Faute médicale: erreur de pilotage?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faute médicale: erreur de pilotage? pcoucke@chu.ulg.ac.be"

Transcription

1 Faute médicale: erreur de pilotage?

2 Structure de ma présentation Différence entre système médical et système «industriel». HRO (High Reliability Organization) Qu est ce une HRO? Système médical = HRO? Comparaison avec l aviation civile. Similitudes et différences. L erreur dans le système médical: Définition de l erreur. Epidémiologie de l erreur. L approche systémique (exemple radiothérapie au CHU-Liège).

3 La médecine n est pas un système industriel! Définition d un système. La comparaison entre l aviation civile et le système médical.

4 Le concept du système Devrait nous suggérer l image d une machinerie bien huilée Le système médical est: Lourd / pesant Encombrant / bureaucratique Inamical / froid Opaque pour les utilisateurs Johnson JK: Systems-based practice. 2008

5 Le secteur de la santé est un système «industriel» Un système est un ensemble d éléments: Liés. Interactifs. Interdépendants. Collaborent dans un environnement donné. Finalité de l ensemble: Accomplir des fonctions qui sont requises pour atteindre les buts du système. But du «système»: Appliquer un traitement adéquat et en toute sécurité est une des priorités du système médical. Bertalanffy (1968) On doit comprendre: comment les produits du système sont créés, pourquoi ils ont été créés, comment ils peuvent être améliorés!

6 COMPARAISON RAPIDE! SYSTÈME INDUSTRIEL VERSUS SYSTÈME HOSPITALIER

7 Comparaison rapide entre aviation civile (HRO) et monde médical? Youtube: P. Coucke. ARBM: Management du risque et système médical

8 Caractéristiques HRO * Fait face à un risque intrinsèque élevé. Fonctionne avec succès, bonne performance. Traite les problèmes de sécurité de façon systématique et systémique. Culture de sécurité Confiance Est-ce que le monde médical/hospitalier est taxable de HRO? * HRO = High Reliability Organization

9 HRO: aviation civile! Caractéristiques HRO: MaGIQ(S) Clé de voute Q&S Analyse du système (EI) RCA PDCA Communication HRO = High Reliability Organization EI = évènements indésirables Présentation Management du risque et système médical (youtube)

10 Qu est-ce le MaGIQ? «management global et intégré de la qualité» Integrated quality management is a planned, systematic approach to the monitoring, analysis, and correction and improvement of performance, which increases the likelihood of desired outcomes by continuously improving the quality of care and services provided Définition du NAHQ (National association of Healthcare Quality)

11 Le MaGIQ est caractérisé par: Une démarche réfléchie et planifiée Une récolte systématique d informations et/ou d évidence(s). Une analyse de l information/évidence(s) provenant d une multitude de sources ce qui permet une identification des problèmes et des causes qui les sous-tendent. Un apport des connaissance des différentes sources et personnes. Une résolution de problèmes et une évaluation de l efficacité des solutions mises en place pour la résolution de ces problèmes. Une amélioration continue de la qualité par le biais d efforts planifiés et structurés.

12 Le MaGIQ est une caractéristique des HRO! (High Reliability Organizations) Est-ce que le MaGIQ est d application en Santé Publique?

13 Comparaison entre HRO Une HRO reconnue vs une HRO auto-proclamée! Manuel de références et procédures (SOP s) Check-list ubiquitaires et obligatoires. Déclaration spontanée des EI dans un contexte de culture juste. Sélection du personnel (en particulier les médecins). «Mentoring» des nouvelles recrues. Entraînement et formation continue en «technical» et «non technical skills» (CRM). Heures de repos obligatoire. Test de routine à la recherche de substances illicites. Règle du «sterile cockpit»..

14 Aviation civile == santé publique Aviation civile Système médical La fatigue influence la performance: Les problèmes personnels altèrent la capacité de travailler: On préconise le fonctionnement sans hiérarchie: 74% 30% (1) 55% (2) 47% 18% 94% 45% Chirurgiens (1), Anesthésistes (2) 70% des médecins estiment que la capacité décisionnelle n est pas altérée par l urgence! Error, stress and teamwork in medicine and aviation BMJ march 2000

15 Aviation civile == santé publique Vous n y croyiez toujours pas? Le secteur de la santé est le moins bien géré de tous les secteurs industriels dits à haut risque! On arrive très lentement et tardivement à reconnaitre l importance du système dans les causes que sous-tendent les incidents et accidents Le facteur commun entre le domaine de la santé et l industrie est le facteur humain: La physiologie du pilote n est pas différente de celle du médecin! Si la technologie et l équipement ne sont pas adaptés, ils commettent les mêmes erreurs. Ils réagissent fondamentalement de la même façon aux variations de l environnement. L analyse des facteurs humains (H-FACT), conduite dans l industrie à haut risque est donc d application dans le secteur de la santé.

16 La différence majeure entre l aviation civile et le secteur de la santé? «You cannot manage what you do not measure!»

17 Définition de l erreur «système» Unintended harm to the patient by an act of commission or omission or timing/sequencing or technique rather than by the underlying disease or condition of the patient

18 Epidémie de l erreur systémique Country Rate of AE Year of publication Australia (QAHCS) 16,6% [10,6% if adjusted]* 1995 UK 10,8% 2001 Denmark 9% 2001 New Zealand 12,9% 2002 Canada 7,5% 2004 * If harmonized with Utah-Colorado Study Patient safety is an INTERNATIONAL problem! 10% of patients are harmed while they are hospitalized European Union Network for Patient Safety (EUNetPaS)

19 Petit rappel. Pour ceux qui ont la mémoire ultra-courte Rapport IOM (1999) décès par an. Department of Health and Human Services (2010) décès par an.* Journal of Patient Safety (2013) > décès par an. John James * Ne concerne que les patients «Medicare»

20 1000 décès par jour passagers 180 passagers 408 passagers

21 Mais la France l Europe c est différent! ENEIS rapport 2005 et 2009 EIG = événement iatrogène grave Epidémiologie (enquête externe): Incidence annuelle: EIG/5jours pour un secteur de 30 lits décès/an = 68/jour (1 crash de gros porteur par semaine!) 4,5% des hospitalisations font suite à un EIG Coût annuel: ENEIS = Enquête Nationale Evénements Indésirables liés aux Soins. Rapport du 18/06/2010 Le rapport 2009 ne montre aucune amélioration par rapport à 2005!

22 Pourquoi cette augmentation? Méthodologie d identification des EI dans les dossiers utilisés. Augmentation de l incidence: Augmentation de la complexité de la pratique médicale et de la technologie. Augmentation de l incidence des bactéries résistantes aux antibiotiques. La surconsommation ou consommation inadéquate des médicaments. Le vieillissement et donc la fragilisation de la population. Evolution de l industrie médicale vers une productivité accrue et une technologie onéreuse: augmentation des flux de patients surconsommation des techniques risquées invasives mais qui génèrent des revenus).

23 En période de vaccination Rappel! Probability of success for each step in the process N of steps* 0,95 0,99 0,999 0, ,95 0,99 0,999 0, ,28 0,78 0,98 0, ,08 0,61 0,95 0, ,006 0,37 0,90 0,99 Example: 0,98 50 = 0,36 Fulfilling a physician s order for medication for a patient. Estimated to be a process with steps! Logical conclusion: The number of steps must be decreased or the reliability of each step increased! With today s technology and complexity, care delivery methods are simply inadequate to ensure reliability!

24 Octobre 1935 Boeing Flying Fortress: «Too much airplane for a man to fly!» Le problème de l augmentation de la complexité: La solution : l introduction des checklists.

25

26 Causes des EI évitables* Ce qui n a pas changé! Erreurs de «commission» Erreurs «d omission» Erreurs de communication Erreurs de contexte Erreurs diagnostiques Détectabilité à 60% des EI peuvent être évités! 44% des évènements graves peuvent être évités!

27 Les modèles théoriques Les causes profondes des incidents et des accidents sont les mêmes! Dans chaque système il y a des risques d erreurs actives (omettre ou commettre) et des erreurs latentes. Manque de conscience env.

28 Le danger c est le système imprévisible

29 L approche EFQM Service de Radiothérapie au CHU-Liège (Belgique) Philippe A. Coucke * 2013

30 Des EI au MaGIQ (1) Leadership: gestion du risque! Mise en place de la «culture juste». Convaincre de déclarer les EI (leadership!) Prérequis: définir ce qui est désirable/attendu! Standards Procédures Guidelines SOP s IQ «no fly policy» Référence: From reporting incidents in a radiation therapy department to enterprise risk management based on the EFQM philosophy. P. Coucke et al. International Journal of Healthcare management

31 Définition de la stratégie: Des EI au MaGIQ (2) Démarche CREx Etablir un TBP (axes EFQM). Définir des objectifs (SMART). Etablir des indicateurs (SMART).

32 Gestion des RH Des EI au MaGIQ (3) Turn-over. Degré de satisfaction. Enquête burn-out. Enquête culture. Apprentissage organisationnel Technical skills. Non-technical skills (projet VERT). Création d un certificat universitaire

33 Process: Des EI au MaGIQ (4) Mapping Approche LEAN Définition des bottle necks: Optimisation du flow Politique du «No Fly»

34 CREx data Overall reported UE s: to : N= 558 Treatment File Process: to N i = 135 (24%) Steps in process: Step 1 M 20 Step 2 C 17 Step 3 T 9 Step 4 A 6 Step 5 D 0 Step 6 M 46 Step 7 D 9 Step 8 M 12 Step 9 D 10 Step 10 P 3 Step 11 A 0 Step 12 N 3 46 M = Medical, C = Coordination, T= Technician, A = Administration, D= Dosimetry P = Physicist, N = Nurse

35 Des EI au MaGIQ (5) Satisfaction des partenaires: Enquête satisfaction patient Questionnaire H to H Enquête attente & satisfaction médecin généralistes Interviews

36 Boucler la boucle: résultats People / Society / Customer / Key Performance Indicators (KPI) TBP Adaptation du DMI: Make the right thing the easy thing to do. Codage toxicité. Codage survie. Codage qualité de vie Codage coûts Outcome analysis Modèle de Markov

37 Quels sont les défis d une telle démarche dans le monde médical?

38

39 Les 5 mythes 1. Le «monde» médical est particulier. 2. Les soignants agissent librement dans un environnement qu ils connaissent. 3. Les connaissances théoriques approfondies sont une garantie contre les erreurs médicales. 4. La structure hiérarchique constitue une garantie pour les patients. 5. Les SOP restreignent la liberté d utiliser ses aptitudes professionnelles.

40 Le travail en équipe

41 Améliorer le travail en équipe Les dysfonctionnements sont essentiellement liés aux NTS AMPRO OB (USA-Canada) Approche Multidisciplinaire en Prévention des Risques Obstétricaux. PACTE (France / HAS) Programme d Amélioration continue du Travail en Equipe. Projet soutenu par HAS Apprendre en travaillant ensemble: Créer une culture de sécurité: Développer la communication et le travail en équipe efficace Eliminer la culture du blâme Embrasser l apprentissage, le partage des connaissances et l évaluation Promouvoir la collaboration interprofessionnelle avec confiance et respect. Agir sur Les compétences L entraînement des équipes Sur une thématique précise Mesurer: Culture de sécurité Auto-évaluation de l équipe Satisfaction de l équipe Diminution des EI associés aux soins.

42 Pour le bien des patients, les dirigeants des facultés de médecine devraient définitivement abandonner les mythes de l infaillibilité médicale, au profit de l accroissement de la conscience situationnelle, de la promotion de la culture juste, de l enseignement des H-FACT en vue de la création d une organisation d apprentissage. American Journal of Medicine 2001; 110: To err is preventable; medical error and academic medicine. BMJ/Qual Saf 2011;20: Patient safety research training and education expert Working group of the WHO

43

44

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli

L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli Du CRM au CRM Aviation: 70 % des accidents proviennent d erreurs humaines Cockpit Crew Company Resource Management

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Qualité des soins : sécurité des patients

Qualité des soins : sécurité des patients ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-CINQUIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A55/13 Point 13.9 de l ordre du jour provisoire 23 mars 2002 Qualité des soins : sécurité des patients Rapport du Secrétariat

Plus en détail

La Liste de Vérification Chirurgicale

La Liste de Vérification Chirurgicale La Liste de Vérification Chirurgicale Dre Shannon Fraser Professeure Assistant, Université McGill Chef de la division de chirurgie générale M Bobby Paré Coordonnateur en Soins Infirmiers bloc opératoire

Plus en détail

Compétences non techniques. Sécurité du patient

Compétences non techniques. Sécurité du patient Compétences non techniques Et Sécurité du patient 26 octobre 2015 Symposium GLIAL Christian Balmer Médecin Adjoint Service anesthésie et réanimation CHCVS Le défi Les réponses possibles Compétences non

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

refine initiative Conference 2011 Radisson Blu Centrum Hotel - WARSAW 04 / 05 October 2011

refine initiative Conference 2011 Radisson Blu Centrum Hotel - WARSAW 04 / 05 October 2011 Conference 2011 Conference under the patronage of the Polish National Contact Point for Research Programmes of the EU Supported by: Let s Construct Europe s Future With Innovative Buildings and Infrastructures

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Identifier les besoins en DPC par l évaluation de la collaboration

Identifier les besoins en DPC par l évaluation de la collaboration Identifier les besoins en DPC par l évaluation de la collaboration Marie-Dominique Beaulieu, MD Chaire docteur Sadok Besrour en médecine m familiale Département de médecine m familiale Université de Montréal

Plus en détail

Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain

Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain Domizio SUVA Domizio.suva@hcuge.ch Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Hôpitaux Universitaires de Genève Introduction

Plus en détail

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Presented by Pierre Rochon Senior Advisor for Executives APEX Objectifs de la séance 1. Comprendre en quoi consiste la saturation

Plus en détail

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant!

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! 2 e Swiss Congress for Health Professions Winterthur 1 juin 2012 La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation

Plus en détail

A joint institute between LIRMM and NXP. Un laboratoire commun LIRMM-NXP

A joint institute between LIRMM and NXP. Un laboratoire commun LIRMM-NXP A joint institute between LIRMM and NXP Un laboratoire commun LIRMM-NXP ISyTest, Institute for System Testing In the fast-moving world of integrated systems, test solutions are faced with two major issues:

Plus en détail

Cercles des Bonnes Pratiques

Cercles des Bonnes Pratiques Cercles des Bonnes Pratiques Réunion de Lancement 16 mars 2015 Concept et principe Concept et principe Réunir des entreprises de tous secteurs Organismes publics et entreprises privées Fournir des outils

Plus en détail

Groupe de travail Politique Médicament et bon usage Médicaments à haut risque Principes et recommandations. 26 juin 2012

Groupe de travail Politique Médicament et bon usage Médicaments à haut risque Principes et recommandations. 26 juin 2012 Groupe de travail Politique Médicament et bon usage Médicaments à haut risque Principes et recommandations 26 juin 2012 PLAN DE LA REUNION Définition des produits à haut risque Liste des produits à haut

Plus en détail

IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad

IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad Integration of services for frail elderly- SIPA and PRISMA projects and after Céline Bureau, M.Sc.Inf. (cbureau.csss-iugs@msss.gouv.qc.ca) CSSS-IUG

Plus en détail

Facteurs humains, organisationnels et culturels de la sécurité

Facteurs humains, organisationnels et culturels de la sécurité Facteurs humains, organisationnels et culturels de la sécurité Ivan BOISSIERES - ivan.boissieres@icsi-eu.org Institut pour une Culture de Sécurité Industrielle Groupement professionnel Centrale QSE Performance

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 Agenda Eléa : qui sommes-nous? Les enjeux et défis de la Supply Chain Quelles compétences / savoirs sont-ils nécessaires? Questions - réponses Agenda Eléa :

Plus en détail

La sécurité des patients

La sécurité des patients SPF SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT La sécurité des patients au travers d une approche Workshops : 24 26 27 mars 2009 Erik De Schepper eds@ecobe.be Quality & Patient

Plus en détail

A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients

A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients Patrick Triadou, Hôpital Necker, Université Paris Descartes patrick.triadou@nck.aphp.fr P Triadou 1ères Rencontres Internationales : Gouvernance des Risques

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principes PDCA Approche processus Politique Organisation Ressources Plans d actions 2 Né aux États-Unis dans le milieu

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE

LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE Prof. Céline Pulcini Service de Maladies Infectieuses CHRU de Nancy 5 février 2015 DU ATB Grenoble BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Définition

Plus en détail

Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique?

Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique? Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique? Une introduction sur l évolution nécessaire des systèmes d information de santé Marius Fieschi Assistance Publique Hôpitaux de

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone

Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone Atelier TB/VIH Afrique Francophone Lomé, Togo, January 25-27 2012 Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone Henriette Wembanyama Delphine Sculier Organisation

Plus en détail

Qualité durable. Une approche du management de la qualité

Qualité durable. Une approche du management de la qualité Qualité durable Une approche du management de la qualité La base dans l environnement européen Dans le contexte européen, le modèle EFQM (European Foundation for Quality Management, qui est basé sur l

Plus en détail

WHAT IS CURRENT PRACTICE OF FASO? PHARMACOVIGILANCE IN BURKINA. Dr Kiema Bérenger. MOH/Burkina Faso. Chef Service Logistique, Approvisionnement

WHAT IS CURRENT PRACTICE OF FASO? PHARMACOVIGILANCE IN BURKINA. Dr Kiema Bérenger. MOH/Burkina Faso. Chef Service Logistique, Approvisionnement WHAT IS CURRENT PRACTICE OF PHARMACOVIGILANCE IN BURKINA FASO? Dr Kiema Bérenger Chef Service Logistique, Approvisionnement et Maintenance PEV_Burkina Direction de la Prévention par la Vaccination MOH/Burkina

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

Culture de la sécurité: un exemple de mise en oeuvre dans les établissements de santé

Culture de la sécurité: un exemple de mise en oeuvre dans les établissements de santé Culture de la sécurité: un exemple de mise en oeuvre dans les établissements de santé Dr Margareta Haelterman Service Public Fédéral Santé Publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et de l Environnement

Plus en détail

Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance?

Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance? Conférence Pédagogique INNOVATION PEDAGOGIQUE ET ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance? Bernard Dumont http://bdumont.consultant.free.fr Ouagadougou, 16 mai

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

Preparing healthcare workforce?

Preparing healthcare workforce? Swiss Public Health Conference (Re-)Organizing Health Systems Lausanne 30 août 2012 Preparing healthcare workforce? Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation Merci au Comité organisateur pour l

Plus en détail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail 822.116 du 25 novembre 1996 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, Vu l art. 83, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19 1.Introduction 5 1.1 A qui s adresse ce petit cahier? 6 1.2 Comment utiliser ce petit cahier? 7 1.3 Dans quel contexte utiliser ce petit cahier? 8 1.4 Les Processus, c est quoi? 9 2.Maîtriser les Processus

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Chaque unité est décrite en termes de Savoirs, Aptitudes professionnelles et Compétences (les descripteurs du CEC).

Chaque unité est décrite en termes de Savoirs, Aptitudes professionnelles et Compétences (les descripteurs du CEC). L Unité 0 comprend les compétences transversales requises dans toutes les autres unités. Les Unités 1 à 4 comprennent les compétences requises à chaque étape du processus. Rappel : Chaque unité est décrite

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

Gestion des incidents dans les organisations de soins Erreurs médicales et soignantes

Gestion des incidents dans les organisations de soins Erreurs médicales et soignantes Gestion des incidents dans les organisations de soins Erreurs médicales et soignantes Dr Pierre Chopard, MD, MSc Médecin-adjoint Service qualité des soins Direction médicale Hôpitaux universitaires de

Plus en détail

La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES

La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES Gilbert Mounier 1 La SoFGRES association loi 1901 à but non

Plus en détail

L approche agile au-delà du développement logiciel:

L approche agile au-delà du développement logiciel: L approche agile au-delà du développement logiciel: une étude descriptive des pratiques émergentes Présentation du 16 avril 2014 Par : Marie-Michèle Lévesque Maîtrise en gestion de projet (profil recherche)

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

L observation des aspects non techniques d une simulation

L observation des aspects non techniques d une simulation L observation des aspects non techniques d une simulation Dr François LECOMTE Praticien Hospitalier Urgences SMUR UMJ CHU Cochin Hôtel Dieu Université Paris Descartes francois.lecomte@cch.aphp.fr Mettre

Plus en détail

European Union Network for Patient Safety EUNetPaS

European Union Network for Patient Safety EUNetPaS European Union Network for Patient Safety EUNetPaS Maggie Galbraith Haute Autorité de Santé Symposium Qualité et Sécurité des Patients Bruxelles 24 novembre, 2010 EUNetPaS is a project supported by a grant

Plus en détail

Formez-vous pour mieux. prévenir les risques professionnels

Formez-vous pour mieux. prévenir les risques professionnels Formez-vous pour mieux prévenir les risques professionnels . Formation initiale : 14 heures MAC : 7 heures De 4 à 10 Formateur SST certifié Habilitation de l I. : N 01190/2011/SST-1/0/13 Sauvetage Secourisme

Plus en détail

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE Et Hygiène? De quoi parle-t-on? Burn.Out. ou syndrome d épuisement professionnel : «maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Diriger comme un pilote. Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance

Diriger comme un pilote. Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance Diriger comme un pilote Analyses économiques & Techniques aéronautiques au service de la croissance 1 2 3 4 Diriger comme un pilote Une nouvelle vision du management Le cockpit Un laboratoire pour la prise

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques ITIL v3 La clé d une gestion réussie des services informatiques Questions : ITIL et vous Connaissez-vous : ITIL v3? ITIL v2? un peu! beaucoup! passionnément! à la folie! pas du tout! Plan général ITIL

Plus en détail

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique Ahmed Meghzifene Chef de la Section Dosimétrie et Physique Médicale, Division de la Santé Humaine, Dept

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

Pour une mobilité sure et durable des

Pour une mobilité sure et durable des Safe Move For older drivers Pour une mobilité sure et durable des conducteurs âgés Claude Marin-Lamellet IFSTTAR-TS2-LESCOT 2 Partenaires Projet miroir en Suède Financeurs 3 Personnes impliquées IFSTTAR

Plus en détail

MSF OCB PÔLE URGENCE CONGO

MSF OCB PÔLE URGENCE CONGO MSF OCB PÔLE URGENCE CONGO How to link medical data management to geographic Information System? Comment lier la gestion des données médicales à un système d information géographique? The mission of PUC

Plus en détail

ORGANISER ET GERER SON. Organisation management SYSTÈME QUALITE

ORGANISER ET GERER SON. Organisation management SYSTÈME QUALITE ORGANISER ET GERER SON Organisation management SYSTÈME QUALITE Regensdorf 06.06.2013 1 Plan 1. Introduction 2. Problématiques 3. Principes fondamentaux du management 4. Organiser un processus 5. Cartographie

Plus en détail

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049)

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront pour missions de participer

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 6-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 6 : La démarche de gestion des risques dans les établissements de santé Largement initiée dans l industrie (nucléaire,

Plus en détail

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants 8 : 00 am 9 : 00 am 9 : 00 am 10 : 00 am Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales 22 octobre 2013 8 : 00 Inscription et accueil 8 : 30 Ouverture Président

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001?

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Comprendre mieux pour mieux collaborer. Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007

Comprendre mieux pour mieux collaborer. Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007 Comprendre mieux pour mieux collaborer Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007 Que comprendre? Quels sont les ingrédients de la collaboration? Jusqu où peut et doit aller la collaboration? Pour arriver

Plus en détail

International Academy of Sports Science & Technology First Tuesday Coaching sportif, coaching d'entreprise: quelle convergence?

International Academy of Sports Science & Technology First Tuesday Coaching sportif, coaching d'entreprise: quelle convergence? International Academy of Sports Science & Technology First Tuesday Coaching sportif, coaching d'entreprise: quelle convergence? 12 April 2005 Académie internationale des sciences et techniques du sport

Plus en détail

Vision macro : pourquoi la gouvernance clinique est-elle une responsabilité partagée?

Vision macro : pourquoi la gouvernance clinique est-elle une responsabilité partagée? Vision macro : pourquoi la gouvernance clinique est-elle une responsabilité partagée? Denis A. Roy MD, MPH, MSc, FRCPC Vice-président, science et gouvernance clinique, INESSS Professeur-adjoint de clinique,

Plus en détail

SoFGRES - Université Paris I Sorbonne 1, rue Victor Cousin 75005 PARIS www.sofgres.org. SoFGRES / Hôpital Expo 20 mai 2010

SoFGRES - Université Paris I Sorbonne 1, rue Victor Cousin 75005 PARIS www.sofgres.org. SoFGRES / Hôpital Expo 20 mai 2010 SoFGRES - Université Paris I Sorbonne 1, rue Victor Cousin 75005 PARIS www.sofgres.org 1 La SoFGRES association loi 1901 à but non lucratif, créée et déclarée à la préfecture de Paris le 28 mai 2002, qui

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Rôle dans le système de gestion de la qualité Gérer les problèmes, ou traiter les erreurs est important pour que le laboratoire offre un

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal Analyse communicationnelle de l épuisement professionnel (burnout) chez les travailleurs et travailleuses du domaine des communications-marketing au Québec Sarah DÉRAPS Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Developpement & Formation Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Building capability «BP Strategy, Safety People Performance» Tony Hayward, CEO BP Octobre 2007 Human resources are the most invaluable

Plus en détail

Le leadership et la sécurité des soins

Le leadership et la sécurité des soins Le leadership et la sécurité des soins LE CENTRE HOSPITALIER DE LUXEMBOURG: Quelques données Hôpital aigu, à caractère académique, avec mission de recherche Composé de 4 cliniques: l Hôpital Municipal

Plus en détail

Académie de pharmacie

Académie de pharmacie Académie de pharmacie Expérimentation d une méthode Lean pour l amélioration des processus métiers Application à l amélioration de la prise en charge médicamenteuse dans un service de médecine Niccolo

Plus en détail

E-Health evaluation at stake

E-Health evaluation at stake E-Health evaluation at stake Les enjeux de l évaluation en e-santé Myriam Le Goff-Pronost, Telecom Bretagne Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu Réalisations et perspectives en matière de e-santé pour les

Plus en détail

Management de projet

Management de projet Management de projet 1. Résultats du training > Maîtrise de solutions s pour réduire le cycle de développement de nouveaux projets et en augmenter les performances. > Acquisition des compétences indispensables

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

EXECUTIVE SUMMARY (FRENCH EXCERPT) OF THE REPORT CREATION OF A BETTER MEDICATION SAFETY CULTURE IN EUROPE: BUILDING UP SAFE MEDICATION PRACTICES

EXECUTIVE SUMMARY (FRENCH EXCERPT) OF THE REPORT CREATION OF A BETTER MEDICATION SAFETY CULTURE IN EUROPE: BUILDING UP SAFE MEDICATION PRACTICES SOMMAIRE (EXTRAIT FRANÇAIS) DU RAPPORT «CREATION D UNE MEILLEURE CULTURE DE SECURITE MEDICAMENTEUSE EN EUROPE : DEVELOPPER LA SECURITE DES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX» EXECUTIVE SUMMARY (FRENCH EXCERPT)

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

Quelles stratégies de prévention?

Quelles stratégies de prévention? UE6 - Initiation à la connaissance du médicament Chapitre 3 : Prévention de l iatrogénie médicamenteuse Quelles stratégies de prévention? Benoît ALLENET, Pharmacie Clinique Année universitaire 2011/2012

Plus en détail

Accompagner des équipes et des organisations, c est un plus! Transmettre au plus grand nombre vos compétences acquises sera votre challenge

Accompagner des équipes et des organisations, c est un plus! Transmettre au plus grand nombre vos compétences acquises sera votre challenge INSTITUT DE COACHING MAROC Cultiver les savoirs, semer les compétences pour que vous récoltiez les fruits de vos efforts Créé par Catherine SEKOU et Nadia JALAL, l Institut de Coaching dispense un enseignement

Plus en détail

Nouvelles formes d organisations du travail et d environnements de travail. Nouvelles Technologies de l Information et des Communications (NICT)

Nouvelles formes d organisations du travail et d environnements de travail. Nouvelles Technologies de l Information et des Communications (NICT) Vers une stratégie intégrée du bien-être au travail ING Banque Belgique - SIPP Bruxelles, AFISTEB 24 octobre 2013 www.ing.belgium Défis externes: Environnement en évolution constante Nouvelles formes d

Plus en détail

de formation continue universitaire en

de formation continue universitaire en Certificat de formation continue universitaire en Q U A L I T E D E S S O I N S Sécurité, Implication du patient, Efficacité Février 2008 - Juin 2009 Contexte et enjeux La qualité des soins constitue un

Plus en détail

Actuate Customer Day

Actuate Customer Day Le conseil opérationnel par les processus Observatoire 2007/2008 Actuate Customer Day Romain Louzier Associé & Philippe Crabos Senior Manager louzier@audisoft-consultants.com 06 86 68 84 57 www.audisoft-consultants.com

Plus en détail

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Place de l assurance-qualité Objectifs Illustrer l importance de l assurance-qualité dans l organisation de la pharmacie

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

Préparation au CQPM Préparateur Assembleur Aéronautique 0299

Préparation au CQPM Préparateur Assembleur Aéronautique 0299 Préparation au CQPM Préparateur Assembleur Aéronautique 0299 Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront en charge sous la responsabilité d un responsable hiérarchique

Plus en détail

Colloque ISO 9001: 2015

Colloque ISO 9001: 2015 À la découverte d ISO 9001 Colloque ISO 9001: 2015 Plan de la présentation ISO ISO 9001 Certificats Avantages 7 grands principes Évolution Survol de la norme Questions ISO «International Organisation for

Plus en détail

La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients

La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients Hôpitaux Universitaires de Genève La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients F Clergue Lille, 22 juin 2006 Comment arrive un accident d anesthésie? Ce que nous disent

Plus en détail

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent.

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. Plan de présentation Le Québec c est État des soins palliatifs au Québec. Éléments de réflexion. Les défis qui nous attendent.

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Facteurs Humains et gestion des risques

Facteurs Humains et gestion des risques Facteurs Humains et gestion des risques La prise en compte des Facteurs Humains et le retour d expérience en chirurgie Clermont Ferrand le 16 décembre 2014 1 2 3 Les Facteurs Humains clef de la sécurité

Plus en détail