Neutropénies fébriles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Neutropénies fébriles"

Transcription

1 Neutropénies fébriles Dr Florence ADER SMIT Hôpital de la Croix-Rousse HCL Inserm 1111 Centre de Recherche en Infectiologie (CIRI) UCBL1 DUCIV LYON

2 Neutropénie Grade OMS PNN (G/L) G1: Fébrile T 39 C G2: C G3: h 38 C G4 < 0.5 Gravité < C 7j 21j

3 10 à 30% tumeurs solides vs 80% leucémies/allogreffe 2 épisodes : 3% tumeurs solides vs 15% leucémies/ allogreffe Mortalité globale 10% Allongement durée d H médiane : 6 à 7 jours Surcoût médico-économique Cullen et al. NEJM 2005 Akova et al. Clin Infect Dis 2005 Kuderer N, et al. Cancer Klastersky and Paesmans. Support Care Cancer 2007

4 Facteurs de risque Neutropénie: profondeur et durée Immunosuppresseurs: Cytotoxiques Anticorps monoclonaux Corticoïdes Immunosuppresseurs (allogreffe) GvHD (localisation digestive) Irradiation corporelle totale (TBI) Comorbidités Muqueuses : agents cytotoxiques: Mucite Irradiation (Rth) altération des flores saprophytes (microbiote) : digestive, cutanée Dispositifs invasifs : dispositifs veineux centraux (KTC)

5 Cas particulier des greffes allogeniques de CSH KT Neutropénie-Mucite- GVH aigue Déficit C GVH aigue & chronique Déficit mixte C et H GVH chronique HSV BKv, EBV CMV, HHV-6, Adénovirus VZV Candida Aspergillus, Fusarium, Mucor Pneumocystis Toxoplasmos e BGN, Legionella Strepto digestifs Staph Coag Neg Bact encaps (PNC) J postgreffe

6 KTC Mucite Flore digestive Flore BMR Hospitalière

7 ECIL Parution en 2013

8 Focus 1: Analyse du risque en 1 ère intention

9 Neutropénie fébrile Type de TT ATB probabiliste PO vs IV? Orientation du patient H vs Ambulatoire? Durée du TT ATB? Patients à FAIBLE RISQUE de complications infectieuses sévères Patients à HAUT RISQUE de complications infectieuses sévères

10 Stratification du risque Faible risque Hémocultures positives Complications médicales 70% 5% complications 1% décès Haut Risque USI/Réa Décès 30% 25% complications 14% décès Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

11 Stratification «consensuelle» du risque Bas risque (A2) Neutropénie < 7 jours, peu ou pas de comorbidités Haut risque (A2) Neutropénie attendue longue > 7 jours et profonde < 100 PNN Et/ou comorbidités significatives (hypota, altérat neuro, douleur abdo récente) Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

12 Score MASCC Multinational Association for Supportive Care in Cancer (MASCC) scoring system Sb 80% Sp 71% VPP 94% VPN 39% > 90 mmhg Klaterski J Clin Onc 18: (2000)

13 Score MASCC Multinational Association for Supportive Care in Cancer (MASCC) scoring system

14 Stratification «consensuelle» du risque Bas risque (A2) Neutropénie < 7 jours, peu ou pas de comorbidités Score MASCC 21 (B1) Haut risque (A2) Neutropénie attendue longue > 7 jours et profonde (< 100 PNN) Et/ou comorbidités significatives (hypota, altérat neuro, douleur abdo récente) Score MASCC < 20 (B1) Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

15 Clinique: infection SANS inflammation Foyer(s) infectieux - pulmonaire - ORL (sinus), cavité buccale - cutané (cathéter, périnée) - digestif - urinaire - neurologique Signes de gravité - Marbrures - Extrémités froides - Tb conscience - Signes de sepsis évolutif : TAs < mmhg Fq card > 120/min Fq respi > 20-30/min Oligurie

16 Focus 2: bilan requis

17 Bilan initial (A3) NFS Iono-Urée-Créat B Hp + bilirubinémie HCs quantitatives: VVP + KTC ou au moins 2 paires sur VVP Rx thorax si signes respiratoires Prélèvements microbiologiques orientés par la clinique On pourrait ajouter: CRP, glycémie, SaO 2 Si signes de gravité: GDS, lactates, LDH, TP/TCA, fbg, RAI Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

18 Ag sérique Galactomannnane coproculture + toxine C. difficile et examen parasitologique des selles si diarrhée, ECBC si toux productive, Prélèvement(s) cutanéo-muqueux si besoin (ATB, ATF)

19 Check list Examen clinique Maladie de fond, régime d ID, GVH Grade et durée de la neutropénie ATCDs, comorbidités Score MASCC Porte(s) d entrée Monitoring: - Ag Aspergillus, Candida - Bacterio Gorge, selles, U - PCR Colonisation: - Cartographie BMR - Index de colonisation fongique Matériel implantés : - Cathéter(s): KTC - Prothèse(s), orthèses(s) - SUD Prophylaxie(s) anti-infectieuse(s): - Décontamination digestive - Antivirale - Antifongique

20 Au final Neutropénie fébrile Diagnostic % patients D origine indéterminée Cliniquement documentée Microbiologiquement documentée Foyer = 0 Germe = 0 Foyer(s) + +/- Germe(s) Foyer = 0 Germe(s)

21 Focus 3: Orientation du patient

22 Stratification «consensuelle» du risque Bas risque (A2) Neutropénie < 7j, peu ou pas de comorbidités Score MASCC > 21 (B1) è Début TT en H puis PO et ambulatoire Ex: tumeur solide Haut risque (A2) Neutropénie attendue longue > 7j et profonde (< 100 PNN) Et/ou comorbidités significatives (hypota, altérat neuro, douleur abdo récente) Score MASCC < 21 è Prise en charge hospitalière complète Ex: LA, greffe Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

23 Focus 4: Stratégies thérapeutiques

24 Problématique 3D + 1 Gravité BMR Temps Pronostic Absence de prise en compte dans le score de MASCC de considérations microbiologiques PONDERATION

25 La neutropénie fébrile dans la vraie vie On ne sait pas ce que l on traite et le plus souvent on ne le saura jamais mais il faut traiter vite! Contraintes Examen clinique peu contributif Imagerie standard peu contributive Traitement essentiellement probabiliste Réévaluation indispensable sous Aggravation précoce = échec Amélioration même imparfaite = succès Prise en compte des résultats microbiologiques et paraclnq S. Alfandari 2011, Infectio-Lille.com

26 Le constat en 2013 Lien entre antibiothétrapie probabiliste initiale inappropriée et surmortalité: en cas de BMR, BLSE inclusivement, une combinaison initiale inadéquate impacte significativement et indépendamment le pronostic des patients d onco-hématologie Elting et al. Clin Infect Dis 1997 Ariffin et al. Int J Infect Dis 1999 Tumbarello et al. Antimicrob Agents Chemother 2006 Ortega et al. J Antimicrob Chemother 2009 Trecarichi et al. J Infect 2009 Martinez et al. Antimicrob Agents Chemother 2010 Trecharichi et al. Haematologica 2011 Emergence de: BGN multi-résistants: entérobactéries BLSE ou productrices de carabapénémases, BGN non fermentants B-Lacatmines en difficulté? Staphylocoques avec des CMI élevées à la Vancomycine Entérocoques résistant à la Vancomycine (ERV) Perte de vitesse des glycopeptides?

27 Questions? Question 1. Quels sont les paramètres clés du choix de l ATB empirique à l ère de l antibiorésistance? Question 2. Choisir une option : incrémentation ou décrémentation? Question 3. Attitude entre 24 et 72h? Sur une attitude initiale optimisée Sur une attitude initiale d escalade Question 4. Rationnel pour une bithérapie? Question 5. Optimisation thérapeutique des infections documentées à bactéries multi-résistantes? ECIL Haematologica 2013

28 Question 1 Epidémiologie locale Profils de résistance Colonisation du patient: - SARM - ERV/G - Entérobactéries BLSE ou productrices de carbapénémases - BGN non fermentants: Pseudomonas spp., Acinetobacter baumanii, Stenotrophomonas maltophila Facteurs d évolution compliquée: - Age avancé > 60 ans - Patient(e) hospitalisé(e) - Aplasie prolongée - Co-morbidités - Choc, hypot, instabilité hmdq - Infection localisée (pneumonie, enterite, infection KT) The physician s clinical judgement is pivotal in this evaluation Viscoli et al. Eur J Cancer 1994, Elting et al. Clin Infect Dis 1997, Klastersky et al. J Clin Oncol 2000, Gonzalez-Barca et al. Eur J Clin Microbiol Infect Dis 2009

29 Traitement empirique initial BII Escalade versus optimisé d emblée BII Escalade Optimisé Présentation clinique F de R individuel de BMR Centre de prise en charge avec BMR simple Non Non compliquée et/ou sévère Oui Oui Review of infection control is mandatory ECIL Haematologica 2013

30 Au total: stratégie adaptative dépendante du germe Considérer d emblée une combinaison empirique initiale tenant compte de certains germes si notion de colonisation préalable associée à une condition clinique instable (sepsis sévère) et/ou notion d HC positives: SARM ERG BGN BLSE KPC Vancomycine, Linezolide, Daptomycine (B3) Linezolide, Daptomycine (B3) Carbapénèmes (B3) Colimycine, Tigécycline (C3) Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

31 Focus 4: Stratégies thérapeutiques Patients à BAS risque stratifiés sur le score MASCC et pression micobiologique mineure

32 TT ORAL Patients «bas risque» Initiation hôpital Si OK, poursuite à domicile A1 Amox/Ac clavulanique + ciprofloxacine A1 Si prophylaxie FQ préalable Pas de FQ en probabiliste A3 Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

33 Exemple LYON CAI Hospitalisation Isolement protecteur recommandé* Amoxicilline + ac clavulanique + 24 heures de ciprofloxacine Evaluation à heures Patient non seul à domicile ou proche d un centre hospitalier? OUI NON Domicile Traitement hospitalier jusqu à apyrexie

34 Focus 4: Stratégies thérapeutiques Patients à HAUT risque et pression microbiologique significative

35 Stratégie initiale pour les neutropénies fébriles IDSA 2011/ECIL Freifeld et al. Clin Infect Dis 2011 Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C

36 ATB empirique initiale des neutropénies fébriles cliniquement non compliquée ECIL Cephalosporines anti-pseudomonas : cefepime*, ceftazidime* AI Piperacilline-tazobactam AI Autres options : Carbapenemes anti-pseudomonas** AI Ticarcilline-clavulanate, cefoperazone-sulbactam * Eviter si BLSE prévalentes ** AI pour l efficacité mais doivent être évitées chez les patients non compliqués sans facteurs de risque et/ou portage de BMR pour les réserver aux situations avec critères de gravité

37 Recommandations IDSA 2011 Monothérapie avec anti-pseudomonas A1 Cefepime France: Ceftazidime Carbapénème type Imipeneme ou Meropeneme Pipéracilline + Tazobactam Ajout autre(s) molécule(s) type A, FQ et/ou GP possible pour prise en charge initiale de: complications: hypotension, pneumonie de suspicion de BMR B3 Prise en compte possible de BMR si infection/colonisation préalable B3 SARM/ERG/BLSE/KPC Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

38 Pression microbiologique BMR 1 ère ligne entérobactéries et résistance enzymatique de haut niveau BGN BLSE Carbapenémase IDSA 2011 Freifeld et al. Clin Infect Dis 2011 Alignement groupe ECIL

39 Pression microbiologique BMR 1 ère ligne BGN non fermentants P. aeruginosa résistant β-lactamines Acinetobacter résistant β-lactamines S. maltophilia Groupe ECIL Hachem et al. Antimicrob Agents Chemother 2007 Falagas et al. J Antimicrob Chemother 2008 Peleg et al. Clin Microbiol Rev 2008

40 Pression microbiologique BMR Carbapenemes 1 ère ligne devraient être réservées pour Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C

41 Quand associer un aminoside? Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C

42 Anti-SARM? Pas de prescription empirique d un glycopeptide (ou autre anti-cg+) AI A discuter si Orientation clinique: peau et tissus mous KTC Instabilité hémodynamique Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011 Alignement groupe ECIL

43 Stratégie pour les neutropénies fébriles HAUT risque IDSA 2011/ECIL Freifeld et al. Clin Infect Dis 2011 Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C

44 Stratégie de révision impérative Review of infection control is mandatory IDSA 2011/ECIL Freifeld et al. Clin Infect Dis 2011 Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C 24-72h Documentation + : adaptation = desescalade/escalade, switch Documentation- : 3 situations

45 CAT si patient toujours fébrile à 48h le patient Antigénémie aspergillaire, TDM thoracique, +/- fibro bronchique/lba Imagerie abdominopelvienne, ETT (EI), doppler veineux (cathéter) Adaptation si documentation (A1) Discuter ajout probabiliste d un antistaphylocoque (A1) Discuter un traitement antifongique probabiliste (Amphotéricine B liposomale ou Caspofungine) (A3) Discuter ablation du cathéter

46 1 2

47 3

48 Fever 38.3 and Neutropenia < 0.5 G/L

49 Allergie Pénicillines 10% d allergies croisées Péni/Cephalosporines/Carbapénèmes On peut proposer: Azactam + Aminoside + Vancomycine Quinolone + Aminoside + Vancomycine IDSA allergie vraie (A2): - Clindamycine + Ciprofloxacine ou - Aztréonam + Vancomycine

50 Arrêt du traitement anti-infectieux Apyrexie > 48h + PNN > 0.5 G/L au moins (B2) PNN > 0.5 G/L au moins durée adaptée au tableau clinique et microbiologique (B3) à poursuivre plusieurs semaines au-delà de la récupération des PNN

51 2-4 days after empirical antibiotic therapy hemodynamic instability

52 Focus 5: Traitement probabiliste antifongique et neutropénie fébrile

53 Prise en charge des IFI Schéma interventionnel PROPHYLAXIE I PRÉEMPTIF EMPIRIQUE CURATIF PROPHYLAXIE II F de R F de R et Pas d infection et Pas de microbiologie et Colonisation multi-site et Pas de signes cliniques Fièvre résistante aux ATBs et Pas de microbiologie Infection clinique et Microbiologie positive Plus d infection et Microbiologie positive Neutropénie fébrile

54 ECIL

55 IDSA 2011 Propose options pour patients «haut risque» 1- TT probabiliste sur fièvre persistante > 4j 2- Expectative «armée» = Patient fébrile mais: - Clinique et Scan thorax/sinus NON évocateur IFI - Tests sanguins négatifs - Pas de colonisation aspergillaire ou Candida Patients «bas risque»: pas de TT probabiliste. Logique de documentation.

56 High-risk patients with prolonged fever > 4 days

57 Prophylaxie antifongique: recommandations UE/USA Induction de LAM Posaconazole (grade A1) IDSA + ECIL Alternative: Itraconazole (B1) IDSA Allogreffe Posaconazole (grade A1) IDSA + ECIL Fluconazole (A1) ECIL (jusqu à prise de greffe) Itraconazole (B1) ECIL Bas risque: rien Walsh CID 2008 Maertens BMT 2010 Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

58 Focus 6: Infection liée au cathéter (ILC)

59 IDSA 2011 ILC: Temps différentiel de pousse de 2h entre KTC et périph Ablation KTC systématiquement recommandé pour : 1. Staph aureus 2. Pseudomonas 3. Fungi + 14 jours TT ATB 4. Mycobactéria Staph coag Neg: maintien possible tant que ATB systémique ou verrou ILC compliquée malgré ablation (thrombophlébite, EI, localisation(s) profonde(s) ou bactériémie/fongémie > 72h post-ablation KTC = 4 à 6 sem de TT

60 Focus 7: Facteurs de croissance et neutropénie

61 Bennett et al. NEJM 2013

62 EORTC 2011 Patient assessment algorithm to decide primary prophylactic G-CSF usage Primary prophylaxis: start G-CSF in first cycle hours after end of the first chemotherapy and continue through all cycles Secondary prophylaxis: start G-CSF if a neutropenic event was observed in the previous cycle.

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

Infection des dispositifs intravasculaires

Infection des dispositifs intravasculaires Infection des dispositifs intravasculaires Diagnostic et prise en charge Dr Olivier Lesens Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Clermont-Ferrand Les questions Syndrome fébrile chez un patient ayant

Plus en détail

Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme

Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme Séminaire de perfectionnement sur l'infection nosocomiale 4 novembre 2011 Traitement des infections sur cathéter: spécificités selon le type de cathéter, la pathologie sous-jacente et le micro-organisme

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations Formalisées d Experts (RFE) organisées par la SFAR 17 décembre

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

INFECTIONS EN ONCOHÉMATOLOGIE: mes priorités 2015-2020??? François Blot, Réanimation

INFECTIONS EN ONCOHÉMATOLOGIE: mes priorités 2015-2020??? François Blot, Réanimation INFECTIONS EN ONCOHÉMATOLOGIE: mes priorités 2015-2020??? François Blot, Réanimation (en réanimation ) Constats l Un nouveau millénaire, une écologie en mutation, émergente et mondialisée l Des progrès

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

dès l initiation de l antibiothérapie?

dès l initiation de l antibiothérapie? V ème Journée Antibio-Résistance & Infections Paris Jeudi 3 décembre 2015 Optimiser l antibiotic stewardship: dès l initiation de l antibiothérapie? François Barbier Réanimation Médicale - Centre Hospitalier

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Infections sur cathéter

Infections sur cathéter Infections sur cathéter Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de Lyon Université Claude Bernard Lyon1,

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Traitement des péritonites secondaires. Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux

Traitement des péritonites secondaires. Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux Traitement des péritonites secondaires Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux Conflits d intérêt MSD Sanofi Aventis Classification Péritonites primaires

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

Challenges dans la prise en charge. des neutropénies fébriles (NF)

Challenges dans la prise en charge. des neutropénies fébriles (NF) Challenges dans la prise en charge des neutropénies fébriles (NF) JNI Lyon, 10 Juin 2009 Pr Catherine Cordonnier Service d Hématologie CHU Henri Mondor Challenges? ou Evolution des stratégies? Le diagnostic

Plus en détail

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants 2 ème Congrès National des Centres de référence des Infections Ostéo-articulaires Complexes Lille, 3-4 SEPTEMBRE 2015 Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique

Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique N. Frebourg Bactériologie - CHU Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique CHU_Hôpitaux de Rouen - page 1 Chambre implantable Principe CHU_Hôpitaux de Rouen - page 2 Contextes multiples

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 1- Epidémiologie 2 Question-Discussion Le risque infectieux lié

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges. Dr Evelyne Van Gastel

Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges. Dr Evelyne Van Gastel Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges Dr Evelyne Van Gastel Contenu 1. Normes en financement GGA 2. IDSA-SHEA Guidelines on Antimicrobial Stewardship 3. Analyse des rapports

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Infections fongiques. Traitement empirique, préemptif et probabiliste

Infections fongiques. Traitement empirique, préemptif et probabiliste Infections fongiques. Traitement empirique, préemptif et probabiliste J Poissy Pôle de Réanimation, CHRU Lille; UMR Inserm U995 Eq 2, Lille 2 Candidémie chez les patients de réanimation: le délai d introduction

Plus en détail

Recommandations Formalisées d Experts «Prise en charge des infections intraabdominales

Recommandations Formalisées d Experts «Prise en charge des infections intraabdominales Recommandations Formalisées d Experts «Prise en charge des infections intraabdominales» Rémy Gauzit (pour le groupe de travail) Unité de réanimation thoracique CHU Cochin - Paris V Comité des référentiels

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA TOXICITE MEDULLAIRE DE LA CHIMIOTHERAPIE

PRISE EN CHARGE DE LA TOXICITE MEDULLAIRE DE LA CHIMIOTHERAPIE PRISE EN CHARGE DE LA TOXICITE MEDULLAIRE DE LA CHIMIOTHERAPIE Yvan BEAUSSANT Service d hématologie CHU Besançon 28/01/2011 SOMMAIRE Hématopoïèse Cytopénies chimioinduites Toxicité de la chimiothérapie

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Infections intraabdominales à levures

Infections intraabdominales à levures Infections intraabdominales à levures Pr Hervé Dupont Pôle Anesthésie-Réanimation Groupe Hospitalier Nord, Amiens France Epidémiologie Place des levures aux USA dans les sepsis sévères Martin, N Engl J

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE Un peu d'histoire Infections du site opératoire = première complication de la chirurgie. 1961 : L'antibioprophylaxie permet la réduction des ISO Contribue à la réduction

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 novembre 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 20 janvier 1999 (J.O. du

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE à l échelon individuel François CARON Infectiologie Best-Of 2009 - page 1 Parmi les classes antibiotiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s)

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire

Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire Pr Louis BERNARD CHRU de Tours - Université F. Rabelais CRIOGO

Plus en détail

Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest

Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest Enquête de prévalence de l utilisation des anti-infectieux en 2013 dans les établissements de l Inter-région Ouest Dr Erika FONTAINE, Pharmacien hygiéniste Marion PERENNEC, Biostatisticienne Maryvonne

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry Antibiothérapie parentérale à domicile Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry 1 Une pratique de plus en plus fréquente Intérêt économique Impact de la T2A

Plus en détail

Risque fongique des patients immunodéprimés au retour à domicile

Risque fongique des patients immunodéprimés au retour à domicile Risque fongique des patients immunodéprimés au retour à domicile Collaboration des services hospitaliers d Hématologie Clinique et du laboratoire de Parasitologie-Mycologie CHU Besançon avec les médecins

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 er février 2006 TAZOCILLINE 2 g/250 mg, poudre pour solution pour perfusion flacon B/1 (CIP : 369 192-1) TAZOCILLINE 4 g/500 mg, poudre pour solution

Plus en détail

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC Infection urinaire du sujet âgé à BMR Barbara KULI Laurent BELLEC À Saint-Gilles les Bains, le 24/11/2012 Mme P. 82 ans ATCD: HTA, DID, arthrose genoux bilatérale, démence évoluée Mode de vie: vit chez

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Plan Définitions Epidémiologie Prévalence, incidence, terrain

Plus en détail

Traitement anti-infectieux ambulatoire

Traitement anti-infectieux ambulatoire Traitement anti-infectieux ambulatoire Prescription et suivi Dr Cédric Arvieux - CHU de Rennes - Université de Rennes 1 - unité SeRAIC Objectifs Savoir surveiller un traitement antibiotique ambulatoire

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA TOXICITE MEDULLAIRE DE LA CHIMIOTHERAPIE

PRISE EN CHARGE DE LA TOXICITE MEDULLAIRE DE LA CHIMIOTHERAPIE PRISE EN CHARGE DE LA TOXICITE MEDULLAIRE DE LA CHIMIOTHERAPIE Dr LE DÛD Katell 05/02/09 SOMMAIRE Hématopoïèse Principales drogues de chimiothérapie et mécanisme d action d sur la cellule Définition des

Plus en détail

Gestion des effets secondaires de la chimiothérapie. Les plus redoutés? Eric Assenat 12/05/2011. L alopécie. Les nausées Vomissements

Gestion des effets secondaires de la chimiothérapie. Les plus redoutés? Eric Assenat 12/05/2011. L alopécie. Les nausées Vomissements Gestion des effets secondaires de la chimiothérapie Les plus redoutés? Eric Assenat 12/05/2011 Les plus redoutés? L alopécie Les nausées Vomissements A votre avis? Les sétrons sont efficaces sur les vomissements

Plus en détail

Surveillance de la Prescription des Antibiotiques

Surveillance de la Prescription des Antibiotiques Surveillance de la Prescription des Antibiotiques Rémy Gauzit Yves Péan Jérôme Robert JP Bedos Emmanuelle Varon Jean Paul Stahl Alain Lepape Jean Pierre Bru Xavier Bertrand Serge Alfandari Au nom de tous

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Infections sur matériel d assistance circulatoire

Infections sur matériel d assistance circulatoire Symposium Novartis Pharma «De battre mon cœur s est infecté!» 14 JNI - 12 juin 2013 Clermont Ferrand Infections sur matériel d assistance circulatoire Dr Philippe GAUDARD DAR Arnaud de Villeneuve Pôle

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 142 - Juillet/Août 2014 SOMMAIRE 1) 1) Infection urinaire chez la personne âgée (PA) 1-1 Généralités 2) Quizz 1-2 Cystite aiguë à risque de complication 1-3 PNA à risque de complication

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand Risque infectieux en Transplantation rénale Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand IMMUNITE CELLULAIRE ET HUMORALE Ly T Helper Ly B Ac Ig G ou Ig M Lymphocytes T CD4 Poly Nu Ly CD8 cytotoxique

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Nausées et vomissements. Urgences en cancérologie. Physiopathologie. Physiopathologie. Traitement des nausées et vomissements 04/07/2011

Nausées et vomissements. Urgences en cancérologie. Physiopathologie. Physiopathologie. Traitement des nausées et vomissements 04/07/2011 Nausées et vomissements Urgences en cancérologie Gestion des effets secondaires de la chimiothérapie et des thérapies ciblées Facteurs de risque: Protocoles classés en très faiblement, faiblement, moyennement

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 23 (2004) 1020 1026 RÉFÉRENTIELS CONFÉRENCE D EXPERTS TEXTE COURT 2004 Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie

Plus en détail

Mycologie médicale. Intérêt et limites. Marie France Biava M.C.U. - P.H. C.H.U. - Nancy Service de Parasitologie et Mycologie

Mycologie médicale. Intérêt et limites. Marie France Biava M.C.U. - P.H. C.H.U. - Nancy Service de Parasitologie et Mycologie Mycologie médicale Intérêt et limites des méthodes m de diagnostic Marie France Biava M.C.U. - P.H. C.H.U. - Nancy Service de Parasitologie et Mycologie Introduction Evolution de la Mycologie médicalem

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

Fièvre chez un patient immunodéprimé.

Fièvre chez un patient immunodéprimé. Fièvre chez un patient immunodéprimé. N 187. Fièvre chez un patient immunodéprimé Connaître les situations d'urgence et les grands principes de la prise en charge. Connaître les principes de la prise en

Plus en détail

Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V

Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V Déclaration des liens d intérêts 2010 2013 Vice-président de la Spilf Intervenant au titre d orateur Janssen-Cylag,

Plus en détail

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte D. Boutoille Maladies Infec3euses et Tropicales CHU de Nantes 1 Pourquoi une actualisa/on? Précédentes recommanda3ons datant

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SUSPICION D INFECTION DE DISPOSITIF INTRAVEINEUX DE LONGUE DUREE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SUSPICION D INFECTION DE DISPOSITIF INTRAVEINEUX DE LONGUE DUREE CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SUSPICION D INFECTION DE DISPOSITIF INTRAVEINEUX DE LONGUE DUREE DIFFUSION : Groupe de Prévention des Infections en Cancérologie PO GPIC N 000 VERSION N 00 Date : 30/01/2012

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société de réanimation de langue française Société de pathologie infectieuse de langue française Société de microbiologie Médecine

Plus en détail

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Slide Bart Gordts Slide : Anne SIMON Slide : Marc STRUELENS Slide : Marc STRUELENS

Plus en détail

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20 Surveillances BMR, bactériémies, infections en hémodialyse Hôpitaux, Clinques, CTR, services/centres d hémodialyse Données de surveillance, démographiques et de laboratoire 1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes BHRe

Bactéries Hautement Résistantes BHRe Bactéries Hautement Résistantes BHRe Des recommandations adaptées à des BMR particulières Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès 2005 (avis CTINILS puis fiches techniques) Rapport HCSP 2010

Plus en détail

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 1 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail