Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre"

Transcription

1 Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

2 «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling???

3 Geste d angioplastie en 2014 plus de limites techniques (CTO, Tronc commun, Tritronculaire, FE basse, lésions calcifiées ) Complications per-procédures Exceptionnelles «Succès primaire d angioplastie»

4 MAIS Complexité des lésions vraiment bien évaluée? Bénéfice de l angioplastie à moyen et long terme souvent mal connu Est ce raisonnable de tout dilater? Existe-t-il une alternative raisonnable à la chirurgie? Prendre en compte le terrain, la présentation, l état des lésions, la fonction myocardique.. SUIVRE LES RECOMMANDATIONS

5 Information patient Aide à la décision thérapeutique Optimisation de prise en charge Discours «clair» entre les différents intervenants (clinicien, cardiologue interventionnel, chirurgien)

6 ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularisation Eur. Heart J. (2010) 31,

7 A 30 Jours ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularisation Eur. Heart J. (2014)

8 A 1 an ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularisation Eur. Heart J. (2014)

9 ?????? 2013 ESC guidelines for the management of stable coronary artery disease Eur. Heart J. (2013) 34,

10

11

12

13 «Pre-DES Era» «DES Era» Circulation, 1988 German Cypher Registry, 2008 La classification ACC/AHA ne peut plus être utilisé comme score de risque

14

15 Outil angiographique permettant d évaluer la complexité de la maladie coronaire Pour patients tritronculaires et/ou avec atteinte du tronc commun Score purement anatomique établi à partir des classifications préexistantes Disponible en ligne : EuroIntervention, 2005;1:

16 Réalisé au début de l étude SYNTAX pour une analyse prospective des lésions SYNTAX = Synergy between PCI with TAXus and cardiac surgery trial Etude de non infériorité chez tritonculaire PCI vs CABG

17 Algorithme permettant d évaluer la maladie coronaire tritronculaire -Nombre et localisation lésions -Complexité lésions (7 items) - Evaluation distalité artères EuroIntervention, 2005;1:

18

19 (IVP?) Toute lésion > 50% (visuelle) Vaisseau > 1.5mm (visuelle) Lésions en tandem = 1 lésion EuroIntervention, 2005;1:

20

21 Absence de flux antérograde intraluminal au delà de l occlusion (TIMI 0) EuroIntervention, 2005;1:

22 MEDINA des bifurcations EuroIntervention, 2005;1:

23 8.Angulation > 90 ou 3 coudes > 45 en amont de la lésion 10.Calcifications de la lésion visibles avant injection et sur 2 incidences 12.Maladie diffuse/petits vaisseaux : > 75% de la longueur du segment a un diamètre 2 mm en l absence ou non de lésion EuroIntervention, 2005;1:

24 TOTAL 42.5

25 Exemple Mr D. 65 ans, angor typique

26

27

28

29 Etude SYNTAX : Etude non infériorité, TAXUS vs CABG chez Tritronc et/ou tronc commun 1800 patients, 85 centres

30 Evaluation du risque de revascularisation chez le patient multitronculaire Faible risque si SXscore < 22 Risque intermédiaire si SXscore 22 et < 32 Risque élevé si SXscore 33

31

32

33

34 2013 ESC guidelines for the management of stable coronary artery disease Eur. Heart J. (2013) 34,

35

36

37 2013 ESC guidelines for the management of stable coronary artery disease Eur. Heart J. (2013) 34,

38 Utile pour évaluer la complexité des lésions coronaires chez les multitronculaires / Tronc commun. Etude la plus récente et la plus complète permettant d informer le patient sur les bénéfices/risques des 2 méthodes de revascularisation. Pemet d identifier les patients les plus à même de bénéficier d un traitement alternatif au pontage. Utilisation : Recommandations IIa niveau preuve B (ESC) LIMITES : Score purement anatomique / Estimation visuelle des lésions

39 Basé sur patients traités par ATL dans étude FAME (Tritronc exclusion CTO, TC, n=497) Comparaison SS «visuel» et SS basé «FFR» (<0,80) SS «Visuel» SS «FFR» Functional SYNTAX Score for Risk Assessment in Multivessel Coronary Artery Disease, JACC 2011

40

41

42

43 Développé pour évaluer le risque chirurgical Eur. J. Cardio. Tho. Surg., 1999;15,816-23

44 Euroscore % mortalité hospitalière Eur. J. Cardio. Tho. Surg., 1999;16,9-13

45 Réactualisé en 2011 Plus précis pour les malades avec comorbidités Prédiction mortalité hospitalière pour la chirurgie cardiaque EACTS Congress 2011

46

47 Registre > 2000 patients Tous les tronc communs exceptés SCA ST+ Comparaison (non rando) PCI vs CABG Tx mortalité idem CABG vs PCI à 5 ans Plus TVR dans groupe PCI Facteurs indépendants de mortalité Circ. Cardiovasc. Interv. 2010;3,

48 Euroscore standard : determine le risque de revascularisation par voie percutanée pour les tronc communs (>6= facteur indépendant de DC et MACE) Pas de rôle déterminant dans la stratégie thérapeutique Recommandations IIb niveau preuve B (ESC) Intérêt +++ pour estimer le risque chirurgical de l Euroscore logistic

49 TAVI indiqué si patient récusé sur le plan chirurgical ou si Euroscore > 20% Mortalité liée au TAVI corrélée à l Euroscore Registry of Transcatheter Aortic-Valve Implantation in High- Risk Patients (France 2), NEJM 2012

50 STS Score

51 The Society of Thoracic Surgeons risk score Prédit morbimortalité opératoire

52

53 STS Score Coro : tritronculaire, Fe 72% Terrain DII, HTA, HCTémie, Tabac sevré Asthme sous corticoïdes oraux Pas d HTAPs Pas d ATCD AOMI Euroscore II : 0,77%

54

55 National Cardiovascular Data Registry for catheterization percutaneous coronary intervention Score de risque pour estimer mortalité post angioplastie Basé sur plus de procédures Evaluation à partir mortalité hospitalière Peterson and al. JACC 2010;55:

56 Euroscore

57 Score de risque de l angioplastie, superposable à l Euroscore pour le risque chirurgical Pas de rôle déterminant dans la stratégie thérapeutique Recommandations IIb niveau preuve B (ESC)

58

59 Score de risque chirurgical cardiaque simple basé sur l Age, la Créatinine et la Fraction d Ejection Evaluation de la mortalité opératoire Calcul du ACEFscore : [Age (années)/fe (%)] + 1 (si Creatinine > 2mg/dL) Ranucci and al. Circulation 2009; 119:

60 Ranucci and al. Circulation 2009; 119:

61 Etude non infériorité stent biodégradable Biolimus vs SES. ACEF score >1.277 : prédictif décès et IDM mais non de MACE et de revascularisation. Non validé pour estimer le risque d angioplastie Wykrzykowska, Circ. Cardiovasc. Interv. 2011; 4(1):47-56

62

63 Paramètres cliniques : Age, Clairance créatinine, FeVG, Sexe, BPCO, AOMI + Score SYNTAX Plus sensible que le Syntax score Validé dans le registre DELTA (DES sur troncs communs) Farooq, Lancet 2013

64

65

66 Population de patient hétérogène Important d identifier les patients à haut risque de décès ou d évênements cardiovasculaires devant bénéficier d un geste de revascularisation rapide (<24h) Intérêt du score de GRACE afin d identifier les patients à haut risque candidats à une revascularisation dans les 24h.

67 Décès/Infarctus/AVC >36h <24h NEJM 2009;360:

68 Décès/Infarctus/AVC GRACE score > 140 GRACE score 140 NEJM 2009;360: ESC/EACTS Guidelines on myocardial revascularisation Eur. Heart J. (2010) 31,

69 Granger and al., Arch. Inter. Med. 2003;163:

70

71 CHADSVASC Score HAS BLED Score Pisters and al. Chest 2010;138:

72 DES BMS DES BMS Eur Heart J. 2014

73 Syntax Score 24 Euroscore II 0,77% STS Score 4,5% Terrain diabétique (Etude FREEDOM). Heart Team : Patient x fois hospitalisés pour des asthme aigus graves avec 2 séjours en réanimation Décision revascularisation par stents actifs.

74 Bonne évaluation risque interventionnel Bonne évaluation bénéfice à long terme Calcul plusieurs scores de risque pour un même patient Grace score AIDE A LA DECISION THERAPEUTIQUE

75 Peu d études comparatives des différents scores de risque Ne permet pas de «trancher» entre 2 attitudes thérapeutiques Concept «Fragilité», dépendance physique et aorte porcelaine par exemple non pris en compte Quid des patients non inclus dans études ayant servi au calcul des scores de risque? CALCUL DE PLUSIEURS SCORES DE RISQUE POUR UN MEME PATIENT HEART TEAM ++++

76 Syntax Score Euroscore II STS Score «Heart Team» «Il y a bien des manières de ne pas réussir, mais la plus sûre est de ne jamais prendre de risques.» B. Franklin

77 DECISION CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE = JUGEMENT CLINIQUE DIALOGUE MULTIDISCIPLINAIRE

78

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Projet Européen Objectif: améliorer l accès des patients à l angioplastie pour réduire la morbi-mortalité des patients souffrant de syndromes coronaires

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité

Plus en détail

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Conditions générales Les spécifications techniques

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Introduction par François Boustani : les recommandations de l ESC

Plus en détail

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières?

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Étude faite en collaboration entre l Institut national

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Efficacité des stents actifs

Efficacité des stents actifs D O S S I E R Stents actifs : mise au point T. CUISSET, B. DE BRUYNE Cardiovascular Center Aalst, OLV Clinic, AALST (Belgique). Efficacité des stents actifs L arrivée des endoprothèses coronaires actives

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 29 et 30 Mai 2015 AOD ET SCA Philippe Castellant CHU de Brest, Département de Cardiologie UBO, EA 4324 ORPHY Femme

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Qualité de vie avant et 6 mois. par angioplastie coronaire transluminale percutanée. Travail original. Summary

Qualité de vie avant et 6 mois. par angioplastie coronaire transluminale percutanée. Travail original. Summary Kardiovaskuläre Medizin 2004;7:196 205 Sara Taddei a, Dogan Arcan a, Jean-Jacques Goy a, Jean-Blaise Wasserfallen b a Service de Cardiologie b Service de Médecine A Département de Médecine, Centre Hospitalier

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Hémodynamie et insuffisance cardiaque: Approche diagnostique et thérapeutique

Hémodynamie et insuffisance cardiaque: Approche diagnostique et thérapeutique Hémodynamie et insuffisance cardiaque: Approche diagnostique et thérapeutique E. Marc Jolicoeur MD MSc MHS FCRP-C FACC marc.jolicoeur@icm-mhi.org Déclaration de conflits d intérêts Marc Jolicoeur déclare

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

9 septembre 2014. : COOK France. Demandeur. Les modèles. Indications retenues : Service Attendu Attendu (SA) Comparateu retenu(s) : Amélioration s.

9 septembre 2014. : COOK France. Demandeur. Les modèles. Indications retenues : Service Attendu Attendu (SA) Comparateu retenu(s) : Amélioration s. COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 9 septembre 2014 CONCLUSIONS ZENITH ALPHA, endoprothèse aortique thoracique Demandeur : COOK

Plus en détail

Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique

Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique Hélène Thibault Service des Exploration Fonctionnelles Cardiovasculaires Hôpital Louis Pradel, LYON Disclosure:

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer

Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires Dr Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck Saint Laurent du Var Plan du cours 1. Introduction

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Analyse économique des stents coronariens à élution médicamenteuse

Analyse économique des stents coronariens à élution médicamenteuse Analyse économique des stents coronariens à élution médicamenteuse Une perspective québécoise RÉSUMÉ AGENCE D ÉVALUATION DES TECHNOLOGIES ET DES MODES D INTERVENTION EN SANTÉ 41 Analyse économique des

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Nouvelles guidelines européennes pour les dyslipidémies

Nouvelles guidelines européennes pour les dyslipidémies recommandations Nouvelles guidelines européennes pour les dyslipidémies Rev Med Suisse 2012 ; 8 : 525-30 W. F. Riesen V. Virgini B. Vogt N. Rodondi dyslipidémies New european guidelines for dyslipidemia

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

ANGIOPLASTIE CORONAIRE LES LESIONS RESISTANTES

ANGIOPLASTIE CORONAIRE LES LESIONS RESISTANTES ANGIOPLASTIE CORONAIRE LES LESIONS RESISTANTES Bernard KARSENTY Hôpital Privé Saint Martin-Pessac karsenty.bernard@gmail.com DIU Cardiologie Interventionnelle 2 ème année 11 Mars 2015 PLAN Définition Conduite

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA»

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» Les Journées Normandes Urgences Cardiologiques 2015 «VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» RECOMMANDATIONS GACI 2013 René Koning Rouen 2014-2015 Past- Président H. Le Breton Président R. Koning B. LaBuca

Plus en détail

RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS

RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS A.N. Diop, L. Cassagnes, V. Vo Hoang, A.T. Alfidja, E. Dumousset, A. Ravel, P. Chabrot, L. Boyer. Service de Radiologie B CHU de Clermont-Ferrand INTRODUCTION L angioplastie

Plus en détail

Image du mois FV «paroxystique» syncopale dans un syndrome de Brugada de type II

Image du mois FV «paroxystique» syncopale dans un syndrome de Brugada de type II Attitudes Les nouvelles recommandations de l ESC et de l EACTS sur la revascularisation myocardique L arythmie auriculaire vagale existe-t-elle? Organiser son «fellowship» à l étranger Les scanners des

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

AVEC LE SUPPORT DE : Association de Formation Cardio-Vasculaire de la Réunion

AVEC LE SUPPORT DE : Association de Formation Cardio-Vasculaire de la Réunion cardiorun2014.org AVEC LE SUPPORT DE : Association de Formation Cardio-Vasculaire de la Réunion COMITÉ SCIENTIFIQUE : Christophe POUILLOT (Saint Denis La Réunion) Philippe MABO (Rennes) Olivier DARREMONT

Plus en détail

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06)

Plus en détail

Soins hospitaliers en cas de crise cardiaque chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis

Soins hospitaliers en cas de crise cardiaque chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis Soins hospitaliers en cas de crise cardiaque chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis Facteurs qui influent sur la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ Les étapes du transport Y a - t - il un cardiaque dans l avion? CONTRAINTES CX VX L HYPOXIE LES ACCELERATIONS EFFETS DE L ALTITUDE LOI MARIOTTE PV

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013. Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables

AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013. Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013 CONCLUSIONS Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie Passer à l acte en implantologie Modules optionnels est un cycle de formation basé sur des travaux pratiques de chirurgie implantaire, permettant de confirmer les acquis théoriques. À l issue du cursus,

Plus en détail

PROGRAMME DÉFINITIF. 8-9 et 10 juin 2011 BIARRITZ Palais des Congrès 1, avenue Edouard VII. www.appac.fr

PROGRAMME DÉFINITIF. 8-9 et 10 juin 2011 BIARRITZ Palais des Congrès 1, avenue Edouard VII. www.appac.fr PROGRAMME DÉFINITIF 8-9 et 10 juin 2011 BIARRITZ Palais des Congrès 1, avenue Edouard VII www.appac.fr ORGANISATION SCIENTIFIQUE Michel HANSSEN Centre Hospitalier - 67500 HAGUENAU Tél.: 03 88 06 31 07

Plus en détail

Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail. Dr JY Tabet

Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail. Dr JY Tabet Objectifs des traitements CV Ce que doit savoir le médecin du travail Dr JY Tabet Les maladies cardiovasculaires sont nombreuses, et il existe de multiples interactions entre les pathologies. Plusieurs

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Professeur Marco Roffi. Novembre 2011. Langues : italien (langue maternelle), allemand, francais et anglais (parlé et écrit)

CURRICULUM VITAE. Professeur Marco Roffi. Novembre 2011. Langues : italien (langue maternelle), allemand, francais et anglais (parlé et écrit) CURRICULUM VITAE Professeur Marco Roffi Novembre 2011 Médecin adjoint agrégé Responsable de l unité de cardiologie interventionnelle Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires de Genève Rue Gabrielle

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif?

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Janvier 2008 N 1 Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Professeur Cedric HERMANS 1, Professeur Jean RENKIN 2 arrêt d un traitement antiagrégant plaquettaire (aspirine,

Plus en détail

LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré

LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré A. LEGUERRIER Certificat de cardiologie M4 2007-2008 LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré La chirurgie cardio-vasculaire s'est considérablement

Plus en détail

Prise en charge des syndromes coronariens aigus

Prise en charge des syndromes coronariens aigus GUIDE CLINIQUE 2 e édition Prise en charge des syndromes coronariens aigus guide destiné aux professionnels de la santé canadiens Par D r David Fitchett, FRCPC, FACC, FESC D r Pierre Théroux, FACC, FAHA

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Décembre 2000. Evaluation des technologies Evaluation économique

Décembre 2000. Evaluation des technologies Evaluation économique ÉVALUATION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DE L ANGIOPLASTIE TRANSLUMINALE PERCUTANÉE ET DU PONTAGE AORTO-CORONARIEN DANS LA PRISE EN CHARGE DU CORONARIEN HORS INFARCTUS DU MYOCARDE Décembre 2000 Evaluation des technologies

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Jean Marc DAVY - Maxime PONS Le défibrillateur implantable La moitié de nos patients porteurs d'une cardiopathie décèdent subitement à domicile ou dans des lieux publics. Cette mort subite a certes de

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Urgent- information de sécurité

Urgent- information de sécurité Urgent- information de sécurité Risque augmenté de décès cardiovasculaire chez les patients insuffisants cardiaques chroniques symptomatiques avec une fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) altérée,

Plus en détail

Angor stable. Quand faut-il faire des examens invasifs? Quintessence. Indication pronostique à un examen invasif. Introduction. Piero O.

Angor stable. Quand faut-il faire des examens invasifs? Quintessence. Indication pronostique à un examen invasif. Introduction. Piero O. Angor stable Quand faut-il faire des examens invasifs? Piero O. Bonetti Abteilung für Kardiologie, Kantonsspital Graubünden, Chur Quintessence P L examen invasif par cathétérisme cardiaque gauche est l

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Angers FHF 13 septembre 2012 Ce qui a changé dans l exercice

Plus en détail

Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie. Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN

Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie. Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN CREX patient ORL Mr N 56 ans, IMC 5, coronarien, stable ATCD IDM + stent 1998 TT med : Kardegic

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail