La Liste de Vérification Chirurgicale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Liste de Vérification Chirurgicale"

Transcription

1 La Liste de Vérification Chirurgicale Dre Shannon Fraser Professeure Assistant, Université McGill Chef de la division de chirurgie générale M Bobby Paré Coordonnateur en Soins Infirmiers bloc opératoire Mme Anna Pevreal Infirmière Clinicienne Spécialisée, bloc opératoire

2 Événements indésirables Événements conduisant à la mort, à une augmentation de la durée de séjour ou même à des séquelles permanentes. 44,000-98,000 personnes meurent chaque année suite à des complications ou erreurs médicales qui auraient pu être prévenues. Institute of Medicine. To Err is Human: Building a Safer Health System. The National Academic Press 1999

3 Événements indésirables Taux d événements indésirables en chirurgie est de 3% 54% auraient pu être prévenus Gawande AA, et al. The incidence and nature of surgical adverse events in Colorado and Utah in Surgery 1999; 126:

4 Événements indésirables La majorité des effets indésirables se produisent au bloc opératoire Calland et al. A System Approach to Surgical Safety. Surgical Endoscopy 2002; 16:

5 Événements indésirables La majorité des erreurs médicales ne sont pas associées uniquement au rendement d un seul groupe ou d une seule personne( ) les erreurs les plus communes sont attribuables à des systèmes ou processus déficients et à des conditions qui amènent les gens à prendre des risques, à commettre des erreurs ou même à contourner les systèmes servant à les prévenir. Institute of Medicine. To Err is Human: Building a Safer Health System. The National Academic Press 1999

6 Modèle du fromage Suisse (Reason) Manque de communication Manque de connaissances Distraction Travail en silo Fatigue Manque de ressources Pressions Manque de confiance Stress Manque de concentration

7 Le modèle des systèmes Les objets, événements ainsi que les processus sont interdépendants d un système complexes. Un simple changement à ses composantes influencera directement le système en entier. Peu importe la partie touchée dans le processus.

8 Le modèle des systèmes Les objets, événements ainsi que les processus sont interdépendants d un système complexes. Un simple changement à ses composantes influencera directement le système en entier. Peu importe la partie touchée dans le processus.

9 Comment prévenir les erreurs? Liste de vérification Pratique obligatoire Pause obligatoire Simulations Boites noires Système de révision des erreurs Wiener E, et al. Cockpit resource management. Academic Press 1993, San Diego (CA)

10 Comment prévenir les erreurs? Liste de vérification Pratique obligatoire Pause obligatoire Simulations Boites noires Système de révision des erreurs Wiener E, et al. Cockpit resource management. Academic Press 1993, San Diego (CA)

11 Afin de prévenir et de ne plus reproduire les situations à risques occasionnant les erreurs médicales au bloc opératoire, il faut améliorer le travail d équipe et la communication.

12

13 Pause chirurgicale traditionnelle Identification du patient Vérification du site opératoire Améliorée Antibiotiques en prophylaxie Normothermie Contrôle de la glycémie Altpeter T, et al. J Am Coll Surg 2007; 204: Prophylaxie thromboveineuse

14 Processus et Listes de vérification Interventions Enseignement Instaurer l utilisation d un chariot d insertion de cathéters centraux Évaluation quotidienne de la nécessité du cathéter central Création d une liste de vérification faite au chevet du patient, par l infirmière Renforcer le rôle de l infirmière et lui permettre d intervenir dans les processus déficients Pronovost P, et al. NEJM 2006; 355:

15 Processus et Listes de vérification Les succès sont attribués à la prise de conscience et à la simplification des processus l implantation / modification d un processus améliore la qualité de soins et la sécurité envers les patients.

16 Si une nouvelle médication était aussi efficace pour sauver des vies, il y aurait une campagne nationale afin d inciter les médecins à les prescrire. Si quelque chose d aussi simple (liste de vérification) peut transformer les USI, il n y a pas de limite à l utiliser?

17 La liste de vérification chirurgicale Nous soutenons que l implantation de la liste de vérification chirurgicale ayant pour but d améliorer la communication et la consistance en matière de soins, diminuerait les complications et la décès en chirurgie. Haynes, AB, et al. NEJM 2009; 360(5):

18

19

20 L implantation de la liste de vérification chirurgicale peut s apparenter à une course à obstacles. Notre projet pilote Participation sur la faculté des chirurgies sécuritaires sauvent des vies des SSPSM et àla Série d apprentissage virtuel des SSPSM sur la Liste de vérification.

21 Bloqueurs à l implantation (avant le pilote) Temps Collaboration Compliance

22 Équipe d implantation Comité composé de: 2 chirurgiens anesthésiologiste Inhalothérapeute Infirmier(ère)

23 Résultats suite à un projet pilote de 5 jours Spécialités Colorectale Générale Nombre de chirurgies 12 Équipe chirurgiens anesthésiologistes Résidents inhalothérapeutes Infirmiers(ères) Infirmiers(ères) aux. Techniciens en salle d opération

24 Facteurs Education Enseignement avant le début du projet, adhésion à 100% Ancienneté de l infirmière Adhésion du chirurgien

25 Défis Niveau de bruit Expérience intimidante pour l infirmière L infirmière ne se sent pas concernée par le processus de vérification chirurgical La présence du chirurgien lors de la première phase

26 Bénéfices Communication interprofessionnelle Partage du plan Complications potentielles identifiées Précisions des notes au dossier et manutention des spécimens Valorisation des rôles face aux soins de qualité donnés

27 Modifications Modifiée de la liste de vérification originale du OMS Basé sur les résultats du projet pilote Adaptation dans les différentes spécialités (ophtalmologie vs chirurgie générale) Utilisation d une version approprié suscite l adhésion du personnel impliqué i.e Ophtalmologie (ne devrait pas prendre plus de temps que la procédure elle même!)

28

29

30

31

32 Meilleure adhésion au protocole de l institution Identification du patient Administration de l antibiothérapie selon le protocole Prophylaxie anti embolique Préserver la normothermie

33 Facteurs de succès Implication des «leaders» communication Objectif clair 100 % Éducation Identification d un champion Infirmière chef d équipe Responsabilité collective (équipe) Maintenant, il arrive que le chirurgien commence la démarche

34 Effet observé Amélioration des principes de communication professionnalisme Favorise l apprentissage des étapes reliées à l intervention ainsi que des complications possibles Il s agit d un patient et non d un «cas» C est un travail quotidien!

35 Résultats d implantation Adhésion initiale 30 50% Base de données OPERA Mise en pratique au quart de jour principalement Et maintenant l adhésion est de plus 70% Affichage des résultats Circulation des statistiques Validation dans les salles

36 Résultats d implantation Au delà des statistiques, il y a le message (Dre Lorelei Lingard, PhD) Conversations parallèles Messages complémentaires Efficacité de la communication Adhésion au processus

37 Résultats d implantation Comment donc mesurer nos réussites Groupes de travail partageant des anecdotes Diffusion des bon coups et des moins bons

38 Un patient; Un but et Une équipe!

39 Pour plus d information, consulter les sites

Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain

Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain Domizio SUVA Domizio.suva@hcuge.ch Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Hôpitaux Universitaires de Genève Introduction

Plus en détail

Compétences non techniques. Sécurité du patient

Compétences non techniques. Sécurité du patient Compétences non techniques Et Sécurité du patient 26 octobre 2015 Symposium GLIAL Christian Balmer Médecin Adjoint Service anesthésie et réanimation CHCVS Le défi Les réponses possibles Compétences non

Plus en détail

Aperçu. Fier d être canadien. Sondage national. Observations générales

Aperçu. Fier d être canadien. Sondage national. Observations générales Aperçu Fier d être canadien le BCM au Canada Webinaire national sur le BCM 14 février 2012 Marg Colquhoun, B. Sc. ph., R.Ph., FCSHP, directrice de projet, ISMP Canada, co chef de la stratégie du bilan

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

«Ensemble» Roberta De Luca, MD Forum Qualité 24 novembre 2011

«Ensemble» Roberta De Luca, MD Forum Qualité 24 novembre 2011 «Ensemble» un programme de CRM 1 Roberta De Luca, MD Forum Qualité 24 novembre 2011 Plan de la présentation Crew Ressource Management Evidence based literature Ensemble Passé Présent Futur R. De Luca Groupe

Plus en détail

Les erreurs médicales sont-elles évitables?

Les erreurs médicales sont-elles évitables? Les erreurs médicales sont-elles évitables? F Clergue Neuchatel, 29 septembre 2010 Erreurs médicales : d où venons-nous? Deux attitudes : responsabilisation ou déni Le code d Hammourabi et la responsabilité

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

TR 23. Ensemble, améliorons la qualité en santé

TR 23. Ensemble, améliorons la qualité en santé TR 23 Ensemble, améliorons la qualité en santé Check-list "Sécurité du patient au bloc opératoire" : Modérateur : Philippe CABARROT Haute Autorité de Santé Ensemble, améliorons la qualité en santé 2 Les

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

Les Canadiens profiteront de soins de santé plus sûrs - maintenant!

Les Canadiens profiteront de soins de santé plus sûrs - maintenant! Communiqué de presse Les Canadiens profiteront de soins de santé plus sûrs - maintenant! Le 28 juin 2005, Calgary Plus de quatre-vingt (80) organisations de soins de santé dont des hôpitaux et des régies

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

Liste de contrôle de la sécurité chirurgicale en obstétrique-gynécologie

Liste de contrôle de la sécurité chirurgicale en obstétrique-gynécologie N 286, janvier 2013 Liste de contrôle de la sécurité chirurgicale en obstétrique-gynécologie La présente directive clinique a été analysée par le comité de pratique clinique - gynécologie et analysée et

Plus en détail

La campagne québécoise des soins sécuritaires volet prévention et contrôle des infections

La campagne québécoise des soins sécuritaires volet prévention et contrôle des infections La campagne québécoise des soins sécuritaires volet prévention et contrôle des infections Annie Laberge, CSSS Drummond et INSPQ Lise-Andrée Galarneau, CSSSTR présidente du CINQ Congrès annuel de l OIIQ,

Plus en détail

UNE CHIRURGIE PLUS SURE POUR EPARGNER DES VIES

UNE CHIRURGIE PLUS SURE POUR EPARGNER DES VIES ALLIANCE MONDIALE POUR LA SECURITE DES PATIENTS UNE CHIRURGIE PLUS SURE POUR EPARGNER DES VIES DEUXIEME DEFI MONDIAL POUR LA SECURITE DES PATIENTS Organisation mondiale de la Santé ALLIANCE MONDIALE POUR

Plus en détail

La prévention des infections du site opératoire INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

La prévention des infections du site opératoire INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Document synthèse La prévention des infections du site opératoire Direction des risques biologiques et de la santé au travail Juin 2014 RÉDACTEURS Annie Laberge,

Plus en détail

STRUCTURE DES COMITÉS

STRUCTURE DES COMITÉS STRUCTURE DES COMITÉS Afin d assurer une opérationalisation efficiente du programme de soins et services pour les personnes traumatisées, le CHRR s est doté d une structure de comités chargés de la coordination

Plus en détail

Preparing healthcare workforce?

Preparing healthcare workforce? Swiss Public Health Conference (Re-)Organizing Health Systems Lausanne 30 août 2012 Preparing healthcare workforce? Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation Merci au Comité organisateur pour l

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 6 : Risque iatrogène Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Emergence

Plus en détail

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Plaidoyer en faveur de la santé de la population : vers une pleine reconnaissance de la contribution infirmière unique Odette Roy,

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

«Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire»

«Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire» «Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire» Sabrina Burgat, Avocate, collaboratrice à l institut de droit de la santé, Neuchâtel - 1 - Plan de l exposé 1. Introduction 2. Le personnel du bloc

Plus en détail

Chirurgie et simulation. Dr Emilie Eyssartier

Chirurgie et simulation. Dr Emilie Eyssartier Chirurgie et simulation Dr Emilie Eyssartier Pourquoi enseigner la chirurgie par simulation? Historiquement enseignement de la chirurgie : enseignement facultaire formation pratique hospitalière par compagnonnage

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 6 : Risque iatrogène Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Emergence

Plus en détail

Un projet de réseau r communautaire d informatique médicale. Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005

Un projet de réseau r communautaire d informatique médicale. Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005 Un projet de réseau r communautaire d informatique d médicale Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005 DE LA CONFUSION FUSION SEAU AU RÉSEAU DE LA CON AU Pourquoi «e-toile»? Complexité croissante

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Groupe de travail Politique Médicament et bon usage Médicaments à haut risque Principes et recommandations. 26 juin 2012

Groupe de travail Politique Médicament et bon usage Médicaments à haut risque Principes et recommandations. 26 juin 2012 Groupe de travail Politique Médicament et bon usage Médicaments à haut risque Principes et recommandations 26 juin 2012 PLAN DE LA REUNION Définition des produits à haut risque Liste des produits à haut

Plus en détail

Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban. Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA

Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban. Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA 1 Historique En l an 1900, un anesthésiologiste américain, Ralph Waters, avait une clinique d anesthésie externe

Plus en détail

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON A quoi sert le programme 2015 2 A valider votre bilan (annuel ou d accréditation) 2015 Participe éventuellement à votre DPC 2015 Le programme 2015 3 Activités obligatoires:

Plus en détail

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication Distance linguistique et soins de qualité dans une perspective d équité: Concilier une diversité d enjeux Bilkis Vissandjee *, Université de Montréal Alex Battaglini, CSSS Bordeaux-CartiervilleSaint-Laurent

Plus en détail

Check-list patient au bloc opératoire. Ph. CABARROT

Check-list patient au bloc opératoire. Ph. CABARROT Check-list «Sécurité du patient au bloc opératoire» Ph. CABARROT Check-list «Sécurité du patient au bloc opératoire» Ph. CABARROT Ordre de grandeur du risque d accident catastrophique dans les activités

Plus en détail

Pourquoi une nouvelle directive?

Pourquoi une nouvelle directive? CHUV FORUM HYGIENE HOSPITALIERE MAI 2005 Ventilation au bloc opératoire Que dit la nouvelle directive SICC 99-3 CHUV Pourquoi une nouvelle directive? La directive ISH 35 datait de 1987. La nouvelle directive

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

DES SOINS À LEUR MEILLEUR UN PROJET DE 20 MILLIONS DE DOLLARS

DES SOINS À LEUR MEILLEUR UN PROJET DE 20 MILLIONS DE DOLLARS 24 7 365 DES SOINS À LEUR MEILLEUR UN PROJET DE 20 MILLIONS DE DOLLARS MULDER CENTR E DE TR AUM ATOLOGIE + CHIRURGIE THOR ACIQUE CENTR E D E XCELLENCE + SCIENCES INFIR MIÈR ES R ECHERCHE + SANTÉ MENTALE

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant!

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! 2 e Swiss Congress for Health Professions Winterthur 1 juin 2012 La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation

Plus en détail

Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation:

Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation: Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation: exemple du Dossier patient informatisé (DPI) Joanne Lessard, M.Sc.A., PMP, CPHIMS Systèmes informatiques CHCA inc.

Plus en détail

Mai 2012 Amélioration de la sécurité et des résultats pour les Canadiens et Canadiennes qui subissent une arthroplastie de la hanche ou du genou

Mai 2012 Amélioration de la sécurité et des résultats pour les Canadiens et Canadiennes qui subissent une arthroplastie de la hanche ou du genou THE CANADIAN ORTHOPAEDIC ASSOCIATION L ASSOCIATION CANADIENNE D ORTHOPÉDIE 4150, O. Ste-Catherine W., Suite 450 Westmount QC H3Z 2Y5 Ph: 1-514-874-9003 Fx: 1-514-874-0464 info@coa-aco.org www.coa-aco.org

Plus en détail

Modèle de communiqué Contexte

Modèle de communiqué Contexte Contexte La Semaine nationale de la sécurité des patients (SNSP) et le Forum virtuel national sur la sécurité des patients et l amélioration de la qualité sont des événements nationaux captivants et instructifs

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

Défis d implantation des technologies en santé au Canada

Défis d implantation des technologies en santé au Canada Défis d implantation des technologies en santé au Canada 14 juin 2012 Luc Valiquette, MD, FRCSC, chirurgien urologue Professeur titulaire et Directeur, département de chirurgie de l'université de Montréal

Plus en détail

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale.

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Exécution en bloc opératoire de procédures planifiées en préopératoire Réduction

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

Campagne: «Ensemble, améliorons la prestation sécuritaire des soins de santé!»

Campagne: «Ensemble, améliorons la prestation sécuritaire des soins de santé!» Campagne: «Ensemble, améliorons la prestation sécuritaire des soins de santé!» Mme Danielle St Louis Directrice de la qualité, MSSS Mme Catherine Maranda Conseillère àla Direction de la qualité, MSSS Plan

Plus en détail

La Chirurgie Ambulatoire

La Chirurgie Ambulatoire La Chirurgie Ambulatoire DÉFINITION, CONCEPT, FONDAMENTAUX Pr Jean-pierre Triboulet CHU Lille Colloque ANAP-HAS- 23.11.2010 DÉFINITION Projet de décret (autorisations de chirurgie) version Conseil d'etat

Plus en détail

PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL)

PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) Sophie Tremblay-Paquet, MD Résidente en Radiologie Diagnostique,

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et contrôle des infections

Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et contrôle des infections Description brève du projet Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et Direction des risques biologiques et de la santé au travail Association québécoise d établissements de santé et

Plus en détail

Médecine dentaire en Suisse. Professions, formation de base, formation postgrade, politique professionnelle

Médecine dentaire en Suisse. Professions, formation de base, formation postgrade, politique professionnelle Médecine dentaire en Suisse Professions, formation de base, formation postgrade, politique professionnelle Table des matières 2 Soins dentaires en suisse Le «modèle suisse» Santé bucco-dentaire Soins dentaires

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg

Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg Que devez-vous savoir? Votre médecin vous a prescrit une Vidéo-SEEG dans le cadre du bilan de votre épilepsie. C est une intervention faite sous anesthésie

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE

PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE Institut de Formation en Parodontologie et Implantologie Orale Véritable formation à la fois clinique & théorique basée sur la transmission des connaissances

Plus en détail

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec Résultats d enquête Dr Régis MOURIES, Président En partenariat avec L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? Conférence de Presse du 25/11/14 Philippe

Plus en détail

Apprentissage par Simulation curité des pratiques

Apprentissage par Simulation curité des pratiques Apprentissage par Simulation et sécurits curité des pratiques Jean-Claude Granry Pôle Anesthésie Réanimation CHU Angers Développement de la Simulation Aéronautique Industrie nucléaire Armées Services de

Plus en détail

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012 Nouveau financement hospitalier en 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Historique 3. Bases légales 4. Le système DRG 5. Impact économique 6. Autre nouveauté en 2012 7. Discussion 1. Introduction Le nouveau

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS)

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) NÉONATALOGIE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME NOVEMBRE 2010 Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui?

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Catherine Noguès, Sandrine Baffert Journée «Conception innovante des politiques publiques» 28 mars

Plus en détail

DESCRIPTION DE LA FORMATION INFIRMIER DE BLOC OPERATOIRE IFPS - BESANCON

DESCRIPTION DE LA FORMATION INFIRMIER DE BLOC OPERATOIRE IFPS - BESANCON DESCRIPTION DE LA FORMATION INFIRMIER DE BLOC OPERATOIRE IFPS - BESANCON Textes réglementaires La formation d'infirmier de Bloc Opératoire est légiférée par : - Décret n 2004-802 du 29 juillet 2004 ; relatif

Plus en détail

La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients

La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients Hôpitaux Universitaires de Genève La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients F Clergue Lille, 22 juin 2006 Comment arrive un accident d anesthésie? Ce que nous disent

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Préambule Les programmes de médecine dentaire offerts dans les hôpitaux

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010

Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010 Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010 Très souvent on entend citée en référence une étude américaine qui mettrait en avant que les infirmiers anesthésistes sont plus dangereux que les médecins

Plus en détail

CHIRURGIE OTOLOGIQUE

CHIRURGIE OTOLOGIQUE CHIRURGIE OTOLOGIQUE DE L HOSPITALISATION TRADITIONNELLE A L HOSPITALISATION AMBULATOIRE WWW.IUFC.fr PREAMBULE Ambulatoire : - nécessité institutionnelle - activité à développer En 2013, à l IUFC : 200

Plus en détail

Comprendre mieux pour mieux collaborer. Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007

Comprendre mieux pour mieux collaborer. Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007 Comprendre mieux pour mieux collaborer Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007 Que comprendre? Quels sont les ingrédients de la collaboration? Jusqu où peut et doit aller la collaboration? Pour arriver

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

Les Comités de Thérapie du Cancer

Les Comités de Thérapie du Cancer Les Comités de Thérapie du Cancer L expérience des sarcomes au CUSM Robert E. Turcotte MD FRCSC Chaire Maurice E. & Marthe Muller Université McGill Professeur titulaire et Directeur, Division de chirurgie

Plus en détail

Dr Sylvain CAZALBOU. implanto-logique. Soyons Implanto...logiques. Formation. Autant de pratique que de théorie

Dr Sylvain CAZALBOU. implanto-logique. Soyons Implanto...logiques. Formation. Autant de pratique que de théorie implanto-logique Institut de formation professionnelle en implantologie dentaire Soyons Implanto...logiques Formation Dr Sylvain CAZALBOU Autant de pratique que de théorie Un petit mot... La problématique

Plus en détail

XVII e Colloque des CII-CIR 2012 Montréal Le 2 mai 2012. Carl-Ardy Dubois, PhD Danielle D Amour, inf. PhD

XVII e Colloque des CII-CIR 2012 Montréal Le 2 mai 2012. Carl-Ardy Dubois, PhD Danielle D Amour, inf. PhD XVII e Colloque des CII-CIR 2012 Montréal Le 2 mai 2012 Carl-Ardy Dubois, PhD Danielle D Amour, inf. PhD Comprendre, à partir de résultats de recherche, la valeur ajoutée d une pratique professionnelle

Plus en détail

Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce

Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce Service des assurances sociales et de l hébergement (SASH) Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce Fabrice Ghelfi, Chef du SASH Congrès intercantonal

Plus en détail

Gestionnaire de risque et DSI - Ensemble pour la sécurité des usagers. Colloque des CII-CIR 2014 Montréal, le 8 mai 2014

Gestionnaire de risque et DSI - Ensemble pour la sécurité des usagers. Colloque des CII-CIR 2014 Montréal, le 8 mai 2014 Gestionnaire de risque et DSI - Ensemble pour la sécurité des usagers Colloque des CII-CIR 2014 Montréal, le 8 mai 2014 Présentateurs Guillaume Ducharme, M. Sc. (adm. de la santé) D.E.S.S. Conseiller-cadre

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef De la pharmacie au patient: comment réduire les erreurs? Etre les premiers pour Symposium vous Aguettant - SFAR 19 septembre 2013 2

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée

Plus en détail

Optimisation des Flux dans le Bloc Opératoire. HOPITECH - Octobre 2010

Optimisation des Flux dans le Bloc Opératoire. HOPITECH - Octobre 2010 Optimisation des Flux dans le Bloc Opératoire HOPITECH - Octobre 2010 OPTIMISATION DES FLUX DANS LE BLOC OPERATOIRE SOMMAIRE Présentation de STERIS Petit historique du transfert patients dans le bloc opératoire

Plus en détail

Accréditation (gestion des risques) un concept nouveau pour le chirurgien

Accréditation (gestion des risques) un concept nouveau pour le chirurgien Session labellisée AFC / FCVD Gestion des risques associés à la création du pneumopéritoine. Recommandations de la Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive Les pré requis de la sécurité A. Deleuze

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Pratique infirmière et santé communautaire à Casablanca

Pratique infirmière et santé communautaire à Casablanca Faculté des sciences infirmières Pratique infirmière et santé communautaire à Casablanca Présenté par: Vicki Mercille Nancy Da Silva Geneviève-Emmanuelle Menear Professeure responsable du stage: Bilkis

Plus en détail

simulation c est [parfois] formidable

simulation c est [parfois] formidable La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU - CESU 67 La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres?

Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres? Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres? Prof. Pascal BONNABRY Symposium Teva Pharma AG Lausanne, 21 avril 2010 To err is human USA Complications médicamenteuses graves

Plus en détail

Soins partagés : un modèle de collaboration

Soins partagés : un modèle de collaboration Soins partagés : un modèle de collaboration Quatrième colloque interétablissements en psychiatrie et en santé mentale. 5 octobre 2007 Soins partagés : un modèle de collaboration Plan de présentation Le

Plus en détail

Congrès annuel de l Association médicale du Québec INNOVER POUR TRANSFORMER

Congrès annuel de l Association médicale du Québec INNOVER POUR TRANSFORMER Congrès annuel de l Association médicale du Québec INNOVER POUR TRANSFORMER Guillaume Hervé Président CAE Santé www.caesante.com Le samedi 24 avril 2010 Innover pour transformer Essor de la simulation

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Hôpitaux Universitaires de Genève Pharmacie hospitalière: défis actuels et futurs Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour Séminaire MAS vous Sion, 6 octobre 2014 Missions GSASA Fournir

Plus en détail

Plan de la présentation. Asstsas (Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales) Ampleur du problème

Plan de la présentation. Asstsas (Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales) Ampleur du problème Prévention des lombalgies dans les soins en Amérique du Nord Jocelyn Villeneuve, ergonome Asstsas www.asstsas.qc.ca Plan de la présentation Asstsas: qui sommes- nous? Ampleur du problème des TMS Culture

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES SONT AU CHR D ORLEANS Au CHR d Orléans, la chirurgie robotisée est pluridisciplinaire Page 2 Technologies et avantages du robot «da Vinci» dernière génération Page

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

PLUS DE 175 ANS D EXCELLENCE MÉDICALE L HISTOIRE DE MAQUET

PLUS DE 175 ANS D EXCELLENCE MÉDICALE L HISTOIRE DE MAQUET L HISTOIRE DE MAQUET Depuis sa fondation en 1838 à Heidelberg, les établissements hospitaliers du monde entier font confiance aux produits et solutions MAQUET. En collaboration avec les experts médicaux

Plus en détail

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Laboratoire universitaire médical d enseignement numérique et de simulation antoine.tesniere@ilumens.org

Plus en détail

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI)

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) L. Cauchy, N. Loukili, S. Borms, B. Guery, B. Grandbastien XXIII ième Congrès s national de la SF2H 7

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail