CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE"

Transcription

1 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE C. Chaplain, Service d'hygiène-bactériologie, Hôpital Delafontaine, Saint- Denis. INTRODUCTION L'accroissement du nombre des infections provoquées par des bactéries multirésistantes (BMR) et l'acquisition de nouveaux mécanismes de résistances par les bactéries posent un problème de plus en plus préoccupant dans nos hôpitaux. En effet, les infections nosocomiales ont une incidence sur le coût des soins, en allongeant la durée de séjour et en augmentant le coût du traitement. D'après une étude de Carine Chaix et coll.[1], l'allongement de la durée de séjour d'un patient ayant contracté une infection nosocomiale représente un surcoût de 2/3 à 3/4 du coût global. Cette augmentation de durée de séjour varie de 1 à 3 semaines pouvant aller jusqu'à 1 mois pour les infections à BMR [1]. Le surcoût par patient infecté varie de à Francs selon, la nature du germe, le type de l'infection et la pathologie sous-jacente, avec un coût de l'antibiothérapie allant de à Francs (soit 7 % du coût total) [1]. F. Saulnier et coll. montrent que l'augmentation de la durée de séjour varie selon le type d'infection et l'espèce bactérienne, il semble

2 MAPAR 1997 que les infections dues à des BMR induisent des durées de séjour supérieures à celles dues à des germes sensibles [2]. L isolement de bactéries de plus en plus résistantes à été longtemps négligée, sans doute parce qu il existait des molécules encore très efficaces et que le nombre de BMR ne semblait pas être alarmant. Depuis quelques années des structures ont été mises en place (CLIN, service d'hygiène) pour essayer de limiter la propagation des BMR. 1. QU'EST-CE QUE LA MULTIRESISTANCE? La définition de la multirésistance n'est pas univoque et il est difficile de trouver des critères précis de multirésistance. Les BMR sont des bactéries qui ne sont sensibles qu'à un petit nombre de familles ou de sous familles d'antibiotiques, ce petit nombre variant de 0 à 3 [3]. Les BMR sont surtout retrouvées à l'hôpital. Elles peuvent être des bactéries commensales de l'homme comme Staphylococcus aureus et les entérobactéries, mais on voit aussi apparaître de plus en plus de germes saprophytes de l'environnement (P. aeruginosa, Acinetobacter baumanii, Stenotrophomonas maltophila..). 2. SITUATION ACTUELLE EN FRANCE De nombreuses enquêtes montrent que le nombre de BMR isolées dans les hôpitaux français est très élevé et est nettement supérieur à celui retrouvé dans d'autres hôpitaux européens [3]. Les résultats d'une étude menée par Allouch et coll. [4], en septembre 1996 dans 101 hôpitaux généraux, concernant les germes isolés en situation pathogène, sont présentés dans les tableaux I, II et III. Dans le tableau IV, les résultats présentés, sont classés en fonction des germes et de la nature nosocomiale ou non de l'infection. On note que les infections à S. aureus (tableau I) sont dues dans 42,5 % des cas à des S. aureus résistants à la méticilline (SAMR). Dans plus de 10 % des cas les infections causées par P. aeruginosa sont dues à une souche de P. aeruginosa résistante à la ceftazidime et/ou à l'imipénème (tableau II). Cette étude montre également que parmi les entérobactéries résistantes aux céphalosporines de 3 ème génération (C3G), par production de BLSE (Bêta-Lactamase à Spectre Elargi) hyperproduction de céphalosporinase, 5 espèces sont représentées : Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli, Proteus mirabilis et Enterobacter (tableau III). Dans une étude faite à l'ap-hp en 1993, un quart des klebsielles isolées sont productrices de BLSE, 40 % des S. aureus isolés sont résistants à la méticilline [5]. 564

3 Infections nosocomiales Tableau I S. aureus résistants à la méticilline. Hémocultures Urines Ponctions Poumons Plus profond Total 30/107 93/164 11/26 71/144 50/ /600 (42,5 %) Tableau II P. aeruginosa intermédiaires et résistants à la ceftazidime et/ou à l imipénème. Hémocultures Urines Ponctions Poumons Plus profond Total R Ceftazidime 3/12 33/195 1/5 32/145 4/44 73/401 (18,2 %) R Imipénème 0/12 22/195 0/5 25/145 3/44 50/401 (12,5 %) Espèces E. coli P. mirabilis K. pneumoniae E. cloacae E. aerogenes Total Tableau III Entérobactéries résistantes aux céphalosporines de troisième génération. Hémocultures Urines Ponctions Poumons Plus profond 4/191 17/2554 2/26 0/46 2/129 2/25 3/22 3/18 5/8 17/264 (6,43 %) 7/303 0/4 1/1 0/1 26/2863 (0,9 %) 0/1 0/4 0/1 0/1 2/33 (6 %) 1/19 1/17 1/11 5/8 8/101 (7,92 %) 0/25 1/13 4/18 0/2 7/187 (3,74 %) Total 25/2946 (0,85 %) 11/373 (2,9%) 5/100 (5 %) 9/49 (18,4 %) 10/20 (50 %) Tableau IV Classement des infections en fonction du type de BMR et du caractère nosocomial ou non de l infection. Entérobactéries résistantes aux C 3 G S. aureus P. aeruginosa ceftazidime R P. aeruginosa imipénème R Nosocomiale 84/899 (9,34 %) 151/256 (59 %) 45/222 (20,2 %) 32/222 (14,4 %) Non nosocomiale 17/1936 (0,88 %) 13/188 (6,5 %) 12/76 (15,8 %) 10/76 (13,2 %) 565

4 MAPAR PSEUDOMONAS AERUGINOSA DEFINITION P. aeruginosa est un germe saprophyte de l'environnement, fréquemment rencontré dans les infections nosocomiales. Cette bactérie est naturellement très résistante aux antibiotiques et a acquis de nombreux mécanismes de résistance lui permettant d échapper aux molécules jusqu'à présent très actives (ticarcilline, pipéracilline, ceftazidime, imipénème et aminosides) FREQUENCE La fréquence d'isolement de P. aeruginosa varie d'un établissement à l'autre. Dans l'enquête réalisée par le C-CLIN Paris-Nord, les P.aeruginosa résistants à la ticarcilline représentent 30 % des P. aeruginosa isolés [6], dans l'enquête menée dans les hôpitaux généraux les P. aeruginosa résistants à la ceftazidime et à l'imipénème représentent respectivement 18 % et 12,5 % des P. aeruginosa isolés d'infections [4]. La résistance à la ticarcilline est souvent liée à la résistance à d'autres antipyocyaniques majeurs, comme cela à été démontré dans le travail d'allouch et col. la majorité des souches de P. aeruginosa résistantes à la ticarcilline sont résistantes à d'autres bêta-lactamines : 53 % des souches résistants à la ticarcilline sont résistantes à la céftazidime [7] STAPHYLOCOCCUS AUREUS DEFINITION S. aureus est un germe commensal de la peau et des muqueuses de l'homme. Cette bactérie a très rapidement montré sa capacité à acquérir des résistances, puisqu elle fut une des premières bactéries a acquérir une pénicillinase. Puis dès les années 60, elle a acquis une nouvelle PLP (PLP2a) lui permettant d'échapper à l'action des bêta-lactamines. Cette résistance à la méticilline est le plus souvent accompagnée d autres marqueurs de résistance comme la résistance aux aminosides, aux fluoroquinolones, à l'erythromycine et la clindamycine. Actuellement les SAMR restent sensibles aux glycopeptides (vancomycine et teicoplanine). Le plus souvent les SAMR sont aussi sensibles à au moins un des antibiotiques suivants : acide fusidique, fosfomycine et rifampicine FREQUENCE L'isolement de souches de SAMR varie selon les services et les hôpitaux. Ils représentent entre 30 à 50 % des S. Aureus isolés [3]. Ce taux est à peu près identique qu'il s'agisse d'hôpitaux généraux [4] ou d'hôpitaux de l'ap-hp [5, 6] KLEBSIELLA PNEUMONIAE DEFINITION K. pneumoniae est une entérobactérie commensale du tube digestif de l'homme et a été la première bactérie chez laquelle a été isolée une pénicillinase capable d'hydrolyser les C3G, à la fin des années 80 [8]. En fait il existe plusieurs pénicillines capables d'hydrolyser les C3G (actuellement une trentaine sont 566

5 Infections nosocomiales répertoriées), qui sont regroupées sous le nom de bêta-lactamases à spectre élargi ou étendu (BLSE). Ces BLSE sont transmises d'une bactérie à l'autre par des plasmides ou des transposons et sont maintenant retrouvées chez d'autres espèces d'entérobactéries comme E. coli, P. mirabilis, E. aerogenes... Cette résistance est le plus souvent partagée avec l'amikacine, mais aussi les fluoroquinolones FREQUENCE Depuis la description en 1985 des première K. pneumoniae productrices de BLSE, le nombre n'a cessé d'augmenté. Le nombre de K. pneumoniae productrices de BLSE isolées a été multiplié par 30 fois dans les hôpitaux français, entre 1985 et 1991 [5]. L'isolement des K. Pneumoniae sécrétrices de BLSE varie beaucoup d'un service à l'autre, la fréquence d'isolement étant plus élevée dans les CHU, essentiellement dans les services de soins intensifs et longs séjours [3] Dans certains hôpitaux le nombre d'isolement de K. pneumoniae avec BLSE peut atteindre 40 % des K. pneumoniae isolées [6]. Ce pourcentage est beaucoup plus faible (5 %) dans les hôpitaux généraux [4] ACINETOBACTER BAUMANII DEFINITION A. baumanii est un germe saprophyte, répandu dans la nature, capable de survivre sur des surfaces et colonisant la peau des sujets sains. C est la bactérie aérobie stricte la plus souvent isolée dans les infections nosocomiales après P. aeruginosa FREQUENCE Le plus souvent Acinetobacter est responsable d'épidémies d'infections nosocomiales dans les services de soins intensifs [9]. Le taux d'acinetobacter responsable d'infections nosocomiales est de 4 % à l'ap-hp [6] ENTEROCOQUES DEFINITION Le genre Enterococcus comprend plus de 15 espèces. Les espèces les plus fréquemment rencontrées en pathologie humaine sont E. faecium et E. fecalis. Ces bactéries commensales du tube digestif ont toujours été considérées comme naturellement assez résistantes. Elles sont généralement sensibles aux amino et uréidopénicillines, aux glycopeptides, mais sont naturellement résistantes aux céphalosporines. Les entérocoques peuvent devenir résistants aux glycopeptides et plus particulièrement à la vancomycine FREQUENCE La situation semble beaucoup moins préoccupante en France qu'aux Etats-Unis. Une enquête menée par A. Boisivon sur le portage d'entérocoques résistants à la vancomycine montre une incidence de 1,9 % [10], alors qu'aux Etats-Unis l'incidence dépasse 10 % [11]. 567

6 MAPAR STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE DEFINITION Bien que beaucoup plus souvent responsable d'infections communautaires que d'infections nosocomiales, le pneumocoque est une BMR. En effet depuis la fin des années 60 où a été décrit le premier pneumocoque de sensibilité diminuée à la pénicilline, on a isolé de plus en plus souvent des pneumocoques dont le niveau de résistance aux bêta-lactamines ne cesse de croître. Cette résistance est fréquemment associée à une résistance au cotrimoxazole et aux macrolides. 3. CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BMR 3.1. ROLE DU MICROBIOLOGISTE Le microbiologiste intervient à plusieurs niveaux, tout d'abord, c'est lui qui isole et identifie les BMR chez les patients infectés BACTERIOVIGILANCE La collaboration entre microbiologiste et hygiéniste de même que l'informatisation des laboratoires, permet rapidement de savoir, lorsque l'on isole une BMR, s'il s'agit d'un cas isolé ou si une BMR de la même espèce a été identifiée récemment dans le service ou dans l'hôpital EST-CE LA MEME SOUCHE? Le fait d'isoler 2 souches d'une même espèce dans un même service ne peut suffir à affirmer que ces souches sont identiques (d'un point de vue génotypique) Identification La comparaison des BMR isolées se fera tout d'abord sur l'identification biochimique de l'espèce. Bien qu'utile, la comparaison du profil biochimique de 2 bactéries est souvent insuffisante pour affirmer qu'il s'agit bien d'un même clone bactérien Antibiotypes La comparaison de 2 antibiogrammes peut-être décevante pour les BMR. En effet souvent il ne reste que 2 ou 3 antibiotiques actifs et le phénotype de résistance d'une BMR n'est pas toujours très informatif, mais reste cependant un des premiers critères retenus pour suspecter une épidémie Le sérotypage Pour certaines espèces comme P. aeruginosa nous disposons de sérums permettant de sérotyper des bactéries. L'isolement de bactéries ayant le même sérotype est plus informatif sur la suspicion d'une épidémie que la seule identification biochimique. Cette technique n'existe pas pour toutes les bactéries Analyse génotypique Ces méthodes développées depuis la fin des années 80, permettent d'avoir l'empreinte génétique des bactéries et donc de comparer très précisément des bactéries de la même espèce. Les techniques les plus utilisées sont : 568

7 Infections nosocomiales - le ribotypage (permet de comparer l'arn ribosomial des bactéries) - l'ap PCR - l'électrophorèse en champs pulsés (comme l'ap PCR cette technique permet de comparer l'adn des bactéries) AVERTIR LE CLINICIEN Le rôle du microbiologiste est bien sûr d'avertir le plus vite possible le service clinique afin que des mesures de lutte contre les BMR puissent être prises S'AGIT-IL D'UNE EPIDEMIE? DEFINITION «Une épidémie est une augmentation anormale de la fréquence d'une maladie au-delà de ce qui est attendu». Lorsqu'une BMR est isolée d'un prélèvement d'un patient, il est nécessaire d'identifier tous les patients du même service infectés ou colonisés par cette BMR ENRAYER L'EPIDEMIE ISOLEMENT L'isolement géographique des malades porteurs de BMR, doit être réalisé soit en chambre individuelle, quand cela est possible, sinon, par regroupement dans un même secteur des malades porteurs des mêmes BMR [12]. L'isolement technique vise à diminuer tous les risques de transmission manuportée des BMR (lavage des mains, port de gant, port de surblouse, élimination des déchets,...). Elle concerne tous les intervenants auprès du malade : personnel et visiteurs [12]. Ces mesures d'isolement géographique et technique doivent permettre de diminuer la transmission croisée de BMR entre les malades et les phénomènes d'auto-infection chez un malade colonisé par une BMR [12]. A ces mesures d'isolement du malade peuvent être ajoutées des mesures de décontamination des patients. Il s'agit d'utiliser des antibiotiques ou antiseptiques à usage local afin de diminuer les réservoirs de BMR. L'efficacité de ces mesures est parfois difficile à évaluer, car elle s'inscrit dans une politique de lutte contre les BMR (isolement géographique des malades,...). Plusieurs études ont été menées pour évaluer l'intérêt de l'utilisation de la mupirocine pour diminuer le portage nasale des S. aureus, afin de diminuer les infections à SAMR [13]. Cette mesure apparaît comme une mesure d'appoint dont le rôle est difficile à préciser particulièrement lors d'épidémies [13, 14]. L'utilisation en prophylaxie, parait être d'une plus grande efficacité [13]. De même l'utilisation d'antibiotiques ayant un tropisme digestif peut-être intéressante pour décontaminer les patients porteurs d'entérobactéries multi-résistantes [15]. La décontamination doit être faite, si possible, avec des produits non utilisés en traitement curatif, afin d'éviter l'émergence de mutants résistants. 569

8 MAPAR PORTAGE Après isolement d'une BMR chez un malade, Il est nécessaire de faire régulièrement une recherche de portage de BMR, chez les autres patients du même service. Ces mesures sont à prendre bien sûr lors d'épidémies dans un service quelle que soit sa spécificité et en dehors d'épidémies et dans les services «à risques» comme les services de soins intensifs, les patients colonisés ayant un plus grand risque de s'infecter [8, 12, 16, 17] QUELS SITES PRELEVES? Chez les malades du service Les sites à prélever dépendent du germe et de son habitat. - SAMR : prélever les narines et les plaies. - Entérobactéries sécrétrices de BLSE : écouvillonage rectal. - Acinetobacter et bacille pyocyanique : prélèvements pulmonaires (trachée...), aine et urines Environnement Les recherches dans l'environnement sont particulièrement intéressantes lors d'épidémies à Acinetobacter et à P. aeruginosa Chez le personnel Les prélèvements chez le personnel soignant sont recommandés si l'isolement du malade a échoué et que l'épidémie persiste. 4. COMMENT TRAITER UNE BMR? 4.1. BASES MICROBIOLOGIQUES DE L'ANTIBIOTHERAPIE. PLACE DES NOUVELLES MOLECULES ANTIBIOTIQUES. L'antibiothérapie utilisée pour le traitement d'une BMR doit reposer sur les données de l'antibiogramme LES ANTISTAPHYLOCOCCIQUES Les glycopeptides Dans le traitement des infections à SAMR, le traitement de choix reste un glycopeptide (vancomycine ou teicoplanine). Il n'existe pas de différence majeure en terme de CMI entre ces 2 molécules sur les S. aureus. Le choix entre l'une ou l'autre des molécules se fera plus sur des critères de facilité d'utilisation, de toxicité et de coût Autres antistaphylococciques D'autres molécules telles que : acide fusidique, fosfomycine, rifampicine ont une activité antistaphyloccoccique et peuvent être utilisées en association avec un glycopeptide. En aucun cas ces molécules ne doivent être utilisées seules. D'autres associations semblent être intéressantes telles que cefpirome + vancomycine, une étude «in vitro» a montré que le cefpirome augmente significativement la vitesse de bactéricidie [18]. 570

9 Infections nosocomiales Les synergistines injectables Bien que non commercialisé actuellement, le Synercid pourra offrir une alternative aux glycopeptides dans le traitement des infections graves à SAMR. Toutefois son activité bactéricide est diminuée lorsqu'il s'agit d'une souche de SAMR résistante à l'érythromycine et la lincomicine (résistance de type MLSb) [19] LES BETA-LACTAMINES Les Pénèmes Ces molécules (imipénème et méropénème) restent le traitement de choix des entérobactéries productrices de BLSE, et/ou de céphalosporinases déréprimées et des Acinetobacter. Elles peuvent être utilisées pour le traitement des infections à P. aeruginosa à condition que celui ci soit sensible Les nouvelles céphalosporines (céfepime et cefpirome) Ces nouvelles molécules offrent l'avantage par rapport aux anciennes C3G, d'un spectre étendu aux Gram positif (Staphylocoques sensible à la méticilline, Streptocoques). Elles offrent une activité intéressante sur des espèces sécrétrices de céphalosporinases comme E. cloacae et S. marcescens. L'activité sur P. aeruginosa est modérée, surtout s'il s'agit de souches résistantes à la ticarcilline [7]. Par contre «in vitro» le céfépime sélectionne moins de mutants résistants [20]. CONCLUSION La lutte contre les BMR doit être une lutte quotidienne. Si on compare les données françaises à celles des autres pays européens, on constate que le nombre de BMR isolées est nettement supérieur à celui d'autres pays. En 1990, une étude européenne à permis de comparer le pourcentage d isolement de SAMR dans différents pays. En France, en Italie et en Espagne le pourcentage d'isolement des SAMR dépassaient les 30 %, alors que dans les autres pays, il était inférieur à 2 % : Danemark (0,1 %), Suède (0,3 %), Hollande (1,5 %), Suisse (1,8 %) [3]. En ce qui concerne les K. pneumoniae, la situation en France est aussi plus préoccupante que dans les autres pays européens [3]. L isolement de plus en plus fréquent des BMR, n est pas une fatalité et la diminution de l incidence et de la prévalence doivent passer par des mesures d hygiène et une meilleure utilisation des antibiotiques en pratique quotidienne (voir : Les recommandations de L'ANDEM «Le bon usage des antibiotiques à l'hôpital»). 571

10 MAPAR 1997 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Chaix C, Durand-Zaleki I, Brun-Buisson C. Impact économique des infections nosocomiales : le cas de la multirésistance. In : XVè Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation [2] Saulnier F, Grandbastien B, Poisson C, Renault C, Idzik M, Delbecq C, Di Pompeo Ch, Hubert H, Erb M, Martin C, Durocher A. Conséquence de la multirésistance bactérienne en réanimation sur la durée de séjour et la charge de soins. In: XVè Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation [3] Andremont A. Définition de la multirésistance bactérienne, prévalence et incidence des bactéries multirésistantes en réanimation. Impact écologique. In: XV Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation [4] Allouch PY et le Collège de Bactériologie, Virologie, Hygiène de hôpitaux généraux. 1996, observatoire des résistances dans 101 hôpitaux généraux, données personnelles [5] Jarlier V. «Fréquence de la multirésistance chez Klebsiella pneumoniae et Staphylococcus aureus en milieu hospitalier» : état des lieux en France. In bactéries multirésistantes. Option hôpital. p Laboratoires Roussel éditeur 1994 [6] Regnier B. Les bactéries multirésistantes aux antibiotiques en réanimation : contexte épidémiologique et stratégies de maîtrise. Pathol biol 1996;44:9-19 [7] Allouch PY, Simon B, Pangon B, Pina P, Godard T, Ghnassia JC. Sensibilité aux antibiotiques de 410 souches de Pseudomonas aeruginosa résistants à la ticarcilline. 15è RICAI, Paris 1995 [8] Sirot D, Sirot J, Labia R, Morand A, Courvalin P, Darfeuille-Michaud A. Transferable resistance to third generation cephalosporins in clinical isolates of klebsiella pneumoniae: identification of CTX-1, a novel bêta-lactamase. J Antimicrob chemother 1987;20: [9] Lortholary O, Fagon JY, Hoi AB, Slama MA, Pierre J, Giral P, Rosenweig R, Gutmann L, Safar M, Acar J. Nosocomial acquisition of multiresistant Acinetobacter baumanii: Risk factors and prognosis. Clin infect dis 1995;20:790-6 [10] Boisivon A, Chambreuil G, Cheron M, Demachy MC et coll. Colonization by Vancomycin-resistant enterococci, incidence in intensive care unit from 14 french general hospitals. 16è RICAI, Paris décembre 1996 [11] Edmond MB, Ober JF, Weinbaum DL, Pfaller MA, Hwang T, Sanford MD, Wenzel RP. Vancomycin-Resistant Enterococcus faecium bacteremia: Risk factors for infection. Clin infect dis 1995;20: [12] Leclercq B. Mesures d'isolement géographique et technique chez les malades porteurs de bactéries multi-résistantes aux antibiotiques en réanimation. In: XVè Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation [13] Brun-Buisson C. Chimiodécontamination des réservoirs de bactéries multi-résistantes chez les malades et le personnel soignant. In: XVè Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation

11 Infections nosocomiales [14] Sanford MD, Widmer AF, Bale MJ, Jones RN, Wenzel RP. Efficient detection and long-terme persistence of the carriage of methicilline-resistant Staphylococcus aureus. Clin Infect Dis 1994;19: [15] Brun-Buisson C, Legrand P, Rauss A, Richard C, Montravers P, Besbes M, Meakins JL, Soussy CJ, Lemaire F. Intestinal decontamination for control of nosocomial multiresistant Gram-Negative bacilli. Ann Intern Med 1989;110: [16] Pujol M, Pena C, Pallares R, Ariza J, Ayats J, Dominguez MA, Gudiol F. Nosocomial Staphylococcus aureus bacteremia among nasal carriers of methicillin-resistant and methicillin-suceptible strains. Am J Med 1996;100: [17] Lucet JC, Chevret S, Decré D, Vanjak D, Macrez A, Bédos JP, Wolff M, Regnier B. Outbreak of multiply resistant enterobacteriacae in an intensive care unit: Epidemiology and risk factors for acquisition. Clin Infect Dis 1996;22:430-6 [18] Bergeret M, Vedel G, Raymond J. Activité bactéricide in vitro de l'association du cefpirome et de la vancomycine vis à vis de souches de Staphylococcus sensibles et résistants à la méticilline. International symposium on Staphylococci and Staphylococcal infection. Aix les Bains. Juin 1996 [19] Vouillamoz J, Entenza JM, Glauser MP, Moreillon P. Synercid (Quinupristin/dalfopristin) treatement of experimental endocarditis due to Erythromycin- Susceptible (ERY-S) and constitutively resistant (ERY-R) Methicillin susceptible Staphylococcus aureus. 36 th ICAAC. New Orleans, Louisiana, sept [20] Chaplain CS, Pina P, Pangon BH, Couzon B, Allouch PY. Comparison of the bactericidal effect of ceftazidime and cefepime and of the selection of mutants of Pseudomonas aeruginosa. 35 th ICAAC. San Francisco

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

Les infections nosocomiales occupent une place prépondérante et constituent par leur fréquence, leur gravité sur le plan clinique (morbidité et

Les infections nosocomiales occupent une place prépondérante et constituent par leur fréquence, leur gravité sur le plan clinique (morbidité et Introduction Les infections nosocomiales occupent une place prépondérante et constituent par leur fréquence, leur gravité sur le plan clinique (morbidité et mortalité), et leurs conséquences économiques,

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

Lecture et Interprétation de l antibiogramme

Lecture et Interprétation de l antibiogramme Lecture et Interprétation de l antibiogramme Nantes 07.10.2005 Jocelyne Caillon Bactériologie Hôpital de Nantes Pourquoi tester la sensibilité aux antibiotiques? Indications de l antibiogramme (1) Aide

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE Un peu d'histoire Infections du site opératoire = première complication de la chirurgie. 1961 : L'antibioprophylaxie permet la réduction des ISO Contribue à la réduction

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

DU Anti-infectieux, 2009-2010. Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes

DU Anti-infectieux, 2009-2010. Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes Faut-il dépister d les SARM? DU Anti-infectieux, 2009-2010 Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes Qui se pose la question? Le clinicien? Le bactériologiste? Le pharmacien?

Plus en détail

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON Colonisation naturelle 20 % colonisés permanents 1 souche principalement SASM Seulement 3.5 % SARM 60% de colonisés

Plus en détail

Prise en charge des patients porteurs de germes résistants.

Prise en charge des patients porteurs de germes résistants. 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation Médecins. Conférence d actualisation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Prise en charge des patients porteurs de germes résistants. A. LEPAPE PAM Urgence

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

dès l initiation de l antibiothérapie?

dès l initiation de l antibiothérapie? V ème Journée Antibio-Résistance & Infections Paris Jeudi 3 décembre 2015 Optimiser l antibiotic stewardship: dès l initiation de l antibiothérapie? François Barbier Réanimation Médicale - Centre Hospitalier

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 er février 2006 TAZOCILLINE 2 g/250 mg, poudre pour solution pour perfusion flacon B/1 (CIP : 369 192-1) TAZOCILLINE 4 g/500 mg, poudre pour solution

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Aspects Epidémiologiques. des Bactéries Multi Résistantes 02/12/2013. et Hautement Résistantes aux Antibiotiques. Zoher KADI CCLIN Paris-Nord

Aspects Epidémiologiques. des Bactéries Multi Résistantes 02/12/2013. et Hautement Résistantes aux Antibiotiques. Zoher KADI CCLIN Paris-Nord Aspects Epidémiologiques des Bactéries Multi Résistantes et Hautement Résistantes aux Antibiotiques Zoher KADI CCLIN Paris-Nord 1 - 03/10, Patient 1 hospitalized in ICU for legionnaire disease. Rectal

Plus en détail

Traitement des péritonites secondaires. Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux

Traitement des péritonites secondaires. Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux Traitement des péritonites secondaires Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux Conflits d intérêt MSD Sanofi Aventis Classification Péritonites primaires

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes BHRe

Bactéries Hautement Résistantes BHRe Bactéries Hautement Résistantes BHRe Des recommandations adaptées à des BMR particulières Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès 2005 (avis CTINILS puis fiches techniques) Rapport HCSP 2010

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20 Surveillances BMR, bactériémies, infections en hémodialyse Hôpitaux, Clinques, CTR, services/centres d hémodialyse Données de surveillance, démographiques et de laboratoire 1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE

Plus en détail

Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V

Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V Déclaration des liens d intérêts 2010 2013 Vice-président de la Spilf Intervenant au titre d orateur Janssen-Cylag,

Plus en détail

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Slide Bart Gordts Slide : Anne SIMON Slide : Marc STRUELENS Slide : Marc STRUELENS

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville

Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville TITRE Centre Ressource en Antibiologie Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville Dr Sonia Thibaut Mercredi 19 Novembre 2014 1 2 Création TITRE d un réseau de LBM en ville MedQual, centre reconnu

Plus en détail

L ABC des ESBL. Dr C. Bellini. Forum d Hygiène Hospitalière - CHUV 6 février 2007. Table des matières

L ABC des ESBL. Dr C. Bellini. Forum d Hygiène Hospitalière - CHUV 6 février 2007. Table des matières L ABC des ESBL Dr C. Bellini Forum d Hygiène Hospitalière - CHUV 6 février 2007 Table des matières Introduction ESBL: Definition + aspects microbiologiques Prise en charge au CHUV Epidemiologie Hygiène

Plus en détail

Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques

Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques J. Tourret Service de Néphrologie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière jerome.tourret@psl.aphp.fr Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques

Plus en détail

Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté?

Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté? Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté? Formation Prévention des infections associées aux soins Dr Emilie Poirier ARLIN Lorraine Le «Risque Patient» Susceptibilité à l infection

Plus en détail

Réseau bactériémie 2006 IA/AC/VJ SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE

Réseau bactériémie 2006 IA/AC/VJ SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE RESULTATS DE L ENQUETE 2006 1 Laboratoires participants Les laboratoires des 80 hôpitaux mentionnés ci-dessous ont participé à l'enquête 2006 sur les

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE

ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE G.H. SOULA*, E. PICHARD**, G.G. SOULA***, A. KODIO* RESUME A partir de l'examen cytobactériologique de 2 000 prélèvements

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations Formalisées d Experts (RFE) organisées par la SFAR 17 décembre

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

Traitement antibiotique

Traitement antibiotique Traitement antibiotique I. Boyadjiev, F. Garnier et C. Martin En cas d infection bactérienne grave une antibiothérapie est souvent débutée sans attendre la confirmation bactériologique de l'infection et

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

La culture M/12958 était une souche de Klebsiella pneumoniae qui présentait une résistance à de nombreuses classes d antibiotiques (beta-lactamines,

La culture M/12958 était une souche de Klebsiella pneumoniae qui présentait une résistance à de nombreuses classes d antibiotiques (beta-lactamines, La culture M/12958 était une souche de Klebsiella pneumoniae qui présentait une résistance à de nombreuses classes d antibiotiques (beta-lactamines, aminoglycosides, quinolones, ) dont les carbapénèmes.

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest

Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest Dr Erika FONTAINE, Pharmacien hygiéniste Marion PERENNEC, Biostatisticienne Maryvonne

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Pendant de nombreuses années, les mesures dites

Pendant de nombreuses années, les mesures dites PRÉVENIR Transmission croisée Pendant de nombreuses années, les mesures dites d isolement, ont été définies par le réservoir de l agent infectieux : isolement entérique, cutané, respiratoire Les Centers

Plus en détail

Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre pour prévenir l émergence des entérobactéries BLSE et lutter contre leur dissémination

Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre pour prévenir l émergence des entérobactéries BLSE et lutter contre leur dissémination Commission spécialisée Sécurité des patients : infections nosocomiales et autres évènements indésirables liés aux soins et aux pratiques RAPPORT Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants 2 ème Congrès National des Centres de référence des Infections Ostéo-articulaires Complexes Lille, 3-4 SEPTEMBRE 2015 Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

"Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic"

Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Médecine Interne Thèse préparée sous la direction du Professeur C. Regamey "Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE 1 ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE Membres (2012 2013) MADEC Jean-Yves Coordonnateur, Anses Lyon DECOUSSER Jean-Winoc CHU Antoine Béclère

Plus en détail

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui?

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? Responsable d UF Geneviève HERY-ARNAUD (MCU-PH) 1 Qui? 2 Où? 3 Pourquoi? 4 Comment? 5 Combien? 6 Quoi? Coordination médicale Nicolas ROUZIC (PH) Coordination

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE à l échelon individuel François CARON Infectiologie Best-Of 2009 - page 1 Parmi les classes antibiotiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s)

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE

DOCUMENTATION TECHNIQUE DOCUMENTATION TECHNIQUE ETUDE DE LA SENSIBILITE AUX ANTIMICROBIENS Lycée des métiers du tertiaire, de la santé et du social - Louise Michel - Grenoble ANTIBIOGRAMME EN MILIEU GELOSE COMITE DE L ANTIBIOGRAMME

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 23 (2004) 1020 1026 RÉFÉRENTIELS CONFÉRENCE D EXPERTS TEXTE COURT 2004 Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Peste bubonique : 60 à 80% Tuberculose : 50 % Fièvre typhoïde : 20-30 %

Peste bubonique : 60 à 80% Tuberculose : 50 % Fièvre typhoïde : 20-30 % Résistance aux antibiotiques : vers une catastrophe écologique et sanitaire Vincent Jarlier Bactériologie-Hygiène Groupe hospitalier Pitié Salpêtrière-Charles Foix, Paris Délégué aux infections nosocomiales

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Annexe A : Dépistage, analyse et surveillance des organismes antibiorésistants (OA)

Annexe A : Dépistage, analyse et surveillance des organismes antibiorésistants (OA) Annexe A : Dépistage, analyse et surveillance des organismes antibiorésistants (OA) Dans tous les établissements de soins de santé Comité consultatif provincial des maladies infectieuses (CCPMI) Révisée

Plus en détail

1- LES BACTERIES PRODUCTRICES DE CARBAPENEMASE : GENERALITES

1- LES BACTERIES PRODUCTRICES DE CARBAPENEMASE : GENERALITES RAPPEL DES CONSIGNES DE PRISE EN CHARGE DE PATIENTS TRANSFERES D UN HOPITAL SITUE DANS UN PAYS A HAUTE ENDEMICITE DE BACTERIES PRODUCTRICES DE CARBAPENEMASES Escherichia coli multi-résistant, producteur

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société de réanimation de langue française Société de pathologie infectieuse de langue française Société de microbiologie Médecine

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Th Lobbedez CHU de Caen CUEN Juin 2013 Infection du liquide de dialyse péritonéale 1 Causes de sortie de la dialyse péritonéale Les complications infectieuses

Plus en détail

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR Symposium 19 novembre 2015 D. Favay (CPAS Charleroi), C. Guillaume (ISPPC), J. Janiczek (ISPPC), C. Laveaux (CHU Tivoli)

Plus en détail

Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien

Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien L2-L3- Enseignements intégrés UE de l agent infectieux à l hôte Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien Dr Sylvain Godreuil Département

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juin 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 06 novembre 2006 (JO du 13 juin 2007) FUCIDINE 250 mg comprimé pelliculé

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

Définition. L infection nosocomiale : IN. à l admission,, qui se. d incubation. , sous 1 mois pour les ISO et sous 1 an pour les prothèses.

Définition. L infection nosocomiale : IN. à l admission,, qui se. d incubation. , sous 1 mois pour les ISO et sous 1 an pour les prothèses. Définition L infection nosocomiale : IN Infection acquise à l hôpital, non présente à l admission,, qui se déclare après 48h d hospitalisation ou après s un délai d supérieur à la période p d incubation,

Plus en détail

Traitement des infections urinaires non compliquées chez la femme en pratique ambulatoire

Traitement des infections urinaires non compliquées chez la femme en pratique ambulatoire REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des affaires régionales, de l'économie et de la santé Direction générale de la santé Service du Médecin cantonal Traitement des infections urinaires non compliquées

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Prise en charge des pancréatites Bilan diagnostique et utilisation des antibiotiques. Ph. MONTRAVERS, A. REZZOUG (Bondy)

Prise en charge des pancréatites Bilan diagnostique et utilisation des antibiotiques. Ph. MONTRAVERS, A. REZZOUG (Bondy) Prise en charge des pancréatites Bilan diagnostique et utilisation des antibiotiques Ph. MONTRAVERS, A. REZZOUG (Bondy) Tirés à part : Philippe MONTRAVERS, Département d Anesthésie Réanimation - CHU Jean

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail