Traitement Percutané des Rétrécissements Aortiques : Evaluation TDM Avant et Après Procédure

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement Percutané des Rétrécissements Aortiques : Evaluation TDM Avant et Après Procédure"

Transcription

1 Nathalie Pirot * Jérôme Caudron * Jeannette Fares * Hélène Eltchaninoff Alain Cribier Jean-Nicolas Dacher * Traitement Percutané des Rétrécissements Aortiques : Evaluation TDM Avant et Après Procédure * Service de Radiologie Service de Cardiologie INSERMU644 Hôpital Charles Nicolle, Université de Rouen, Rouen, France

2 Liste des Abréviations CD : Coronaire droite CG : Coronaire gauche ETO : Echocardiographie transoesophagienne ETT : Echocardiographie transthoracique FE : Fraction d éjection IA : Insuffisance aortique RA : Rétrécissement aortique RVA : Remplacement valvulaire aortique TAVI : Transcatheter aortic valve implantation VG : Ventricule gauche N Pirot et al. JFR

3 Propos Le rétrécissement aortique (RA) est la valvulopathie cardiaque la plus fréquente Le traitement de référence des RA serrés symptomatiques est le remplacement valvulaire aortique (RVA) chirurgical Cependant, environ 1/3 des patients sont récusés chirurgicalement en raison d un risque opératoire trop élevé : âge avancé, altération de la fonction ventriculaire gauche (VG), comorbidités associées Chez ces patients, le traitement percutané des RA (Transcatheter aortic valve implantation, TAVI) est devenu une alternative salvatrice au traitement chirurgical conventionnel L échocardiographie transthoracique (ETT) et le cathétérisme cardiaque sont actuellement les méthodes d évaluation de référence avant et après procédure N Pirot et al. JFR

4 Objectifs Définir le rôle du scanner dans le bilan des TAVI En pré-implantation Proposer un protocole technique Préciser les principaux éléments d interprétation concernant l aorte et les axes ilio-fémoraux Guider la concertation multidisciplinaire et le choix de la voie d abord Apporter des éléments anatomiques pertinents sur la racine et la valve aortiques En post-implantation Evaluer le déploiement et la position du stent Permettre une étude anatomique et dynamique N Pirot et al. JFR

5 Plan TAVI : Vue d ensemble Evaluation TDM pré-implantation Evaluation TDM post-implantation Perspectives Messages à retenir Références Cliquez sur le chapitre de votre choix Cliquez sur pour revenir au plan N Pirot et al. JFR

6 TAVI Edwards SAPIEN - Medtronic CoreValve Edwards SAPIEN Inventée par A. Cribier, Rouen Commercialisation UE et US Diamètres disponibles: 23 ou 26 mm Stent nitinol, valve péricarde bovin Essais cliniques en cours: PARTNER US, registre SOURCE Medtronic CoreValve System Développée plus récemment (2004) Commercialisation UE Diamètres disponibles : 26 and 29 mm Stent nitinol, valve péricarde porcin Registre CoreValve N Pirot et al. JFR

7 TAVI Edwards SAPIEN - Vue d ensemble Concept de stent valvé pour éviter les resténoses après valvuloplastie Prototypes TAVI Edwards Lifesciences : améliorations technologique s Octobre 2010 >20000 TAVI dans le monde 25 ans Première valvuloplastie aortique chez l Homme Première implantation chez l animal Première implantation percutanée fémorale chez l homme Première implantation transapicale Commercialisation marquage CE N Pirot et al. JFR

8 TAVI Indications et Résultats RVA chirurgical : traitement de référence pour les RA serrés symptomatiques Mais contre-indication à la chirurgie pour les patients à haut risque opératoire (risque évalué par les scores cliniques Euroscore ou STS) Meilleure survie à 1 an des patients ayant bénéficié d un TAVI comparativement aux patients ayant un traitement médical optimal ou une valvuloplastie Evaluation à plus long terme nécessaire : résultats du registre SOURCE bientôt présentés Survie à 1 an de 205 patients ayant un RA serré symptomatique traité par RVA, TAVI, valvuloplastie ou traitement médical seul. Fares J et al. N Pirot et al. JFR

9 TAVI Voie transfémorale vs. transapicale Implantation par voie transfémorale Voie artérielle rétrograde (différent de la voie veineuse antérograde «historique») Point de ponction : artère fémorale commune Anesthésie locale dans notre centre Implantation par voie transapicale Si la voie fémorale est impossible Abord par l apex du VG Anesthésie générale, procédure réalisée au bloc opératoire N Pirot et al. JFR

10 TAVI Choix de la taille de valve : 23 ou 26 mm? Taille de la valve (largeur x hauteur) Diamètre de l anneau (estimé par ETT) Introducteur fémoral Diamètre artériel ilio-fémoral minimal Edwards SAPIEN 23 SAPIEN XT 23 Edwards SAPIEN 26 SAPIEN XT x 14,5 mm 26 x 16 mm mm mm 22 French (23) 18 French (XT 23) 7 mm (23) 6 mm (XT 23) 24 French (26) 19 French (XT 26) 8 mm (26) 7 mm (XT 26) 1ère question : Quelle taille de valve est indiquée : 23 ou 26 mm? 2nde question : Est-il envisageable d utiliser l introducteur nécessaire : 18 ou 19 French? (PREVAIL) 22 ou 24 French? Protocole PREVAIL (Edwards SAPIEN XT 23 et XT 26) dans la plupart des centres européens depuis l automne 2009 OUI Implantation transfémorale possible NON Implantation transapicale N Pirot et al. JFR

11 TAVI Complications potentielles Complications relatives à la voie d abord Transfémorale Artères fémorale et iliaque Hématome/saignement Dissection Echec de la voie d abord Aorte Dissection Accidents emboliques Apicale Hématome Collection Complications cardiaques Fréquentes Troubles de conduction Insuffisance aortique Déploiement insuffisant (bicuspidie idi +++) Rares et habituellement très graves Occlusion coronaire Rupture d anneau Migration de la valve N Pirot et al. JFR

12 TAVI Complications potentielles Hématome en regard de la voie d abord Faux anévrysme en regard du point de ponction Volumineux hématome pariétal avec plaie fémorale N Pirot et al. JFR

13 Evaluation Pré-Implantation Questions principales Analyse vasculaire Degré de sinuosité des axes artériels Diamètres minimum et moyen des artères fémorales et iliaques Degré et localisation des calcifications artérielles Points de ponction Artères fémorales communes - iliaques externes Artères iliaques primitives Bifurcation iliaque Diamètres aortiques Abdominal : anévrysme Thoracique : racine aortique, crosse Analyse cardiaque Valve aortique Bicuspidie : contre-indication à la TAVI Degré de calcifications Degré de sténose (planimétrie) Diamètre de l anneau (mesure ETT = référence dans notre centre) Position des artères coronaires vs. valve aortique native Epaisseur du septum interventriculaire Coulée calcique sur la grande valve mitrale Rapports anatomiques de l apex du VG si procédure transapicale envisagée Analyse possible de pontage (PAC) N Pirot et al. JFR

14 Evaluation Pré-Implantation Rôle de l ETT et de l Angiographie A B C Angiographie Degré de calcification de la valve aortique native (A et B, flèches) Degré de sténose aortique Morphologie de la racine de l aorte Analyse des artères coronaires (C, flèches) Axes vasculaires ilio-fémoraux ETT Diamètre de l anneau Rétrécissement ou insuffisance aortique FEVG N Pirot et al. JFR

15 Evaluation Pré-Implantation Scanner vs. ETT et Angiographie ETT Angiographie Scanner Diamètres aortiques Diamètre anneau aortique * Morphologie valvulaire Calcifications valvulaires Implantation artères coronaires Septum interventriculaire Axes ilio-fémoraux Principal avantage Principale limite Utilisé en routine et validé de façon extensive Échogénicité 2D Invasif Produit de contraste 2D Évaluation 4D exhaustive Produit de contraste Irradiation * L apport du scanner, comparativement à l ETT, reste à évaluer pour la mesure du diamètre de l anneau aortique N Pirot et al. JFR

16 Evaluation Pré-Implantation Protocole - Installation du patient Evaluation de la fonction rénale L insuffisance rénale est fréquente chez les patients candidats à une TAVI ( 20% dans notre série) Estimation de la clairance de la créatinine par la méthode MDRD Formule de Cockcroft Gault inappropriée après 65 ans Prévention Minimiser la dose de contraste Délai entre scanner et TAVI Hydratation avec précaution (risque de surcharge VG dans cette population) Installation du patient Abord veineux fiable Patient en décubitus, confortablement installé Entraînement à l apnée Utilisation des β-bloquants Proscrite Contre-indication en cas de RA serré symptomatique N Pirot et al. JFR

17 Evaluation Pré-Implantation Scanner - Acquisition en 2 temps COEUR Acquisition cardiaque synchronisée en mode rétrospectif Acquisition sur le cœur et l aorte thoracique 120 kv, pas de modulation des ma Injection de 80 à 95 ml de contraste à un débit de 4-5mL/sec pulsé avec 40 ml de sérum physiologique Bolus tracking avec déclenchement manuel de l acquisition Opacification souvent retardée de l aorte du fait du RA Reconstruction de 0 à 90% du cycle cardiaque tous les 10% AXES AORTO-ILIAQUES Angioscanner de l aorte abdominale jusqu aux trépieds fémoraux 100 ou 120 kv, 600 ma 2 ème injection de 50 ml de contraste à un débit 4mL/sec pulsé avec 30 ml de sérum physiologique gq Bolus tracking avec déclenchement manuel de l acquisition Reconstruction en 0,6 tous les 0,6 mm N Pirot et al. JFR

18 Evaluation Pré-Implantation Axes ilio-fémoraux - Sinuosité Appréciation visuelle subjective Le côté le moins sinueux est privilégié Minime Modérée Sévère N Pirot et al. JFR

19 Evaluation Pré-Implantation Axes ilio-fémoraux - Calcifications Appréciation visuelle subjective Minime Modérée Sévère N Pirot et al. JFR

20 Evaluation Pré-Implantation Axes ilio-fémoraux - Calcifications Etude en vue «lumen» : recherche de la zone de diamètre critique Calibre suffisant Zone de calibre limite N Pirot et al. JFR

21 Evaluation Pré-Implantation Axes ilio-fémoraux - Diamètre critique Analyse axiale des calcifications Localisation Point de ponction Artères fémorale commune - iliaque externe Artère iliaque primitive Bifurcation iliaque Morphologie Punctiforme ou < 30% En miroir Entre 30 et 50% En croissant ou > 50% Circonférentielle Athérome associé Zone de sténose, calcifications en miroir Zone de sténose, calcification punctiforme, plaque d athérome N Pirot et al. JFR

22 Evaluation Pré-Implantation Axes ilio-fémoraux - Plasticité Les calcifications et les sinuosités conditionnent la plasticité artérielle et par conséquent les possibilités de passage de l introducteur jusqu à l aorte abdominale sous rénale N Pirot et al. JFR

23 Evaluation Pré-Implantation Axes ilio-fémoraux - Calibre minimal requis Edwards SAPIEN 23 Edwards SAPIEN 26 Depuis Octobre 2009 protocole PREVAIL Edwards SAPIEN XT 23 Edwards SAPIEN XT 26 Taille de l introducteur 22 French 24 French 18 French 19 French Diamètre artériel ilio-fémoral l 7 mm 8 mm 6mm 7mm minimal L estimation du diamètre minimal est l étape la plus importante pour juger de la faisabilité de la voie transfémorale Le diamètre minimal dépend de la taille de la valve choisie (23 ou 26 mm) qui dépend elle même de la taille de l anneau mesurée en ETT dans notre centre 23 mm : anneau mesuré entre 18 et 21 mm 26 mm : anneau mesuré entre 21 et 24 mm N Pirot et al. JFR

24 Evaluation Pré-Implantation Anatomie de la racine aortique Anneau aortique, mesuré au niveau de la base d attache des cuspes aortiques. L anneau n est pas ovalaire, ce qui explique les différences avec l ETT Sinus de Valsalva Jonction sino-tubulaire Tubulaire N Pirot et al. JFR

25 Evaluation Pré-Implantation Anatomie de la valve aortique Éliminer une bicuspidie +++ DIASTOLE SYSTOLE Grades de calcifications valvulaires Degré de sténose Surface anatomique mesurée par planimétrie Souvent plus élevée qu en ETT où l on mesure une surface fonctionnelle Willmann JK et al. Radiology 2002 Grade 1: Pas de calcification Grade 2: Calcifications minimes (petits spots isolés) Grade 3: Calcifications intermédiaires (multiples et larges spots) Grade 4: Calcifications majeures et diffuses N Pirot et al. JFR

26 Evaluation Pré-Implantation Anatomie des artères coronaires Distance entre le pied de l ostium coronaire et la base d insertion de la cuspe aortique Distance CD généralement > distance CG Doit être 10 mm si valve 23 mm Doit être 11 mm si valve 26 mm Variantes anatomiques Sténoses difficilement quantifiables en scanner chez ces patients Analyse des pontages si présents CG CD N Pirot et al. JFR

27 Evaluation Pré-Implantation Anatomie du ventricule gauche Epaisseur du septum interventriculaire Coupe 3 cavités, diastole Importante hypertrophie septale : risque de difficulté d implantation transapicale Coulée calcique sur la grande valve mitrale Localisation de l apex VG avec la cage thoracique (utile si une voie transapicale envisagée) 6ème espace intercostal Septum interventriculaire Calcification mitrale N Pirot et al. JFR

28 Evaluation Pré-Implantation Anomalies extracardiaques Le dépistage d anomalies extracardiaques est fréquent (population de patients âgés) Mise en évidence d une hernie inguino-scrotale droite Abord fémoral gauche conseillé Signes de décompensation cardiaque gauche (œdème aigu pulmonaire) Utilisation prudente des produits de contraste iodés N Pirot et al. JFR

29 Evaluation Post-Implantation Questions principales Déploiement du stent Expansion Circularité Profondeur d implantation par rapport à l anneau natif Débord sur le septum membraneux, le septum musculaire, la valve mitrale antérieure Apposition du stent Mismatch valve anneau Position des calcifications de la valve native Position des ostiae des artères coronaires par rapport au stent Complications liées à la voie d abord si nécessaire N Pirot et al. JFR

30 Evaluation Post-Implantation Rôle de l ETT et de l Angiographie ETT Déploiement et localisation de la valve Gradient trans-valvulaire Insuffisance aortique Centro valvulaire Para valvulaire Aortographie immédiate en post-implantation Insuffisance aortique Déploiement de la valve Position et perméabilité des artères coronaires o N Pirot et al. JFR

31 Evaluation Post-Implantation Scanner vs. ETT et Angiographie ETT Angiographie Scanner Position de la valve Insuffisance aortique Mismatch Calcification valvulaires natives Déploiement de la valve +/ Position des artères coronaires Septum vs. valve Mouvement feuillet antérieur de la valve mitrale Complications voie d abord N Pirot et al. JFR

32 Évaluation Post-Implantation Protocole Scanner Scanner cardiaque Synchronisation cardiaque rétrospective Acquisition incluant le cœur en entier 120kV, pas de modulation ma Injection triphasique à ml/s Bolus tracking avec démarrage visuel de l acquisition Reconstructions multiphases de 0 à 90% de l intervalle RR, tous les 10% En cas de complication Hémorragique Scanner sans injection pour hématome Injection avec phase artérielle et portale Infectieuse Injection avec temps tardif N Pirot et al. JFR

33 Evaluation Post-Implantation Déploiement - Expansion et Circularité La qualité du déploiement peut avoir un impact sur : Les complications précoces : insuffisances aortiques +++, troubles de conduction La durabilité de la valve En pratique, le déploiement du stent est évalué visuellement dans le petit axe Des indices quantitatifs utilisés en recherche sont disponibles Expansion Diamètres mesurés vs. Diamètre attendu Dmin = diamètre minimal Dmax = diamètre maximal Surface mesurée/surface attendue 23 mm = 415,15 mm 2 26 mm = 531,9 mm 2 Circularité Indice d excentricité 1 Dmin/Dmax Circulaire si indice <0,1 Indice de circularité Surface/périmètre 2 Pour un cercle parfait valeur constante = 0,079 Circulaire si indice proche de 100% N Pirot et al. JFR

34 Evaluation Post-Implantation Position de la valve Anneau natif difficile à voir en post-implantation Approximativement localisé à la base des sinus de Valsalva Bon positionnement si la partie basale de la valve est localisée au niveau de l anneau En cas d implantation trop profonde, 2 complications potentielles : Trouble de conduction secondaire à la compression du septum membraneux (BBG, HBAG, BAV1, 2 ou 3 voir PM) Beaucoup plus théorique : compression du feuillet antérieur de la valve mitrale Profondeur d implantation de la CoreValve clairement plus importante que la SAPIEN N Pirot et al. JFR 2010 Edwards SAPIEN Caudron et al., soumis CoreValve Schultz et al. JACC

35 Evaluation Post-Implantation Apposition Défaut d apposition entre la valve et l anneau natif En cas d apposition imparfaite, le taux d insuffisance aortique est plus élevé Le plus souvent lié à des calcifications gênant le déploiement Apposition parfaite Pas d IA Apposition imparfaite IA grade 3 N Pirot et al. JFR

36 Evaluation Post-Implantation Calcifications valvulaires natives Source potentielle de complication après TAVI Emboliques Obstacle au bon déploiement de la valve Position des calcifications autour du stent doit être évaluée avec des reconstructions MPR N Pirot et al. JFR

37 Evaluation Post-Implantation Ostiae coronaires Position des ostiae coronaires Perméabilité des ostiae coronaires CG CD N Pirot et al. JFR

38 Evaluation Post-Implantation Complications liées à la voie d abord Complication transapicale Collection Hématome Piège: matériel hémostatique spontanément hyperdense à l apex du VG Transfémorale Pseudo anévrysme Hématome rétro péritonéal Dissection artérielle Emboles Collection apicale après TAVI par voie transapicale Le matériel hémostatique à l apex du VG est spontanément hyperdense et ne doit pas être confondu avec une extravasation du produit de contraste Une acquisition sans injection doit donc être réalisée N Pirot et al. JFR

39 Perspectives Scanner : gros potentiel pour l évaluation pré- et post-implantation des valves percutanées Pré Évaluation des axes vasculaires Anatomie aortique (racine et valve) Post Position et déploiement de la valve Complications Besoin d études prospectives pour définir le rôle du scanner vs. ETT et angiographie Pas de rôle actuel du scanner en cours d intervention mais rôle +++ ETO dans cette indication N Pirot et al. JFR

40 Perspectives Imagerie spectrale : Gemstone Spectral Imaging Intérêt pour l analyse vasculaire chez les patients porteurs de matériel prothétique Réduction des artéfacts, reconstruction luminale plus aisée QC 75 kev QC 75 kev N Pirot et al. JFR

41 Messages à Retenir Pré-implantation Evaluation de la fonction rénale Évaluation vasculaire prioritaire Diamètre minimal à interpréter en fonction de la taille de la valve requise (23 ou 26 mm) Calcifications artérielles : punctiformes, circonférentielles? Sinuosités artérielles Évaluation cardiaque Eliminer une bicuspidie Calcifications Anatomie du culot aortique Distance anneau - ostiae coronaires Post-implantation Scanner en gain d intérêt dans cette indication Intérêt Déploiement Expansion Circularité Profondeur d implantation Position et perméabilité des artères coronaires Relation avec la durabilité? Complications de voie d abord N Pirot et al. JFR

42 Références Anatomie Piazza N, de Jaegere P, Schultz C, Becker AE, Serruys PW, Anderson RH. Anatomy of the aortic valvar complex and its implications for transcatheter implantation of the aortic valve. Circ Cardiovasc Intervent 2008;1: Études cliniques Cribier A, Eltchaninoff H, Bash A, et al. Percutaneous transcatheter implantation of an aortic valve prosthesis for calcific aortic stenosis: first human case description. Circulation 2002;106: Cribier A, Eltchaninoff H, Tron C, et al. Treatment of calcific aortic stenosis with the percutaneous heart valve: mid-term follow-up from the initial feasibility studies: the French experience. J Am Coll Cardiol 2006;47: Webb JG, Pasupati S, Humphries K, et al. Percutaneous transarterial aortic valve replacement in selected high-risk patients with aortic stenosis. Circulation 2007;116: Zegdi R, Ciobotaru V, Noghin M, et al. Is it reasonable to treat all calcified stenotic aortic valves with a valved stent? Results from a human anatomic study in adults. J Am Coll Cardiol 2008;51: Piazza N, Onuma Y, Jesserun E, et al. Early and persistent intraventricular conduction abnormalities and requirements for pacemaking after percutaneous replacement of the aortic valve. J Am Coll Cardiol Intv 2008;1: Zajarias A, Cribier A. Outcomes and safety of percutaneous aortic valve replacement. J Am Coll Cardiol 2009;53: Webb JG, Altwegg L, Boone RH, et al. Transcatheter aortic valve implantation: impact on clinical and valve-related outcomes. Circulation 2009; 119: Willmann JK, Weishaupt D, Lachat M, et al. Electrocardiographically gated multi-detector row CT for assessment of valvular morphology and calcification in aortic stenosis. Radiology 2002; 225: Tron C, Bertrand D, Dacher JN, Cribier A. Sixty-four multislice computed tomography after transcutaneous implantation of a Cribier- Edwards bioprosthesis in the aortic position. Eur Heart J 2008;29:2163. N Pirot et al. JFR

43 Références Imagerie Tops LF, Wood DA, Delgado V, et al. Noninvasive evaluation of the aortic root with multislice computed tomography: implications for transcatheter aortic valve replacement. J Am Coll Cardiol Img 2008;1: Moss RR, Ivens E, Pasupati S, et al. Role of echocardiography in percutaneous valve implantation. J Am Coll Cardiol Img 2008;1: Schultz CJ, Weustink A, Piazza N, et al. Geometry and degree of apposition of the CoreValve ReValving system after implantation in patients with aortic stenosis. J Am Coll Cardiol 2009;54: Leipsic J, Wood D, Manders D, et al. The evolving role of MDCT in transcatheter aortic valve replacement: a radiologists perspective. Am J Roentgenol 2009;193:W Wood DA, Tops LF, Mayo JR, et al. Role of Multislice Computed Tomography in Transcatheter Aortic Valve Replacement. Am J Cardiol 2009;103: Schoenhagen P, Tuzcu EM, Kapadia SR, Desai MY, Svensson LG. Three-dimensional imaging of the aortic valve and aortic root with computed tomography: new standards in an era of transcatheter valve repair/implantation. Eur Heart J 2009;30: Sanchez-Giron C, De Icaza Herrera Miguel, Eltchaninoff H, et al. Circularity index of deployed Edwards Sapien aortic valve bioprosthesis. Poster présenté au congrès annuel 2009 de la société européenne de cardiologie (ESC). Caudron J, Fares J, Pirot N, Eltchaninoff H, Cribier A, Dacher JN. Percutaneous treatment of aortic valve stenosis. Pre and post operative assessment by multidetector CT in a pioneer center. Poster présenté au congrès annuel 2009 de la société nord américaine de radiologie (RSNA). Eltchaninoff H, Kerkeni M, Zajarias A, et al. Aorto-iliac angiography as a screening tool in selecting patients for transfemoral aortic valve implantation with the Edwards SAPIEN bioprosthesis. EuroIntervention 2009: Caudron J, Fares J, Hauville C, et al. Transcatheter aortic valve implantation with the Edwards SAPIEN Bioprosthesis: role of Multislice computed tomography to assess prosthesis deployment and positioning. Soumis. Delgado V, Ng AC, van de Veire NR, van der Kley F, Schuijf JD, Tops LF, de Weger A, Tavilla G, de Roos A, Kroft LJ, Schalij MJ, Bax JJ. Transcatheter aortic valve implantation: role of multi-detector row computed tomography to evaluate prosthesis positioning and deployment in relation to valve function. Eur Heart J 2010;31 : Delgado V, Schuijf JD, Bax JJ. Pre-operative aortic valve implantation evaluation: multimodality imaging. Eurointervention 2010;6 (SupplG):G N Pirot et al. JFR

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Introduction par François Boustani : les recommandations de l ESC

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Comment évaluer. la fonction contractile?

Comment évaluer. la fonction contractile? Comment évaluer la fonction contractile? Pr Xavier MONNET Service de réanimation médicale Hôpital de Bicêtre Assistance publique Hôpitaux de Paris Conflit d intérêt Pulsion Medical Systems CAP PiCCO Echocardiographie

Plus en détail

L Implantation Percutanée de Valve Aortique au Centre Hospitalier Universitaire de Liège. Suivi infirmier Analyse des résultats Qualité de vie

L Implantation Percutanée de Valve Aortique au Centre Hospitalier Universitaire de Liège. Suivi infirmier Analyse des résultats Qualité de vie UNIVERSITE DE LIEGE FACULTE DE MEDECINE Département des Sciences de la Santé Publique L Implantation Percutanée de Valve Aortique au Centre Hospitalier Universitaire de Liège Suivi infirmier Analyse des

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Maladie des valves Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Quelques repères épidémiologie éditorial Pr Bernard Iung Quelques repères Les maladies des valves

Plus en détail

Item : Souffle cardiaque chez l'enfant

Item : Souffle cardiaque chez l'enfant Item : Souffle cardiaque chez l'enfant Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Généralités...

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu T. MARTINELLI 1, V. SCOLAN 2, F. PAYSAN 2, D. COLLOMB 1, L. BARRET 1, G.FERRETTI 1 Services de Radiologie 1 et de Médecine Légale 2 CHU -

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

IRM cardiaque dans les cardiopathies congénitales opérées

IRM cardiaque dans les cardiopathies congénitales opérées IRM cardiaque dans les cardiopathies congénitales opérées { LAZGUET Y, MOUREAU D, MIDULLA M, ALGERI E, DEHAENE A, CASSAGNES L, GODART F, REMY-JARDIN M Service de Radiologie et d Imagerie Cardiaque et Vasculaire

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06)

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires Dr André Pisapia Sce de Rythmologie et Stimulation Cardiaque Dr Patrice Bergeron Sce de

Plus en détail

GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Juin 2008 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication

Plus en détail

RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS

RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS A.N. Diop, L. Cassagnes, V. Vo Hoang, A.T. Alfidja, E. Dumousset, A. Ravel, P. Chabrot, L. Boyer. Service de Radiologie B CHU de Clermont-Ferrand INTRODUCTION L angioplastie

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger *Malgré les progrès de dialyse, la transplantation rénale demeure le meilleur choix thérapeutique de l insuffisance

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Endocardites. Le candida albicans est parfois mis en cause, retrouvé sur culture en milieu de Sabouraud.

Endocardites. Le candida albicans est parfois mis en cause, retrouvé sur culture en milieu de Sabouraud. ~ Échocardiographie - Doppler ~ 1 Échocardiographie - Doppler S. Lafitte, M. Lafitte, P. Réant, R. Roudaut C.H.U. de Bordeaux ~ Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Pessac ~ France Endocardites Sommaire

Plus en détail

Surveillance de l opéré vasculaire. DIU d échographie. L examen pré et postinterventionnel. Surveillance du geste de revascularisation

Surveillance de l opéré vasculaire. DIU d échographie. L examen pré et postinterventionnel. Surveillance du geste de revascularisation DIU d échographie module vasculaire DESC de médecine vasculaire L examen pré et postinterventionnel Gudrun Böge Médecin Vasculaire CHU de Montpellier-Nîmes Surveillance de l opéré vasculaire Surveillance

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Conditions générales Les spécifications techniques

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web www.medical-professionals.com 1 IRM Essentiel 1900 $* Revoir les principes physiques de l IRM Apprendre les bases de fonctionnement Maîtriser

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP I Définition L'insuffisance cardiaque droite (IVD) se traduit par une augmentation des pressions de remplissage télédiastolique du ventricule droit (VD). Le

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Définitions. PrioritéVie Enfant MC. Assurance contre le risque de maladie grave

Définitions. PrioritéVie Enfant MC. Assurance contre le risque de maladie grave Définitions PrioritéVie Enfant MC Assurance contre le risque de maladie grave Le présent document ne constitue qu un exemple de libellé et n a aucune force exécutoire. En cas de divergence entre les renseignements

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM les Directeurs 09/04/98 des Caisses Primaires d'assurance Maladie des Caisses Régionales

Plus en détail

Voxar 3D TM. Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales

Voxar 3D TM. Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales Voxar 3D TM Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales FAMILLE DE PRODUITS VOXAR 3D TM Fonctions et caractéristiques VOXAR 3D TM (workstation) VOXAR 3D ENTERPRISE

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

9 septembre 2014. : COOK France. Demandeur. Les modèles. Indications retenues : Service Attendu Attendu (SA) Comparateu retenu(s) : Amélioration s.

9 septembre 2014. : COOK France. Demandeur. Les modèles. Indications retenues : Service Attendu Attendu (SA) Comparateu retenu(s) : Amélioration s. COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 9 septembre 2014 CONCLUSIONS ZENITH ALPHA, endoprothèse aortique thoracique Demandeur : COOK

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Schéma du cœur avec CIA Aorte Artère pulmonaire Oreillette gauche CIA Appendice auriculaire gauche Oreillette droite

Plus en détail

Système de valve aortique implantée par cathéter Direct Flow Medical. Mode d emploi

Système de valve aortique implantée par cathéter Direct Flow Medical. Mode d emploi Système de valve aortique implantée par cathéter Direct Flow Medical Mode d emploi 1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF... 3 2. INDICATIONS... 5 3. CONTRE-INDICATIONS... 5 4. MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS... 5

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide Femme de 58 ans, opérée d un by-pass gastrique 2 ans auparavant. Depuis 10jours, nausées et vomissements. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ls images scanographiques après

Plus en détail

Mesure du débit et volume sanguins. Cause des décès au Canada

Mesure du débit et volume sanguins. Cause des décès au Canada Mesure du débit et volume sanguins Damien Garcia Damien.Garcia@ircm.qc.ca Laboratoire de génie biomédical IRCM, Montréal Cause des décès au Canada Autres ( 16% ) Respiratoire ( 9% ) Diabète ( 3% ) Cancer

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Cardiopathies ischémiques

Cardiopathies ischémiques AU PROGRAMME Cardiopathies ischémiques Processus obstructif Notions essentielles 1. Définition Les cardiopathies sont des malformations du cœur : soit acquises, survenant au cours de la vie (cardiopathies

Plus en détail

Evaluation de la Fonction Diastolique Ventriculaire Gauche en IRM Cardiaque

Evaluation de la Fonction Diastolique Ventriculaire Gauche en IRM Cardiaque Evaluation de la Fonction Diastolique Ventriculaire Gauche en IRM Cardiaque Jérôme Caudron¹,, Hend Belhiba¹,, Jeannette Fares²,, David Bertrand¹, Fabrice Bauer² et Jean-Nicolas Dacher¹ 1- Service de Radiologie

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE:

ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE: ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE: FAISABILITÉ ET PERSPECTIVES FUTURES Fabien THAVEAU, Nabil CHAKFE, Jean-Georges KRETZ Service de Chirurgie Vasculaire, Strasbourg INTRODUCTION CHIRURGIE MINI-INVASIVE: but:

Plus en détail

Agence Européenne de la Sécurité Aérienne

Agence Européenne de la Sécurité Aérienne Agence Européenne de la Sécurité Aérienne Moyens acceptables de conformité et matériel d orientation dans le cadre de Part-MED 1 Première publication 15 décembre 2011 1 Moyens acceptables de conformité

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

PICCO2. PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012. Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale

PICCO2. PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012. Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale PICCO2 PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012 1 PROTOCOLE PICCO2 DAR BICETRE DEPARTEMENT D ANESTHESIE REANIMATION

Plus en détail

LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré

LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré A. LEGUERRIER Certificat de cardiologie M4 2007-2008 LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré La chirurgie cardio-vasculaire s'est considérablement

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris M. Lederlin, M. Montaudon, P. Berger, A. Ozier, F. Laurent Laboratoire de physiologie cellulaire respiratoire INSERM U885, Bordeaux 2 Unité d

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Assurance maladies graves temporaire

Assurance maladies graves temporaire Assurance maladies graves temporaire GUIDE DU PRODUIT 5367-01F-JUI14 ASSOMPTION VIE Le présent document a pour objet de résumer les caractéristiques des produits d'assomption Vie. Il ne s'agit ni d'un

Plus en détail

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur SA. Faraoun, N. Debzi, N. Benidir, R. Ouldgougam, SE. Bendib Centre Pierre et Marie Curie, Alger Introduction

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

ANGIOGRAPHIE INTERVENTIONNELLE BRONCHO SYSTEMIQUE ET PULMONAIRE. Partie 1

ANGIOGRAPHIE INTERVENTIONNELLE BRONCHO SYSTEMIQUE ET PULMONAIRE. Partie 1 ANGIOGRAPHIE INTERVENTIONNELLE BRONCHO SYSTEMIQUE ET PULMONAIRE Pascal Lacombe, Mostafa El Hajjam, Stephen Binsse, Jean-Pierre Pelage Partie 1 EMBRYOLOGIE Deux territoires vasculaires intriqués : - Pulmonaire

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail