Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007"

Transcription

1 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007

2 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06) Groupe commun d imagerie cardiaque Guichet unique Importance de la communication verbale Secrétariat Performant

3 Avant le CR, la demande UN BON CR PASSE PAR UNE DEMANDE DE QUALITE Demande spécifique Évoquant les facteurs de risque, les signes cliniques, les résultats des examens préalables.. Posant une question précise «Douleur atypique, peu de FdR,, éliminer lésion coronaire» «Stent du tronc commun; éliminer re sténose intra stent» «cathétérisme impossible de la coronaire droite: anomalie de naissance?» «Recherche d arguments en faveur d une PCC chez un patient présentant une élévation des pressions droites» «étude de la viabilité chez un patient qui doit bénéficier d un pontage p aorto-coronaire»

4 La demande de scanner Aucun acte irradiant ne peut être pratiqué sans un échange d information entre le demandeur et le réalisateur de l acte (article R du Code de la Santé Publique) Éléments indispensables Poids FC, Rythme, Pression artérielle PM, Def,, sonde endocavitaire Valve prothétique Stent,, pontage Médicaments Contre indication éventuelle Aux bêta bloquants Aux dérivés nitrés Aux PdC iodés (rein, allergie..) Et tout élément jugé utile

5

6 La demande d IRM Éléments indispensables Poids, taille (Surface corporelle) FC, Rythme PM, Def, neurostimulateur Contre indications «relatives» à l IRM Valve prothétique, stent coronaire Claustrophobie, CE métallique intra orbitaire, implant cochléaire Médicaments pris par le patient À arrêter éventuellement avant un stress pharmaco. Il est essentiel que le clinicien explique le principe général d une IRM avant de prendre le RV

7 Accords SFR SFC Respect des indications ; référentiel scientifique Nécessité d un référentiel français? Hendel et al. JACC 2006 October 3, Vol. 48, N. 7

8 Compte -Rendu Généralités Scanner IRM

9 CR: aspects légaux Compte-rendu Obligatoire, conservé 10 ans Remis au malade Le radiologue doit s assurer de la transmission de son CR (à tous les correspondants) et de sa bonne réception

10 Les principes Rappeler la question posée en la reformulant Indiquer la technique appliquée Commenter la qualité et les limites du résultat Veiller à ne pas orienter la prise en charge cardiologique: autres explorations, type de traitement.. Au cas où un message de ce type doit être passé au correspondant, la meilleure solution est le téléphone Faire un rapport global (scanner du thorax)

11 Le plan du compte-rendu L analogie avec l article scientifique Introduction Matériel et Méthode Résultats Discussion Background (question posée) Technique Description des lésions Synthèse et conclusion Blais C, Sanson L. J Can Assoc Radiol J Feb;46(1):19-22.

12 Pourquoi rappeler la question posée? Ceci permet: Au correspondant de vérifier que sa demande a été comprise Au consultant d imagerie, en reformulant la question, de se mettre le problème en tête et de s appliquer à le résoudre

13 La technique A préciser pour réaliser un éventuel suivi Prémédication: anti-allergique, allergique, β bloquant, dérivd rivé nitré,, autre.. Produit de Contraste utilisé: PdC iodé, Gado,, mg I/ml.. Machine (modèle, détecteurs) d Stress pharmacologique ; doses, techniques, incidents TDM IRM FC pendant l acquisition l (voire tracé ECG) Phase(s) optimale(s) de rétro r reconstruction Phase tardive en bas kv Type d examen d réalisr alisé; ; Fonction VG, VD, cinétique segmentaire, perfusion (repos, stress pharmacologique), rehaussement tardif

14 TDM Exposer clairement la qualité de l examen et ses limites Calcium, mouvement, artéfacts métalliques, obésité, artères de petit calibre IRM ESV, apnées de qualité médiocre, swinging heart..

15 Où arrêter le compte rendu? Attention à rester dans le champ de la discipline et dans la limite des connaissances «TDM à confronter à la coronaro..» «Oblige» le correspondant à réaliser (ou faire réaliser) la coronarographie Le CR du scanner pourrait être opposé au cardiologue en cas d IDM au décours du scanner Le CR du scanner pourrait être opposé au radiologue en cas d accident lors de la coronarographie préconisée «L IRM conclut à l absence de dysplasie arythmogène» Le dx de DAVD repose sur un faisceau d arguments La difficulté est souvent pour le cardiologue; il / elle doit se comporter en imageur et non en thérapeute

16 Le Compte-rendu Provisoire Mot dans l observation Coup de fil Indispensable dans les situations d urgence Secrétariat fermé, dossier du vendredi soir.. Il doit être prudent L IRM ne montre pas de signe d infarctus. Le compte rendu définitif suit.

17 Le discours au patient Humaniser et Médicaliser l imagerie cardiaque Examen clinique Interrogatoire Annonce du résultat Qui ne doit pas empiéter sur la décision du thérapeute exemples

18 Le Compte-rendu de scanner cardiaque et coronarien

19 introduction Question clinique Rappel des antécédents, des données fournies par les autres examens QS.

20 Aspects techniques Scanner utilisé (automatisé) Produit de contraste injecté Nature, concentration en Iode, volume et débit Volume et débit de sérum salé Tolérance par le patient de l injection Dosimétrie Indiquer le produit dose longueur (qui peut être transcrit en dose efficace, automatisé)

21 Rapport de dose ; 100 kv Constantes PAS LONGUEUR CHAMP cm CTDIvol vol mgy DLP mgy/cm 120Kv/268 ma Rappel ; Guide de bonnes pratiques SFR - IRSN

22 Hélices réalisées Hélice basse dose sur l ensemble du thorax Hélice synchronisée pour étude du cœur et des coronaires Hélice tardive éventuellement

23 Reconstruction des données Reconstruction multiphase Indiquer la (ou les) meilleure(s) phase(s) Algorithme de reconstruction (std( std,, filtre dur) Éventuellement le type de travail réalisé MPVR VR Quantification de sténose..

24 Le compte rendu est global Il est essentiel de décrire les anomalies extra cardiaques! Cancer Bronchique: 1.2% Pneumonie: 1.8% EP: 1% Masse pulmonaire bénigne: 1.2% Haller S et al. AJR July 2006;187:105-10

25 INTERET DE L EXAMEN THORACIQUE 60 ans, endocardite mitro aortique AAT Scanner coronaire pré opératoire

26 à quoi sert l hélice basse dose? Détecter une maladie extra cardiaque Analyser le degré de calcification coronaire et aortique Collimater au mieux l hélice synchronisée (radioprotection)

27 Scanner optimal normal (ou subnormal) Proportion importante dans la mesure où le scanner coronaire a une bonne VPN Compte rendu court Modèle adapté du CR de coronarographie Indiquant la position des ostiae La dominance (D dans 80% des cas) Les éventuelles atypies de trajet Question clinique d importance L examen est il totalement normal ou pas?

28

29 CR adapté du modèle de la coronarographie, pas calqué Attention à rester dans le domaine du scanner Éviter de parler de «reprise» d un vaisseau par tel autre; le scanner montre une opacification mais ne peut analyser l hémodynamique L analyse de la significativité hémodynamique d une sténose est délicate. Rester prudent sur ces aspects Caractériser une plaque d athérome est également un risque Parler de plaque calcifiée, hypodense,, ou mixte Éviter plaque «molle», «lipidique», «vulnérable», «fibreuse»..

30 l examen optimal pathologique Femme de 71 ans sans ATCD ni FdR, douleur atypique, épreuve de stress non faite en raison d une coxarthrose, FC; 60 /min,

31 l examen optimal pathologique Indication: femme de 71 ans en excellent état général, douleur atypique, pas de facteurs de risque, épreuve de stress non réalisable en raison d une coxarthrose. Technique: scanner GE VCT 64 détecteurs, examen sans injection basse dose de l ensemble du thorax, Scanner spiralé synchronisé à l ECG après injection de 90 cc de Visipaque 320. Pas de prémédication Résultat: La qualité de l examen est optimale (pour l examen des artères coronaires, c la phase optimale est 75% de l espace R-R) R R) Avant injection, l examen ne montre pas d anomalie pleurale ou parenchymateuse pulmonaire. On ne voit pas de calcification coronaire ou aortique.

32 l examen optimal pathologique Résultat (suite): Après injection, on met en évidence une dominance droite. Réseau coronaire gauche: Position habituelle du tronc commun qui est assez court. Ostium normal. L IVA présente des parois lisses, normales. Elle donne naissance à deux diagonales d aspect normal (la première est en position quasi bissectrice). Artère coronaire droite: Pas d anomalie de naissance ni de l ostium. Mise en évidence d une sténose serrée (évaluée à 80% en surface), courte (5mm), non calcifiée à l union des segments I et II. Pas d anomalie par ailleurs. IVP normale. Absence d anomalie cardiaque par ailleurs. Rehaussement normal du d myocarde. Conclusion Sténose significative à l union des segments I et II de la coronaire droite. Pas d autre anomalie vue sur cet examen de qualité optimale.

33 Scanner; le patient ponté Il est difficile de décrire correctement le réseau natif Souvent, ce n est pas la question (perméable ou thrombosé?) Importance de l évaluation de l anastomose distale Si une reprise chirurgicale est envisagée, décrire les rapports vaisseaux-sternum sternum

34 Pontage ; cas clinique Patient de 40 ans Triple pontage en semi urgence il y a un an Radiale IVP MIG IVA 2 MID marginale 1 Douleur atypique (montre du doigt) sans dyspnée, sans lien évident à l effort CT demandé pour vérifier la perméabilité des pontages

35 Résultat CT Radiale sur IVP occlus MID sur marg 1 : OK MIG sur IVA 2 : OK Coro Reperméabilisation par stents actifs Co D MIG IVA II sténose de 70-80% non vue au scanner; angioplastie

36 Le scanner après la coro. Peu décrite dans la littérature, cette circonstance est de plus en plus fréquente en pratique courante Souvent une affaire d ostium! Ou de naissance / trajet anormal Intérêt du VR Dans tous ces cas, se contenter de répondre à la question très précise qui est posée; votre correspondant n a pas besoin d une nouvelle description du réseau!

37 H 74 ans, CoD non trouvée en coro

38 Patient de 59 ans Tronc commun gauche non cathétérisé Anomalie de naissance ou de trajet Intérêt du VR

39 Le stent: prudence! Les stents du TCG semble correctement analysables La thrombose ou la perméabilité sont généralement univoques La récidive intra stent est de diagnostic parfois délicat (diam. <3 mm, ep.. >140 microns) Mais l optimisme est de rigueur à très court terme pour le scanner Van Mieghem et al. Circulation 2006; Aug 15;114(7): Gilard M et al. Am J Cardiol 2005;95:110

40 20 ans, hyperchol. Familiale Arrêt intempestif du Plavix

41 70 ans, Takayashu, sténose de l Aort Thx descendante, souffle

42 16 détecteurs 64 détecteurs

43 coronarographie d interprétation difficile pour l anévrysme FC; 85 /min, Octogénaire en mauvais état général, préciser l afférence de l Anévrysme coronaire

44 l examen limité Indication: QS Technique: QS Résultat: La qualité de l examen est correcte seulement pour les troncs proximaux (phase optimale à 75% de l espace R-R) R R) en dehors des segments très calcifiés. Avant injection, QS Après injection, l examen met en évidence un anévrysme non thrombosé de 12 mm de Ø,, dont l afférence est située au niveau de la bifurcation du tronc commun. L ostium du TCG présente une calcification, mais n apparaît pas sténosé.. Sténose longue du tronc commun, évaluée à 50% en section. Une volumineuse calcification de la bifurcation du TCG en amont de l anévrysme empêche la quantification tion à ce niveau.

45 Et parfois, L examen est non contributif pour l analyse des coronaires

46

47 Patiente diabétique ID de 45 ans Coronarographie en 2001: sténose 30% de l IVA proximale. Traitement médical bien conduit Aujourd hui; dyspnée d effort se majorant sans douleur Antécédent d AVC ischémique avec algodystrophie d épaule gênant l épreuve d effort Adressée par un cardiologue libéral

48 Patiente diabétique ID de 45 ans Technique 1 bouffée de Natispray 100 cc Visipaque 320 Synchro de bonne qualité (RS à 61 bpm)

49

50

51 Quand le scanner est supérieur à la coronarographie, il faut aussi le dire H, 47 ans, sportif, sans ATCD Infarctus rudimentaire de topographie latéro basale en août 2006 Coronarographie : CD anévrysmale, anévrysme 1ere marginale G, pas de sténose coronaire

52 Scanner cardiaque (CCN St Denis)

53 Marginale 1

54 Suivi à 2 mois (Rouen) Sous AVK Suivi INR Patient asymptomatique

55 Coronaire D octobre 2006

56 Discussion Probable Kawasaki non diagnostiqué pendant l enfance ou l adolescence Risque élevé de complications coronariennes Sténoses et anévrysmes Thrombus mural Nécessité de traitement au long cours Indication «non officielle» du scanner

57 Mr T, 60 ans

58 Mr T, 60 ans

59 Mr T, 60 ans

60 Parfois le résultat est identique et l impact très différent.

61 Patiente diabétique ID de 45 ans Dyspnée sans douleur Test ischémique difficile (hémiplégie) Technique 1 bouffée de Natispray 100 cc Visipaque 320 Synchro de bonne qualité (RS à 61 bpm)

62

63

64 comparateur 70 ans, retraité, sportif, FDR; HTA traitée Asymptomatique Troubles de repolarisation anciens en V5-V6 V6 Scintigraphie d effort : doute sur une ischémie apico septale «ce n est sûrement pas grand-chose; on vérifie que tes coronaires sont normales en scanner..»

65 Analyse difficile de la lumière, mais dépistage d une lésion longue, mixte, qui justifie une coronarographie conventionnelle -sténose serrée : deux stents Test ischémique considéré comme positif Secondairement après le scanner du fait de la corrélation anatomique

66 Compte rendu type d IRM Indication Technique Résultat Morphologie Cinétique globale et segmentaire Fonction ; FE, masse, volumes Perfusion de 1 er passage Rehaussement tardif Synthèse, confrontation du résultat aux données cliniques

67 En IRM aussi, le CR est global.. Quel est votre diagnostic?

68 morphologie F, 67 ans Sclérodermie Pressions D augmentées PCC ou CMR? TrueFisp HASTE 4 C

69 Morphologie avec et sans Gd

70 Sportif, 42 ans 1 1 accident récent de tachy arythmie Pas de FdR Marathon, sports de combat

71 Peut on mesurer la paroi sur ce type d image? HASTE 4 C

72

73

74 HASTE synchronisé

75 True fisp et TAGGING

76 Aspects fonctionnels DT et contexte fébrile chez un patient de 40 ans sans antécédent et FDR CV Élévation minime de la troponine Troubles diffus de repolarisation

77

78 Séquence de viabilité (PSIR)

79 AHA 17 segments

80 Shunt- étude Morpho- fonctionnelle

81

82 Perfusion de premier passage Indiquer le volume et le débit de perfusion Le territoire vasculaire hypoperfusé

83 Séquence de rehaussement tardif Peu spécifique, mais sensible Tatouage de la nécrose, de la fibrose, des granulomes inflammatoires.. Acquisition 10 minutes après l injection, après mesure du temps d inversion du myocarde normal

84 Quels documents rendre? Un compte rendu TDM Un CD incluant la ou les meilleures séries pour une éventuelle reconstruction ultérieure Une planche d images clés sur le CD (+/-film) Un rapport de dose IRM CD incluant les séquences pertinentes L évaluation fonctionnelle Images clés

85 Conclusion Valeur légale du compte rendu Importance de la communication verbale en plus du CR La véritable crédibilité de l imageur réside dans la qualité des compte-rendus Les images sont en pratique peu examinées par les correspondants Attention au couple classique! Examen superbe / compte rendu médiocre

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer

Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires. Dr Pierre Meyer Coronarographie : Matériel, optimisation de l image, incidences de base, aspect angiographique des coronaires Dr Pierre Meyer Institut Arnault Tzanck Saint Laurent du Var Plan du cours 1. Introduction

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Décisions. Avis ORDRE DU JOUR. Délibérations. 1. Procès-verbal de la séance du collège délibératif du 11 mars 2015

Décisions. Avis ORDRE DU JOUR. Délibérations. 1. Procès-verbal de la séance du collège délibératif du 11 mars 2015 PROCES-VERBAL SÉANCE DU COLLÈGE DÉLIBÉRATIF MERCREDI 18 MARS 2015 Etaient présents : - M. le Professeur Jean-Luc Harousseau, Président - M. le Professeur Jacques Belghiti - M. Alain Cordier - M. le Professeur

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Projet Européen Objectif: améliorer l accès des patients à l angioplastie pour réduire la morbi-mortalité des patients souffrant de syndromes coronaires

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

La maladie de Takayasu

La maladie de Takayasu La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Takayasu. Elle ne se substitue

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Les bonnes indications de l ECG d effort. Méthodologie et dépistage de l insuffisance coronaire. F DAVID AMMPPU METZ 14 février 2013

Les bonnes indications de l ECG d effort. Méthodologie et dépistage de l insuffisance coronaire. F DAVID AMMPPU METZ 14 février 2013 Les bonnes indications de l ECG d effort Méthodologie et dépistage de l insuffisance coronaire F DAVID AMMPPU METZ 14 février 2013 L ECG d effort (EE) dans 3 grandes indications 1 DIAGNOSTIC de l ischémie

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Schéma du cœur avec CIA Aorte Artère pulmonaire Oreillette gauche CIA Appendice auriculaire gauche Oreillette droite

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger *Malgré les progrès de dialyse, la transplantation rénale demeure le meilleur choix thérapeutique de l insuffisance

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

ANGIOGRAPHIE INTERVENTIONNELLE BRONCHO SYSTEMIQUE ET PULMONAIRE. Partie 1

ANGIOGRAPHIE INTERVENTIONNELLE BRONCHO SYSTEMIQUE ET PULMONAIRE. Partie 1 ANGIOGRAPHIE INTERVENTIONNELLE BRONCHO SYSTEMIQUE ET PULMONAIRE Pascal Lacombe, Mostafa El Hajjam, Stephen Binsse, Jean-Pierre Pelage Partie 1 EMBRYOLOGIE Deux territoires vasculaires intriqués : - Pulmonaire

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Marchés des groupes à affinités

Marchés des groupes à affinités Marchés des groupes à affinités Guide du produit destiné aux conseillers Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers Le produit en bref Nul n aime

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Conditions générales Les spécifications techniques

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web www.medical-professionals.com 1 IRM Essentiel 1900 $* Revoir les principes physiques de l IRM Apprendre les bases de fonctionnement Maîtriser

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur SA. Faraoun, N. Debzi, N. Benidir, R. Ouldgougam, SE. Bendib Centre Pierre et Marie Curie, Alger Introduction

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit

Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit Le régime en bref Admissibilité Résident du Canada Âge à l expiration : 75 ans. Capital assuré : 25 000 $, âge à la souscription

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ

PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ PATHOLOGIE CARDIO VASCULAIRE DES VOYAGEURS D. HOROVITZ Les étapes du transport Y a - t - il un cardiaque dans l avion? CONTRAINTES CX VX L HYPOXIE LES ACCELERATIONS EFFETS DE L ALTITUDE LOI MARIOTTE PV

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

cofemer DES MPR MPR et Appareillage Objectiver l'effecteur Mesurer l activité locomotrice Mesurer le comportement locomoteur en situation

cofemer DES MPR MPR et Appareillage Objectiver l'effecteur Mesurer l activité locomotrice Mesurer le comportement locomoteur en situation DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Nancy : 18-19-20 mars 2009 Coordonnateurs : Pr JM André, Pr J. Paysant, Dr N. Martinet Titre : Explorations

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE FÉDÉRATION DE CARDIOLOGIE.

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE FÉDÉRATION DE CARDIOLOGIE. LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE FÉDÉRATION DE CARDIOLOGIE. PRÉSENTATION HÔPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Introduction par François Boustani : les recommandations de l ESC

Plus en détail

Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Té léphone : 01 44 90 70 25

Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Té léphone : 01 44 90 70 25 Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires www.coeur-recherche.fr Té léphone : 01 44 90 70 25 La Fondation Cœur et Recherche a été fondée par la Société Française

Plus en détail

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Maladie des valves Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Quelques repères épidémiologie éditorial Pr Bernard Iung Quelques repères Les maladies des valves

Plus en détail

maladies des artères Changer leur évolution Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs

maladies des artères Changer leur évolution Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs maladies des artères Infarctus du myocarde Accident vasculaire cérébral Artérite des membres inférieurs maladies des artères : comment, pourquoi? La principale maladie de nos artères, appelée athérosclérose,

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie. Ville : Province : Code postal :

Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie. Ville : Province : Code postal : Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie Proposition d assurance page 1 Bureau d assurance voyage inc. Pour nous joindre 1-844-500-2947

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Concept de formation post-graduée en Radiologie

Concept de formation post-graduée en Radiologie Date de la dernière modification : juin 2012 Concept de formation post-graduée en Radiologie Le Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle assure la formation des médecins assistants désirant

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail