vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France"

Transcription

1 Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

2 Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives 5. Gestion très s difficile des AAP si chirurgie 6. Persistance d indications d stents nus 7. Grandes différences technologiques entre 2 types de stents

3 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM quelles que soient les études quelle que soit la plateforme quelle que soit la molécule pharmacoactive

4 Ravel (3 ans) (sirolimus) Cypher % Contrôle % p Cypher % Contrôle % All MACE 16,7 34,5 0,002 Décès 7,9 4,4 ns Cardiaque 0,9 2,7 ns Non card. 7,0 1,8 ns IDM non fatal 3,5 5,3 ns Q 2,6 1,8 ns Non Q 0,9 3,5 ns All TLR 5,3 24,8 < 0,001 Pontage 1,8 0,9 ns ACT itérative 3,5 23,9 TLR sur clinique 4,4 14,2 * MACE = décès, d IDM ou TLR 23,9 < 0,001 14,2 0,012

5 TAXUS IV (paclitaxel): Freedom From MACE to 2 Years 9 mos. 12 mos. 24 mos. 100 P< % MACE-free (%) % 84.9% 89.4% 9.6% 4.1% 85.3% 10.2% TAXUS Control 79.8% 4.7% 75.1% TAXUS IV Clinical Trial- TAXUS Express Stent / Control- Express Stent Days

6 Year Adverse Cardiac Events TAXUS IV Clinical Trial: 2-Year Control TAXUS Stent 35 P=0.67 P=0.50 P< P< P< P< Event (%) ,2 1,8 5,4 17,4 4,6 5,6 21,1 10,6 24,0 24,9 14,0 14,7 Cardiac Death MI TLR TVR TVF MACE TAXUS IV Clinical Trial- TAXUS Express Stent / Control- Express Stent

7 TAXUS V : Binary Restenosis at 9 Months Control (n=579) TAXUS (n=577) p=0.29 p< p=0.38 p< Patients (%) /458 26/453 Proximal Edge 157/492 68/496 In-Stent 13/477 8/477 Distal Edge 167/492 94/497 Analysis Segment

8 TAXUS V : 9-Month9 MACE Control (n=579) TAXUS (n=577) p=0.73 p=0.37 p=0.78 p=0.018 p=0.008 Patients (%) /567 Cardiac Death 3/560 1/567 3/560 25/567 27/560 98/567 68/ /567 84/560 Q-Wave MI Non-Q Wave MI TVR MACE All Death: 1.4% (n=8) Control; 1.3% (n=7) TAXUS

9 Taxus V : 9-Month9 Safety Summary 2.25mm Stent Subgroup (n=203) Control (n=95) TAXUS (n=108) p=1.00 p=1.00 p=0.45 p=0.23 p=1.00 p=1.00 Patients (%) 1,1 1,9 0,0 0,9 2,2 4,7 26,9 18,9 2,1 1,9 1,1 1,0 1/93 2/106 0/93 1/106 2/93 5/106 25/93 20/106 Cardiac Death Q-Wave MI Non-Q Wave MI MACE 2/94 2/95 All Death 1/92 1/104 Stent Thrombosis

10 Taxus V : 9-Month9 Safety Summary Multiple Stent Subgroup (n=379) Control (n=184) TAXUS (n=195) p=1.00 p=0.50 p=0.18 p=0.01 p=0.68 p=1.00 Patients (%) 0,6 0,5 0,0 1,0 3,9 7,3 32,0 20,4 1,6 1,1 0,6 1,1 1/181 1/191 0/181 2/191 7/181 14/191 58/181 39/191 Cardiac Death Q-Wave MI Non-Q Wave MI MACE 3/182 2/190 All Death 1/180 2/190 Stent Thrombosis

11 Endeavor II à 6 mois (analogue sirolimus) Endeavor Driver p TVF 8,1% 15,4% s MACE 7,4% 14,7% s p * TVF = Target Vessel Failure = revasc. vaisseau cible + IDM avec ou sans Q + décès d s cardiaque (end point) * MACE = major cardiac events

12 Endeavor II à 6 mois Endeavor % Driver % p MACE 7,4 14,7 s Décès 1,2 0,5 ns Q-IDM 0,3 0,9 ns Non Q-IDMQ 2,4 3,1 ns Pontage 0 0 ns TLR 4,6 12,1 s Pontage 0,3 0,5 ns ATC 4,3 11,6 s

13 Jupiter II (tacrolimus) à 6 mois Janus % Technic % p All MACE 7,6 11,3 ns Death - - ns Cardiac death - - ns Stent related TLR 5,7 10,6 ns

14 BASKET Trial: MACE at 6 Months p = ,1 p = ,2 5,7 8,5 4,6 7,8 3 6 p = ,3 2,2 2,3 p = ,1 2,1 2,1 1,7 1,1 0 MACE TVR MI Cardiac Death DES BMS Cypher Taxus Presented at ESC 2005

15 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important

16 Surcoût t initial Prix officiel en France du Cypher Actuellement 2110 A partir 01/ Prix actuel Hospices Civils Lyon Tsunami (Terumo) 340,15 TTC Taxus (Boston) 1507,50 TTC Baisse des prix peu envisageable Marché mondial DES = 5,5 milliards $ / an Partage marché entre 2 Sociétés (Cordis, Boston) Echec relatif Endeavor et Janus

17 BASKET Trial 826 undergoing primary PCI irrespective of indication for PCI mean follow-up 18 months; 6 months reported to date, mean age 64 years, 21% female Concomitant medications: clopidogrel for 6 months (irrespective of stent type), aspirin and statin therapy 19% Diabetic, 27% prior MI, 69% with triple vessel disease, 52% LAD lesions, 26% txd with glycoprotein IIb/IIa inhibitors Cypher Stent n = 264 Drug Eluting Stent Taxus Stent n = 281 Bare Metal Stent: Vision Stent n = 281 Primary Endpoint: Cost-effectiveness after 6 months, with effectiveness defined as reduction of major adverse cardiac events for the comparison of drug-eluting stent vs bare metal stent. Presented at ESC 2005

18 BASKET Trial: MACE at 6 Months p = ,1 p = ,2 5,7 8,5 4,6 7,8 3 6 p = ,3 2,2 2,3 p = ,1 2,1 2,1 1,7 1,1 0 MACE TVR MI Cardiac Death DES BMS Cypher Taxus Presented at ESC 2005

19 BASKET Trial: Cost-effectiveness p < p < Euros Procedural Overall (Index Hospitalization) Follow-up Total Through 6 mos. DES BMS Presented at ESC 2005

20 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg

21 Etudes avec stents pharmacoactifs In-segment binary restenosis TLR DES BMS DES BMS RAVEL 0% 26.6% 0% 23.7% Morice et al NEJM 2002 N=238 pts E-SIRIUS 5.9% 42.3% 7% 37% Schofer et al Lancet 2003 N=353 pts SIRIUS 8.9% 36.3% 4.1% 16.6% Moses et al NEJM 2002 N=1058 pts TAXUS IV 7.9% 26.6% 4.7% 12% Stones et al NEJM 2004 N=1313 pts TAXUS VI 12.4% 35.7% 6.8% 18.9% EuroPCR 2004 N=448 pts 7% 33%

22 In-segment binary restenosis TRENDS 12.3% ACC 2002 Multilink Vision Registry 15.7% TCT 2003 CERAMIC 17.0% TCT 2003 ISAR-STEREO 15.0% Circulation 2001 TESTER (Terumo Stent Registry) 13.8% Int J CV Interv 2003 JUPITER II (Tecnic de SORIN) 15,8% ESC ,9%

23 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives

24 TAXUS IV Clinical Trial: Stent Thrombosis In-Hospital 31 days 1 Year* Discharge 30 Days 1 2 Years TAXUS Stent 0,3 0,3 0,5 1.1% (n=7) CONTROL 0,3 0,3 0,2 0.8% (n=5) P=0.77 Stent Thrombosis, % * All within 1-6 months TAXUS IV Clinical Trial- TAXUS Express Stent / Control- Express Stent

25 TAXUS IV Clinical Trial: Stent Thromboses Between 1 and 2 Years Patient 1 ST day 519 Patient 2 ST day 500 Patient 3 ST day 711 TAXUS Stent N=3 Circumstances 59 yr old M; 3.5x32 mm stent mid-rca; fell off ladder; tibiofemoral surgery and lumbar laminectomy; stent thrombosis 10d later 55 yr old M; 2.5x16 mm stent proximal LAD 46 yr old M; 3.5x16 mm stent distal RCA ASA/Plavix status Plavix d/c before surg,, ASA uncertain No Plavix, ASA occasional Uncertain compliance Plavix is a trademark of Sanofi-Synthelabo Corp.

26 Thromboses de stents (1) Méta-analyse analyse Moreno (JACC 2005; 45: 954-9) 9) sous Tt AAP bien conduit stents nus: 0,54% stents au Paclitaxel: 0,57% stents au Sirolimus: 0,58% Etudes de cohorte ou registres(st. actifs) 1,3% thrombose aigüe à 9 mois 45% mortalité Description thromboses tardives stents actifs (maxi 26 mois) après s arrêt d au d moins 1 AAP

27 Thromboses de stents (2) Cohorte prospective (Ong JACC 2005; 45: 2088 (Ong JACC 2005; 45: ) 2006 pts sur 1 an : 1017 sirolimus, 989 paclitaxel 0,35% thromboses tardives > 30 J 8 thromboses tardives (25% décès) d 3 avec sirolimus ( mois) 5 avec paclitaxel ( mois) 3 après s arrêt tout AAP 2 après s arrêt clopidogrel (dans le mois avant) 3 chez pts stables sous aspirine 0 sous aspirine-clopidogrel

28 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives 5. Gestion très s difficile des AAP si chirurgie extracardiaque (risque de thrombose)

29 Gestion des AAP si chirurgie? Stent nu stent actif Stent actif. Arrêt possible clopidogrel 1 mois. Double Tt AAP 12 mois. Xgie possible mois. Pas de Xgie < 12 mois. Peu de thrombose tardive > 1 an. Thrombose tardive > 12mois Fréquence des Xgies > 70 ans 30% à 2 ans Cataracte, prostate, orthopédie, dents Fréquence des endoscopies ± biopsies ± exérèses > 70 ans (polypes ) Quid des Xgies en urgence sous double AAP??

30 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives 5. Gestion très s difficile des AAP si chirurgie 6. Persistance d indications d stents nus

31 Indications persistantes ballon ou stents nus (1) Intolérance aspirine, clopidogrel, métalm Chirurgie extracard. rapide programmée Cataracte, orthop., vasculaire Aspirine - clopidogrel pdt 1 mois Chirurgie possible entre mois 2 et 3 Femmes enceintes Diamètre important 4 mm Ex : coronaire droite moyenne Resténose < 10%

32 Taxus V : 9-Month9 Angiography 4.00 mm Stent Subgroup (n=202) Control (n=90) TAXUS (n=86) p< p< p=0.005 p= ± ± ± ± In-stent In-Segment Late Loss 13/90 3/86 13/90 2/86 In-stent In-Segment Binary Restenosis

33 Indications persistantes ballon ou stents nus (2) Tronc gauche (risque de thrombose aigüe) Infarctus myocardique aigu Pontages veineux Tortuosités s coronariennes majeures Calcifications coronariennes majeures

34 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives 5. Gestion très s difficile des AAP si chirurgie 6. Persistance d indications d stents nus 7. Grandes différences technologiques actuelles entre 2 types de stents

35 Plate-forme médiocre, m inconvénients nients Capacité progression + franchissement Défaut d apposition d tardive Hypersensibilité locale Retrait difficile du ballon Expansion non uniforme stent / coating Anévrisme coronaire Intolérance et / ou allergie

36 Profil de franchissement (mm) (Ø 3 mm) Modèle Modèle Profil Marque Société Forme Driver 1,05 Medtronic Motion 1,00 Biotronik Tsunami 0,94 Terumo Titan 0,87 Hexacath Cypher 1,24 Cordis Cypher Select 1,19 Cordis Taxus Express 1,19 Boston Taxus Liberté 1,05 Boston 3 hélices 4 hélices 3 hélices 2 hélices

37 Late Incomplete Apposition Sirolimus-eluting stent group Baseline Follow-up Serruys, PCR, 2004

38

39 Localized hypersentivity and late coronary thrombosis Secondary to a sirolimus-eluting stent Should we be cautious? Inflammation excessive et diffuse dans l intima et la média. Hypersensibilité retardée?? Virmani et al. Circulation 2004;109:

40 TAXUS Express 2 stent The coating is unstructured by the meshes sticking to one another Déstructuration du polymère

41

42 6 mo f/u drug - eluting S ; Angio/IVUS Hypersensibilité locale?

43 Conclusions : stents actifs (1) Surcoût t important sans bénéfice b sur décès d s / IDM bénéfice uniquement sur revascularisation itérative Plate-formes actuelles médiocresm (ballon + stent) Faible taux resténose avec stents nus récentsr Implantations dans indications non validées (TCG) Contre-indiqu indiqués s si Xgie programmée e < 12 mois

44 Conclusions : stents actifs (2) Stents encore à réserver aux situations à haut risque de resténose (AFSSAPS) Patients diabétiques Petits vaisseaux ( < 3 mm) Lésions longues ( > 15 mm) Sténose IVA proximale Resténose intrastent Avenir Stents résorbables r?? Stents réservoirs r?? 50% des indications totales

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Comment éviter la thrombose de stent tardive. Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris

Comment éviter la thrombose de stent tardive. Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris Comment éviter la thrombose de stent tardive Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris Sus aux idées reçues!!!!! On tue les patients avec les stents actifs!

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif?

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Janvier 2008 N 1 Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Professeur Cedric HERMANS 1, Professeur Jean RENKIN 2 arrêt d un traitement antiagrégant plaquettaire (aspirine,

Plus en détail

ANGIOPLASTIE CORONAIRE LES LESIONS RESISTANTES

ANGIOPLASTIE CORONAIRE LES LESIONS RESISTANTES ANGIOPLASTIE CORONAIRE LES LESIONS RESISTANTES Bernard KARSENTY Hôpital Privé Saint Martin-Pessac karsenty.bernard@gmail.com DIU Cardiologie Interventionnelle 2 ème année 11 Mars 2015 PLAN Définition Conduite

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

De l usage des endoprothèses coronaires

De l usage des endoprothèses coronaires GROUPE ATHÉROME CORONAIRE ET CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE De l usage des endoprothèses coronaires B. Chevalier, H. Eltchaninoff, D. Blanchard, G. Finet, M. Bedossa, T. Corcos, J.-L. Fourrier, M. Hanssen,

Plus en détail

RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS

RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS A.N. Diop, L. Cassagnes, V. Vo Hoang, A.T. Alfidja, E. Dumousset, A. Ravel, P. Chabrot, L. Boyer. Service de Radiologie B CHU de Clermont-Ferrand INTRODUCTION L angioplastie

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Philippe Mabo, CHU de Rennes CARDIORUN 2014 Boucan Canot, 1 er octobre 2014 Mes relations avec l industrie Bourses de recherche: Boston, Biotronik,

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Primeurs en cardiologie I

Primeurs en cardiologie I Primeurs en cardiologie I Chicago Emmanuèle Garnier Le congrès de l American College of Cardiology (ACC), qui avait lieu du 29 mars au 1 er avril, a permis le dévoilement en primeur de nombreux résultats

Plus en détail

Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»?

Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»? L athérosclérose coronarienne Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»? Serge Doucet 4 Vous suiviez Richard, un homme de 46 ans, depuis quelques années pour une hypertension

Plus en détail

adhésion thérapeutique

adhésion thérapeutique adhésion thérapeutique aux antiagrégants CHEZ LE PATIENT CORONARIEN D. Le g r a n d (1), V. Le g r a n d (2) RÉSUMÉ : Le traitement antiagrégant a prouvé son intérêt clinique chez les patients à haut risque

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Au cours des deux dernières décennies, et

Au cours des deux dernières décennies, et Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? New P2Y12 receptor inhibitors: a class effect? for which patients? J. Silvain*, T. Cuisset** J. Silvain * Institut de

Plus en détail

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS Surveillance des pace makers et des défibrillateurs Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS La stimulation cardiaque La stimulation cardiaque Historique

Plus en détail

Faut-il encore traiter les cancers prostatiques?

Faut-il encore traiter les cancers prostatiques? Faut-il encore traiter les cancers prostatiques? Pr Arnauld Villers Université Lille2 -France AFCOR 2013 Quelles données? Notion de lésions indolentes ou à risque Etudes observationnelles de patients traités

Plus en détail

Facteurs de risque de thrombose de stent

Facteurs de risque de thrombose de stent Cardio interventionnelle pour le praticien Guillaume Cayla Service de cardiologie, CHU Nîmes, Institut de cardiologie, hôpital la Pitié-Salpêtrière, unité Inserm 937 J.-S. Hulot, S. O Connor, J. Silvain,

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

132- III b - TRAITEMENT DE L'INSUFFISANCE CORONARIENNE HORS SYNDROME CORONARIEN AIGU JM Fauvel 2009

132- III b - TRAITEMENT DE L'INSUFFISANCE CORONARIENNE HORS SYNDROME CORONARIEN AIGU JM Fauvel 2009 132- III b - TRAITEMENT DE L'INSUFFISANCE CORONARIENNE HORS SYNDROME CORONARIEN AIGU JM Fauvel 2009 Recommandations de la Société Européenne de cardiologie 2006 sur l Angor stable Guidelines on the management

Plus en détail

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 29 et 30 Mai 2015 AOD ET SCA Philippe Castellant CHU de Brest, Département de Cardiologie UBO, EA 4324 ORPHY Femme

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires. Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations

Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires. Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations Conflits d intérêt - Diapos Firmes et produits (DCI): AstraZeneca

Plus en détail

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ Les étapes du transport Y a - t - il un cardiaque dans l avion? CONTRAINTES CX VX L HYPOXIE LES ACCELERATIONS EFFETS DE L ALTITUDE LOI MARIOTTE PV

Plus en détail

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06)

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director Vos Responsabilités en Matière de Pharmacovigilance Notification Spontanée d'événements Indésirables Formation 2 Notification Spontanée d Événement Indésirable

Plus en détail

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières?

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Étude faite en collaboration entre l Institut national

Plus en détail

Qualité de vie avant et 6 mois. par angioplastie coronaire transluminale percutanée. Travail original. Summary

Qualité de vie avant et 6 mois. par angioplastie coronaire transluminale percutanée. Travail original. Summary Kardiovaskuläre Medizin 2004;7:196 205 Sara Taddei a, Dogan Arcan a, Jean-Jacques Goy a, Jean-Blaise Wasserfallen b a Service de Cardiologie b Service de Médecine A Département de Médecine, Centre Hospitalier

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné Congrès SFSP, Jeudi 3 novembre 2011 Contexte et objectifs Sécurité transfusionnelle = Préoccupation

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer

Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires Dr Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck Saint Laurent du Var Plan du cours 1. Introduction

Plus en détail

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Pr C. PERRONNE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Raymond Poincaré Faculté de Médecine Paris - Ile de France

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Angers FHF 13 septembre 2012 Ce qui a changé dans l exercice

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires

Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Nadine Ajzenberg Laboratoire d hématologie & INSERM U698 Hôpital Bichat nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 3/12/12 Plan

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE? QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE? Regard critique sur nos filières de formation Symposium GSASA, Berne, 12 mai 2009 André Pannatier 1 PLAN 1. Les filières de formation de base et postdiplôme

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

Avis 20 novembre 2013

Avis 20 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 novembre 2013 COVERSYL 2,5 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 366 587 5 2) B/90 (CIP : 34009 366 590 6 3) COVERSYL 5 mg, comprimé pelliculé sécable B/30 (CIP

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal :

Dépistage du cancer colorectal : Dépistage du cancer colorectal : Quels enjeux? Robert Benamouzig Gastro-entérologie Hôpital Avicenne Bobigny Le cancer colorectal dans le monde 3ème cause de cancer Augmentation 1975 : 500 000 cas 1990

Plus en détail

SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 II. THÉRAPEUTIQUES MÉDICAMENTEUSES 705

SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 II. THÉRAPEUTIQUES MÉDICAMENTEUSES 705 SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 A. Évaluation non invasive... 700 1. Recherche d une ischémie myocardique... 700 a. Épreuve d effort b. Scintigraphie

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / APPLICATION FORM Espace réservé pour l utilisation de la fondation This space reserved for foundation use

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS. Année 2011 MEMOIRE. pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation. Coordinateur : Monsieur le Professeur Didier Journois

ACADEMIE DE PARIS. Année 2011 MEMOIRE. pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation. Coordinateur : Monsieur le Professeur Didier Journois ACADEMIE DE PARIS Année 2011 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation Coordinateur : Monsieur le Professeur Didier Journois par Hélène Charbonneau Complications hémorragiques péri opératoires

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Information Equipment

Information Equipment PLM Information Equipment SOMMAIRE: DESCRIPTION ET CARACTERISTIQUES PRINCIPALES PLAN D INSTALLATION INFORMATIONS TECHNIQUES CONFIGURATION Sealed Air S.A.S. 53 rue St Denis Boîte Postale 9 F-28234 EPERNON

Plus en détail

Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires

Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires Focus sur les indications de transfert pour angioplastie coronarienne et sur les inhibiteurs des récepteurs de l ADP Jean Pierre

Plus en détail

Agile&:&de&quoi&s agit0il&?&

Agile&:&de&quoi&s agit0il&?& Association Nationale des Directeurs des Systèmes d Information &:&de&quoi&s agit0il&?& Pierre Delort, Président, Association Nationale des DSI http://www.andsi.fr/tag/delort/ Document confidentiel Ne

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an DEFINITION APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE Buts : apporter aux organes ce dont ils ont besoin(o2 ) eliminer les déchets(co2.) APPAREIL : Pompe=cœur Tuyaux=artéres/veines PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

Plus en détail

Nouvelles stratégies anticoagulantes et antiagrégantes : état des lieux et proposition de prise en charge en chirurgie orale

Nouvelles stratégies anticoagulantes et antiagrégantes : état des lieux et proposition de prise en charge en chirurgie orale Nouvelles stratégies anticoagulantes et antiagrégantes : état des lieux et proposition de prise en charge en chirurgie orale RÉSUMÉ Yannick SUDRAT CHU de Clermont-Ferrand, Service d Odontologie. Université

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

Le quizz des stats. Xavier Paoletti. Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie

Le quizz des stats. Xavier Paoletti. Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie Le quizz des stats Xavier Paoletti Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie Qques questions pour entamer les hostilités 1. Description de la population Pourquoi parler d'âge médian et non moyen?

Plus en détail

BILL C-452 PROJET DE LOI C-452 C-452 C-452 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

BILL C-452 PROJET DE LOI C-452 C-452 C-452 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA C-452 C-452 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-452 PROJET DE LOI C-452 An Act to amend

Plus en détail

Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits. Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations CODIFICATION

Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits. Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits C.R.C., c. 320 C.R.C., ch. 320 Current

Plus en détail

Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment?

Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment? Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment? Pascal Staccini IRIS Department - School of Medicine of Nice Nice-Sophia Antipolis University UMR 912 - SESSTIM - INSERM et pour quoi faire? Les données

Plus en détail

MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014. Christian BRETON Nancy (France) 1

MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014. Christian BRETON Nancy (France) 1 MEET - Nice Dimanche 8 Juin 2014 Christian BRETON Nancy (France) 1 Le Docteur Christian BRETON déclare les conflits d intérêts suivants : - ASTRA ZENECA, BAYER, BIOPHARMA, BOEHRINGER, DAICHI-SANKYO, MSD,

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

PROGRAMME FINAL. cardiorun.org AVEC LE SUPPORT DE :

PROGRAMME FINAL. cardiorun.org AVEC LE SUPPORT DE : PROGRAMME FINAL AVEC LE SUPPORT DE : COMITÉ SCIENTIFIQUE : Christophe POUILLOT (Saint Denis La Réunion) Philippe MABO (Rennes) Olivier DARREMONT (Bordeaux) DIRECTEUR SCIENTIFIQUE DU CONGRÈS : Jean Pierre

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Décision n 13-D-11 du 14 mai 2013 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur pharmaceutique

Décision n 13-D-11 du 14 mai 2013 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur pharmaceutique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-D-11 du 14 mai 2013 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur pharmaceutique L Autorité de la concurrence (section IB), Vu la lettre, enregistrée le 2 novembre

Plus en détail

Practice Direction. Class Proceedings

Practice Direction. Class Proceedings Effective Date: 2010/07/01 Number: PD - 5 Title: Practice Direction Class Proceedings Summary: This Practice Direction describes the procedure for requesting the assignment of a judge in a proceeding under

Plus en détail

THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002

THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002 2-aes THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002 MOVED BY SECONDED BY THAT By-Law 19 [Handling

Plus en détail

TARIFS PIETONS SAISON PEDESTRIAN RATES SEASON 2014/2015 TARIFS ASSURANCE CARRE NEIGE CARRE NEIGE INSURANCE RATES 2014/2015

TARIFS PIETONS SAISON PEDESTRIAN RATES SEASON 2014/2015 TARIFS ASSURANCE CARRE NEIGE CARRE NEIGE INSURANCE RATES 2014/2015 FORFAITS PIETONS PEDESTRIAN PASSES TARIFS PIETONS SAISON PEDESTRIAN RATES SEASON 2014/2015 Adulte / Adult 14 à 64 ans inclus 14 to 64 years old Réduit / Reduced 5 à 13 ans inclus / 65 à 74 ans inclus 5

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

PROJET DE LOI. An Act to Amend the Employment Standards Act. Loi modifiant la Loi sur les normes d emploi

PROJET DE LOI. An Act to Amend the Employment Standards Act. Loi modifiant la Loi sur les normes d emploi 2nd Session, 57th Legislature New Brunswick 60-61 Elizabeth II, 2011-2012 2 e session, 57 e législature Nouveau-Brunswick 60-61 Elizabeth II, 2011-2012 BILL PROJET DE LOI 7 7 An Act to Amend the Employment

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail