Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales"

Transcription

1 Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales Frank Van Laer Infirmier-hygiéniste hospitalier Hôpital Universitaire d Anvers

2 La peau comme source de bactéries Diffusion des bactéries de la peau dans l'air selon l endroit du corps 70 % des particules comportant des bactéries proviennent de la région périnéale certaines se retrouvent dans l'air de la salle d'opération, puis sur des surfaces horizontales (y compris les plaies)

3 (Hoborn, 1999)

4 La peau comme source de bactéries (2) Facteurs influents : genre ménopause douches utilisation de lotions

5 La peau comme source de bactéries (3) Genre, ménopause et lotions : les hommes libèrent 5 à 7 x plus de particules de peau avec des bactéries que les femmes la différence entre les hommes et les femmes disparaît après la ménopause, et lorsque les hommes utilisent une lotion corporelle dans la région où les sous-vêtements se portent. Conclusion : en tant que patient, demandez toujours que votre chirurgien soit une jeune femme!

6 La peau comme source de bactéries (4) Prendre un bain ou une douche augmente la production de particules de peau. Environ une heure après bain/douche : production = x100. Conclusion : l'équipe soignante prendra de préférence une douche après le programme de bloc opératoire.

7 Epidémiologie 8 épidémies d'infections du site opératoire causées par la présence de Streptocoques beta hémolytiques du groupe A (Streptococcus pyogenes) chez les infirmiers et les médecins : 7 dues à un porteur au niveau de l anus/du vagin 1 due à un porteur dans le nasopharynx 1 épidémie causée par le psoriasis sur la peau du cuir chevelu (technicien de bloc opératoire, sans contact direct avec les patients) Conclusion : les voies respiratoires supérieures ne sont pas un réservoir important de micro-organismes causant des infections des voies respiratoires supérieures. Hypothèse de transmission aéroportée des streptocoques β- hémolytiques au cours de l'opération principalement par porteurs au niveau de l anus/du vagin.

8 (Hoborn, 1999)

9 (Hoborn, 1999)

10 Masques La plupart des bactéries dans une salle d'opération proviennent de la peau Le nombre d'iso n'a pas été influencé par le port ou non d'un masque (RCT de Tunevall (1991) au cours de 3088 opérations) Pas de contamination du champ opératoire à 1 mètre de distance en cas de non-port du masque (Mitchell, 1991) Conclusion : Le port du masque par l'infirmière de liaison ou les visiteurs n est pas utile. Le port du masque par l'équipe soignante reste nécessaire dans le cadre de la protection personnelle

11 Masques (2) Les mouvements des masques augmentent significativement la quantité de particules de peau libérées dans l'environnement Effet des mouvements de masque : Significativement plus de particules de peau chez les hommes barbus (p = 0,03) et les femmes (p = 0,03) par rapport aux hommes rasés de près Sans mouvements de masque : Significativement plus de bactéries libérées par les hommes barbus que par les hommes rasés de près (p = 0.01) ou les femmes (p = 0.001). Conclusion : Les mouvements du masque doivent être évités (surtout par les femmes et les hommes portant la barbe). Les hommes barbus peuvent également envisager de se raser. (McLure, 2000)

12 Épidémie d ISO à SARM causées par un professionnel de la santé souffrant de sinusite chronique Épidémies d infections du site opératoire à SARM chez 7 patients. Probablement contractées dans la salle d'opération avec comme source un professionnel de la santé souffrant de sinusite chronique : -mauvaise utilisation du masque -mauvaise hygiène des mains -non-respect de la zone opératoire La fin de l épidémie a coïncidé avec le départ du collaborateur. (Faibis, 2005)

13 Mains Peau endommagée colonisation par Staphylococcus aureus chez 20 % des infirmier(ère)s contre 0 % avec une peau intacte 2 x plus de bactéries Gram-négatives, d entérocoques et de Candida (Larson, 1998) Dermatite de contact en raison de l'utilisation fréquente et inappropriée de gants (latex, poudre, mains mouillées) (Brehler, 1997) Conclusion : soins quotidiens de la peau et utilisation judicieuse des gants

14 Mains (2) Importance de bien soigner sa peau Une peau intacte est essentielle dans la prévention des maladies transmises par le sang Le risque de transmission de micro-organismes augmente avec une peau endommagée

15 Épidémie d infections de plaies sternales 8,6% (16/185) d ISO sternales à Pseudomonas aeruginosa 7 médiastinites 5 infections de plaies sternales profondes 2 infections de plaies sternales superficielles 1 endocardite 1 septicémie Source : 1 infirmière de bloc opératoire souffrant de graves onycholyse et onychomycose des ongles Culture d ongles + de plusieurs produits cosmétiques à domicile qui se sont révélés positifs à la même souche de Pseudomonas aeruginosa Transmission malgré une utilisation correcte de gants (McNeil, 2001)

16 Mains (4) Auto-inoculation par le nez S. aureus a été trouvé sur les mains de professionnels de la santé : chez 16,7 % des hommes et 9,6 % des femmes 50 % des professionnels de la santé portant S. aureus sur les mains avaient la même souche dans le nez (Tammelin, 2003) Conclusion : en tant que patient, demandez que votre chirurgien soit une femme ou un homme qui ne farfouille pas dans son nez et/ou applique une bonne hygiène des mains

17 Bagues Pourcentage colonisé Bagues Sans bague Bacilles gram négatifs Staphylococcus aureus Espèces de Candida (Hayes et al, 2001)

18 Nombre moyen de bactéries sur les mains de professionnels de la santé Avec bagues Sans bague Avant de se laver après s s être s lavé (Salisbury, 1997)

19 Germes Gram négatif qui colonisent la peau sous les bagues Nombre de membres du Nombre de CFU/écouvillon personnel Enterobacter cloacae Klebsiella pneumoniae Acinetobacter calcoaceticus Pseudomonas aeruginosa Serratia marcescens Proteus mirabilis 1 50 Providencia stuartii (Hoffman, 1985)

20 Main droite Les principaux sites de perforations dans les gants. Main gauche Multiples perforations à la base de l'annulaire pour les chirurgiens qui portaient une alliance au cours de chirurgie orthopédique (prothèse totale de la hanche ou du genou) (Nicolai, 1997)

21 Le dilemme de l alliance L alliance n'est pas une source importante de micro-organismes qui justifie de l enlever avant une opération, à condition qu une désinfection chirurgicale des mains soit réalisée de manière adéquate. (Al-Allak, 2008) Aucun lien entre le port d'une alliance par les chirurgiens et une augmentation de l'incidence des ISO (Stein, 2009)

22 Résultats microbiologiques après un scrub (Al-Allak, 2008)

23 (Stein, 2009) 1,6% 0,53%

24 Mais une bonne hygiène des mains par le chirurgien à l'extérieur de la salle d'opération aussi??? Si une alliance ne doit plus être enlevée avant une opération, cela n'incite pas à le faire pour la tournée des chambres

25 % Gram negative bacteriën Natuurlijke 35 Kunstnagels p<0.05 Natuurlijke (n=31) Kunstnagels (n=27) Nagellak (n=31) 10 Nagellak Edel et. al, Nursing Research 1998: 47;54-59

26 Ongles courts, propres et sains (CDC : garder le bout de l'ongle naturel à ¼ pouce de longueur (II)) (1 pouce = 2,54 cm) utiliser un cure-ongles jetable sous l'eau courante pour enlever les débris de la zone sous-unguéale les longs ongles = menace pour le patient lors du positionnement le nettoyage des longs ongles demande une attention supplémentaire les longs ongles peuvent perforer les gants pas de faux ongles (CDC : pas de faux ongles si contact avec des patients à haut risque, par exemple, aux Soins intensifs, au bloc opératoire, (IA))

27 Vernis à ongles Aucune étude ne démontre le lien entre le vernis récemment mis et les infections Risque d hygiène des mains insuffisante afin de «protéger» le vernis à ongles Ne pas porter le vernis plus de 4 jours. Après 4 jours, l enlever et en remettre (Association of Operating Room Nurses (AORN))

28 Infections nocosomiales liées aux faux ongles Bactériémies à Serratia marcescens en hémodialyse (Gordin, 2007) ESBL à Klebsiella pneumoniae en néonatologie (Gupta, 2004) Pseudomonas aeruginosa en néonatologie (liée à 2 infirmières, une portant des faux ongles et une des ongles longs naturels) (Moolenaar, 2000)

29

30 Épidémie d ISO à Serratia marcescens 1994, California hospital : en un mois, 7 patients développent une infection à Serratia marcescens après une chirurgie cardiovasculaire. Un patient décède. Les prélèvements d environnement hospitalier et des mains sont négatifs. Le mois suivant : le patient qui a eu un contact avec instrumentiste A (portant des faux ongles) est infecté par la souche de l épidémie. Des prélèvements au domicile de l infirmière démontrent la souche dans un pot de crème exfoliante. L élimination de la crème a abouti à la fin de l épidémie. Les faux ongles peuvent faciliter la transmission de Serratia marcescens. (Passaro, 1997)

31 Foyer d ostéomyélite et de discite à Candida albicans après laminectomie Trois patients ayant subi une laminectomie présentant une discite post-opératoire à Candida albicans Épidémiologiquement lié avec une technicienne de bloc opératoire, portant des faux ongles, responsable de la préparation (mélange) de la cire aseptique (Parry, 2001)

32 Les cheveux de professionnels de la santé comme source d'infection

33 Endroit du corps CFU Cuir chevelu 100 x 10 4 cm 2 Région axillaire 50 x 10 4 cm 2 Abdomen 4 x 10 4 cm 2 Avant-bras 1 x 10 4 cm 2

34 Cheveux et épidémiologie Foyer d ISO à Staphylococcus aureus présents dans les cheveux d'un médecin et d une infirmière (Dineen, 1973) Foyer à Mycobacterium jacuzzii après l'implantation de prothèses mammaires. Source de l infection : cheveux (sourcils) du chirurgien + bain à remous du chirurgien (Rahav, 2006)

35 Calots sur la base du sens commun : les cheveux sont propres attachés ou courts le calot doit être porté par l'équipe soignante Il n est pas prouvé que les personnes autres que l'équipe soignante (visiteurs, infirmière de liaison, etc.) doivent porter un calot. Le port d'un calot n est pas associé à une moindre contamination de l'air (Humphreys, 1991)

36 Calot de chirurgien à longues mentonnières

37

38 Chaussures Protections de chaussures en plastique (housses) : risque de contamination des mains aucune différence significative de contamination du sol avec ou sans couvre-chaussures pas de réduction des ISO problème de perméabilité et de stabilité mécanique

39 Chaussures (2) Dans le cadre de la protection personnelle: pas de trous, imperméable Lavable en machine à laver les sabots Pas de génération d'électricité statique

40 Interdiction dans les hôpitaux en Autriche, en Suède, au Royaume-Uni, au Canada, etc., soit en raison des risques d'infection, soit de l'électricité statique (?)

41 Chaussures et électricité statique? ESD Journal's Static Labs: en utilisant les normes de l'association ESD STM 97,2 et STM 97,1, nous avons constaté que la résistance des chaussures par rapport au sol était de 1 12 Ohms ou 1 Tera Ohm. nous avons constaté que marcher sur des sols propres qui ne sont pas des vinyles de protection ESD génère moins de 500 Volts. (Source : Enquête TNO : test comparatif de modèles de Crocs, d une chaussure de tennis K-Swiss, d une chaussure de marque Dansco et d un sabot Quiva en ce qui concerne la génération d'énergie statique. Les chaussures Crocs ont produit le moins d'électricité statique. (Source : nursing.nl)

42

43 Veste de protection pour sortir du bloc opératoire

44 Veste de protection pour sortir du bloc opératoire WIP : il n est pas permis de sortir du bloc opératoire avec des vêtements de quartier opératoire, sauf avec une veste de protection, pour un maximum de 30 min CDC : pas de recommandations HIS : il n est pas suffisamment prouvé qu il soit utile de porter une veste de protection, sauf dans le cadre de la discipline locale et de l'esthétique

45 L'Extraction de la Pierre de Folie The Extraction of the Stone of Madness (The Cure of Folly) Hieronymus Bosch,

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / /

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / / Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015 FICHE SERVICE 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / 2 - Spécialité : Codage : voir thésaurus Annexe 3 3 - Nom

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO)

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO) Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO) Traitement de décolonisation pour les porteurs On vous a informé que vous étiez colonisé par le Staphylococcus aureus résistant

Plus en détail

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Auteur: Dr Thomas Castner AGAN, Institute de médecine d urgenc Hochwaldstraße 6 88677 Markdorf, Allemagne E-mail: info@agan.de

Plus en détail

Hémodialyse et Risque Infectieux

Hémodialyse et Risque Infectieux Hémodialyse et Risque Infectieux D.Nesa-EOHA / Réanimation Polyvalente MARS 2007 L hémodialyse L hémodialyse est un acte invasif qui impose un accès vasculaire itératif, soit sur fistule, soit sur cathéter.

Plus en détail

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007 COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE REANIMATION Alexandra GENESTIER- Juin 2007 PLAN A- Introduction B- Historique C- Règles d hygiène D- Public visé=

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Pathologie infectieuse

Pathologie infectieuse Infections nosocomiales Prévention des risques Infection Pénétration dans un organisme d'un agent étranger (bactérie, virus, champignon, parasite) capable de s'y multiplier et d'y induire des lésions pathologiques.

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse Entretien des endoscopes Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse 1 Introduction L'endoscopie risque de transmission infectieuse. L examen contamination de la surface

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres)

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) Source ENP 2006 14, 2 % des infections nosocomiales 3 ème position DEFINITION INFECTION NOSOCOMIALE = IAS PROVOQUEE PAR UN MICRO-ORGANISME D ORIGINE IATROGENE

Plus en détail

Céline Zeegers-Jourdain 4ème pédiatrie. Les gants et les masques

Céline Zeegers-Jourdain 4ème pédiatrie. Les gants et les masques Céline Zeegers-Jourdain 4ème pédiatrie Les gants et les masques Dr Erpicum Année académique 2010-2011 A) Les gants... 3 1. Historique... 3 2. Objectifs du port de gants... 3 2.1 Pourquoi?... 3 2.1.1 Pour

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Port de bijou chez les soignants, tolérance zéro!

Port de bijou chez les soignants, tolérance zéro! 8 ème Rencontre de Prévention du Risque Infectieux Nosocomial de l Océan Indien Port de bijou chez les soignants, tolérance zéro! P. PARNEIX CCLIN Sud-ouest 17 juin 2011 Renseigner la question Renseigner

Plus en détail

Les ongles. 10ème Journée romande de formation en hygiène pour les soins chroniques. 10 ans 10 Précautions standart: Une histoire d Amour

Les ongles. 10ème Journée romande de formation en hygiène pour les soins chroniques. 10 ans 10 Précautions standart: Une histoire d Amour 10ème Journée romande de formation en hygiène pour les soins chroniques 10 ans 10 Précautions standart: Une histoire d Amour Les ongles 14 février 2013 La Marive, CH Yverdon-les-Bains Américo AGOSTINHO

Plus en détail

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI)

Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) Tenue et comportement au bloc opératoire et en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) L. Cauchy, N. Loukili, S. Borms, B. Guery, B. Grandbastien XXIII ième Congrès s national de la SF2H 7

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

La vie d un résident porteur d une BMR que faire?

La vie d un résident porteur d une BMR que faire? «L hygiène dans tous ses états» CHI de CLERMONT de l OISE Mardi 31 Mars 2015 La vie d un résident porteur d une BMR que faire? Auteur: Ivana NOVAKOVA Infirmière Hygiéniste ARLIN Ile-de-France CCLIN Paris

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR état des lieux Forum d'hygiène Hospitalière Septembre 213 Firmino Battistella Infirmier régional HPCI Est-vaudois Hygiène Prévention et

Plus en détail

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains 1 INTRODUCTION Compliance à l hygiène des mains et sa qualité = largement tributaires : De la présence

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH Monica Attinger - Infirmière HPCI - SSP 26 avril 2012 - Clarens Eau potable : définition L eau qui, à l état naturel ou après traitement, convient à la

Plus en détail

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Hygiène périp ri-opératoire Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Prévention Architecture des blocs opératoires Traitement de l air Procédures de comportement Désinfection

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION 1 Un peu d histoire Thalassothérapie, SPA, Balnéothérapie, Thermalisme : quelles différences? Il y a 2000 ans les Romains avaient compris l importance de l eau

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre

Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre Par Diane Lambert m.d. Comité de prévention des infections dans les services de garde à l enfance du Québec, Direction de la protection

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Colonisation/infection des plaies

Colonisation/infection des plaies Colonisation/infection des plaies Dr E. Senneville Service des maladies infectieuses Hôpital de Tourcoing Lille, le 18 06 2009 Plaies Plaies aiguës traumatisme post opératoire (ISO) piqûre, morsure Plaies

Plus en détail

Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire. JC. Labadie

Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire. JC. Labadie Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire JC. Labadie Facteurs de risques des ISO «Voies et foyers d infection d en salle d opd opération» (W.Whyte) ou les

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris La maîtrise de l hygiène du linge Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris De nouvelles maladies apparaissent, les germes s adaptent, des épidémies de maladies que

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée à d autres services d inspection que ceux de l AFSCA, qui effectuent des contrôles dans des établissements où sont

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

Risques infectieux en endoscopie

Risques infectieux en endoscopie Risques infectieux en endoscopie Dr. C. Balmelli, DAMPH CHUV Forum Hygiène Hospitalière du.2.2 Index Définitions Risque d infection endogène Risque d infection exogène conclusions Définitions Infection

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C Le linge. LE CIRCUIT DU LINGE l indispensable Hygiène du linge et méthode m R-R A -B -C 16/05/13 le circuit du linge/c- 16/05/13 le circuit du linge/c- Le changement Un contexte réglementaire r de plus

Plus en détail

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues 5-6 March 2009 Bibliothèque nationale de France Nicolas Laudinet Claim Support Manager, Ing.

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS 2.08 Objectif Un grand nombre d agents infectieux (parasites, levures, bactéries, virus, prions) peuvent être responsables d infections nosocomiales (IN). Néanmoins,

Plus en détail

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 1 Etat des lieux Prévalence MRSA en 2007-2008 = 12% Formation en

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Tunis Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

L hygiène et autres mesures de prévention des infections associées aux bactéries multirésistantes INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

L hygiène et autres mesures de prévention des infections associées aux bactéries multirésistantes INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC L hygiène et autres mesures de prévention des infections associées aux bactéries multirésistantes INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Document synthèse L hygiène et autres mesures de prévention

Plus en détail

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE Document préparé par Albert AMGAR, asept@asept.asso.fr Ce document fait suite à celui sur l organisation du lavage des mains et disponible au format

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections sur sondes urinaires Année 2001

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections sur sondes urinaires Année 2001 Infections urinaires sur sondes 2001, C.CLIN-Ouest C.CLIN-Ouest Basse-Normandie Centre Bretagne Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien Risque : M1 = Milieu Origine Risques Recommandations élémentaires Lieux concernés Microbes visés Déchets (emballages, cartons, détritus de fabrication ) Transformation de produits alimentaires Fortes si

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE Un peu d'histoire Infections du site opératoire = première complication de la chirurgie. 1961 : L'antibioprophylaxie permet la réduction des ISO Contribue à la réduction

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE CSS n 8279

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE CSS n 8279 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE CSS n 8279 Recommandations en matière de maîtrise des infections lors de soins dispensés en dehors des établissements de soins (au domicile et/ou au sein d

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel 1. Hygiène du personnel 11 C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 1. HYGIÈNE DU PERSONNEL 1.1 Précautions standard 1.2 Vestiaires du personnel 1.3 Tenue du personnel

Plus en détail

gale - Brochure d information -

gale - Brochure d information - gale La - Brochure d information - Qu est-ce que la gale? La gale est une infection de la peau causée par un parasite. Celui-ci creuse un petit tunnel (sillon) dans la partie superficielle de la peau et

Plus en détail