APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE. Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE. Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré"

Transcription

1 APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré 1

2 Diagnostic Bactériologique Isolement bactérie sur milieu de culture Caractérisation phénotypique (morphologie, caractères biochimiques et AG) Identification ABG 2

3 Identification Bactériologique en Défaut Caractérisation phénotypique difficile Réactifs non commercialisés Culture lente Caractérisation phénotypique non discriminante Bactérie non cultivable Infection décapitée Espèce jamais décrite. 3

4 Apport des Méthodes de Diagnostic moléculaire en Bactériologie Diagnostic Sonde PCR Etudes Epidémiologiques 4

5 Détection directe des bactéries dans les échantillons biologiques Intérêt pour les bactéries : difficilement ou non cultivables ayant des exigences nutritionnelles complexes ayant des délais de croissance élevés présentes en quantité infime dans l échantillon 5

6 Amplification génique = multiplication de cibles moléculaires (1) Un ADN bicaténaire chauffé au dessus d une certaine température (Tm) deux brins indépendants. (Dénaturation) Après chauffage à une température au Tm, refroidissement nouvelle hybridation entre séquences complémentaires. 6

7 Amplification génique = multiplication de cibles moléculaires (2) Les ADN polymérases : enzymes ayant la propriété de recopier un brin d ADN en «s appuyant» sur un fragment complémentaire préalablement hybridé (élongation). La PCR synthèse de grandes quantités d ADN, par la multiplication sélective d un fragment d ADN donné. Connaissance des 15 à 25 bases situées à chaque extrémité en 5 de la séquence à amplifier. (amorces ou primers) 1 cycle = 3 étapes = Dénaturation, hybridation, polymérisation 7

8 PCR PCR principe général : Amorces de ~20 bases complémentaires du gène recherché Nucléotides (A, C, T, G) Polymérase thermorésistante (Taq) Cycles de T (copies X2 / cycle) : Dénaturation (séparation des brins d ADN) 95 C Hybridation des amorces : «annealing» (40-70 C selon Tm) Extension (synthèse d ADN complémentaire par la polymérase depuis l amorce) 72 C 30 cycles > 2 30 = 10 9 copies Cible amorce 1 Amorce 1 P1 Région amplifiée Cible amorce 2 95 C Taq Amorce Amorce 2 2 P2 8

9 Amplification spécifique Choix de l ADN cible Trois paramètres sont déterminants : Amplification d une séquence spécifique de genre ou d espèce Nombre de copies dans le génome Taille du fragment amplifié Choisir une cible ayant plusieurs copies dans le génome Avantages : augmente la sensibilité et la spécificité de la détection (IS 6110, amplification à partir de l ARN ribosomal) Détection : hybridation avec sonde détermination de la taille du fragment amplifié profil de restriction du fragment amplifié Avantage : simplifie l interprétation des résultats et est particulièrement utile lorsque l on s intéresse à une seule espèce bactérienne. 9

10 PCR classique P1 Taq P2 PCR Hybridation Electrophorèse +/- Hybridation Temps technique important Manipulations répétées Risques de contaminations 10

11 11

12 Applications PCR Pathogènes respiratoires Mycobactérium tuberculosis, mycobactéries atypiques Légionella Bordetella pertussis Mycoplasma pneumoniae Chlamydia pneumoniae Pathogènes de l appareil génital Treponema pallidum Chlamydia trachomatis Haemophilus ducreyi Mycoplasma genitalium Bactéries pathogènes de l appareil digestif 12

13 Echantillon Sputum TUBERCULOSE PULMONAIRE PCR M. tuberculosis ED (-) Cult (+) PCR : Sensibilité 25-40% ED (+) Cult (+) PCR : Sensibilité 95% ED (+) Identification rapide de M. tuberculosis ED (+) Patient HIV Différentiation M. tuberculosis / autres Mycobactéries ED (-) Cult (-) PCR : Faux (+) 5% ED (-) Pas d intérêt Carpentier JCM 1995 Truffot Pernot

14 Analyse par PCR spécifique duplex de liquides biologiques Pneumocoque/méningocoque et Streptocoque B/E. coli Pneumocoque (gène pneumolysine) Méningocoque (gène crga) E. Coli (gène béta-glucuronidase) S. Agalactiae (gène CAMP factor) 14

15 Détection de gènes g de virulence bactériens par PCR SGA S. aureus E. coli entéropathogènes Shiga-toxines de E. coli O157:H7 E. coli uropathogènes Toxine de Bordetella pertussis Toxines de Clostridium difficile 15

16 Staphylococcus aureus:détection de la résistance et de la virulence par PCR Leucocidine Panton-Valentine: luks/lukf Résistance à la méticilline: meca Toxine du syndrome de choc toxinique: tst Coagulase : coa 16

17 PCR PCR multiplexe : Plusieurs couples d amorces dans un même tube de PCR Mise au point particulière Pouvoir discriminant dpt du nb de gènes analysés (limité) Escherichia coli groupage phylogénétique A A B1 D D B2 B2 Streptococcus pyogenes gènes de toxines chua yjaa TspE4c2 speb ssa smez sic spea 17

18 Diagnostic bactériologique des infections à VTEC(1) Selles ou écouvillonage rectal Gélose Mac Conkey - Sorbitol Sorbitol + Sorbitol - E.coli agglutination antisérum O157 identification biochimique E.coli O157 : H7 Escherichia hermanii Recherche des gènes de virulence isolement Ecouvillon Incubation 6h 37 Eau peptonée Hybridation sur colonie avec sonde spécifique PCR - extration ADN - PCR/ amorces spécifiques - électrophorèse Recherche de gènes de virulence 18

19 Recherche de gènes de virulence connus PCR d un gène de virulence PCR multiplexe : Ex 1 : recherche des gènes de Shiga-toxines et de l intimine chez les EHEC : eae + stx1 2 : eae + stx2 Dr Mariani-Kurkdjian CNR associé E. coli O157:H7 19

20 ExPEC: empreinte de virulence par PCR nonaplex Sidérophores Toxines Adhésines Yersiniabactine Aerobactine Salmocheline Hémolysine Cytotoxic necrotizing factor S fimbriae P fimbriae Adhésine PapGIII Adhésine PapGII 20

21 Bordetella pertussis: Séquences d intérêt pour le diagnostic Séquence d insertion IS481 Plus de 200 copies / chromosome Spécificité non absolue: présente chez quelques isolats de B.bronchiseptica et B. holmesii 1 copie /chromosome Spécificité absolue: La toxine pertussis n est présente que chez B. pertussis Toxine Pertussis 21

22 Diagnostic de la Coqueluche et PCR Toxine Pertussis IS 481 Béta-globine 22

23 Rémanence de l ADN de B. pertussis après traitement Patients Tel, ko Kon, am Durée de positivité en jours de la PCR de l IS >3sem Dia, mel + Dji, ch Yaf, kh + Cav, pi + + Mad, mi (31 j) Maq, sa + + Nou, ba (51j)

24 Méthodes génétiques de détection de la résistance aux antibiotiques Bactérie Gène Antibiotiques Méthodes génétiques Staphylococcus sp. mec A Méthicilline Sondes, PCR S. pneumoniae plp 1A, 2B, 2X β-lactamines PCR Enterococcus sp. van A, B, C, D Glycopeptides Sondes, PCR Entérobactéries tem, shv, autres β-lactamines Sondes, PCR M. Tuberculosis rpo B Rifampicine PCR kat G Isoniazide CID

25 Méthodes Génétiques de détection de la résistance Avantages Détermination Pvt pathologique Rapidité même si culture lente Mise en évidence génotype Limites Manque de sensibilité Différents gènes à tester Non exhaustif En défaut si nouveau mécanisme de R Absence d expression phénotypique Absence de Standardisation 25

26 Présents dans toutes les bactéries Régions très conservées Régions variables GENE ARNr 16S Séquences Є Zones identiques chez toutes les bactéries gènes codant pour ARN ribosomal homme on pourra «isoler» ADN bactérien/adn humain avec amorces permettant amplifier que gènes codant pour ARNr 16S bactérien Séquences Є Zones identiques pour bactéries d un même phylum bactérien (G+, G-) Séquences Є Zones spécifiques de genre ou d espèce bactérienne identification bactérie Séquençage des gènes codant pour ARNr 16S Approche pour l identification des germes non cultivables 26

27 Organisation schématique du gène codant pour l ARNr 16S 1513R F 779F 1191R pb 995 pb Séquence non conservée Séquence conservée 27

28 METHODOLOGIE Lyse Tissu Infecté Extraction de l ADN + Amplification gène ARNr16S (remplace culture ) Séquençage du fragment amplifié Comparaison Banque Données (Banque : 1802 séquences d ARNr 16S) Si séquence déjà connue Bactérie identifiée Si séquence inconnue Positionnement phylogénétique 28

29 Principales applications de la PCR 16S Découverte de nouvelles bactéries Tropheryma whippelii (Relman NEJM 1992) Bartonella henselae (Relman NEJM 1990) Identification de bactéries présentant des caractères phénotypiques inhabituels Diagnostic d infections bactériennes à culture négative Germes à croissance difficile Infections décapitées par des antibiotiques 29

30 Apport de la PCR 16S dans le diagnostic microbiologique Diagnostics étiologiques d infections sans diagnostic microbiologique 2 diagnostics d arthrites Kingella sp Neisseria meningitidis (PCR spécifique W135) 3 diagnostics de méningites Haemophilus influenzae (PCR spécifique b négative) Neisseria meningitidis (PCR spécifique négative) Streptococcus agalactiae (PCR spécifique positive) 3 diagnostic d infections à anaérobies 2 Fusobacteriumies necrophorum, 1 peptostreptococcus sp 30

31 Cinétique de la PCR 16S dans le sang chez un patient présentant un sepsis à méningocoque T- J0 J1 J2 J2 J3 Début de l antibiothérapie J7 31

32 Etude de la persistence de l ADN bactérien sous ATB Temps après début d ATB (h) S. S. agalactiae H. S. H. influenzae S. S. pneumoniae N. LCR=6 N. Meningitidis (J6) S. pneumoniae N. meningitidis n=2 n=2 Liquides Pleuraux n=6 PCR 16S+ PCR 16S - 32

33 PCR classique P1 Taq P2 PCR Hybridation Electrophorèse +/- Hybridation Temps technique important Manipulations répétées Risques de contaminations 33

34 Captation d un signal de fluorescence au cours de la PCR Non spécifique : SybrGreen, BET Spécifique : Sondes fluorescentes Avantages : Réduction du temps technique Réduction des manipulations (moins de risque de contaminations) Quantification Excitation : LASER, Filtre Captation : Caméra CCD PCR en temps réel R Fluorescence Cycles de PCR Q R Sonde Taqman Q R Q 34

35 Prévention de l IMF à Streptocoque B PCR entièrement automatisée en 30 min POSITIF 30min Antibio Prophylaxie IV Salle de travail: Prélèvement vagilna Cartouche réactionnelle Prête à l emploi 35

36 Remco Lancet Inf Dis

37 Remco Lancet Inf Dis

38 Les Limites de La PCR Faux négatif : paramètres d amplification inappropriés quantité d ADN cible inadéquate présence d un inhibiteur de la Taq polymérase Faux positif : dus à la contamination des échantillons constituent le problème majeur de cette technique qui impose des mesures expérimentales draconiennes. 38

39 Recherche de gènes de virulence connus / inconnus DNA array Macro-array : Membrane de Nylon ADN marqué P33 Micro-array : «Puce à ADN» marquage fluorescent 39

40 Extraction d Ac nucléiques DNA arrays : le principe hybridation Sonde 1 Sonde 2.. Echantillon X marquage lavage Analyse quantitative Détection du signal Empreinte d hybridation d 40

41 DNA array 22 F G (O45) F (O2) ECMN colon S 50 nnc59 G ~1000 ORF spécifiques des ExPEC 41

42 Marqueurs moléculaires et pathologie infectieuse Surveillance des infections nosocomiales Analyse des voies de contamination des KT 42

43 Aspect des colonies MARQUEURS PHENOTYPIQUES Antibiotypes (sensibilité aux ATB) Biotypes (typage biochimique) Sérotypes (Ag de surface) lysotypes (sensibilité aux bactériophages) électrophorèse de protéines (PAGE) Enzymes métaboliques LPS, capsule, protéines Ac Paroi LPS 43

44 APPROCHE MOLECULAIRE Analyse de l ADN = molécule porteuse de l information génétique et donc caractéristique d une souche Progrès décisifs dans l identification précise des souches Pallier aux difficultés inhérentes à l analyse phénotypique 44

45 TECHNIQUES DE GENOTYPAGE DE L ADN CHROMOSOMIQUE Basées sur la digestion par une enzyme de restriction RFLP RFLP + hybridation : Ribotypage, IS, gènes divers ECP Basées sur la PCR PCR multiplexe de gènes variables De séquences répétées (REP-PCR, ERIC-PCR, PCR-ribotypage) Aléatoire (AP-PCR / RAPD) 45

46 EPIDEMIE NOSOCOMIALE Diffusion d un même clone de patient à patient Enquête du service d hygiène hospitalière Recherche de la source de contamination (manuportage, matériel, produits, alimentation, eau ) , 2, 3 : isolats de S. aureus en service de réanimation 4, 5, 6 : souches témoin de S. aureus 46

47 SCN METHICILLINE RESISTANTS EN NEONATOLOGIE 47

48 Epidémie à Enterobacter cloacae chez 9 patients 48

49 Infections post opératoire à S.aureus 49

50 ROLE DU LABORATOIRE Diagnostic Septicémies sur KT 50

51 Voies de contamination des KTC Septicémie sur KT à SCN : RAPD K I P H K I P H Origine = point d insertion du KT tunnelite > retrait du KT Origine = Pavillon du KT > manœuvre iatrogène changement du pavillon KT 51

52 METHODES TYPAGE MOLECULAIRE Infirment/confirment Hypothèses cliniques Ne remplacent pas Analyses épidémiologiques 52

53 BACK 53

54 54

55 APPROCHE GLOBALE Polymorphisme de restriction de l ADN de total Enzymes de restriction Clive ADN au niveau sites spécifiques Fragments de taille = selon nb et position de ces sites Polymorphisme de taille des fragments de restriction 55

56 Principe de la PCR ADN cible + Amorces spécifiques + Taq polymérase Séquence à amplifier 95 C 55 C 72 C Nouveau cycle A chaque cycle le nombre de séquence est doublé 30 cycles=10 9 copies 56

57 PCR 16S et endocardites (2) Pogdlajen, Emerg Infect Dis, valves cardiaques 83% hémocultures positives 14%: diagnostics réalisés uniquement par PCR 16S 3 cas d endocardites à Bartonella quintana 1 cas d endocardites de Bartonella henselae 1 cas d endocardite à Streptococcus gallolyticus 57

58 Cas clinique (1) Ostéo-arthritre de l épaule droite chez un garçon de 3ans. ATCD : Janvier 2003 : Ostéomyélite à S. aureus de l extrémité inférieure du tibia droit et de la malléole sur fracture platrée depuis 3 semaines Mars 2003 : Broncho-pneumopathie du lobe supérieur gauche HDM : Avril 2003 Impotence fonctionnelle douloureuse de l épaule droite, tuméfiée, évoluant depuis plus de trois jours avec anorexie, perte de poids et quelques épisodes fébriles depuis quelques semaines 58

59 Examens complémentaires : CRP = 145mg/l GB = 12800/mm3, 71%PN plaquettes/mm3 Traitement : Ceftriaxone, Fosfomycine, Amikacine pendant 24 heures puis transfert à Robert Debré A son arrivée à Robert Debré : Scintigraphie osseuse : Ostéomyélite de l extrémité supérieure et de la diaphyse de l humérus Abcès de 6 cm sur 2cm, excision des lésions septiques Culture stérile 59

60 Traitement : Céfotaxime, Fosfomycine 10 jours jusqu à normalisation de l aspect clinique Retour à Beaumont PCR 16S+ : Haemophilus influenzae, la PCR spécifique des sérotypes capsulés était négative Au total : abcès à Haemophilus influenzae non capsulé chez un enfant dont le bilan immunitaire mettra en évidence une maladie de Bruton. 60

61 Cas clinique (2) Méningite et endocardite chez un nouveau-né de 27 jours. HDM : Consultation à 27 jours de vie pour une fièvre à 40 C depuis la veille avec des pleurs, des difficultés à prendre le biberon. Examen clinique : bébé fatigué, tachycarde, pas de point d appel clinique évident à la fièvre. L examen clinique quelques heures après l admission montre un souffle systolique. 61

62 Examens complémentaires : CRP = 157 mg/l Fibrinogène = 5.71 g/l LCR : 7000 éléments / mm 3, 89%PN, antigènes solubles négatifs. protéinorachie = 1.75g/l, glycorachie = 1.4 mmol/l (Glycémie = 3.6 mmol/l) Culture du LCR stérile (sans antibiothérapie préalable) Hémocultures négatives Traitement : Céfotaxime, Amoxicilline, Amikacine Apyrexie obtenue rapidement. Echographie cardiaque à J15 montre une insuffisance mitrale moyenne + végétation 62

63 PCR 16S dans le LCR (J0) + : Streptococcus agalactiae PCR 16S dans le sérum (J1) + : Streptococcus agalactiae Confirmation par la PCR spécifique de Streptococcus agalactiae Au total : endocardite associée à une méningite à Streptococcus agalactiae. 63

64 Pour pouvoir constituer un réel progrès par rapport aux méthodes classiques ces techniques doivent offrir les avantages suivants : Simplicité et rapidité (automates) Possibilité de détecter des agents infectieux difficiles voir impossible à cultiver Possibilité de détecter directement le microorganisme recherché dans n importe quel type de prélèvement pathologique Possibilité d une estimation quantitative de l agent infectieux présent dans l échantillon biologique. 64

65 Comment interpréter un Résultat PCR Vrai positif : Signal positif franc, reproductible, simultané de signaux témoins négatifs. Signifie la présence de l ADN cible vivant ou mort dans l échantillon. L interprétation varie selon le choix de la cible amplifiée. Vrai négatif : Signal négatif franc, reproductible, simultané de signaux témoins positifs. Signifie l absence de la cible ADN dans l échantillon. 65

66 Détection de gènes de résistance aux antibiotiques Détection de la résistance à la rifampicine et à l isoniazide chez M. tuberculosis et chez M. Leprae. Détection de la résistance à la méticilline par amplification du gène meca chez S. aureus. Détection des β-lactamases à spectre élargi chez les entérobactéries par amplification du gène bla et oligotypage. 66

67 Principe de l utilisation des sondes Séparation des 2 brins d ADN (Dénaturation) Appariement bases d un brin cible (immobilisé sur support solide ou support liquide) avec la sonde ADN marquée 67

68 BACK 68

69 Sondes nucléiques pour la détection et l identification des agents pathogènes (1) Importance croissante : nombreux kits commercialisés Définition : fragment d ADN ou d ARN marqué enzymes substrat antigénique radio-isotope composé chémoluminescent capable de s hybrider spécifiquement à une séquence nucléique complémentaire ADN ou ARN, taille 20 à > 1000pb 69

70 Sondes nucléiques pour la détection et l identification des agents pathogènes (2) Avantages : Spécificité (mais parfois faux -) Détection d organismes morts ou difficilement cultivables Rapidité Flexibilité Inconvénients Manque de sensibilité : 10 5 CF/ml Manque d automatisation 70

71 LIMITES ET PIEGES DE LA PCR (1) Quelques questions non résolues Le DNA bactérien persiste-t il au site infectieux où à distance après guérison ou traitement? Délai de la négativité de la PCR/culture? Méningocoque : 24/48 H Maladie de Lyme : 5 jours La PCR peut-elle permettre de suivre une réponse au TT? (PCR quanti?) 71

72 LIMITES ET PIEGES DE LA PCR (2) La PCR peut elle distinguer une infection d une colonisation? Un site normalement stérile peut il contenir du DNA bactérien? Place de la détection RNA bactérien versus DNA 72

73 Sonde : séquence acide nucléique ( 20 nucléotides) Homologue à une séquence d ADN ou ARN avec laquelle elle s hybride de façon stable et spécifique par réassociation entre bases complémentaires 73

74 Amplification non spécifique Amplification non spécifique : amplification d une séquence présente dans toutes les espèces bactériennes (ARN 16S), ou présente dans une espèce bactérienne (groel) Avantage : permet théoriquement la détection de n importe quelle espèce bactérienne. Inconvénient : impose des conditions de détection stringentes pour assurer la spécificité de la réponse. 74

75 TUBERCULOSE PULMONAIRE (1) Dans un échantillon biologique : ED (-) Culture (+) PCR M. tuberculosis sensibilité : 25 et 40%. A l inverse, chez des patients suspects de tuberculose mais pour lesquels le diagnostic a été écarté sur des critères bactériologiques et cliniques, la PCR donne parfois des résultats faussement positifs, la spécificité étant de 95% 75

76 Maladie Whipple: Coloration PAS Culture sur monocytes sanguin Macrophages LCR 76

77 Découverte de nouvelles bactéries Tropheryma whippelii Maladie rare : lipodystrophie intestinale responsable de malabsorption PCR 16S sur biopsies tissulaires de 5 patients non reliés : amplification positive Comparaison banques de données : bacille Gram + de la famille des actinomycètes Bartonella henselae Angiomatose bacillaire, Maladie des griffes du chat séquence apparentée à Rochalimaea quintana 77

78 PCR 16S et méningites Lu, JCM, LCR de méningites bactériennes 80% cultures positives 20% diagnostics réalisés uniquement par PCR 16S Schuurman, JCM, LCR de méningites bactériennes 78% cultures positives 18% diagnostics réalisés uniquement par PCR 16S (Notion d une ATB préalable dans 80%) 78

79 Rôle du Laboratoire Microbiologique Détecter Agent Pathogène Identifier Agent Pathogène Proposer un choix thérapeutique Aide à l étude épidémiologique 79

80 INTERET DES MARQUEURS Infections nosocomiales Reconnaître une épidémie Prouver la transmission d une souche Identifier l originel d une infection Infections communautaires Etudier la circulation des souches (épidémies, vaccinations) Différentier les récidives des réinfections? Recherche fondamentale Corrélation fond génétiqueg <> virulence / résistance aux ATB 80 Détection de fragments d ADN portant des gènes g de virulence

81 L Examen Direct du Sputum reste la méthode la plus rapide et la moins coûteuse pour détecter un patient tuberculeux contagieux. Sur un échantillon (+) au direct, l amplification génique peut servir de test d identification rapide. Sur un échantillon (-) au direct, se pose l intérêt de l amplification génique en raison de son manque de spécificité et du coût. 81

82 Stratégie diagnostique PCR 16S PCR spécifique LCR <3mois Streptocoque B + E. coli >3mois Pneumocoque + méningocoque Liq. Pleural Pneumocoque + : séquençage en fonction de la PCR spécifique - : utilisation d un deuxième couple d amorces 82

83 ARN ribosomal 16S Ribosomes : traduction des ARNm en protéines 2 ss-u : 30s (ARNr16s) et 50S (ARNr 23S et 5S) ARNr16S codé par rrs M. tuberculosis : 1 copie, E. coli : 7 copies Séquence de l ADN codant pour l ARNr 16S très conservée entre les bactéries Classification phylogénétique bactérienne basée sur le séquençage de l ARNr 16S 83

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire?

Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire? Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire? Dr Ghislaine Descours Laboratoire de Bactériologie, Centre de Biologie Est DUCIV, 15 octobre 2014 Objectifs! Connaître

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale. TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09

Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale. TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09 Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09 Buts de la microbiologie Aide au diagnostic d infection

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Le séquençage à haut débit Mars 2011

Le séquençage à haut débit Mars 2011 Atelier Epigénétique Université Pierre et Marie Curie Le séquençage à haut débit Mars 2011 Stéphane Le Crom (lecrom@biologie.ens.fr) Institut de Biologie de l École normale supérieure (IBENS) de la Montagne

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE 4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE L écologie microbienne (ou étude des micro-organismes de l environnement) étudie : les relations entre les différentes populations de micro-organismes

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin Les Evolutions techniques Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin 1 Les principales étapes de l évolution technologique 1975 Southern blot 1977 Séquençage Sanger

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012 Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation A. Galmiche, 2011-2012 1. Introduction et techniques de base 2. Détection des acides nucléiques et mesure de l expression des gènes: Hybridations PCR

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Promoteur : CHU de Rouen (PHRC national) Partenaires : CHG de Dieppe Institut Pasteur : CNR des méningocoques Institut de veille sanitaire

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né MODULE 1 : SPECIFICITES DE LA MICROBIOLOGIE ET DE LA PHYSIOPATHOLOGIE APPLIQUEES A LA GYNECOLOGIE, L OBSTETRIQUE

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010. Responsable scientifique Denis Milan. Coordination des nouveaux investissements

Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010. Responsable scientifique Denis Milan. Coordination des nouveaux investissements RNA-seq Olivier Bouchez Nathalie Marsaud Mercredi 28 mars 2012 Plateforme GeT : Génome et Transcriptome Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010 Responsable scientifique Denis

Plus en détail

FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES

FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES Contrôle continu 1 ère ère année Contrôle continu C:\Documents and Settings\demoulfr\Mes documents\site INTERNET\2009\1 année.doc Théorie : 310 h Pratique

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

LES BIOTECHNOLOGIES DANS LE DIAGNOSTIC DES MALADIES INFECTIEUSES ET LE DÉVELOPPEMENT DES VACCINS

LES BIOTECHNOLOGIES DANS LE DIAGNOSTIC DES MALADIES INFECTIEUSES ET LE DÉVELOPPEMENT DES VACCINS CHAPITRE 1.1.7. LES BIOTECHNOLOGIES DANS LE DIAGNOSTIC DES MALADIES INFECTIEUSES ET LE DÉVELOPPEMENT DES VACCINS INTRODUCTION Les méthodes de biologie moléculaire ont de plus en plus d applications dans

Plus en détail

Les infections uro-génitales (non MST)

Les infections uro-génitales (non MST) Urogenital infections in women : can probiotics help? 1 Les infections uro-génitales (non MST) A savoir : - Vaginoses bactériennes - Cystites à répétition - Vaginites à levures : candidoses vaginales à

Plus en détail

Le séquençage à haut débit Juin 2012

Le séquençage à haut débit Juin 2012 Atelier Epigénétique Université Pierre et Marie Curie Le séquençage à haut débit Juin 2012 Stéphane Le Crom (stephane.le_crom@upmc.fr) Laboratoire de Biologie du Développement (UPMC) de la Montagne Sainte

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Paramédicale Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique HELHa Fleurus Rue de Bruxelles 101 6220

Plus en détail

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps Présentation ADN Fishbase Jolien Bamps Les lois de Mendel et la transmission de l hérédité Gregor Mendel Moine et botaniste hongrois (1822-1884), en charge de maintenir le potager de son monastère Considéré

Plus en détail

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Claude SAEGERMAN Département des maladies infectieuses et parasitaires, Service d épidémiologie et analyse de risques appliquées aux

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

GENETIQUE MEDICALE - Principe des études moléculaires en Génétique Médicale, Méthodes d analyse des microlésions du Génome

GENETIQUE MEDICALE - Principe des études moléculaires en Génétique Médicale, Méthodes d analyse des microlésions du Génome 29/10/2014 Crévits Léna L2 Génétique médicale Dr Martin Krahn 14 pages Principe des études moléculaires en Génétique Médicale - Méthodes d analyse des microlésions du Génome Plan A. Rappels et généralités

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV)

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) MICROBIOLOGIE 1. Strep A et Urine Slide (page 1) 2. Coloration de Gram (page 1) 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) (page 1) 4. UKNEQAS Microbiology (page 2) 5. QCMD (page 4) Les programmes 1, 2 et 3 sont organisés

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Séquençage haut débit (Next Generation Sequencing) 12/03/2012 Pascal Le Bourgeois, M1BBT, EM8BTGM 1

Séquençage haut débit (Next Generation Sequencing) 12/03/2012 Pascal Le Bourgeois, M1BBT, EM8BTGM 1 Séquençage haut débit (Next Generation Sequencing) 1 Pyroséquençage (454) Margulies M. et al. (2005). Genome sequencing in microfabricated high-density picolitre reactors. Nature 437:376-80 Pas de banques

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Tests rapides - définitions TDR Tests de Diagnostic Rapide. TROD Tests Rapides

Plus en détail

Le séquençage haut-débit

Le séquençage haut-débit Nouveaux outils en biologie Le séquençage haut-débit DES d hématologie 16 janvier 2015 Paris Alice Marceau-Renaut Laboratoire d hématologie CHRU Lille NGS = Next-Generation Sequencing Whole-genome Whole-exome

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Module 4 : 053 PRINCIPALES TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION : ORTHOPHONIE ET KINÉSITHÉRAPIE

Module 4 : 053 PRINCIPALES TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION : ORTHOPHONIE ET KINÉSITHÉRAPIE Module 4 : 053 PRINCIPALES TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION : ORTHOPHONIE ET KINÉSITHÉRAPIE Validé par les Dr d Avout et Le Guen Dé nition - La médecine physique et de réadaptation (anciennement

Plus en détail

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE DIRECT D UNE INFECTION

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE DIRECT D UNE INFECTION DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE DIRECT D UNE INFECTION Les prélèvements, principales bactéries en cause, interprétation. Maryse ARCHAMBAUD Danielle CLAVE DCEM 1 Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Faculté

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 200 La vaccination contre les infections invasives à méningocoque Depuis l introduction du vaccin contre

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Génotypage et Séquençage. Pierre Mournet

Génotypage et Séquençage. Pierre Mournet Génotypage et Séquençage Pierre Mournet Plan Séquençage/Génotypage Classique (usat, Sanger) Séquençage NGS (Next Generation Sequencing) Séquenceur Préparation Pré-NGS Exemple 1 NGS Exemple 2 NGS Génotypage

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Dr Sophie Blumental Service de Maladies Infectieuses Pédiatriques Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola Bruxelles INTRODUCTION Fièvre = symptôme

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS 2001-2002 NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose Détermination de la sensibilité aux antibiotiques Méthode EUCAST de diffusion en gélose Version Sommaire Page Modifications des documents Abréviations et terminologie 1 Introduction 4 2 Préparation des

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail