vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France"

Transcription

1 Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

2 Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives 5. Gestion très s difficile des AAP si chirurgie 6. Persistance d indications d stents nus 7. Grandes différences technologiques entre 2 types de stents

3 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM quelles que soient les études quelle que soit la plateforme quelle que soit la molécule pharmacoactive

4 Ravel (3 ans) (sirolimus) Cypher % Contrôle % p Cypher % Contrôle % All MACE 16,7 34,5 0,002 Décès 7,9 4,4 ns Cardiaque 0,9 2,7 ns Non card. 7,0 1,8 ns IDM non fatal 3,5 5,3 ns Q 2,6 1,8 ns Non Q 0,9 3,5 ns All TLR 5,3 24,8 < 0,001 Pontage 1,8 0,9 ns ACT itérative 3,5 23,9 TLR sur clinique 4,4 14,2 * MACE = décès, d IDM ou TLR 23,9 < 0,001 14,2 0,012

5 TAXUS IV (paclitaxel): Freedom From MACE to 2 Years 9 mos. 12 mos. 24 mos. 100 P< % MACE-free (%) % 84.9% 89.4% 9.6% 4.1% 85.3% 10.2% TAXUS Control 79.8% 4.7% 75.1% TAXUS IV Clinical Trial- TAXUS Express Stent / Control- Express Stent Days

6 Year Adverse Cardiac Events TAXUS IV Clinical Trial: 2-Year Control TAXUS Stent 35 P=0.67 P=0.50 P< P< P< P< Event (%) ,2 1,8 5,4 17,4 4,6 5,6 21,1 10,6 24,0 24,9 14,0 14,7 Cardiac Death MI TLR TVR TVF MACE TAXUS IV Clinical Trial- TAXUS Express Stent / Control- Express Stent

7 TAXUS V : Binary Restenosis at 9 Months Control (n=579) TAXUS (n=577) p=0.29 p< p=0.38 p< Patients (%) /458 26/453 Proximal Edge 157/492 68/496 In-Stent 13/477 8/477 Distal Edge 167/492 94/497 Analysis Segment

8 TAXUS V : 9-Month9 MACE Control (n=579) TAXUS (n=577) p=0.73 p=0.37 p=0.78 p=0.018 p=0.008 Patients (%) /567 Cardiac Death 3/560 1/567 3/560 25/567 27/560 98/567 68/ /567 84/560 Q-Wave MI Non-Q Wave MI TVR MACE All Death: 1.4% (n=8) Control; 1.3% (n=7) TAXUS

9 Taxus V : 9-Month9 Safety Summary 2.25mm Stent Subgroup (n=203) Control (n=95) TAXUS (n=108) p=1.00 p=1.00 p=0.45 p=0.23 p=1.00 p=1.00 Patients (%) 1,1 1,9 0,0 0,9 2,2 4,7 26,9 18,9 2,1 1,9 1,1 1,0 1/93 2/106 0/93 1/106 2/93 5/106 25/93 20/106 Cardiac Death Q-Wave MI Non-Q Wave MI MACE 2/94 2/95 All Death 1/92 1/104 Stent Thrombosis

10 Taxus V : 9-Month9 Safety Summary Multiple Stent Subgroup (n=379) Control (n=184) TAXUS (n=195) p=1.00 p=0.50 p=0.18 p=0.01 p=0.68 p=1.00 Patients (%) 0,6 0,5 0,0 1,0 3,9 7,3 32,0 20,4 1,6 1,1 0,6 1,1 1/181 1/191 0/181 2/191 7/181 14/191 58/181 39/191 Cardiac Death Q-Wave MI Non-Q Wave MI MACE 3/182 2/190 All Death 1/180 2/190 Stent Thrombosis

11 Endeavor II à 6 mois (analogue sirolimus) Endeavor Driver p TVF 8,1% 15,4% s MACE 7,4% 14,7% s p * TVF = Target Vessel Failure = revasc. vaisseau cible + IDM avec ou sans Q + décès d s cardiaque (end point) * MACE = major cardiac events

12 Endeavor II à 6 mois Endeavor % Driver % p MACE 7,4 14,7 s Décès 1,2 0,5 ns Q-IDM 0,3 0,9 ns Non Q-IDMQ 2,4 3,1 ns Pontage 0 0 ns TLR 4,6 12,1 s Pontage 0,3 0,5 ns ATC 4,3 11,6 s

13 Jupiter II (tacrolimus) à 6 mois Janus % Technic % p All MACE 7,6 11,3 ns Death - - ns Cardiac death - - ns Stent related TLR 5,7 10,6 ns

14 BASKET Trial: MACE at 6 Months p = ,1 p = ,2 5,7 8,5 4,6 7,8 3 6 p = ,3 2,2 2,3 p = ,1 2,1 2,1 1,7 1,1 0 MACE TVR MI Cardiac Death DES BMS Cypher Taxus Presented at ESC 2005

15 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important

16 Surcoût t initial Prix officiel en France du Cypher Actuellement 2110 A partir 01/ Prix actuel Hospices Civils Lyon Tsunami (Terumo) 340,15 TTC Taxus (Boston) 1507,50 TTC Baisse des prix peu envisageable Marché mondial DES = 5,5 milliards $ / an Partage marché entre 2 Sociétés (Cordis, Boston) Echec relatif Endeavor et Janus

17 BASKET Trial 826 undergoing primary PCI irrespective of indication for PCI mean follow-up 18 months; 6 months reported to date, mean age 64 years, 21% female Concomitant medications: clopidogrel for 6 months (irrespective of stent type), aspirin and statin therapy 19% Diabetic, 27% prior MI, 69% with triple vessel disease, 52% LAD lesions, 26% txd with glycoprotein IIb/IIa inhibitors Cypher Stent n = 264 Drug Eluting Stent Taxus Stent n = 281 Bare Metal Stent: Vision Stent n = 281 Primary Endpoint: Cost-effectiveness after 6 months, with effectiveness defined as reduction of major adverse cardiac events for the comparison of drug-eluting stent vs bare metal stent. Presented at ESC 2005

18 BASKET Trial: MACE at 6 Months p = ,1 p = ,2 5,7 8,5 4,6 7,8 3 6 p = ,3 2,2 2,3 p = ,1 2,1 2,1 1,7 1,1 0 MACE TVR MI Cardiac Death DES BMS Cypher Taxus Presented at ESC 2005

19 BASKET Trial: Cost-effectiveness p < p < Euros Procedural Overall (Index Hospitalization) Follow-up Total Through 6 mos. DES BMS Presented at ESC 2005

20 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg

21 Etudes avec stents pharmacoactifs In-segment binary restenosis TLR DES BMS DES BMS RAVEL 0% 26.6% 0% 23.7% Morice et al NEJM 2002 N=238 pts E-SIRIUS 5.9% 42.3% 7% 37% Schofer et al Lancet 2003 N=353 pts SIRIUS 8.9% 36.3% 4.1% 16.6% Moses et al NEJM 2002 N=1058 pts TAXUS IV 7.9% 26.6% 4.7% 12% Stones et al NEJM 2004 N=1313 pts TAXUS VI 12.4% 35.7% 6.8% 18.9% EuroPCR 2004 N=448 pts 7% 33%

22 In-segment binary restenosis TRENDS 12.3% ACC 2002 Multilink Vision Registry 15.7% TCT 2003 CERAMIC 17.0% TCT 2003 ISAR-STEREO 15.0% Circulation 2001 TESTER (Terumo Stent Registry) 13.8% Int J CV Interv 2003 JUPITER II (Tecnic de SORIN) 15,8% ESC ,9%

23 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives

24 TAXUS IV Clinical Trial: Stent Thrombosis In-Hospital 31 days 1 Year* Discharge 30 Days 1 2 Years TAXUS Stent 0,3 0,3 0,5 1.1% (n=7) CONTROL 0,3 0,3 0,2 0.8% (n=5) P=0.77 Stent Thrombosis, % * All within 1-6 months TAXUS IV Clinical Trial- TAXUS Express Stent / Control- Express Stent

25 TAXUS IV Clinical Trial: Stent Thromboses Between 1 and 2 Years Patient 1 ST day 519 Patient 2 ST day 500 Patient 3 ST day 711 TAXUS Stent N=3 Circumstances 59 yr old M; 3.5x32 mm stent mid-rca; fell off ladder; tibiofemoral surgery and lumbar laminectomy; stent thrombosis 10d later 55 yr old M; 2.5x16 mm stent proximal LAD 46 yr old M; 3.5x16 mm stent distal RCA ASA/Plavix status Plavix d/c before surg,, ASA uncertain No Plavix, ASA occasional Uncertain compliance Plavix is a trademark of Sanofi-Synthelabo Corp.

26 Thromboses de stents (1) Méta-analyse analyse Moreno (JACC 2005; 45: 954-9) 9) sous Tt AAP bien conduit stents nus: 0,54% stents au Paclitaxel: 0,57% stents au Sirolimus: 0,58% Etudes de cohorte ou registres(st. actifs) 1,3% thrombose aigüe à 9 mois 45% mortalité Description thromboses tardives stents actifs (maxi 26 mois) après s arrêt d au d moins 1 AAP

27 Thromboses de stents (2) Cohorte prospective (Ong JACC 2005; 45: 2088 (Ong JACC 2005; 45: ) 2006 pts sur 1 an : 1017 sirolimus, 989 paclitaxel 0,35% thromboses tardives > 30 J 8 thromboses tardives (25% décès) d 3 avec sirolimus ( mois) 5 avec paclitaxel ( mois) 3 après s arrêt tout AAP 2 après s arrêt clopidogrel (dans le mois avant) 3 chez pts stables sous aspirine 0 sous aspirine-clopidogrel

28 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives 5. Gestion très s difficile des AAP si chirurgie extracardiaque (risque de thrombose)

29 Gestion des AAP si chirurgie? Stent nu stent actif Stent actif. Arrêt possible clopidogrel 1 mois. Double Tt AAP 12 mois. Xgie possible mois. Pas de Xgie < 12 mois. Peu de thrombose tardive > 1 an. Thrombose tardive > 12mois Fréquence des Xgies > 70 ans 30% à 2 ans Cataracte, prostate, orthopédie, dents Fréquence des endoscopies ± biopsies ± exérèses > 70 ans (polypes ) Quid des Xgies en urgence sous double AAP??

30 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives 5. Gestion très s difficile des AAP si chirurgie 6. Persistance d indications d stents nus

31 Indications persistantes ballon ou stents nus (1) Intolérance aspirine, clopidogrel, métalm Chirurgie extracard. rapide programmée Cataracte, orthop., vasculaire Aspirine - clopidogrel pdt 1 mois Chirurgie possible entre mois 2 et 3 Femmes enceintes Diamètre important 4 mm Ex : coronaire droite moyenne Resténose < 10%

32 Taxus V : 9-Month9 Angiography 4.00 mm Stent Subgroup (n=202) Control (n=90) TAXUS (n=86) p< p< p=0.005 p= ± ± ± ± In-stent In-Segment Late Loss 13/90 3/86 13/90 2/86 In-stent In-Segment Binary Restenosis

33 Indications persistantes ballon ou stents nus (2) Tronc gauche (risque de thrombose aigüe) Infarctus myocardique aigu Pontages veineux Tortuosités s coronariennes majeures Calcifications coronariennes majeures

34 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité et IDM 2. Surcoût t initial important 3. Faible taux resténose avec stents nus de dernière re générationg 4. Incertitudes liées aux thromboses tardives 5. Gestion très s difficile des AAP si chirurgie 6. Persistance d indications d stents nus 7. Grandes différences technologiques actuelles entre 2 types de stents

35 Plate-forme médiocre, m inconvénients nients Capacité progression + franchissement Défaut d apposition d tardive Hypersensibilité locale Retrait difficile du ballon Expansion non uniforme stent / coating Anévrisme coronaire Intolérance et / ou allergie

36 Profil de franchissement (mm) (Ø 3 mm) Modèle Modèle Profil Marque Société Forme Driver 1,05 Medtronic Motion 1,00 Biotronik Tsunami 0,94 Terumo Titan 0,87 Hexacath Cypher 1,24 Cordis Cypher Select 1,19 Cordis Taxus Express 1,19 Boston Taxus Liberté 1,05 Boston 3 hélices 4 hélices 3 hélices 2 hélices

37 Late Incomplete Apposition Sirolimus-eluting stent group Baseline Follow-up Serruys, PCR, 2004

38

39 Localized hypersentivity and late coronary thrombosis Secondary to a sirolimus-eluting stent Should we be cautious? Inflammation excessive et diffuse dans l intima et la média. Hypersensibilité retardée?? Virmani et al. Circulation 2004;109:

40 TAXUS Express 2 stent The coating is unstructured by the meshes sticking to one another Déstructuration du polymère

41

42 6 mo f/u drug - eluting S ; Angio/IVUS Hypersensibilité locale?

43 Conclusions : stents actifs (1) Surcoût t important sans bénéfice b sur décès d s / IDM bénéfice uniquement sur revascularisation itérative Plate-formes actuelles médiocresm (ballon + stent) Faible taux resténose avec stents nus récentsr Implantations dans indications non validées (TCG) Contre-indiqu indiqués s si Xgie programmée e < 12 mois

44 Conclusions : stents actifs (2) Stents encore à réserver aux situations à haut risque de resténose (AFSSAPS) Patients diabétiques Petits vaisseaux ( < 3 mm) Lésions longues ( > 15 mm) Sténose IVA proximale Resténose intrastent Avenir Stents résorbables r?? Stents réservoirs r?? 50% des indications totales

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 Tout DES or not tout Des Historique & Illustration Arguments (1), (2) et (3) Statistiques et illustrations Un peu d Histoire...

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions)

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005 Aspects médicoéconomiques des prothèses actives Jacques Machecourt Cardiologie & Urgences Cardiologiques - CHU de Grenoble Qu est-ce

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE APHAL 9 Juin 2015 Guillaume Becker, Interne en pharmacie Service pharmacie-stérilisation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 09/06/2015 2 Introduction 1 er stent coronarien

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

Efficacité des stents actifs

Efficacité des stents actifs D O S S I E R Stents actifs : mise au point T. CUISSET, B. DE BRUYNE Cardiovascular Center Aalst, OLV Clinic, AALST (Belgique). Efficacité des stents actifs L arrivée des endoprothèses coronaires actives

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 2006?

Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 2006? Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 26? Suivi du patient revascularisé S assurer de la compliance au traitement (anti agrégants) Gérer le problème d une éventuelle chirurgie

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Les indications et résultats des endoprothèses non actives (BMS)

Les indications et résultats des endoprothèses non actives (BMS) DIU Cardiologie interventionnelle 2015 Les indications et résultats des endoprothèses non actives (BMS) Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique - Université de Bordeaux Endoprothèses coronaires définitives

Plus en détail

rapport BéNéFICE/RISQUE DES

rapport BéNéFICE/RISQUE DES rapport BéNéFICE/RISQUE DES ENDOPROTHèSES CORONAIRES PHARMACO-ACTIVES 1 ère partie : analyse dans la population générale A. Nyssen (1), V. Legrand (2), A.J. Scheen (3) RÉSUMÉ : Les endoprothèses coronaires,

Plus en détail

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 I. Introduction : historique de l angioplastie II. Evolution

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Marseille, le 31.01.2013 Les alternatives au DES chez le coronarien diabétique

Plus en détail

Comment éviter la thrombose de stent tardive. Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris

Comment éviter la thrombose de stent tardive. Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris Comment éviter la thrombose de stent tardive Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris Sus aux idées reçues!!!!! On tue les patients avec les stents actifs!

Plus en détail

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être.

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être. COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 255 février 2014 CONCLUSIONS ORSIRO, endoprothèse coronaire (stent) enrobée de sirolimuss (produitt

Plus en détail

APPAC 2013 ABSORB. BVS POLY-L-Lactic Acid Everolimus Stent. JP Monassier Fondation du Diaconat Mulhouse Hopital Albert Schweitzer - Colmar

APPAC 2013 ABSORB. BVS POLY-L-Lactic Acid Everolimus Stent. JP Monassier Fondation du Diaconat Mulhouse Hopital Albert Schweitzer - Colmar APPAC 2013 ABSORB BVS POLY-L-Lactic Acid Everolimus Stent JP Monassier Fondation du Diaconat Mulhouse Hopital Albert Schweitzer - Colmar CONCEPT Prothèse non métallique (2 marqueurs) Biologique Pansement

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN Bioresorbable Vascular Scaffold (BVS): Ideal of Leaving Nothing Behind Short Term Long Term PWS: The Third RevoluKon! Data and images

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences Professeur François Schiele CHU BESANCON En 1991, la thrombose de stent dans les 2 premières semaines est trouvée chez 26%

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI T Cuisset, C Frere, J Quilici, MC Alessi, JL Bonnet Pôle Cardiovasculaire, CHU Timone, Marseille Inserm, U626, Faculté de Médecine,

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat La Cardiologie interventionnelle occupe une place de plus en plus grande dans la prise en

Plus en détail

La revascularisation myocardique est assurée depuis

La revascularisation myocardique est assurée depuis Sténose tritronculaire et plus : faut-il opérer? Multi-coronary vessels disease: should we operate? P. Leprince*, S. Aubert*, A. Pavie*, I. Gandjbakhch* POINTS FORTS MAIN POINTS Chez les patients comparables

Plus en détail

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Position du problème Pathologie courante Risque absolu élevé Survie de plus en plus longue Intervention

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle

News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle This material is not intended for use in the United States Une Plateforme unique et innovante 7 années de recherche

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil

Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil Dr Pierre-François Lesault CHU Henri Mondor Créteil Geste d angioplastie en 2011 Quasiment plus de limites techniques (CTO, Tronc commun, Tritronculaire, FE basse, lésions calcifiées ) Complications per-procédures

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Université de Bordeaux 2 3èmes Journées Nationales du GACI jeudi 28 & vendredi

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement)

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement) COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 16 décembre 2014 CONCLUSIONS XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus

Plus en détail

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Stents Coronaires et Sports DR PASSARD F Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Mise à jour le 11 /07/2010 B P 65 ans Cyclosport FDRCV : dyslipidémie et HTA négligées Angor typique au démarrage

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

«I had a dream» Martin Luther King

«I had a dream» Martin Luther King «I had a dream» Martin Luther King Etienne Grandmaire Directeur Développement Thérapies Abbott Vascular Bioresorbable Bare-metal Drug-eluting Après angioplastie scaffold POBA stent metallic stent therapy

Plus en détail

Stents résorbables : l'avenir pour l'aps? NON

Stents résorbables : l'avenir pour l'aps? NON Stents résorbables : l'avenir pour l'aps? NON Edouard Gerbaud Soins Intensifs Cardiologiques Plateau de Cardiologie Interventionnelle CHU de Bordeaux Centre de Recherche Cardio-thoracique Inserm U1045

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE Pierre Albaladejo (1), Patrick Staat (2), Emmanuel Marret (3), Vincent Piriou (4) (1) Service d Anesthésie Réanimation, SAMU-SMUR 94, CHU Henri Mondor, Assistance-Publique

Plus en détail

C est en 1986 que Jacques Puel

C est en 1986 que Jacques Puel Évolution technologique des stents coronaires : où en est-on? DOSSIER D. Carrié Service de cardiologie, Centre hospitalier universitaire de Rangueil, Toulouse didier.carrie@chu-toulouse.fr Obtenir un équilibre

Plus en détail

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu RÉSUMÉ Mots clés : athérosclérose coronaire, angioplastie, pontage

Plus en détail

Antiproliferative drug eluting stents (DES)

Antiproliferative drug eluting stents (DES) 1 Endoprothèses coronaires à élution médicamenteuse (stents pharmaco-actifs) Antiproliferative drug eluting stents (DES) Pr L CHRISTIAENS Cardiologie CHU Poitiers l.christiaens@chu-poitiers.fr pas de conflit

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie 1 M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E 2 0 1 2 Contexte 2 Sur la base du rapport HAS «Evaluation des

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou 8 décembre 2011 INTRODUCTION Au cours des 30 dernières années : baisse de la mortalité cardio-vasculaire

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015. Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France

Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015. Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015 Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France Programme de la session 1) Revue générale sur les AAA et les EVAR 2 ) Démonstra:ons opératoires ( vidéo)

Plus en détail

Comment maitriser le risque hémorragique?

Comment maitriser le risque hémorragique? Comment maitriser le risque hémorragique? Guillaume Cayla UnitéINSERM 937 Hôpital La Pitié Salpêtrière Service cardiologie Nîmes Pr Messner Conflits d intérêt:lilly -Daishi, Abbott, Astra Zeneca, Servier,

Plus en détail

STENT BIORESORBABLE ETAT DES LIEUX. Antoine SAUGUET Clinique PASTEUR, Toulouse, France

STENT BIORESORBABLE ETAT DES LIEUX. Antoine SAUGUET Clinique PASTEUR, Toulouse, France STENT BIORESORBABLE ETAT DES LIEUX Antoine SAUGUET Clinique PASTEUR, Toulouse, France STENT RESORBABLE 4 ème révolution en angioplastie Stent nu Stent actif Angioplastie ballon A. Gruentzig Stents résorbables

Plus en détail

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Conditions générales Les spécifications techniques

Plus en détail

Les patients diabétiques représentent

Les patients diabétiques représentent Qui, quand, comment revasculariser le diabétique? DOSSIER C. Le Feuvre Institut de cardiologie, Centre hospitalo-universitaire de la Pitié-Salpêtrière, Paris claude.lefeuvre@psl.aphp.fr Le diabète augmente

Plus en détail

Dilatations / Stents : du nouveau?

Dilatations / Stents : du nouveau? Dilatations / Stents : du nouveau? Les indications 1 ) Les abords prothétiques : sténose et re-sténose de l anastomose veineuse.. Vascular access surveillance: case study of a false paradigm Paulson W

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Thomas Cuisset, CHU Timone, Marseille Paris, Mars 2014 Cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt. estime

Plus en détail

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Gilles Barone- Roche=e Cardiologie interven.onnelle et imagerie cardiaque Pôle Thorax et vaisseaux- CHU de Grenoble Inserm 1039

Plus en détail

Evaluation des pratiques

Evaluation des pratiques Evaluation des pratiques professionnelles : le registre reco Emmanuel Marret (1, 4), Vincent Piriou (2, 4), Pierre Albaladejo (3, 4) (1) Département d anesthésie-réanimation, Hôpital Tenon 4 rue de la

Plus en détail

Ischémie myocardique supposée : tous les chemins mènent-ils à la coronarographie?

Ischémie myocardique supposée : tous les chemins mènent-ils à la coronarographie? Ischémie myocardique supposée : ICVOP.fr tous les chemins mènent-ils à la coronarographie? tielle est 2015 GRCI, Tous ds - Toute reproduction mê Grégoire Dambrin Cardiologie interventionnelle Hôpital privé

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Carlo Di Mario, Nicola Viceconte, Eduardo Alegria Barrero, Michael Chan, Rodrigo Teijero, Manuel Guzman, Alistair Lindsay, Nicolas Foin

Carlo Di Mario, Nicola Viceconte, Eduardo Alegria Barrero, Michael Chan, Rodrigo Teijero, Manuel Guzman, Alistair Lindsay, Nicolas Foin Carlo Di Mario, Nicola Viceconte, Eduardo Alegria Barrero, Michael Chan, Rodrigo Teijero, Manuel Guzman, Alistair Lindsay, Nicolas Foin Strut Apposition with OCT IVUS OCT Dynamic range 40-60dB 90-110dB

Plus en détail

Prise en charge des patients coronariens pour des interventions non cardiaques lourdes

Prise en charge des patients coronariens pour des interventions non cardiaques lourdes Prise en charge des patients coronariens pour des interventions non cardiaques lourdes Colloque multidisciplinaire Cardiologie, Chirurgie cardio-vasculaire et Cardiopédiatrie HUG Jeudi 1 mars 2007 Pierre

Plus en détail

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique + Symposium Biopharma "Vie quotidienne et exercice du coronarien et de l insuffisant cardiaque" Forum Coeur Exercice et Prévention 2012 Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique Dany-Michel Marcadet

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Les stents actifs sont-ils dangereux?

Les stents actifs sont-ils dangereux? Controverse Sang Thrombose Vaisseaux 7 ; 9, n : -5 Les stents actifs sont-ils dangereux? Jean-Philippe Collet, Jean-ichel Juliard Institut de cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, 7565 Paris cedex 3

Plus en détail

La maladie coronaire pluritronculaire

La maladie coronaire pluritronculaire Revues Générales réalités Cardiologiques # 285_Mars 2012_Cahier 1 Quelle revascularisation pour le patient pluritronculaire? Résumé : L arrivée des stents actifs pouvait faire espérer que l angioplastie

Plus en détail

Cholestérol : Changement de Paradigme?

Cholestérol : Changement de Paradigme? Cholestérol : Changement de Paradigme? Des Statines Fortes Doses aux Stratégies Efficaces : Parlons des Preuves Professeur Jacques Bonnet Université Victor Segalen Bordeaux 2 CHU de Bordeaux Des Statines

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques?

Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques? Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques? Philippe Moulin Fédération d endocrinologie Hopital cardiovasculaire Louis Pradel LYON HCL-UCBL- INSERM U870 Qui dépister?

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Les registres CARDIO-VASCULAIRES en Ile-de. Registre des CORO-ANGIO (registre CARDIO-ARHIF) REGISTRES ET ORGANISATION DE LA CARDIOLOGIE EN ILE-DE

Les registres CARDIO-VASCULAIRES en Ile-de. Registre des CORO-ANGIO (registre CARDIO-ARHIF) REGISTRES ET ORGANISATION DE LA CARDIOLOGIE EN ILE-DE Comité Scientifique de Registre CARDIO- Mme COSTAGLIOLA INSERM Dr ELHADAD Hôpital de Lagny Dr HAIAT Hôpital de Saint-Germain en Laye Dr LANCELIN CMC Marie Lannelongue Dr MORICE Clinique de Massy - ICPS

Plus en détail

LV FUNCTION. SSFP sequence. TR ms. SR 1.3 x 1.3 mm

LV FUNCTION. SSFP sequence. TR ms. SR 1.3 x 1.3 mm LV FUNCTION EDI 109 ml (62 ml/m2) ESI 41 ml (23 ml/m2) SV= 68 ml (40 ml/m2) HR= 75/mn CO=68x75=5100 ml/mn LVEF=(EDI- ESI)/EDI= 63% LV Mass(ED)=105 g/m2 SSFP sequence TR 30-35 ms SR 1.3 x 1.3 mm Henri

Plus en détail

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT CORONAROGRAPHIE & ANGIOPLASTIE ANGIOPLASTIE + STENT = TRAITEMENT DE BASE DE LA MALADIE CORONAIRE OBSTRUCTIVE

Plus en détail