Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Té léphone :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Té léphone : 01 44 90 70 25"

Transcription

1 Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires Té léphone :

2 La Fondation Cœur et Recherche a été fondée par la Société Française de Cardiologie > La Société Française de Cardiologie est une association loi 1901 créée en 1937 pour développer et diffuser les connaissances scientifiques dans le domaine cardiovasculaire > Société savante nationale ouverte à l ensemble des cardiologues hospitaliers, hospitalo-universitaires et libéraux ayant 3 missions statutaires 1. Développer la recherche scientifique dans le domaine cardiovasculaire et propager les résultats 2. Indiquer les règles du bon exercice de la pratique cardiologique notamment par l édition de recommandations 3. Améliorer la connaissance des maladies cardiovasculaires auprès des différents professionnels de santé en assurant une formation continue de qualité > Annuellement, elle organise de nombreux congrès scientifiques pour les acteurs du domaine cardiovasculaire

3 Fer de lance de la recherche françaiseen cardiologie La Fondation Cœur et Recherche, Fondation Reconnue d Utilité Publique en 2011, a été créée : > Pour participer activement à l amélioration de la santé publique > Pour contribuer au développement de la recherche en cardiologie

4 Une ambition nécessaire et légitime Nos missions statutaires sont : > Favoriser la recherche dans le domaine des maladies cardiovasculaires en vue de faire progresser les connaissances et d améliorer la qualité des soins apportés aux patients concernés > Optimiser la structuration de la recherche cardiovasculaire en France pour améliorer sa compétitivité internationale > Assurer la diffusion des résultats obtenus > Elaborer et diffuser des réponses innovantes à l accompagnement des patients concernés tout au long de leur vie

5 La Fondation s est dotée d un Conseil d Administration constitué de personnalités reconnues Collège du fondateur, la Société Française de Cardiologie > Michel KOMAJDA, Professeur de cardiologie Président de la Fondation > Albert HAGEGE, Professeur de cardiologie > Serge KOWNATOR, Cardiologue libéral Collège des partenaires institutionnels > CNAMTS, représenté par François ALLA > CNRS, représenté par Alain FUCHS > INSERM, représenté par Alain TEDGUI Collège des personnes qualifiées > Dominique BAZY, co-fondateur de Barber Hauler Capital Advisers > Elie COHEN, économiste français > 3 ème personne en cours de nomination Commissaire du Gouvernement > Jean-Marie Martinez, représentant le Ministère de l Intérieur

6 Et d un Conseil Scientifique, garant des programmes de recherche clinique de qualité Président : Professeur Jean-Claude DAUBERT Le Conseil Scientifique est un organe consultatif auprès du Conseil d Administration, garant de la qualité des grandes orientations scientifiques, des programmes d activités et des projets choisis dans le cadre des appels à projets.

7 Les maladies cardiovasculaires, 1ère cause de morbidité et de mortalité dans le monde Enjeu majeur de santé publique > Au début du 20 ème siècle, les maladies cardiovasculaires étaient responsables d environ 10% des décès. En janvier 2015, l Organisation Mondiale de la Santé publiait : > Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes en raison de maladies cardiovasculaires que de toute autre cause. > On estime à 17,5 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardiovasculaires, soit 31% de la mortalité mondiale totale. Plus des trois quarts des décès liés aux maladies cardiovasculaires interviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. > Sur les 16 millions de décès survenant avant l âge de 70 ans et liés à des maladies non transmissibles, 82% se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et 37% sont imputables aux maladies cardiovasculaires. > En 2020, selon les projections des organismes internationaux, elles seront responsables de 25 millions de décès par an!

8 Poursuivre les efforts de recherche pour enrayer les évolutions prévisibles > Les modifications des modes de vie, l augmentation de l obésité et le vieillissement de la population sont les sujets de préoccupation actuelle et future qui ont des impacts inexorables sur notre société > En devenant chroniques, les maladies cardiovasculaires génèrent une morbidité et des coûts de prise en charge croissants. Elles sont la 1 ère cause d hospitalisation chez l adulte et constituent un motif majeur de recours médical. > Et à ces coûts considérables, s ajoutent ceux liés aux soins informels et aux pertes de production en raison des décès.

9 Des efforts majeurs de recherche restent à entreprendre et à amplifier > En recherche fondamentale Cette recherche, dite amont, élucide les mécanismes complexes qui conduisent aux maladies cardiovasculaires. Elle est absolument indispensable au développement de nouvelles thérapeutiques ou de nouvelles stratégies. > Comme en recherche clinique La recherche clinique affine l évaluation du risque cardiovasculaire individuel ou de groupes d individus et détermine les meilleurs cibles pour les stratégies préventives et curatives. > A côté des facteurs de risques classiques, de nouveaux facteurs biologiques ou génétiques sont maintenant à prendre en compte. > Il convient alors de tester les traitements préventifs sur des échantillons représentatifs de population avant une diffusion à large échelle.

10 La Fondation s engage à financer des projets collaboratifs, originaux et audacieux > Favoriser le développement de réseaux cliniques et translationnels > Affiner les connaissances épidémiologiques, mieux comprendre les déterminants des maladies et leur évolution dans le temps > Développer de nouvelles stratégies de diagnostic, de traitement et de prévention

11 Des chercheurs français créatifs pour lesquels votre implication est essentielle > Les chercheurs français sont créatifs et de nombreuses innovations thérapeutiques majeures dans le domaine cardiovasculaire sont nées en France. Stents coronaires, substituts valvulaires d origine animale, ablation endocavitaire pour le traitement des troubles du rythme cardiaque, traitement électrique de l insuffisance cardiaque, remplacements valvulaires percutanés, et dernièrement le cœur artificiel > Pourtant la production scientifique française progresse peu et pas assez vite. > Parmi les causes identifiées, viennent en tête les difficultés à développer l innovation au-delà du concept original et le manque de moyens humains et financiers pour développer des projets d envergure.

12 Donner à la Fondation, c est apporter votre soutien à des besoins de recherche toujours plus importants > C est concrètement tout le défi que s est fixée la Fondation Cœur et Recherche Donner aux équipes les moyens de développer en commun des projets de recherche originaux et ambitieux

13 Depuis 2011, la Fondation Cœur et Recherche soutient 17 projets de recherche 5 projets sur l insuffisance cardiaque > QSOX1, un biomarqueur de l'insuffisance cardiaque aigue Pr Alain Cohen-Solal > Rôle de GADD45 GAMMA dans l insuffisance cardiaque post-infarctus Dr Luc Lorgis > Validation de nouveaux biomarqueurs urinaires d insuffisance cardiaque Dr Philippe Rouet > Etude comparative de l'épidémiologie des 3 principales pathologies cardiovasculaires liées à l'âge : insuffisance cardiaque, maladie coronaire et fibrillation atriale Pr Nicolas Lamblin > Diurétique versus Placebo dans l infarctus inférieur avec extension au ventricule droit Dr Pascal Lim

14 Depuis 2011, la Fondation Cœur et Recherche soutient 17 projets de recherche 5 projets pour les maladies coronariennes > B Cell Activating Factor (BAFF) et risque cardiovasculaire après infarctus du myocarde Dr Ziat Mallat > Etude cas-témoins GENES : propriétés fonctionnelles des sous-fractions de HDL, impact sur l athérosclérose Pr Meyer Elbaz > Génétique du Rétrécissement Aortique Calcifié Pr Thierry Le Tourneau > Etude EURECA : Effecteur circulant impliqué dans le mécanisme du conditionnement myocardique à distance Pr Fabrice Prunier > Etude multicentrique, visant à évaluer l intérêt d une dose de prasugrel adaptée à un test biologique Verifynow (Bras Monitoré) en comparaison à dose fixe de prasugrel (Bras Conventionnel) chez des patients âgés de plus de 75 ans nécessitant une angioplastie avec mise en place d un stent en vue de réduire les complications hémorragiques et ischémiques ainsi que les thromboses de stents Pr Guillaume Cayla

15 Depuis 2011, la Fondation Cœur et Recherche soutient 17 projets de recherche 4 projets pour les pathologies valvulaires > Apport de la TEP-TDM au 18F-FDG dans le diagnostic des endocardites infectieuses sur prothèses valvulaires Dr Franck Thuny > Intérêt de la Tomographie par Emission de Positron au 18Fluorure de Sodium dans la Prédiction de la Progression de la Sténose Valvulaire Aortique Pr David Messika-Zeitoun > Endocardite infectieuse du sujet âgé : description des caractéristiques gériatriques et de leur influence sur la prise en charge thérapeutique et la morbimortalité à 3 mois Dr Christine Selton-Suty > Épidémiologie et Physiopathologie du prolapsus valvulaire mitral par dégénérescence fibro-élastique Pr Thierry Le Tourneau

16 Depuis 2011, la Fondation Cœur et Recherche soutient 17 projets de recherche 3 projets pour la fibrillation auriculaire, les troubles du rythme > Cartographie des sources et du substrat des arythmies cardiaques fibrillatoires dans l oreillette gauche Dr Mélèze Hocini > Etude génétique de la fibrillation auriculaire par séquençage d exome Pr Vincent Probst > Identification des bases génétiques des formes dégénératives de troubles de conduction auriculo-ventriculaires chez les sujets âgés Pr Vincent Probst

17 Un engagement généreux, sociétal et durable Votre don est essentiel au développement des projets de recherche cardiovasculaire et cela afin d accompagner toujours mieux les équipes de recherche > La Fondation Cœur et Recherche, Fondation Reconnue d Utilité Publique est habilitée à recevoir des dons dans le cadre de la loi TEPA qui ouvrent droit à une réduction fiscale. > Votre don est déductible à hauteur de 66% dans la limite de 20% du revenu imposable. > Votre don ISF est déductible à hauteur de 75% dans la limite maximale de

18 Modalités de don Pour vous engager aux côtés de la Fondation, il vous suffit : > de remplir le formulaire de don > Puis, d effectuer votre don par chèque ou par virement bancaire Titulaire du compte : Fondation Cœur et Recherche IBAN : FR P27 BIC : CRLYFRPP En toute confiance : les comptes de la Fondation sont certifiés chaque année par le Commissaire aux Comptes. La Fondation respecte les règles de transparence financière, de rigueur, de gestion. Elle choisit de financer chaque année un nombre défini de projets privilégiant ainsi la qualité scientifique et l espoir d avancées nécessaires à l amélioration des soins apportés aux patients.

19 Merci! Pour plus d informations, vous pouvez prendre contact avec Florie Weber-Faulet Té léphone :

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

et si demain 30% DE CES PATIENTS MORTS D UNE CRISE CARDIAQUE CHAQUE JOUR EN FRANCE, MORTS SUBITES, 575

et si demain 30% DE CES PATIENTS MORTS D UNE CRISE CARDIAQUE CHAQUE JOUR EN FRANCE, MORTS SUBITES, 575 213 MORTS D UNE CRISE CARDIAQUE CHAQUE JOUR EN FRANCE, 110 MORTS SUBITES, 575 PATIENTS HOSPITALISÉS POUR INSUFFISANCE CARDIAQUE, 30% DE CES PATIENTS RÉHOSPITALISÉS DANS L ANNÉE, et si demain Ensemble,

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle Règlement ARTICLE I

Plus en détail

Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche.

Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche. Fondation de recherche médicale reconnue d utilité publique Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche. www.digestscience.com «Dans cette maladie, les symptômes et les traitements sont pénibles.

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

LA FORCE DE L ONCOPOLE, c est la réunion totalement inédite de compétences

LA FORCE DE L ONCOPOLE, c est la réunion totalement inédite de compétences FORMATION + RECHERCHE + SOIN + INDUSTRIE : C EST L ONCOPOLE. LA FORCE DE L ONCOPOLE, c est la réunion totalement inédite de compétences L originalité de l Oncopole est de regrouper sur un même thème, la

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

NB : Les appels d offres «Amorçage de jeunes Equipes 2016» et «Equipes labellisées FRM 2017 présélection 2016» seront diffusés en février 2016.

NB : Les appels d offres «Amorçage de jeunes Equipes 2016» et «Equipes labellisées FRM 2017 présélection 2016» seront diffusés en février 2016. PROGRAMME 2016 ESPOIRS DE LA RECHERCHE Le programme Espoirs de la recherche de la Fondation pour la Recherche Médicale soutient des projets de recherche dans tous les domaines de la biologie et de la santé.

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients 2 Un réseau social pour améliorer la prise en charge des patients. MeltingDoc valorise les compétences des médecins et

Plus en détail

Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie. Journée Européenne de l insuffisance cardiaque Vendredi 11 mai 2012

Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie. Journée Européenne de l insuffisance cardiaque Vendredi 11 mai 2012 1 Sommaire Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie Journée Européenne de l insuffisance cardiaque «Agir pour vivre mieux!» Communiqué de presse Société Française de Cardiologie

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention 1 re PARTIE Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention Table ronde N 1 Les réponses de l état : quelles politiques publiques pour la recherche? Ont pris part aux débats : Pr Mathieu

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

DEVENEZ PARTENAIRE DES 60 ANS DE L AJD ASSOCIEZ VOTRE LOGO AU LOGO DE L AJD SUR NOS DIFFÉRENTS OUTILS DE COMMUNICATION

DEVENEZ PARTENAIRE DES 60 ANS DE L AJD ASSOCIEZ VOTRE LOGO AU LOGO DE L AJD SUR NOS DIFFÉRENTS OUTILS DE COMMUNICATION 60 ANS D EXPÉRIENCES ET D EXPERTISE Depuis sa création, l AJD s inscrit dans un projet associatif fort : améliorer le quotidien des jeunes ayant un diabète et de leur famille en leur proposant des solutions

Plus en détail

Le but de l association

Le but de l association Association FORT TITOUAN Association Loi 1901 basée à Saint Julien de Concelles reconnue d'intérêt général 8 rue de La Loire 44450 Saint Julien de Concelles 0650707827/0650356410 Site internet: www.asso-fort-titouan.fr

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

L appel d offres «Equipes labellisées FRM 2016 présélection 2015» sera diffusé en avril 2015. Critères généraux concernant les aides individuelles

L appel d offres «Equipes labellisées FRM 2016 présélection 2015» sera diffusé en avril 2015. Critères généraux concernant les aides individuelles PROGRAMME 2015 ESPOIRS DE LA RECHERCHE Le programme Espoirs de la recherche de la Fondation pour la Recherche Médicale soutient des projets de recherche dans tous les domaines de la biologie et de la santé.

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie

Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie David Messika-Zeitoun Service de Cardiologie Hôpital Bichat Rationnel Examen de routine Vieillissement

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE Engagé dans une compétition internationale, Sanofi a fait le choix de la France pour y baser ses principales activités

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

BULLETIN DES REGISTRES N 12

BULLETIN DES REGISTRES N 12 Société française de Cardiologie 5 rue des Colonnes du Trône 75012 Paris Tél : 01 43 22 33 33 Fax : 01 43 22 63 61 MALADIE CORONAIRE BULLETIN DES REGISTRES N 12 RYTHMOLOGIE La Société Française de Cardiologie,

Plus en détail

DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE!

DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE! DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE! Journée de la Fondation Cœur et Artères 23 septembre 2009 Palais du Luxembourg Paris DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE

Plus en détail

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES Description clinique de la pathologie La dysplasie arythmogène du ventricule droit (DAVD) est une cardiomyopathie évolutive (maladie du muscle

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale

Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale Processus de validation et de prise en charge de l innovation médicale en France Recherche translationnelle Recherche clinique Cognitive Non comparative

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE Je fais un don à la Fondation de France / Fondation des promoteurs immobiliers de France de : 1.500 5.000 Engagement de soutien :

Plus en détail

Les Virades de l Espoir. Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose

Les Virades de l Espoir. Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose Les Virades de l Espoir Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose GlaxoSmithKline Le Souffle de l engagement Acteur majeur de l industrie pharmaceutique mondiale, le laboratoire GlaxoSmithKline

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs

Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs Formation de Spécialisation en Soins Palliatifs Dispositions générales Remarque préliminaire La formation de spécialisation en soins palliatifs est basée sur les objectifs de la formation d approfondissement

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Kyomed/ Déc. 2015 SMART-MINING DANS LA SANTÉ: POUR QUELLES APPLICATIONS ET POUR QUELS USAGES? UN EXEMPLE DANS LA RHINITE ALLERGIQUE SYLVIE ARNAVIELHE

Kyomed/ Déc. 2015 SMART-MINING DANS LA SANTÉ: POUR QUELLES APPLICATIONS ET POUR QUELS USAGES? UN EXEMPLE DANS LA RHINITE ALLERGIQUE SYLVIE ARNAVIELHE Kyomed/ Déc. 2015 SMART-MINING DANS LA SANTÉ: POUR QUELLES APPLICATIONS ET POUR QUELS USAGES? UN EXEMPLE DANS LA RHINITE ALLERGIQUE SYLVIE ARNAVIELHE KYOMED- 10 DÉCEMBRE 2015 2 BIG DATA Description en

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol.

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. Hegel Vol. 1 N 2 2011 77 LETTRE À LA RÉDACTION Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. I n 1 Pour faire suite

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE

DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE SIGNATURE DES CONVENTIONS A PROPOS DE L AMO ET DU RAMED Rabat, 10 septembre 2014. Monsieur le

Plus en détail

MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE

MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE PAGE DE GARDE DU FORMULAIRE DE DEMANDE NOM DE LA JURIDICTION : TITRE DU PROGRAMME : CITE/VILLAGE : ETAT/ PROVINCE/PAYS : DIRECTEUR DU PROGRAMME : ADRESSE

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Projet MaVie. avec le

Projet MaVie. avec le Projet MaVie Maintien de l autonomie avec le vieillissement UN ENJEU DE SOCIÉTÉ ET DE SANTÉ PUBLIQUE ESSENTIEL Il a été démontré que la perte de fonction musculaire (perte de masse, de force et de qualité

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Le médecin et les assurances

Le médecin et les assurances «Le rôle du médecin, hier, aujourd hui et demain» Présentation par Yves Robert, M.D. M.Sc. Secrétaire Dans le cadre du midi-conférence de l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Décembre

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Le contexte du marché algérien Les motifs d une bonne gestion de la relation client Les principes structurels de l Entreprise Les objectifs

Plus en détail

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring Suivi à distance des stimulateurs cardiaques par télécardiologie Première étude prospective randomisée Investigateur principal: COMPAS Pr. Philippe MABO CHU Rennes, Université Rennes I, Unité Inserm 642,

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique?

Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique? Conseillers en gestion de patrimoine Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique? sommaire Pourquoi recommander la Fondation de France à vos clients? Pour son expertise Pour son offre

Plus en détail

Fondation Recherche Cardio-Vasculaire. Institut de France. Premier programme de recherche en France sur. le Cœur des femmes

Fondation Recherche Cardio-Vasculaire. Institut de France. Premier programme de recherche en France sur. le Cœur des femmes Fondation Recherche Cardio-Vasculaire Institut de France Premier programme de recherche en France sur le Cœur des femmes La Fondation Recherche Cardio-Vasculaire La Fondation Recherche Cardio-Vasculaire

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir?

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Prof. Antoine Bailly Président forumsante.ch Prix Vautrin Lud, «Nobel» de Géographie Un système de santé apprécié et critiqué Toutes les

Plus en détail

Soutenir l Université. Les fondations de l Université catholique de Louvain UCL. Université catholique de Louvain

Soutenir l Université. Les fondations de l Université catholique de Louvain UCL. Université catholique de Louvain Soutenir l Université Les fondations de l Université catholique de Louvain Université catholique de Louvain UCL L Université et ses trois fondations L université est au service de chacun de nous, à plusieurs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Présentation Cadre officiel les établissements d enseignement : l institut supérieur d ostéopathie Paris l exercice professionnel :

Présentation Cadre officiel les établissements d enseignement : l institut supérieur d ostéopathie Paris l exercice professionnel : l'ostéopathie Présentation L ostéopathie est un art de soigner exclusivement manuel, complémentaire de la médecine classique. Elle repose sur l anatomie et la physiologie et s adresse à l individu dans

Plus en détail

A chacun son médecin de famille

A chacun son médecin de famille A chacun son médecin de famille Des médecins de famille pour la Suisse aujourd hui et demain www.fondation-medecins-famille.ch Médecins de famille et pédiatres en Suisse Toute personne, âgée ou jeune,

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

Du nouveau pour votre formation Réforme de la Formation Continue

Du nouveau pour votre formation Réforme de la Formation Continue Du nouveau pour votre formation Réforme de la Formation Continue Le plan 1. La réforme de la formation 1.1 La philosophie de la réforme 1.2 Quelques dates 2. Les principales innovations 2.1 Changements

Plus en détail

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 8 juillet 2009. PROPOSITION DE LOI visant à reconnaître la profession

Plus en détail

L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité

L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité Contacts presse : Fondation de France Dorothée Vital Agence YESwecan Emilie Loubié T. 01 44 21 31 91 F. 01 44 21 87 30 T. 01 40 26 11 40 F. 01

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

DISPOSITIFS MEDICAUX : Communication et Innovation

DISPOSITIFS MEDICAUX : Communication et Innovation DISPOSITIFS MEDICAUX : Communication et Innovation Odile Corbin, Directeur général du SNITEM L Industrie des TIC appliquées au domaine de la santé et de l autonomie 1 er décembre 2009 Copyright 2009 -

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat I Notre organisme a) Les Statuts juridiques La Fondation Objectif Grandes Ecoles ne dispose pas de statuts propres puisqu elle est sous égide

Plus en détail

Les grandes études de télémédecine en France

Les grandes études de télémédecine en France Les grandes études de télémédecine en France Optimisation de la Surveillance ambulatoire des Insuffisants CArdiaques par Télécardiologie De Midi-Pyrénées au Sud de la France M Galinier, A Pathak Pôle Cardio-Vasculaire

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Insuffisance rénale chronique

Insuffisance rénale chronique Programme GDR en Picardie Insuffisance rénale chronique Dr Matthieu Derancourt Référent médical IRC ARS Picardie ELEMENTS DE CONTEXTE 2 Contexte Instruction validée par le CNP le 17 décembre 2010 Visa

Plus en détail

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS)

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS) Pôle Départemental de Médecine du Sport Conception : ClinicProSport / Design : kreo / Crédits photos : Alexis Harnichard, Lionel Antoni Le Pôle départemental de médecine du sport de l Essonne (PDMS) Pôle

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

SPECIAL FISCALITé 2013

SPECIAL FISCALITé 2013 SPECIAL FISCALITé 2013 ISF et impôt sur le revenu LA FONDATION MÉDECINS SANS FRONTIÈRES Innover et agir dans l humanitaire N. Vigilanti / MSF Donnez de l impact à votre ISF en renforçant notre capacité

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Arrêt cardiaque Premier registre national

Arrêt cardiaque Premier registre national Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé PRESENTATION du document ci-joint www.lepetitsitesante.fr Des centaines d'actualités, reportages et dossiers Santé et Environnement Arrêt cardiaque

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail