Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV"

Transcription

1 Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission pharmacie à l ERSM de Montpellier Assistant du chef de projet : Bérangère FABRE, Assistante technique au pôle «relations avec les professionnels de santé» à l ERSM de Montpellier Autres acteurs du projet : Hervé LE BOURDONNEC, Médecin conseil responsable du pôle «relations avec les professionnels de santé» à l ERSM de Montpellier Laurence PAPINAUD, Médecin conseil responsable de la mission «Systèmes d Information» à l ERSM de Montpellier Michel DAMAGNEZ, Pharmacien conseil à l ELSM de l Aude, site de Carcassonne

2 CONTEXTE PHMEV CAQS entre l ARS et les établissements dont la progression des dépenses est > au taux prévisionnel Objectifs CAQS : - Amélioration des pratiques hospitalières en terme de prescription des médicaments - Réduction du taux d évolution de ces dépenses 2

3 CONTEXTE Assurance Maladie Interventions au sein des établissements Outils statistiques de la CNAMTS Choix des thèmes à améliorer (pratiques hospitalières) : - Profil individualisé par établissement des prescriptions exécutées en ville avec montant et taux d évolution des 45 «surclasses» thérapeutiques (CEPS) et des 20 premières molécules prescrites - Outil TAB PHMEV mis au point par la région Picardie avec montants, volumes et patientèle par «surclasses» thérapeutiques (CEPS), molécules (ATC) et spécialités (CIP) pour chaque établissement. Profils médicalisés individualisés (DRSM Languedoc- Roussillon) 3

4 OBJECTIFS But des profils médicalisés individualisés : - Proposer et faciliter le choix de thèmes d actions destinées à améliorer les pratiques de prescription au sein de l établissement, puis à permettre le suivi de l évolution des pratiques pour les thèmes retenus pour ces actions - Montrer, si l établissement s oriente vers d autres thèmes que ceux proposés ou vers d autres axes au sein d un des thèmes proposés, le type d informations médicalisées que l Assurance Maladie est en mesure de fournir pour accompagner les prescripteurs dans leur démarche. 4

5 OBJECTIFS 6 Thèmes de profils: - La réévaluation de l ensemble du traitement médicamenteux du patient de 70 ans et plus hospitalisé - Les inhibiteurs du TNF-alpha - L hormone de croissance chez les patients de moins de 20 ans - L érythropoïétine (EPO) hors néphropathie chronique grave (ALD 19) - Les antipsychotiques - Les anti-agrégants plaquettaires (AAP) 5

6 CRITERES COMMUNS AUX SIX THÈMES Population prise en compte Ensemble des assurés du régime général hors sections locales mutualistes de la région à qui ont été remboursé au moins un médicament prescrit Graphiques communs aux six types de profils - Premier graphique : Le nombre de patients ayant reçu un médicament du groupe étudié sur prescription PHMEV par catégorie d établissement. Si un même patient a reçu un médicament sur prescription de plusieurs établissements de la région, il est décompté plusieurs fois (au niveau de chaque établissement prescripteur) - Deuxième graphique : Le nombre de patients ayant reçu un médicament du groupe étudié sur prescription PHMEV de l établissement concerné et des établissements comparables. Le pourcentage correspond à la part de patients traités par chaque établissement parmi ceux traités dans les établissements de la catégorie 6

7 THÈME : LA RÉÉVALUATION DE L ENSEMBLE DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DU PATIENT DE 70 ANS ET PLUS HOSPITALISÉ PRINCIPES ET MESSAGES : - Hospitalisation réévaluation de l ensemble du traitement du patient (âgé) - Consommation de benzodiazépines expose les sujets âgés à des risques spécifiques (réévaluation du traitement limiter cette consommation) - Référentiels précisent les risques spécifiques liés à l utilisation de benzodiazépines - Au delà de 5 principes actifs pris simultanément difficile de gérer les interactions médicamenteuses 7

8 THÈME : LA RÉÉVALUATION DE L ENSEMBLE DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DU PATIENT DE 70 ANS ET PLUS HOSPITALISÉ DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - Le nombre de patients de 70 ans et plus ayant reçu au moins un médicament à 15% et/ou au moins une benzodiazépine sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissement pour le groupe d établissements comparables - La proportion de patients de 70 ans et plus traités par au moins un médicament à 15% d une part et par au moins une benzodiazépine d autre part - La proportion de patients traités par au moins un vasodilatateur parmi ceux de plus de 70 ans traités par médicaments à 15% - La proportion de patients de 70 ans et plus traités par au moins une benzodiazépine à demi-vie longue parmi ceux de 70 ans et plus traités par benzodiazépines - La proportion de patients de 70 ans et plus traités par 5 principes actifs différents ou plus sur une même prescription PHMEV de l établissement concerné, des établissements comparables et de l ensemble de la région 8

9 THÈME : LA RÉÉVALUATION DE L ENSEMBLE DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DU PATIENT DE 70 ANS ET PLUS HOSPITALISÉ 9

10 THÈME : LA RÉÉVALUATION DE L ENSEMBLE DU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DU PATIENT DE 70 ANS ET PLUS HOSPITALISÉ 10

11 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA PRINCIPES ET MESSAGES : - Médicaments soumis à prescription initiale hospitalière annuelle - Réservés aux spécialistes en rhumatologie, en médecine interne, en pédiatrie ou en dermatologie - Remboursés à 65 % selon la procédure des médicaments d'exception - Indiqués dans différentes pathologies : polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante, maladie de Crohn et rectocolites hémorragiques inflammatoires - Traitements de fond à utiliser, le plus souvent et selon la pathologie, en seconde intention 11

12 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - Le nombre de patients ayant reçu un anti-tnf-alpha sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - Par type de pathologie (ALD n 21, ALD n 22, ALD n 24, ALD n 27, Autre ALD, Sans ALD), le nombre de patients chez qui un traitement par anti-tnf-alpha a été initié par l établissement concerné au cours du semestre étudié et leur répartition en traitements instaurés après ou sans traitement de fond de première intention - Par type de pathologie (ALD n 21, ALD n 22, ALD n 24, ALD n 27, Autre ALD, Sans ALD), la proportion de patients en initiation de traitement par anti-tnf-alpha sans traitement de fond de première intention dans l établissement concerné, dans les établissements comparables et dans l ensemble de la région 12

13 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA PRÉCISIONS : - Les pathologies sont définies par l enregistrement sous Hippocrate de l ALD correspondante ; les patients avec CMU ou en invalidité, souffrant de la pathologie étudiée, peuvent ne pas avoir demandé la reconnaissance au titre de l ALD puisqu ils bénéficient d une prise en charge à 100% de ces médicaments - Lorsqu un patient présente au moins l une des ALD retenues (21, 22, 24, 27) il est décompté avec cette ALD ; lorsqu il présente une ou plusieurs ALD non retenue il est décompté dans «autre ALD» ; s il ne présente aucune ALD il est décompté dans «sans ALD» - L initiation de traitement est définie par l absence de délivrance d anti-tnf-alpha pendant l année précédant la première délivrance effectuée au cours du semestre étudié, quel que soit le prescripteur (hospitalier ou de ville). L absence de traitement de fond de première intention est définie par l absence de traitement de fond de première intention pendant l année précédant la première délivrance effectuée au cours du semestre étudié, quel que soit le prescripteur (hospitalier ou de ville) 13

14 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA LIMITES : - Dans les formes actives sévères d emblée de polyarthrite rhumatoïde, seuls les anti-tnf-alpha sont utilisés en première intention comme traitement de fond en association au méthotrexate - Dans les spondylarthrites à prédominance axiale, les anti-tnf-alpha sont utilisables après échec du traitement symptomatique de première intention (utilisation infructueuse sur une période minimale de 3 mois au total d au moins 3 AINS différents employés à leur posologie maximale) 14

15 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA 15

16 THÈME : LES INHIBITEURS DU TNF-ALPHA OU ANTI TNF ALPHA 16

17 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS PRINCIPES ET MESSAGES : - Soumis à prescription initiale hospitalière annuelle réservée aux spécialistes en pédiatrie et/ou en endocrinologie et maladies métaboliques exerçant dans les services spécialisés en pédiatrie et/ou en endocrinologie et maladies métaboliques - Remboursés à 100 % dans toutes les indications thérapeutiques selon la procédure des médicaments d'exception - La somatropine, hormone de croissance, est essentiellement utilisée chez l enfant pour améliorer la croissance en cas de déficit de sécrétion de somatropine mais aussi en l absence de déficit : dans l insuffisance rénale chronique, les syndromes de Turner et de Prader Willi et chez les enfants nés petits pour l âge gestationnel. Le traitement ne doit pas débuter avant 4 ans et doit s interrompre à la soudure des cartilages de conjugaison - Pour ces hormones de croissance, médicaments issus des biotechnologies, des biosimilaires sont disponibles : copies du médicament référent, délivrables seulement sur prescription médicale, elles sont moins coûteuses 17

18 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - le nombre de patients de moins de 20 ans ayant reçu une hormone de croissance sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - La pyramide des âges des patients de moins de 20 ans ayant reçu une hormone de croissance sur prescription PHMEV de l établissement en regard de celle de l ensemble des patients de la région - La part, en nombre de boîtes, des biosimilaires parmi les hormones de croissance délivrées aux patients de moins de 20 ans ayant reçu une hormone de croissance sur prescription PHMEV + L économie qui aurait été possible par la délivrance systématique du biosimilaire a été chiffrée pour l établissement 18

19 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS LIMITES: - L ANSM recommande, pour assurer le suivi de pharmacovigilance et la sécurité des patients, de traiter dans la mesure du possible un même patient avec un seul produit sans procéder à des changements à l intérieur d une famille de biosimilaires - Les médicaments biosimilaires sont en principe autorisés pour traiter les mêmes maladies que le médicament de référence. Un médicament biosimilaire peut toutefois avoir moins d indications que le médicament de référence le plus souvent faute d études probantes d efficacité et de sécurité dans l indication concernée 19

20 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS 20

21 THÈME : L HORMONE DE CROISSANCE CHEZ LES PATIENTS DE MOINS DE 20 ANS 21

22 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) PRINCIPES ET MESSAGES : - Soumis à une prescription initiale hospitalière annuelle (prescription initiale par un médecin exerçant dans un centre de dialyse à domicile est autorisée) - Remboursés à 65 % selon la procédure des médicaments d'exception - Facteurs stimulant la production de globules rouges par la moelle osseuse. Traitement de l'anémie secondaire à une insuffisance rénale chronique et de l'anémie des patients cancéreux traités par chimiothérapie - Utilisés pour faciliter les programmes de prélèvement autologue différé, réduire l exposition aux transfusions des patients adultes devant bénéficier d'une chirurgie orthopédique programmée et en néonatalogie (anémie du NN prématuré) - Utilisés également dans la correction de l anémie induite par le traitement de l hépatite C et dans les syndromes myélodysplasiques (SMD) - Des biosimilaires sont disponibles : copies du médicament référent, délivrables seulement sur prescription médicale, elles sont moins coûteuses 22

23 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - le nombre de patients hors ALD 19 (néphropathie chronique grave) ayant reçu une EPO sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - Par type de pathologie (ALD tumeurs malignes, Autre ALD, Sans ALD), le nombre de patients hors ALD 19 ayant reçu une EPO sur prescription PHMEV chez qui un examen biologique mesurant le taux d hémoglobine a été effectué au cours des trois mois précédant la dernière délivrance d EPO - La part des EPO biosimilaires délivrées aux patients hors ALD 19 ayant reçu une EPO sur prescription + L économie qui aurait été possible par la délivrance systématique du biosimilaire 23

24 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) PRÉCISIONS : - Lorsqu un patient présente l ALD retenue (ALD 30 : tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique) il est décompté avec cette ALD ; lorsqu il présente une ou plusieurs ALD autre que celle retenue il est décompté dans «autre ALD» ; s il ne présente aucune ALD, il est décompté dans «sans ALD». 24

25 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) LIMITES : Seuls les examens biologiques ayant donné lieu à remboursement sont décomptés. Les examens qui ont pu être effectués au cours d une hospitalisation ou d une consultation externe ne le sont pas Les pathologies sont définies par l enregistrement sous Hippocrate de l ALD correspondante ; les patients avec CMU ou en invalidité, souffrant de la pathologie étudiée, peuvent ne pas avoir demandé la reconnaissance au titre de l ALD puisqu ils bénéficient d une prise en charge à 100% de ces médicaments. L ANSM recommande, pour assurer le suivi de pharmacovigilance et la sécurité des patients, de traiter dans la mesure du possible un même patient avec un seul produit sans procéder à des changements à l intérieur d une famille de biosimilaires Les médicaments biosimilaires sont en principe autorisés pour traiter les mêmes maladies que le médicament de référence. Un médicament biosimilaire peut toutefois avoir moins d indications que le médicament de référence le plus souvent faute d études probantes d efficacité et de sécurité dans l indication concernée 25

26 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) 26

27 THÈME : L ÉRYTHROPOIÉTINE (EPO) HORS NÉPHROPATHIE CHRONIQUE GRAVE (ALD 19) 27

28 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES PRINCIPES ET MESSAGES : - Les référentiels présentent les risques d une utilisation inappropriée des antipsychotiques ou neuroleptiques en particulier chez la personne âgée 28

29 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - Le nombre de patients ayant reçu un antipsychotique sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - La pyramide des âges (classes d âge) des patients ayant reçu un antipsychotique sur prescription PHMEV de l établissement en regard de celle de l ensemble des patients de la région - Par type de pathologie (ALD affections psychiatriques, ALD Maladie d Alzheimer, Sans ALD), le nombre de patients traités ou non par antipsychotiques sur prescription de l établissement, des établissements comparables et de l ensemble de la région 29

30 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES PRÉCISIONS : - Les patients ayant demandé une reconnaissance au titre de l ALD «affections psychiatriques» et l ALD «maladie d Alzheimer» sont comptabilisés dans l ALD «affections psychiatriques» LIMITES : - Les pathologies sont définies par l enregistrement sous Hippocrate de l ALD correspondante ; les patients avec CMU ou en invalidité, souffrant de la pathologie étudiée, peuvent ne pas avoir demandé la reconnaissance au titre de l ALD puisqu ils bénéficient d une prise en charge à 100% de ces médicaments 30

31 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES 31

32 THÈME : LES ANTIPSYCHOTIQUES 32

33 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES PRINCIPES ET MESSAGES : - Les référentiels précisent en fonction des pathologies (pathologie coronaire, accident vasculaire cérébral ischémique, artérite oblitérante des membres inférieurs) le choix préférentiel de traitement entre aspirine, clopidogrel ou leur association - L ANSM a rappelé en 2009 que la prise concomitante de clopidogrel et d inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) devait être évitée, sauf en cas de nécessité absolue en raison d une possibilité d interaction pouvant diminuer l'efficacité du clopidogrel 33

34 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES DÉTAIL DU PROFIL MÉDICALISÉ : - Le nombre de patients ayant reçu un antiagrégant plaquettaire sur prescription PHMEV par catégorie d établissement dans l ensemble de la région et par établissements pour le groupe d établissements comparables - Par type de pathologie (ALD maladie coronaire, ALD diabète, Sans ALD), le nombre de patients traités par aspirine, clopidogrel et l association aspirine et clopidogrel sur prescription PHMEV - Par type de pathologie (ALD maladie coronaire, ALD diabète, Sans ALD), le nombre de patients traités par clopidogrel avec ou sans inhibiteur de la pompe à protons associé sur prescription PHMEV 34

35 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES LIMITES : - Les spécialités à base d aspirine retenues sont celles à faible dosage ( 325 mg par unité) indiquées selon l AMM comme anti agrégant - Sont définis comme traités par l association aspirine et clopidogrel les patients qui ont reçu la spécialité Duoplavin contenant cette association ou, au cours d une même délivrance, une spécialité à base d aspirine et une à base de clopidogrel - Ont été retenues l ALD 13 (maladie coronaire) et l ALD 8 (diabète de type 1 et diabète de type 2). Lorsqu un patient présente à la fois l ALD 13 et 8, il est décompté avec l ALD 13 ; lorsqu il présente une ou plusieurs ALD non retenues il n est pas décompté ; s il ne présente aucune ALD il est décompté dans «sans ALD» - Sont définis comme traités par clopidogrel et IPP les patients qui ont reçu, au cours d une même délivrance, une spécialité à base de clopidogrel et une à base d IPP - Les pathologies sont définies par l enregistrement sous Hippocrate de l ALD correspondante ; les patients avec CMU ou en invalidité, souffrant de la pathologie étudiée, peuvent ne pas avoir demandé la reconnaissance au titre de l ALD puisqu ils bénéficient d une prise en charge à 100% de ces médicaments 35

36 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES 36

37 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES 37

38 THÈME : LES ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES 38

39 GLOSSAIRE Sigle AAP ANSM ALD AMM ARS ATC CAQS CEPS CIP CNAMTS DRSM ELSM EPO ERSM OMS PHMEV SMD Signification Anti agrégant plaquettaire Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé Affection de longue durée Autorisation de mise sur le marché Agence régionale de santé Anatomical Therapeutical Chemical Classification Contrat d amélioration et de la qualité des soins Comité économique des produits de santé Code d identification de la présentation Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés Direction régionale du service médical Echelon local du service médical Erythropoïétine Echelon régional du service médical Organisation mondiale de la santé Prescription hospitalière des médicaments délivrés en ville Syndrome myélodysplasique 39

40 Merci pour votre attention! 40

ANNEXE 1 PLAN NATIONAL DE GESTION DU RISQUE

ANNEXE 1 PLAN NATIONAL DE GESTION DU RISQUE ANNEXE 1 PLAN NATIONAL DE GESTION DU RISQUE UNCAM 2011 PREAMBULE...3 I- CONTEXTE...4 1. LE CONTRAT D OBJECTIFS ENTRE L ETAT ET L UNCAM...4 2. LE PROGRAMME PLURIANNUEL REGIONAL DE GESTION DU RISQUE...4

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 1 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 1 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 1 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, Forme pharmaceutique, Dosage, Présentation - ARANESP 10 µg, Darbépoétine

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014 RAPPORT AU MINISTRE CHARGÉ DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET AU PARLEMENT SUR L ÉVOLUTION DES

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Pour des schémas sectoriels d accompagnement des Centres de soins infirmiers 1 ère partie : les chiffres clefs

Pour des schémas sectoriels d accompagnement des Centres de soins infirmiers 1 ère partie : les chiffres clefs Mois AAAA Pour des schémas sectoriels d accompagnement des de soins infirmiers ère partie : les chiffres clefs Cette première fiche présente, en chiffres, les centres de soins infirmiers (CSI) : une offre

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE MALADIE :

GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE MALADIE : GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE MALADIE : Vous trouverez dans ce guide pratique les points essentiels de la réforme de l assurance-maladie : forfait de 1 euro, médecin traitant, aide à l acquisition d une

Plus en détail

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires :

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : R a p p o r t d e x p e r t i s e DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : état des lieux j u i l l e t 2 0 11 Un médicament biologique est une substance produite à partir

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Accès des registres aux données de l assurance maladie

Accès des registres aux données de l assurance maladie Colloques registres et politiques de santé publique : Accès des registres aux données 6 et 7 décembre 2012 Accès des registres aux données de l assurance maladie Dr Jean-Paul Prieur, direction du réseau

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

La cible. Version_09_2012 Page 1 sur 8

La cible. Version_09_2012 Page 1 sur 8 Fiche technique - Type de produit - La cible - Les + produit - Conditions de souscription - Justificatifs à fournir - La Garantie des Accidents de la Vie - Le socle de base GAV - L option Arrêt de travail

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Le TOP 25 des principes actifs dans les dépenses du secteur ambulatoire de l assurance soins de santé en 2013

Le TOP 25 des principes actifs dans les dépenses du secteur ambulatoire de l assurance soins de santé en 2013 Infospot Le TOP 25 des principes actifs dans les dépenses du secteur ambulatoire de l assurance soins de santé en 2013 Juillet - Août - Septembre 2014 Le TOP 25 des principes actifs dans les dépenses du

Plus en détail

La franchise médicale en pratique

La franchise médicale en pratique Information presse le 26 décembre 2007 La franchise médicale en pratique La franchise médicale s applique à partir du 1 er janvier 2008 sur les boîtes de médicaments, les actes paramédicaux et les transports

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE

LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE Dr J. BEZ, Médecin Conseil Chef du Service Médical de la Haute-Garonne CNAMTS Le Service du Contrôle Médical de l Assurance Maladie

Plus en détail

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?» Luxembourg, le 05.09.2014 Communiqué: Les ministres Lydia Mutsch et Romain Schneider présentent le prochain lancement de la politique de substitution des médicaments «Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 Objectifs pédagogiques : 1 ) Connaître les mécanismes d action des AINS

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Le Transport. des assurés sociaux

Le Transport. des assurés sociaux Le Transport des assurés sociaux 1 Arrêtés du 23.12.2006 Prise en charge des frais de transports exposés par les assurés sociaux. Référentiel de prescription des transports. 2 Décret du 10.03.2011 Prise

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Dépenses en médicaments prescrits au Canada 2012 : regard sur les régimes publics d assurance-médicaments

Dépenses en médicaments prescrits au Canada 2012 : regard sur les régimes publics d assurance-médicaments Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre mandat Exercer le leadership visant l élaboration et le maintien

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES CHAPITRE VI RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES I - Situation juridique La notion de références médicales opposables (RMO) est apparue dans la convention nationale des médecins de 1993. La réforme

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

PSYCHOTROPES CHEZ LES 65 ANS ET PLUS : UNE MAJORITÉ DE PRESCRIPTIONS INAPPROPRIÉES

PSYCHOTROPES CHEZ LES 65 ANS ET PLUS : UNE MAJORITÉ DE PRESCRIPTIONS INAPPROPRIÉES PSYCHOTROPES CHEZ LES 65 ANS ET PLUS : UNE MAJORITÉ DE PRESCRIPTIONS INAPPROPRIÉES O. Semoun, C. Sevilla-Dedieu Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte En France, consommation de

Plus en détail

Nouvelle étude de l UFC-Que Choisir sur l évolution des dépenses de médicaments remboursables suite à une prescription de ville

Nouvelle étude de l UFC-Que Choisir sur l évolution des dépenses de médicaments remboursables suite à une prescription de ville Nouvelle étude de l UFC-Que Choisir sur l évolution des dépenses de médicaments remboursables suite à une prescription de ville Conférence de Presse du 15/01/08 Résumé général de l étude de l UFC-Que Choisir

Plus en détail

Étude NACORA-BR du projet NACORA (nouveaux anticoagulants oraux et risques associés)

Étude NACORA-BR du projet NACORA (nouveaux anticoagulants oraux et risques associés) Étude en vie réelle du bénéfice/risque à court terme des nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran, rivaroxaban) chez les patients débutant un traitement et non précédemment traités par des antivitamines

Plus en détail

Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions

Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions Professeur CF ROQUES Université Toulouse Sabatier Lyon Novembre 2014 Quelques éléments clefs Une intervention thérapeutique complexe

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : - des Caisses Régionales d'assurance Maladie 27/03/96 - des Caisses

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité Médecine et Société Chapitre 4 : Protection sociale Partie 2 : L assurance maladie Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE BAXTER_CLINIMIX N9G15 E et N12G20E_Avis CT_14-02-2007.pdf BAXTER_CLINIMIX N9G15E N12G20E N14G30 N17G35_Avis CT_12-12-2001.pdf BAXTER_CLINIMIX changement

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

Le Médicament Mémento - édition 2010

Le Médicament Mémento - édition 2010 Le Médicament Mémento - édition 2010 Le Mémento Médicament de la Mutualité Française fournit chaque année aux acteurs du système de santé, les principales données sur le marché du médicament et son financement

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

ONZE ASSOCIATIONS MEDICAMENTEUSES FORMELLEMENT CONTRE-INDIQUEES

ONZE ASSOCIATIONS MEDICAMENTEUSES FORMELLEMENT CONTRE-INDIQUEES DIRECTION DES RISQUES MALADIE DIRECTION DU SERVICE MEDICAL ONZE ASSOCIATIONS MEDICAMENTEUSES FORMELLEMENT CONTRE-INDIQUEES Situation en 2000 JANVIER 2003 l'assurance Maladie des salariés - sécurité sociale

Plus en détail

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en santé Québec 1980 à 2012 50 000,0 45 000,0 40 000,0 35 000,0 30 000,0 Pourquoi les dépenses

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Emilie LEBLONG, Anne-Cécile BARRE, Aleth PERDRIGER, Isabelle BONAN

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

GENERIQUES EN TUNISIE

GENERIQUES EN TUNISIE GENERIQUES EN TUNISIE Situation comparaison avec biosimilaires et problèmes de substitution Pr A.TOUMI 04 novembre 2011 Loi n 2008-32 du 13 mai 2008, modifiant et complétant la loi n 73-55 du 3 Août 1973

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon

Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon Dr Adeline Scanvion Praticien Hospitalier au CHU de Nantes CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE

TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, mai 2005 Afssaps - 143/ 147, bd Anatole France

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins.

Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins. www.inami.be www.coopami.org Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins. Nouakchott 3 février 2011 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Se doter d un système d

Plus en détail

Tout savoir sur l'assurance santé

Tout savoir sur l'assurance santé Tout savoir sur l'assurance santé Protéger votre santé avec Generali Il est important que vous ayez les moyens de rester en bonne santé. Or les frais de santé en France sont de plus en plus élevés. Disposer

Plus en détail

Proposition Assurance voyage Travel Choice 1

Proposition Assurance voyage Travel Choice 1 Proposition Assurance voyage Travel Choice 1 Cette assurance est établie par La Compagnie d Assurance Vie Manufacturers (Financière Manuvie) et La Nord américaine, première compagnie d assurance (filiale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie 1.Un peu d'histoire 2.La Médecine thermale 3.La Recherche thermale et les évaluations de l'efficacité d'une cure 4.Les nouvelles formes de prise

Plus en détail

Atelier hémophilie et chirurgie. Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon.

Atelier hémophilie et chirurgie. Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon. Atelier hémophilie et chirurgie Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon.fr Quelles chirurgies? Les chirurgies spécifiques Les chirurgies extra

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail