Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Té léphone :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Té léphone : 01 44 90 70 25"

Transcription

1 Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires Té léphone :

2 La Fondation Cœur et Recherche a été fondée par la Société Française de Cardiologie > La Société Française de Cardiologie est une association loi 1901 créée en 1937 pour développer et diffuser les connaissances scientifiques dans le domaine cardiovasculaire > Société savante nationale ouverte à l ensemble des cardiologues hospitaliers, hospitalo-universitaires et libéraux ayant 3 missions statutaires 1. Développer la recherche scientifique dans le domaine cardiovasculaire et propager les résultats 2. Indiquer les règles du bon exercice de la pratique cardiologique notamment par l édition de recommandations 3. Améliorer la connaissance des maladies cardiovasculaires auprès des différents professionnels de santé en assurant une formation continue de qualité > Annuellement, elle organise de nombreux congrès scientifiques pour les acteurs du domaine cardiovasculaire

3 Fer de lance de la recherche françaiseen cardiologie La Fondation Cœur et Recherche, Fondation Reconnue d Utilité Publique en 2011, a été créée : > Pour participer activement à l amélioration de la santé publique > Pour contribuer au développement de la recherche en cardiologie

4 Une ambition nécessaire et légitime Nos missions statutaires sont : > Favoriser la recherche dans le domaine des maladies cardiovasculaires en vue de faire progresser les connaissances et d améliorer la qualité des soins apportés aux patients concernés > Optimiser la structuration de la recherche cardiovasculaire en France pour améliorer sa compétitivité internationale > Assurer la diffusion des résultats obtenus > Elaborer et diffuser des réponses innovantes à l accompagnement des patients concernés tout au long de leur vie

5 La Fondation s est dotée d un Conseil d Administration constitué de personnalités reconnues Collège du fondateur, la Société Française de Cardiologie > Michel KOMAJDA, Professeur de cardiologie Président de la Fondation > Albert HAGEGE, Professeur de cardiologie > Serge KOWNATOR, Cardiologue libéral Collège des partenaires institutionnels > CNAMTS, représenté par François ALLA > CNRS, représenté par Alain FUCHS > INSERM, représenté par Alain TEDGUI Collège des personnes qualifiées > Dominique BAZY, co-fondateur de Barber Hauler Capital Advisers > Elie COHEN, économiste français > 3 ème personne en cours de nomination Commissaire du Gouvernement > Jean-Marie Martinez, représentant le Ministère de l Intérieur

6 Et d un Conseil Scientifique, garant des programmes de recherche clinique de qualité Président : Professeur Jean-Claude DAUBERT Le Conseil Scientifique est un organe consultatif auprès du Conseil d Administration, garant de la qualité des grandes orientations scientifiques, des programmes d activités et des projets choisis dans le cadre des appels à projets.

7 Les maladies cardiovasculaires, 1ère cause de morbidité et de mortalité dans le monde Enjeu majeur de santé publique > Au début du 20 ème siècle, les maladies cardiovasculaires étaient responsables d environ 10% des décès. En janvier 2015, l Organisation Mondiale de la Santé publiait : > Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes en raison de maladies cardiovasculaires que de toute autre cause. > On estime à 17,5 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardiovasculaires, soit 31% de la mortalité mondiale totale. Plus des trois quarts des décès liés aux maladies cardiovasculaires interviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. > Sur les 16 millions de décès survenant avant l âge de 70 ans et liés à des maladies non transmissibles, 82% se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et 37% sont imputables aux maladies cardiovasculaires. > En 2020, selon les projections des organismes internationaux, elles seront responsables de 25 millions de décès par an!

8 Poursuivre les efforts de recherche pour enrayer les évolutions prévisibles > Les modifications des modes de vie, l augmentation de l obésité et le vieillissement de la population sont les sujets de préoccupation actuelle et future qui ont des impacts inexorables sur notre société > En devenant chroniques, les maladies cardiovasculaires génèrent une morbidité et des coûts de prise en charge croissants. Elles sont la 1 ère cause d hospitalisation chez l adulte et constituent un motif majeur de recours médical. > Et à ces coûts considérables, s ajoutent ceux liés aux soins informels et aux pertes de production en raison des décès.

9 Des efforts majeurs de recherche restent à entreprendre et à amplifier > En recherche fondamentale Cette recherche, dite amont, élucide les mécanismes complexes qui conduisent aux maladies cardiovasculaires. Elle est absolument indispensable au développement de nouvelles thérapeutiques ou de nouvelles stratégies. > Comme en recherche clinique La recherche clinique affine l évaluation du risque cardiovasculaire individuel ou de groupes d individus et détermine les meilleurs cibles pour les stratégies préventives et curatives. > A côté des facteurs de risques classiques, de nouveaux facteurs biologiques ou génétiques sont maintenant à prendre en compte. > Il convient alors de tester les traitements préventifs sur des échantillons représentatifs de population avant une diffusion à large échelle.

10 La Fondation s engage à financer des projets collaboratifs, originaux et audacieux > Favoriser le développement de réseaux cliniques et translationnels > Affiner les connaissances épidémiologiques, mieux comprendre les déterminants des maladies et leur évolution dans le temps > Développer de nouvelles stratégies de diagnostic, de traitement et de prévention

11 Des chercheurs français créatifs pour lesquels votre implication est essentielle > Les chercheurs français sont créatifs et de nombreuses innovations thérapeutiques majeures dans le domaine cardiovasculaire sont nées en France. Stents coronaires, substituts valvulaires d origine animale, ablation endocavitaire pour le traitement des troubles du rythme cardiaque, traitement électrique de l insuffisance cardiaque, remplacements valvulaires percutanés, et dernièrement le cœur artificiel > Pourtant la production scientifique française progresse peu et pas assez vite. > Parmi les causes identifiées, viennent en tête les difficultés à développer l innovation au-delà du concept original et le manque de moyens humains et financiers pour développer des projets d envergure.

12 Donner à la Fondation, c est apporter votre soutien à des besoins de recherche toujours plus importants > C est concrètement tout le défi que s est fixée la Fondation Cœur et Recherche Donner aux équipes les moyens de développer en commun des projets de recherche originaux et ambitieux

13 Depuis 2011, la Fondation Cœur et Recherche soutient 17 projets de recherche 5 projets sur l insuffisance cardiaque > QSOX1, un biomarqueur de l'insuffisance cardiaque aigue Pr Alain Cohen-Solal > Rôle de GADD45 GAMMA dans l insuffisance cardiaque post-infarctus Dr Luc Lorgis > Validation de nouveaux biomarqueurs urinaires d insuffisance cardiaque Dr Philippe Rouet > Etude comparative de l'épidémiologie des 3 principales pathologies cardiovasculaires liées à l'âge : insuffisance cardiaque, maladie coronaire et fibrillation atriale Pr Nicolas Lamblin > Diurétique versus Placebo dans l infarctus inférieur avec extension au ventricule droit Dr Pascal Lim

14 Depuis 2011, la Fondation Cœur et Recherche soutient 17 projets de recherche 5 projets pour les maladies coronariennes > B Cell Activating Factor (BAFF) et risque cardiovasculaire après infarctus du myocarde Dr Ziat Mallat > Etude cas-témoins GENES : propriétés fonctionnelles des sous-fractions de HDL, impact sur l athérosclérose Pr Meyer Elbaz > Génétique du Rétrécissement Aortique Calcifié Pr Thierry Le Tourneau > Etude EURECA : Effecteur circulant impliqué dans le mécanisme du conditionnement myocardique à distance Pr Fabrice Prunier > Etude multicentrique, visant à évaluer l intérêt d une dose de prasugrel adaptée à un test biologique Verifynow (Bras Monitoré) en comparaison à dose fixe de prasugrel (Bras Conventionnel) chez des patients âgés de plus de 75 ans nécessitant une angioplastie avec mise en place d un stent en vue de réduire les complications hémorragiques et ischémiques ainsi que les thromboses de stents Pr Guillaume Cayla

15 Depuis 2011, la Fondation Cœur et Recherche soutient 17 projets de recherche 4 projets pour les pathologies valvulaires > Apport de la TEP-TDM au 18F-FDG dans le diagnostic des endocardites infectieuses sur prothèses valvulaires Dr Franck Thuny > Intérêt de la Tomographie par Emission de Positron au 18Fluorure de Sodium dans la Prédiction de la Progression de la Sténose Valvulaire Aortique Pr David Messika-Zeitoun > Endocardite infectieuse du sujet âgé : description des caractéristiques gériatriques et de leur influence sur la prise en charge thérapeutique et la morbimortalité à 3 mois Dr Christine Selton-Suty > Épidémiologie et Physiopathologie du prolapsus valvulaire mitral par dégénérescence fibro-élastique Pr Thierry Le Tourneau

16 Depuis 2011, la Fondation Cœur et Recherche soutient 17 projets de recherche 3 projets pour la fibrillation auriculaire, les troubles du rythme > Cartographie des sources et du substrat des arythmies cardiaques fibrillatoires dans l oreillette gauche Dr Mélèze Hocini > Etude génétique de la fibrillation auriculaire par séquençage d exome Pr Vincent Probst > Identification des bases génétiques des formes dégénératives de troubles de conduction auriculo-ventriculaires chez les sujets âgés Pr Vincent Probst

17 Un engagement généreux, sociétal et durable Votre don est essentiel au développement des projets de recherche cardiovasculaire et cela afin d accompagner toujours mieux les équipes de recherche > La Fondation Cœur et Recherche, Fondation Reconnue d Utilité Publique est habilitée à recevoir des dons dans le cadre de la loi TEPA qui ouvrent droit à une réduction fiscale. > Votre don est déductible à hauteur de 66% dans la limite de 20% du revenu imposable. > Votre don ISF est déductible à hauteur de 75% dans la limite maximale de

18 Modalités de don Pour vous engager aux côtés de la Fondation, il vous suffit : > de remplir le formulaire de don > Puis, d effectuer votre don par chèque ou par virement bancaire Titulaire du compte : Fondation Cœur et Recherche IBAN : FR P27 BIC : CRLYFRPP En toute confiance : les comptes de la Fondation sont certifiés chaque année par le Commissaire aux Comptes. La Fondation respecte les règles de transparence financière, de rigueur, de gestion. Elle choisit de financer chaque année un nombre défini de projets privilégiant ainsi la qualité scientifique et l espoir d avancées nécessaires à l amélioration des soins apportés aux patients.

19 Merci! Pour plus d informations, vous pouvez prendre contact avec Florie Weber-Faulet Té léphone :

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie

Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie David Messika-Zeitoun Service de Cardiologie Hôpital Bichat Rationnel Examen de routine Vieillissement

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Fondation Recherche Cardio-Vasculaire. Institut de France. Premier programme de recherche en France sur. le Cœur des femmes

Fondation Recherche Cardio-Vasculaire. Institut de France. Premier programme de recherche en France sur. le Cœur des femmes Fondation Recherche Cardio-Vasculaire Institut de France Premier programme de recherche en France sur le Cœur des femmes La Fondation Recherche Cardio-Vasculaire La Fondation Recherche Cardio-Vasculaire

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle Règlement ARTICLE I

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Maladie des valves Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Quelques repères épidémiologie éditorial Pr Bernard Iung Quelques repères Les maladies des valves

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION JANVIER 2001 Service évaluation des technologies Service évaluation économique L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

SROS : Activités interventionnelles sous imagerie médicale, par voie endovasculaire, en cardiologie

SROS : Activités interventionnelles sous imagerie médicale, par voie endovasculaire, en cardiologie SROS : Activités interventionnelles sous imagerie médicale, par voie endovasculaire, en cardiologie 1- Contexte 1-1 Contexte réglementaire Les activités interventionnelles sous imagerie médicale, par voie

Plus en détail

Mort subite : les généticiens nantais à la pointe du diagnostic préventif

Mort subite : les généticiens nantais à la pointe du diagnostic préventif Mort subite : les généticiens nantais à la pointe du diagnostic préventif Inserm-Patrice Latron Inserm-Jean-Christophe Lambry Inaugurations du séquenceur haut-débit et du centre de prise en charge de la

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012.

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012. Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en électrophysiologie cardiaque de l adulte 2012 VERSION 1.0 Ces exigences de formation s appliquent aux candidats

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche.

Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche. Fondation de recherche médicale reconnue d utilité publique Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche. www.digestscience.com «Dans cette maladie, les symptômes et les traitements sont pénibles.

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 15 DÉFINITION, ET MÉTHODES DE MESURE DÉFINITION - Quand parle-t-on d hypertension

Plus en détail

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 dvvxcvcxvdfvcs GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 Le projet GLOBAL CARE Initiative (The Global Partnering Research Initiative of the Carnot Human Health

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Ronald Bourgeois, M.D. M.Sc., FRCPC Directeur médical, Clinique d insuffisance cardiaque

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir C Decoene Pôle d anesthésie-réanimation CardioThoracique CHRU Lille Pôle de Cardiologie Pr Lablanche, Pr Kacet, Pr Rey Stimulateurs et autres

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte

Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte 2013 VERSION 2.0 Ces exigences de formation s'appliquent aux candidats qui

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)?

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? Préparé à l intention du ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE EDUCATION Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE EXCEL.lnk 10 MARS 2011 JABOURECK OLIVIER, CH DOUAI. Qu est-ce que l Education Thérapeutique du Patient (ETP)?

Plus en détail

2013X PARISX. 14/15 févrierx. Espaces Cap 15X

2013X PARISX. 14/15 févrierx. Espaces Cap 15X PARISX Espaces Cap 15X 14/15 févrierx 2013X X5 es RENCONTRES xxde la Société Française de Cardiologie xxet de la Société Française de Radiologie XImagerie en coupes du cœur et des vaisseaux X x www.sfcardio.fr

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Le but de l association

Le but de l association Association FORT TITOUAN Association Loi 1901 basée à Saint Julien de Concelles reconnue d'intérêt général 8 rue de La Loire 44450 Saint Julien de Concelles 0650707827/0650356410 Site internet: www.asso-fort-titouan.fr

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

Sémiologie cardio-vasculaire

Sémiologie cardio-vasculaire Sémiologie cardio-vasculaire Q-1 A quoi sert la classification NYHA? Décrivez la. Q-2 Décrire la douleur d angor d effort. Citez les principaux éléments sémiologiques recueillis à l interrogatoire qui

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 CONCLUSIONS CARELINK, système de télésurveillance

Plus en détail

Tarification à l Activité (T2A)

Tarification à l Activité (T2A) 27 28 Novembre 2009 Scanner le haut de la page des assises Codage CCAM V11 Mode d emploi pour le Cardiologue Alain Dibie, Département de Pathologie Cardiaque, Institut Mutualiste Montsouris, Paris alain.dibie@imm.fr

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

CARDIOLOGIE LES ESSENTIELS GÉNÉRALE DE SANTÉ

CARDIOLOGIE LES ESSENTIELS GÉNÉRALE DE SANTÉ ( ) CARDIOLOGIE Prévention, intervention, réadaptation : les solutions innovantes à l œuvre dans les établissements Générale de Santé. ( Sommaire ) 0II - SEPTEMBRE 2009 Enjeux p. 04 Expertise p. 09 1-Une

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion UE Dispositifs médicaux Lundi 16 Février 2015 Plan Contexte

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

Les Quatre Saisons Cardiovasculaires Genevoises

Les Quatre Saisons Cardiovasculaires Genevoises Les Quatre Saisons Cardiovasculaires Genevoises Séminaire de formation continue organisé par le Service de Cardiologie HUG pour les médecins généralistes, internistes et spécialistes du domaine cardiovasculaire.

Plus en détail

NB : Les appels d offres «Amorçage de jeunes Equipes 2016» et «Equipes labellisées FRM 2017 présélection 2016» seront diffusés en février 2016.

NB : Les appels d offres «Amorçage de jeunes Equipes 2016» et «Equipes labellisées FRM 2017 présélection 2016» seront diffusés en février 2016. PROGRAMME 2016 ESPOIRS DE LA RECHERCHE Le programme Espoirs de la recherche de la Fondation pour la Recherche Médicale soutient des projets de recherche dans tous les domaines de la biologie et de la santé.

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS La recherche clinique à l ICPS Hopital Privé Jacques Cartier (Massy) Hopital Privé Claude Galien (Quincy-sous-Sénart) Etat de l art Recherche clinique présente à l ICPS depuis ses débuts en 1995 Participation

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

programme EUROSITES GEORGE V Présidents : G. MONTALESCOT P.G. STEG 28, avenue George V 75008 Paris Tél. : +33 (0) 1 53 82 60 00

programme EUROSITES GEORGE V Présidents : G. MONTALESCOT P.G. STEG 28, avenue George V 75008 Paris Tél. : +33 (0) 1 53 82 60 00 programme Présidents : G. MONTALESCOT P.G. STEG Avec la participation de J.P. BASSAND (Besançon) K. HUBER (Autriche) P. SERRUYS* (Pays-Bas) R. WELSH (Canada) Comité Scientifique : J.P. BECQUEMIN L. BELLE

Plus en détail

Arrêt cardiaque Premier registre national

Arrêt cardiaque Premier registre national Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé PRESENTATION du document ci-joint www.lepetitsitesante.fr Des centaines d'actualités, reportages et dossiers Santé et Environnement Arrêt cardiaque

Plus en détail

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE ANNÉE 2006-2007 B PROJET UT CLIENTÈLE CIBLE MÉDICATION ECG/ ACTIVE (29 S ÉTUDE EN COURS) 14/05/2003 Active W : 02/12/2004 Évaluer si le Clopidogrel plus AAS est supérieur

Plus en détail

CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE

CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE CATALOGUE ÉLECTRONIQUE D INDICATEURS DE QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CARDIOLOGIE INDICATEURS DE QUALITÉ SUR LA CHIRURGIE CARDIAQUE UN DOCUMENT DE CONSENSUS DE LA SCC v1 Dernière mise à jour : 28

Plus en détail

DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE!

DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE! DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE! Journée de la Fondation Cœur et Artères 23 septembre 2009 Palais du Luxembourg Paris DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE

EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE L INR CHEZ LES PATIENTS ADULTES TRAITES PAR ANTIVITAMINES K EN VUE DE LA PRISE EN CHARGE PAR L ASSURANCE MALADIE DES DISPOSITIFS D AUTOMESURE DE L INR OCTOBRE 2008 Service

Plus en détail