PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: /an

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an"

Transcription

1 DEFINITION APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE Buts : apporter aux organes ce dont ils ont besoin(o2 ) eliminer les déchets(co2.) APPAREIL : Pompe=cœur Tuyaux=artéres/veines PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: /an VIASANTE 1

2 VIASANTE 2

3 VIASANTE 3

4 VIASANTE 4

5 La plupart des mcv sont la conséquence de l occlusion d une artère *cerveau : avc *cœur : infarctus *membres infs : ischemie aigue LES AUTRES MCV PLUS RARES *troubles du rythme *valves *thromboses veineuses (phlébites, embolies pulmonaires) VIASANTE 5

6 L OCCLUSION est secondaire au développement de la PLAQUE D ATHEROME La plaque Evolution de la plaque PREVENTION DES MCV=PREVENTION DE LA PLAQUE VIASANTE 6

7 VIASANTE 7

8 L EVOLUTION DE LA PLAQUE Rétrécissement (sténose) Aggravation Dilatation (anévrisme) Rupture AIT Angor Claudication Obstruction Avc Infarctus Gangrene Hémorragie VIASANTE 8

9 Le risque Dans le domaine de la santé, le risque est la probabilité qu un événement nocif pour la santé apparaisse Un facteur de risque augmente la probabilité de développer une maladie. C est un état physiologique (âge) ou pathologique (hta) ou encore une habitude associés à une incidence accrue de la maladie. Ce n est pas parce que l on a un facteur de risque que l on va développer la maladie. A l inverse ce n est pas parce que l on a aucun facteur de risque que l on ne développera pas la maladie. VIASANTE 9

10 1 - Les graisses Graisses ou lipides sont indispensables au bon fonctionnement de l organisme (membrane cellulaire, cerveau, hormones, coagulation ). Dans la plaque d'athérome on trouve 2 lipides : le cholestérol les triglycérides. Les acides gras (AG) constituent les éléments de base : AG saturés (AG trans), AG poly insaturés, AG insaturés VIASANTE 10

11 2 - Les hypercholestérolémies Origine du Cholestérol : voie endogène voie exogène Transport du CH : les lipoprotéines HDL/LDL Le bon CH le HDL Le mauvais CH le LDL Les aliments riches en CH : le jaune d œuf les abats : rognons,foie,cervelle,riz,cœur la charcuterie : pâté, saucisses, rillettes, andouillette Les AG et le CH: AG saturés: LDL et CH beurre, crème, lait entier, fromages viandes bœuf, mouton, agneau,porc, viennoiseries, barres chocolatées, produits frits et panés AG polyinsaturés: LDL et CH huiles tournesol, mais, soja, pépin de raisin, noix, noisette, margarines avec ces huiles poissons gras AG monoinsaturés: LDL et CH HDL:huiles olive arachide,colza,amande,avocat-porc maigre,volaille,veau VIASANTE 11

12 3 - Les hypertriglycéridémies Servent de réserve d'énergie Tous les aliments en excès peuvent se transformer en TRI Sucres et alcool augmentent les TRI VIASANTE 12

13 L HYPERTENSION ARTERIELLE 1-DEFINITION Pression qui règne à l intérieur du réseau artériel (systolique et diastolique) 2-MESURE DE LA Pression artérielle (indirecte) Méthode sthétacoustique Méthode oscilloscopique (auto mesure,holter) VIASANTE 13

14 DIABETE TYPE 1 ET 2 1-DEFINITON Elévation chronique de la glycémie dans le sang > 1,26 g/l à jeun 2 types: type 1 : carence absolue en insuline type 2 : carence relative en insuline (90%) Complications : micro vx : œil,rein,nerf vx visibles a l œil nu : coronaires++ infarctus silencieux 30% La stratégie thérapeutique dépend du dosage de l hba1c VIASANTE 14

15 LE SURPOIDS POIDS INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) Poids/taille en m2/ : normal 18 à à 30 surpoids Supérieur à 30 obésité REPARTITION DES GRAISSES 1-Hanches, fesses : obésité en poire gynoïde 2-Taille : obésité abdominale en pomme androïde la plus délétère <102 H;<88F rôle du tour de taille : stockage et endocrinien baisse hdl - cholestéol hausse triglycérides, glycémie VIASANTE 15

16 LA SEDENTARITE Absence d activité physique régulière 30minutes marche 2 à 3 fois par semaine Bénéfices: -chol hdl-chol -Pas -poids -pompe : fréquence,force de contraction,retour veineux VIASANTE 16

17 LE TABAC TABACOLOGIE SUBSTITUTS NICOTINIQUES: voie orale : gommes, comprimés, inhaleurs sur la peau : patchs BENEFICES DE L ARRET 20 minutes après : PAS et F baissent 8 heures : monoxyde de carbone baisse 24 heures : le corps ne contient plus de nicotine 48 heures : goût et odorat s améliorent 2 semaines à 3 mois : toux et fatigue diminuent 1 à 9 mois : cils bronchiques repoussent 1 an : risque d infarctus diminue de moitié, risque d AVC rejoint celui d un non fumeur 5 ans : risque d un cancer du poumon diminue de moitié 10 a 15 ans : l espérance de vie identique à celle des personnes n ayant jamais fumé VIASANTE 17

18 PREVENTION 1 PREVENTION 2 PREVENTION 3 Hygiène de vie Contrôle facteurs de risque Eviter complications et récidives VIASANTE 18

19 VIASANTE 19

20 LA PREVENTION Prévention : tout acte destiné à diminuer l incidence de survenue ulterieure d accident cv Il existe trois types de prévention: La prévention primaire La prévention secondaire La prévention primo secondaire VIASANTE 20

21 PREVENTION PRIMAIRE Elle agit avant la maladie et évite son apparition Préserver la santé par des actions de sensibilisation et d information sur les comportements à risque VIASANTE 21

22 PREVENTION SECONDAIRE Agit au debut de la maladie Depister et traiter le ou les facteurs à un stade precoce VIASANTE 22

23 PREVENTION TERTIARE Agit tout au long de la maladie chronique pour éviter les complications et récidives VIASANTE 23

24 LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES Première cause de mortalité dans le monde Les cardiopathies coronariennes (infarctus) Les maladies cérébrovasculaires (AVC) Les artériopathies périphériques (artérite) Conséquence d une obstruction de l'artère qui empêche le sang de parvenir au cœur cerveau, L origine de l obstruction: la plaque d ATHEROME VIASANTE 24

25 VIASANTE 25

26 BETA-BLOQUANT ACTION : bloquent l action du système s ta MECANISME : empêche l action de l adrénaline EFFETS: Lipothymie : bradycardie, ta Asthénie Cauchemars Asthme Cutanées CHOIX DU BETA- Pathologie associée : bpco, artérite, trouble du rythme RESPECTER LA POSOLOGIE Si dose augmentée risque brady+++ Si arrêt brutal risque i coro VIASANTE 26

27 ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES ACTION : empêche la formation de thrombus MECANISME : empêche l agrégation plaquettaire LES PRINCIPAUX AAP Plavix Ticlid Aspirine Efient Bithérapie EFFETS SECONDAIRES Risque hémorragique (problème d une intervention chirurgicale) VIASANTE 27

28 INHIBITEURS ENZYME DE CONVERSION ACTION : baisse de la TA MECANISME : empêche la formation d angioplastine par le rein EFFETS SECONDAIRES : Hypo ta I rénale Hyperkaliémie Toux Dysgueusies VIASANTE 28

29 statines ACTION:diminuent le mauvais cholesterol MECANISME:diminuent la synthése du cholesterol dans le foie PRINCIPALES STATINES:simvasstatine,pravastatine.. EFFETS SECONDAIRES: Muscles:myalgies,myopathie Foie:lyse cellulaire

30 L athérome L athérome est responsable de la plupart des maladies cardiovasculaires Etat physiologique ATHEROME Maladies à risque cardiovasculaire Habitudes âge HTA tabac sexe diabète sédentarité hérédité dyslipidémies comportement alimentaire VIASANTE 30

31 PREVENTION PRIMAIRE Elle s adresse aux patients indemnes de toute pathologie cv cliniquement décelable Exemple : jeune adulte Elle consiste : mesures hygieno diététiques sport tabac alcool graisses saturées VIASANTE 31

32 PREVENTION SECONDAIRE Elle s adresse aux patients ayant présenté un accident cv Exemple : infarctus du myocarde Elle consiste : éviter la récidive dépister d autres localisations athéromateuses VIASANTE 32

33 Prévention primo secondaire Elle s adresse aux patients n ayant pas fait d accident cv mais chez lesquels ont été mises en évidence des lésions athéromateuses Exemple : plaque découverte par écho Elle consiste : dépister les autres localisations éviter leur expression clinique VIASANTE 33

34 LA PLAQUE D ATHEROME 1-HISTOLOGIE 2-CONSEQUENCES.réduction de calibre (ischémie).obstruction (ischémie aigue, infarctus).dilatation (anévrisme) VIASANTE 34

35 2 - La prévention primaire Interrogatoire: âge, sexe signes fonctionnels examen clinique : pas,auscultation cardiaque Biologie : glycémie, bilan lipidique score de risque : âge, sexe, diabète, tabac, PAS, HDL risque faible et intermédiaire risque élevé >20% tests de l athérome infraclinique VIASANTE 35

36 STATINES millions de français de 35 à 64 ans Ont une hypercholesterolemie 6,4 sont traités par une statine 1 millions de nouveaux patients par an 1,2 milliards d euros remboursés par secu VIASANTE 36

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST Vrai ou Faux Le cholestérol est inutile à l organisme humain L alimentation est la principale source de cholestérol Seul le taux de cholestérol total est important dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des principaux ennemis de nos artères, le «mauvais» cholestérol

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

DM : L ATHÉROSCLÉROSE

DM : L ATHÉROSCLÉROSE PARTIE II : Cœur et circulation Chapitre 1 : Vaisseaux sanguins et circulation sanguine DM : L ATHÉROSCLÉROSE Objectifs : Définir l athérosclérose Définir les facteurs de pathogénicité en lien avec la

Plus en détail

Conférence Sport Santé. 27 Mai 2016

Conférence Sport Santé. 27 Mai 2016 Conférence Sport Santé 27 Mai 2016 Conférencier : Bernard BAUDET 1 / SOMMAIRE 1. Introduction 2. Le Cœur : description anatomique et fonctionnement du système CV ( Cardio Vasculaire ) 3. Les effets de

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Prise en charge HTA 5 objectifs Faire le diagnostic Identifier les HTA secondaires Evaluer

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE Comité scientifique ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES Première cause de mortalité et de handicap dans les pays développés, les maladies cardio-vasculaires

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J.

Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J. Un pa&ent chronique complexe. Séminaire de médecine générale (séance 2) 12 décembre 2013 Dr Mar&nez L.,Dr Chastang J. Items étudiés Diabète 2 : Item 233 (maladies et grands syndromes) HTA de l adulte :

Plus en détail

Quelle place l alimentation a-t-elle dans la prévention de l AVC?

Quelle place l alimentation a-t-elle dans la prévention de l AVC? Quelle place lalimentation a-t-elle dans la prévention de lavc? UNCV Montauban A. Marty, L. Falga, C. Bardou CHU Toulouse E. De Haro Inter-CLANs Midi-Pyrénées 2013 Pourquoi la prévention secondaire des

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 www.projetbecool.fr.nf D02 EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 DOSSIER N 2 ENONCE Un homme de 65 ans consulte pour une baisse brutale de la vision de l'œil droit lors d'une quinte de toux en relation avec

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim.

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim. Marquez des points, mangez mieux! Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts reunica-interim.com Regles du jeu Garder votre cœur en bonne santé sera

Plus en détail

LES FACTEURS DE RISQUE

LES FACTEURS DE RISQUE LES FACTEURS DE RISQUE C EST QUOI UN FACTEUR DE RISQUE? C est une caractéristique lié à une personne, à son environnement à sa culture, à son mode de vie qui entraine pour elle une probabilité plus importante

Plus en détail

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE SOMMAIRE 1. Qu est ce qu un(e) diététicien(ne)? 2. Présentation des familles d aliments 3. Les différents nutriments 4. Les diverses associations alimentaires a/ L équilibre

Plus en détail

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE Quelles différences entre «bon» et «mauvais» cholestérol? Quelle est la bonne proportion? D où provient-il? Le rôle de l alimentation

Plus en détail

LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007

LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007 LE TABAC, UN RISQUE QUE VOUS POUVEZ EVITER A VOTRE CŒUR DR JY THISSE 26/09/2007 Des chiffres qui parlent Le tabac : première cause de mortalité évitable 510 000 décès / an en France 60 000 liés au tabac

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Les effets de la fumée sur le corps

Les effets de la fumée sur le corps Fiche pédagogique Thème : Tabac, cannabis Niveau : Ecole (CM2), collège (5 ème ) Durée : 30 Les effets de la fumée sur le corps Personnes ressources : Enseignant de SVT, Infirmier scolaire, CESC l Référence

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Introduction Les habitudes alimentaires et le mode de vie sont fortement impliquées dans l augmentation d incidence de

Plus en détail

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES NOM :.................................................................................... Prénom :.................................................................................

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Prévention. santé du cœur. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger

Prévention. santé du cœur. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger Prévention santé du cœur Guide d information et de prévention Anticiper pour mieux vous protéger Les ennemis de votre cœur TABAC : LAISSEZ VOTRE CŒUR RESPIRER L'ennemi n 1 de votre cœur Le monoxyde de

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION LIVRET DE PREVENTION Femmes, prenez soin de votre cœur! TOUT SAVOIR SUR LA SANTE DU CŒUR DES FEMMES, par la Fondation Cœur et Artères, reconnue d utilité publique Introduction Ce livret s adresse à toutes

Plus en détail

Les défis de l alimentation

Les défis de l alimentation Les défis de l alimentation Des solutions pour chacun Mons, le 4 mars 2009 Véronique Tellier Pas d échappatoire aux questions existentielles quand on parle d alimentation D où venons- nous? Qui sommes-nous?

Plus en détail

6 thèmes abordés. Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme?

6 thèmes abordés. Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme? Bienvenue! Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme? 6 thèmes abordés Le risque cardiovasculaire chez la femme Pourquoi le tabac est l ennemi mortel du cœur Hypertensions artérielles de

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

OBÉSITÉ. Obésité. Activité physique et obésité. Obésité et activité physique CESA 1. Activité physique et Obésité

OBÉSITÉ. Obésité. Activité physique et obésité. Obésité et activité physique CESA 1. Activité physique et Obésité 1 OBÉSITÉ CESA Jeannot AKAKPO. Obésité 2 Définition de l'obésité Différentes formes d'obésité Les différents indicateurs Les conséquences de l obésité Complications cardiovasculaires Complications respiratoires

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL

LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL Le cholestérol joue un rôle essentiel dans le fonctionnement quotidien de notre corps. Cependant, un excès de cholestérol dans le sang peut nuire à votre santé.

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

entièrement assimilables macronutriments micronutriments. protéines lipides glucides. réserves énergétiques insolubles dans l eau

entièrement assimilables macronutriments micronutriments. protéines lipides glucides. réserves énergétiques insolubles dans l eau Les nutriments sont des substances alimentaires entièrement assimilables par l organisme. Il existe 2 types nutriments : Les macronutriments et les micronutriments. Les fibres sont un groupes à part, en

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

Vous pouvez choisir d agir. et d être efficace pour votre santé!

Vous pouvez choisir d agir. et d être efficace pour votre santé! plaquette ok:mise en page 1 31/03/10 17:39 Page 1 la microalbuminurie Vous pouvez choisir d agir et d être efficace pour votre santé. Une valeur élevée de votre microalbuminurie vient de vous être annoncée

Plus en détail

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle A. Adlouni, K. Zouirech, R. Safa, A. El Fhal, H. Najih, M. Messal, R.Habbal Congrès International

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

maladies des artères Changer leur évolution Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs

maladies des artères Changer leur évolution Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs maladies des artères Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs maladies des artères : comment, pourquoi? La principale maladie de nos artères, appelée athérosclérose,

Plus en détail

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention Auteur(s) BONGARD Vanina FERRIERES Jean Date de création du document 10/01/09 Table des matières * Introduction... 1 1 Item 129-1 : Expliquer

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

Le Cholestérol pour mieux agir

Le Cholestérol pour mieux agir Le guide qui préserve votre capital Bien-être N O 3 JAN - AVril 2009 Comprendre Le Cholestérol pour mieux agir Revue gratuite EN PARTENARIAT AVEC LE MINISTÈRE de la Santé et de la Qualité de la Vie éditorial

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES L hypertension artérielle (HTA) est une élévation anormale de la pression artérielle au repos. Son origine est multifactorielle, faisant intervenir des facteurs individuels et des facteurs d environnement.

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE

CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE IV 2.1 STRUCTURE DE L ATP IV 2.2 ROLE DE L ATP IV 2.3 SYNTHESE DE L ATP IV 2.3.1 CATABOLISME DU

Plus en détail