l HTA. Place de l angioplastie rénale en 2012

Traitement interventionnel de l HTA. Place de l angioplastie rénale en 2012 Traitement interventionnel de l HTA Place de l angioplastie rénale en 2012 Dr Rémy Cohen Service de Cardiologie CH Marne la Vallée Pas de conflit d intêret Angioplastie rénale-pression artérielle Méta-analyse

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DE L ADULTE

RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DE L ADULTE RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DU CARDIOLOGUE INTERVENTIONNEL DE L ADULTE Version 2011 GROUPE DE TRAVAIL COORDONATEUR : Professeur Martine Gilard, PU-PH, CHU de Brest Présidente sortante du GACI groupe

Plus en détail

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)?

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? Préparé à l intention du ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Coronarographie : support, archivage, comptes rendus, réseau et obligations légales

Coronarographie : support, archivage, comptes rendus, réseau et obligations légales DIU de Cardiologie Interventionnelle 2012-2013 Coronarographie : support, archivage, comptes rendus, réseau et obligations légales Dr Didier BLANCHARD Clinique St Gatien Tours Hôpital Georges Pompidou

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

TAVI: Etat de l art, les registres. Thierry Lefèvre and the ICPS Team

TAVI: Etat de l art, les registres. Thierry Lefèvre and the ICPS Team TAVI: Etat de l art, les registres Thierry Lefèvre and the ICPS Team Espérance de vie en France (1740 à 2005) (ans) Augmentation de 30 ans au siècle dernier Espérance de vie en France (1740 à 2005) Augmentation

Plus en détail

REMPLACEMENT VALVULAIRE AORTIQUE TRANSCATHÉTER: TER: ALITÉ J-FRANÇOIS GOBEIL MD PROFESSEUR AGRÉGÉ DE CLINIQUE CHUM

REMPLACEMENT VALVULAIRE AORTIQUE TRANSCATHÉTER: TER: ALITÉ J-FRANÇOIS GOBEIL MD PROFESSEUR AGRÉGÉ DE CLINIQUE CHUM REMPLACEMENT VALVULAIRE AORTIQUE TRANSCATHÉTER: TER: DU MYTHE À LA RÉALITR ALITÉ J-FRANÇOIS GOBEIL MD PROFESSEUR AGRÉGÉ DE CLINIQUE CHUM CONFLIT D INTÉRÊT Aucun conflit d intérêt personnel Le service de

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Maladie coronarienne stable

GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Maladie coronarienne stable GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Maladie coronarienne stable Juillet 2014 GUIDE DU PARCOURS DE SOINSMALADIE CORONARIENNE STABLE Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique?

EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique? EuroSCORE 2 : mieux que le log EuroSCORE dans une population de remplacement valvulaire aortique biologique? Thomas Sénage 1, Antoine Mugniot 1, Christian Périgaud 1, Hubert-François Carton 1, Ousama Al

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

COMMUNICATION. L auteur déclare ne pas avoir de liens d intérêt en relation avec le contenu de cet article. Jean-Philippe METZGER * INTRODUCTION

COMMUNICATION. L auteur déclare ne pas avoir de liens d intérêt en relation avec le contenu de cet article. Jean-Philippe METZGER * INTRODUCTION COMMUNICATION Le progrès médical à la lumière de l amélioration de la sécurité de l angioplastie coronaire Mots-clés : Angioplastie coronaire par ballonnet. Recherche biomédicale Medical progress exemplified

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée.

Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée. Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée. GARAPON C, IADE & DEPOIX JP, MAR. C.H.U - Bichat. Département d anesthésie-réanimation, 75018, Paris. France. Plan :1) Qu est ce que le rétrécissement

Plus en détail

Cardiologie. Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels

Cardiologie. Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels Nomenclature de Cardiologie Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels 1 Cardiologie Types de prestations Prestataires Lieu de prestation Différents financements Spécificités Nouveautés

Plus en détail

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS La recherche clinique à l ICPS Hopital Privé Jacques Cartier (Massy) Hopital Privé Claude Galien (Quincy-sous-Sénart) Etat de l art Recherche clinique présente à l ICPS depuis ses débuts en 1995 Participation

Plus en détail

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque»

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» «Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» DR Renaud VIDAL Clinique Saint George - NICE Resynchronisation BIVentriculaire 1. Rappels physiopathologiques Resynchronization

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Statines et angioplastie coronaire

Statines et angioplastie coronaire Statines et angioplastie coronaire RÉSUMÉ : Trois études, ARMYDA-ACS, NAPLES II et ARMYDA-RECAPTURE, démontrent l efficacité de l administration d atorvastatine 8 mg avant une angioplastie coronaire, avec

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Cardiologie interventionnelle

Cardiologie interventionnelle AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2006 G. POCHMALICKI Service de Cardiologie, CH, PROVINS. Cardiologie interventionnelle LA GUERRE DES STENTS OU FAUT-IL CHOISIR ENTRE RESTENOSE PRECOCE OU THROMBOSE TARDIVE?

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Dilatation Coronaire

Dilatation Coronaire Guide du Patient La Dilatation Coronaire Unité d Angiographie et de Cardiologie Interventionnelle Docteurs X. de Boisgelin - G. Lévy - P. Gallay - M. Pons - D. Carabasse - F. Rivalland Clinique du Millénaire

Plus en détail

Comment rédiger et publier un article scientifique dans une revue internationale à comité de lecture?

Comment rédiger et publier un article scientifique dans une revue internationale à comité de lecture? Comment rédiger et publier un article scientifique dans une revue internationale à comité de lecture? Ce programme de FMC original, dédié aux cardiologues, hospitaliers notamment, a été réalisé à l initiative

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Université Paris Descartes Faculté de Droit Ecole Doctorale Droit Gestion et Relations Internationales ED 262. Année 2013

Université Paris Descartes Faculté de Droit Ecole Doctorale Droit Gestion et Relations Internationales ED 262. Année 2013 Université Paris Descartes Faculté de Droit Ecole Doctorale Droit Gestion et Relations Internationales ED 262 Année 2013 Thèse présentée en Salle des Actes Faculté des Sciences Biologiques et Pharmaceutiques

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Introduction par François Boustani : les recommandations de l ESC

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

REVASCULARISATION CHIRURGICALE DES ARTERES DIGESTIVES. Frédéric Gigou Hopital de Meaux Hopital St Joseph Collège de Chirurgie Vasculaire 3/12/2004

REVASCULARISATION CHIRURGICALE DES ARTERES DIGESTIVES. Frédéric Gigou Hopital de Meaux Hopital St Joseph Collège de Chirurgie Vasculaire 3/12/2004 REVASCULARISATION CHIRURGICALE DES ARTERES DIGESTIVES Frédéric Gigou Hopital de Meaux Hopital St Joseph Collège de Chirurgie Vasculaire 3/12/2004 REVASCULARISATION DES ARTERES DIGESTIVES CONTEXTE Indications

Plus en détail