Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)"

Transcription

1 Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Cedef 1,2 Disponible sur Internet le 23 février 2012 Objectifs pédagogiques Diagnostiquer une gonococcie, une infection à Chlamydia trachomatis. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. POINTS CLÉS C. trachomatis et le gonocoque sont les deux principaux germes responsables d urétrite. Leurs équivalents féminins, cervicites et cervico-vaginites partagent la même épidémiologie et la même prise en charge diagnostique et thérapeutique. L incidence des urétrites gonococciques est en légère augmentation en France depuis 1998 mais reste bien inférieure à l incidence des années La fréquence du portage asymptomatique et son risque de transmission «à bas bruit» combinés aux complications sur le haut appareil génital féminin (grossesse extra-utérine [GEU], stérilité tubaire) font de C. trachomatis un enjeu de santé publique chez les sujets les plus jeunes. Les progrès dans le diagnostic biologique avec les techniques d amplification génique permettent des diagnostics plus rapides et plus sensibles pour le dépistage de Chlamydia trachomatis. L émergence de souches résistantes aux antibiotiques impose de réactualiser régulièrement les schémas thérapeutiques des infections à gonocoque. Intérêt épidémiologique et économique d un traitement probabiliste immédiat en prise unique (traitement minute) sans examen microbiologique pour les patients ayant une urétrite et leurs contacts sexuels. DOI de l article original : 1 La liste des auteurs et collaborateurs, publiée dans ce numéro, est également disponible à l adresse suivante : doi: /j.annder Auteur correspondant : (J.-M. Bonnetblanc) /$ see front matter 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.annder

2 A58 Des recommandations diagnostiques et thérapeutiques sur les maladies sexuellement transmissibles ont été publiées par le groupe MST de la Société Française de Dermatologie en septembre Neisseria gonorrhoeae et Chlamydia trachomatis, isolément ou en association, sont responsables d infections sexuellement transmissibles (IST) anciennement appelées maladies sexuellement transmissibles (MST). Ils sont impliqués dans la majorité des infections urogénitales sexuellement transmises chez l homme et dans une bonne part des cervico-vaginites de la femme. Cedef sociales favorisées. En France, le dépistage systématique par autoprélèvement vulvaire de CT chez les jeunes femmes de moins de 25 ans est recommandé. Le jeune âge et le nombre de nouveaux partenaires sont associés à ce risque. La fréquence élevée du portage asymptomatique favorise sa diffusion dans la population générale. Ces infections sont responsables de complications sur le haut appareil génital chez la femme : stérilités tubaires, algies pelviennes inflammatoires et risques de grossesse extra-utérine. ÉPIDÉMIOLOGIE Gonococcie Le gonocoque, Neisseria gonorrhoeae (NG), est un diplocoque encapsulé, cytochrome oxydase positif, immobile et asporulé, notamment retrouvé dans les polynucléaires neutrophiles Gram négatif, intraou extracellulaires dont la transmission est presque toujours sexuelle. La transmission lors de rapports orogénitaux est possible et le portage pharyngé de gonocoques est le plus souvent asymptomatique d où la nécessité d une recherche systématique en cas de conduite à risque (multipartenariat avec rapports orogénitaux réceptifs non protégés). Depuis quelques années, on assiste à une augmentation des cas, mais l incidence reste cependant très inférieure à celle des gonococcies, observée au début des années On observe des résistances à la pénicilline par production de -lactamase (15 % des souches), aux cyclines (20 %) et plus récemment à la ciprofloxacine (40 %). Depuis quelques années, dans plusieurs pays européens, une augmentation régulière et significative des CMI pour les céphalosporines de 3 e génération (CG3) est observée, faisant planer le risque du développement de résistance aux CG3. Ceci a entraîné une mise au point récente du traitement des gonococcies en Europe. Infection à Chlamydia trachomatis Chlamydia trachomatis (CT) est un bacille Gram négatif, intracellulaire obligatoire, immobile. Les sérotypes D à K, transmissibles par contact direct, sont responsables d infections urogénitales. Les sérotypes L1, L2 et L3 sont responsables de la lymphogranulomatose vénérienne (LGV) ou maladie de Nicolas-Favre. L infection à CT est devenue 50 à 80 fois plus fréquente que la gonococcie et représente la première maladie bactérienne sexuellement transmissible dans les pays industrialisés (prévalence estimée entre 2 et 10 % chez les sujets jeunes). La prévalence des infections à CT tend à diminuer dans les pays d Europe où des programmes de recherche et de contrôle actifs ont été mis en place. La distribution des infections à CT n est pas superposable à celle du gonocoque. Elles seraient plus fréquentes chez les femmes de classes Gonococcie La gonococcie est une infection due à Neisseria gonorrhoeae ou gonocoque (Tableau 1). Le gonocoque est un diplocoque Gram négatif intracellulaire. Le gonocoque est transmissible par contact direct, essentiellement lors des rapports sexuels. Épidémiologie L incidence des gonorrhées a tendance à augmenter depuis Elle est plus forte chez les hommes que chez les femmes et en Ile-de-France qu ailleurs en France. L âge médian est de 31 ans chez les hommes et de 22 ans chez les femmes. Les principaux sites d infection à gonocoques sont l urètre chez les hommes et le col et le vagin chez les femmes. Le portage pharyngé est fréquent chez les homoou bisexuels ayant des rapports orogénitaux non protégés. Clinique La période d incubation est contagieuse et dure de 2 à 7 jours. Infections non compliquées Chez l homme, les infections à gonocoque peuvent revêtir plusieurs présentations cliniques L urétrite antérieure aiguë est la forme habituelle de l infection à gonocoque chez l homme. Le tableau clinique est le plus souvent bruyant. L urétrite peut se manifester par : un écoulement urétral purulent (90 % des cas) ; une dysurie ; des douleurs urétrales à type de brûlures permanentes ou mictionnelles ; un prurit urétral ; une méatite, voire une balanite. Elle se définit biologiquement par : > 5 polynucléaires neutrophiles au frottis urétral à grossissement 100 ou > 10 polynucléaires neutrophiles à l examen du 1 er jet à au moins deux heures après la dernière miction au grossissement 400. L anorectite peut survenir dans les 2 sexes, mais prédomine chez l homme, étant présente dans environ 8 % des cas de gonococcie chez l homosexuel masculin. Elle est asymptomatique dans la majorité (2/3) des cas.

3 Infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis A59 Tableau 1 Caractéristiques diagnostiques et thérapeutiques des urétrites à gonocoque et à Chlamydia trachomatis. Neisseria gonorrhoeae Chlamydia trachomatis Prévalence parmi les 10 % % urétrites en France Incubation 2-5 jours Plusieurs semaines Écoulement 90 % (purulent) % (clair) Cervicite Oui Oui Portage asymptomatique Exceptionnel à l urètre Plus fréquent pharynx et anus Complications Prostatite, orchi-épidydimite, Septicémie avec signes cutanés et arthrites septiques Salpingite rare Au moins 10 % à l urètre Prostatite, orchi-épididymite Arthrite réactionnelle Syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter Kératoconjonctivite Salpingite ++ Stérilité tubaire +++ GEU ++ Algies pelviennes inflammatoires Transmission néonatale Rare conjonctivite purulente Conjonctivite, pneumopathie Diagnostic Examen direct, culture et antibiogramme +++ Dépistage Pas d intérêt en dehors des sujets consultant pour une IST, notamment recherche de portage pharyngé voire anal PCR sur premier jet d urine chez l homme et sur prélèvement à l endocol chez la femme Intérêt chez les sujets jeunes du fait des complications chez la femme PCR sur le premier jet d urine dans les 2 sexes Elle peut se manifester par : un prurit anal ; une anite ; un écoulement rectal purulent ; une diarrhée, des saignements anorectaux ; un syndrome rectal (ténesme, épreintes, diarrhée mucopurulente) et/ou des sensations de défécations incomplètes. L oropharyngite est le plus souvent asymptomatique. La mauvaise diffusion des antibiotiques dans cette localisation est une fréquente cause de portage persistant après traitement et de maintien de la chaîne de contamination. Chez la femme, l infection à gonocoque est asymptomatique dans 70 % des cas La manifestation la plus fréquente est la cervicite. L anamnèse peut retrouver : des leucorrhées purulentes ; une pesanteur pelvienne ; et/ou des signes d urétrite associée. L examen physique montre habituellement un col non ou peu inflammatoire et un écoulement purulent à l orifice cervical. Complications Les complications des gonococcies sont les suivantes : chez l homme : prostatite, épididymite ; chez la femme : endométrite, salpingite ; secondairement algies pelviennes inflammatoires, stérilités tubaires et grossesse extra-utérine ; dans les deux sexes : septicémie pouvant se manifester par une fièvre, une atteinte cutanée (purpura pétéchial ; papules ou papulo-pustules acrales ou périarticulaires) et/ou une atteinte articulaire (mono- ou oligoarthrites septiques ; ténosynovites), le plus souvent ; plus rarement périhépatite, endocardite ou méningite. Le diagnostic clinique est alors souvent difficile par la discrétion voire l absence des signes urogénitaux. Diagnostic microbiologique Dans le cadre des urétrites, le prélèvement bactériologique peut être réalisé : sur un écoulement urétral spontané ; en l absence d écoulement : au mieux sur le premier jet d urine (au moins 2 heures après la dernière miction), sinon, sur un prélèvement endo-urétral avec un écouvillon de coton ou de Dacron enfoncé jusqu à 4 cm dans l urètre et étalé sur une lame pour une coloration directe (Gram ou bleu) et une mise en culture. Les prélèvements pharyngé et anal doivent être systématiquement réalisés chez la femme et l homosexuel masculin. L examen direct (coloration de Gram ou bleu de méthylène) d un écoulement urétral a une sensibilité et une spécificité > 95 % dans l urétrite masculine symptomatique. La sensibilité est par contre faible sur les prélèvements pharyngés, anorectaux et cervico-vaginaux. Il est moins sensible sur les autres types de prélèvements (vagin, pharynx, rectum). Il montre des diplocoques Gram négatif, «en grain de café», intracellulaires.

4 A60 La culture sur gélose au sang cuit («gélose chocolat») est toujours indiquée. Elle permet de confirmer le diagnostic et d obtenir un antibiogramme, en 24 à 48 heures. La PCR pourra sûrement permettre d augmenter la sensibilité du diagnostic surtout dans les localisations cervico-vaginales, pharyngées ou anales. Il n existe pas de diagnostic sérologique pour les gonococcies. La détection des antigènes gonococciques n est plus pratiquée. Traitement Dans tous les cas, il faut : identifier le, la ou les partenaire(s) contaminé(e)s ou contaminateur(trice)s, leur proposer un dépistage, un diagnostic ou un traitement probabiliste ; proposer : une sérologie VIH, un TPHA et un VDRL, une sérologie d hépatite B ; insister sur les risques de recontamination ; informer le patient qu il ne doit pas avoir de rapports non protégés pendant la période du traitement ; éduquer le patient sur les infections sexuellement transmissibles. Cedef L histoire thérapeutique des gonococcies est marquée par l émergence mondiale successive de résistances à la pénicilline G, aux cyclines puis aux fluoroquinolones. En 2007, 100 % des NG étaient sensibles à la ceftriaxone et à la spectinomycine, mais seulement 85 % aux pénicillines (G ou A), 60 % à la ciprofloxacine et 70 % à la tétracycline. Comme pour la plupart des IST, l observance est meilleure lorsque le traitement est fourni et que la première dose est administrée sur le lieu de consultation. Les indications selon la forme clinique de gonococcie sont résumées dans le Tableau 2. Le traitement des urétrites, quelle que soit l étiologie, est le même en présence et en l absence d infection VIH. Environ 15 % des gonococcies sont associées à une infection à Chlamydia trachomatis : ce germe doit donc être systématiquement traité devant toute gonococcie. Les relations sexuelles doivent être évitées pendant au moins 7 jours, et jusqu à ce que le traitement soit correctement pris et les partenaires atteint(e)s traité(e)s. Un contrôle clinique à J7 de la tolérance et de l efficacité du traitement est toujours indiqué. Il permet également d adapter le traitement aux résultats bactériologiques et de communiquer ces derniers au patient. Un contrôle bactériologique est indiqué à J7 : systématiquement, en cas d infection pharyngée non traitée par ceftriaxone ; Tableau 2 Traitement des infections à gonocoque et à Chlamydia trachomatis. Infections non compliquées (urétrite, cervicite, anorectite, pharyngite) Gonococcies * 1 re intention : ceftriaxone (IM unique de 500 mg) ou céfixime (prise orale unique de 400 mg) 2 e intention (pharynx sain) : spectinomycine (IM unique de 2 g) Grossesse (quinolones, Ceftriaxone (IM unique de 500 mg) ou cyclines, aminosides céfixime (prise orale unique de 400 mg) contre-indiqués) Conjonctivite de l adulte Ceftriaxone (IM unique d 1 g) Orchi-épididymite Ceftriaxone (IM unique de 500 mg) ou céfixime (prise orale unique de 800 mg) Septicémie à gonocoque Hospitalisation + ceftriaxone (1 g/j, IV, 7 à 10 jours) Infections du nouveau-né Si ophtalmie : ceftriaxone (IV ou IM unique de 25 à 50 mg/kg, sans dépasser 125 mg) Chlamydioses 1 re intention : azithromycine (prise orale unique d 1 g) ou doxycycline (100 mg/12 h, per os, 7 jours) 2 e intention : érythromycine (500 mg/6 h, per os, 7 jours) ou ofloxacine (300 mg/12 h, per os, 7 j) + PCR systématique entre 3 à 6 mois chez les femmes jeunes Azithromycine (prise orale unique d 1 g) + PCR systématique à 1 mois Doxycycline (100 mg/12 h, 10 jours) Si pneumopathie ou ophtalmie : érythromycine (12,5 mg/kg/6 h, per os ou IV, 14 jours) Endocardite, méningite Hospitalisation + ceftriaxone (1 à 2 g/j, IV), 10 à 14 jours si méningite et 4 semaines si endocardite Endométrite, salpingite Ceftriaxone (1 g/j, IV, 14 jours) Doxycycline (100 mg/12 h, per os ou IV, 14 jours) * Un traitement anti-chlamydia systématique est toujours indiqué.

5 Infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis A61 en cas de signe clinique, dans les autres localisations. Infections à Chlamydia trachomatis Épidémiologie Chlamydia trachomatis est la première cause d IST bactérienne dans les pays industrialisés (Tableau 1). CT constitue la première cause identifiée d urétrite aiguë, suivie par le gonocoque. Elle prédomine chez la femme jeune, notamment en situation précaire ou ayant des partenaires multiples. Le pic d incidence survient entre 15 et 34 ans chez la femme et entre 20 et 39 ans chez l homme. CT est responsable de 50 % des salpingites de la femme jeune et de 70 % des stérilités tubaires. Depuis 2003, on assiste à une résurgence de lymphogranulomatose vénérienne chez les homosexuels de sexe masculin avec une forte proportion de patients infectés par le VIH. Clinique La fréquence du portage asymptomatique de CT (10 % des cas chez l homme et 50 à 90 % des cas chez la femme) contribue d une part au maintien de la chaîne épidémiologique, d autre part à la survenue des complications tardives de l infection. Chlamydioses non compliquées L incubation est variable, de quelques jours à quelques mois. L urétrite est la manifestation la plus fréquente chez l homme. Un écoulement urétral est présent dans moins de 50 % des cas ; il est le plus souvent clair, modéré et intermittent. Des pharyngites et des anorectites sont également possibles, mais sont rarement symptomatiques. La cervicite est la forme la plus fréquente des chlamydioses urogénitales basses de la femme. Elle est le plus souvent asymptomatique (50 à 90 % des cas), mais peut être révélée par des leucorrhées blanchâtres ou jaunâtres, des cystalgies, un syndrome urétral et/ou une dyspareunie. L examen physique peut montrer une fragilité du col utérin, des sécrétions mucopurulentes et/ou un ectropion friable et hémorragique. Complications des chlamydioses Elles sont les suivantes : chez l homme : prostatite, épididymite aiguë ; chez la femme : endométrite, salpingite, le plus souvent subaiguës ou chroniques ; et secondairement algies pelviennes inflammatoires, stérilités tubaires et grossesse extra-utérine ; dans les deux sexes : syndrome de Fiessinger-Leroy- Reiter (polyarthrite aiguë ou subaiguë réactionnelle, urétrite, conjonctivite bilatérale, balanite circinée, kératodermie palmo-plantaire psoriasiforme), kératoconjonctivite, arthrite ; chez le nouveau-né (en cas d infection urogénitale maternelle) : kératoconjonctivite, pneumopathie. Diagnostic Les prélèvements bactériologiques peuvent être pratiqués : chez l homme symptomatique ou non : sur un 1 er jet urinaire (10 à 20 ml), au moins 2 heures après la dernière miction ; chez la femme symptomatique : sur un écouvillonnage d endocol et péri-urétral, lors d un examen au spéculum, en réalisant un raclage de la muqueuse ; chez la femme asymptomatique : sur un écouvillonnage vulvovaginal (autoprélèvement). En pratique, l amplification génique par PCR (plus sensible que la culture) est devenue l examen clé du diagnostic des chlamydioses. La culture sur milieu cellulaire a une spécificité proche de 100 % et une sensibilité de 50 à 80 %. Elle est réservée aux laboratoires spécialisés et n est pas recommandée en routine. La détection des antigènes de CT n est plus pratiquée. La sérologie n a pas d intérêt dans le diagnostic des infections à Chlamydia, notamment car elle ne permet pas de distinguer en un seul prélèvement une infection active d une infection ancienne. Traitement Dans tous les cas, il faut : identifier le, la ou les partenaire(s) contaminé(e)s ou contaminateur(trice)s, leur proposer un dépistage, un diagnostic ou un traitement probabiliste ; proposer : une sérologie VIH, un TPHA et un VDRL, une sérologie d hépatite B ; insister sur les risques de recontamination ; informer le patient qu il ne doit pas avoir de rapports non protégés pendant la période du traitement ; éduquer le patient sur les infections sexuellement transmissibles. Les indications selon la forme clinique de chlamydioses sont résumées dans le Tableau 2. Le dépistage par PCR du premier jet d urine est essentiel chez tous les partenaires, y compris asymptomatiques. La surveillance après traitement requiert la pratique d une PCR à distance (2 à 3 mois) en particulier chez la femme.

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F59 F63 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 95 Maladies sexuellement transmissibles

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro N 158.Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcies, chlamydioses - Diagnostiquer et traiter une gonococcie, une chlamydiose, - Connaître les principes

Plus en détail

ATELIER : IST LAURENCE LEGOUT, SERVICE D INFECTIOLOGIE CH ALPES LEMAN, CONTAMINES SUR ARVE

ATELIER : IST LAURENCE LEGOUT, SERVICE D INFECTIOLOGIE CH ALPES LEMAN, CONTAMINES SUR ARVE ATELIER : IST LAURENCE LEGOUT, SERVICE D INFECTIOLOGIE CH ALPES LEMAN, CONTAMINES SUR ARVE JEDI, annecy 2014 1 OBSERVATION N 1 Théodore, 23 ans, employé d une entreprise de décolletage, marié, 1 enfant

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

1. DIAGNOSTIC POSITIF

1. DIAGNOSTIC POSITIF Module 7 - Edition 2004 - Item 95 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 95 : MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie GONOCOCCIE M. Janier, F. Lassau, N. Dupin, F. Bouscarat,

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie INFECTION A CHLAMYDIA TRACHOMATIS N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles Mycoplasma genitalium,, un agent émergent responsable d urétrites et autres maladies sexuellement transmissibles Cécile M. Bébéar, B. de Barbeyrac, G. Carcenac, M. Clerc, S. Pereyre, et C. Bébéar Laboratoire

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

IST. Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg

IST. Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg IST Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg De Vénus. V.... aux IST Maladies vénériennesv Dermato-vénéréologie ologie Maladies sexuellement transmissibles ou MST Infections

Plus en détail

«Quand les Infections Sexuellement Transmissible s viennent gâcher le plaisir»

«Quand les Infections Sexuellement Transmissible s viennent gâcher le plaisir» «Quand les Infections Sexuellement Transmissible s viennent gâcher le plaisir» AIUS SEXOGYN 25/09/2015 Marseille Dr Florence Brunel Avec l aimable contribution du Dr Infections sexuellement transmissibles

Plus en détail

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Infections génitales. 24 septembre 2009

Infections génitales. 24 septembre 2009 Infections génitales Infections génitales chez l homme symptomatiques Bas appareil : urétrite Haut appareil prostatite, orchiépididymite Infections / agents Signes cliniques : Urétrite (IST) forme aigue

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 95 page 1 Copyright CMIT ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS.

Module 7 - Edition Item 95 page 1 Copyright CMIT ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. Module 7 - Edition 2008 - Item 95 page 1 ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie, une IST à Chlamydia

Plus en détail

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques.

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item ENC 88. Infections génitales de la femme. Leucorrhées.

Plus en détail

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions r RAPPORT D ORIENTATION Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions Décembre 2010 HAS / Service évaluation économique et santé publique / décembre

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Recommandations de bonnes pratiques cliniques Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Comité d Infectiologie de l Association Française d Urologie Cliquez pour modifier le style

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

Fiches de prescriptions biologiques (1)

Fiches de prescriptions biologiques (1) Fiches de prescriptions biologiques (1) Devant une urétrite chez l homme : 2) Urines : PCR Chlamydia trachomatis sur le 1er jet. 3) Faire pratiquer ce jour au laboratoire* : Prélèvement urétral : examen

Plus en détail

(IST, ex MST) Eric Senneville. Service Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital DRON - Tourcoing Formathon 2005

(IST, ex MST) Eric Senneville. Service Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital DRON - Tourcoing Formathon 2005 LE POINT SUR LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST, ex MST) Eric Senneville Service Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital DRON - Tourcoing Formathon 2005 Plus de 20

Plus en détail

Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis.

Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis. Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis. Date de création du document 01/09/2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une gonococcie, une

Plus en détail

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions. Synthèse

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions. Synthèse r RAPPORT D ORIENTATION Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions Synthèse Décembre 2010 1 Cette synthèse est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Item 88 : Infections génitales de la femme - Leucorrhées

Item 88 : Infections génitales de la femme - Leucorrhées Item 88 : Infections génitales de la femme - Leucorrhées Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une infection génitale de la femme... 1 1. 1 Diagnostiquer

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER UN TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE SUITE À UN RÉSULTAT DE DÉPISTAGE POSITIF À CHLAMYDIA TRACHOMATIS (C. TRACHOMATIS) OU À NEISSERIA GONORRHOEAE (N. GONORRHOEAE) Page 1 de 5 O.C. 1.20

Plus en détail

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement...

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement... Infections à Chlamydia Mise-à-jour : janvier 2010 Étiologie... 1 Épidémiologie... 1 Prévention et contrôle... 2 Manifestations... 2 Diagnostic... 3 Prise en charge... 5 Traitement... 5 Prise en considération

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

Item 343 : Ulcérations ou érosions des muqueuses orales et/ou génitales

Item 343 : Ulcérations ou érosions des muqueuses orales et/ou génitales Item 343 : Ulcérations ou érosions des muqueuses orales et/ou génitales Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Conduite à tenir devant des érosions et ulcérations génitales et orales...

Plus en détail

Les IST bactériennes

Les IST bactériennes Les IST bactériennes Pr Ag Med Selim ASLI Service de Microbiologie Hôpital militaire principal d instruction de Tunis Faculté de Pharmacie de Monastir Cas clinique N 1 Femme de 28 ans. Consulte pour leucorrhées

Plus en détail

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue INFECTIONS àchlamydia TRACHOMATIS Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue EPIDEMIOLOGIE des INFECTIONS à CHLAMYDIAE TRACHOMATIS EN FRANCE Infection àchlamydiae trachomatis urogénitale : La plus fréquente en France

Plus en détail

INFECTION GÉNITALE HAUTE T. LINET - ESF DÉFINITION LA CERVICITE INTRODUCTION. Infection intéressant l endomètre et les trompes

INFECTION GÉNITALE HAUTE T. LINET - ESF DÉFINITION LA CERVICITE INTRODUCTION. Infection intéressant l endomètre et les trompes INFECTION GÉNITALE HAUTE T. LINET - ESF DÉFINITION Infection intéressant l endomètre et les trompes LA CERVICITE Ni tout à fait basse, ni tout à fait haute... Classée comme basse mais les germes sont partagés...

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 95 : Maladies sexuellement transmissibles : Infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas- Favre) Collège National des Enseignants de Dermatologie

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Pourquoi dépister les IST? C est quoi les IST, quels sont leurs risques? Les IST sont des infections sexuellement transmissibles Virus:

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Introduction La salpingite correspond à une infection tubaire secondaire à l'ascension de germes du vagin à travers le col vers

Plus en détail

I. Modules transdisciplinaires Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item no 95 :

I. Modules transdisciplinaires Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item no 95 : I. Modules transdisciplinaires Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item n o 95 : Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis

Plus en détail

Avant-propos. Michel JANIER Au nom du groupe de travail des Recommandations thérapeutiques de la Section MST-SIDA de la SFD

Avant-propos. Michel JANIER Au nom du groupe de travail des Recommandations thérapeutiques de la Section MST-SIDA de la SFD 0 Avant-propos La nouvelle version des Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles émise par la Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie

Plus en détail

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE

Plus en détail

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque)

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Cocci à Gram négatif Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Neisseria meningitidis I Habitat Strictement humain Fragile Gorge «porteurs sains» 1000 cas/france/an 35 %

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcie, chlamydiose, syphilis et Item n 343 : Érosions et ulcérations muqueuses

Item n 95 : Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcie, chlamydiose, syphilis et Item n 343 : Érosions et ulcérations muqueuses Item n 95 : Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcie, chlamydiose, syphilis et Item n 343 : Érosions et ulcérations muqueuses Item n 95 : Objectifs terminaux I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

Bouche et IST. Pas de lien d intérêt pour cette présentation AJANA /SUMIV

Bouche et IST. Pas de lien d intérêt pour cette présentation AJANA /SUMIV Bouche et IST Pas de lien d intérêt pour cette présentation Le sexe oral Ne serait pas du sexe pour certains! > 70% Hommes, et 97 % HSH > 60 % femmes Est-ce qu il expose aux IST? Quels symptômes? Y a t'

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh

ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh Services Tous les services où le dépistage des ITSS est effectué Personnes habilitées Les infirmières du CSSSRY autorisées à procéder

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2015 Infections sexuellement transmissibles bactériennes Auteurs : Matthieu Eveillard, Anne Doléans-Jordheim, Alban Le Monnier, Nadège Bourgeois-Nicolaos Présentations cliniques et

Plus en détail

Trichomonose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Trichomonose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Trichomonose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Epidémiologie... 3 3. Agent pathogène... 3 4. Diagnostic clinique...

Plus en détail

Infections gonococciques

Infections gonococciques Infections gonococciques Mise-à-jour : juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES Remerciements... 3 Auteurs principaux... 3 Groupe de travail d experts... 3 Examinateurs externes... 4 Contributeurs du Centre de

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

Infections gonococciques

Infections gonococciques Infections gonococciques Mise-à-jour : janvier 2010 Étiologie... 1 Épidémiologie... 1 Prévention et contrôle... 2 Manifestations... 3 Diagnostic... 4 Prise en charge... 8 Traitement... 9 Prise en considération

Plus en détail

Infections sexuellement transmissibles

Infections sexuellement transmissibles Infections sexuellement transmissibles J.-M. Bohbot Fréquence : 340 millions. Chlamydia trachomatis. Infections : 90 millions/an. Adolescents ++. Clinique : signes atténués + troubles urinaires - métrorragie.

Plus en détail

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE Page 1 sur 7 Mots-clés : Herpès ; nouveau-né ; grossesse Nom Fonction Date Signature Rédaction E BOEZ PH CH Roubaix Avril 08 Validation GEN NPDC PENDANT LA GROSSESSE A) DIAGNOSTIC Le diagnostic repose

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Généralités. Bactéries à développement intracellulaire obligatoire

Généralités. Bactéries à développement intracellulaire obligatoire Chlamydia Généralités Bactéries à développement intracellulaire obligatoire = > Importance de l hypersensibilité retardée => Nécessité de cultures cellulaires pour les cultiver => Utilisation d antibiotiques

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Spécialités C. trachomatis C. pneumoniae C. psittaci

Spécialités C. trachomatis C. pneumoniae C. psittaci 22 Chlamydia 121 121 Plan du chapitre 1 Contexte clinique 2 Objectifs 3 Prélèvements 4 Méthodes de détection 5 Interprétation des résultats 1 Contexte clinique Spécialités C. trachomatis C. pneumoniae

Plus en détail

NEISSERIACEAE. Cours 4 éme Année Pharmacie Pr KETATA SOUMAYA Année Universitaire 2014-2015

NEISSERIACEAE. Cours 4 éme Année Pharmacie Pr KETATA SOUMAYA Année Universitaire 2014-2015 NEISSERIACEAE Cours 4 éme Année Pharmacie Pr KETATA SOUMAYA Année Universitaire 2014-2015 Famille : Neisseriaceae Genre : Neisseria Généralités - Diplocoque à Gram négatif (grains de café) - Aérobies stricts,

Plus en détail

LES INFECTIONS GENITALES BASSES

LES INFECTIONS GENITALES BASSES LES INFECTIONS GENITALES BASSES L'examen clinique. L'interrogatoire : La femme consulte pour des leucorrhées (physiologique, pathologique) ; demander la date d'apparition, la couleur, l'odeur, l'abondance.

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

LES URETRITES. Dr N Spenatto CDAG CIDDIST Hôpital La Grave CHU Toulouse

LES URETRITES. Dr N Spenatto CDAG CIDDIST Hôpital La Grave CHU Toulouse LES URETRITES Dr N Spenatto CDAG CIDDIST Hôpital La Grave CHU Toulouse Principes généraux en IST ATB efficace ++, taux d échec < 5% Guérison des symptômes Traiter systématiquement autres IST à association

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle

Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle et traitement des IST Dr Anne VINCENT Centre de Référence Cliniques Universitaires St Luc 20 octobre 2012 PEP (Post exposition prophylaxie)

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire dans le dépistage des infections génitales Jérôme Venturella 04/12/2014

Apport de la biologie moléculaire dans le dépistage des infections génitales Jérôme Venturella 04/12/2014 Apport de la biologie moléculaire dans le dépistage des infections génitales Jérôme Venturella 04/12/2014 1 Cepheid Cepheid v1 Programme 1- La PCR? 2- IST : situation globale et impact chez la femme enceinte

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L INFECTION Á CHLAMYDIA TRACHOMATIS

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L INFECTION Á CHLAMYDIA TRACHOMATIS DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L INFECTION Á CHLAMYDIA TRACHOMATIS AVIS SUR LES ACTES Classements NABM : sous-chapitres 6-03, 7-04,16-01 - codes : 1307, 5254, 5255, 5256, 5257 Juillet 2010 Service évaluation

Plus en détail

Gonococcie urogénitale

Gonococcie urogénitale Ceftriaxone en premier choix probabiliste, avec azithromycine contre les Chlamydia Du fait d une co-infection par Chlamydia trachomatis dans un tiers des cas, le traitement simultané des deux infections

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire :

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire : Page 1 de 5 CYSTITE AIGUË SIMPLE 1. DÉFINITIONS Par cystite aiguë simple on entend une infection aiguë de la vessie, non ascendante touchant les femmes adultes immunocompétentes, non enceintes, sans antécédents

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Hospitalier. hors VIH Gonococcie, syphilis, chlamydioses, papillomavirus

Hospitalier. hors VIH Gonococcie, syphilis, chlamydioses, papillomavirus De Sambre Centre Avesnois Hospitalier Infections sexuellement transmissibles ibl (IST) hors VIH Gonococcie, syphilis, chlamydioses, papillomavirus Bibbliographie Maladies infectieuses et tropicales. E.PILLY

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE

Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE A la fin juillet 2010, un jeune homme hétérosexuel, d une vingtaine

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Pharmacothérapie. rapie anti-infectieuse. infectieuse

Pharmacothérapie. rapie anti-infectieuse. infectieuse Pharmacothérapie rapie anti-infectieuse infectieuse traitement des infections bactériennes et fongiques -FARM 21 - F. Van Bambeke Infections urinaires Définition: culture positive des urines - voies hautes

Plus en détail

AVIS 17 octobre 2012

AVIS 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 octobre 2012 EXOCINE 0,3 %, collyre en solution Flacon de 5 ml (CIP : 34009 331 708 0 6) Laboratoire ALLERGAN FRANCE SAS DCI Code ATC (année) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing 12 mai 2016 Gr IDIST de la SFD Taper

Plus en détail

LES AUTRES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES N A T H A L I E A U S S E L E T 1 9 F É V R I E R C H U D I N A N T G O D I N N E

LES AUTRES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES N A T H A L I E A U S S E L E T 1 9 F É V R I E R C H U D I N A N T G O D I N N E LES AUTRES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES N A T H A L I E A U S S E L E T 1 9 F É V R I E R 2 0 1 5 C H U D I N A N T G O D I N N E BEAUCOUP D AUTRES PLAN Epidémiologie des IST en Belgique Chlamydia

Plus en détail

IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES

IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (I.S.T.) - Maladies Vénériennes Sexuellement Transmises (M.S.T.)

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral

Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une infection génitale de l'homme... 1 1. 1

Plus en détail

SYSTÈME GÉNITO-URINAIRE

SYSTÈME GÉNITO-URINAIRE SYSTÈME GÉNITO-URINAIRE Infection urinaire en pédiatrie Syndrome Agents habituels < 1 mois E. coli Streptocoque B Entérobactéries Bilan Hémoculture Ponction lombaire Tx initial avant Ampicilline Céfotaxime

Plus en détail

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne)

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Professeur Roland Quentin Département de Microbiologie Médicale et Moléculaire, EA 3854 «Bactéries et

Plus en détail

Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2

Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections uro-génitales ab10 Infections uro-génitales 08-12-16.doc Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2 Prostatite aiguë, épididymite

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

GUIDE POUR LA PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

GUIDE POUR LA PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES GUIDE PR LA PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Catalogage à la source : Bibliothèque de l OMS Organisation mondiale de la Santé. Guide pour la

Plus en détail

Protocole de Surveillance Epidémiologique

Protocole de Surveillance Epidémiologique Version validée par le comité de pilotage le 02/02/2010. Protocole de Surveillance Epidémiologique Surveillance des ano-rectites à Chlamydia trachomatis (CT) Centre National de Référence des infections

Plus en détail