Dépistage du cancer colorectal :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépistage du cancer colorectal :"

Transcription

1 Dépistage du cancer colorectal : Quels enjeux? Robert Benamouzig Gastro-entérologie Hôpital Avicenne Bobigny

2 Le cancer colorectal dans le monde 3ème cause de cancer Augmentation 1975 : cas 1990 : cas 2002 : cas France : cas

3 Le cancer colique est grave 51% de survie à 5 ans 84% si T1 ou T2 N0 70% si localisé < 5% si métastases multiples

4 Quelles interventions? Prévention primaire : Facteurs nutritionnels Activité physique Calcium Aspirine THS Chimioprévention Prévention secondaire : Séquence polype - cancer dans 80% des cas Diagnostic et résection des lésions pré-cancéreuses Dépistage

5 Stratégies de dépistage en un temps Coloscopie en 2 temps Test fécal (sang, ADN, ) Rectosigmoïdoscopie Coloscopie virtuelle Capsule Test sanguin Coloscopie

6 Hemoccult II sur 3 jours < 3% de tests positifs Baisse de la mortalité spécifique 15% dans la population exposée 25 à 30% chez les participants 20 coloscopies pour 1000 personnes effectuant le test 2 cancers et 3 à 4 gros polypes

7 Une montée en charge progessive 2002 : 12 départements pilotes 2004 : 23 autres départements pilotes 2006 : 14 départements supplémentaires 2007 : 88 départements Mars 2008 : 100 départements Mars 2008 Décembre 2007 Septembre 2007 Mai 2007 Décembre Février (23 sites pilotes) Pas encore dans le dispositif 17 millions de personnes

8 Taux de participation INSEE par département Guadeloupe Martinique Ile-de-France Guyane 32% < 20% 20 à 30% 30 à 40% 40 à 50% 50% NA* Réunion 24% 14% Départements n ayant pas 2 ans de recul depuis la mise en place de leur programme départemental

9 Apport des tests immunologiques Augmentation de la sensibilité Cancer Adénome avancé Augmentation du taux de positivité Augmentation du nb de coloscopies Magstream 20 ng 87% 224% 160% Magstream 50 ng 48% 103% 28% Magstream 75 ng id 51% - 11% OC sensor 100 ng 70% 107% 129% Guittet et al, Gut 2007 & Int J Cancer 2009 Van Rossum et al, Gastroenterology 2008

10 Le test immunologique Supériorité vs Hemoccult II Des enjeux Nb de test : 1 Nb de coloscopies induites «acceptable» Comité technique DGS/Inca/HAS/Sociétés savantes Décision stratégique prise Implémentation : en cours

11 Coloscopie de dépistage: Age et sexe Regula et al, NEJM 2006

12 Coloscopie Brenner et al, 2011 Nishihara et al, september 2013

13 Le dépistage par coloscopie pour tous? Option retenue par certains pays Acceptabilité faible : 20 à 25% Coût Temps gastro-entérologue Qualité (technique, humaine) % de la population cible rejointe?

14 La rectosigmoïdoscopie est efficace 4O% Atkin et al, Lancet % de coloscopie 10 mm (+ avancés) Segnan et al, JNCI ,4% de coloscopie 5 mm (+ avancés)

15 Coloscanner à l air Taille des polypes

16 Coloscanner à l air après préparation colique Meta-analyse HAS 2009 Taille Se per lésion Se per patient: < 6 mm 31% 68% (vs 94%) 6-9 mm 67% 80% (vs 94%) > 9 mm 81% 84% (vs 93%) Pickhardt Cotton Virtual Colonscopy Conventional Colonoscopy 0 >10mm >6mm >10mm >6mm

17 Coloscopie virtuelle : toujours pas Consensus HAS : Coloscopie incomplète Hemoccult + refuseur de coloscopie Contre-indication transitoire à la coloscopie? Participation : 30%

18 PillCam Colon 2 : pas encore? Performance C2 > C1 Sensibilité de 84 % (> 6 mm) Etudes prospectives en cours USA et Europe (n = 800) ONECC (n = 1000) Ø11 mm 31 mm

19 Dépistage par étude de l ADN fécal Technique fiable «Bonne» sensibilité (83%) Spécificité insuffisante? Coût «commercial» élevé (Exact science) Non utilisé en France

20 Tests sanguins Etudes de phase I/II Effectifs limités Populations à risque identifié Coût élevé d une étude en population Durée Ecologie «durable» Cancer seulement? Septin 9 Sensibilité de 80% Spécificité de 89% ColoMarker Colologic CD24 Signature test Diagnoplex Autres Médecine prédictive

21 Dévelopement de nouveaux tests Besoin + Expertise + Tests Evaluation/financement public possible Limites Absence de systématisation Co-investissement public privé

22 Enjeux industriels Faisabilité Création/ Commercialisation Recherche gfobt + -/+ - ifobt + -/+ - Rectosigmoidoscopie + -/+ - Coloscopie + -/+ - Coloscopie virtuelle + -/+ - Capsule + -/+ - Tests sanguins + +/+ -

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie 2015 marque une véritable avancée dans le dépistage du cancer colorectal avec la mise à disposition, depuis le mois d avril, d un

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Une faille dans le dépistage du cancer colorectal : le cancer d intervalle

Une faille dans le dépistage du cancer colorectal : le cancer d intervalle Cancéro dig. Vol. 4 N 3-2012 - 145-149 145 DOI 10.4267/2042/47608 Mise au point Une faille dans le dépistage du cancer colorectal : le cancer d intervalle A pitfall in the screening of colorectal cancer:

Plus en détail

Évaluation épidémiologique du dépistage organisé du cancer colorectal en France

Évaluation épidémiologique du dépistage organisé du cancer colorectal en France Décembre 2010 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Évaluation épidémiologique du dépistage organisé du cancer colorectal en France Résultats des programmes pilotes au-delà

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

Test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles

Test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles Test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles Détermination d un seuil de positivité pour démarrer les projets de démonstration du PQDCCR Juillet 2012 Une production de l Institut national

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Mars 2009 Les cancers du côlon et du rectum Le côlon est

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

S informer sur le cancer colorectal d origine héréditaire

S informer sur le cancer colorectal d origine héréditaire S informer sur le cancer colorectal d origine héréditaire centres de suivi multidisciplinaire des personnes prédisposées héréditairement au cancer colorectal Madame, Monsieur, Ce livret vous a été remis

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Programme de dépistage du cancer colorectal : quelles recommandations pour quelle efficacité? Tour d'horizon de pays occidentaux.

Programme de dépistage du cancer colorectal : quelles recommandations pour quelle efficacité? Tour d'horizon de pays occidentaux. UCL - RESO Unité d Education pour la Santé Ecole de santé Publique Centre «Recherche en systèmes de santé» Programme de dépistage du cancer colorectal : quelles recommandations pour quelle efficacité?

Plus en détail

La présente règle coloscopie (avec. l endoscope. coloscopie en. nécessaire et DIRECTIVES. b. Assurer le. e doit :

La présente règle coloscopie (avec. l endoscope. coloscopie en. nécessaire et DIRECTIVES. b. Assurer le. e doit : Règle de soins médicaux Technique de la coloscopie en duo INDICATION (situation visée) La présente règle de soins médicaux vise à préciser les conditions d encadrement de la coloscopie (avec endoscope)

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

Dossier. Non au cancer de l'intestin. Sommaire. Info Cancer 68

Dossier. Non au cancer de l'intestin. Sommaire. Info Cancer 68 Info Cancer 68 Dossier Non au cancer de l'intestin Sommaire Non au cancer de l intestin, oui à la coloscopie p. I Nein zum Darmkrebs, Ja zur Darmspiegelung p. II Avis d expert et témoignages p. III Le

Plus en détail

Méthodes de recherche de sang occulte dans les selles

Méthodes de recherche de sang occulte dans les selles CURRICULUM Forum Med Suisse 2006;6:291 298 291 Méthodes de recherche de sang occulte dans les selles Urs Marbet Médecine interne / Gastroentérologie, Hôpital Cantonal d Uri, Altdorf Quintessence Aujourd

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion.

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. P. Trouillas, S. Cakmak, L. Derex, M.H. Mahagne, F.

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

COMMENT EVITER LE CANCER

COMMENT EVITER LE CANCER COMMENT EVITER LE CANCER Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin, BP 392 63000 Clermont-Ferrand FRANCE Yves-jean.bignon@cjp.fr QU EST-CE QUE LE CANCER? Immortalité Clonalité Invasivité Génétique

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir.

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Dépistage Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Par contre, nous pouvons tenter de le dépister plus tôt afin d'avoir plus de chances de

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin Les Evolutions techniques Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin 1 Les principales étapes de l évolution technologique 1975 Southern blot 1977 Séquençage Sanger

Plus en détail

questions Soins ambulatoires Soins hospitaliers du public Soins hospitaliers du privé Montants remboursables par l'assurance maladie

questions Soins ambulatoires Soins hospitaliers du public Soins hospitaliers du privé Montants remboursables par l'assurance maladie Bulletin d information en économie de la santée questions d économie de la santé analyse Re pè res Suite au grand chantier national de lutte contre le cancer ouvert en 2002, la commission d orientation

Plus en détail

Avecvous. Au 1er avril : vos remboursements en un clic. Décomptes santé par Internet. Quels sont les avantages de ce service?

Avecvous. Au 1er avril : vos remboursements en un clic. Décomptes santé par Internet. Quels sont les avantages de ce service? SALARIES Avecvous Toute l actualité Salariés de la MSA Beauce Coeur de Loire Mars/Avril 2012 Décomptes santé par Internet SOMMAIRE Au 1er avril : vos remboursements en un clic Quels sont les avantages

Plus en détail

SIMESITEM 011 Le guide

SIMESITEM 011 Le guide Pleine page couleur 2e de couverture 1 400 euros HT 2 000 euros HT SIMESITEM 011 Le guide (page de titre) Pleine page couleur 3e de couverture (dernière page, justificatif) 1 400 euros HT 2 000 euros HT

Plus en détail

Évaluation du Plan Cancer 2008-2010

Évaluation du Plan Cancer 2008-2010 Évaluation du Plan Cancer 2008-2010 Conclusions Prof. dr. Marc Peeters Aperçu 1. Évaluation du Plan Cancer par le Centre du Cancer 2. Discussion Générale 3. Conclusions 2 1. Évaluation du Plan Cancer Centre

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives*

Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives* Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives* Z Uhry 1, L Remontet 2, A Rogel 1, N Mitton 3,4, N Bossard 2, M Colonna 3,4 A Belot 1,2, P Grosclaude 4,

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes STudy of primary screening in the ARdennes department by Testing

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Second cancers après cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein

Second cancers après cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein Second cancers après cancer du sein M. Espié Centre des maladies du sein Second cancer après cancer du sein 376 825 pa=entes diagnos=quées entre 1943 et 2002 ayant au moins survécu un an en Scandinavie

Plus en détail

Méthodes d évaluation médico-économique

Méthodes d évaluation médico-économique Chapitre 3 : Méthodes d évaluation médico-économique Professeur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire

Plus en détail

CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients. Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal

CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients. Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal Présentation de l équipe À l Hôpital Maisonneuve-Rosemont, les patients atteints d un cancer

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

HEL-01298-de-0513-0001-21494. Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs

HEL-01298-de-0513-0001-21494. Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs HEL-01298-de-0513-0001-21494 Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs Sommaire 1. Pourquoi des examens préventifs? 3 2. Examens préventifs pour le dépistage des facteurs de risque/maladies du

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Pour information : l ensemble des champs est à renseigner obligatoirement. Si pour un champ donné,

Plus en détail

APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE MEDICALE)

APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE MEDICALE) Programme Opérationnel FEDER 2007-2013 Axe III, sous-axe II, «Société de l Information» Priorité 7 «Faire de la télésanté un domaine d excellence pour la région» 1 er APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.)

Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.) RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Education nationale Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.) Plan de présentation I. Nécessité d un Système d Information

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Le cancer. les régions de France. dans. Mortalité Incidence Affections de longue durée Hospitalisations. Collection «Les études du réseau des ORS»

Le cancer. les régions de France. dans. Mortalité Incidence Affections de longue durée Hospitalisations. Collection «Les études du réseau des ORS» F N O R S Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS de Bretagne, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon, Limousin, Pays de la Loire, Rhône-Alpes Le cancer dans les régions de Mortalité

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

HOPIPHARM, Reims, Mercredi 20 mai 2015. Pauline Gueneau, interne pharmacie hospitalière

HOPIPHARM, Reims, Mercredi 20 mai 2015. Pauline Gueneau, interne pharmacie hospitalière Etude évaluant les dépenses de l assurance maladie et l intérêt pour le patient de l utilisation des tiges de distraction rachidienne à contrôle magnétique externe (Tige Magec TM ) dans la chirurgie de

Plus en détail

DENUTRITION DU SUJET AGE

DENUTRITION DU SUJET AGE 1 DENUTRITION DU SUJET AGE Objectif général Réduire de 20% le nombre de personnes âgées de plus de 70 ans dénutries (passer de 350-500 000 personnes dénutries vivant à domicile à 280-400 000 et de 100-200

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325 Dr K Farahat Gastroentérologie Bruxelles, le Concerne Nom : Prénom : Date de naissance : Adresse : Chère Madame, Cher Monsieur, Votre médecin

Plus en détail

F.M.C. dépistage des cancers

F.M.C. dépistage des cancers F.M.C. dépistage des cancers pré-test objectifs de la soirée dépistage cancer colorectal bilan 1ère campagne ADECA 68 résultats questions/réponses lancement 2ème campagne impliquer MG dans autres dépistages

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle)

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Le traitement des calculs urétéraux et rénaux a beaucoup changé depuis 1980 avec la venue d un appareil

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard

COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard Le dépistage organisé du cancer du col de l utérus a commencé en juin 2010 dans le Cher,

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

S arrêter, c est reculer. Ce dont vous avez besoin

S arrêter, c est reculer. Ce dont vous avez besoin SUPPORTED BY AGORIA S arrêter, c est reculer Vous utilisez des produits, systèmes 0 1 2 et solutions d automatisation? Alors vous avez besoin de conseils avisés et de services fiables. Exigez dès lors

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la vessie G R A N D P U B L I C Ce à quoi sert la vessie La vessie est une poche qui reçoit l urine produite par les reins, via les uretères*. Elle est constituée

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail