Neutropénies fébriles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Neutropénies fébriles"

Transcription

1 Neutropénies fébriles Dr Florence ADER SMIT Hôpital de la Croix-Rousse HCL Inserm 1111 Centre de Recherche en Infectiologie (CIRI) UCBL1 DUCIV LYON

2 Neutropénie Grade OMS PNN (G/L) G1: Fébrile T 39 C G2: C G3: h 38 C G4 < 0.5 Gravité < C 7j 21j

3 10 à 30% tumeurs solides vs 80% leucémies/allogreffe 2 épisodes : 3% tumeurs solides vs 15% leucémies/ allogreffe Mortalité globale 10% Allongement durée d H médiane : 6 à 7 jours Surcoût médico-économique Cullen et al. NEJM 2005 Akova et al. Clin Infect Dis 2005 Kuderer N, et al. Cancer Klastersky and Paesmans. Support Care Cancer 2007

4 Facteurs de risque Neutropénie: profondeur et durée Immunosuppresseurs: Cytotoxiques Anticorps monoclonaux Corticoïdes Immunosuppresseurs (allogreffe) GvHD (localisation digestive) Irradiation corporelle totale (TBI) Comorbidités Muqueuses : agents cytotoxiques: Mucite Irradiation (Rth) altération des flores saprophytes (microbiote) : digestive, cutanée Dispositifs invasifs : dispositifs veineux centraux (KTC)

5 Cas particulier des greffes allogeniques de CSH KT Neutropénie-Mucite- GVH aigue Déficit C GVH aigue & chronique Déficit mixte C et H GVH chronique HSV BKv, EBV CMV, HHV-6, Adénovirus VZV Candida Aspergillus, Fusarium, Mucor Pneumocystis Toxoplasmos e BGN, Legionella Strepto digestifs Staph Coag Neg Bact encaps (PNC) J postgreffe

6 KTC Mucite Flore digestive Flore BMR Hospitalière

7 ECIL Parution en 2013

8 Focus 1: Analyse du risque en 1 ère intention

9 Neutropénie fébrile Type de TT ATB probabiliste PO vs IV? Orientation du patient H vs Ambulatoire? Durée du TT ATB? Patients à FAIBLE RISQUE de complications infectieuses sévères Patients à HAUT RISQUE de complications infectieuses sévères

10 Stratification du risque Faible risque Hémocultures positives Complications médicales 70% 5% complications 1% décès Haut Risque USI/Réa Décès 30% 25% complications 14% décès Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

11 Stratification «consensuelle» du risque Bas risque (A2) Neutropénie < 7 jours, peu ou pas de comorbidités Haut risque (A2) Neutropénie attendue longue > 7 jours et profonde < 100 PNN Et/ou comorbidités significatives (hypota, altérat neuro, douleur abdo récente) Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

12 Score MASCC Multinational Association for Supportive Care in Cancer (MASCC) scoring system Sb 80% Sp 71% VPP 94% VPN 39% > 90 mmhg Klaterski J Clin Onc 18: (2000)

13 Score MASCC Multinational Association for Supportive Care in Cancer (MASCC) scoring system

14 Stratification «consensuelle» du risque Bas risque (A2) Neutropénie < 7 jours, peu ou pas de comorbidités Score MASCC 21 (B1) Haut risque (A2) Neutropénie attendue longue > 7 jours et profonde (< 100 PNN) Et/ou comorbidités significatives (hypota, altérat neuro, douleur abdo récente) Score MASCC < 20 (B1) Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

15 Clinique: infection SANS inflammation Foyer(s) infectieux - pulmonaire - ORL (sinus), cavité buccale - cutané (cathéter, périnée) - digestif - urinaire - neurologique Signes de gravité - Marbrures - Extrémités froides - Tb conscience - Signes de sepsis évolutif : TAs < mmhg Fq card > 120/min Fq respi > 20-30/min Oligurie

16 Focus 2: bilan requis

17 Bilan initial (A3) NFS Iono-Urée-Créat B Hp + bilirubinémie HCs quantitatives: VVP + KTC ou au moins 2 paires sur VVP Rx thorax si signes respiratoires Prélèvements microbiologiques orientés par la clinique On pourrait ajouter: CRP, glycémie, SaO 2 Si signes de gravité: GDS, lactates, LDH, TP/TCA, fbg, RAI Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

18 Ag sérique Galactomannnane coproculture + toxine C. difficile et examen parasitologique des selles si diarrhée, ECBC si toux productive, Prélèvement(s) cutanéo-muqueux si besoin (ATB, ATF)

19 Check list Examen clinique Maladie de fond, régime d ID, GVH Grade et durée de la neutropénie ATCDs, comorbidités Score MASCC Porte(s) d entrée Monitoring: - Ag Aspergillus, Candida - Bacterio Gorge, selles, U - PCR Colonisation: - Cartographie BMR - Index de colonisation fongique Matériel implantés : - Cathéter(s): KTC - Prothèse(s), orthèses(s) - SUD Prophylaxie(s) anti-infectieuse(s): - Décontamination digestive - Antivirale - Antifongique

20 Au final Neutropénie fébrile Diagnostic % patients D origine indéterminée Cliniquement documentée Microbiologiquement documentée Foyer = 0 Germe = 0 Foyer(s) + +/- Germe(s) Foyer = 0 Germe(s)

21 Focus 3: Orientation du patient

22 Stratification «consensuelle» du risque Bas risque (A2) Neutropénie < 7j, peu ou pas de comorbidités Score MASCC > 21 (B1) è Début TT en H puis PO et ambulatoire Ex: tumeur solide Haut risque (A2) Neutropénie attendue longue > 7j et profonde (< 100 PNN) Et/ou comorbidités significatives (hypota, altérat neuro, douleur abdo récente) Score MASCC < 21 è Prise en charge hospitalière complète Ex: LA, greffe Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

23 Focus 4: Stratégies thérapeutiques

24 Problématique 3D + 1 Gravité BMR Temps Pronostic Absence de prise en compte dans le score de MASCC de considérations microbiologiques PONDERATION

25 La neutropénie fébrile dans la vraie vie On ne sait pas ce que l on traite et le plus souvent on ne le saura jamais mais il faut traiter vite! Contraintes Examen clinique peu contributif Imagerie standard peu contributive Traitement essentiellement probabiliste Réévaluation indispensable sous Aggravation précoce = échec Amélioration même imparfaite = succès Prise en compte des résultats microbiologiques et paraclnq S. Alfandari 2011, Infectio-Lille.com

26 Le constat en 2013 Lien entre antibiothétrapie probabiliste initiale inappropriée et surmortalité: en cas de BMR, BLSE inclusivement, une combinaison initiale inadéquate impacte significativement et indépendamment le pronostic des patients d onco-hématologie Elting et al. Clin Infect Dis 1997 Ariffin et al. Int J Infect Dis 1999 Tumbarello et al. Antimicrob Agents Chemother 2006 Ortega et al. J Antimicrob Chemother 2009 Trecarichi et al. J Infect 2009 Martinez et al. Antimicrob Agents Chemother 2010 Trecharichi et al. Haematologica 2011 Emergence de: BGN multi-résistants: entérobactéries BLSE ou productrices de carabapénémases, BGN non fermentants B-Lacatmines en difficulté? Staphylocoques avec des CMI élevées à la Vancomycine Entérocoques résistant à la Vancomycine (ERV) Perte de vitesse des glycopeptides?

27 Questions? Question 1. Quels sont les paramètres clés du choix de l ATB empirique à l ère de l antibiorésistance? Question 2. Choisir une option : incrémentation ou décrémentation? Question 3. Attitude entre 24 et 72h? Sur une attitude initiale optimisée Sur une attitude initiale d escalade Question 4. Rationnel pour une bithérapie? Question 5. Optimisation thérapeutique des infections documentées à bactéries multi-résistantes? ECIL Haematologica 2013

28 Question 1 Epidémiologie locale Profils de résistance Colonisation du patient: - SARM - ERV/G - Entérobactéries BLSE ou productrices de carbapénémases - BGN non fermentants: Pseudomonas spp., Acinetobacter baumanii, Stenotrophomonas maltophila Facteurs d évolution compliquée: - Age avancé > 60 ans - Patient(e) hospitalisé(e) - Aplasie prolongée - Co-morbidités - Choc, hypot, instabilité hmdq - Infection localisée (pneumonie, enterite, infection KT) The physician s clinical judgement is pivotal in this evaluation Viscoli et al. Eur J Cancer 1994, Elting et al. Clin Infect Dis 1997, Klastersky et al. J Clin Oncol 2000, Gonzalez-Barca et al. Eur J Clin Microbiol Infect Dis 2009

29 Traitement empirique initial BII Escalade versus optimisé d emblée BII Escalade Optimisé Présentation clinique F de R individuel de BMR Centre de prise en charge avec BMR simple Non Non compliquée et/ou sévère Oui Oui Review of infection control is mandatory ECIL Haematologica 2013

30 Au total: stratégie adaptative dépendante du germe Considérer d emblée une combinaison empirique initiale tenant compte de certains germes si notion de colonisation préalable associée à une condition clinique instable (sepsis sévère) et/ou notion d HC positives: SARM ERG BGN BLSE KPC Vancomycine, Linezolide, Daptomycine (B3) Linezolide, Daptomycine (B3) Carbapénèmes (B3) Colimycine, Tigécycline (C3) Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

31 Focus 4: Stratégies thérapeutiques Patients à BAS risque stratifiés sur le score MASCC et pression micobiologique mineure

32 TT ORAL Patients «bas risque» Initiation hôpital Si OK, poursuite à domicile A1 Amox/Ac clavulanique + ciprofloxacine A1 Si prophylaxie FQ préalable Pas de FQ en probabiliste A3 Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

33 Exemple LYON CAI Hospitalisation Isolement protecteur recommandé* Amoxicilline + ac clavulanique + 24 heures de ciprofloxacine Evaluation à heures Patient non seul à domicile ou proche d un centre hospitalier? OUI NON Domicile Traitement hospitalier jusqu à apyrexie

34 Focus 4: Stratégies thérapeutiques Patients à HAUT risque et pression microbiologique significative

35 Stratégie initiale pour les neutropénies fébriles IDSA 2011/ECIL Freifeld et al. Clin Infect Dis 2011 Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C

36 ATB empirique initiale des neutropénies fébriles cliniquement non compliquée ECIL Cephalosporines anti-pseudomonas : cefepime*, ceftazidime* AI Piperacilline-tazobactam AI Autres options : Carbapenemes anti-pseudomonas** AI Ticarcilline-clavulanate, cefoperazone-sulbactam * Eviter si BLSE prévalentes ** AI pour l efficacité mais doivent être évitées chez les patients non compliqués sans facteurs de risque et/ou portage de BMR pour les réserver aux situations avec critères de gravité

37 Recommandations IDSA 2011 Monothérapie avec anti-pseudomonas A1 Cefepime France: Ceftazidime Carbapénème type Imipeneme ou Meropeneme Pipéracilline + Tazobactam Ajout autre(s) molécule(s) type A, FQ et/ou GP possible pour prise en charge initiale de: complications: hypotension, pneumonie de suspicion de BMR B3 Prise en compte possible de BMR si infection/colonisation préalable B3 SARM/ERG/BLSE/KPC Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

38 Pression microbiologique BMR 1 ère ligne entérobactéries et résistance enzymatique de haut niveau BGN BLSE Carbapenémase IDSA 2011 Freifeld et al. Clin Infect Dis 2011 Alignement groupe ECIL

39 Pression microbiologique BMR 1 ère ligne BGN non fermentants P. aeruginosa résistant β-lactamines Acinetobacter résistant β-lactamines S. maltophilia Groupe ECIL Hachem et al. Antimicrob Agents Chemother 2007 Falagas et al. J Antimicrob Chemother 2008 Peleg et al. Clin Microbiol Rev 2008

40 Pression microbiologique BMR Carbapenemes 1 ère ligne devraient être réservées pour Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C

41 Quand associer un aminoside? Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C

42 Anti-SARM? Pas de prescription empirique d un glycopeptide (ou autre anti-cg+) AI A discuter si Orientation clinique: peau et tissus mous KTC Instabilité hémodynamique Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011 Alignement groupe ECIL

43 Stratégie pour les neutropénies fébriles HAUT risque IDSA 2011/ECIL Freifeld et al. Clin Infect Dis 2011 Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C

44 Stratégie de révision impérative Review of infection control is mandatory IDSA 2011/ECIL Freifeld et al. Clin Infect Dis 2011 Groupe ECIL-4: Averbuch D, Cordonnier C, Kern W, Viscoli C 24-72h Documentation + : adaptation = desescalade/escalade, switch Documentation- : 3 situations

45 CAT si patient toujours fébrile à 48h le patient Antigénémie aspergillaire, TDM thoracique, +/- fibro bronchique/lba Imagerie abdominopelvienne, ETT (EI), doppler veineux (cathéter) Adaptation si documentation (A1) Discuter ajout probabiliste d un antistaphylocoque (A1) Discuter un traitement antifongique probabiliste (Amphotéricine B liposomale ou Caspofungine) (A3) Discuter ablation du cathéter

46 1 2

47 3

48 Fever 38.3 and Neutropenia < 0.5 G/L

49 Allergie Pénicillines 10% d allergies croisées Péni/Cephalosporines/Carbapénèmes On peut proposer: Azactam + Aminoside + Vancomycine Quinolone + Aminoside + Vancomycine IDSA allergie vraie (A2): - Clindamycine + Ciprofloxacine ou - Aztréonam + Vancomycine

50 Arrêt du traitement anti-infectieux Apyrexie > 48h + PNN > 0.5 G/L au moins (B2) PNN > 0.5 G/L au moins durée adaptée au tableau clinique et microbiologique (B3) à poursuivre plusieurs semaines au-delà de la récupération des PNN

51 2-4 days after empirical antibiotic therapy hemodynamic instability

52 Focus 5: Traitement probabiliste antifongique et neutropénie fébrile

53 Prise en charge des IFI Schéma interventionnel PROPHYLAXIE I PRÉEMPTIF EMPIRIQUE CURATIF PROPHYLAXIE II F de R F de R et Pas d infection et Pas de microbiologie et Colonisation multi-site et Pas de signes cliniques Fièvre résistante aux ATBs et Pas de microbiologie Infection clinique et Microbiologie positive Plus d infection et Microbiologie positive Neutropénie fébrile

54 ECIL

55 IDSA 2011 Propose options pour patients «haut risque» 1- TT probabiliste sur fièvre persistante > 4j 2- Expectative «armée» = Patient fébrile mais: - Clinique et Scan thorax/sinus NON évocateur IFI - Tests sanguins négatifs - Pas de colonisation aspergillaire ou Candida Patients «bas risque»: pas de TT probabiliste. Logique de documentation.

56 High-risk patients with prolonged fever > 4 days

57 Prophylaxie antifongique: recommandations UE/USA Induction de LAM Posaconazole (grade A1) IDSA + ECIL Alternative: Itraconazole (B1) IDSA Allogreffe Posaconazole (grade A1) IDSA + ECIL Fluconazole (A1) ECIL (jusqu à prise de greffe) Itraconazole (B1) ECIL Bas risque: rien Walsh CID 2008 Maertens BMT 2010 Freifeld et al. IDSA Guidelines, Clin Infect Dis 2011

58 Focus 6: Infection liée au cathéter (ILC)

59 IDSA 2011 ILC: Temps différentiel de pousse de 2h entre KTC et périph Ablation KTC systématiquement recommandé pour : 1. Staph aureus 2. Pseudomonas 3. Fungi + 14 jours TT ATB 4. Mycobactéria Staph coag Neg: maintien possible tant que ATB systémique ou verrou ILC compliquée malgré ablation (thrombophlébite, EI, localisation(s) profonde(s) ou bactériémie/fongémie > 72h post-ablation KTC = 4 à 6 sem de TT

60 Focus 7: Facteurs de croissance et neutropénie

61 Bennett et al. NEJM 2013

62 EORTC 2011 Patient assessment algorithm to decide primary prophylactic G-CSF usage Primary prophylaxis: start G-CSF in first cycle hours after end of the first chemotherapy and continue through all cycles Secondary prophylaxis: start G-CSF if a neutropenic event was observed in the previous cycle.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Fièvre chez un patient immunodéprimé.

Fièvre chez un patient immunodéprimé. Fièvre chez un patient immunodéprimé. N 187. Fièvre chez un patient immunodéprimé Connaître les situations d'urgence et les grands principes de la prise en charge. Connaître les principes de la prise en

Plus en détail

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE Sandrine HENARD BLSE : définition Β-lactamase le plus souvent d origine plasmidique Hydrolyse les pénicillines, céphalosporines et aztréonam,

Plus en détail

Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille

Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille Réanimation et urgences, quelles différences? La structure des urgences dispose notamment : D au moins une

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

: Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en. réanimation (adulte et pédiatrique)

: Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en. réanimation (adulte et pédiatrique) Anesth Reanim. 2015; //: /// en ligne sur / on line on www.em-consulte.com/revue/anrea www.sciencedirect.com Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en réanimation (adulte

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

Hygiène et gestion du risque infectieux en EHPAD

Hygiène et gestion du risque infectieux en EHPAD Hygiène et gestion du risque infectieux en EHPAD Un Enjeu majeur de la prévention de l émergence des BMR C A P A C I T E DE G E R I A T R I E D O C T E U R S T É P H A N E G E R A R D 2 0 / 0 3 / 2 0 1

Plus en détail

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice OU POURQUOI LES INFECTIOLOGUES PENSENT QUE LES HEMATOLOGUES SONT IRRAISONNABLES

Plus en détail

Comment devenir référent? Comment le rester?

Comment devenir référent? Comment le rester? Comment devenir référent? Comment le rester? Patrick CHOUTET Service des Maladies infectieuses CHU Bretonneau Tours RICAI décembre 2005 Quels enjeux? autres que le pouvoir Total Outpatient antibiotic use

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques»

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Rapport d expertise Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Diffusé en novembre 2013 S o m m a i r e Abréviations I- OBJECTIF DE CE TRAVAIL II-ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES REFERENTIELS

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue E. Senneville Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital Gustave Dron 59200 Tourcoing CHRU de Lille Liens potentiels

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Docteur, j ai pris froid!

Docteur, j ai pris froid! Dr j ai pris froid: Objectifs Docteur, j ai pris froid! Jean-Paul Humair Avec la contribution de MC Kramer Colloque SMPR 21.12.2011 Connaitre l épidémiologie des infections des voies respiratoire sup (IVRS)

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON Colonisation naturelle 20 % colonisés permanents 1 souche principalement SASM Seulement 3.5 % SARM 60% de colonisés

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

D. EVEN-ADIN - S. PLACE, Hôpital Erasme SBIMC - 26 octobre 2006

D. EVEN-ADIN - S. PLACE, Hôpital Erasme SBIMC - 26 octobre 2006 D. EVEN-ADIN - S. PLACE, Hôpital Erasme SBIMC - 26 octobre 2006 Facturation des spécialités pharmaceutiques Dépenses pharmaceutiques remboursées en officine hospitalière (INAMI) Millions 550 500 450 Total

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH CLIN Paris -Nord Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais Docteur Karine BLANCKAERT, Coordonnateur Antenne Régionale Nord-Pas-de-Calais du CCLIN Paris Nord SOMMAIRE

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

best of médecine tropicale et des voyages Olivier Bouchaud Bobigny et SMV

best of médecine tropicale et des voyages Olivier Bouchaud Bobigny et SMV best of médecine tropicale et des voyages Olivier Bouchaud Bobigny et SMV 1 LIENS D INTERET Déclaration d intérêts de 2012 Intérêts financiers : 0 à 2015 Liens durables ou permanents : 0 Interventions

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS XVII ème Congrès national de la Société d Hygiène Hospitalière Nantes 1 er et 2 juin 2006 Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS G. Beaucaire, Président du CTINILS Service de gestion

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Xantho granulome juvenile AVEC atteinte hématologique. A propos de 2 cas

Xantho granulome juvenile AVEC atteinte hématologique. A propos de 2 cas Xantho granulome juvenile AVEC atteinte hématologique A propos de 2 cas CAS n 1 XXX end né en 02/07 ATCD et anamnèse Né à terme, eutrophe Pas d antécédent personnel ni familial particulier, 1 frère de

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE C. Chaplain, Service d'hygiène-bactériologie, Hôpital Delafontaine, 93205 Saint- Denis. INTRODUCTION L'accroissement du nombre des infections provoquées

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2014 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte dans son intégralité sans ajout ni retrait. 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr François

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation Novembre 2007 OBJECTIF Assurer une qualité optimale du suivi et de

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS 2001-2002 NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions

Plus en détail

Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune.

Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune. Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune. Pour accéder à la dernière mise à jour du guide veuillez consulter le site

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Toutes les remarques visant à améliorer la prochaine édition sont bienvenues et à adresser par e-mail au Dr. B. Delaere.

Toutes les remarques visant à améliorer la prochaine édition sont bienvenues et à adresser par e-mail au Dr. B. Delaere. Ce livret a été rédigé par : Dr. B. Delaere, Maladies Infectieuses freeset 3007 Dr. N. Ausselet, Maladies Infectieuses freeset 3019 Pr. Y. Glupczynski, Laboratoire de Microbiologie freeset 3245 Avec la

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

PRIORITÉ RÉGIONALE 2015

PRIORITÉ RÉGIONALE 2015 PRIORITÉ RÉGIONALE 2015 Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticilline SURVEILLANCE DES BACTÉRIÉMIES PRÉVALENCE DES INFECTIONS ÉTUDE DES FACTEURS DE RISQUE DU PORTAGE PROTOCOLE des ENQUÊTES VERSION 5

Plus en détail

Mycoses émergentes. Mycoses. Infections fongiques à l hôpital. Isabelle DURAND-JOLY. Endo- / épisaprophytes. = Levures

Mycoses émergentes. Mycoses. Infections fongiques à l hôpital. Isabelle DURAND-JOLY. Endo- / épisaprophytes. = Levures Mycoses Mycoses émergentes Isabelle DURAND-JOLY Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, Centre Hospitalier et Universitaire, Faculté de Médecine de Lille Service d Hygiène Hospitalière, Centre Hospitalier

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

PSDP et usage des pénicillines - ESAC

PSDP et usage des pénicillines - ESAC Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de Nice ARS 29/11/12 1 Plans précédents 2001/2005 et 2007/2010 «Menace de santé publique majeure»

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail