Au cours des deux dernières décennies, et

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Au cours des deux dernières décennies, et"

Transcription

1 Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? New P2Y12 receptor inhibitors: a class effect? for which patients? J. Silvain*, T. Cuisset** J. Silvain * Institut de cardiologie, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris. ** Département de cardiologie, CHU de la Timone, Marseille. Au cours des deux dernières décennies, et particulièrement lors de ces dernières années, la classe des antiagrégants plaquettaires est passée d une classe pauvre comportant l aspirine et le dipyridamole, médicaments ayant chacun un effet antiagrégant relativement modeste, à une classe enrichie de nombreux agents antiplaquettaires à la fois oraux et intraveineux aux activités antiplaquettaires plus puissantes. Cette recherche florissante a pour but ultime d obtenir un régime optimal de molécules antiagrégantes plaquettaires permettant un subtil équilibre entre efficacité et sécurité. Cet éternel dilemme entre leur efficacité, avec la réduction des événements ischémiques, et leur profil de sécurité vis-à-vis des complications hémorragiques, dont l impact pronostique est désormais bien établi, va rester au cœur du débat, et la stratégie du choix sera capitale. Au regard des résultats des récentes études biologiques et de larges essais thérapeutiques randomisés, nous savons désormais qu il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour se rapprocher d un traitement antiplaquettaire idéal et qu il n y a plus de traitement unique pour tous, mais un traitement adapté à chacun. Ainsi, l attitude consistant à prescrire aux patients souffrant d un syndrome coronaire aigu (SCA) et/ou bénéficiant d une angioplastie une bithérapie antiplaquettaire par de l aspirine (75 à 325 mg) associée au clopidogrel (3 mg/75 mg) peut être considérée comme obsolète. Quelles caractéristiques pour un traitement idéal? Vis-à-vis de la pathologie coronaire, et notamment lors des SCA ou dans le cadre de l angioplastie, une efficacité optimale va exiger un délai d action rapide (aussi court que possible en cas d urgence coronaire comme l infarctus avec sus-décalage du segment ST), un fort degré d inhibition plaquettaire (permettant une inhibition complète de la formation de thrombus), une voie d administration facile et idéalement double (médicaments par voie orale avec une formulation intraveineuse disponible dans les cas particuliers), une demi-vie longue (pour une meilleure compliance), une faible variabilité interindividuelle sans impact d éventuels variants génétiques et sans interaction médicamenteuse (pour limiter l hyperréactivité plaquettaire post-traitement ou non-réponse ), un test biologique facile à utiliser permettant d en contrôler l efficacité et, bien sûr, des preuves cliniques quant à la réduction de l incidence de nouveaux événements ischémiques (IDM et thrombose de stent), voire, idéalement, une diminution de la mortalité cardiovasculaire. En ce qui concerne la sécurité, le même agent ne doit pas augmenter le risque de saignement (au moins pour les saignements majeurs), et doit éven- 16 La Lettre du Cardiologue n septembre 21

2 Points forts Les nouveaux inhibiteurs du P2Y12 (prasugrel et ticagrelor) procurent un degré d inhibition plaquettaire supérieur et plus homogène que le clopidogrel. Cette meilleure efficacité biologique s est traduite par un bénéfice clinique en termes de réduction des événements ischémiques dans les essais cliniques de phase III, TRITON et PLATO. Ce bénéfice est associé dans les deux études à une augmentation des complications hémorragiques, et notamment des hémorragies graves non liées à une chirurgie coronaire. Certaines populations semblent bénéficier plus particulièrement de ces nouvelles molécules (SCA ST+, diabétiques) et certaines autres semblent plus à risque d hémorragies (patient âgé et/ou de faible poids, antécédents d AVC). Mots-clés Antiagrégant plaquettaire Syndrome coronaire aigu Récepteur P2Y12 tuellement être réversible avec une demi-vie courte ou, encore mieux, avoir un antagoniste rapide. Il ne doit pas entraîner d effets secondaires importants et doit pouvoir proposer des dosages différents pour couvrir les différents profils de risque et fournir une thérapeutique individualisée. Propriétés pharmacologiques des nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 Une inhibition plaquettaire peut être obtenue en bloquant différents récepteurs plaquettaires, ou en inhibant différentes voies d activation. Les principales cibles sont la voie du thromboxane A2, le récepteur à l ADP, le P2Y12, le récepteur à la thrombine et le récepteur final de l agrégation plaquettaire, la glycoprotéine α2β3, plus connue sous le nom de GPIIb/IIIa. Le récepteur P2Y12 s est avéré être une cible déterminante dans la prévention des complications, et plusieurs médicaments ciblant la voie de l ADP ont ainsi été développés afin d obtenir un niveau élevé d inhibition plaquettaire. Les traitements disponibles ou en voie de développement sont divisés entre les thiénopirydiniques (ticlopidine, clopidogrel, prasugrel et élinogrel) et les non-thiénopyridiniques (ticagrelor et cangrelor) [1]. Ces inhibiteurs ont tous des propriétés pharmacologiques particulières les différenciant les uns des autres. Les délais d action les plus rapides sont fournis par les agents intraveineux, qui ne nécessitent ni absorption, ni métabolisation, et qui sont efficaces quelques minutes après leur administration, comme par exemple les inhibiteurs de la GPIIb/IIIa (abciximab, eptifibatide et tirofiban), ou des agents encore en phase de développement comme le cangrelor et l élinogrel (1). Les médicaments agissant le plus rapidement par voie orale sont le ticagrelor et le prasugrel, qui permettent d obtenir un puissant niveau d inhibition plaquettaire plus rapidement qu avec la première génération de thiénopyridine représentée par la ticlopidine ou la deuxième génération, le clopidogrel (2, 3). L élinogrel est pour l instant le seul médicament qui permettra une utilisation par voie orale et par voie intraveineuse (1). La réversibilité : une arme à double tranchant? Il s agit en tout état de cause d un avantage indiscutable au niveau pharmacologique pour le ticagrelor pour lequel des données sont disponibles et d un avantage potentiel pour l élinogrel. On estime qu en 48 heures (4), l effet biologique du ticagrelor a presque disparu chez la majorité des patients. Cela est bien illustré par le fait que, dans l étude PLATO, le taux de complications hémorragiques liées à la chirurgie de pontage est strictement identique dans les deux groupes de patients étudiés (5). Cependant, la chirurgie de pontage urgente est heureusement rare et ne concerne qu environ,5 % des patients. En effet, la majorité des patients devant être revascularisés par pontage le sont de façon différée (4,5 % des patients). Cette demi-vie courte devra être mise en balance avec la double prise quotidienne, et nous ne savons pas si cette double prise pourrait majorer le risque lié à une mauvaise observance. Une solution à la non-réponse au clopidogrel? Un déluge de données a été publié sur le concept de l hypo-réponse ou non-réponse au clopidogrel entraînant une hyperréactivité plaquettaire persistante, qui est désormais bien établi comme étant un facteur prédictif fort de récidive ischémique, notamment de thrombose de stent (6). Même s il n y a pas encore de consensus sur la définition de la non-réponse, les nouveaux inhibiteurs du P2Y12 permettent de surmonter ce phénomène, soit parce qu ils sont moins sensibles au variant génétique 2C19 (prasugrel) [7], soit parce qu ils évitent la métabolisation hépatique dépendante des cytochromes hépatiques (ticagrelor et élinogrel) [8], avec un avantage certain pour ces derniers puisqu ils permettent d empêcher les interactions médicamenteuses potentielles. Ces médicaments sont non seulement plus puissants au niveau du taux d inhibition plaquettaire, mais ils possèdent également une moins grande variabilité interindividuelle qui entraîne un effet plus constant (4, 5, 7, 8). Highlights Soon, we will possess two new P2Y12 receptor inhibitors : prasugrel, which is already available, and ticagrelor, which is undergoing FDA approval, as they have demonstrated a better efficacy in the two large randomized TRITON- TIMI 38 and PLATO trial when compared to the classic dual antiplatelet therapy based on aspirin and clopidogrel. Both drugs resulted in a similar 19% and 16% relative reduction of ischemic events in ACS population, and even more in subgroups such as STEMI patients or diabetes. On the safety side, progresses were not as prominent, and several unresolved issues remain as both drugs raised serious concern on the safety issue with a constant increase of 22% and 25% of major bleeding (major non-cabg bleeds with the universal TIMI definition). This detrimental effect was not observed in certain subgroups of patients and will probably lead in the near future to treatment algorithms according to age, weight, clinical presentation (STEMI versus NSTEMI) and diabetic status. Keywords Antiplatelet agents Acute coronary syndrome P2Y12 receptor La Lettre du Cardiologue n septembre 21 17

3 Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? mg CURE 6 mg 9 mg CURRENT RELOAD-ALBION Agrégation plaquettaire à la 4 e heure 9 mg 18 mg PLATO 1 mg Clopidogrel Ticagrelor Prasugrel 6 mg TRITON Figure 1. Comparaison indirecte des effets antiplaquettaires des différents inhibiteurs du récepteur P2Y12 disponibles ou prochainement disponibles. à la dose de 3 mg de l AMM, mais elle suggère l intérêt de cette dose chez les patients admis pour SCA (9) et devant bénéficier d une angioplastie précoce stratégie déjà recommandée et largement adoptée par de nombreux cardiologues interventionnels. Ces nouvelles données ne font que confirmer ce qu avaient démontré les études pionnières pharmacodynamiques sur l intérêt de fortes doses de charge en clopidogrel, c est-à-dire supérieures ou égales à 6 mg (1, 11). Néanmoins, les nouveaux inhibiteurs du P2Y12 procurent une inhibition plaquettaire plus importante que les fortes doses de clopidogrel (4, 5), permettant une protection supplémentaire pour les patients les plus à risque (figure 1). Quel bénéfice clinique pour les deux premiers nouveaux inhibiteurs du P2Y12 (prasugrel et ticagrelor)? Événements ischémiques (%) Clopidogrel 75 mg Ticagrelor 9 mg x 2 11,7 9,8 HR =,84 (,77-,92) p =,3* 12,1 9,9 HR =,81 (,73-,9) p =,4* Prasugrel 1 mg Le prasugrel, déjà disponible, et le ticagrelor, qui sera prochainement mis sur le marché, ont démontré une efficacité clinique, en termes de médecine fondée sur les preuves, grâce aux deux essais randomisés TRITON (12) et PLATO (5), qui les ont comparés à la bithérapie classique associant aspirine et clopidogrel. Ces deux médicaments ont entraîné une diminution relative des événements ischémiques comparable, respectivement de 19 et 16 % dans la population globale des patients ayant subi un SCA (figure 2), et plus encore dans les sous-groupes de patients atteints de SCA ST+ (13) ou de patients diabétiques (14), pour lesquels le bénéfice ischémique était supérieur, sans surrisque hémorragique (13, 14) jours Figure 2. Résultats de l efficacité ischémique des deux nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 (prasugrel et ticagrelor) en termes de critère composite (décès cardiovasculaires/ IDM/AVC) lors des études TRITON et PLATO. Peut-on obtenir un effet équivalent avec de fortes doses de charge de clopidogrel? L étude CURRENT-OASIS 7 n a pas permis de démontrer un bénéfice supplémentaire d une dose de charge de 6 mg de clopidogrel par rapport Qu en est-il des saignements? Sur le plan de la sécurité, les progrès n ont pas été aussi importants et, malheureusement, la puissance ne suffit pas toujours, puisque le prasugrel et le ticagrelor ont tous deux entraîné une augmentation constante de 22 et 25 % des hémorragies majeures non liées à un pontage selon la définition universelle du groupe TIMI (5, 12) [figure 3]. Cet effet préjudiciable n a pas été observé dans certains sous-groupes de patients (13, 14), conduisant à des algorithmes de traitement selon l âge, le poids, la présentation 18 La Lettre du Cardiologue n septembre 21

4 clinique (SCA ST+ versus SCA ST ) et le statut diabétique. Nous savons également, avec les résultats de l étude CURRENT-OASIS 7, que, chez les patients qui ne sont pas traités par l angioplastie, il ne semble pas exister de bénéfice lié à une plus forte dose de clopidogrel (9), et, par extension, à des inhibiteurs plus puissants, avec toujours un risque potentiel d augmentation des hémorragies. Ces données s ajoutent à l inquiétude de certains cliniciens vis-à-vis du prétraitement (avant coronarographie), que ce soit par le clopidogrel, qui n est toujours pas recommandé dans cette indication, ou par le prasugrel ou le ticagrelor. Une étude randomisée en cours (ACCOAST), qui évalue le prétraitement par prasugrel, devrait apporter des éléments de réponse. Malgré ces excellents résultats, de nombreuses questions pratiques persistent. Quel est le traitement idéal des patients présentant un risque élevé de saignement : femmes, personnes âgées, personnes de faible poids, patients présentant une insuffisance rénale? Faut-il revenir au clopidogrel? Et faut-il y revenir même si ces patients font partie d un groupe à risque ischémique élevé? Fréquence estimée p =,1* 3,7 CURE * p <,5, seuil de significativité. p =,3* p =,25* + 27 % + 25 % + 22 % 36 jours 2,7 Aspirine seul 2,4 TRITON 1,8 2,8 PLATO 45 jours 36 jours Figure 3. Résultats sur les hémorragies majeures (définition TIMI) hors pontages obtenus dans les études CURE, TRITON et PLATO. 2,2 Ticagrelor : effets indésirables négatifs ou positifs? Concernant les autres effets secondaires, le ticagrelor laisse perplexe. L étude PLATO a observé une augmentation significative des troubles de la conduction, de la dyspnée, ainsi qu une élévation des valeurs de créatinine et d acide urique (5), qui peuvent inquiéter mais qui ne semblent pas affecter le pronostic. Cette molécule, qui a abaissé la mortalité, semble aussi avoir eu des effets encore mal compris, dits adénosine-like, qui pourraient expliquer en partie les surprenants résultats de certains sous-groupes de l étude PLATO, comme les résultats de PLATO-CABG communiqués récemment et qui présentent une réduction de moitié de la mortalité, sans effet sur le taux d infarctus ou sur les complications hémorragiques (15). Ces résultats doivent toutefois être interprétés avec précaution, car il s agit d une analyse post hoc, non randomisée et ne concernant qu une partie des patients pontés de l étude, ceux ayant reçu les traitements dans les 7 jours avant la chirurgie. Compte tenu de ces limites méthodologiques, l effet chance ne peut donc être exclu dans ce sous-groupe particulier (15). Un effet classe? Même avec la perte de candidats potentiels, tels que le cangrelor avec les résultats négatifs de l étude CHAMPION (16), il semblerait que l ensemble des données cliniques disponibles convergent vers un effet bénéfique d une plus grande inhibition du récepteur P2Y12, et ce quelle que soit la molécule. Enfin, les études TRA-CER (17) et TRA2P (18), qui évaluent le bénéfice d un nouvel inhibiteur du récepteur de la thrombine, devraient enrichir la classe des antiagrégants et répondre à la question d un effet classe sur le P2Y12 ou d un effet global lié à l inhibition de l agrégation plaquettaire en général. En effet, ces molécules ont montré des résultats très encourageants lors des études de phase II (19), qui devront être confirmés par les larges essais cliniques à venir. Des combinaisons pour se débarrasser de l aspirine? Enfin, la prescription de l aspirine reste incontournable pour le moment, même si l étude CURRENT apporte des données en défaveur d une augmen- La Lettre du Cardiologue n septembre 21 19

5 Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? tation de sa posologie, compte tenu de ses effets secondaires gastro-intestinaux (9). Les essais thérapeutiques futurs se risqueront peut-être à comparer une combinaison de nouveaux agents antiagrégants plaquettaires (ayant une cible unique ou multiple) avec l association aspirine et inhibiteur du P2Y12, et permettront peut-être de remettre en cause son utilisation systématique. En conclusion, nous assistons probablement à un pas en avant dans la protection des événements ischémiques avec les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12, et, même si l avenir du traitement antiplaquettaire semble complexe, les récidives d événements ischémiques graves, encore trop fréquentes, devraient se réduire. Conflit d intérêts. Le Dr J. Silvain déclare avoir été soutenu dans ses recherches par les laboratoires Sanofi-Aventis, Daiichi-Sankyo, Eli Lilly, I'Inserm, la Fédération française de cardiologie et la Société française de cardiologie. Il déclare également avoir été consultant pour Daiichi-Sankyo et Eli Lilly et avoir donné des conférences pour AstraZeneca, Daiichi-Sankyo et Eli Lilly. Références bibliographiques 1. Cattaneo M. New P2Y(12) inhibitors. Circulation 21; 121(1): Cannon CP, Husted S, Harrington RA et al.; DISPERSE-2 Investigators. Safety, tolerability, and initial efficacy of AZD614, the first reversible oral adenosine diphosphate receptor antagonist, compared with clopidogrel, in patients with non-st-segment elevation acute coronary syndrome: primary results of the DISPERSE-2 trial. J Am Coll Cardiol 27;5(19): Wiviott SD, Trenk D, Frelinger AL et al.; PRINCIPLE-TIMI 44 Investigators. Prasugrel compared with high loading- and maintenance-dose clopidogrel in patients with planned percutaneous coronary intervention: the prasugrel in comparison to clopidogrel for inhibition of platelet activation and aggregation-thrombolysis in myocardial infarction 44 trial. Circulation 27;116(25): Gurbel PA, Bliden KP, Butler K et al. Randomized doubleblind assessment of the ONSET and OFFSET of the antiplatelet effects of ticagrelor versus clopidogrel in patients with stable coronary artery disease: the ONSET/OFFSET study. Circulation 29;12(25): Wallentin L, Becker RC, Budaj A et al.; PLATO Investigators, Freij A, Thorsén M. Ticagrelor versus clopidogrel in patients with acute coronary syndromes. N Engl J Med 29;361(11): Angiolillo DJ, Fernandez-Ortiz A, Bernardo E et al. Variability in individual responsiveness to clopidogrel: clinical implications, management, and future perspectives. J Am Coll Cardiol 27;49(14): Mega JL, Close SL, Wiviott SD et al. Cytochrome P45 genetic polymorphisms and the response to prasugrel: relationship to pharmacokinetic, pharmacodynamic, and clinical outcomes. Circulation 29;119(19): Gurbel PA, Bliden KP, Butler K et al. Response to ticagrelor in clopidogrel non-responders and responders and effect of switching therapies: the RESPOND study. Circulation 21;121(1): Mehta S, Organisation to Assess Strategies for Ischemic Syndromes (OASIS)-7 Results, Oral Communication. ESC Congress, Barcelona Montalescot G, Sideris G, Meuleman C et al.; ALBION Trial Investigators. A randomized comparison of high clopidogrel loading doses in patients with non-st-segment elevation acute coronary syndromes: the ALBION (Assessment of the Best Loading Dose of Clopidogrel to Blunt Platelet Activation, Inflammation and Ongoing Necrosis) trial. J Am Coll Cardiol 26;48(5): Collet JP, Silvain J, Landivier A et al. Dose effect of clopidogrel reloading in patients already on 75-mg maintenance dose: the Reload with Clopidogrel Before Coronary Angioplasty in Subjects Treated Long Term with Dual Antiplatelet Therapy (RELOAD) study. Circulation 28;118(12): Wiviott SD, Braunwald E, McCabe CH et al., for the TRITON-TIMI 38 Investigators. Prasugrel versus clopidogrel in patients with acute coronary syndromes. N Engl J Med 27;357: Montalescot G, Wiviott SD, Braunwald E et al., for the TRITON-TIMI 38 investigators. Prasugrel compared with clopidogrel in patients undergoing percutaneous coronary intervention for ST-elevation myocardial infarction (TRITON-TIMI 38): double-blind, randomised controlled trial. Lancet 29;373: Wiviott SD, Braunwald E, Angiolillo DJ et al.; TRITON- TIMI 38 Investigators. Greater clinical benefit of more intensive oral antiplatelet therapy with prasugrel in patients with diabetes mellitus in the trial to assess improvement in therapeutic outcomes by optimizing platelet inhibition with prasugrel-thrombolysis in Myocardial Infarction 38. Circulation 28;118(16): Held C. Ticagrelor versus clopidogrel in patients with acute coronary syndromes undergoing coronary artery bypass surgery: results from the PLATO trial. Oral Communication. ACC Congress Bhatt DL, Lincoff AM, Gibson CM et al.; CHAMPION PLATFORM Investigators. Intravenous platelet blockade with cangrelor during PCI. N Engl J Med 29;361(24): TRA*CER Executive and Steering Committees. The Thrombin Receptor Antagonist for Clinical Event Reduction in Acute Coronary Syndrome (TRA*CER) trial: study design and rationale. Am Heart J 29;158(3): e Morrow DA, Scirica BM, Fox KA et al.; TRA 2(o)P-TIMI 5 Investigators. Evaluation of a novel antiplatelet agent for secondary prevention in patients with a history of atherosclerotic disease: design and rationale for the Thrombin-Receptor Antagonist in Secondary Prevention of Atherothrombotic Ischemic Events (TRA 2 degrees P)-TIMI 5 trial. Am Heart J 29;158(3): e Becker RC, Moliterno DJ, Jennings LK et al.; TRA-PCI Investigators. Safety and tolerability of SCH in patients undergoing non-urgent percutaneous coronary intervention: a randomised, double-blind, placebocontrolled phase II study. Lancet 29;373(9667): La Lettre du Cardiologue n septembre 21

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI T Cuisset, C Frere, J Quilici, MC Alessi, JL Bonnet Pôle Cardiovasculaire, CHU Timone, Marseille Inserm, U626, Faculté de Médecine,

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions)

Plus en détail

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux?

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? 1 Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? Le étapes du choix depuis le pré-hospitalier jusqu à la sortie François Schiele, Besançon Conflits d intérêt potentiels : Honoraires de communication

Plus en détail

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Compte rendu du Second Belgian Congress on Acute Cardiac Care. Partie 2 Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Sofie Gevaert Le 11 juin, le (BIWAC) organisait son deuxième

Plus en détail

Statines et angioplastie coronaire

Statines et angioplastie coronaire Statines et angioplastie coronaire RÉSUMÉ : Trois études, ARMYDA-ACS, NAPLES II et ARMYDA-RECAPTURE, démontrent l efficacité de l administration d atorvastatine 8 mg avant une angioplastie coronaire, avec

Plus en détail

Comment maitriser le risque hémorragique?

Comment maitriser le risque hémorragique? Comment maitriser le risque hémorragique? Guillaume Cayla UnitéINSERM 937 Hôpital La Pitié Salpêtrière Service cardiologie Nîmes Pr Messner Conflits d intérêt:lilly -Daishi, Abbott, Astra Zeneca, Servier,

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Les traitements antiplaquettaires

Les traitements antiplaquettaires Revues Générales Thérapeutique Gestion des antiagrégants plaquettaires en chirurgie non cardiaque Résumé : La gestion des antiplaquettaires chez des patients porteurs de stent représente une situation

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir?

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? L intérêt des NACOs ne se limite pas à la prévention du risque thrombo-embolique dans la FA non valvulaire. En effet, ces molécules

Plus en détail

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir 14é CONGRES FRANCOPHONE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Bernard JOUVE, CH du pays d AIX Conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Le vieillissement de la population

Le vieillissement de la population Infiltrations et antiagrégants plaquettaires : que faire en pratique? Résumé : Le vieillissement de la population et la prévalence accrue des maladies cardiovasculaires s accompagnent d une augmentation

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 EFIENT 10 mg, comprimés pelliculés Boite de 30 (code CIP 392 120-3) Boîte de 90 (code CIP : 574 530-2) Laboratoire LILLY Prasugrel chlorhydrate ATC :

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

Anticoagulants et antiagrégants plaquettaires : quelle place pour quels risques?

Anticoagulants et antiagrégants plaquettaires : quelle place pour quels risques? 1 Le Congrès Médecins. Urgences vitales 2013 Sfar. Tous droits réservés. Anticoagulants et antiagrégants plaquettaires : quelle place pour quels risques? Anne GODIER 1,2, Anne-Céline MARTIN 2,3 1 Département

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Prise en charge pharmacologique (antiagrégants, anticoagulants) du syndrome coronarien aigu

Prise en charge pharmacologique (antiagrégants, anticoagulants) du syndrome coronarien aigu Réanimation (2010) 19, 95 102 MISE AU POINT Prise en charge pharmacologique (antiagrégants, anticoagulants) du syndrome coronarien aigu Antiplatelet and anticoagulant agents during acute coronary syndromes

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires

Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Nadine Ajzenberg Laboratoire d hématologie & INSERM U698 Hôpital Bichat nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 3/12/12 Plan

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Mars 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Angiomax

Mars 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Angiomax Mars 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Angiomax Au titre de son initiative de transparence, le Conseil publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES

INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES 101 INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES J-P. Collet, G. Montalescot. Service de Cardiologie, Hôpital de la Pitié-Salpétrière, 47 boulevard

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Gilles Barone- Roche=e Cardiologie interven.onnelle et imagerie cardiaque Pôle Thorax et vaisseaux- CHU de Grenoble Inserm 1039

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

adhésion thérapeutique

adhésion thérapeutique adhésion thérapeutique aux antiagrégants CHEZ LE PATIENT CORONARIEN D. Le g r a n d (1), V. Le g r a n d (2) RÉSUMÉ : Le traitement antiagrégant a prouvé son intérêt clinique chez les patients à haut risque

Plus en détail

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique + Symposium Biopharma "Vie quotidienne et exercice du coronarien et de l insuffisant cardiaque" Forum Coeur Exercice et Prévention 2012 Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique Dany-Michel Marcadet

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Actualités scientifiquesmc

Actualités scientifiquesmc Leading with Innovation Serving with Compassion ST.MICHAEL S HOSPITAL A teaching hospital affiliated with the University of Toronto UNIVERSITY OF TORONTO Terrence Donnelly Heart Centre U N E P U B L I

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Antithrombotiques et chirurgie vitréorétinienne

Antithrombotiques et chirurgie vitréorétinienne Antithrombotiques et chirurgie vitréorétinienne Résumé : Plus d un million de Français bénéficient aujourd hui d un traitement antiagrégant plaquettaire, notamment au-delà de 60 ans. Cette population âgée

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat La Cardiologie interventionnelle occupe une place de plus en plus grande dans la prise en

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI)

REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI) REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI) OCTOBRE 2011 Marque de commerce : Revolade Dénomination commune : Eltrombopag Fabricant : GSK Forme : Comprimé Teneurs : 25 mg et 50 mg Avis de refus

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

le médicament du mois puissant inhibiteur de l activation et de l agrégation plaquettaire de la classe des thiénopyridines

le médicament du mois puissant inhibiteur de l activation et de l agrégation plaquettaire de la classe des thiénopyridines le médicament du mois Prasugrel (EFIENT ) : puissant inhibiteur de l activation et de l agrégation plaquettaire de la classe des thiénopyridines P. Lancellotti (1) RESUME : Le prasugrel (Efient ), une

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Inhibiteurs des fonctions plaquettaires. Généralités

Inhibiteurs des fonctions plaquettaires. Généralités Inhibiteurs des fonctions plaquettaires Généralités PLAQUETTE AU REPOS Schéma simplifié PRINCIPALES CIBLES MOLECULAIRES DES INHIBITEURS DES FONCTIONS PLAQUETTAIRES stockage + Récepteurs pour des Substances

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Quand associer anticoagulants et antiaggrégants. Gabriel O'CONNELL, Interne en médecine générale, UJF Médecine Grenoble

Quand associer anticoagulants et antiaggrégants. Gabriel O'CONNELL, Interne en médecine générale, UJF Médecine Grenoble Quand associer anticoagulants et antiaggrégants plaquettaires Gabriel O'CONNELL, Interne en médecine générale, UJF Médecine Grenoble Introduction Large prescrip+on des AAP et AVK Bénéfices démontrés en

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009

Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009 revue Nouveaux antithrombotiques : état des lieux en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 303-7 P. Fontana H. Bounameaux Dr Pierre Fontana Pr Henri Bounameaux Service d angiologie et d hémostase Département

Plus en détail

Facteurs de risque de thrombose de stent

Facteurs de risque de thrombose de stent Cardio interventionnelle pour le praticien Guillaume Cayla Service de cardiologie, CHU Nîmes, Institut de cardiologie, hôpital la Pitié-Salpêtrière, unité Inserm 937 J.-S. Hulot, S. O Connor, J. Silvain,

Plus en détail

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Place des anti-vegf dans l OMD Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Introduction OMD Principale cause de malvoyance chez le diabétique Prise en charge des facteurs de risques systémiques

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

L aspirine fait de la résistance? Bernard CHATELAIN JIFA, SFA Paris, 30 janvier 2015

L aspirine fait de la résistance? Bernard CHATELAIN JIFA, SFA Paris, 30 janvier 2015 L aspirine fait de la résistance? Bernard CHATELAIN JIFA, SFA Paris, 30 janvier 2015 Anti Plaquettes Alan D. Michelson www.nature.com/ reviews/drugdisc ASPIRINE: histoire F. Hoffman 1897 (Bayer) Sir J.

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COVERAM 5 mg / 5 mg, comprimé B/30, (CIP : 385 802-5) B/90, (CIP : 385 806-0) B/100, (CIP : 572 845-6) COVERAM 5 mg / 10 mg, comprimé B/30, (CIP : 385 814-3) B/90, (CIP :

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 29 et 30 Mai 2015 AOD ET SCA Philippe Castellant CHU de Brest, Département de Cardiologie UBO, EA 4324 ORPHY Femme

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail