Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV"

Transcription

1 Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission pharmacie à l ERSM de Montpellier Assistant du chef de projet : Bérangère FABRE, Assistante technique au pôle «relations avec les professionnels de santé» à l ERSM de Montpellier Autres acteurs du projet : Hervé LE BOURDONNEC, Médecin conseil responsable du pôle «relations avec les professionnels de santé» à l ERSM de Montpellier Laurence PAPINAUD, Médecin conseil responsable de la mission «Systèmes d Information» à l ERSM de Montpellier Michel DAMAGNEZ, Pharmacien conseil à l ELSM de l Aude, site de Carcassonne

2 CONTEXTE PHMEV CAQS entre l ARS et les établissements dont la progression des dépenses est > au taux prévisionnel Objectifs CAQS : - Amélioration des pratiques hospitalières en terme de prescription des médicaments - Réduction du taux d évolution de ces dépenses 2

3 CONTEXTE Assurance Maladie Interventions au sein des établissements Outils statistiques de la CNAMTS Choix des thèmes à améliorer (pratiques hospitalières) : - Profil individualisé par établissement des prescriptions exécutées en ville avec montant et taux d évolution des 45 «surclasses» thérapeutiques (CEPS) et des 20 premières molécules prescrites - Outil TAB PHMEV mis au point par la région Picardie avec montants, volumes et patientèle par «surclasses» thérapeutiques (CEPS), molécules (ATC) et spécialités (CIP) pour chaque établissement. Profils médicalisés individualisés (DRSM Languedoc- Roussillon) 3

4 OBJECTIFS But des profils médicalisés individualisés : - Proposer et faciliter le choix de thèmes d actions destinées à améliorer les pratiques de prescription au sein de l établissement, puis à permettre le suivi de l évolution des pratiques pour les thèmes retenus pour ces actions - Montrer, si l établissement s oriente vers d autres thèmes que ceux proposés ou vers d autres axes au sein d un des thèmes proposés, le type d informations médicalisées que l Assurance Maladie est en mesure de fournir pour accompagner les prescripteurs dans leur démarche. 4

5 OBJECTIFS 6 Thèmes de profils: - La réévaluation de l ensemble du traitement médicamenteux du patient de 70 ans et plus hospitalisé - Les inhibiteurs du TNF-alpha - L hormone de croissance chez les patients de moins de 20 ans - L érythropoïétine (EPO) hors néphropathie chronique grave (ALD 19) - Les antipsychotiques - Les anti-agrégants plaquettaires (AAP) 5

6 CRITERES COMMUNS AUX SIX THÈMES Population prise en compte Ensemble des assurés du régime général hors sections locales mutualistes de la région à qui ont été remboursé au moins un médicament prescrit Graphiques communs aux six types de profils - Premier graphique : Le nombre de patients ayant reçu un médicament du groupe étudié sur prescription PHMEV par catégorie d établissement. Si un même patient a reçu un médicament sur prescription de plusieurs établissements de la région, il est décompté plusieurs fois (au niveau de chaque établissement prescripteur) - Deuxième graphique : Le nombre de patients ayant reçu un médicament du groupe étudié sur prescription PHMEV de l établissement concerné et des établissements comparables. Le pourcentage correspond à la part de patients traités par chaque établissement parmi ceux traités dans les établissements de la catégorie 6

7 THÈME : LA RÉÉVALUATION DE L ENSEMBLE DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DU PATIENT DE 70 ANS ET PLUS HOSPITALISÉ PRINCIPES ET MESSAGES : - Hospitalisation réévaluation de l ensemble du traitement du patient (âgé) - Consommation de benzodiazépines expose les sujets âgés à des risques spécifiques (réévaluation du traitement limiter cette consommation) - Référentiels précisent les risques spécifiques liés à l utilisation de benzodiazépines - Au delà de 5 principes actifs pris simultanément difficile de gérer les interactions médicamenteuses 7

8 THÈME : LA RÉÉVALUATION DE L ENSEMBLE DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DU PATIENT DE 70 ANS ET PLUS HOSPITALISÉ DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - Le nombre de patients de 70 ans et plus ayant reçu au moins un médicament à 15% et/ou au moins une benzodiazépine sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissement pour le groupe d établissements comparables - La proportion de patients de 70 ans et plus traités par au moins un médicament à 15% d une part et par au moins une benzodiazépine d autre part - La proportion de patients traités par au moins un vasodilatateur parmi ceux de plus de 70 ans traités par médicaments à 15% - La proportion de patients de 70 ans et plus traités par au moins une benzodiazépine à demi-vie longue parmi ceux de 70 ans et plus traités par benzodiazépines - La proportion de patients de 70 ans et plus traités par 5 principes actifs différents ou plus sur une même prescription PHMEV de l établissement concerné, des établissements comparables et de l ensemble de la région 8

9 THÈME : LA RÉÉVALUATION DE L ENSEMBLE DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DU PATIENT DE 70 ANS ET PLUS HOSPITALISÉ 9

10 THÈME : LA RÉÉVALUATION DE L ENSEMBLE DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DU PATIENT DE 70 ANS ET PLUS HOSPITALISÉ 10

11 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA PRINCIPES ET MESSAGES : - Médicaments soumis à prescription initiale hospitalière annuelle - Réservés aux spécialistes en rhumatologie, en médecine interne, en pédiatrie ou en dermatologie - Remboursés à 65 % selon la procédure des médicaments d'exception - Indiqués dans différentes pathologies : polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante, maladie de Crohn et rectocolites hémorragiques inflammatoires - Traitements de fond à utiliser, le plus souvent et selon la pathologie, en seconde intention 11

12 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - Le nombre de patients ayant reçu un anti-tnf-alpha sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - Par type de pathologie (ALD n 21, ALD n 22, ALD n 24, ALD n 27, Autre ALD, Sans ALD), le nombre de patients chez qui un traitement par anti-tnf-alpha a été initié par l établissement concerné au cours du semestre étudié et leur répartition en traitements instaurés après ou sans traitement de fond de première intention - Par type de pathologie (ALD n 21, ALD n 22, ALD n 24, ALD n 27, Autre ALD, Sans ALD), la proportion de patients en initiation de traitement par anti-tnf-alpha sans traitement de fond de première intention dans l établissement concerné, dans les établissements comparables et dans l ensemble de la région 12

13 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA PRÉCISIONS : - Les pathologies sont définies par l enregistrement sous Hippocrate de l ALD correspondante ; les patients avec CMU ou en invalidité, souffrant de la pathologie étudiée, peuvent ne pas avoir demandé la reconnaissance au titre de l ALD puisqu ils bénéficient d une prise en charge à 100% de ces médicaments - Lorsqu un patient présente au moins l une des ALD retenues (21, 22, 24, 27) il est décompté avec cette ALD ; lorsqu il présente une ou plusieurs ALD non retenue il est décompté dans «autre ALD» ; s il ne présente aucune ALD il est décompté dans «sans ALD» - L initiation de traitement est définie par l absence de délivrance d anti-tnf-alpha pendant l année précédant la première délivrance effectuée au cours du semestre étudié, quel que soit le prescripteur (hospitalier ou de ville). L absence de traitement de fond de première intention est définie par l absence de traitement de fond de première intention pendant l année précédant la première délivrance effectuée au cours du semestre étudié, quel que soit le prescripteur (hospitalier ou de ville) 13

14 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA LIMITES : - Dans les formes actives sévères d emblée de polyarthrite rhumatoïde, seuls les anti-tnf-alpha sont utilisés en première intention comme traitement de fond en association au méthotrexate - Dans les spondylarthrites à prédominance axiale, les anti-tnf-alpha sont utilisables après échec du traitement symptomatique de première intention (utilisation infructueuse sur une période minimale de 3 mois au total d au moins 3 AINS différents employés à leur posologie maximale) 14

15 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA 15

16 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA 16

17 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS PRINCIPES ET MESSAGES : - Soumis à prescription initiale hospitalière annuelle réservée aux spécialistes en pédiatrie et/ou en endocrinologie et maladies métaboliques exerçant dans les services spécialisés en pédiatrie et/ou en endocrinologie et maladies métaboliques - Remboursés à 100 % dans toutes les indications thérapeutiques selon la procédure des médicaments d'exception - La somatropine, hormone de croissance, est essentiellement utilisée chez l enfant pour améliorer la croissance en cas de déficit de sécrétion de somatropine mais aussi en l absence de déficit : dans l insuffisance rénale chronique, les syndromes de Turner et de Prader Willi et chez les enfants nés petits pour l âge gestationnel. Le traitement ne doit pas débuter avant 4 ans et doit s interrompre à la soudure des cartilages de conjugaison - Pour ces hormones de croissance, médicaments issus des biotechnologies, des biosimilaires sont disponibles : copies du médicament référent, délivrables seulement sur prescription médicale, elles sont moins coûteuses 17

18 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - le nombre de patients de moins de 20 ans ayant reçu une hormone de croissance sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - La pyramide des âges des patients de moins de 20 ans ayant reçu une hormone de croissance sur prescription PHMEV de l établissement en regard de celle de l ensemble des patients de la région - La part, en nombre de boîtes, des biosimilaires parmi les hormones de croissance délivrées aux patients de moins de 20 ans ayant reçu une hormone de croissance sur prescription PHMEV + L économie qui aurait été possible par la délivrance systématique du biosimilaire a été chiffrée pour l établissement 18

19 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS LIMITES: - L ANSM recommande, pour assurer le suivi de pharmacovigilance et la sécurité des patients, de traiter dans la mesure du possible un même patient avec un seul produit sans procéder à des changements à l intérieur d une famille de biosimilaires - Les médicaments biosimilaires sont en principe autorisés pour traiter les mêmes maladies que le médicament de référence. Un médicament biosimilaire peut toutefois avoir moins d indications que le médicament de référence le plus souvent faute d études probantes d efficacité et de sécurité dans l indication concernée 19

20 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS 20

21 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS 21

22 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) PRINCIPES ET MESSAGES : - Soumis à une prescription initiale hospitalière annuelle (prescription initiale par un médecin exerçant dans un centre de dialyse à domicile est autorisée) - Remboursés à 65 % selon la procédure des médicaments d'exception - Facteurs stimulant la production de globules rouges par la moelle osseuse. Traitement de l'anémie secondaire à une insuffisance rénale chronique et de l'anémie des patients cancéreux traités par chimiothérapie - Utilisés pour faciliter les programmes de prélèvement autologue différé, réduire l exposition aux transfusions des patients adultes devant bénéficier d'une chirurgie orthopédique programmée et en néonatalogie (anémie du NN prématuré) - Utilisés également dans la correction de l anémie induite par le traitement de l hépatite C et dans les syndromes myélodysplasiques (SMD) - Des biosimilaires sont disponibles : copies du médicament référent, délivrables seulement sur prescription médicale, elles sont moins coûteuses 22

23 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - le nombre de patients hors ALD 19 (néphropathie chronique grave) ayant reçu une EPO sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - Par type de pathologie (ALD tumeurs malignes, Autre ALD, Sans ALD), le nombre de patients hors ALD 19 ayant reçu une EPO sur prescription PHMEV chez qui un examen biologique mesurant le taux d hémoglobine a été effectué au cours des trois mois précédant la dernière délivrance d EPO - La part des EPO biosimilaires délivrées aux patients hors ALD 19 ayant reçu une EPO sur prescription + L économie qui aurait été possible par la délivrance systématique du biosimilaire 23

24 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) PRÉCISIONS : - Lorsqu un patient présente l ALD retenue (ALD 30 : tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique) il est décompté avec cette ALD ; lorsqu il présente une ou plusieurs ALD autre que celle retenue il est décompté dans «autre ALD» ; s il ne présente aucune ALD, il est décompté dans «sans ALD». 24

25 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) LIMITES : Seuls les examens biologiques ayant donné lieu à remboursement sont décomptés. Les examens qui ont pu être effectués au cours d une hospitalisation ou d une consultation externe ne le sont pas Les pathologies sont définies par l enregistrement sous Hippocrate de l ALD correspondante ; les patients avec CMU ou en invalidité, souffrant de la pathologie étudiée, peuvent ne pas avoir demandé la reconnaissance au titre de l ALD puisqu ils bénéficient d une prise en charge à 100% de ces médicaments. L ANSM recommande, pour assurer le suivi de pharmacovigilance et la sécurité des patients, de traiter dans la mesure du possible un même patient avec un seul produit sans procéder à des changements à l intérieur d une famille de biosimilaires Les médicaments biosimilaires sont en principe autorisés pour traiter les mêmes maladies que le médicament de référence. Un médicament biosimilaire peut toutefois avoir moins d indications que le médicament de référence le plus souvent faute d études probantes d efficacité et de sécurité dans l indication concernée 25

26 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) 26

27 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) 27

28 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES PRINCIPES ET MESSAGES : - Les référentiels présentent les risques d une utilisation inappropriée des antipsychotiques ou neuroleptiques en particulier chez la personne âgée 28

29 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - Le nombre de patients ayant reçu un antipsychotique sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - La pyramide des âges (classes d âge) des patients ayant reçu un antipsychotique sur prescription PHMEV de l établissement en regard de celle de l ensemble des patients de la région - Par type de pathologie (ALD affections psychiatriques, ALD Maladie d Alzheimer, Sans ALD), le nombre de patients traités ou non par antipsychotiques sur prescription de l établissement, des établissements comparables et de l ensemble de la région 29

30 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES PRÉCISIONS : - Les patients ayant demandé une reconnaissance au titre de l ALD «affections psychiatriques» et l ALD «maladie d Alzheimer» sont comptabilisés dans l ALD «affections psychiatriques» LIMITES : - Les pathologies sont définies par l enregistrement sous Hippocrate de l ALD correspondante ; les patients avec CMU ou en invalidité, souffrant de la pathologie étudiée, peuvent ne pas avoir demandé la reconnaissance au titre de l ALD puisqu ils bénéficient d une prise en charge à 100% de ces médicaments 30

31 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES 31

32 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES 32

33 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES PRINCIPES ET MESSAGES : - Les référentiels précisent en fonction des pathologies (pathologie coronaire, accident vasculaire cérébral ischémique, artérite oblitérante des membres inférieurs) le choix préférentiel de traitement entre aspirine, clopidogrel ou leur association - L ANSM a rappelé en 2009 que la prise concomitante de clopidogrel et d inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) devait être évitée, sauf en cas de nécessité absolue en raison d une possibilité d interaction pouvant diminuer l'efficacité du clopidogrel 33

34 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - Le nombre de patients ayant reçu un antiagrégant plaquettaire sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - Par type de pathologie (ALD maladie coronaire, ALD diabète, Sans ALD), le nombre de patients traités par aspirine, clopidogrel et l association aspirine et clopidogrel sur prescription PHMEV - Par type de pathologie (ALD maladie coronaire, ALD diabète, Sans ALD), le nombre de patients traités par clopidogrel avec ou sans inhibiteur de la pompe à protons associé sur prescription PHMEV 34

35 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES LIMITES : - Les spécialités à base d aspirine retenues sont celles à faible dosage ( 325 mg par unité) indiquées selon l AMM comme anti agrégant - Sont définis comme traités par l association aspirine et clopidogrel les patients qui ont reçu la spécialité Duoplavin contenant cette association ou, au cours d une même délivrance, une spécialité à base d aspirine et une à base de clopidogrel - Ont été retenues l ALD 13 (maladie coronaire) et l ALD 8 (diabète de type 1 et diabète de type 2). Lorsqu un patient présente à la fois l ALD 13 et 8, il est décompté avec l ALD 13 ; lorsqu il présente une ou plusieurs ALD non retenues il n est pas décompté ; s il ne présente aucune ALD il est décompté dans «sans ALD» - Sont définis comme traités par clopidogrel et IPP les patients qui ont reçu, au cours d une même délivrance, une spécialité à base de clopidogrel et une à base d IPP - Les pathologies sont définies par l enregistrement sous Hippocrate de l ALD correspondante ; les patients avec CMU ou en invalidité, souffrant de la pathologie étudiée, peuvent ne pas avoir demandé la reconnaissance au titre de l ALD puisqu ils bénéficient d une prise en charge à 100% de ces médicaments 35

36 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES 36

37 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES 37

38 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES 38

39 GLOSSAIRE Sigle AAP ANSM ALD AMM ARS ATC CAQS CEPS CIP CNAMTS DRSM ELSM EPO ERSM OMS PHMEV SMD Signification Anti agrégant plaquettaire Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé Affection de longue durée Autorisation de mise sur le marché Agence régionale de santé Anatomical Therapeutical Chemical Classification Contrat d amélioration et de la qualité des soins Comité économique des produits de santé Code d identification de la présentation Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés Direction régionale du service médical Echelon local du service médical Erythropoïétine Echelon régional du service médical Organisation mondiale de la santé Prescription hospitalière des médicaments délivrés en ville Syndrome myélodysplasique 39

40 Merci pour votre attention! 40

vous accueille et vous informe Direction Pôle Pharmacie du CHU de Toulouse M me Brigitte Bellon, Pharmacien responsable du Pôle

vous accueille et vous informe Direction Pôle Pharmacie du CHU de Toulouse M me Brigitte Bellon, Pharmacien responsable du Pôle L équipe de la Pharmacie hospitalière vous accueille et vous informe Direction Pôle Pharmacie du CHU de Toulouse M me Brigitte Bellon, Pharmacien responsable du Pôle Délivrance médicaments M me Sylvie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments 144 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 4 : Renforcer l efficience du système de soins et développer la maîtrise médicalisée des dépenses Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

Du nouveau avec Santéclair

Du nouveau avec Santéclair ITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNIT Société Mutualiste du Personnel du Groupe MMA et ses Filiales ERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDA

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

Gestion du risque (GDR)

Gestion du risque (GDR) Région Centre Gestion du risque (GDR) Contexte et enjeux Septembre 2011 La GDR, c est quoi? Cette notion peut être définie comme l ensemble des actions mises en œuvre pour améliorer l efficience du système

Plus en détail

Mise à jour des régimes d avantages sociaux de McGill

Mise à jour des régimes d avantages sociaux de McGill Décembre 2015 Destinataire : Sujet : Les employés de l Université McGill Mise à jour des régimes d avantages sociaux de McGill La mise à jour des avantages sociaux de cette année contient des informations

Plus en détail

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Allemagne Merci de citer ce

Plus en détail

«La Santé et Le Travail : une conduite de projet pour tous» Congrès santé et travail, Lausanne le 19 juin 2014

«La Santé et Le Travail : une conduite de projet pour tous» Congrès santé et travail, Lausanne le 19 juin 2014 «La Santé et Le Travail : une conduite de projet pour tous» Congrès santé et travail, Lausanne le 19 juin 2014 Dominique Baradat, pilote national ANACT- ARACT Aquitaine Elise Fosset, chargée de mission

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

Les médicaments génériques

Les médicaments génériques ASSURANCE COLLECTIVE Les médicaments génériques Leurs effets bénéfiques sur votre portefeuille Qu est-ce qu un médicament générique? Un médicament générique est l équivalent d une marque maison dans le

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN En Belgique, chaque mutuelle est libre de choisir sa "politique de remboursement". Tout dépend donc de la mutualité à laquelle vous (votre patient)

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA766 CIDR Tous droits de reproduction réservés Présentation méthodologique pour le calcul des cotisations dans les mutuelles de santé

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes :

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes : @ AMELI-DIRECT VERSION 3.3 2006-2011 : INFOSOINS DEVIENT AMELI-DIRECT Dès la COG 2006-2009, l Assurance Maladie s engage à développer à l intention de ses assurés un système d information tant sur le fonctionnement

Plus en détail

MODIFICATIONS STATUTAIRES

MODIFICATIONS STATUTAIRES MODIFICATIONS STATUTAIRES Il est proposé au vote des délégués des modifications des statuts, du règlement intérieur et du règlement mutualiste Vita Santé et Multi Santé afin d intégrer les dispositions

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables

Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables Vu l article 22bis du Code de la sécurité sociale ; Vu les avis de la Chambre

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

santé le parcours de soins Mémento

santé le parcours de soins Mémento santé le parcours de soins Mémento Informations pratiques Qu est-ce que le parcours de soins? Le parcours de soins est un circuit que vous devez respecter pour bénéficier d un suivi médical coordonné,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La politique du médicament Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, délégation départementale du Vaucluse CRESS PACA Date & Lieu : Avignon, lundi 11 avril

Plus en détail

THERAPEUTIQUE GENERALE

THERAPEUTIQUE GENERALE THERAPEUTIQUE GENERALE I- Définitions : - Pharmacologie : Etude des médicaments dans l organisme. La pharmacocinétique correspond au devenir du médicament au sein de l organisme et la pharmacodynamie étudie

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

en clinique privée suisse

en clinique privée suisse www.geneve-cliniques.ch Frontaliers, votre accès aux soins en clinique privée suisse Les conditions d accès en soins privés à Genève suite à la modification de la législation française du 1 er juin 2014

Plus en détail

Conseils pour réaliser un tableau de sortie

Conseils pour réaliser un tableau de sortie Conseils pour réaliser un tableau de sortie Ne pas oublier d adapter le langage au patient ou à l institution! Attention au langage trop scientifique ; mais rester cependant clair et précis ; faire passer

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Les frais de transport

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Les frais de transport CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Les frais de transport Mise à jour : octobre 2014 Les frais de transport Vous avez besoin d un transport pour recevoir des soins ou rentrer chez vous après

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

Le temps de travail et les aménagements possibles

Le temps de travail et les aménagements possibles Le temps de travail et les aménagements possibles La durée du travail est régie par des règles précises. Il s agit notamment des questions relatives aux heures supplémentaires, aux durées maximales de

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Séminaire de préparation à la retraite ONU Genève 09/04/2014 ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Sommaire Le système de Sécurité Sociale en France Les différents régimes de sécurité

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Partenariat atea at UNIRC 79-17 & SMAM Mutuelle

Partenariat atea at UNIRC 79-17 & SMAM Mutuelle Partenariat atea at UNIRC 79-17 & SMAM Mutuelle 2 Une relation de confiance entre l UNIRC et SMAM Mutuelle : un partenariat fort de déjà 12 ans d existence Un objectif : vous permettre de ne jamais renoncer

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière

COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière SANTÉ / Complémentaire HOSPITALISATION - 1 L ESSENTIEL Pour qui? Particulièrement adapté pour : Les personnes qui ont besoin d être très bien couvertes

Plus en détail

SANTÉ S 6 LA PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ MAJ 01/2015

SANTÉ S 6 LA PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ MAJ 01/2015 SANTÉ S 6 LA PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ MAJ 01/2015 La loi sur la réforme des retraites de 2010 a introduit au Code du travail un certain nombre de mesures concernant la pénibilité au travail, que sont

Plus en détail

PRESCRIPTION MEDICALE DE TRANSPORTS. Service des Affaires Juridiques 28/11/2013

PRESCRIPTION MEDICALE DE TRANSPORTS. Service des Affaires Juridiques 28/11/2013 PRESCRIPTION MEDICALE DE TRANSPORTS Service des Affaires Juridiques 28/11/2013 Principe L'Assurance maladie peut prendre en charge les frais de transport des patients obligés de se déplacer pour recevoir

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008

Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008 Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008 Loïc Le Minor, CIRDD Poitou-Charentes Chargé de Mission - Observation 2009 Rapport

Plus en détail

Le choix de la pharmacie

Le choix de la pharmacie Le choix de la pharmacie Dans la pharmacie et au niveau du sélecteur, vous avez le choix entre la pharmacie publique (mise en œuvre par l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection Pôle Inspection en Surveillance du Marché Rédacteur : Régis ANDRE Tél : 01 55 87 39 62 Fax : 01 55 87 39 52 Ref : Synthèse Prestataires de services et distributeurs de matériels-v7

Plus en détail

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments FD/GM N 113338 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE

INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE INDICATEUR 1 INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE Mesurer la fréquence des accidents de service survenus dans l année. Renseigner sur la sinistralité dans le domaine des accidents de service entrainant

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

Remboursement des frais de transports par l'assurance maladie

Remboursement des frais de transports par l'assurance maladie Remboursement des frais de transports par l'assurance maladie Remboursement des frais de transports par l'assurance maladie Mise à jour le 27.05.2014 - Direction de l'information légale et administrative

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

La contribution employeur n est pas modifiée. Elle est assise sur la rémunération versée à temps partiel ou à temps non complet au taux normal.

La contribution employeur n est pas modifiée. Elle est assise sur la rémunération versée à temps partiel ou à temps non complet au taux normal. DIFFUSION OCTOBRE 2004 SURCOTISATION AGENTS A TEMPS PARTIEL ET AGENTS A TEMPS NON COMPLET REFERENCES : Loi n 2003-775 du 21 août 2003 portant réforme des retraites, article 47 Décret n 2004-678 du 8 juillet

Plus en détail

I Les rencontres PRISME

I Les rencontres PRISME I Les rencontres PRISME Paris 27 mars 2010 Le programme PRISME est dédié à la formation médicale des rhumatologues libéraux et hospitaliers et à la prise en charge des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap. Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014

VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap. Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014 VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014 PLAN L accès à la majorité, le changement de statut - 18 ans la majorité

Plus en détail

Tout savoir sur le Tiers Payant : De quoi s agit-il,

Tout savoir sur le Tiers Payant : De quoi s agit-il, Tout savoir sur le Tiers Payant : De quoi s agit-il, En général, lorsque vous consultez un professionnel de santé, vous le réglez immédiatement ; L Assurance Maladie (et votre complémentaire santé si vous

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

Brésil. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Brésil. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique septembre 2003 Pour plus d information voir le site internet de l Assurance Maladie en ligne : www. ameli.fr Contact presse : Cnamts Patrick

Plus en détail

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?» Luxembourg, le 05.09.2014 Communiqué: Les ministres Lydia Mutsch et Romain Schneider présentent le prochain lancement de la politique de substitution des médicaments «Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

Plus en détail

III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés (Fiche 17)

III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés (Fiche 17) III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés () La pension d invalidité est un revenu de remplacement accordé à titre temporaire. Ce revenu compense

Plus en détail

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés)

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) Préambule Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) s'impose de plus en plus comme un acteur

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

V1-15/11/2012. Aperçu des nouvelles mesures relatives aux pensions des mandataires locaux REFORME

V1-15/11/2012. Aperçu des nouvelles mesures relatives aux pensions des mandataires locaux REFORME V1-15/11/2012 Aperçu des nouvelles mesures relatives aux pensions des mandataires locaux REFORME Relèvement de l âge minimal et de la durée minimale de carrière pour la pension anticipée En tant que mandataire

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

PRÉSENTATION. Une mutuelle collective pour tous les salariés

PRÉSENTATION. Une mutuelle collective pour tous les salariés PRÉSENTATION Une mutuelle collective pour tous les salariés SOMMAIRE 1. Définition 2. Qui est concerné? 3. Quelles sont mes obligations? 4. Mise en œuvre au sein de la structure 5. Le contenu des contrats

Plus en détail

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) Infodoc Législation/Réglementation Janvier 2014 n 92 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION RÉFORME

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 RELATIVE A LA RADIOPROTECTION 1. Renseignements d ordre général La campagne de contrôle, organisée du 3 mai au 15 septembre 2010 par le ministère

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique Association Loi 1901, reconnue d intérêt général par arrêté CM n 1230/30 août 2007 SOMMAIRE I Préambule II Les missions de l association la Maison du Diabétique III Manifestation du 20 novembre 2011 1

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Points vigilance axe fonctionnel SOMMAIRE... 1 FICHE N 1- CONCILIATION DES TRAITEMENTS... 2 FICHE N 2- PRESCRIPTIONS COMPLEXES SERVICES SPECIFIQUES... 3 FICHE N 3- NIVEAU

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr www.permisdeconduire.gouv.fr

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr www.permisdeconduire.gouv.fr En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr www.permisdeconduire.gouv.fr Délégation à la sécurité et à la circulation routières Place des Degrés Tour Pascal B 92055 LA Défense Cedex Délégation à la sécurité

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION À L ATTENTION DE LA PATIENTE ET/OU DE SON REPRÉSENTANT*. MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS

BROCHURE D INFORMATION À L ATTENTION DE LA PATIENTE ET/OU DE SON REPRÉSENTANT*. MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS BROCHURE D INFORMATION À L ATTENTION DE LA PATIENTE ET/OU DE SON REPRÉSENTANT*. MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS Cette brochure s adresse aux femmes à qui du valproate est prescrit et qui

Plus en détail

Estimation du nombre de personnes sous traitement de substitution aux opiacés - Charente, 2011 -

Estimation du nombre de personnes sous traitement de substitution aux opiacés - Charente, 2011 - Estimation du nombre de personnes sous traitement de substitution aux opiacés - Charente, 2011 - Loïc Le Minor, MADT Poitou-Charentes Sociologue Chargé de Mission - Observation 2012 Rapport réalisé dans

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING Professeur : Abdellah KOMAT

INTRODUCTION AU MARKETING Professeur : Abdellah KOMAT 1- Tout produit fait partie d une hiérarchie que l on peut décomposer en plusieurs échelons (la hiérarchie des produits). Exposez ces différents échelons en illustrant votre présentation par un exemple

Plus en détail

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 213 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 213 Bilan intermédiaire Le bpa a remis son rapport sur la formation en deux phases avec les résultats de son évaluation au printemps

Plus en détail

Gestion prospection Suivi commercial

Gestion prospection Suivi commercial 4. GESTION PROSPECTION SUIVI COMMERCIAL q PRINCIPE Le but des différentes fonctions qui suivent est de suivre efficacement vos prospects et clients. 4.1 Les évènements 4.2 Les clés de classement 4.3 Les

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

Intégration MED-Office / SQIM

Intégration MED-Office / SQIM Intégration MED-Office / SQIM Système Québécois d Informations sur les Médicaments Annoncé depuis quelques années déjà, le SQIM est maintenant une réalité! MED-Office, de Logiciels INFO-DATA, est le premier

Plus en détail