APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE. Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE. Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré"

Transcription

1 APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré 1

2 Diagnostic Bactériologique Isolement bactérie sur milieu de culture Caractérisation phénotypique (morphologie, caractères biochimiques et AG) Identification ABG 2

3 Identification Bactériologique en Défaut Caractérisation phénotypique difficile Réactifs non commercialisés Culture lente Caractérisation phénotypique non discriminante Bactérie non cultivable Infection décapitée Espèce jamais décrite. 3

4 Apport des Méthodes de Diagnostic moléculaire en Bactériologie Diagnostic Sonde PCR Etudes Epidémiologiques 4

5 Détection directe des bactéries dans les échantillons biologiques Intérêt pour les bactéries : difficilement ou non cultivables ayant des exigences nutritionnelles complexes ayant des délais de croissance élevés présentes en quantité infime dans l échantillon 5

6 Amplification génique = multiplication de cibles moléculaires (1) Un ADN bicaténaire chauffé au dessus d une certaine température (Tm) deux brins indépendants. (Dénaturation) Après chauffage à une température au Tm, refroidissement nouvelle hybridation entre séquences complémentaires. 6

7 Amplification génique = multiplication de cibles moléculaires (2) Les ADN polymérases : enzymes ayant la propriété de recopier un brin d ADN en «s appuyant» sur un fragment complémentaire préalablement hybridé (élongation). La PCR synthèse de grandes quantités d ADN, par la multiplication sélective d un fragment d ADN donné. Connaissance des 15 à 25 bases situées à chaque extrémité en 5 de la séquence à amplifier. (amorces ou primers) 1 cycle = 3 étapes = Dénaturation, hybridation, polymérisation 7

8 PCR PCR principe général : Amorces de ~20 bases complémentaires du gène recherché Nucléotides (A, C, T, G) Polymérase thermorésistante (Taq) Cycles de T (copies X2 / cycle) : Dénaturation (séparation des brins d ADN) 95 C Hybridation des amorces : «annealing» (40-70 C selon Tm) Extension (synthèse d ADN complémentaire par la polymérase depuis l amorce) 72 C 30 cycles > 2 30 = 10 9 copies Cible amorce 1 Amorce 1 P1 Région amplifiée Cible amorce 2 95 C Taq Amorce Amorce 2 2 P2 8

9 Amplification spécifique Choix de l ADN cible Trois paramètres sont déterminants : Amplification d une séquence spécifique de genre ou d espèce Nombre de copies dans le génome Taille du fragment amplifié Choisir une cible ayant plusieurs copies dans le génome Avantages : augmente la sensibilité et la spécificité de la détection (IS 6110, amplification à partir de l ARN ribosomal) Détection : hybridation avec sonde détermination de la taille du fragment amplifié profil de restriction du fragment amplifié Avantage : simplifie l interprétation des résultats et est particulièrement utile lorsque l on s intéresse à une seule espèce bactérienne. 9

10 PCR classique P1 Taq P2 PCR Hybridation Electrophorèse +/- Hybridation Temps technique important Manipulations répétées Risques de contaminations 10

11 11

12 Applications PCR Pathogènes respiratoires Mycobactérium tuberculosis, mycobactéries atypiques Légionella Bordetella pertussis Mycoplasma pneumoniae Chlamydia pneumoniae Pathogènes de l appareil génital Treponema pallidum Chlamydia trachomatis Haemophilus ducreyi Mycoplasma genitalium Bactéries pathogènes de l appareil digestif 12

13 Echantillon Sputum TUBERCULOSE PULMONAIRE PCR M. tuberculosis ED (-) Cult (+) PCR : Sensibilité 25-40% ED (+) Cult (+) PCR : Sensibilité 95% ED (+) Identification rapide de M. tuberculosis ED (+) Patient HIV Différentiation M. tuberculosis / autres Mycobactéries ED (-) Cult (-) PCR : Faux (+) 5% ED (-) Pas d intérêt Carpentier JCM 1995 Truffot Pernot

14 Analyse par PCR spécifique duplex de liquides biologiques Pneumocoque/méningocoque et Streptocoque B/E. coli Pneumocoque (gène pneumolysine) Méningocoque (gène crga) E. Coli (gène béta-glucuronidase) S. Agalactiae (gène CAMP factor) 14

15 Détection de gènes g de virulence bactériens par PCR SGA S. aureus E. coli entéropathogènes Shiga-toxines de E. coli O157:H7 E. coli uropathogènes Toxine de Bordetella pertussis Toxines de Clostridium difficile 15

16 Staphylococcus aureus:détection de la résistance et de la virulence par PCR Leucocidine Panton-Valentine: luks/lukf Résistance à la méticilline: meca Toxine du syndrome de choc toxinique: tst Coagulase : coa 16

17 PCR PCR multiplexe : Plusieurs couples d amorces dans un même tube de PCR Mise au point particulière Pouvoir discriminant dpt du nb de gènes analysés (limité) Escherichia coli groupage phylogénétique A A B1 D D B2 B2 Streptococcus pyogenes gènes de toxines chua yjaa TspE4c2 speb ssa smez sic spea 17

18 Diagnostic bactériologique des infections à VTEC(1) Selles ou écouvillonage rectal Gélose Mac Conkey - Sorbitol Sorbitol + Sorbitol - E.coli agglutination antisérum O157 identification biochimique E.coli O157 : H7 Escherichia hermanii Recherche des gènes de virulence isolement Ecouvillon Incubation 6h 37 Eau peptonée Hybridation sur colonie avec sonde spécifique PCR - extration ADN - PCR/ amorces spécifiques - électrophorèse Recherche de gènes de virulence 18

19 Recherche de gènes de virulence connus PCR d un gène de virulence PCR multiplexe : Ex 1 : recherche des gènes de Shiga-toxines et de l intimine chez les EHEC : eae + stx1 2 : eae + stx2 Dr Mariani-Kurkdjian CNR associé E. coli O157:H7 19

20 ExPEC: empreinte de virulence par PCR nonaplex Sidérophores Toxines Adhésines Yersiniabactine Aerobactine Salmocheline Hémolysine Cytotoxic necrotizing factor S fimbriae P fimbriae Adhésine PapGIII Adhésine PapGII 20

21 Bordetella pertussis: Séquences d intérêt pour le diagnostic Séquence d insertion IS481 Plus de 200 copies / chromosome Spécificité non absolue: présente chez quelques isolats de B.bronchiseptica et B. holmesii 1 copie /chromosome Spécificité absolue: La toxine pertussis n est présente que chez B. pertussis Toxine Pertussis 21

22 Diagnostic de la Coqueluche et PCR Toxine Pertussis IS 481 Béta-globine 22

23 Rémanence de l ADN de B. pertussis après traitement Patients Tel, ko Kon, am Durée de positivité en jours de la PCR de l IS >3sem Dia, mel + Dji, ch Yaf, kh + Cav, pi + + Mad, mi (31 j) Maq, sa + + Nou, ba (51j)

24 Méthodes génétiques de détection de la résistance aux antibiotiques Bactérie Gène Antibiotiques Méthodes génétiques Staphylococcus sp. mec A Méthicilline Sondes, PCR S. pneumoniae plp 1A, 2B, 2X β-lactamines PCR Enterococcus sp. van A, B, C, D Glycopeptides Sondes, PCR Entérobactéries tem, shv, autres β-lactamines Sondes, PCR M. Tuberculosis rpo B Rifampicine PCR kat G Isoniazide CID

25 Méthodes Génétiques de détection de la résistance Avantages Détermination Pvt pathologique Rapidité même si culture lente Mise en évidence génotype Limites Manque de sensibilité Différents gènes à tester Non exhaustif En défaut si nouveau mécanisme de R Absence d expression phénotypique Absence de Standardisation 25

26 Présents dans toutes les bactéries Régions très conservées Régions variables GENE ARNr 16S Séquences Є Zones identiques chez toutes les bactéries gènes codant pour ARN ribosomal homme on pourra «isoler» ADN bactérien/adn humain avec amorces permettant amplifier que gènes codant pour ARNr 16S bactérien Séquences Є Zones identiques pour bactéries d un même phylum bactérien (G+, G-) Séquences Є Zones spécifiques de genre ou d espèce bactérienne identification bactérie Séquençage des gènes codant pour ARNr 16S Approche pour l identification des germes non cultivables 26

27 Organisation schématique du gène codant pour l ARNr 16S 1513R F 779F 1191R pb 995 pb Séquence non conservée Séquence conservée 27

28 METHODOLOGIE Lyse Tissu Infecté Extraction de l ADN + Amplification gène ARNr16S (remplace culture ) Séquençage du fragment amplifié Comparaison Banque Données (Banque : 1802 séquences d ARNr 16S) Si séquence déjà connue Bactérie identifiée Si séquence inconnue Positionnement phylogénétique 28

29 Principales applications de la PCR 16S Découverte de nouvelles bactéries Tropheryma whippelii (Relman NEJM 1992) Bartonella henselae (Relman NEJM 1990) Identification de bactéries présentant des caractères phénotypiques inhabituels Diagnostic d infections bactériennes à culture négative Germes à croissance difficile Infections décapitées par des antibiotiques 29

30 Apport de la PCR 16S dans le diagnostic microbiologique Diagnostics étiologiques d infections sans diagnostic microbiologique 2 diagnostics d arthrites Kingella sp Neisseria meningitidis (PCR spécifique W135) 3 diagnostics de méningites Haemophilus influenzae (PCR spécifique b négative) Neisseria meningitidis (PCR spécifique négative) Streptococcus agalactiae (PCR spécifique positive) 3 diagnostic d infections à anaérobies 2 Fusobacteriumies necrophorum, 1 peptostreptococcus sp 30

31 Cinétique de la PCR 16S dans le sang chez un patient présentant un sepsis à méningocoque T- J0 J1 J2 J2 J3 Début de l antibiothérapie J7 31

32 Etude de la persistence de l ADN bactérien sous ATB Temps après début d ATB (h) S. S. agalactiae H. S. H. influenzae S. S. pneumoniae N. LCR=6 N. Meningitidis (J6) S. pneumoniae N. meningitidis n=2 n=2 Liquides Pleuraux n=6 PCR 16S+ PCR 16S - 32

33 PCR classique P1 Taq P2 PCR Hybridation Electrophorèse +/- Hybridation Temps technique important Manipulations répétées Risques de contaminations 33

34 Captation d un signal de fluorescence au cours de la PCR Non spécifique : SybrGreen, BET Spécifique : Sondes fluorescentes Avantages : Réduction du temps technique Réduction des manipulations (moins de risque de contaminations) Quantification Excitation : LASER, Filtre Captation : Caméra CCD PCR en temps réel R Fluorescence Cycles de PCR Q R Sonde Taqman Q R Q 34

35 Prévention de l IMF à Streptocoque B PCR entièrement automatisée en 30 min POSITIF 30min Antibio Prophylaxie IV Salle de travail: Prélèvement vagilna Cartouche réactionnelle Prête à l emploi 35

36 Remco Lancet Inf Dis

37 Remco Lancet Inf Dis

38 Les Limites de La PCR Faux négatif : paramètres d amplification inappropriés quantité d ADN cible inadéquate présence d un inhibiteur de la Taq polymérase Faux positif : dus à la contamination des échantillons constituent le problème majeur de cette technique qui impose des mesures expérimentales draconiennes. 38

39 Recherche de gènes de virulence connus / inconnus DNA array Macro-array : Membrane de Nylon ADN marqué P33 Micro-array : «Puce à ADN» marquage fluorescent 39

40 Extraction d Ac nucléiques DNA arrays : le principe hybridation Sonde 1 Sonde 2.. Echantillon X marquage lavage Analyse quantitative Détection du signal Empreinte d hybridation d 40

41 DNA array 22 F G (O45) F (O2) ECMN colon S 50 nnc59 G ~1000 ORF spécifiques des ExPEC 41

42 Marqueurs moléculaires et pathologie infectieuse Surveillance des infections nosocomiales Analyse des voies de contamination des KT 42

43 Aspect des colonies MARQUEURS PHENOTYPIQUES Antibiotypes (sensibilité aux ATB) Biotypes (typage biochimique) Sérotypes (Ag de surface) lysotypes (sensibilité aux bactériophages) électrophorèse de protéines (PAGE) Enzymes métaboliques LPS, capsule, protéines Ac Paroi LPS 43

44 APPROCHE MOLECULAIRE Analyse de l ADN = molécule porteuse de l information génétique et donc caractéristique d une souche Progrès décisifs dans l identification précise des souches Pallier aux difficultés inhérentes à l analyse phénotypique 44

45 TECHNIQUES DE GENOTYPAGE DE L ADN CHROMOSOMIQUE Basées sur la digestion par une enzyme de restriction RFLP RFLP + hybridation : Ribotypage, IS, gènes divers ECP Basées sur la PCR PCR multiplexe de gènes variables De séquences répétées (REP-PCR, ERIC-PCR, PCR-ribotypage) Aléatoire (AP-PCR / RAPD) 45

46 EPIDEMIE NOSOCOMIALE Diffusion d un même clone de patient à patient Enquête du service d hygiène hospitalière Recherche de la source de contamination (manuportage, matériel, produits, alimentation, eau ) , 2, 3 : isolats de S. aureus en service de réanimation 4, 5, 6 : souches témoin de S. aureus 46

47 SCN METHICILLINE RESISTANTS EN NEONATOLOGIE 47

48 Epidémie à Enterobacter cloacae chez 9 patients 48

49 Infections post opératoire à S.aureus 49

50 ROLE DU LABORATOIRE Diagnostic Septicémies sur KT 50

51 Voies de contamination des KTC Septicémie sur KT à SCN : RAPD K I P H K I P H Origine = point d insertion du KT tunnelite > retrait du KT Origine = Pavillon du KT > manœuvre iatrogène changement du pavillon KT 51

52 METHODES TYPAGE MOLECULAIRE Infirment/confirment Hypothèses cliniques Ne remplacent pas Analyses épidémiologiques 52

53 BACK 53

54 54

55 APPROCHE GLOBALE Polymorphisme de restriction de l ADN de total Enzymes de restriction Clive ADN au niveau sites spécifiques Fragments de taille = selon nb et position de ces sites Polymorphisme de taille des fragments de restriction 55

56 Principe de la PCR ADN cible + Amorces spécifiques + Taq polymérase Séquence à amplifier 95 C 55 C 72 C Nouveau cycle A chaque cycle le nombre de séquence est doublé 30 cycles=10 9 copies 56

57 PCR 16S et endocardites (2) Pogdlajen, Emerg Infect Dis, valves cardiaques 83% hémocultures positives 14%: diagnostics réalisés uniquement par PCR 16S 3 cas d endocardites à Bartonella quintana 1 cas d endocardites de Bartonella henselae 1 cas d endocardite à Streptococcus gallolyticus 57

58 Cas clinique (1) Ostéo-arthritre de l épaule droite chez un garçon de 3ans. ATCD : Janvier 2003 : Ostéomyélite à S. aureus de l extrémité inférieure du tibia droit et de la malléole sur fracture platrée depuis 3 semaines Mars 2003 : Broncho-pneumopathie du lobe supérieur gauche HDM : Avril 2003 Impotence fonctionnelle douloureuse de l épaule droite, tuméfiée, évoluant depuis plus de trois jours avec anorexie, perte de poids et quelques épisodes fébriles depuis quelques semaines 58

59 Examens complémentaires : CRP = 145mg/l GB = 12800/mm3, 71%PN plaquettes/mm3 Traitement : Ceftriaxone, Fosfomycine, Amikacine pendant 24 heures puis transfert à Robert Debré A son arrivée à Robert Debré : Scintigraphie osseuse : Ostéomyélite de l extrémité supérieure et de la diaphyse de l humérus Abcès de 6 cm sur 2cm, excision des lésions septiques Culture stérile 59

60 Traitement : Céfotaxime, Fosfomycine 10 jours jusqu à normalisation de l aspect clinique Retour à Beaumont PCR 16S+ : Haemophilus influenzae, la PCR spécifique des sérotypes capsulés était négative Au total : abcès à Haemophilus influenzae non capsulé chez un enfant dont le bilan immunitaire mettra en évidence une maladie de Bruton. 60

61 Cas clinique (2) Méningite et endocardite chez un nouveau-né de 27 jours. HDM : Consultation à 27 jours de vie pour une fièvre à 40 C depuis la veille avec des pleurs, des difficultés à prendre le biberon. Examen clinique : bébé fatigué, tachycarde, pas de point d appel clinique évident à la fièvre. L examen clinique quelques heures après l admission montre un souffle systolique. 61

62 Examens complémentaires : CRP = 157 mg/l Fibrinogène = 5.71 g/l LCR : 7000 éléments / mm 3, 89%PN, antigènes solubles négatifs. protéinorachie = 1.75g/l, glycorachie = 1.4 mmol/l (Glycémie = 3.6 mmol/l) Culture du LCR stérile (sans antibiothérapie préalable) Hémocultures négatives Traitement : Céfotaxime, Amoxicilline, Amikacine Apyrexie obtenue rapidement. Echographie cardiaque à J15 montre une insuffisance mitrale moyenne + végétation 62

63 PCR 16S dans le LCR (J0) + : Streptococcus agalactiae PCR 16S dans le sérum (J1) + : Streptococcus agalactiae Confirmation par la PCR spécifique de Streptococcus agalactiae Au total : endocardite associée à une méningite à Streptococcus agalactiae. 63

64 Pour pouvoir constituer un réel progrès par rapport aux méthodes classiques ces techniques doivent offrir les avantages suivants : Simplicité et rapidité (automates) Possibilité de détecter des agents infectieux difficiles voir impossible à cultiver Possibilité de détecter directement le microorganisme recherché dans n importe quel type de prélèvement pathologique Possibilité d une estimation quantitative de l agent infectieux présent dans l échantillon biologique. 64

65 Comment interpréter un Résultat PCR Vrai positif : Signal positif franc, reproductible, simultané de signaux témoins négatifs. Signifie la présence de l ADN cible vivant ou mort dans l échantillon. L interprétation varie selon le choix de la cible amplifiée. Vrai négatif : Signal négatif franc, reproductible, simultané de signaux témoins positifs. Signifie l absence de la cible ADN dans l échantillon. 65

66 Détection de gènes de résistance aux antibiotiques Détection de la résistance à la rifampicine et à l isoniazide chez M. tuberculosis et chez M. Leprae. Détection de la résistance à la méticilline par amplification du gène meca chez S. aureus. Détection des β-lactamases à spectre élargi chez les entérobactéries par amplification du gène bla et oligotypage. 66

67 Principe de l utilisation des sondes Séparation des 2 brins d ADN (Dénaturation) Appariement bases d un brin cible (immobilisé sur support solide ou support liquide) avec la sonde ADN marquée 67

68 BACK 68

69 Sondes nucléiques pour la détection et l identification des agents pathogènes (1) Importance croissante : nombreux kits commercialisés Définition : fragment d ADN ou d ARN marqué enzymes substrat antigénique radio-isotope composé chémoluminescent capable de s hybrider spécifiquement à une séquence nucléique complémentaire ADN ou ARN, taille 20 à > 1000pb 69

70 Sondes nucléiques pour la détection et l identification des agents pathogènes (2) Avantages : Spécificité (mais parfois faux -) Détection d organismes morts ou difficilement cultivables Rapidité Flexibilité Inconvénients Manque de sensibilité : 10 5 CF/ml Manque d automatisation 70

71 LIMITES ET PIEGES DE LA PCR (1) Quelques questions non résolues Le DNA bactérien persiste-t il au site infectieux où à distance après guérison ou traitement? Délai de la négativité de la PCR/culture? Méningocoque : 24/48 H Maladie de Lyme : 5 jours La PCR peut-elle permettre de suivre une réponse au TT? (PCR quanti?) 71

72 LIMITES ET PIEGES DE LA PCR (2) La PCR peut elle distinguer une infection d une colonisation? Un site normalement stérile peut il contenir du DNA bactérien? Place de la détection RNA bactérien versus DNA 72

73 Sonde : séquence acide nucléique ( 20 nucléotides) Homologue à une séquence d ADN ou ARN avec laquelle elle s hybride de façon stable et spécifique par réassociation entre bases complémentaires 73

74 Amplification non spécifique Amplification non spécifique : amplification d une séquence présente dans toutes les espèces bactériennes (ARN 16S), ou présente dans une espèce bactérienne (groel) Avantage : permet théoriquement la détection de n importe quelle espèce bactérienne. Inconvénient : impose des conditions de détection stringentes pour assurer la spécificité de la réponse. 74

75 TUBERCULOSE PULMONAIRE (1) Dans un échantillon biologique : ED (-) Culture (+) PCR M. tuberculosis sensibilité : 25 et 40%. A l inverse, chez des patients suspects de tuberculose mais pour lesquels le diagnostic a été écarté sur des critères bactériologiques et cliniques, la PCR donne parfois des résultats faussement positifs, la spécificité étant de 95% 75

76 Maladie Whipple: Coloration PAS Culture sur monocytes sanguin Macrophages LCR 76

77 Découverte de nouvelles bactéries Tropheryma whippelii Maladie rare : lipodystrophie intestinale responsable de malabsorption PCR 16S sur biopsies tissulaires de 5 patients non reliés : amplification positive Comparaison banques de données : bacille Gram + de la famille des actinomycètes Bartonella henselae Angiomatose bacillaire, Maladie des griffes du chat séquence apparentée à Rochalimaea quintana 77

78 PCR 16S et méningites Lu, JCM, LCR de méningites bactériennes 80% cultures positives 20% diagnostics réalisés uniquement par PCR 16S Schuurman, JCM, LCR de méningites bactériennes 78% cultures positives 18% diagnostics réalisés uniquement par PCR 16S (Notion d une ATB préalable dans 80%) 78

79 Rôle du Laboratoire Microbiologique Détecter Agent Pathogène Identifier Agent Pathogène Proposer un choix thérapeutique Aide à l étude épidémiologique 79

80 INTERET DES MARQUEURS Infections nosocomiales Reconnaître une épidémie Prouver la transmission d une souche Identifier l originel d une infection Infections communautaires Etudier la circulation des souches (épidémies, vaccinations) Différentier les récidives des réinfections? Recherche fondamentale Corrélation fond génétiqueg <> virulence / résistance aux ATB 80 Détection de fragments d ADN portant des gènes g de virulence

81 L Examen Direct du Sputum reste la méthode la plus rapide et la moins coûteuse pour détecter un patient tuberculeux contagieux. Sur un échantillon (+) au direct, l amplification génique peut servir de test d identification rapide. Sur un échantillon (-) au direct, se pose l intérêt de l amplification génique en raison de son manque de spécificité et du coût. 81

82 Stratégie diagnostique PCR 16S PCR spécifique LCR <3mois Streptocoque B + E. coli >3mois Pneumocoque + méningocoque Liq. Pleural Pneumocoque + : séquençage en fonction de la PCR spécifique - : utilisation d un deuxième couple d amorces 82

83 ARN ribosomal 16S Ribosomes : traduction des ARNm en protéines 2 ss-u : 30s (ARNr16s) et 50S (ARNr 23S et 5S) ARNr16S codé par rrs M. tuberculosis : 1 copie, E. coli : 7 copies Séquence de l ADN codant pour l ARNr 16S très conservée entre les bactéries Classification phylogénétique bactérienne basée sur le séquençage de l ARNr 16S 83

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui?

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? Responsable d UF Geneviève HERY-ARNAUD (MCU-PH) 1 Qui? 2 Où? 3 Pourquoi? 4 Comment? 5 Combien? 6 Quoi? Coordination médicale Nicolas ROUZIC (PH) Coordination

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation 2- Les molécules d ADN constituent le génome 2-1 La séquence d ADN représente l information génétique Lettres: A, T, G, C Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine).

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Diagnostic rapide : pour quelles pathologies?

Diagnostic rapide : pour quelles pathologies? Diagnostic rapide : pour quelles pathologies? XVIIème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Dr. Caroline Loïez Les bases du diagnostic bactériologique Diagnostic «classique» Diagnostic

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. L évolution, la taxinomie et la diversité microbienne

Microbiologie BIOL 3253. L évolution, la taxinomie et la diversité microbienne Microbiologie BIOL 3253 L évolution, la taxinomie et la diversité microbienne Introduction générale et vue d ensemble Taxinomie Science de la classification biologique. Constituée de 3 parties séparées

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Philippe LANOTTE Service de Bactériologie-Virologie, Hôpital Bretonneau - CHRU de Tours & Laboratoire de Microbiologie,

Plus en détail

Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien

Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien L2-L3- Enseignements intégrés UE de l agent infectieux à l hôte Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien Dr Sylvain Godreuil Département

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles Mycoplasma genitalium,, un agent émergent responsable d urétrites et autres maladies sexuellement transmissibles Cécile M. Bébéar, B. de Barbeyrac, G. Carcenac, M. Clerc, S. Pereyre, et C. Bébéar Laboratoire

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE

P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE P.C.R.: Méthode rapide d'amplification d'une séquence déterminée d'a.d.n. à partir d'une matrice. Elle permet d'obtenir plusieurs

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire?

Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire? Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire? Dr Ghislaine Descours Laboratoire de Bactériologie, Centre de Biologie Est DUCIV, 15 octobre 2014 Objectifs! Connaître

Plus en détail

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 ED Biologie moléculaire E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 PCR 1983: Kary Mullis Amplification in vitro par une méthode enzymatique d'un fragmentd'adn en présence de deux oligonucléotides spécifiques

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

CHAPITRE III: Le Clonage

CHAPITRE III: Le Clonage BIOLOGIE MOLECULAIRE CHAPITRE III: Le Clonage I) Définition: Cloner un fragment d'adn consiste à: isoler physiquement ce fragment. en augmenter le nombre de copie (cf: amplification) II) Principe: Le clonage

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

ATELIER EPIGENETIQUE

ATELIER EPIGENETIQUE Juin 2012 ATELIER EPIGENETIQUE Utilisation de la Q-PCR pour analyser des données de ChIP ou de MeDIP Emmanuèle Mouchel-Vielh I. La PCR quantitative: principe et généralités II. Interprétation des résultats

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2015 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 LUNDI 22 JUIN 2015 Durée totale de l épreuve:

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

10b : La PCR (locus PV92)

10b : La PCR (locus PV92) 10b : La PCR (locus PV92) Cette expérience a été mise en place afin de remplacer le protocole intitulé "PCR (locus D1S80)". L amplification est en effet meilleure et les résultats plus simples à interpréter.

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR. (Polymérase Chain Reaction)

L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR. (Polymérase Chain Reaction) L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR (Polymérase Chain Reaction) ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Corinne SAILLEAU Corinne.sailleau@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines Génie génétique Définition : Ensemble de méthodes d investigation et d expérimentation sur les gènes. Outils nécessaires : ADN recombinant, enzyme de restriction, vecteur, banque ADNc, sonde nucléique...

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

8.3.3 Réactifs. La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d ADN.

8.3.3 Réactifs. La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d ADN. 8.3.3 Réactifs 1. AD polymérase: La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d AD. Des polymérases qui sont résistantes à la chaleur sont utilisées, telles que la Taq polymérase (Thermus

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Page 1 sur 6 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Mis à jour : 11/04/2006 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT RIFAMYCINE CHIBRET 1000 000 UI POUR CENT, collyre en solution 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr

La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr INRA Centre de recherche de Bordeaux UMR Biologie du Fruit et Pathologie Historique 1985 : Invention par Kary Mullis de la technique de (PCR). 1991

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN"

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA TAQMAN LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN" I- Terminologie Le terme TaqMan est souvent utilisé par abus de langage pour désigner : - la technique de PCR quantitative par détection en temps réel de

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad 28/03/2013 Plan de la présentation Définitions des IRA et GEA Etiologies Grippe et norovirus La surveillance de la grippe et de la GEA en France La surveillance des

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

2: Les enzymes de restriction

2: Les enzymes de restriction 2: Les enzymes de restriction Les enzymes de restriction sont des protéines synthétisées par des bactéries pour se protéger des infections de virus (bactériophages). Ces enzymes coupent l ADN viral à des

Plus en détail

Interprétation des résultats et troubleshooting

Interprétation des résultats et troubleshooting Interprétation des résultats et troubleshooting Le Service de séquençage du Centre d innovation Génome Québec et Université McGill utilise des appareils 3730xl DNA Analyzer d Applied Biosystems. Cette

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques.

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item ENC 88. Infections génitales de la femme. Leucorrhées.

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAKOTOZANDRINDRAINY Njariharinjakamampionona Doctorant en Microbiologie Encadreurs : Pr RAHERIMANDIMBY

Plus en détail

Les outils du génie génétique.

Les outils du génie génétique. Les outils du génie génétique. I\ Les enzymes. On va se servir des enzymes pour couper, coller et synthétiser des acides nucléiques. A\ Les polymérases. Toutes les polymérases agissent de 5 vers 3. En

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Modification du 15 décembre 2003 Le Département fédéral de l intérieur arrête: I L ordonnance du 13 janvier 1999 sur les déclarations de médecin

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Dr Loïc EPELBOIN Service des Maladies Infectieuses et Tropicales 8 Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, France Université Pierre et

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

L2 microbiologie TD08: méthodes de la microbiologie moléculaire

L2 microbiologie TD08: méthodes de la microbiologie moléculaire # Andrew Tolonen (atolonen@gmail.com) # avril 2013 L2 microbiologie TD08: méthodes de la microbiologie moléculaire Exercise 1: amplification d'un gène d'intéret par PCR Vous êtes un médecin travaillant

Plus en détail

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Mercredi 23 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Krahn 10 pages Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Plan A. Introduction B. Techniques courantes

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

Cécile M. Bébéar 04/12/2006 1 L ADN BACTERIEN. - Chromosome - Plasmides

Cécile M. Bébéar 04/12/2006 1 L ADN BACTERIEN. - Chromosome - Plasmides Cécile M. Bébéar 04/12/2006 1 L ADN BACTERIEN - Chromosome - Plasmides Cécile M. Bébéar 04/12/2006 2 1. Chromosome 1.1 Mise en évidence 1.1.1 Microscopie optique - Difficile (beaucoup d ARN) - Après RNAse

Plus en détail

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE Un homme de 70 ans, éthylo-tabagique, vous consulte pour une fièvre à 39 C d apparition brutale associée à des frissons, une toux, des expectorations

Plus en détail

PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq

PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq Ce chapitre aborde les notions présentées rapidement dans l introduction (Ct, droite standard, principes de la quantification). Il détaille les différents formats de fluorescence

Plus en détail

SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine.

SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine. 30/04/12 Camille Garbarino Sémiologie Pr Barlier 6 pages SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Plan : A) Principales

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN

CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN But de la manipulation Le but de cette manipulation est l introduction d un gène de méduse codant pour une protéine fluorescente dans des bactéries par l

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE HYGIENE HOSPITALIERE 1 ) Données microbiologiques de base 2 ) L hygiène à l hôpital 3 ) Les infections nosocomiales MK 1ère année 2012 Dr. Catherine VALLET 1 1 ) Les agents infectieux MK 1ère année 2009

Plus en détail

Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire

Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire Pr Louis BERNARD CHRU de Tours - Université F. Rabelais CRIOGO

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail