Informations sur le cancer de l intestin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Informations sur le cancer de l intestin"

Transcription

1 Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie se développe de manière insidieuse et indolore. Au moment du diagnostic, près de la moitié des cancers de l intestin ont déjà formé des métastases. Plus tôt le cancer de l intestin est détecté, meilleures sont les possibilités de traitement et les perspectives de guérison. Une alimentation équilibrée et une activité physique suffisante contribuent en outre à diminuer le risque de cancer de l intestin. Chaque année en Suisse, plus de 4000 personnes sont confrontées à un diagnostic de cancer du côlon (carcinome colorectal) et environ 1600 personnes meurent de cette maladie, soit plus de quatre personnes par jour. Le cancer de l intestin est la deuxième cause de décès par cancer en Suisse. Fonctions de l intestin Dans le côlon, les substances nutritives que l intestin grêle n a pas encore transformées sont extraites des aliments et le contenu de l intestin est déshydraté, ce qui épaissit les selles. Ces fonctions sont assumées par la muqueuse intestinale qui, de ce fait, s use et se renouvelle à un rythme élevé. La couche de muscles circulaires du côlon se contracte (péristaltisme) et pousse les selles vers la sortie de l intestin où, parvenues au rectum, elles sont expulsées. Genèse du cancer de l intestin Les cellules de la muqueuse de l intestin subissent une usure rapide et sont remplacées en l espace de quatre à huit jours. Cette régénération cellulaire qui concerne des centaines de millions de cellules est un processus fragile. Il peut y avoir une surproduction cellulaire susceptible d engendrer des tumeurs bénignes (polypes de la muqueuse intestinale). Plus de 90 % des cancers de l intestin résultent de polypes d un certain type: les adénomes. Ceux-ci sont fréquents et se forment à partir de cellules ganglionnaires de la muqueuse intestinale. On ne peut déterminer à l œil nu si un adénome est bénin ou si, au contraire, il abrite des cellules malignes. Seul l analyse d un prélèvement de tissu permet de l établir. Contact: février / 8

2 Le cancer de l intestin se développe de manière insidieuse et sans douleur: selon des estimations, il faut une dizaine d années pour qu un adénome puisse donner naissance à une tumeur maligne. Le terme «malin» signifie que les cellules cancéreuses peuvent quitter le lieu où elles se sont formées. Le cancer se développe d abord à travers la muqueuse intestinale, puis à travers les couches musculaires de l intestin. Si rien n est fait, il finit par percer la paroi intestinale et migrer vers d autres organes. Les cellules cancéreuses peuvent se répandre via les vaisseaux lymphatiques, qui forment un système particulièrement dense dans le côlon, et former des métastases dans les ganglions lymphatiques. Lorsque le cancer se trouve en contact avec un vaisseau sanguin, des cellules cancéreuses peuvent être emportées par la circulation sanguine. Ces cellules se fixeront à certains endroits privilégiés de l organisme, où elles formeront là aussi des métastases. Les principaux symptômes du cancer de l intestin sont: une perte de poids inexpliquée la présence de sang dans les selles un faux besoin d aller à la selle des douleurs abdominales inconnues et persistantes des troubles du transit intestinal Modification du transit intestinal Le cancer de l intestin perturbe le fonctionnement de l intestin. Une tumeur peut partiellement ou complètement obstruer l intestin et, de ce fait, modifier le transit intestinal. Cette modification peut se traduire par: Une diarrhée inopinée, suivie d une constipation, le phénomène se répétant Des selles molles et peu épaisses Une envie répétée d aller à selle avec une petite production Des vents répétés accompagnés d une petite quantité de selles De forts ballonnements sans cause avérée Des crampes douloureuses avant et au moment d aller à selle La modification du transit intestinal se fait souvent de manière insidieuse, de sorte qu elle passe inaperçue. Lorsque la tumeur est si grosse qu elle obstrue complètement l intestin, il n est plus du tout possible d aller à la selle. Des douleurs abdominales inconnues et persistantes peuvent signaler le début d une telle occlusion intestinale. Contact: février / 8

3 Présence de sang dans les selles La tumeur qui se développe dans l intestin comporte de nombreux vaisseaux sanguins pouvant se rompre facilement. C est pourquoi le sang dans les selles est un symptôme des plus importants. La perte de sang par les selles peut entraîner une anémie provoquant une perte d appétit et d énergie, ainsi qu une fatigue chronique. De tels symptômes ne traduisent pas forcément l existence d un cancer de l intestin. Ils peuvent tout aussi bien révéler des troubles plus anodins, par exemple des problèmes intestinaux liés à de mauvaises habitudes alimentaires, ou encore des saignements dus à des hémorroïdes. Une personne souffrant d hémorroïdes peut toutefois développer en même temps un cancer de l intestin. Il est donc important de se soumettre à un dépistage du cancer de l intestin même lorsqu un diagnostic d hémorroïdes a été clairement posé. Reconnaître les symptômes pour agir à temps Chez plus de la moitié des personnes touchées, le cancer de l intestin en est déjà à un stade si avancé, au moment où il est diagnostiqué, que des métastases se sont déjà formées dans les ganglions lymphatiques ou dans d autres organes. Il est par conséquent important d être attentif à d éventuels symptômes et de consulter rapidement le médecin de famille. Pronostic en cas de cancer de l'intestin Le pronostic dépend essentiellement du stade de développement de la tumeur au moment du diagnostic. Lors du diagnostic, le cancer de l intestin est classé en stades numérotés de I à IV. Aux stades I et II, le cancer est encore limité à l intestin et les chances de guérison sont généralement très bonnes: en moyenne, le taux de survie à cinq ans est de 95 % au stade I et de 85 % au stade II. Au stade III, le cancer s est propagé à l extérieur de l intestin ou a envahi les ganglions lymphatiques; le taux de survie à cinq ans est de 55 % environ. Au stade IV, le cancer a déjà formé des métastases dans d autres organes, essentiellement le foie et le poumon; le taux de survie à cinq ans n est plus que de 5 % environ. Il est donc essentiel de détecter le cancer de l intestin rapidement pour le traiter sans tarder. Le dépistage du cancer de l intestin est tout à fait possible De façon générale, la Ligue contre le cancer recommande de se soumettre régulièrement à un examen de dépistage du cancer de l intestin dès l âge de 50 ans. Les deux principales méthodes de dépistage sont le test de sang occulte fécal et la coloscopie. Contact: février / 8

4 Test de sang occulte Ce test permet de déceler la présence de sang invisible à l œil nu dans les selles, même en infime quantité. Ce sang peut provenir de polypes ou de tumeurs dans le côlon. En présence de sang dans les selles, il importe d en rechercher la cause. Le test de détection de sang occulte fécal est disponible chez le médecin de famille ou, après entretien, en pharmacie. Les échantillons de selles sont analysés par le médecin ou le pharmacien. Les résultats du test sont discutés avec le patient. Le test de détection de sang occulte fécal n offre toutefois pas une garantie à cent pour cent. En principe, un test positif est suivi d une coloscopie, après discussion avec le médecin. Car le sang présent dans les selles peut aussi provenir de troubles plus anodins, par exemple d hémorroïdes. A l inverse, un résultat négatif ne permet pas d exclure totalement un cancer de l intestin. Il importe donc de rester attentif à de possibles symptômes et, le cas échéant, de consulter un médecin. Coloscopie Une coloscopie consiste à examiner l intérieur de l intestin préalablement nettoyé avec une minicaméra introduite par l anus au moyen d un endoscope, un instrument permettant d explorer des cavités de l organisme et des organes creux. Les images ainsi produites, qui peuvent être observées sur un écran, montrent la muqueuse de l intestin et d éventuelles modifications de celle-ci. Cette méthode permet de détecter avec une très grande fiabilité des polypes ou des tumeurs, même de petite taille, et de les exciser par la même occasion. L ablation, lors d une coloscopie, des polypes pouvant être précurseurs d un cancer de l intestin, éloigne pour un temps le risque de développer un tel cancer. Une coloscopie ne provoque en principe aucune douleur importante. Néanmoins, le nettoyage de l intestin avec un puissant laxatif, la veille de l examen, est souvent ressenti comme désagréable, tout comme peut l être le déplacement de l endoscope. Si le patient le souhaite, un médicament tranquillisant peut lui être administré au cours de l examen. La coloscopie est considérée comme la méthode la plus efficace et la plus fiable pour détecter précocement les tumeurs du côlon. Bien qu elle soit aujourd hui un examen de routine à faible risque, des complications (saignements ou perforation de la paroi intestinale) peuvent survenir dans de rares cas, même si les plus grandes précautions sont prises. Ce risque augmente lorsque la coloscopie donne lieu à des prélèvements de tissus ou à l ablation de polypes. Contact: février / 8

5 Le choix de la méthode de dépistage la plus appropriée doit être discuté avec le médecin, en tenant compte des risques individuels. Dépistage organisé du cancer de l intestin Actuellement, les coûts d une coloscopie préventive ne sont pris en charge par les caisses-maladie dans le cadre de l assurance de base que s il existe un risque familial de cancer du côlon. Une coloscopie est également prise en charge par l assurance de base lorsque certains symptômes sont présents ou que du sang est détectable dans les selles. La Ligue suisse contre le cancer est en train d élaborer, en collaboration avec les sociétés de discipline médicale concernées, une demande de prestations visant à rendre obligatoire le remboursement, par l assurance de base, des examens réguliers de dépistage du cancer de l intestin. De plus amples informations sur l engagement politique de la Ligue suisse contre le cancer en faveur du dépistage du cancer de l intestin peuvent être consultées sur Facteurs de risque non influençables Le risque de développer un cancer de l intestin augmente avec l âge. En présence de circonstances particulières, même des personnes jeunes peuvent avoir un risque accru de développer un cancer de l intestin. Les situations à risque particulier sont les suivantes: cas de cancer de l intestin dans la famille père, mère, frère(s), sœur(s) polypes précédemment découverts et excisés maladie inflammatoire chronique de l intestin Si vous vous reconnaissez dans l une des situations à risque ci-dessus, la Ligue suisse contre le cancer vous conseille de consulter votre médecin de famille, qui pourra discuter avec vous des examens à prévoir. Facteurs de risque influençables Un mode de vie sain peut sauver des vies. Selon le rapport du World Cancer Research Fund 1, des modifications du mode de vie, comme le maintien d un poids corporel normal, une alimentation 1 World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Research (2007). Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Cancer: a Global Perspective. Washington, DC: AICR, 2007 Contact: février / 8

6 saine et une activité physique régulière, permettent de diminuer, jusqu à un tiers, le risque de développer les cancers les plus fréquents. Un mode de vie sain réduit notamment le risque de développer un cancer de l intestin. Les principaux facteurs bénéfiques sont les suivants: pas de surcharge pondérale une alimentation riche en fruits et légumes peu de viande rouge une consommation d alcool modérée une activité physique suffisante Le surpoids accroît le risque de cancer Il existe un lien étroit entre le risque de cancer et le poids corporel, comme l a montré une étude de l Institut de médecine sociale et préventive de l Université de Berne 2, selon laquelle le risque de développer certains types de cancer est plus élevé chez les personnes en surpoids que chez celles ayant un poids normal. Un indice de masse corporelle (body mass index, BMI) trop élevé augmente nettement, entre autres, le risque de cancer de l intestin, chez les hommes comme chez les femmes. Ce risque majoré de cancer en cas de surpoids pourrait s expliquer par le fait que la surcharge pondérale stimule la production d une hormone régulant la croissance cellulaire, ce qui augmente le risque de divisions cellulaires incontrôlées. Mis à part l apparition de différents types de cancer, le surpoids peut aussi favoriser l apparition d un diabète et de maladies cardio-vasculaires pouvant déboucher sur un infarctus du myocarde ou une attaque cérébrale. Garder un poids normal est donc important à plusieurs égards. Pour la prévention du cancer, il est particulièrement important d avoir un poids aussi stable que possible tout au long de sa vie d adulte. Les personnes qui ont des kilos excédentaires devraient les perdre progressivement après une phase de stabilisation de leur poids et de modification de leurs habitudes alimentaires. 2 Renehan A. et al. (2008). Body-mass index and incidence of cancer : a systematic review and meta-analysis of prospective observational studies. Lancet 2008; 371: Contact: février / 8

7 Toutefois, aucun régime ne permet de prévenir, et encore moins de guérir, un cancer de l intestin. En effet, le cancer n a jamais une seule et unique cause. Une alimentation équilibrée et une activité physique suffisante peuvent néanmoins contribuer à diminuer le risque de cancer de l intestin. Une alimentation équilibrée comprenant beaucoup de fibres alimentaires et peu de graisses, de sucre et de sel est essentielle au bon fonctionnement de la digestion. Les fibres alimentaires ne peuvent être digérées que partiellement. Elles absorbent beaucoup d eau, augmentent le volume de remplissage de l intestin et déclenchent, par l extension de la paroi intestinale, le besoin d aller à la selle. Elles représentent une source alimentaire optimale pour la flore intestinale et protègent de la constipation. C est pourquoi les produits riches en fibres alimentaires, comme le pain, les pâtes et le riz complets, les fruits, les légumes et les légumineuses devraient être consommés quotidiennement. En faisant une consommation modérée de viande, on réduit son risque de développer un cancer. La consommation de viande rouge, en particulier, peut accroître le risque de cancer de l intestin. On ignore cependant quels sont précisément les facteurs en jeu. En mangeant du poisson ou de la volaille en lieu et place de viande de porc, de bœuf, de veau ou d agneau, et en s abstenant de consommer toute viande deux ou trois jours par semaine, on peut diminuer son risque de cancer. Les graisses animales, de même que les produits carnés saumurés ou fumés, ne devraient pas non plus être consommés quotidiennement. En plus d être néfaste pour le cerveau et le foie, une consommation excessive d alcool représente un risque de cancer, notamment de l intestin. Si l on ne veut pas y renoncer totalement, il importe au moins de limiter cette consommation d alcool. Activité physique suffisante En plus d augmenter le bien-être, une activité physique suffisante peut diminuer le risque de cancer de l intestin en favorisant le bon fonctionnement de ce dernier. Elle stimule l irrigation sanguine du tissu intestinal et, par là même, les contractions de l intestin (péristaltisme). Ainsi, les constituants des aliments sont transportés plus efficacement. Une demi-heure d activité physique quotidienne d intensité moyenne est idéale pour assurer une digestion saine et maintenir le bon fonctionnement de l organisme. «Intensité moyenne» signifie que l activité provoque un certain essoufflement et peut-être même une légère sudation. Contact: février / 8

8 Il n est pas nécessaire que cette demi-heure d activité physique soit effectuée d un seul tenant. Elle peut être fractionnée, toute activité physique qui dure au moins 10 minutes pouvant être comptabilisée. L activité physique est positive pour la santé à plusieurs égards. Elle renforce les défenses immunitaires, stimule la digestion, accroît la dépense d énergie, prévient le surpoids et fortifie l ossature. En outre, elle contribue au bon fonctionnement du système hormonal et du métabolisme, aide à combattre le stress et réduit le risque de développer un cancer ou d autres maladies chroniques. Les personnes physiquement actives sont généralement aussi des personnes qui fument moins et qui se nourrissent mieux. Plus on s y prend tôt pour modifier son mode de vie, plus on abaisse son risque de développer un cancer de l intestin, mais aussi d autres maladies telles que les affections cardio-vasculaires ou le diabète. Pour de plus amples informations, veuillez consulter les sites ou Contact: février / 8

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin

Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin Programme vaudois de dépistage du cancer du colon Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin Dépistage du cancer du colon Canton de Vaud Table des matières Aide à la décision et

Plus en détail

Réduisez votre risque de cancer colorectal

Réduisez votre risque de cancer colorectal Réduisez votre risque de cancer colorectal Réduisez votre risque de cancer colorectal On ne doit pas présumer, juste parce qu on se sent en parfaite santé, qu on ne peut pas avoir le cancer. Ne remettez

Plus en détail

LE CÔLON ET LE RECTUM

LE CÔLON ET LE RECTUM LE CÔLON ET LE RECTUM LE CÔLON ET LE RECTUM Le côlon et le rectum forment ensemble le gros intestin et assurent des fonctions essentielles dans les dernières étapes de la digestion. La digestion commence

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir!

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! DOSSIER DE PRESSE 2 Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! Le vendredi 10 avril 2015, de 10h à 18h, le Comité du Rhône de la Ligue contre le Cancer,

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Manger sainement pour réduire son risque de cancer.

Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Ligue suisse contre le cancer Association suisse pour l alimentation Une publication de la Ligue suisse contre le cancer et de l Association suisse pour

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL 11 septembre 2015 DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Nouveau test, nouvelle organisation 1 Communiqué 11 septembre 2015 Dépistage organisé du cancer colorectal Nouveau test, nouvelle organisation

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Cancer de l intestin. Les réponses aux questions essentielles. Une information de la Ligue contre le cancer

Cancer de l intestin. Les réponses aux questions essentielles. Une information de la Ligue contre le cancer Cancer de l intestin Les réponses aux questions essentielles Une information de la Ligue 1 SOMMAIRE L INTESTIN L intestin 3 Le cancer de l intestin 4 Le dépistage 7 La prévention 14 Que puis-je faire par

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Offre «La maquette d intestin géant»

Offre «La maquette d intestin géant» Offre «La maquette d intestin géant» Cette offre s adresse aux ligues cantonales, aux hôpitaux, aux cabinets médicaux, aux entreprises, etc. Quelques données sur le cancer de l intestin Savez-vous que

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN.

FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN. FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN. Plus d informations sur : www.fa-avc.be Ligue Cardiologique Belge www.liguecardiologique.be FIBRILLATION AURICULAIRE

Plus en détail

Antécédents familiaux de cancer colorectal (intestin)

Antécédents familiaux de cancer colorectal (intestin) Réduction des risques Grâce au travail de ses bénévoles et de son personnel et à la générosité de ses donateurs, la Société canadienne du cancer est le leader de la lutte contre le cancer. La Société canadienne

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Si vous avez ceci. jetez un coup d œil!

Si vous avez ceci. jetez un coup d œil! Si vous avez ceci jetez un coup d œil! Vous subissez une mammographie pour dépister le cancer du sein. Vous subissez régulièrement un test de PAP pour dépister le cancer du col de l utérus. Vous subissez

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Dents saines Corps sain

Dents saines Corps sain OURIEZ Dents saines Corps sain Liens entre la santé buccodentaire et la santé générale Les bactéries qui se trouvent dans la plaque peuventelles vraiment affecter les poumons? Brossage, utilisation de

Plus en détail

Comprendre le CANCER DU CÔLON

Comprendre le CANCER DU CÔLON Comprendre le Qu est-ce que le cancer du côlon? Le cancer du côlon est une maladie qui se caractérise par des cellules cancéreuses se formant sur la paroi du gros intestin (côlon) la partie de votre système

Plus en détail

Prévenir le cancer. Une information de la Ligue contre le cancer

Prévenir le cancer. Une information de la Ligue contre le cancer Prévenir le cancer Une information de la Ligue contre le cancer Diminuez votre risque de cancer Chaque année en Suisse, 37 000 personnes sont touchées par un cancer. En modifiant certaines habitudes et

Plus en détail

Qu est-ce que Helicobacter pylori? Source: http://www.medicaltribune.net/put/default.htm Le cycle de vie (pathogénie) de l Helicobacter pylori

Qu est-ce que Helicobacter pylori? Source: http://www.medicaltribune.net/put/default.htm Le cycle de vie (pathogénie) de l Helicobacter pylori HELICOBACTER PYLORI Qu est-ce que Helicobacter pylori? L Helicobacter pylori est une bactérie intestinale qui cause la majorité des ulcères dans l estomac et dans le duodénum. Ils se développent dans des

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325 Dr K Farahat Gastroentérologie Bruxelles, le Concerne Nom : Prénom : Date de naissance : Adresse : Chère Madame, Cher Monsieur, Votre médecin

Plus en détail

HEL-01298-de-0513-0001-21494. Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs

HEL-01298-de-0513-0001-21494. Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs HEL-01298-de-0513-0001-21494 Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs Sommaire 1. Pourquoi des examens préventifs? 3 2. Examens préventifs pour le dépistage des facteurs de risque/maladies du

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie de Crohn

La prise en charge de votre maladie de Crohn G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie de Crohn Vivre avec une maladie de Crohn Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Ovaires : cancer et kystes

Ovaires : cancer et kystes Ovaires : cancer et kystes Le cancer des ovaires : Description Au Canada, une femme sur 70 sera touchée par un cancer de l'ovaire au cours de sa vie. Le cancer de l ovaire est le plus mortel des cancers

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein du NHS (Service National de Santé) Pour vous aider à décider

Dépistage du cancer du sein du NHS (Service National de Santé) Pour vous aider à décider Dépistage du cancer du sein du NHS (Service National de Santé) Pour vous aider à décider Qu est-ce que le cancer du sein? 2 Qu est-ce que le dépistage du cancer du sein? 3 Résultats du dépistage du cancer

Plus en détail

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE Le diabète Suis-je concerné? MUTUALITE CHRETIENNE La solidarité, c est bon pour la santé. Vous vous posez des questions sur le diabète? Vous vous demandez si vous êtes concerné? Vous connaissez une personne

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention NUTRITION & CANCERS Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention 2 NUTRITION ET PRÉVENTION DES CANCERS FACTEURS AUGMENTANT LE RISQUE DE

Plus en détail

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein (Carcinome mammaire) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein Le cancer du sein est une tumeur maligne qui

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

constipation occasionnelle

constipation occasionnelle Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 constipation occasionnelle de l adulte constipation occasionnelle de l adulte Ce qu il faut savoir La constipation se définit

Plus en détail

HÉMORROÏDES HEMORROÏDES. J'ai des Hémorroïdes douloureuses. Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville

HÉMORROÏDES HEMORROÏDES. J'ai des Hémorroïdes douloureuses. Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville HEMORROÏDES J'ai des Hémorroïdes douloureuses Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville 1 De quoi s agit-il? C est une affection connue depuis la plus haute antiquité. Les

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

COPIE. Diabète & cholestérol. «Contrôle simple - santé redoublée»

COPIE. Diabète & cholestérol. «Contrôle simple - santé redoublée» Diabète & cholestérol «Contrôle simple - santé redoublée» 2,6 Association Suisse du Diabète Schweizerische Diabetes-Gesellschaft Associazione Svizzera per il Diabete www.associationdudiabete.ch Compte

Plus en détail

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Introduction On diagnostique chaque année en France plus de 9 000 nouveaux cas de mélanome. Traité à temps, ce cancer de la peau peut généralement

Plus en détail

CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS)

CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS) CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS) Description et fonctions des VADS : C est l ensemble formé de la bouche, du pharynx et du larynx Elles permettent le passage de l air et des aliments

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Comment prévenir le cancer. Page 20

Comment prévenir le cancer. Page 20 Comment prévenir le cancer Page 20 TABLE DES MATIÈRES Comment prévenir le cancer? 3 Qu est-ce que le cancer? 4 Qu est-ce qui cause le cancer? 4 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRÉVENTION DU CANCER 1. Maintenir

Plus en détail

Nous sommes tous concernés par la maladie lorsqu elle frappe. Il nous faut l être également en amont, dans la prévention.

Nous sommes tous concernés par la maladie lorsqu elle frappe. Il nous faut l être également en amont, dans la prévention. Mars Bleu Mars est le mois de la promotion du dépistage organisé du cancer colorectal. Il faut le rappeler, il est le 2 ème cancer tueur après le cancer du poumon. Contrairement au cancer du poumon, celui

Plus en détail

Les trois niveaux de prévention

Les trois niveaux de prévention Dépistage Les trois niveaux de prévention Que dépister? Facteurs étiologiques de maladie : causant la maladie Ex VIH pour le SIDA Facteurs de risque pour une maladie : induisant un accroissement de la

Plus en détail

EQUILIBRE ALIMENTAIRE

EQUILIBRE ALIMENTAIRE EQUILIBRE ALIMENTAIRE Sommaire Pourquoi mange t'on? Qu'est ce qui influence notre alimentation? Pourquoi manger équilibré? Comment manger équilibré? Les différents groupes d'aliments. La composition des

Plus en détail

La dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale La dysplasie cervicale Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez consulter

Plus en détail

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim.

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim. Marquez des points, mangez mieux! Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts reunica-interim.com Regles du jeu Garder votre cœur en bonne santé sera

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Bienvenue! Coordonnées : Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77

Bienvenue! Coordonnées : Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77 Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77 Bienvenue! Je vous propose de préparer notre premier entretien en voulant bien répondre au questionnaire ci-dessous,

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

ÉQUILIBRÉE POUR UNE GLYCÉMIE LE TRAITEMENT DU DIABÈTE DE TYPE 2 COMPORTE DIFFÉRENTES ÉTAPES : ÉTAPE 4 ÉTAPE 3 ÉTAPE 2 ÉTAPE 1 UN MODE DE VIE ÉQUILIBRÉ

ÉQUILIBRÉE POUR UNE GLYCÉMIE LE TRAITEMENT DU DIABÈTE DE TYPE 2 COMPORTE DIFFÉRENTES ÉTAPES : ÉTAPE 4 ÉTAPE 3 ÉTAPE 2 ÉTAPE 1 UN MODE DE VIE ÉQUILIBRÉ POUR UNE GLYCÉMIE ÉQUILIBRÉE LE TRAITEMENT DU DIABÈTE DE TYPE 2 COMPORTE DIFFÉRENTES ÉTAPES : ÉTAPE 4 ÉTAPE 1 UN MODE DE VIE ÉQUILIBRÉ ÉTAPE 2 Un mode de vie équilibré + UN ANTIDIABÉTIQUE ORAL ÉTAPE 3

Plus en détail

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner!

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Tous concernés! De quoi s agit-il? Notre assiette est la première des médecines. En effet, manger sainement et équilibré contribue à prévenir les principales

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

Anémie, carence en vitamines B12 et B9

Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Introduction Le sang contient trois types de cellules différents. Les globules blancs défendent le corps contre les infections, les globules rouges transportent l'oxygène

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

DES INFORMATIONS ACCESSIBLES SUR LES AVANTAGES, LES RISQUES, LA QUALITE

DES INFORMATIONS ACCESSIBLES SUR LES AVANTAGES, LES RISQUES, LA QUALITE DES INFORMATIONS ACCESSIBLES SUR LES AVANTAGES, LES RISQUES, LA QUALITE Urs P. Gasche Non au cancer de l intestin! Oui, mais comment? 13 septembre 2007 Informations accessibles de la Ligue contre le cancer

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Fibrillation & défibrillation cardiaques

Fibrillation & défibrillation cardiaques Fibrillation & défibrillation cardiaques Le coeur, un circuit électrique Le cœur est un muscle qui se contracte selon un rythme régulier, d environ 60 à 100 battements par minute. Chaque battement est

Plus en détail

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE Unité 2 BILAN ÉNERGÉTIQUE ET POIDS CORPOREL SAIN Questions exploratoires Êtes-vous satisfait de votre poids corporel? Sur quoi vous concentrez-vous pour contrôler votre poids? Quels sont les facteurs qui

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF. Docteur Philippe NAVARRO

MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF. Docteur Philippe NAVARRO MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE Docteur Philippe NAVARRO ANCIEN INTERNE DES HOPITAUX CHEF DE CLINIQUE A LA FACULTE 13.1.12597.3.C ------ Les Terrasses de Bonneveine

Plus en détail

Pour le médecin, la constipation se définit

Pour le médecin, la constipation se définit Cas clinique La constipation : Comment s y prendre pour mieux la traiter? Mickael Bouin, MD, Ph.D. Le cas de Josette Josette, âgée de 50 ans, sans antécédents, vous consulte pour une constipation qui dure

Plus en détail

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Infestation par Toxocara cati,

Infestation par Toxocara cati, Fiche technique n 23 Infestation par Toxocara cati, la toxocarose féline La toxocarose féline est principalement due à Toxocara cati, un ver parasite fréquemment rencontré chez le chat. Il peut être à

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 5 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Introduction Le dépistage du cancer

Plus en détail

www.cancerdusein.org

www.cancerdusein.org www.cancerdusein.org CHANTAL THOMASS ET LA CAISSE D EPARGNE S ASSOCIENT POUR SOUTENIR LA LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN. À l occasion de la Journée des Droits de la Femme, Chantal Thomass et la Caisse

Plus en détail

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Introduction Les habitudes alimentaires et le mode de vie sont fortement impliquées dans l augmentation d incidence de

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

ARTHROSE, PROTOCOLE NATUREL

ARTHROSE, PROTOCOLE NATUREL ARTHROSE, PROTOCOLE NATUREL Qu est-ce que l arthrose? Dans les articulations normales, les processus de synthèse et de dégradation du cartilage sont en équilibre. En cas d arthrose, les processus de réparation

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail