CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE"

Transcription

1 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE C. Chaplain, Service d'hygiène-bactériologie, Hôpital Delafontaine, Saint- Denis. INTRODUCTION L'accroissement du nombre des infections provoquées par des bactéries multirésistantes (BMR) et l'acquisition de nouveaux mécanismes de résistances par les bactéries posent un problème de plus en plus préoccupant dans nos hôpitaux. En effet, les infections nosocomiales ont une incidence sur le coût des soins, en allongeant la durée de séjour et en augmentant le coût du traitement. D'après une étude de Carine Chaix et coll.[1], l'allongement de la durée de séjour d'un patient ayant contracté une infection nosocomiale représente un surcoût de 2/3 à 3/4 du coût global. Cette augmentation de durée de séjour varie de 1 à 3 semaines pouvant aller jusqu'à 1 mois pour les infections à BMR [1]. Le surcoût par patient infecté varie de à Francs selon, la nature du germe, le type de l'infection et la pathologie sous-jacente, avec un coût de l'antibiothérapie allant de à Francs (soit 7 % du coût total) [1]. F. Saulnier et coll. montrent que l'augmentation de la durée de séjour varie selon le type d'infection et l'espèce bactérienne, il semble

2 MAPAR 1997 que les infections dues à des BMR induisent des durées de séjour supérieures à celles dues à des germes sensibles [2]. L isolement de bactéries de plus en plus résistantes à été longtemps négligée, sans doute parce qu il existait des molécules encore très efficaces et que le nombre de BMR ne semblait pas être alarmant. Depuis quelques années des structures ont été mises en place (CLIN, service d'hygiène) pour essayer de limiter la propagation des BMR. 1. QU'EST-CE QUE LA MULTIRESISTANCE? La définition de la multirésistance n'est pas univoque et il est difficile de trouver des critères précis de multirésistance. Les BMR sont des bactéries qui ne sont sensibles qu'à un petit nombre de familles ou de sous familles d'antibiotiques, ce petit nombre variant de 0 à 3 [3]. Les BMR sont surtout retrouvées à l'hôpital. Elles peuvent être des bactéries commensales de l'homme comme Staphylococcus aureus et les entérobactéries, mais on voit aussi apparaître de plus en plus de germes saprophytes de l'environnement (P. aeruginosa, Acinetobacter baumanii, Stenotrophomonas maltophila..). 2. SITUATION ACTUELLE EN FRANCE De nombreuses enquêtes montrent que le nombre de BMR isolées dans les hôpitaux français est très élevé et est nettement supérieur à celui retrouvé dans d'autres hôpitaux européens [3]. Les résultats d'une étude menée par Allouch et coll. [4], en septembre 1996 dans 101 hôpitaux généraux, concernant les germes isolés en situation pathogène, sont présentés dans les tableaux I, II et III. Dans le tableau IV, les résultats présentés, sont classés en fonction des germes et de la nature nosocomiale ou non de l'infection. On note que les infections à S. aureus (tableau I) sont dues dans 42,5 % des cas à des S. aureus résistants à la méticilline (SAMR). Dans plus de 10 % des cas les infections causées par P. aeruginosa sont dues à une souche de P. aeruginosa résistante à la ceftazidime et/ou à l'imipénème (tableau II). Cette étude montre également que parmi les entérobactéries résistantes aux céphalosporines de 3 ème génération (C3G), par production de BLSE (Bêta-Lactamase à Spectre Elargi) hyperproduction de céphalosporinase, 5 espèces sont représentées : Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli, Proteus mirabilis et Enterobacter (tableau III). Dans une étude faite à l'ap-hp en 1993, un quart des klebsielles isolées sont productrices de BLSE, 40 % des S. aureus isolés sont résistants à la méticilline [5]. 564

3 Infections nosocomiales Tableau I S. aureus résistants à la méticilline. Hémocultures Urines Ponctions Poumons Plus profond Total 30/107 93/164 11/26 71/144 50/ /600 (42,5 %) Tableau II P. aeruginosa intermédiaires et résistants à la ceftazidime et/ou à l imipénème. Hémocultures Urines Ponctions Poumons Plus profond Total R Ceftazidime 3/12 33/195 1/5 32/145 4/44 73/401 (18,2 %) R Imipénème 0/12 22/195 0/5 25/145 3/44 50/401 (12,5 %) Espèces E. coli P. mirabilis K. pneumoniae E. cloacae E. aerogenes Total Tableau III Entérobactéries résistantes aux céphalosporines de troisième génération. Hémocultures Urines Ponctions Poumons Plus profond 4/191 17/2554 2/26 0/46 2/129 2/25 3/22 3/18 5/8 17/264 (6,43 %) 7/303 0/4 1/1 0/1 26/2863 (0,9 %) 0/1 0/4 0/1 0/1 2/33 (6 %) 1/19 1/17 1/11 5/8 8/101 (7,92 %) 0/25 1/13 4/18 0/2 7/187 (3,74 %) Total 25/2946 (0,85 %) 11/373 (2,9%) 5/100 (5 %) 9/49 (18,4 %) 10/20 (50 %) Tableau IV Classement des infections en fonction du type de BMR et du caractère nosocomial ou non de l infection. Entérobactéries résistantes aux C 3 G S. aureus P. aeruginosa ceftazidime R P. aeruginosa imipénème R Nosocomiale 84/899 (9,34 %) 151/256 (59 %) 45/222 (20,2 %) 32/222 (14,4 %) Non nosocomiale 17/1936 (0,88 %) 13/188 (6,5 %) 12/76 (15,8 %) 10/76 (13,2 %) 565

4 MAPAR PSEUDOMONAS AERUGINOSA DEFINITION P. aeruginosa est un germe saprophyte de l'environnement, fréquemment rencontré dans les infections nosocomiales. Cette bactérie est naturellement très résistante aux antibiotiques et a acquis de nombreux mécanismes de résistance lui permettant d échapper aux molécules jusqu'à présent très actives (ticarcilline, pipéracilline, ceftazidime, imipénème et aminosides) FREQUENCE La fréquence d'isolement de P. aeruginosa varie d'un établissement à l'autre. Dans l'enquête réalisée par le C-CLIN Paris-Nord, les P.aeruginosa résistants à la ticarcilline représentent 30 % des P. aeruginosa isolés [6], dans l'enquête menée dans les hôpitaux généraux les P. aeruginosa résistants à la ceftazidime et à l'imipénème représentent respectivement 18 % et 12,5 % des P. aeruginosa isolés d'infections [4]. La résistance à la ticarcilline est souvent liée à la résistance à d'autres antipyocyaniques majeurs, comme cela à été démontré dans le travail d'allouch et col. la majorité des souches de P. aeruginosa résistantes à la ticarcilline sont résistantes à d'autres bêta-lactamines : 53 % des souches résistants à la ticarcilline sont résistantes à la céftazidime [7] STAPHYLOCOCCUS AUREUS DEFINITION S. aureus est un germe commensal de la peau et des muqueuses de l'homme. Cette bactérie a très rapidement montré sa capacité à acquérir des résistances, puisqu elle fut une des premières bactéries a acquérir une pénicillinase. Puis dès les années 60, elle a acquis une nouvelle PLP (PLP2a) lui permettant d'échapper à l'action des bêta-lactamines. Cette résistance à la méticilline est le plus souvent accompagnée d autres marqueurs de résistance comme la résistance aux aminosides, aux fluoroquinolones, à l'erythromycine et la clindamycine. Actuellement les SAMR restent sensibles aux glycopeptides (vancomycine et teicoplanine). Le plus souvent les SAMR sont aussi sensibles à au moins un des antibiotiques suivants : acide fusidique, fosfomycine et rifampicine FREQUENCE L'isolement de souches de SAMR varie selon les services et les hôpitaux. Ils représentent entre 30 à 50 % des S. Aureus isolés [3]. Ce taux est à peu près identique qu'il s'agisse d'hôpitaux généraux [4] ou d'hôpitaux de l'ap-hp [5, 6] KLEBSIELLA PNEUMONIAE DEFINITION K. pneumoniae est une entérobactérie commensale du tube digestif de l'homme et a été la première bactérie chez laquelle a été isolée une pénicillinase capable d'hydrolyser les C3G, à la fin des années 80 [8]. En fait il existe plusieurs pénicillines capables d'hydrolyser les C3G (actuellement une trentaine sont 566

5 Infections nosocomiales répertoriées), qui sont regroupées sous le nom de bêta-lactamases à spectre élargi ou étendu (BLSE). Ces BLSE sont transmises d'une bactérie à l'autre par des plasmides ou des transposons et sont maintenant retrouvées chez d'autres espèces d'entérobactéries comme E. coli, P. mirabilis, E. aerogenes... Cette résistance est le plus souvent partagée avec l'amikacine, mais aussi les fluoroquinolones FREQUENCE Depuis la description en 1985 des première K. pneumoniae productrices de BLSE, le nombre n'a cessé d'augmenté. Le nombre de K. pneumoniae productrices de BLSE isolées a été multiplié par 30 fois dans les hôpitaux français, entre 1985 et 1991 [5]. L'isolement des K. Pneumoniae sécrétrices de BLSE varie beaucoup d'un service à l'autre, la fréquence d'isolement étant plus élevée dans les CHU, essentiellement dans les services de soins intensifs et longs séjours [3] Dans certains hôpitaux le nombre d'isolement de K. pneumoniae avec BLSE peut atteindre 40 % des K. pneumoniae isolées [6]. Ce pourcentage est beaucoup plus faible (5 %) dans les hôpitaux généraux [4] ACINETOBACTER BAUMANII DEFINITION A. baumanii est un germe saprophyte, répandu dans la nature, capable de survivre sur des surfaces et colonisant la peau des sujets sains. C est la bactérie aérobie stricte la plus souvent isolée dans les infections nosocomiales après P. aeruginosa FREQUENCE Le plus souvent Acinetobacter est responsable d'épidémies d'infections nosocomiales dans les services de soins intensifs [9]. Le taux d'acinetobacter responsable d'infections nosocomiales est de 4 % à l'ap-hp [6] ENTEROCOQUES DEFINITION Le genre Enterococcus comprend plus de 15 espèces. Les espèces les plus fréquemment rencontrées en pathologie humaine sont E. faecium et E. fecalis. Ces bactéries commensales du tube digestif ont toujours été considérées comme naturellement assez résistantes. Elles sont généralement sensibles aux amino et uréidopénicillines, aux glycopeptides, mais sont naturellement résistantes aux céphalosporines. Les entérocoques peuvent devenir résistants aux glycopeptides et plus particulièrement à la vancomycine FREQUENCE La situation semble beaucoup moins préoccupante en France qu'aux Etats-Unis. Une enquête menée par A. Boisivon sur le portage d'entérocoques résistants à la vancomycine montre une incidence de 1,9 % [10], alors qu'aux Etats-Unis l'incidence dépasse 10 % [11]. 567

6 MAPAR STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE DEFINITION Bien que beaucoup plus souvent responsable d'infections communautaires que d'infections nosocomiales, le pneumocoque est une BMR. En effet depuis la fin des années 60 où a été décrit le premier pneumocoque de sensibilité diminuée à la pénicilline, on a isolé de plus en plus souvent des pneumocoques dont le niveau de résistance aux bêta-lactamines ne cesse de croître. Cette résistance est fréquemment associée à une résistance au cotrimoxazole et aux macrolides. 3. CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BMR 3.1. ROLE DU MICROBIOLOGISTE Le microbiologiste intervient à plusieurs niveaux, tout d'abord, c'est lui qui isole et identifie les BMR chez les patients infectés BACTERIOVIGILANCE La collaboration entre microbiologiste et hygiéniste de même que l'informatisation des laboratoires, permet rapidement de savoir, lorsque l'on isole une BMR, s'il s'agit d'un cas isolé ou si une BMR de la même espèce a été identifiée récemment dans le service ou dans l'hôpital EST-CE LA MEME SOUCHE? Le fait d'isoler 2 souches d'une même espèce dans un même service ne peut suffir à affirmer que ces souches sont identiques (d'un point de vue génotypique) Identification La comparaison des BMR isolées se fera tout d'abord sur l'identification biochimique de l'espèce. Bien qu'utile, la comparaison du profil biochimique de 2 bactéries est souvent insuffisante pour affirmer qu'il s'agit bien d'un même clone bactérien Antibiotypes La comparaison de 2 antibiogrammes peut-être décevante pour les BMR. En effet souvent il ne reste que 2 ou 3 antibiotiques actifs et le phénotype de résistance d'une BMR n'est pas toujours très informatif, mais reste cependant un des premiers critères retenus pour suspecter une épidémie Le sérotypage Pour certaines espèces comme P. aeruginosa nous disposons de sérums permettant de sérotyper des bactéries. L'isolement de bactéries ayant le même sérotype est plus informatif sur la suspicion d'une épidémie que la seule identification biochimique. Cette technique n'existe pas pour toutes les bactéries Analyse génotypique Ces méthodes développées depuis la fin des années 80, permettent d'avoir l'empreinte génétique des bactéries et donc de comparer très précisément des bactéries de la même espèce. Les techniques les plus utilisées sont : 568

7 Infections nosocomiales - le ribotypage (permet de comparer l'arn ribosomial des bactéries) - l'ap PCR - l'électrophorèse en champs pulsés (comme l'ap PCR cette technique permet de comparer l'adn des bactéries) AVERTIR LE CLINICIEN Le rôle du microbiologiste est bien sûr d'avertir le plus vite possible le service clinique afin que des mesures de lutte contre les BMR puissent être prises S'AGIT-IL D'UNE EPIDEMIE? DEFINITION «Une épidémie est une augmentation anormale de la fréquence d'une maladie au-delà de ce qui est attendu». Lorsqu'une BMR est isolée d'un prélèvement d'un patient, il est nécessaire d'identifier tous les patients du même service infectés ou colonisés par cette BMR ENRAYER L'EPIDEMIE ISOLEMENT L'isolement géographique des malades porteurs de BMR, doit être réalisé soit en chambre individuelle, quand cela est possible, sinon, par regroupement dans un même secteur des malades porteurs des mêmes BMR [12]. L'isolement technique vise à diminuer tous les risques de transmission manuportée des BMR (lavage des mains, port de gant, port de surblouse, élimination des déchets,...). Elle concerne tous les intervenants auprès du malade : personnel et visiteurs [12]. Ces mesures d'isolement géographique et technique doivent permettre de diminuer la transmission croisée de BMR entre les malades et les phénomènes d'auto-infection chez un malade colonisé par une BMR [12]. A ces mesures d'isolement du malade peuvent être ajoutées des mesures de décontamination des patients. Il s'agit d'utiliser des antibiotiques ou antiseptiques à usage local afin de diminuer les réservoirs de BMR. L'efficacité de ces mesures est parfois difficile à évaluer, car elle s'inscrit dans une politique de lutte contre les BMR (isolement géographique des malades,...). Plusieurs études ont été menées pour évaluer l'intérêt de l'utilisation de la mupirocine pour diminuer le portage nasale des S. aureus, afin de diminuer les infections à SAMR [13]. Cette mesure apparaît comme une mesure d'appoint dont le rôle est difficile à préciser particulièrement lors d'épidémies [13, 14]. L'utilisation en prophylaxie, parait être d'une plus grande efficacité [13]. De même l'utilisation d'antibiotiques ayant un tropisme digestif peut-être intéressante pour décontaminer les patients porteurs d'entérobactéries multi-résistantes [15]. La décontamination doit être faite, si possible, avec des produits non utilisés en traitement curatif, afin d'éviter l'émergence de mutants résistants. 569

8 MAPAR PORTAGE Après isolement d'une BMR chez un malade, Il est nécessaire de faire régulièrement une recherche de portage de BMR, chez les autres patients du même service. Ces mesures sont à prendre bien sûr lors d'épidémies dans un service quelle que soit sa spécificité et en dehors d'épidémies et dans les services «à risques» comme les services de soins intensifs, les patients colonisés ayant un plus grand risque de s'infecter [8, 12, 16, 17] QUELS SITES PRELEVES? Chez les malades du service Les sites à prélever dépendent du germe et de son habitat. - SAMR : prélever les narines et les plaies. - Entérobactéries sécrétrices de BLSE : écouvillonage rectal. - Acinetobacter et bacille pyocyanique : prélèvements pulmonaires (trachée...), aine et urines Environnement Les recherches dans l'environnement sont particulièrement intéressantes lors d'épidémies à Acinetobacter et à P. aeruginosa Chez le personnel Les prélèvements chez le personnel soignant sont recommandés si l'isolement du malade a échoué et que l'épidémie persiste. 4. COMMENT TRAITER UNE BMR? 4.1. BASES MICROBIOLOGIQUES DE L'ANTIBIOTHERAPIE. PLACE DES NOUVELLES MOLECULES ANTIBIOTIQUES. L'antibiothérapie utilisée pour le traitement d'une BMR doit reposer sur les données de l'antibiogramme LES ANTISTAPHYLOCOCCIQUES Les glycopeptides Dans le traitement des infections à SAMR, le traitement de choix reste un glycopeptide (vancomycine ou teicoplanine). Il n'existe pas de différence majeure en terme de CMI entre ces 2 molécules sur les S. aureus. Le choix entre l'une ou l'autre des molécules se fera plus sur des critères de facilité d'utilisation, de toxicité et de coût Autres antistaphylococciques D'autres molécules telles que : acide fusidique, fosfomycine, rifampicine ont une activité antistaphyloccoccique et peuvent être utilisées en association avec un glycopeptide. En aucun cas ces molécules ne doivent être utilisées seules. D'autres associations semblent être intéressantes telles que cefpirome + vancomycine, une étude «in vitro» a montré que le cefpirome augmente significativement la vitesse de bactéricidie [18]. 570

9 Infections nosocomiales Les synergistines injectables Bien que non commercialisé actuellement, le Synercid pourra offrir une alternative aux glycopeptides dans le traitement des infections graves à SAMR. Toutefois son activité bactéricide est diminuée lorsqu'il s'agit d'une souche de SAMR résistante à l'érythromycine et la lincomicine (résistance de type MLSb) [19] LES BETA-LACTAMINES Les Pénèmes Ces molécules (imipénème et méropénème) restent le traitement de choix des entérobactéries productrices de BLSE, et/ou de céphalosporinases déréprimées et des Acinetobacter. Elles peuvent être utilisées pour le traitement des infections à P. aeruginosa à condition que celui ci soit sensible Les nouvelles céphalosporines (céfepime et cefpirome) Ces nouvelles molécules offrent l'avantage par rapport aux anciennes C3G, d'un spectre étendu aux Gram positif (Staphylocoques sensible à la méticilline, Streptocoques). Elles offrent une activité intéressante sur des espèces sécrétrices de céphalosporinases comme E. cloacae et S. marcescens. L'activité sur P. aeruginosa est modérée, surtout s'il s'agit de souches résistantes à la ticarcilline [7]. Par contre «in vitro» le céfépime sélectionne moins de mutants résistants [20]. CONCLUSION La lutte contre les BMR doit être une lutte quotidienne. Si on compare les données françaises à celles des autres pays européens, on constate que le nombre de BMR isolées est nettement supérieur à celui d'autres pays. En 1990, une étude européenne à permis de comparer le pourcentage d isolement de SAMR dans différents pays. En France, en Italie et en Espagne le pourcentage d'isolement des SAMR dépassaient les 30 %, alors que dans les autres pays, il était inférieur à 2 % : Danemark (0,1 %), Suède (0,3 %), Hollande (1,5 %), Suisse (1,8 %) [3]. En ce qui concerne les K. pneumoniae, la situation en France est aussi plus préoccupante que dans les autres pays européens [3]. L isolement de plus en plus fréquent des BMR, n est pas une fatalité et la diminution de l incidence et de la prévalence doivent passer par des mesures d hygiène et une meilleure utilisation des antibiotiques en pratique quotidienne (voir : Les recommandations de L'ANDEM «Le bon usage des antibiotiques à l'hôpital»). 571

10 MAPAR 1997 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Chaix C, Durand-Zaleki I, Brun-Buisson C. Impact économique des infections nosocomiales : le cas de la multirésistance. In : XVè Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation [2] Saulnier F, Grandbastien B, Poisson C, Renault C, Idzik M, Delbecq C, Di Pompeo Ch, Hubert H, Erb M, Martin C, Durocher A. Conséquence de la multirésistance bactérienne en réanimation sur la durée de séjour et la charge de soins. In: XVè Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation [3] Andremont A. Définition de la multirésistance bactérienne, prévalence et incidence des bactéries multirésistantes en réanimation. Impact écologique. In: XV Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation [4] Allouch PY et le Collège de Bactériologie, Virologie, Hygiène de hôpitaux généraux. 1996, observatoire des résistances dans 101 hôpitaux généraux, données personnelles [5] Jarlier V. «Fréquence de la multirésistance chez Klebsiella pneumoniae et Staphylococcus aureus en milieu hospitalier» : état des lieux en France. In bactéries multirésistantes. Option hôpital. p Laboratoires Roussel éditeur 1994 [6] Regnier B. Les bactéries multirésistantes aux antibiotiques en réanimation : contexte épidémiologique et stratégies de maîtrise. Pathol biol 1996;44:9-19 [7] Allouch PY, Simon B, Pangon B, Pina P, Godard T, Ghnassia JC. Sensibilité aux antibiotiques de 410 souches de Pseudomonas aeruginosa résistants à la ticarcilline. 15è RICAI, Paris 1995 [8] Sirot D, Sirot J, Labia R, Morand A, Courvalin P, Darfeuille-Michaud A. Transferable resistance to third generation cephalosporins in clinical isolates of klebsiella pneumoniae: identification of CTX-1, a novel bêta-lactamase. J Antimicrob chemother 1987;20: [9] Lortholary O, Fagon JY, Hoi AB, Slama MA, Pierre J, Giral P, Rosenweig R, Gutmann L, Safar M, Acar J. Nosocomial acquisition of multiresistant Acinetobacter baumanii: Risk factors and prognosis. Clin infect dis 1995;20:790-6 [10] Boisivon A, Chambreuil G, Cheron M, Demachy MC et coll. Colonization by Vancomycin-resistant enterococci, incidence in intensive care unit from 14 french general hospitals. 16è RICAI, Paris décembre 1996 [11] Edmond MB, Ober JF, Weinbaum DL, Pfaller MA, Hwang T, Sanford MD, Wenzel RP. Vancomycin-Resistant Enterococcus faecium bacteremia: Risk factors for infection. Clin infect dis 1995;20: [12] Leclercq B. Mesures d'isolement géographique et technique chez les malades porteurs de bactéries multi-résistantes aux antibiotiques en réanimation. In: XVè Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation [13] Brun-Buisson C. Chimiodécontamination des réservoirs de bactéries multi-résistantes chez les malades et le personnel soignant. In: XVè Conférence de consensus en réanimation médicale et en médecine d'urgence. Prévention des infections à bactéries multirésistantes en réanimation

11 Infections nosocomiales [14] Sanford MD, Widmer AF, Bale MJ, Jones RN, Wenzel RP. Efficient detection and long-terme persistence of the carriage of methicilline-resistant Staphylococcus aureus. Clin Infect Dis 1994;19: [15] Brun-Buisson C, Legrand P, Rauss A, Richard C, Montravers P, Besbes M, Meakins JL, Soussy CJ, Lemaire F. Intestinal decontamination for control of nosocomial multiresistant Gram-Negative bacilli. Ann Intern Med 1989;110: [16] Pujol M, Pena C, Pallares R, Ariza J, Ayats J, Dominguez MA, Gudiol F. Nosocomial Staphylococcus aureus bacteremia among nasal carriers of methicillin-resistant and methicillin-suceptible strains. Am J Med 1996;100: [17] Lucet JC, Chevret S, Decré D, Vanjak D, Macrez A, Bédos JP, Wolff M, Regnier B. Outbreak of multiply resistant enterobacteriacae in an intensive care unit: Epidemiology and risk factors for acquisition. Clin Infect Dis 1996;22:430-6 [18] Bergeret M, Vedel G, Raymond J. Activité bactéricide in vitro de l'association du cefpirome et de la vancomycine vis à vis de souches de Staphylococcus sensibles et résistants à la méticilline. International symposium on Staphylococci and Staphylococcal infection. Aix les Bains. Juin 1996 [19] Vouillamoz J, Entenza JM, Glauser MP, Moreillon P. Synercid (Quinupristin/dalfopristin) treatement of experimental endocarditis due to Erythromycin- Susceptible (ERY-S) and constitutively resistant (ERY-R) Methicillin susceptible Staphylococcus aureus. 36 th ICAAC. New Orleans, Louisiana, sept [20] Chaplain CS, Pina P, Pangon BH, Couzon B, Allouch PY. Comparison of the bactericidal effect of ceftazidime and cefepime and of the selection of mutants of Pseudomonas aeruginosa. 35 th ICAAC. San Francisco

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON Colonisation naturelle 20 % colonisés permanents 1 souche principalement SASM Seulement 3.5 % SARM 60% de colonisés

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE

DOCUMENTATION TECHNIQUE DOCUMENTATION TECHNIQUE ETUDE DE LA SENSIBILITE AUX ANTIMICROBIENS Lycée des métiers du tertiaire, de la santé et du social - Louise Michel - Grenoble ANTIBIOGRAMME EN MILIEU GELOSE COMITE DE L ANTIBIOGRAMME

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE 1 ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE Membres (2012 2013) MADEC Jean-Yves Coordonnateur, Anses Lyon DECOUSSER Jean-Winoc CHU Antoine Béclère

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe)

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Collection Documents Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

: Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en. réanimation (adulte et pédiatrique)

: Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en. réanimation (adulte et pédiatrique) Anesth Reanim. 2015; //: /// en ligne sur / on line on www.em-consulte.com/revue/anrea www.sciencedirect.com Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en réanimation (adulte

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

Bulletin N 47 AU SOMMAIRE BLOC-NOTES ERRATUM. Octobre 2008 - Trimestriel. Bloc-Notes. Erratum. Annuaire web du CCLIN Ouest.

Bulletin N 47 AU SOMMAIRE BLOC-NOTES ERRATUM. Octobre 2008 - Trimestriel. Bloc-Notes. Erratum. Annuaire web du CCLIN Ouest. Bulletin N 47 Octobre 2008 - Trimestriel AU SOMMAIRE Bloc-Notes p. 1 Erratum p. 1 C.CLIN Ouest BLOC-NOTES Nouveautés du site http://www.cclinouest.com - Les résultats de la surveillance des Bactéries Muti-Résistantes

Plus en détail

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE COMITE DE L ANTIBIOGAMME DE LA SOCIETE FANCAISE DE MICOBIOLOGIE Communiqué 2003 (Edition de Janvier 2003) Coordonnateur : Pr C.J. SOUSSY Centre Hospitalier Universitaire Henri Mondor 94010 Créteil Cedex

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2013 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR BOYER CHAMMARD Timothée Antoine Philippe Né le 4 avril 1983 à Paris 15 ème Présentée

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques»

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Rapport d expertise Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Diffusé en novembre 2013 S o m m a i r e Abréviations I- OBJECTIF DE CE TRAVAIL II-ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES REFERENTIELS

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE Sandrine HENARD BLSE : définition Β-lactamase le plus souvent d origine plasmidique Hydrolyse les pénicillines, céphalosporines et aztréonam,

Plus en détail

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE COMITE DE L ANTIBIOGAMME DE LA SOCIETE FANCAISE DE MICOBIOLOGIE ecommandations 2012 (Edition de Janvier 2012) Coordonnateur : Pr C.J. SOUSSY Centre Hospitalier Universitaire Henri Mondor 94010 Créteil

Plus en détail

La découverte et l utilisation

La découverte et l utilisation GRAND ANGLE TC 151 Antibiorésistance et conséquences en santé au travail pour les soignants en résumé AUTEURS : R. Vincent, C. Le Bâcle, département Études et assistance médicales, INRS Le développement

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS 2001-2002 NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

Les opinions et les recommandations de ce document reflètent le consensus de ces professionnels.

Les opinions et les recommandations de ce document reflètent le consensus de ces professionnels. Les personnes suivantes ont collaboré à ce projet: Dr Catherine Bourrit, médecin répondant, Val-Fleuri (MEPAG s) Mme Maguy Chefnay, infirmière responsable de l hygiène, Maison de Vessy Dr Corneliu Feroiu,

Plus en détail

L antibiorésistance chez l homme et l animal

L antibiorésistance chez l homme et l animal MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT L antibiorésistance chez l homme et l animal Mercredi 12 novembre 2014

Plus en détail

Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales

Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales Hygiène personnelle du collaborateur de bloc opératoire et infections nosocomiales Frank Van Laer Infirmier-hygiéniste hospitalier Hôpital Universitaire d Anvers La peau comme source de bactéries Diffusion

Plus en détail

Comment devenir référent? Comment le rester?

Comment devenir référent? Comment le rester? Comment devenir référent? Comment le rester? Patrick CHOUTET Service des Maladies infectieuses CHU Bretonneau Tours RICAI décembre 2005 Quels enjeux? autres que le pouvoir Total Outpatient antibiotic use

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES LORS DE SITUATIONS EPIDEMIQUES ou lors de la découverte d un germe à caractère particulier

GUIDE DE BONNES PRATIQUES LORS DE SITUATIONS EPIDEMIQUES ou lors de la découverte d un germe à caractère particulier GUIDE DE BONNES PRATIQUES LORS DE SITUATIONS EPIDEMIQUES ou lors de la découverte d un germe à caractère particulier EDITION 1- MAI 2010 L..BARBIER infirmière hygiéniste Centre hospitalier de l agglomération

Plus en détail

Rapport d activité 2002

Rapport d activité 2002 . Laboratoire de Microbiologie Hôpital Européen Georges Pompidou 20-0 rue Leblanc 75 908 Paris Cedex 5 0 56 09 39 67 Centre National de Référence des Pneumocoques.......... Rapport d activité 2002 Epidémiologie

Plus en détail

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose Détermination de la sensibilité aux antibiotiques Méthode EUCAST de diffusion en gélose Version Sommaire Page Modifications des documents Abréviations et terminologie 1 Introduction 4 2 Préparation des

Plus en détail

SOMMAIRE 3. CONCENTRATIONS CRITIQUES PK/PD NON RELIEES A UNE ESPECE 23

SOMMAIRE 3. CONCENTRATIONS CRITIQUES PK/PD NON RELIEES A UNE ESPECE 23 SOMMAIE 1. DETEMINATION DE LA SENSIBILITE AUX ANTIBIOTIQUES 3 1. 1. Préparation des milieux utiles aux méthodes CA-SFM / EUCAST pour la diffusion en milieu gélosé et la détermination des CMI par microdilution

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires

Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires Actualités du CCLIN EST et de ses 5 antennes régionales Décembre 2013 Nouvel audit du grephh : evaluation des précautions complémentaires Dans le prolongement de l audit précautions standard, le Groupe

Plus en détail

Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007

Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007 Maladies infectieuses Prévalence du portage digestif des entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) dans les établissements de santé de la région Lorraine, juin 2007 MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE,

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Catherine Plüss-Suard

Catherine Plüss-Suard UNIVERSITÉ DE GENÈVE Section des Sciences Pharmaceutiques FACULTÉ DES SCIENCES Professeur André Pannatier UNIVERSITÉ DE LAUSANNE FACULTÉ DE BIOLOGIE ET DE MÉDECINE Service de Médecine Préventive Hospitalière

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé GUIDE DE PRÉVENTION de la pneumonie associée aux soins de santé Division des lignes directrices professionnelles et des pratiques de santé publique Centre de la lutte contre les maladies transmissibles

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Hygiène et gestion du risque infectieux en EHPAD

Hygiène et gestion du risque infectieux en EHPAD Hygiène et gestion du risque infectieux en EHPAD Un Enjeu majeur de la prévention de l émergence des BMR C A P A C I T E DE G E R I A T R I E D O C T E U R S T É P H A N E G E R A R D 2 0 / 0 3 / 2 0 1

Plus en détail

Bulletin d information du CCLIN Sud-Est L origine endogène d une infection n exonère pas l hôpital de sa responsabilité

Bulletin d information du CCLIN Sud-Est L origine endogène d une infection n exonère pas l hôpital de sa responsabilité Bulletin d information du CCLIN Sud-Est L origine endogène d une infection n exonère pas l hôpital de sa responsabilité Yves CLAPOT Avocat, cabinet CLAPOT-LETTAT, Lyon Tribunal administratif de Paris,

Plus en détail

Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux

Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux Etablissements d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes, Foyers d Accueil Médicalisés et Maisons d Accueil Spécialisées, Instituts Médico-Educatifs

Plus en détail

Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire

Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire PRÉVENIR Précautions standard Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire DGS/DH - n 98/249 du 20 avril 1998 relative à la prévention de la transmission d agents infectieux véhiculés par

Plus en détail

PRIORITÉ RÉGIONALE 2015

PRIORITÉ RÉGIONALE 2015 PRIORITÉ RÉGIONALE 2015 Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticilline SURVEILLANCE DES BACTÉRIÉMIES PRÉVALENCE DES INFECTIONS ÉTUDE DES FACTEURS DE RISQUE DU PORTAGE PROTOCOLE des ENQUÊTES VERSION 5

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH CLIN Paris -Nord Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais Docteur Karine BLANCKAERT, Coordonnateur Antenne Régionale Nord-Pas-de-Calais du CCLIN Paris Nord SOMMAIRE

Plus en détail

L audit en bactériologie clinique : du concept à la réalisation

L audit en bactériologie clinique : du concept à la réalisation L audit en bactériologie clinique : du concept à la réalisation Jean-Paul Klein a, *, Pierre-Olivier Bazin b RÉSUMÉ L audit est un outil de progrès et d aide à la décision au service de l entreprise et

Plus en détail

Epidémiologie des staphylocoques multirésistants aux antibiotiques chez les chats, les chiens et les personnes

Epidémiologie des staphylocoques multirésistants aux antibiotiques chez les chats, les chiens et les personnes Epidémiologie des staphylocoques multirésistants aux antibiotiques chez les chats, les chiens et les personnes - Revue de littérature et étude Suisse Paola Decristophoris Istituto cantonale di microbiologia,

Plus en détail

PSDP et usage des pénicillines - ESAC

PSDP et usage des pénicillines - ESAC Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de Nice ARS 29/11/12 1 Plans précédents 2001/2005 et 2007/2010 «Menace de santé publique majeure»

Plus en détail

Les antibiotiques au Patrimoine Mondial

Les antibiotiques au Patrimoine Mondial Les antibiotiques au Patrimoine Mondial Pr Pierre Dellamonica CHU de Nice Journée Rhône Alpes Auvergne - Novembre 2011 1 1 Les constats 1. Les antibiotiques sont des «médicaments miracle» qui ont sauvé

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue E. Senneville Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital Gustave Dron 59200 Tourcoing CHRU de Lille Liens potentiels

Plus en détail

Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux

Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux Si vous êtes porteur de MRSA ce feuillet vous apportera des conseils pour votre vie de tous les jours. French 1 Qu est-ce que le MRSA? On trouve

Plus en détail

Le nettoyage des chambres en maison de retraite

Le nettoyage des chambres en maison de retraite Le nettoyage des chambres en maison de retraite Document stagiaire 1 P a g e I. Module I : Notions élémentaires de bionettoyage Les EHPAD sont des structures où les personnes âgées, souvent dépendantes,

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée 0 0Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC) dans les unités de soins intensifs des hôpitaux canadiens de soins de courte durée

Plus en détail

Les infections uro-génitales (non MST)

Les infections uro-génitales (non MST) Urogenital infections in women : can probiotics help? 1 Les infections uro-génitales (non MST) A savoir : - Vaginoses bactériennes - Cystites à répétition - Vaginites à levures : candidoses vaginales à

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

SPILF 2014. Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

SPILF 2014. Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE SPILF 2014 Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - cystite aiguë simple - cystite à risque de complication - cystite récidivante -

Plus en détail

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris en m édec ine vétérina ire Christophe Renoult AVPO Hervé Morvan LDA22 Ploufragan 1 La production avicole française Filière chair : - Poulet, - Canard - Gibier Filière œuf de consommation : - Poulette -

Plus en détail

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Antibiothérapie empirique

Antibiothérapie empirique Antibiothérapie empirique Dr Rémy Demeester Service de Médecine Interne Maladies Infectieuses CHU de Charleroi 3 mars 2011 Les Jeudis de Fleurus Table des matières 1. Le diagnostic d une infection bactérienne

Plus en détail

Neutropénies fébriles

Neutropénies fébriles Neutropénies fébriles Dr Florence ADER SMIT Hôpital de la Croix-Rousse HCL Inserm 1111 Centre de Recherche en Infectiologie (CIRI) UCBL1 DUCIV LYON 2014-2015 florence.ader@chu-lyon.fr Neutropénie Grade

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Staphylococcus aureus de sensibilité diminuée aux glycopeptides (GISA)

Staphylococcus aureus de sensibilité diminuée aux glycopeptides (GISA) Staphylococcus aureus de sensibilité diminuée aux glycopeptides (GISA) Dans les hôpitaux en France, 2000-2001 RAISIN Réseau d alerte, d investigations et de surveillance des infections nosocomiales CClin

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Les s a n a ti t b i i b o i ti t q i ue u s

Les s a n a ti t b i i b o i ti t q i ue u s Les antibiotiques Définition d un antibiotique Substances capables d inhiber spécifiquement la la croissance de de micro-organismes ou ou de de les les détruire Substances chimiques, produites par par

Plus en détail