Les limites des bonnes idées et les enjeux de demain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les limites des bonnes idées et les enjeux de demain"

Transcription

1 Les limites des bonnes idées et les enjeux de demain René Amalberti Conseiller sécurité des soins HAS Directeur scientifique de la PreventionMedicale.org Contact -

2 Risques comparés dans les activités humaines Amalberti, R. Auroy, Y. Berwick, D., Barach, P. (2005) Five System Barriers To Achieving Ultrasafe Health Care, Ann Intern Med. 2005;142, 9: Alpinisme himalayen Chirurgie Activités ULM Agricole Risque médical Pêche artisanale Sécurité routière Vols charters Industrie chimique Anesthésie ASA 1-2 Aviation Civile Rail (France) Transfusion sanguine Pas de systèmes après ce point Industrie Nucléaire Très peu sûr Extrêmement sûr Risque de catastrophe 2

3 Construire la sécurité d un système complexe Une voie commune finale à 4 étapes montrée par l aéronautique et les systèmes sûrs Un étalon de comparaison entre systèmes

4 1. FIABILISER et CONSTRUIRE LE MODELE IDEAL Evaluer le risque Construire le modèle idéal de défense

5 Analyse des risques, outils Méthodes prospectives et rétrospectives Connaissance du retour d expérience des accidents du passé Analyse préliminaire des risques (APR) Analyse des modes de défaillance et leurs effets (AMDE) Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et leur criticité (AMDEC) Hazard and operability study (HAZOP) Hazard analysis and critical control point (HACCP) Evaluation probabilistique des risques (EPR) 5

6 Un signalement qui utilise des voies assez différentes selon les systèmes.. Trois systèmes possibles de signalement Basés sur les professionnels 90% du matériel recueilli en médecine Rapporte 15% du réel Basés sur les patients/clients Relativement négligés par toutes les parties, médecine ou aviation Indépendants des traces (big brother) 90% du matériel recueilli en aéronautique Rapporte 80% du réel 6

7 Construire les défenses contre les risques identifiés Accident Défaillance Atténuation Récupération Prévention 7

8 2. CONFRONTER LE MODELE AU REEL, IDENTIFIER LES COMPORTEMENTS DEVIANTS

9 Observations en aviation civile (LOSA, Line-Oriented Safety Audit, ICAO, 2003, 5000 vols Violations 2 55 Procedural Communication 5 20 Proficiency 3 62 Decision 3 57 Pourcentage d'erreurs ayant des conséquences Fréquence des erreurs 9

10 Mêmes pathologies, mêmes combats, mêmes solutions Importer des bonnes idées CRM Briefings Check-lists Procédures Repos récupérateurs Simulations 10

11 La Haute Autorité l impose dans la certification en janvier /11/2010 DAQSS / SEVAM 11

12 Résultats (1/3) La check-list est mise en place quasiment partout et les opinions sur l utilité de principes sont plutôt favorables Les items sont dans l ensemble vérifiés par quelqu un Mise en place de la Check-list (1893 réponses) OUI (98,8%) NON 22 (1,2%) 18/11/2010 DAQSS / SEVAM 12

13 Résultats (2/3) 3. Mais la délégation totale aux IBODE/IADE est la norme 4. Les médecins n y participent pas du tout dans près de la moitié des cas Délégation Participation** A un autre professionnel, le plus souvent soignant Oui Non Toujours ,5% ,5% ,7% Parfois ,2% ,4% 53 15,1% Jamais 132 7,2% ,9% 8 6,1% Total % ,4% ,6% 18/11/2010 DAQSS / SEVAM 13

14 Synthèse : conformité acquise, mais peu encore de plus value réelle La Check-list est en place Les mentalités sont dans l ensemble plutôt favorables et reconnaissent l utilité de la vérification Mais la C/L est encore mal utilisée 1 objectif sur 3 atteint : la mise en place, restent l usage collectif et la traçabilité de la décision La France n est en rien différente du reste du monde (littérature convergente sur les mêmes difficultés) Directions pour l amélioration Convaincre dans le réel et dans le pragmatisme des situations Ne pas exiger des postures qui ne correspondent pas au fonctionnement réel des blocs (présence des chirurgiens et des anesthésistes en flux tendu) Mais faire réfléchir sur les solutions de GO-NON GO et demander à ce qu elles soient explicites Lutter pour une vraie implication des médecins Insérer la C/L (qui n est qu une vérification ultime) dans un contexte de vérification et de Qualité qui a dû commencer bien avant 18/11/2010 DAQSS / SEVAM 14

15 Une naïveté persistante dans le modèle de sécurité Accident Défaillance Atténuation Prévention Les établissements qui présentent le plus grand risque pour le patient ne sont pas ceux qui ont le plus gros taux de complications et d erreurs, mais ceux qui ne traitent pas bien les complications qu ils ont Récupération 15

16 Adopter la simulation Trois réponses de l industrie, trois buts différents La réduction de coût de formation De loin la raison qui a fait imposer le système en aviation L apprentissage technique des juniors, la maîtrise des gestes et des machines Une raison que tout le monde admet essentielle et de bon sens L expérience des situations à risques pour tous, l acquisition et le maintien du répertoire de réponses Bien accepté dans les métiers à risques, mais suppose une vision systémique pour être implémentée notamment, prévoir le ratio de personnel avec un coefficient 1,10, le 0,10 supplémentaire entièrement destiné à la formation dans l aviation et le nucléaire entre 8 et 12% des pilotes d Air france sont en formation chaque jour.

17 Zoom sur le CRM en aviation UN dispositif complexe de formation, dix ans pour rendre le dispositif obligatoire, Des millions d en immobilisation pilote 10 ans pour l inscrire dans les règlements Coût de 3 Milliards annuel mondial Recurrent CRM 3Yrs cycle Modular/LOFT JAR FCL ATPL JAR OPS 1 st year HPL MCC LOFT Initial CRM Conversion course CRM training when changing operator Conversion course CRM training when changing aeroplane type Theoretical course in Human Factors according JAR FCL Command course CRM training Amalberti 17

18 La culture en question Les pilotes sont plus conscients de leur état de fatigue que le corps médical JB Sexton, EJ Thomas, RL Helmreich BMJ 2000;320: Même fatigué, je suis toujours aussi efficace dans les phases critiques J'arrive à laisser mes problèmes personnels de côté quand je prends ma garde Ma décision est aussi bonne en urgence qu'en situation de routine Pilots (n=30.000) Chirurgien PH Interne chirurgie IBODE Urgentiste Anesthésiste PH Interne Anesthésie IADE Les jeunes internes n'ont pas droit à remettre en cause les points des vues des séniors (%) CNC 21 mars 18

19 La pression de l innovation et du marché La qualité toujours sacrifiée. Le cycle moyen de la Qualité déployée au niveau international en aviation 2 ans pour voir le problème 5 4 Sur 100 revues de question publiées entre 2000 et 2010, le temps moyen de demi-vie de la connaissance médicale est de 5,5 années Shojania Ann Intern Med, 2007 Nombre moyen d innovations significatives par décennie en chirurgie (bilan préop, technique, post op)/ Vs aviation (prévol, vol, post vol) Introduction de techniques changeant la stratégie de travail 2 ans pour voir émerger des solutions locales 3 CHIRURGIE 10 ans minimum 1 an pour décider d une solution internationale 2 Radiographies Prophylaxies Ind. medicam Prothèses Anesthésie Techniques interventionnelles CYCLES DE QUALITE PARTIELS Est ce différent en médecine?? 5 ans pour la disséminer Formations des professionnels, réglage du retour d expérience Jets Guidages automatisés Avions automatisés AVIATION Années

20 3. ADOPTER UNE VISION SYSTEMIQUE

21 Une profonde évolution des idées Reason, J. 2003, L erreur humaine, PUF ERREURS LATENTES Pression à l erreur par défaut d organisation, de communication ou de conception sûre des matériaux et interfaces ERREURS PATENTES Erreurs & violations des acteurs médicaux Le modèle du fromage Suisse Auto détection et récupération DEFENSES EN PROFONDEUR dont certaines sont érodées par routine, manque de moyens, etc EVENEMENT INDESIRABLE Exemples Arrêt de progression par une barrière efficace Pression à la production Plateau technique incomplet Mauvaise organisation des interfaces Fatigue Personnel manquant Distractions CNC 21 mars 21

22 Amalberti, R. Auroy, Y. Berwick, D., Barach, P. (2005) Five System Barriers To Achieving Ultrasafe Health Care, Ann Intern Med. 2005;142, 9: Pas de limitation de performance Excessive autonomie des acteurs Attitude d artisan Accroître les marges, imposer des limites Jouer collectif Accepter de devenir acteur équivalent Sur protection égocentrée des différentes couches humaines du système, notamment couche managériale Perte de visibilité du risque, investissements paradoxaux, Conduite politique Accepter le risque résiduel Accepter de questionner les succès passé et changer de stratégies Alpinisme himalayen Activités ULM Agricole Risque médical (total) Pêche artisanale Sécurité routière Vols charters Industrie chimique Transfusion sanguine Aviation Civile Rail (France) Pas de systèmes après ce point Industrie Nucléaire Très peu sûr Extrêmement sûr Risque de catastrophe CNC 21 mars 22

23 4. RESISTER AUX SITUATIONS EXCEPTIONNELLES ET AUX CRISES : LA RESILIENCE

24 Resilience Robustesse Gérer l exceptionnel Penser le pire Survivre aux problèmes Degré de variabilité de la performance Evénement exceptionnel Temps CNC 21 mars 24

25 Systèmes ultra sûrs S t = S r + S e Les paradoxes de la résilience La sécurisation des systèmes se fait en détriment de la composant résilience Artisans S totale = S régles + S expertise SECURISATION La question actuelle est de savoir si l on peut concevoir un système du type: S t = S r + S e CNC 21 mars Sécurité et résilience_ Amalberti 25

26 Pourquoi l aviation civile est un système ultra sûr Un système homogène et régulé à l échelon mondial OACI, EASA, FAA, IATA Un système riche, mais maîtrisant totalement l innovation Une procéduralisation poussée à l extrême (tube rigide) Une exclusion des situations potentiellement dangereuses, plutôt qu un entraînement à faire face à ces situations Une immense standardisation des matériels Très peu de constructeurs Très grande stabilité ergonomique chez chaque constructeur Une immense standardisation des personnels Même qualification et cursus dans le monde entier Requalification et formations continues imposées et contrôlées Une incroyable supervision (big brother) ATC Boîtes noires, analyses systématiques des vols, LOSA Combien de ces propriétés sont transférables à la médecine? 26

27 Vers une vision plus stratégique des choix ULTRA ADAPTATIF SYSTEMES COMPETITIFS Progrès techniques Evolution lente du système quel que soit le modèle choisi NON ADAPTATIF PEU D APPRENTISSAGE Incompatible avec l acceptation sociale RESILIENCE Parier sur les Compétences individuelles HRO Parier sur les procédures et le groupe professionnel ULTRA SAFE SYSTEMS Parier sur la supervision incompatible Avec les exigences du marché Modérément sûrs Ultra sûr

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Prof. Pascal BONNABRY Certificat qualité des soins Genève, 14 avril 2011 Agenda Introduction: analyse de risques Exemple d application de

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière Prof. Pascal BONNABRY Formation des cadres au management «Gérer les incidents en milieu hospitalier» Genève, 19 novembre 2012

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

Simulation et culture de sécurité

Simulation et culture de sécurité Simulation et culture de sécurité René Amalberti HAS et Prévention médicale DÉCLARATION+DE++ LIEN+D INTÉRÊT+ Je#déclare#n #avoir#aucun#lien#d intérêt#avec#l industrie## 1. PLUSIEURS CULTURES DE SECURITE

Plus en détail

La Liste de Vérification Chirurgicale

La Liste de Vérification Chirurgicale La Liste de Vérification Chirurgicale Dre Shannon Fraser Professeure Assistant, Université McGill Chef de la division de chirurgie générale M Bobby Paré Coordonnateur en Soins Infirmiers bloc opératoire

Plus en détail

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments Flux des médicaments et pharmacoéconomie DESS, Enjeux! Processus de soins très complexes et fortement basés

Plus en détail

L observation des aspects non techniques d une simulation

L observation des aspects non techniques d une simulation L observation des aspects non techniques d une simulation Dr François LECOMTE Praticien Hospitalier Urgences SMUR UMJ CHU Cochin Hôtel Dieu Université Paris Descartes francois.lecomte@cch.aphp.fr Mettre

Plus en détail

Diriger comme un pilote. Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance

Diriger comme un pilote. Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance Diriger comme un pilote Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance 1 2 3 4 Diriger comme un pilote Une nouvelle vision du management Le cockpit Un laboratoire pour la prise

Plus en détail

Projet LOSANGE. Line Operations Safety Analysis using Naturalistically Gathered Expertise. Sofréavia

Projet LOSANGE. Line Operations Safety Analysis using Naturalistically Gathered Expertise. Sofréavia Projet LOSANGE Line Operations Safety Analysis using Naturalistically Gathered Expertise Sofréavia Ludovic MOULIN, Stéphanie JOSEPH, Laurent CLAQUIN Le Projet LOSANGE Initiateur du projet : DGAC/ SFACT

Plus en détail

*Avançons en confiance. BUREAU VERITAS Calendrier des formations aéronautiques 2015

*Avançons en confiance. BUREAU VERITAS Calendrier des formations aéronautiques 2015 *Avançons en confiance. BUREAU VERITAS Calendrier des s aéronautiques 2015 STANDARD QUALITE Système de Gestion de la Qualité EN 9100 Standard pour les Organismes de Conception et de Production Marseille

Plus en détail

L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli

L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli Du CRM au CRM Aviation: 70 % des accidents proviennent d erreurs humaines Cockpit Crew Company Resource Management

Plus en détail

La qualité au service de la sécurité opérationnelle. sécurité opérationnelle - V4

La qualité au service de la sécurité opérationnelle. sécurité opérationnelle - V4 La qualité au service de la sécurité opérationnelle A tool La qualité for operational au service safety de la - V3 1 sécurité opérationnelle - V4 Quali-audit Organisme d audit (AO) accrédité par IATA pour

Plus en détail

Former pour construire. Savoir pour agir.

Former pour construire. Savoir pour agir. Former pour construire. Savoir pour agir. Catalogue des Formations Savoir et transformer les risques en succès. Mesure de la réussite? Résilience à la récession? Justification de la valeur? Partout et

Plus en détail

Check List : oui mais encore, qu est ce que cela veut dire? Yann Ollivier Dr. Karine Blanckaert

Check List : oui mais encore, qu est ce que cela veut dire? Yann Ollivier Dr. Karine Blanckaert Check List : oui mais encore, qu est ce que cela veut dire? Yann Ollivier Dr. Karine Blanckaert Contexte «En 2012,100% des établissements utilisent des outils d aide à l observance des mesures de prévention

Plus en détail

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ

L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ SNCF SNCF DOCUMENT CONFIDENTIEL PÔLE DÉFENSE CINETIQUE RAPIDE ACCIDENT INDUSTRIEL, ACCIDENT FERROVIAIRE, ATTENTAT, TEMPÊTE 1 SNCF DOCUMENT

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Simulation en aviation

Simulation en aviation Hôpitaux Universitaires de Genève Intérêt de la simulation en pharmacotechnie Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef JFSPH 23 avril 2015 Etre les premiers pour vous Simulation en aviation 2 1 Simulation en

Plus en détail

Gestion des risques et protocoles de coopération (Article 51 Loi HPST) Document d aide pour les professionnels de santé

Gestion des risques et protocoles de coopération (Article 51 Loi HPST) Document d aide pour les professionnels de santé Gestion des risques et protocoles de coopération (Article 51 Loi HPST) Document d aide pour les professionnels de santé Février 2012 Ce guide est téléchargeable gratuitement sur www.has-sante.fr Haute

Plus en détail

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle 2 isrs 7 : pour la santé de votre entreprise Pour répondre à l accroissement des multiples exigences de vos Parties Intéressées,

Plus en détail

Séminaire IR OPS 13 février 2014

Séminaire IR OPS 13 février 2014 Séminaire IR OPS 13 février 2014 Equipages de conduite Origine des changements apportés à l OPS 1 / 3 1. 2. AMC /GM nationaux non reprises 3. Politique de l EASA en matière de rédaction des règlements

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

MANDAT CONSEIL CONSULTATIF SUR LA RÉGLEMENTATION AÉRIENNE CANADIENNE (CCRAC) COMITÉ TECHNIQUE

MANDAT CONSEIL CONSULTATIF SUR LA RÉGLEMENTATION AÉRIENNE CANADIENNE (CCRAC) COMITÉ TECHNIQUE MANDAT CONSEIL CONSULTATIF SUR LA RÉGLEMENTATION AÉRIENNE CANADIENNE (CCRAC) COMITÉ TECHNIQUE GROUPE DE TRAVAIL SUR LA FORMATION EN GESTION DES RESSOURCES DE L ÉQUIPAGE (GT CRM) HISTORIQUE Plus de 70 %

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Développement professionnel continu Simulation en santé Fiche technique méthode Cette fiche technique décrit la participation des professionnels à une session de

Plus en détail

Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques

Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques 6ème journée "Actualités et perspectives» Réseau d Hémovigilance Aquitaine Limousin 27/11/08 Dr P.Roussel Institut National

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

APPROVED TRAINING ORGANISATION. FR N 0004 AEROPORT AUCH GERS PLACE RENE MARET 32 000 AUCH

APPROVED TRAINING ORGANISATION. FR N 0004 AEROPORT AUCH GERS PLACE RENE MARET 32 000 AUCH Formation Modulaire PILOTE APPROVED TRAINING ORGANISATION. FR N 0004 AEROPORT AUCH GERS PLACE RENE MARET 32 000 AUCH TEL : +33 5.62.64.41.37 Mail : contact@sudaviationtraining.fr http// :www.sudaviationtraining.fr

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures INSTITUT DE FORMATION UNIVERSITAIRE ET DE RECHERCHE DU TRANSPORT AÉRIEN POUR ÊTRE COMPÉTITIF, PERFORMANT ET INNOVANT DANS LE TRANSPORT AÉRIEN AUJOURD HUI ET DEMAIN 15 séminaires De management et de droit

Plus en détail

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé www.thalesgroup.com SYSTÈMES D INFORMATION CRITIQUES ET CYBERSÉCURITÉ HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé Le cloud computing et la sécurité au cœur des enjeux informatiques L informatique

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels

La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels Mercredi de L INET Mercredi 28 mars 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIETAIRE Toute utilisation de ce matériel sans

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière

jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière 1 Schneider Electric - le spécialiste mondial de la gestion de l énergie Des géographies équilibrées CA 2012 Milliards d euros de CA

Plus en détail

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 SQLI et la santé : Une Histoire Des engagements dans la durée Etapes clés de l industrialisation de la suite Idéo santé Conseil SIS MOA, Urbanisation Réseaux de

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

La pression sur la gestion des risques en médecine

La pression sur la gestion des risques en médecine La sécurité des patients : évolution des concepts et des politiques La sécurité du patient est tout sauf intuitive et facile à obtenir. Alors que l exigence augmente, les changements du système de santé

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

A.3 Les méthodes : L applicabilité

A.3 Les méthodes : L applicabilité SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO B. Deuxième

Plus en détail

La sécurité des patients

La sécurité des patients Amélioration des pratiques et sécurité des soins La sécurité des patients Mettre en œuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé Des concepts à la pratique Partie 5 Des fiches

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

Améliorer la Performance des Fournisseurs

Améliorer la Performance des Fournisseurs Les Solutions SQA de Solumina L Assurance Qualité Fournisseur Figure 1 Influence sur les affaires de nos clients actuels. Réduire des Stocks lors des Inspections Le Système de Contrôle Qualité Fournisseurs

Plus en détail

Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie. Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN

Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie. Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN CREX patient ORL Mr N 56 ans, IMC 5, coronarien, stable ATCD IDM + stent 1998 TT med : Kardegic

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

La conformité et la sécurité des opérations financières

La conformité et la sécurité des opérations financières La conformité et la sécurité des opérations financières Au service de vos systèmes d information critiques www.thalesgroup.com/security-services Des services financiers plus sûrs, même dans les passes

Plus en détail

HPC-Desk. HPC et SaaS scientifique : l évolution. nécessaire des outils SaaS. Jérémie Bellec Structure Computation

HPC-Desk. HPC et SaaS scientifique : l évolution. nécessaire des outils SaaS. Jérémie Bellec Structure Computation HPC-Desk HPC et SaaS scientifique : l évolution nécessaire des outils SaaS. Jérémie Bellec Structure Computation Structure Computation Plate-forme is-sim (www.is-sim.com) 2 Structure Computation Missions

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique. Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre

Recommandations organisationnelles. Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique. Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion)

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion) Module Vigilance et traçabilité Traçabilité Plan 08h30-09h00 09h00-09h20 09h20-10h00 Apports théoriques Stupéfiants (discussion) Retrait de lot (discussion) Traçabilité Définition «Aptitude à retrouver

Plus en détail

Projet Industriel Identification des contraintes DO 178C en implémentant l approche «Model Based Testing» avec l aide de l outil MaTeLo

Projet Industriel Identification des contraintes DO 178C en implémentant l approche «Model Based Testing» avec l aide de l outil MaTeLo Projet Industriel Identification des contraintes DO 178C en implémentant l approche «Model Based Testing» avec l aide de l outil MaTeLo Encadrement : Mihaela BARREAU Anthony FAUCOGNEY René Christian TUYISHIME

Plus en détail

DGAC DSAC/PN/EPN GUIDE DU TRE / SFE AVIONS MP

DGAC DSAC/PN/EPN GUIDE DU TRE / SFE AVIONS MP DGAC DSAC/PN/EPN GUIDE DU TRE / SFE AVIONS MP Pôle d expertise du personnel navigant Révision 4/ 2 DSAC - PN/EPN 2013 - All rights reserved. 3 0 ADMINISTRATION DU GUIDE 0.1 LISTE DES MISES A JOUR N de

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

Enquête Tarifs Juin 2012

Enquête Tarifs Juin 2012 Enquête Tarifs Juin 2012 Profil des répondants Votre situation géographique? R1: A Paris : 70 % R2: En Province : 30 % La taille de votre entreprise? R1 : Moins de 3 salariés R2 : De 3 à 10 salariés R3

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE.

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE. Prises de commandes 64 FALCON contre 58 en 2012 Livraisons 77 FALCON et 11 RAFALE contre 66 FALCON et 11 RAFALE en 2012 Chiffre d'affaires 4 593 millions d'euros, en hausse de 17% Résultat Net ajusté(*)

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu Bertrand Dureuil Pôle Réanimations R Anesthésie sie et SAMU CHU Rouen Fédération des Spécialit cialités s MédicalesM Absence

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Guide de repérage des compétences du candidat Candidat Nom :... Prénom :........ Entreprise :... Le document original est conservé par l entreprise

Plus en détail

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE POINTS ESSENTIELS

PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE POINTS ESSENTIELS Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2012 Sfar. Tous droits réservés. PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE F. Lecomte, Y. Croguennec, M. Deborne 1

Plus en détail

Un logiciel pour sécuriser le futur de mon entreprise? Je veux l avoir!

Un logiciel pour sécuriser le futur de mon entreprise? Je veux l avoir! Un logiciel pour sécuriser le futur de mon entreprise? Je veux l avoir! En compétition chaque minute compte. Bref aperçu de vos avantages Avec Kartosoft nous mettons à votre disposition un outil permettant

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

P s a sep e o p r o t S e S r e vi v ce c s Fabrice Dubost

P s a sep e o p r o t S e S r e vi v ce c s Fabrice Dubost Passeport Services Fabrice Dubost 2.6 Gestion des Mises en Production ITIL, Soutien des services Entreprise, Clients et Utilisateurs Outil de Supervision Dysfonctionnements Questions / Renseignements Incidents

Plus en détail

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC)

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) Donnez à votre comité de direction une visibilité à 360, en temps réel, du cadre de Gouvernance d Entreprise REGULATORY COMPLIANCE Rc

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Formation en Management des ventes

Formation en Management des ventes Formation en Management des ventes Une formation pratique proposée par des professionnels expérimentés 2 séminaires : Manager et motiver une équipe commerciale (3 jours) Les outils du pilotage commercial

Plus en détail

L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile. challenges

L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile. challenges L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile challenges L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! Pour les moyennes et grandes entreprises, avoir un accès rapide, sécurisé et

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

PROFIL DE POSTE AFFECTATION. SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU POSTE

PROFIL DE POSTE AFFECTATION. SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU POSTE PROFIL DE POSTE BAP : CORPS : NATURE : SPÉCIALITÉ : E ITRF Externe IGR 2, Chef de projet développement ÉTABLISSEMENT : Rectorat SERVICE : VILLE : SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

SOFARTHRO.com. Réparation arthroscopique de la coiffe des rotateurs par bandelettes ou fils : étude comparative et prospective

SOFARTHRO.com. Réparation arthroscopique de la coiffe des rotateurs par bandelettes ou fils : étude comparative et prospective Réparation arthroscopique de la coiffe des rotateurs par bandelettes ou fils : étude comparative et prospective Boyer P, Bouthors C, Ben Hamida F, Mylle G, Massin P service d orthopédie, Hôpital Bichat

Plus en détail

DIRECTIVES PEDAGOGIQUES CHEF(FE) DE PROJET E-BUSINESS RNCP AU NIVEAU II*

DIRECTIVES PEDAGOGIQUES CHEF(FE) DE PROJET E-BUSINESS RNCP AU NIVEAU II* DIRECTIVES PEDAGOGIQUES CHEF(FE) DE PROJET E-BUSINESS RNCP AU NIVEAU II* Mise à jour 2015 *Sous l autorité de l EIMP ADMTC Programme de formation - Titre «Chef(fe) de projet e-business» 1 CHEF(FE) DE PROJET

Plus en détail

JEAN-LUC VIRUÉGA. Traçabilité. Outils, méthodes et pratiques. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1

JEAN-LUC VIRUÉGA. Traçabilité. Outils, méthodes et pratiques. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1 JEAN-LUC VIRUÉGA Traçabilité Outils, méthodes et pratiques, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1 Sommaire Introduction générale... 11 Première partie L ÉVOLUTION DE LA TRAÇABILITÉ : DES ANNÉES 1960 À NOS JOURS 1

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

8 bonnes raisons d utiliser un CRM pour une PME

8 bonnes raisons d utiliser un CRM pour une PME 8 bonnes raisons d utiliser un CRM pour une PME Résumé Analytique : En tant que PME, l utilisation d une solution CRM présente de multiples avantages. En premier lieu, elle vous permettra d accroître votre

Plus en détail

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion Pierre-Sébastien Fournier Sylvie Montreuil Maude Villeneuve Jean-Pierre Brun Un facteur de risque Intensification

Plus en détail

SYNTHESE ETUDE NATIONALE COMMERCIAUX ET OUTILS CRM Apports des outils CRM pour les commerciaux et enjeux de déploiement

SYNTHESE ETUDE NATIONALE COMMERCIAUX ET OUTILS CRM Apports des outils CRM pour les commerciaux et enjeux de déploiement TRANSPARENCE RESULTAT CHANGEMENT CONVIVIALITE SYNTHESE ETUDE NATIONALE COMMERCIAUX ET OUTILS CRM Apports des outils CRM pour les commerciaux et enjeux de déploiement Etude réalisée par KESTIO en novembre

Plus en détail

Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la

Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la criticité de votre activité Sommaire 1. Préambule 2. Focus sur les établissements de santé 3. Focus sur les data center

Plus en détail

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises :

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : LIVRE BLANC SUR LES MEILLEURES PRATIQUES Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : Choisir la meilleure solution de support technique et améliorer le retour sur

Plus en détail