Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007"

Transcription

1 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007

2 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06) Groupe commun d imagerie cardiaque Guichet unique Importance de la communication verbale Secrétariat Performant

3 Avant le CR, la demande UN BON CR PASSE PAR UNE DEMANDE DE QUALITE Demande spécifique Évoquant les facteurs de risque, les signes cliniques, les résultats des examens préalables.. Posant une question précise «Douleur atypique, peu de FdR,, éliminer lésion coronaire» «Stent du tronc commun; éliminer re sténose intra stent» «cathétérisme impossible de la coronaire droite: anomalie de naissance?» «Recherche d arguments en faveur d une PCC chez un patient présentant une élévation des pressions droites» «étude de la viabilité chez un patient qui doit bénéficier d un pontage p aorto-coronaire»

4 La demande de scanner Aucun acte irradiant ne peut être pratiqué sans un échange d information entre le demandeur et le réalisateur de l acte (article R du Code de la Santé Publique) Éléments indispensables Poids FC, Rythme, Pression artérielle PM, Def,, sonde endocavitaire Valve prothétique Stent,, pontage Médicaments Contre indication éventuelle Aux bêta bloquants Aux dérivés nitrés Aux PdC iodés (rein, allergie..) Et tout élément jugé utile

5

6 La demande d IRM Éléments indispensables Poids, taille (Surface corporelle) FC, Rythme PM, Def, neurostimulateur Contre indications «relatives» à l IRM Valve prothétique, stent coronaire Claustrophobie, CE métallique intra orbitaire, implant cochléaire Médicaments pris par le patient À arrêter éventuellement avant un stress pharmaco. Il est essentiel que le clinicien explique le principe général d une IRM avant de prendre le RV

7 Accords SFR SFC Respect des indications ; référentiel scientifique Nécessité d un référentiel français? Hendel et al. JACC 2006 October 3, Vol. 48, N. 7

8 Compte -Rendu Généralités Scanner IRM

9 CR: aspects légaux Compte-rendu Obligatoire, conservé 10 ans Remis au malade Le radiologue doit s assurer de la transmission de son CR (à tous les correspondants) et de sa bonne réception

10 Les principes Rappeler la question posée en la reformulant Indiquer la technique appliquée Commenter la qualité et les limites du résultat Veiller à ne pas orienter la prise en charge cardiologique: autres explorations, type de traitement.. Au cas où un message de ce type doit être passé au correspondant, la meilleure solution est le téléphone Faire un rapport global (scanner du thorax)

11 Le plan du compte-rendu L analogie avec l article scientifique Introduction Matériel et Méthode Résultats Discussion Background (question posée) Technique Description des lésions Synthèse et conclusion Blais C, Sanson L. J Can Assoc Radiol J Feb;46(1):19-22.

12 Pourquoi rappeler la question posée? Ceci permet: Au correspondant de vérifier que sa demande a été comprise Au consultant d imagerie, en reformulant la question, de se mettre le problème en tête et de s appliquer à le résoudre

13 La technique A préciser pour réaliser un éventuel suivi Prémédication: anti-allergique, allergique, β bloquant, dérivd rivé nitré,, autre.. Produit de Contraste utilisé: PdC iodé, Gado,, mg I/ml.. Machine (modèle, détecteurs) d Stress pharmacologique ; doses, techniques, incidents TDM IRM FC pendant l acquisition l (voire tracé ECG) Phase(s) optimale(s) de rétro r reconstruction Phase tardive en bas kv Type d examen d réalisr alisé; ; Fonction VG, VD, cinétique segmentaire, perfusion (repos, stress pharmacologique), rehaussement tardif

14 TDM Exposer clairement la qualité de l examen et ses limites Calcium, mouvement, artéfacts métalliques, obésité, artères de petit calibre IRM ESV, apnées de qualité médiocre, swinging heart..

15 Où arrêter le compte rendu? Attention à rester dans le champ de la discipline et dans la limite des connaissances «TDM à confronter à la coronaro..» «Oblige» le correspondant à réaliser (ou faire réaliser) la coronarographie Le CR du scanner pourrait être opposé au cardiologue en cas d IDM au décours du scanner Le CR du scanner pourrait être opposé au radiologue en cas d accident lors de la coronarographie préconisée «L IRM conclut à l absence de dysplasie arythmogène» Le dx de DAVD repose sur un faisceau d arguments La difficulté est souvent pour le cardiologue; il / elle doit se comporter en imageur et non en thérapeute

16 Le Compte-rendu Provisoire Mot dans l observation Coup de fil Indispensable dans les situations d urgence Secrétariat fermé, dossier du vendredi soir.. Il doit être prudent L IRM ne montre pas de signe d infarctus. Le compte rendu définitif suit.

17 Le discours au patient Humaniser et Médicaliser l imagerie cardiaque Examen clinique Interrogatoire Annonce du résultat Qui ne doit pas empiéter sur la décision du thérapeute exemples

18 Le Compte-rendu de scanner cardiaque et coronarien

19 introduction Question clinique Rappel des antécédents, des données fournies par les autres examens QS.

20 Aspects techniques Scanner utilisé (automatisé) Produit de contraste injecté Nature, concentration en Iode, volume et débit Volume et débit de sérum salé Tolérance par le patient de l injection Dosimétrie Indiquer le produit dose longueur (qui peut être transcrit en dose efficace, automatisé)

21 Rapport de dose ; 100 kv Constantes PAS LONGUEUR CHAMP cm CTDIvol vol mgy DLP mgy/cm 120Kv/268 ma Rappel ; Guide de bonnes pratiques SFR - IRSN

22 Hélices réalisées Hélice basse dose sur l ensemble du thorax Hélice synchronisée pour étude du cœur et des coronaires Hélice tardive éventuellement

23 Reconstruction des données Reconstruction multiphase Indiquer la (ou les) meilleure(s) phase(s) Algorithme de reconstruction (std( std,, filtre dur) Éventuellement le type de travail réalisé MPVR VR Quantification de sténose..

24 Le compte rendu est global Il est essentiel de décrire les anomalies extra cardiaques! Cancer Bronchique: 1.2% Pneumonie: 1.8% EP: 1% Masse pulmonaire bénigne: 1.2% Haller S et al. AJR July 2006;187:105-10

25 INTERET DE L EXAMEN THORACIQUE 60 ans, endocardite mitro aortique AAT Scanner coronaire pré opératoire

26 à quoi sert l hélice basse dose? Détecter une maladie extra cardiaque Analyser le degré de calcification coronaire et aortique Collimater au mieux l hélice synchronisée (radioprotection)

27 Scanner optimal normal (ou subnormal) Proportion importante dans la mesure où le scanner coronaire a une bonne VPN Compte rendu court Modèle adapté du CR de coronarographie Indiquant la position des ostiae La dominance (D dans 80% des cas) Les éventuelles atypies de trajet Question clinique d importance L examen est il totalement normal ou pas?

28

29 CR adapté du modèle de la coronarographie, pas calqué Attention à rester dans le domaine du scanner Éviter de parler de «reprise» d un vaisseau par tel autre; le scanner montre une opacification mais ne peut analyser l hémodynamique L analyse de la significativité hémodynamique d une sténose est délicate. Rester prudent sur ces aspects Caractériser une plaque d athérome est également un risque Parler de plaque calcifiée, hypodense,, ou mixte Éviter plaque «molle», «lipidique», «vulnérable», «fibreuse»..

30 l examen optimal pathologique Femme de 71 ans sans ATCD ni FdR, douleur atypique, épreuve de stress non faite en raison d une coxarthrose, FC; 60 /min,

31 l examen optimal pathologique Indication: femme de 71 ans en excellent état général, douleur atypique, pas de facteurs de risque, épreuve de stress non réalisable en raison d une coxarthrose. Technique: scanner GE VCT 64 détecteurs, examen sans injection basse dose de l ensemble du thorax, Scanner spiralé synchronisé à l ECG après injection de 90 cc de Visipaque 320. Pas de prémédication Résultat: La qualité de l examen est optimale (pour l examen des artères coronaires, c la phase optimale est 75% de l espace R-R) R R) Avant injection, l examen ne montre pas d anomalie pleurale ou parenchymateuse pulmonaire. On ne voit pas de calcification coronaire ou aortique.

32 l examen optimal pathologique Résultat (suite): Après injection, on met en évidence une dominance droite. Réseau coronaire gauche: Position habituelle du tronc commun qui est assez court. Ostium normal. L IVA présente des parois lisses, normales. Elle donne naissance à deux diagonales d aspect normal (la première est en position quasi bissectrice). Artère coronaire droite: Pas d anomalie de naissance ni de l ostium. Mise en évidence d une sténose serrée (évaluée à 80% en surface), courte (5mm), non calcifiée à l union des segments I et II. Pas d anomalie par ailleurs. IVP normale. Absence d anomalie cardiaque par ailleurs. Rehaussement normal du d myocarde. Conclusion Sténose significative à l union des segments I et II de la coronaire droite. Pas d autre anomalie vue sur cet examen de qualité optimale.

33 Scanner; le patient ponté Il est difficile de décrire correctement le réseau natif Souvent, ce n est pas la question (perméable ou thrombosé?) Importance de l évaluation de l anastomose distale Si une reprise chirurgicale est envisagée, décrire les rapports vaisseaux-sternum sternum

34 Pontage ; cas clinique Patient de 40 ans Triple pontage en semi urgence il y a un an Radiale IVP MIG IVA 2 MID marginale 1 Douleur atypique (montre du doigt) sans dyspnée, sans lien évident à l effort CT demandé pour vérifier la perméabilité des pontages

35 Résultat CT Radiale sur IVP occlus MID sur marg 1 : OK MIG sur IVA 2 : OK Coro Reperméabilisation par stents actifs Co D MIG IVA II sténose de 70-80% non vue au scanner; angioplastie

36 Le scanner après la coro. Peu décrite dans la littérature, cette circonstance est de plus en plus fréquente en pratique courante Souvent une affaire d ostium! Ou de naissance / trajet anormal Intérêt du VR Dans tous ces cas, se contenter de répondre à la question très précise qui est posée; votre correspondant n a pas besoin d une nouvelle description du réseau!

37 H 74 ans, CoD non trouvée en coro

38 Patient de 59 ans Tronc commun gauche non cathétérisé Anomalie de naissance ou de trajet Intérêt du VR

39 Le stent: prudence! Les stents du TCG semble correctement analysables La thrombose ou la perméabilité sont généralement univoques La récidive intra stent est de diagnostic parfois délicat (diam. <3 mm, ep.. >140 microns) Mais l optimisme est de rigueur à très court terme pour le scanner Van Mieghem et al. Circulation 2006; Aug 15;114(7): Gilard M et al. Am J Cardiol 2005;95:110

40 20 ans, hyperchol. Familiale Arrêt intempestif du Plavix

41 70 ans, Takayashu, sténose de l Aort Thx descendante, souffle

42 16 détecteurs 64 détecteurs

43 coronarographie d interprétation difficile pour l anévrysme FC; 85 /min, Octogénaire en mauvais état général, préciser l afférence de l Anévrysme coronaire

44 l examen limité Indication: QS Technique: QS Résultat: La qualité de l examen est correcte seulement pour les troncs proximaux (phase optimale à 75% de l espace R-R) R R) en dehors des segments très calcifiés. Avant injection, QS Après injection, l examen met en évidence un anévrysme non thrombosé de 12 mm de Ø,, dont l afférence est située au niveau de la bifurcation du tronc commun. L ostium du TCG présente une calcification, mais n apparaît pas sténosé.. Sténose longue du tronc commun, évaluée à 50% en section. Une volumineuse calcification de la bifurcation du TCG en amont de l anévrysme empêche la quantification tion à ce niveau.

45 Et parfois, L examen est non contributif pour l analyse des coronaires

46

47 Patiente diabétique ID de 45 ans Coronarographie en 2001: sténose 30% de l IVA proximale. Traitement médical bien conduit Aujourd hui; dyspnée d effort se majorant sans douleur Antécédent d AVC ischémique avec algodystrophie d épaule gênant l épreuve d effort Adressée par un cardiologue libéral

48 Patiente diabétique ID de 45 ans Technique 1 bouffée de Natispray 100 cc Visipaque 320 Synchro de bonne qualité (RS à 61 bpm)

49

50

51 Quand le scanner est supérieur à la coronarographie, il faut aussi le dire H, 47 ans, sportif, sans ATCD Infarctus rudimentaire de topographie latéro basale en août 2006 Coronarographie : CD anévrysmale, anévrysme 1ere marginale G, pas de sténose coronaire

52 Scanner cardiaque (CCN St Denis)

53 Marginale 1

54 Suivi à 2 mois (Rouen) Sous AVK Suivi INR Patient asymptomatique

55 Coronaire D octobre 2006

56 Discussion Probable Kawasaki non diagnostiqué pendant l enfance ou l adolescence Risque élevé de complications coronariennes Sténoses et anévrysmes Thrombus mural Nécessité de traitement au long cours Indication «non officielle» du scanner

57 Mr T, 60 ans

58 Mr T, 60 ans

59 Mr T, 60 ans

60 Parfois le résultat est identique et l impact très différent.

61 Patiente diabétique ID de 45 ans Dyspnée sans douleur Test ischémique difficile (hémiplégie) Technique 1 bouffée de Natispray 100 cc Visipaque 320 Synchro de bonne qualité (RS à 61 bpm)

62

63

64 comparateur 70 ans, retraité, sportif, FDR; HTA traitée Asymptomatique Troubles de repolarisation anciens en V5-V6 V6 Scintigraphie d effort : doute sur une ischémie apico septale «ce n est sûrement pas grand-chose; on vérifie que tes coronaires sont normales en scanner..»

65 Analyse difficile de la lumière, mais dépistage d une lésion longue, mixte, qui justifie une coronarographie conventionnelle -sténose serrée : deux stents Test ischémique considéré comme positif Secondairement après le scanner du fait de la corrélation anatomique

66 Compte rendu type d IRM Indication Technique Résultat Morphologie Cinétique globale et segmentaire Fonction ; FE, masse, volumes Perfusion de 1 er passage Rehaussement tardif Synthèse, confrontation du résultat aux données cliniques

67 En IRM aussi, le CR est global.. Quel est votre diagnostic?

68 morphologie F, 67 ans Sclérodermie Pressions D augmentées PCC ou CMR? TrueFisp HASTE 4 C

69 Morphologie avec et sans Gd

70 Sportif, 42 ans 1 1 accident récent de tachy arythmie Pas de FdR Marathon, sports de combat

71 Peut on mesurer la paroi sur ce type d image? HASTE 4 C

72

73

74 HASTE synchronisé

75 True fisp et TAGGING

76 Aspects fonctionnels DT et contexte fébrile chez un patient de 40 ans sans antécédent et FDR CV Élévation minime de la troponine Troubles diffus de repolarisation

77

78 Séquence de viabilité (PSIR)

79 AHA 17 segments

80 Shunt- étude Morpho- fonctionnelle

81

82 Perfusion de premier passage Indiquer le volume et le débit de perfusion Le territoire vasculaire hypoperfusé

83 Séquence de rehaussement tardif Peu spécifique, mais sensible Tatouage de la nécrose, de la fibrose, des granulomes inflammatoires.. Acquisition 10 minutes après l injection, après mesure du temps d inversion du myocarde normal

84 Quels documents rendre? Un compte rendu TDM Un CD incluant la ou les meilleures séries pour une éventuelle reconstruction ultérieure Une planche d images clés sur le CD (+/-film) Un rapport de dose IRM CD incluant les séquences pertinentes L évaluation fonctionnelle Images clés

85 Conclusion Valeur légale du compte rendu Importance de la communication verbale en plus du CR La véritable crédibilité de l imageur réside dans la qualité des compte-rendus Les images sont en pratique peu examinées par les correspondants Attention au couple classique! Examen superbe / compte rendu médiocre

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner et IRM JN Dacher, Rouen Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner cardiovasculaire EP, AAT, AAA, dissection Le scanner devient rapidement un examen de référence dans le bilan diagnostique et le

Plus en détail

PCEM2, 18 novembre 2011. Scanner cardiaque

PCEM2, 18 novembre 2011. Scanner cardiaque PCEM2, 18 novembre 2011 Scanner cardiaque Dr Dominique BOULMIER - Département de Cardiologie et Maladies Vasculaires Dr Jean-François HEAUTOT et Antoine LARRALDE Pôle d Imagerie Médicale Phase hospitalière

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR A CORRE MANIPULATRICE Scanner Chu Rouen A JARDEL MANIPULATEUR Scanner Chu Rouen JN DACHER RADIOLOGUE radiologie CHU ROUEN J THIEBOT RADIOLOGUE Chef de service

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed.

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed. le point sur Coronarographie par CT-scan en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 532-7 E. De Benedetti P. Urban H. Hauser Drs Edoardo De Benedetti et Philip Urban Département cardiovasculaire Dr Hermann Hauser

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- En radiologie conventionnelle 1. Tube radiogène produisant des rayons X 2. Faisceau incident homogène 3. Patient

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV Directeur: Pr. J. Schwitter Protocole Titre : RMC de stress pharmacologique Définition Examen fonctionnel

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Dr Lacroix V- Pr Hammer F Service de Chirurgie Vasculaire Service de Radiologie Interventionnelle 8 mai 2010 Journée ECU-UCL Sténoses

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: intérêt pour la resynchronisation cardiaque.

ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: intérêt pour la resynchronisation cardiaque. ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: analyse par scanner 16 détecteurs et intérêt pour la resynchronisation cardiaque. V. Mathe-Bonnet (1), V Chabbert (1), P Mondoly (2), M Delay (2), F Joffre (1), H Rousseau

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux Dr Alban GERVAISE Facteurs comportementaux A ne pas négliger! Sûrement les facteurs les plus importants +++ 3 grands principes

Plus en détail

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE Le 01-03-05 Soins Infirmiers aux personnes atteintes d affections cardio-vasculaires Mr L HERONDEL LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE I Exploration radiologique vasculaire par cathétérisme A Aortographie

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire?

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire? CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient La maladie des artères coronaires Maladie, diagnostic et traitements 1 La maladie : l athérome coronaire Artères coronaires Le cœur est un muscle

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Dr Cassagneau Pierre Service d imagerie Pr Bartoli-Moulin Hôpital de la Timone - Marseille Place de l imagerie en coupe Très limitée Réservée en principe

Plus en détail

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 MATERIEL UTILISE Siemens Symphony 1.5T Antenne corps en réseau phasé couplée à l antenne rachis

Plus en détail

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS La recherche clinique à l ICPS Hopital Privé Jacques Cartier (Massy) Hopital Privé Claude Galien (Quincy-sous-Sénart) Etat de l art Recherche clinique présente à l ICPS depuis ses débuts en 1995 Participation

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire J. CHARTON, E-M. KIEFFER, S. REBIH, G. BAZILLE, H. LANG, C. ROY Service

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Statistiques 2005 1/3 des AT mortels sont des accidents de trajets Triple Aptitude Aptitude Technique

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Suivi post-professionnel (SPP) des personnes exposées à l amiante

Suivi post-professionnel (SPP) des personnes exposées à l amiante PROTOCOLE D IMAGERIE MEDICALE Suivi post-professionnel (SPP) des personnes exposées à l amiante Octobre 2011 Société française de médecine du travail Haute Autorité de Santé Service documentation information

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient 3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient Relevé des doses délivrées Démarche relativement récente D où viennent les chiffres?

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN

Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN Reformations MIP Temps artériel Temps portal Anatomie pathologique-macroscopie

Plus en détail

Paris Mise à jour 10-04-09

Paris Mise à jour 10-04-09 Rééducation du Coronarien et Sports en Montagne Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour 10-04-09 Les réactions de l organisme àl altitude Définition biologique de l altitude 8000

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Sémiologie cardio-vasculaire

Sémiologie cardio-vasculaire Sémiologie cardio-vasculaire Q-1 A quoi sert la classification NYHA? Décrivez la. Q-2 Décrire la douleur d angor d effort. Citez les principaux éléments sémiologiques recueillis à l interrogatoire qui

Plus en détail

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Au sein du siège européen de GE Healthcare à Buc (78), vous intégrerez l équipe Applications Médicales Avancées Dans le cadre du perfectionnement

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Stages : Prototypes d applications médicales

Stages : Prototypes d applications médicales Stages : Prototypes d applications médicales en bout un prototype d application médicale 3D au sein de notre framework d applications : Création des spécifications Eventuellement discussions avec le marketing

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un 1 2 Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un circuit sanguin extra-corporel, le plus souvent

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner

Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner Jean-Marc TREUTENAERE Istres France Mail: treutenaere@hotmail.com Objectif Exposer notre expérience de la mise en place d un système de gestion

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 but Création d un abord natif le plus distal possible BILAN ADAPTE AU PATIENT : selon sa pathologie, son âge et ses ATCDS pourquoi un bilan pré-op?

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

FEUILLET DU MATIN ABDOMEN GENITO-URINAIRE CERVICAL & ENDOCRINOLOGIE VASCULAIRE URGENCES

FEUILLET DU MATIN ABDOMEN GENITO-URINAIRE CERVICAL & ENDOCRINOLOGIE VASCULAIRE URGENCES FEUILLET DU MATIN ABDOMEN GENITO-URINAIRE CERVICAL & ENDOCRINOLOGIE VASCULAIRE URGENCES 1/8 Module «Abdomen» (2 Sujets: 1 heure) o Quels sont les signes écho-doppler de la cirrhose hépatique et quel est

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient.

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Ce document a pour seul objectif d informer, il ne s agit pas Ce d un document outil de diagnostic. a pour seul Pour objectif toute d informer, question,

Plus en détail