RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS"

Transcription

1 RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS A.N. Diop, L. Cassagnes, V. Vo Hoang, A.T. Alfidja, E. Dumousset, A. Ravel, P. Chabrot, L. Boyer. Service de Radiologie B CHU de Clermont-Ferrand

2 INTRODUCTION L angioplastie au ballon est le traitement de choix des sténoses athéromateuses de l artère rénale Il existe une controverse sur l intérêt de l angioplastie La resténose endostent (RE) constitue une limite de l angioplastie avec un taux atteignant 16% à 6 et 12 mois (Isles et al.). Leur management n est pas standardisé Nous rapportons notre expérience dans le traitement des RE chez 51 patients

3 MATERIEL ET METHODES Il s agissait d une étude monocentrique rétrospective ayant concerné 26 femmes et 25 hommes de 68 ans d âge moyen (45-83) de Novembre 2002 à Mars 2007 Il y avait 53 RE et 2 occlusions endo-stents chez ces 51 patients

4 MATERIEL ET METHODES

5 MATERIEL ET METHODES Les patients étaient classés en 2 groupes selon les circonstances de découverte : - lors du suivi systématique avec echodoppler et/ou TDM pour le groupe 1 de 37 patients avec un délai moyen de 7 mois (5-11 mois); - devant l apparition dans le groupe 2 (14 patients) initialement perdus de vue, d une dégradation de la fonction rénale et/ou pour déséquilibre tensionnel après un délais moyen de 39 mois ( mois)

6 RESULTATS Quarante-neuf angioplasties au ballon (89,1%) ont été réalisées avec succès. Un stent intra-stent a été nécessaire dans 5 cas. Il y avait un échec. Le taux de perméabilité après un délai moyen de 12,4 mois (3-64) chez 35 patients était de 63,2% (38 stents) avec 14 RE secondaires.

7 RESULTATS Il y avait 33,3% de resténoses secondaires après angioplastie au ballon classique et 60% après stenting. La fonction rénale a été améliorée dans 30% des cas, stabilisée dans 50% des cas. Il y avait un avantage sur la pression artérielle dans 52,9% des cas à 12,7 mois (3-64) après revascularisation. Dans le traitement des RE secondaires, il avait un échec, avec neuf angioplasties au ballon, trois cutting balloon, un stenting secondaire.

8 RESULTATS Le suivi après 10,6 mois (4-22) concernait 7 stents et montrait une RE récurrente chez 5 patients (71,4%). Deux ont été traités par dilatation au ballon classique, deux au cutting balloon et un au Drug Eluting Stent, avec 50% de perméabilité dans le suivi.

9 DISCUSSION Il n'y a pas de consensus sur la méthode d'imagerie dans le diagnostic de RE. En IRM les artefacts limitent l'analyse de la lumière intrastent Le traitement des RE récurrentes n'est pas standardisé Le rapport bénéfice-risque d'une nouvelle procédure invasive doit être évaluée à chaque fois. En l'absence de consensus, la décision est discutée au cas par cas dans notre centre.

10 DISCUSSION Si le rapport bénéfice-risque est bon, la méthode de revascularisation doit être raisonnable afin d éviter une occlusion complète et la perte les effets bénéfiques du stenting sur la fonction rénale et l'hypertension artérielle. Le traitement chirurgical peut être discuté, mais il n'existe pas de beaucoup de données publiées indiquant la place de la chirurgie comme alternative à une nouvelle angioplastie percutanée. Le nombre limité de patients, un grand nombre de patients perdus de vue et le caractère rétrospectif ont été les limites de notre étude

11 CONCLUSION Le traitement endovasculaire des RE peut être réalisée avec une morbidité et une mortalité limitée. Les avantages cliniques attendus ( sur la pression artérielle, la préservation de la fonction rénale) sont comparables à ceux de l'angioplastie primaire. Le contrôle précoce doit être systématique afin de faciliter le traitement. Pour le traitement primaire de la RE, l'efficacité des techniques conventionnelles est imparfaite

12 REFERENCES 1. Rundback JH, Sacks D, Kent KC et al. Guidelines for the reporting of renal artery revascularization in clinical trials. J Vasc Interv Radiol 2003; 14: Hirsch AT, Haskal ZJ, Hertzer NR et al. ACC/AHA 2005 Practice Guidelines for the management of patients with peripheral arterial disease (lower extremity, renal, mesenteric, and abdominal aortic): a collaborative report from the American Association for Vascular Surgery/Society for Vascular Surgery, Society for Cardiovascular Angiography and Interventions, Society for Vascular Medicine and Biology, Society of Interventional Radiology, and the ACC/AHA Task Force on Practice Guidelines (Writing Committee to Develop Guidelines for the Management of Patients With Peripheral Arterial Disease) endorsed by the American Association of Cardiovascular and Pulmonary Rehabilitation; National Heart, Lung, and Blood Institute; Society for Vascular Nursing; TransAtlantic Inter-Society Consensus; and Vascular Disease Foundation. Circulation 2006; 113: Verhnet-Kovacsik H, S.F.I.C.V. Recommandation de bonnes pratiques en radiologie vasculaire interventionnelle Balk E, Raman G, Chung M et al. Effectiveness of management strategies for renal artery stenosis: a systematic review. Ann Inter Med 2006; 145: Leertouwer TC, Gussenhoven EJ, Bosch JL et al. Stent placement for renal arterial stenosis: where do we stand? A meta-analysis. Radiology 2000; 216: Isles CG, Robertson S, Hill D. Management of renovascular disease: a review of renal artery stenting in ten studies. Qjm 1999; 92:

13 REFERENCES 7. Martin LG, Rundback JH, Sacks D et al. Quality improvement guidelines for angiography, angioplasty, and stent placement in the diagnosis and treatment of renal artery stenosis in adults. J Vasc Interv Radiol 2003;14: Sapoval M, Zahringer M, Pattynama P et al. Low-profile stent system for treatment of atherosclerotic renal artery stenosis: the GREAT trial. J Vasc Interv Radiol 2005; 16: Zahringer M, Sapoval M, Pattynama PM et al. Sirolimus-eluting versus bare-metal lowprofile stent for renal artery treatment (GREAT Trial): angiographic follow-up after 6 months and clinical outcome up to 2 years. J Endovasc Ther 2007; 14: Rees CR. Stents for atherosclerotic renovascular disease. J Vasc Interv radiol 1999;10: Favrolt G: Stent Genesis et sténoses artérielles rénales natives athéromateuses (SARNA) uni et bilatérales: suivi rétrospectif chez 133 patients. Université Auvergne, Faculté de Médecine Rocha-Singh K, Jaff MR, Rosenfield K. Evaluation of the safety and effectiveness of renal artery stenting after unsuccessful balloon angioplasty: the ASPIRE-2 study. J Am Coll Cardiol 2005; 46: Shammas NW, Kapalis MJ, Dippel EJ et al. Clinical and angiographic predictors of restenosis following renal artery stenting. J Invasive Cardiol 2004; 16:

14 REFERENCES 14. Vignali C, Bargellini I, Lazzereschi M et al. Predictive factors of in-stent restenosis in renal artery stenting: a retrospective analysis. Cardiovasc Intervent Radiol 2005; 28: Henry M, Amor M, Henry I et al. Stents in the treatment of renal artery stenosis: longterm follow-up. J Endovasc Surg 1999; 6: Lederman RJ, Mendelsohn FO, Santos R, Phillips HR, Stack RS, Crowley JJ. Primary renal artery stenting: characteristics and outcomes after 363 procedures. Am Heart J 2001; 142: White CJ, Ramee SR, Collins TJ, Jenkins JS, Escobar A, Shaw D. Renal artery stent placement: utility in lesions difficult to treat with balloon angioplasty. J Am Coll Cardiol 1997; 30: Zeller T, Muller C, Frank U et al. Gold coating and restenosis after primary stenting of ostial renal artery stenosis. Catheter Cardiovasc Interv 2003; 60: Zeller T, Rastan A, Schwarzwalder U et al. Treatment of instent restenosis following stent-supported renal artery angioplasty. Catheter Cardiovasc Interv 2007; 70: Cherrak I, Jaulent MC, Degoulet P. A fuzzy classification system to predict renal artery restenosis after angioplasty. Proc AMIA Symp 1998: Nolan BW, Schermerhorn ML, Powell RJ et al. Restenosis in gold-coated renal artery stents. J Vasc Surg 2005; 42: Bax L, Mali WP, Van DeVen PJ et al. Repeated intervention for in-stent restenosis of the renal arteries. J Vasc Interv Radiol 2002; 13:

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous.

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Découvrez les faits sur la maladie artérielle périphérique (MAP). 50 % des gens qui vivent avec la maladie artérielle périphérique n en

Plus en détail

Biomatériaux et technologies vasculaires

Biomatériaux et technologies vasculaires Biomatériaux et technologies vasculaires Pr Nabil CHAKFE Service de Chirurgie Vasculaire - GEPROVAS Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg Société Française d Angéiologie 2012 Paris, 28 janvier 2012 Quoi de

Plus en détail

Traitement interventionnel de l HTA. Place de l angioplastie rénale en 2012

Traitement interventionnel de l HTA. Place de l angioplastie rénale en 2012 Traitement interventionnel de l HTA Place de l angioplastie rénale en 2012 Dr Rémy Cohen Service de Cardiologie CH Marne la Vallée Pas de conflit d intêret Angioplastie rénale-pression artérielle Méta-analyse

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier (Pr. Isabelle Quéré)

JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier (Pr. Isabelle Quéré) Contrôle Écho Doppler des angioplasties et des pontages artériels JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier (Pr. Isabelle Quéré) Contrôle Écho Doppler des angioplasties et des pontages artériels

Plus en détail

Le traitement des sténoses par radiologie interventionnelle: quoi de neuf?

Le traitement des sténoses par radiologie interventionnelle: quoi de neuf? Le traitement des sténoses par radiologie interventionnelle: quoi de neuf? Pr Hélène Kovacsik Radiologie Hopital A de Villeneuve CHU Montpellier Aucun conflit d intérêt Avec l industrie Àdéclarer SFAV

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu RÉSUMÉ Mots clés : athérosclérose coronaire, angioplastie, pontage

Plus en détail

Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes

Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes Maryline KAUSS 1, Denis TRYSTRAM 2, Olivier NAGGARA 2, Nolween ROYER 1, Emmanuel TOUZE 3, Emmanuelle ADVENIER-IAKOVLEV

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Efficacité des stents actifs

Efficacité des stents actifs D O S S I E R Stents actifs : mise au point T. CUISSET, B. DE BRUYNE Cardiovascular Center Aalst, OLV Clinic, AALST (Belgique). Efficacité des stents actifs L arrivée des endoprothèses coronaires actives

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial. Système de positionnement d endoprothèse

Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial. Système de positionnement d endoprothèse Placement Précis dans le Stenting Aorto-Ostial Système de positionnement d endoprothèse Une envergure des jambes de 15 mm s adapte aux ostia. Cylindre souple Une fente longitudinale permet d utiliser des

Plus en détail

Radiologie Interventionnelle Information pour les patients

Radiologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie Au cours des 20 dernières années, la radiologie interventionnelle a beaucoup évolué.

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Docteur Christophe LARUELLE Cardiologue - revalidateur

Docteur Christophe LARUELLE Cardiologue - revalidateur Docteur Christophe LARUELLE Cardiologue - revalidateur Contacts secrétariat planning : 081.20 96 61 secrétariat consultations : 081.20 90 96 christophe.laruelle@slbo.be Diplômes: Doctorat U.C.L. 1991 Diplôme

Plus en détail

Sténose artérielle rénale

Sténose artérielle rénale Sténose artérielle rénale Revascularisation ou traitement medical? Alexandre Persu,, M.D.-Ph Ph.D. Néhrologie-Hyertension Cliniques Universitaires Saint Luc (UCL) Bruxelles, Belgique 51 ans Antécédents

Plus en détail

Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables

Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables Programme de développement professionnel continu Rédacteur : Emilie Lesaine Relecteurs : Florence Saillour-Glenisson, Catherine

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

C est en 1986 que Jacques Puel

C est en 1986 que Jacques Puel Évolution technologique des stents coronaires : où en est-on? DOSSIER D. Carrié Service de cardiologie, Centre hospitalier universitaire de Rangueil, Toulouse didier.carrie@chu-toulouse.fr Obtenir un équilibre

Plus en détail

Philippe SOSNER Centre de Prévention des Maladies Cardiaques et Vasculaires CHU de POITIERS

Philippe SOSNER Centre de Prévention des Maladies Cardiaques et Vasculaires CHU de POITIERS Philippe SOSNER Centre de Prévention des Maladies Cardiaques et Vasculaires CHU de POITIERS DIU HTA, risque cardiovasculaire & rénal Futuroscope 24 janvier 2009 «L HTA est définie de façon consensuelle

Plus en détail

Cardiologie. Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels

Cardiologie. Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels Nomenclature de Cardiologie Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels 1 Cardiologie Types de prestations Prestataires Lieu de prestation Différents financements Spécificités Nouveautés

Plus en détail

ANGIOPLASTIE PERCUTANÉE CORONAIRE CHEZ LE PATIENT DIABÉTIQUE Partie 1 : Echecs relatifs liés à la resténose après angioplastie simple

ANGIOPLASTIE PERCUTANÉE CORONAIRE CHEZ LE PATIENT DIABÉTIQUE Partie 1 : Echecs relatifs liés à la resténose après angioplastie simple ANGIOPLASTIE PERCUTANÉE CORONAIRE CHEZ LE PATIENT DIABÉTIQUE Partie 1 : Echecs relatifs liés à la resténose après angioplastie simple F. WARZÉE (1), V. LEGRAND (2), A.J. SCHEEN (3) RÉSUMÉ : Le diabète

Plus en détail

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI T Cuisset, C Frere, J Quilici, MC Alessi, JL Bonnet Pôle Cardiovasculaire, CHU Timone, Marseille Inserm, U626, Faculté de Médecine,

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Aspects techniques de l angioplastie des carotides. Docteur Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck Saint Laurent du Var France MEET 2008

Aspects techniques de l angioplastie des carotides. Docteur Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck Saint Laurent du Var France MEET 2008 Aspects techniques de l angioplastie des carotides the main goal of carotid revascularization is to prevent stroke Docteur Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck Saint Laurent du Var France MEET 2008 session

Plus en détail

Coro à gogo? Soyons sérieux! JNUC 2014 Deauville. Luc- Marie JOLY CHU de Rouen

Coro à gogo? Soyons sérieux! JNUC 2014 Deauville. Luc- Marie JOLY CHU de Rouen Coro à gogo? Soyons sérieux! Luc- Marie JOLY CHU de Rouen JNUC 2014 Deauville Spaulding C et coll. NEJM 1997 Étude prospective, 1994-1996 Tous ACEH récupérés sans cause extra-cardiaque évidente Coronaro

Plus en détail

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez?

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Fait-on trop de micro- ou de macrobiopsies? Too many breast biopsies? V. Juhan, P. Siles et S. Coze Mots clés : cancer du sein, surdiagnostic,

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Traitement carotidien endovasculaire comme protocole préopératoire dans la chirurgie coronaire

Traitement carotidien endovasculaire comme protocole préopératoire dans la chirurgie coronaire Traitement carotidien endovasculaire comme protocole préopératoire dans la chirurgie coronaire Pilar Garrido, Heliodoro Vallés*, Ibrahin Nassar, Ramiro De La Llana, Jorge Lopez*, Mª Teresa Rodrigo- Bello*,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne 1 DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne Enseignant responsable : P Feugier Enseignants : Ph Amabile, JN Albertini,

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

COPACAMU 2008 Maladie Veineuse thrombo embolique et voyage aérien Pr F. Bertrand

COPACAMU 2008 Maladie Veineuse thrombo embolique et voyage aérien Pr F. Bertrand Service de Médecine Générale d Urgence HOPITAL ST ROCH C.H.U. de Nice En 1988, Cruickshank J.M. et Collaborateurs, dans le Lancet, soulignait le danger des voyages aériens pour la survenue d épisode thromboembolique

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Les Abords Vasculaires de Dialyse

Les Abords Vasculaires de Dialyse Les Abords Vasculaires de Dialyse De l Imagerie à la Thérapeutique S. BEOT (1), H. BOCCACCINI (1), C. BAZIN (1), T. CAO HUU (2), J. MATHIAS (1), E. KERMARREC (1), A. MARTIN BERTAUX (1), P.A. GANNE (1),

Plus en détail

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

Qualité de vie avant et 6 mois. par angioplastie coronaire transluminale percutanée. Travail original. Summary

Qualité de vie avant et 6 mois. par angioplastie coronaire transluminale percutanée. Travail original. Summary Kardiovaskuläre Medizin 2004;7:196 205 Sara Taddei a, Dogan Arcan a, Jean-Jacques Goy a, Jean-Blaise Wasserfallen b a Service de Cardiologie b Service de Médecine A Département de Médecine, Centre Hospitalier

Plus en détail

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT CORONAROGRAPHIE & ANGIOPLASTIE ANGIOPLASTIE + STENT = TRAITEMENT DE BASE DE LA MALADIE CORONAIRE OBSTRUCTIVE

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez?

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Que fait-on en Europe? Le point de vue du Groupe européen en pathologie mammaire (EWGBP) European breast expert pathologists experience

Plus en détail

L anévrisme. de l aorte abdominale. Marie-Andrée Lortie et Stéphane Elkouri

L anévrisme. de l aorte abdominale. Marie-Andrée Lortie et Stéphane Elkouri Traiter les maladies vasculaires L anévrisme de l aorte abdominale Marie-Andrée Lortie et Stéphane Elkouri 5 M. X, 70 ans, revient vous voir après son échographie abdominale. Il a des cholélithiases, mais,

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement)

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement) COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 16 décembre 2014 CONCLUSIONS XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Pose de stents coronariens en France et estimation du risque de réintervention, à partir des bases nationales PMSI 2005-2007

Pose de stents coronariens en France et estimation du risque de réintervention, à partir des bases nationales PMSI 2005-2007 Recherche originale Pose de stents coronariens en France et estimation du risque de réintervention, à partir des bases nationales PMSI 2005-2007 Insertion of coronary stents in France and estimate of the

Plus en détail

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

Qui doit faire l angioplastie périphérique : un interventionnel?

Qui doit faire l angioplastie périphérique : un interventionnel? Qui doit faire l angioplastie périphérique : un interventionnel? Max. Amor Clinique Louis Pasteur Essey-lès-Nancy,France Page 1 max-amor@wanadoo.fr Conflits d intérêts Je pratique la cardiologie interventionnelle

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif?

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Janvier 2008 N 1 Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Professeur Cedric HERMANS 1, Professeur Jean RENKIN 2 arrêt d un traitement antiagrégant plaquettaire (aspirine,

Plus en détail

Radiologie Interventionnelle

Radiologie Interventionnelle Radiologie Interventionnelle Bernard AUBERT HCTISN 13 décembre 2012 Définition de la RI Le GT R I du GPMED a défini la RI comme : «L ensemble des actes médicaux diagnostiques et/ou thérapeutiques guidés

Plus en détail

L évaluation cardiaque préopératoire le «cœur» du problème

L évaluation cardiaque préopératoire le «cœur» du problème Les soins périopératoires L évaluation cardiaque préopératoire le «cœur» du problème Patrick Bisson 1 M me Jay Lavision vous est envoyée par le service de chirurgie vasculaire pour évaluer son risque cardiovasculaire

Plus en détail

L artériopathie oblitérante des membres inférieurs

L artériopathie oblitérante des membres inférieurs CHERCHEZ L INDICE L artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est une maladie vasculaire fréquente dont la prévalence augmentera avec le vieillissement de la population. La personne atteinte

Plus en détail

ÉCHOGRAPHIE-DOPPLER DANS L ARTÉRIOPATHIE OBLITÉRANTE DES MEMBRES INFÉRIEURS

ÉCHOGRAPHIE-DOPPLER DANS L ARTÉRIOPATHIE OBLITÉRANTE DES MEMBRES INFÉRIEURS ÉCHOGRAPHIE-DOPPLER DANS L ARTÉRIOPATHIE OBLITÉRANTE DES MEMBRES INFÉRIEURS JUIN 2002 SERVICE EVALUATION DES TECHNOLOGIES Radiologie conventionnelle numérique et développement des réseaux d image - Janvier

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

REVASCULARISATION CHIRURGICALE DES ARTERES DIGESTIVES. Frédéric Gigou Hopital de Meaux Hopital St Joseph Collège de Chirurgie Vasculaire 3/12/2004

REVASCULARISATION CHIRURGICALE DES ARTERES DIGESTIVES. Frédéric Gigou Hopital de Meaux Hopital St Joseph Collège de Chirurgie Vasculaire 3/12/2004 REVASCULARISATION CHIRURGICALE DES ARTERES DIGESTIVES Frédéric Gigou Hopital de Meaux Hopital St Joseph Collège de Chirurgie Vasculaire 3/12/2004 REVASCULARISATION DES ARTERES DIGESTIVES CONTEXTE Indications

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles

Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles Les possibles Epanchement Les 3 sites Vésicule Dilatation pyélo-calicielles Jamais

Plus en détail

ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)

ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) FÉVRIER 2015 Marque de commerce : Advair 125 et Advair 250 Dénomination commune : Salmétérol (xinafoate de)/fluticasone (propionate

Plus en détail

RAPPORT INTERMEDIAIRE. Publication : Avril 2009

RAPPORT INTERMEDIAIRE. Publication : Avril 2009 EVALUATION DES ENDOPROTHESES AORTIQUES ABDOMINALES UTILISEES POUR LE TRAITEMENT DES ANEVRISMES DE L AORTE ABDOMINALE SOUS-RENALE RAPPORT INTERMEDIAIRE Publication : Avril 2009 Afssaps 143/147 boulevard

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne?

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? COPACAMU 2011 Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? Laurent JACQUIN Pôle RUSH, AP-HM. Critères d admission à l UHCD Groupe 1 : Retour à domicile dans les 24 heures Groupe 2

Plus en détail

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE Pierre Albaladejo (1), Patrick Staat (2), Emmanuel Marret (3), Vincent Piriou (4) (1) Service d Anesthésie Réanimation, SAMU-SMUR 94, CHU Henri Mondor, Assistance-Publique

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

Dubuisson Florian. Résumé de thèse. Soutenue le 13 Novembre 2012. 1. Introduction

Dubuisson Florian. Résumé de thèse. Soutenue le 13 Novembre 2012. 1. Introduction Dubuisson Florian Quantification et recalage d examens endovasculaires par OCT : Application au suivi longitudinal de la couverture néointimale et de la malapposition des stents coronaires Résumé de thèse

Plus en détail

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Tiphaine Cassan, Dr Romain Vialle, Pr Jean-Pierre Tasu,

Plus en détail

Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés. Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS

Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés. Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS 20 novembre 2012 La société PME française crée en 2003, basée

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

Les Quatre Saisons Cardiovasculaires Genevoises

Les Quatre Saisons Cardiovasculaires Genevoises Les Quatre Saisons Cardiovasculaires Genevoises Séminaire de formation continue organisé par le Service de Cardiologie HUG pour les médecins généralistes, internistes et spécialistes du domaine cardiovasculaire.

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail