À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient"

Transcription

1 À PROPOS DU cancer colorectal Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

2 Table des matières Qu est-ce que le cancer colorectal?... 1 Les stades du cancer colorectal... 2 Quels sont les choix de traitements?... 3 Eloxatin MD et le traitement du cancer colorectal... 9 Recherches actuelles et avenir du traitement Terminologie du cancer colorectal Où trouver de l aide Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient L objectif de ce guide est de vous aider à mieux connaître le cancer colorectal, les choix de traitement qui s offrent à vous et les stratégies vous permettant de faire face à la maladie tout en conservant votre bienêtre. Il aborde également les recherches actuelles ainsi que l avenir des thérapies du cancer colorectal. Pour votre commodité, vous trouverez un glossaire à la fin de cette brochure pour vous aider à mieux comprendre la terminologie utilisée pour le cancer colorectal. Le contenu de ce guide a été examiné et approuvé de manière indépendante par des experts médicaux qualifiés compétents. Qu est-ce que le cancer colorectal? Le cancer colorectal se développe lentement, de façon généralement prévisible, et, lorsqu il est diagnostiqué à un stade précoce, il est souvent soignable. On appelle cancers colorectaux les cancers qui se forment dans les cellules qui tapissent l intérieur du côlon (la partie la plus longue du gros intestin) et du rectum (les derniers centimètres du gros intestin avant l anus). Le côlon et le rectum constituent le gros intestin, qui est la dernière partie du tube digestif. Le tube digestif, composé de l oesophage, de l estomac, du petit et du gros intestin, extrait et transforme les substances nutritives (vitamines, sels minéraux, sucres, graisses et protéines) présentes dans les aliments et facilite l élimination des déchets de l organisme. La nouvelle importante à propos du cancer colorectal est qu il débute habituellement par une croissance précancéreuse appelée un polype et qu il se développe lentement, de façon généralement prévisible. On peut donc le prévenir grâce au dépistage et, lorsqu il est diagnostiqué à un stade précoce, il est souvent soignable. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 1

3 Les stades du cancer colorectal Une fois un diagnostic de cancer posé, celui-ci est décrit par un stade et un grade. La stadification du cancer colorectal décrit la taille de la tumeur, l avancement de sa croissance dans la paroi du côlon ou du rectum, et si le cancer s est propagé à des ganglions lymphatiques ou à d autres endroits de l organisme au-delà de l endroit où il a commencé son développement. Le cancer colorectal a cinq stades : Le traitement du cancer colorectal dépend de son stade et de son grade. La connaissance du stade et du grade de votre cancer peut aider votre équipe soignante à décider avec vous du traitement qui vous convient le mieux. Stade 0 Les cellules cancéreuses sont localisées uniquement dans le revêtement intérieur du côlon ou du rectum. D ordinaire, cela reste confiné à la surface d un polype (une excroissance sur une membrane muqueuse). On l appelle carcinome in situ. Stade 1 Les cellules cancéreuses se sont propagées du revêtement interne aux couches intermédiaires de la paroi musculaire du côlon ou du rectum. Stade 2 Le cancer s est propagé à la surface externe du côlon ou du rectum, et peut mettre en cause les tissus avoisinants, mais pas les ganglions lymphatiques. Stade 3 Le cancer a atteint les ganglions lymphatiques avoisinants. Stade 4 Le cancer s est propagé à d autres parties éloignées de l organisme, comme le foie ou les poumons. En plus du stade du cancer, il est également utile de déterminer son grade. Pour déterminer le grade d une tumeur, un prélèvement de biopsie est examiné au microscope. On détermine le grade en comparant l apparence et le comportement des cellules cancéreuses à ceux de cellules normales, ce qui permet à votre médecin d évaluer la rapidité de la croissance du cancer. Le cancer colorectal a trois grades : Grade 1 ou bas grade qui dénote généralement un cancer à croissance lente ; on dit également «bien différencié». Grade 2 ou grade modéré on parle aussi de différentiation intermédiaire. Grade 3 ou haut grade qui dénote une croissance du cancer plus rapide, et il est alors dit peu différencié. Remarque : Les termes en italique sont mieux définis dans la section sur la terminologie du cancer colorectal. Quels sont les choix de traitements? Votre traitement dépendra de votre état général de santé, ainsi que du type, du stade et du grade du cancer. Pour le cancer colorectal, votre traitement pourrait comprendre une combinaison de chirurgie, de radiothérapie, de chimiothérapie et de thérapie biologique. En concertation avec votre équipe soignante, vous choisirez les traitements qui vous conviennent le mieux. Vous serez peut-être invité(e) à prendre part à une étude clinique pour évaluer de nouvelles options ou associations de traitement. Le traitement du cancer colorectal comprend une ou plusieurs des approches suivantes : Chirurgie La chirurgie constitue le principal traitement du cancer colorectal. On a recours à la chirurgie pour soigner le cancer aux stades précoces en retirant complètement la tumeur et les tissus affectés. Occasionnellement, une chirurgie peut être offerte à des personnes dont les tumeurs ont récidivé dans le bassin ou se sont propagées dans le foie ou les poumons. Pour les personnes dont la maladie ne peut pas être entièrement éliminée, on peut avoir recours à la chirurgie pour soulager les symptômes du cancer. La taille de la tumeur et son emplacement (l endroit de l intestin où elle se situe) déterminent le type de chirurgie qui vous convient. Diverses interventions chirurgicales sont pratiquées pour retirer les tumeurs en fonction de leur taille, leur emplacement, la profondeur à laquelle elles se sont développées dans la paroi du côlon ou du rectum, et la longueur du segment du côlon ou du rectum qui doit être retirée. Pour l ablation de petits cancers précoces comme les polypes cancéreux, un tube (ou sonde) est inséré dans le rectum, alors que pour l ablation de tumeurs plus grosses il est généralement nécessaire de retirer la portion d intestin où se trouve le cancer. Si un segment d intestin est enlevé, les parties restantes saines de l intestin sont recousues ensemble. Si cela ne peut pas être fait immédiatement, il est possible de pratiquer une colostomie temporaire qui consiste à faire une ouverture dans l abdomen à laquelle le côlon alors est rattaché pour déboucher à l extérieur du corps. Cela permet à l organisme d évacuer directement les 2 Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 3

4 déchets du côlon, à travers l ouverture pratiquée dans la peau, dans un sac qui peut être vidé régulièrement. Chaque patient étant différent, la colostomie peut être permanente pour certains, alors que d autres n en auront besoin qu en attendant la guérison du site de l opération et, après 2 ou 3 mois, la colostomie peut être supprimée (ou inversée). Votre équipe de professionnels de la santé vous apprendra à gérer une colostomie de façon à vous permettre de continuer à vous adonner à des activités quotidiennes. Pour certains patients dont le cancer colorectal ne s est étendu qu au foie, une chirurgie spécialisée peut être une possibilité pour éliminer les métastases hépatiques (dans le foie) si elles sont petites ou en nombre réduit. Radiothérapie du cancer rectal Au cours d une radiothérapie, des doses élevées d un type spécial d énergie (sous forme de radiation) sont dirigées vers l endroit où le cancer se développe dans le but de détruire les cellules en rendant impossibles leur croissance et leur division. La radiothérapie détruit les cellules cancéreuses, dont la croissance est incontrôlable, mais elle peut également endommager les cellules saines environnantes.heureusement, les cellules saines sont capables de se régénérer après la fin de la thérapie. On peut avoir recours à deux types de radiothérapie : la radiothérapie à rayon externe et, occasionnellement, la curiethérapie. Dans la radiothérapie à rayon externe, le faisceau de radiations est dirigé sur la tumeur. Dans la curiethérapie, l élément radioactif est placé à l intérieur de la tumeur, ce qui permet de traiter le cancer de façon très ciblée. La radiothérapie est plus fréquemment utilisée pour traiter le cancer rectal. On y a rarement recours pour le cancer du côlon parce que le côlon est assez mobile et les cancers, même superficiels, ont tendance à s écarter des structures avoisinantes et le risque local de contamination par le cancer est faible. L intestin grêle est également proche, ce qui limite encore le type et la dose de radiations qui pourraient être nécessaires. L inverse est cependant vrai pour le rectum, où une propagation locale peut facilement contaminer la paroi pelvienne latérale et, de plus, l intestin grêle est à une distance de sécurité. Cela signifie que le radio-oncologue peut envoyer de fortes doses de radiations anticancéreuses de façon plus sécuritaire pour les cancers du rectum, que ce soit avant ou après une chirurgie. La décision d un recours à la radiothérapie est généralement prise suivant l analyse pathologique détaillée des cancers du rectum. Les effets secondaires consécutifs à une radiothérapie sont une sensation d être plus fatigué qu à l ordinaire, occasionnellement une diarrhée et éventuellement un changement au niveau de la peau qui peut devenir rouge ou sensible au toucher à l endroit où le traitement a été appliqué. Ces effets secondaires sont temporaires et disparaissent normalement après la période de traitement, lorsque les cellules normales ont eu le temps de se régénérer, en général en une ou deux semaines. Chimiothérapie Des médicaments standards sont habituellement utilisés pour traiter les différents stades du cancer colorectal. La chimiothérapie consiste en l utilisation de médicaments anticancéreux (médicaments chimiothérapeutiques), donnés d ordinaire par injection, ou parfois en pilule, pour détruire les cellules cancéreuses. D abord, un mot sur la dénomination de ces médicaments. Lorsqu on voit que le nom d un médicament commence par une majuscule (comme Eloxatin), il s agit du nom donné par le fabricant. L Eloxatin est aussi connu sous le nom d oxaliplatine, tout en minuscules, qui est le nom générique du médicament, celui qui est, par exemple, le plus souvent utilisé par les médecins. Nous avons tendance, dans ce guide, à utiliser les deux formes, ainsi : L Eloxatin (oxaliplatine) est un médicament important utilisé dans le traitement du cancer colorectal Bien que les médicaments chimiothérapeutiques agissent en détruisant les cellules cancéreuses et en empêchant leur croissance et leur prolifération, ils endommagent aussi des cellules saines, tout comme les radiations, et peuvent avoir des effets secondaires. L atteinte de cellules saines est temporaire ; elles se régénèrent d elles-mêmes après le traitement. Parmi les effets secondaires que vous pourriez ressentir, on compte les nausées, les vomissements, l irritation buccale, la perte d appétit, la fatigue, la perte de cheveux, la diarrhée, la neurotoxicité, le risque accru d infection et le saignement. Votre équipe soignante surveillera attentivement tout effet secondaire et vous procurera des médicaments efficaces pour en réduire les symptômes. 4 Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 5

5 Le traitement chimiothérapeutique peut être donné avant ou après la chirurgie. On peut y avoir recours : 1) avant la chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante) et on l associe parfois à la radiothérapie pour réduire la taille d une tumeur rectale ; 2) après la chirurgie afin de détruire toutes les cellules cancéreuses microscopiques restant après l intervention et de réduire ainsi le risque de réapparition du cancer (chimiothérapie adjuvante) ; Dans de nombreux cas, on a recours à une association de médicaments chimiothérapeutiques, par exemple, le 5-FU avec Leucovorin (généralement dénommée 5-FU/AF ou 5-FU/LV) PLUS, par exemple, Eloxatin (FOLFOX). 3) pour aider à ralentir et à contrôler le cancer lorsqu il s est propagé à des organes distants. Il s agit de ce qu on appelle une «chimiothérapie palliative» dont l objectif est de contrôler les symptômes et de prolonger la vie, mais en définitive le cancer est incurable. Le type de médicaments chimiothérapeutiques et, évidemment, les doses administrées et les horaires varient d un patient à l autre ; c est pourquoi le plan de traitement dépend de votre situation individuelle. Les médicaments chimiothérapeutiques les plus couramment utilisés pour traiter le cancer colorectal sont le fluorouracile (5-FU, Adrucil MD ) et l acide folinique (Leucovorin MD qui est ajouté pour accroître l efficacité du 5-FU). Le 5-FU est utilisé depuis de nombreuses années et son efficacité est prouvée. Les nouveaux médicaments comprennent l oxaliplatine (Eloxatin MD ), l irinotécan (Camptosar MD, CPT-11), la capécitabine (Xeloda MD ) (qui est un 5-FU sous forme de pilule), et le raltitrexed (Tomudex MD ) (pouvant s utiliser à la place du 5-FU chez des patients ayant un cancer colorectal à un stade avancé et présentant une intolérance au 5-FU). Chimiothérapie dans le cas d un cancer primaire du côlon Chez les personnes ayant un cancer primaire du côlon à risque élevé de récidive (cancer du côlon de stade 3 et de stade 2 à risque élevé), l association chimiothérapeutique la plus utilisée en thérapie adjuvante est celle du FOLFOX : acide folinique (Leucovorin), fluorouracile (5-FU, Adrucil), oxaliplatine (Eloxatin) administrés par voie intraveineuse toutes les deux semaines pour un total de 12 traitements prévus. Les personnes ne tolérant pas le schéma posologique du traitement FOLFOX peuvent utiliser à la place la capécitabine (Xeloda) par voie orale. Chimiothérapie dans le cas d un cancer colorectal avancé ou métastatique Plusieurs choix s offrent pour la chimiothérapie en cas de cancer colorectal avancé ou métastatique, et une décision est prise en concertation avec votre oncologue médical et en adaptant le traitement à votre situation spécifique. De façon générale, les associations chimiothérapeutiques les plus utilisées pour traiter un cancer colorectal avancé ou métastatique comprennent : 1) FOLFOX : acide folinique (Leucovorin), fluorouracile (5-FU, Adrucil), oxaliplatine (Eloxatin) ; 2) FOLFIRI : acide folinique (Leucovorin), fluorouracile (5-FU, Adrucil), irinotécan (Camptosar, CPT-11) ; 3) FOLFOX associé au bévacizumab (Avastin MD ) (une thérapie biologique ciblée) en traitement de premier ou deuxième choix ; 4) FOLFIRI pris avec le bévacizumab ; 5) la capécitabine (Xeloda) prise à la place des traitements d association à base de 5-FU. Dans des circonstances exceptionnelles, le raltitrexed (Tomudex) peut être pris à la place du 5-FU par les personnes ayant une intolérance au 5-FU. Le cétuximab (Erbitux MD ) est un autre type de thérapie biologique ciblée, qui peut être pris seul, ou en association avec l irinotécan après l échec d autres traitements chimiothérapeutiques. Thérapie biologique La thérapie biologique est aussi une nouvelle approche pouvant être utilisée pour traiter certains stades du cancer colorectal. Cette forme de thérapie se sert du système immunitaire pour combattre le cancer ou pour aider à soulager les effets secondaires des autres traitements anticancéreux en utilisant des substances naturelles de l organisme ou Comme c est le cas de tous les traitements chimiothérapeutiques, vous pourriez avoir des effets secondaires. Chacun ayant une réponse différente au traitement, vos effets secondaires pourraient être différents également. Discutez avec votre équipe soignante pour connaître des moyens d y faire face. 6 Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 7

6 des médicaments pour renforcer le système immunitaire de l organisme et stimuler ses propres défenses. Certains médicaments biologiques peuvent cibler certaines cellules sans nuire aux cellules saines (thérapie ciblée). L association de la thérapie biologique avec des traitements maintenant standards comme le 5-FU, Leucovorin et Eloxatin (FOLFOX), suscite des espoirs de résultats encore meilleurs à l avenir. Les médicaments de thérapie biologique (ciblée) les plus couramment utilisés sont le bévacizumab (Avastin MD ) et le cétuximab (Erbitux MD ). Le bévacizumab et le cétuximab sont tous deux des anticorps monoclonaux. Avastin est actuellement offert au Canada pour le traitement du cancer métastatique du côlon et du rectum. Avastin cible le facteur Discutez avec vos de croissance de l endothélium vasculaire (VEGF), l une des professionnels de la principales protéines (substances) fabriquées par les cellules qui contribuent à la formation des vaisseaux sanguins grâce auxquels santé si vous avez une petite tumeur peut grossir. Avastin agit en se liant au VEGF et en empêchant les vaisseaux sanguins d atteindre une tumeur. des questions ou des Sans alimentation en sang, la tumeur périt. Avastin améliore également l action des agents chimiothérapeutiques en favorisant inquiétudes à propos le transport de ces médicaments directement vers la tumeur. Des études récentes ont démontré que l association d Avastin à de votre traitement. des régimes chimiothérapeutiques à base de 5-FU améliore leur efficacité dans le traitement du cancer colorectal au stade avancé. Erbitux agit en ciblant le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) sur la cellule cancéreuse. Les récepteurs d EGF favorisent la croissance des cellules cancéreuses en transmettant des signaux à ces cellules. Erbitux se lie à ces récepteurs, ce qui interrompt la transmission de ce signal aux cellules cancéreuses et fait mourir ces cellules. Il existe plusieurs situations dans lesquelles Erbitux peut avoir plus d effet bénéfique chez certaines personnes que chez d autres. Par exemple, Erbitux n agit que chez les individus qui présentent des molécules de récepteur d EGF à l extérieur de leurs cellules cancéreuses (EGFR-positifs) (remarque : parfois administré à des patients EGFR-négatifs). De plus, les personnes ayant suivi une chimiothérapie à l irinotécan et dont le cancer a cessé de répondre à ce médicament peuvent bénéficier d Erbitux en association avec l irinotécan ou pris seul. Les médicaments, leur posologie et le calendrier des prises variant d une personne à l autre, votre médecin décidera du plan de traitement qui vous convient le mieux. Les effets secondaires seront différents selon le type de traitement. Eloxatin et le traitement du cancer colorectal Qu est-ce qu Eloxatin? Eloxatin, aussi connu sous le nom d oxaliplatine, est un médicament chimiothérapeutique utilisé dans le traitement des patients ayant un cancer colorectal tant localisé que métastatique. Eloxatin est généralement utilisé en association avec le 5-fluorouracile (5-FU) et la leucovorine dans le traitement des patients présentant des cancers du côlon de stade 3 (à ganglions lymphatiques positifs) après une chirurgie destinée à retirer la tumeur. Comment agit Eloxatin? Eloxatin est un dérivé du platine qui peut empêcher la division des cellules cancéreuses. Qui ne devrait pas prendre Eloxatin? Eloxatin ne devrait pas être administré aux personnes allergiques à l oxaliplatine ou aux autres ingrédients à base de platine, ou à d autres ingrédients du produit. Les personnes présentant des problèmes rénaux graves ainsi que les femmes enceintes ou qui allaitent ne devraient pas utiliser Eloxatin. Quelle est l efficacité d Eloxatin dans le traitement du cancer colorectal? Des études cliniques ont démontré qu Eloxatin est un médicament très efficace dans le traitement du cancer colorectal. Au cours d une grande étude clinique récente portant sur 795 patients souffrant de cancer colorectal métastatique, ceux qui avaient reçu Eloxatin associé au 5-FU/LV (FOLFOX) ont présenté une amélioration significative par rapport aux patients ayant reçu d autres traitements classiques. Chez les patients prenant Eloxatin et 5-FU/LV, on a constaté un ralentissement de la croissance du cancer se traduisant par une vie plus longue que chez les patients ayant reçu d autres associations de médicaments. 8 Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 9

7 Au cours d une autre grande étude clinique internationale, 2246 personnes souffrant de cancer du côlon de stade 2 ou 3 ayant eu une chirurgie pour le retrait complet de la tumeur primaire, ont reçu soit Eloxatin avec 5-FU/LV (FOLFOX), soit uniquement 5-FU/LV. Les résultats de cette étude ont montré que les patients présentant un cancer de stade 3 et ayant reçu FOLFOX avaient une vie exempte de cancer plus longue que les patients ayant reçu 5-FU/LV uniquement. Quels sont les effets secondaires d Eloxatin? Comme la plupart des autres médicaments de chimiothérapie, Eloxatin peut aussi faire baisser le nombre de globules blancs (neutropénie), de globules rouges (anémie) et de plaquettes (thrombocytopénie). Les globules blancs aident votre organisme à combattre l infection, et si leur nombre est plus petit que la normale, vous avez un risque plus élevé d avoir une infection. Mais la plupart des personnes recevant Eloxatin qui ont une neutropénie ne contractent pas d infections. Si vous avez des effets secondaires, consultez votre médecin. Comme avec beaucoup de médicaments de chimiothérapie, vous pourriez ressentir des effets secondaires avec Eloxatin. La plupart des effets secondaires sont gérables, mais il peut parfois s avérer nécessaire de cesser le traitement. Les effets secondaires comprennent les nausées, la diarrhée, les vomissements, la fatigue, la stomatite (inflammation buccale), des valeurs basses de l hémogramme, une douleur à l endroit de l injection, des problèmes respiratoires et une neuropathie (modifications nerveuses pouvant être ressenties comme un picotement ou un engourdissement des mains et des pieds, une faiblesse musculaire et d autres changements au niveau des sensations). Moyens de prévenir et de gérer une neuropathie L un des facteurs déclencheurs les plus courants de la neuropathie à Eloxatin est l exposition au froid. Pour prévenir les sensations nerveuses désagréables, évitez de toucher des objets froids ou congelés, de consommer des nourritures ou boissons froides, et de respirer de l air froid. La dysesthésie pharyngolaryngée (sensation de serrement ou de gêne dans la gorge donnant des difficultés à respirer ou à avaler) est un symptôme occasionnel de neuropathie. Ce symptôme peut effrayer, mais ce n est qu une sensation qui en réalité n interfère pas avec la respiration. Cette sensation disparaît généralement d elle-même après quelques minutes. Certains autres symptômes de neuropathie peuvent interférer avec des activités quotidiennes comme d écrire, boutonner les vêtements, avaler, marcher et ramasser les objets. Lorsque le nombre de vos plaquettes (cellules qui aident la coagulation du sang et contrôlent le saignement) est plus faible que la normale, vous pouvez être plus enclin à saigner. Et l anémie (un nombre anormalement faible de globules rouges) peut faire que vous vous sentiez fatigué(e). Pour s assurer la maîtrise du nombre de vos cellules sanguines, votre médecin vous fera faire des numérations régulièrement. Il existe des médicaments efficaces permettant de corriger une numération trop faible de globules blancs ou rouges. On a parfois recours à la transfusion sanguine pour remédier à la situation et souvent, après une courte période, l organisme reconstitue de lui-même les niveaux sanguins. D autres effets secondaires possibles comprennent la constipation, un mal de ventre, une perte d appétit et une perte de cheveux. Contactez immédiatement votre médecin si vous avez, de façon persistante, des vomissements, une diarrhée ou une toux, de la fièvre ou des symptômes d infection (rougeur ou gonflement à l endroit de l injection, une toux qui fait remonter des mucosités ou des maux de gorge), des réactions allergiques (respiration difficile, resserrement de la gorge, éruption cutanée, urticaire ou gonflement des lèvres ou de la langue), et des symptômes de neuropathie qui gênent vos activités quotidiennes. Un grand nombre des symptômes associés à la neuropathie sont temporaires, mais certains peuvent demeurer pendant une longue période. Ici aussi, votre équipe soignante vous encadrera et vous conseillera. 10 Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 11

8 Recherches actuelles et avenir du traitement Les recherches continues dans le domaine du cancer colorectal ont conduit à des avancées dans le traitement et à de nouvelles approches de la gestion des effets secondaires associés au traitement, ce qui a permis d améliorer les perspectives d avenir et la qualité de vie de nombreuses personnes vivant avec la maladie. À la recherche de traitements toujours plus efficaces, de nombreuses études cliniques sont réalisées dans le but d évaluer différentes associations de médicaments déjà utilisés séparément pour traiter le cancer colorectal. Et plus d études cliniques étudient l ajout de thérapie ciblée (par example, le bévacizumab ou le cétuximab) à la chimiothérapie comme traitements de première, deuxième ou troisième intention. Les études cliniques en cours comprennent celles sur : 1) le cétuximab (Erbitux) et/ou le bévacizumab (Avastin) conjointement à une chimiothérapie d association dans le traitement du cancer colorectal métastatique ; 2) l oxaliplatine (Eloxatin), la leucovorine et le fluorouracile avec ou sans le bévacizumab dans le traitement des personnes ayant eu une chirurgie pour un cancer du côlon de stade 2 ; 3) une chimiothérapie avec ou sans le bévacizumab dans le traitement de patients ayant un cancer rectal de stade 2 ou 3 ; et 4) une chimiothérapie d association avec ou sans le bévacizumab dans le traitement du cancer colorectal métastatique ou localement avancé ne pouvant pas être retiré par chirurgie. En plus des thérapies ciblées déjà connues, de nouveaux médicaments sont développés. De nouveaux médicaments comme le panitumumab (Vectibix) (semblable au cétuximab) sont évalués par des études cliniques en tant que traitement de choix du cancer colorectal. En raison des recherches continues en cours, de nouvelles découvertes contribuent au changement constant de nos connaissances et de notre compréhension du cancer. Ces nouvelles données aident les chercheurs et les professionnels de la santé à développer des pratiques de prévention, de détection et de traitement du cancer colorectal, ainsi qu à améliorer la qualité de la vie des personnes ayant cette maladie. Terminologie du cancer colorectal 5-fluorouracile (5-FU) : médicament utilisé dans le traitement en général du cancer colorectal. C est un type d antimétabolite (médicament très semblable aux composés naturels impliqués dans les réactions cellulaires normales, mais assez différent pour interférer sur la division et la fonction de la cellule). 5-FU/FA : voir 5-FU/LV. 5-FU/LV : traitement de médicaments chimiothérapeutiques couramment utilisés en association - fluorouracile (5-FU, Adrucil) et acide folinique (Leucovorin). Aussi dénommé 5-FU/FA. Anticorps monoclonaux : substance de type protéine fabriquée en laboratoire. Ces anticorps sont conçus de manière à avoir une attirance spécifique à l égard de certaines molécules se trouvant à la surface des cellules et celles qui font partie d un cancer. Les anticorps monoclonaux sont destinés à cibler les cellules malignes qui forment la tumeur. (Voir aussi Thérapie ciblée et Thérapie biologique.) Biopsie : procédure par laquelle un échantillon de tissu est prélevé pour être analysé au microscope afin de permettre le diagnostic précis du type de cancer et de son grade. Cancer colorectal primaire : Ici, le terme «primaire» dénote l origine du cancer. Dans ce cas précis, un cancer débutant dans l intestin (et plus spécifiquement le côlon ou le rectum). Cancer localement avancé : terme descriptif pour parler d un cancer s étant propagé, depuis son site d origine à la surface interne de l intestin, à travers la paroi de l intestin pour venir occuper des tissus ou des ganglions lymphatiques avoisinants. Carcinome in situ : groupe de cellules extrêmement anormales confinées dans le tissu au sein duquel elles se sont formées, mais pouvant devenir tout à fait cancéreuses et infiltrer le tissu normal avoisinant. Dans l intestin, le carcinome in situ se rencontre généralement à la surface d un polype. 12 Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 13

9 Chimiothérapie : traitements médicamenteux contribuant à détruire les cellules cancéreuses en interférant avec le processus de division de ces cellules. Ces traitements médicamenteux sont généralement administrés toutes les quelques semaines pour laisser le temps aux tissus sains et aux cellules sanguines de se rétablir. Curiethérapie : type de radiothérapie de contact ayant recours à une source radioactive scellée (un implant) placée dans la tumeur ou à sa proximité, et rendant possible le traitement du cancer à des doses élevées de radiation de façon très ciblée. Étude clinique : projet de recherche conçu pour répondre à une question sur l efficacité de nouveaux traitements ou de nouvelles approches d utilisation de traitements déjà existants, et pour déterminer s ils ne présentent pas de danger et s ils sont efficaces. FOLFIRI : Traitement chimiothérapeutique consistant en l association d acide folinique (Leucovorin), de fluorouracile (5-FU, Adrucil) et d irinotécan (Camptosar, CPT-11). FOLFOX : Traitement chimiothérapeutique consistant en l association d acide folinique (Leucovorin), de fluorouracile (5-FU, Adrucil) et d oxaliplatine (Eloxatin). Ganglion lymphatique : également connu sous le nom de nœud lymphoïde, c est une masse sphérique de tissu lymphatique. Les nœuds lymphoïdes filtrent la lymphe (le liquide lymphatique) et peuvent retenir pendant un certain temps les cellules cancéreuses quittant un organe. Dans l intestin, les nœuds lymphoïdes sont présents à la surface de l intestin et le long des vaisseaux sanguins menant à l intestin. Leur retrait est une facette importante de la chirurgie initiale. Lorsque les nœuds lymphoïdes sont impliqués dans les cancers colorectaux (de l intestin), le stade passe automatiquement à 3 (ou 4 si des organes distants sont également atteints). Immunothérapie : voir thérapie biologique. Leucovorine : médicament utilisé pour augmenter les effets antitumoraux du fluorouracile et du tégafur-uracile, solution de rechange sous forme de pilule au traitement du fluorouracile qui est administré par voie intraveineuse. Il est aussi utilisé pour aider à protéger les cellules normales de doses élevées d un autre médicament anticancéreux, le méthotrexate. Métastatique : se dit d un cancer s étant propagé depuis son site d origine (la tumeur primaire) à d autres parties (distantes) de l organisme comme le foie et les poumons. Polype : excroissance sur une membrane muqueuse qui constitue le revêtement interne humide des cavités comme le nez, la bouche, l estomac et l intestin. Radiothérapie : utilisation des radiations de hautes énergies des rayons X, des rayons gamma, des neutrons, des protons ou d autres sources pour tuer les cellules cancéreuses et réduire les tumeurs. (Voir aussi radiothérapie à rayon externe et curiethérapie.) Radiothérapie à rayon externe : une radiation est pointée sur le cancer et les tissus avoisinants à partir d un appareil situé à l extérieur du corps du patient. Ce type de radiation est utilisé pour traiter la plupart des variétés de cancer, dans le cadre de consultations externes. En général, les patients reçoivent un traitement tous les jours du lundi au vendredi, et la période totale de traitement peut durer quelques semaines. Thérapie adjuvante : traitement administré après l administration du traitement primaire (principal) et après la disparition de tout signe visible de cancer, dans le but d augmenter les chances de guérison. La thérapie adjuvante peut comprendre la chimiothérapie, la radiothérapie, la thérapie biologique ou une autre thérapie. (Voir thérapie néoadjuvante.) Thérapie biologique : forme de thérapie utilisant le système immunitaire pour combattre le cancer ou pour aider à soulager les effets secondaires des autres traitements anticancéreux en utilisant des substances naturelles de l organisme ou des médicaments pour renforcer le système immunitaire de l organisme et stimuler ses propres défenses. Certains médicaments biologiques peuvent cibler certaines cellules sans nuire aux cellules saines. (Voir aussi thérapie ciblée.) Thérapie ciblée : type de thérapie biologique qui opère en visant ou ciblant des molécules ou protéines spécifiques jouant un rôle dans la croissance et la propagation du cancer. Les patients ayant un cancer colorectal métastatique peuvent recevoir une thérapie ciblée, mais des études supplémentaires sont nécessaires avant que les thérapies biologiques puissent être utilisées dans le traitement des stades précoces du cancer colorectal. (Voir thérapie biologique.) Thérapie néoadjuvante : traitement administré avant le traitement chirurgical primaire. La chimiothérapie et la radiothérapie sont des exemples de thérapie néoadjuvante. La thérapie néoadjuvante est généralement administrée dans le but de faciliter la chirurgie et de la rendre plus efficace. (Voir aussi thérapie adjuvante.) 14 Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 15

10 Où trouver de l aide Le cancer colorectal est la deuxième cause principale de mortalité due au cancer au Canada. On estime qu un homme sur 14 va développer un cancer colorectal au cours de sa vie, et qu un sur 28 en mourra. Chez les femmes, on estime qu une sur 16 développera un cancer colorectal au cours de sa vie, et qu une sur 31 en mourra. La mortalité due au cancer colorectal est en diminution constante autant chez l homme que chez la femme grâce aux améliorations des traitements, particulièrement en chimiothérapie. Le dépistage du cancer colorectal peut faire baisser le risque de le contracter et d en mourir. Si vous, ou une personne proche, avez récemment eu un diagnostic de cancer colorectal ou êtes en cours de traitement, ne vous résignez pas à être seul(e) pour traverser cette épreuve. Des groupes de soutien du cancer colorectal existent dans de nombreuses communautés à travers le Canada qui organisent des réunions où les patients, les soignants et les familles peuvent partager leur expérience, offrir de l aide et fournir de l information. L expérience du cancer étant différente pour chaque individu, vous pouvez apprendre auprès d autres personnes qui traversent une expérience comparable comment gérer de nombreux problèmes quotidiens, prendre des décisions difficiles et faire face à toute une gamme d émotions. Références 1. Société canadienne du cancer. Disponible en ligne à Accédé le 21 janvier, National Cancer Institute. Disponible en ligne à Accédé le 21 janvier, Société canadienne du cancer / Institut national du cancer du Canada : Statistiques canadiennes sur le cancer, Toronto, Canada, Association canadienne du cancer colorectal. Disponible en ligne à Accédé le 21 janvier, Colon and Rectal Cancer. Treatment Guidelines for Patients. Version IV/February American Cancer Society. National Comprehensive Cancer Network. Disponible en ligne à Accédé le 21 janvier, Monographie d Eloxatin. sanofi-aventis Canada Inc., décembre Monographie d Avastin. Hoffmann-La Roche Ltée., 21 septembre Pour de plus amples renseignements ou pour trouver un groupe de soutien dans votre région, veuillez appeler notre numéro sans frais au COLON (26566) ou visitez notre site Web : BIEN QUE TOUT AIT ÉTÉ MIS EN OEUVRE POUR ASSURER L EXACTITUDE DE CETTE BROCHURE QUANT À LA PRATIQUE MÉDICALE ACTUELLE AU CANADA, ELLE NE SAURAIT ÊTRE TOTALEMENT EXHAUSTIVE. LES BESOINS INDIVIDUELS SONT MULTIPLES ET LA BROCHURE N EST PAS CONÇUE POUR REMPLACER DES SOINS MÉDICAUX APPROPRIÉS Multimed Incorporated Contenu réalisé par les membres de la rédaction de Current Oncology, une revue internationale multidisciplinaire sur le cancer, publiée par Multimed Inc., Milton, Canada. Website : 16 Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À propos du cancer colorectal 17

11 À PROPOS DU cancer colorectal CDN.OXA F Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Association canadienne du cancer colorectal Le cancer colorectal Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Avastin est une marque déposée de Genentech, Inc., utilisée sous licence. Camptosar

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Les tumeurs bénignes ne sont pas cancéreuses. Elles ne se propagent pas à d autres parties du corps.

Les tumeurs bénignes ne sont pas cancéreuses. Elles ne se propagent pas à d autres parties du corps. Vivre avec le cancer Renseignements généraux à propos du cancer Le cancer apparaît lorsque des cellules deviennent anormales et prolifèrent de manière incontrôlée. Ces cellules empêchent les cellules saines

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Cancer de l'œsophage. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer de l'œsophage. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de l'œsophage Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de l'œsophage Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Cancer primitif du foie

Cancer primitif du foie Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer

Plus en détail

Cancer du larynx. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du larynx. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du larynx Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du larynx Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

Cancer de l œsophage. Comprendre le diagnostic

Cancer de l œsophage. Comprendre le diagnostic Cancer de l œsophage Comprendre le diagnostic Cancer de l œsophage Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée par

Plus en détail

Un test Pap pourrait vous sauver la vie

Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Vous avez 21 ans ou plus et êtes sexuellement active? Passez un test Pap! Si vous saviez qu un test Pap, qui prend 5 minutes,

Plus en détail

MONOGRAPHIE AVASTIN. bevacizumab pour injection. Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique

MONOGRAPHIE AVASTIN. bevacizumab pour injection. Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique MONOGRAPHIE Pr AVASTIN bevacizumab pour injection Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique AVASTIN, indiqué en monothérapie, dans le traitement du glioblastome

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Mélanome. Comprendre le diagnostic

Mélanome. Comprendre le diagnostic Mélanome Comprendre le diagnostic Mélanome Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée par l énorme quantité d information

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients Si vous avez un cancer du larynx, il y a sans doute beaucoup de questions qui vous viennent à l esprit, comme : Qu est-ce qui arrive maintenant? Quels traitements sont offerts? En quoi votre vie changera-t-elle

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Cancer primitif du foie. Comprendre le diagnostic

Cancer primitif du foie. Comprendre le diagnostic Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée

Plus en détail

Cancer du sein Comprendre le diagnostic

Cancer du sein Comprendre le diagnostic Cancer du sein Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer du sein Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement.

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement. Glossaire de termes relatifs au cancer du rein Abdomen : Partie du corps qui renferme le pancréas, l estomac, les intestins, le foie, la vésicule biliaire et d autres organes. Les reins se trouvent derrière

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic

Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

Cancer du larynx. Comprendre le diagnostic

Cancer du larynx. Comprendre le diagnostic Cancer du larynx Comprendre le diagnostic Cancer du larynx Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée par l énorme

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte Mars 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour faciliter la discussion sur

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge des cancers des voies aéro-digestives supérieures

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge des cancers des voies aéro-digestives supérieures G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge des cancers des voies aéro-digestives supérieures Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4 Anémie et maladie rénale chronique Phases 1-4 Initiative de qualité en matière d issue des maladies rénales de la National Kidney Foundation Saviez-vous que l initiative de qualité en matière d issue des

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Les traitements du cancer invasif du col de l utérus

Les traitements du cancer invasif du col de l utérus JUIN 2011 Les traitements du cancer invasif du col de l utérus Nom du chapitre COLLECTION GUIDES PATIENTS LE COL DE L UTÉRUS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LA RADIOTHÉRAPIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LES

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE NEUCHATEL, Suisse, 7 avril/prnewswire/ -- - LA LENALIDOMIDE est évaluée par l EMEA comme thérapie orale pour

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer de l endomètre?

Qu est-ce que le cancer de l endomètre? Cancer de l endomètre Qu est-ce que le cancer de l endomètre? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Le mélanome. Ce que vous devez savoir

Le mélanome. Ce que vous devez savoir Le mélanome Ce que vous devez savoir Table des matières À propos de ce livret... 2 La peau... 3 Importance de la peau...3 Couches de la peau...3 La croissance des cellules : les cellules normales et les

Plus en détail

PIL Décembre 2009. Autres composants: acide tartrique, macrogol 4000, macrogol 1000, macrogol 400, butylhydroxyanisol.

PIL Décembre 2009. Autres composants: acide tartrique, macrogol 4000, macrogol 1000, macrogol 400, butylhydroxyanisol. Notice publique MOTILIUM Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions,

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

Stelara (ustekinumab)

Stelara (ustekinumab) Les autorités de santé de l Union européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Stelara de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la vessie G R A N D P U B L I C Ce à quoi sert la vessie La vessie est une poche qui reçoit l urine produite par les reins, via les uretères*. Elle est constituée

Plus en détail

Les traitements du cancer du pancréas

Les traitements du cancer du pancréas DÉCEMBRE 2012 Les traitements du cancer du pancréas COLLECTION GUIDES PATIENTS LE PANCRÉAS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LA NUTRITION LES TRAITEMENTS DE LA DOULEUR LES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le cancer du sein. Brochure entièrement remaniée d après les découvertes scientifiques les plus récentes.

Ce qu il faut savoir sur le cancer du sein. Brochure entièrement remaniée d après les découvertes scientifiques les plus récentes. Ce qu il faut savoir sur le cancer du sein. Brochure entièrement remaniée d après les découvertes scientifiques les plus récentes. Sommaire Ce qu il faut savoir sur le cancer du sein 4 Informations de

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients. Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal

CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients. Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal Présentation de l équipe À l Hôpital Maisonneuve-Rosemont, les patients atteints d un cancer

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

MONOGRAPHIE DE PRODUIT MONOGRAPHIE DE PRODUIT Pr ESBRIET Capsules de pirfénidone 267 mg Antifibrosant et anti-inflammatoire Hoffmann-La Roche Limitée 7070 Mississauga Road Mississauga (Ontario) L5N 5M8 Canada Date de révision

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Les traitements du cancer de la prostate

Les traitements du cancer de la prostate NOVEMBRE 2010 Les traitements du cancer de la prostate COLLECTION GUIDES PATIENTS LA PROSTATE LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LA RADIOTHÉRAPIE EXTERNE LA CURIETHÉRAPIE LA SURVEILLANCE ACTIVE L HORMONOTHÉRAPIE

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer du pancréas?

Qu est-ce que le cancer du pancréas? Cancer du pancréas Qu est-ce que le cancer du pancréas? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Les leucémies chroniques

Les leucémies chroniques 3.1.8 9 0 8989 A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer de l œsophage?

Qu est-ce que le cancer de l œsophage? Cancer de l œsophage Qu est-ce que le cancer de l œsophage? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique

Plus en détail

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Quand des cellules normales sont endommagées et qu'elles ne peuvent pas être soignées, elles meurent : c'est l'apoptose. Les cellules cancéreuses ne meurent

Plus en détail