Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)"

Transcription

1 Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Cedef 1,2 Disponible sur Internet le 23 février 2012 Objectifs pédagogiques Diagnostiquer une gonococcie, une infection à Chlamydia trachomatis. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. POINTS CLÉS C. trachomatis et le gonocoque sont les deux principaux germes responsables d urétrite. Leurs équivalents féminins, cervicites et cervico-vaginites partagent la même épidémiologie et la même prise en charge diagnostique et thérapeutique. L incidence des urétrites gonococciques est en légère augmentation en France depuis 1998 mais reste bien inférieure à l incidence des années La fréquence du portage asymptomatique et son risque de transmission «à bas bruit» combinés aux complications sur le haut appareil génital féminin (grossesse extra-utérine [GEU], stérilité tubaire) font de C. trachomatis un enjeu de santé publique chez les sujets les plus jeunes. Les progrès dans le diagnostic biologique avec les techniques d amplification génique permettent des diagnostics plus rapides et plus sensibles pour le dépistage de Chlamydia trachomatis. L émergence de souches résistantes aux antibiotiques impose de réactualiser régulièrement les schémas thérapeutiques des infections à gonocoque. Intérêt épidémiologique et économique d un traitement probabiliste immédiat en prise unique (traitement minute) sans examen microbiologique pour les patients ayant une urétrite et leurs contacts sexuels. DOI de l article original : 1 La liste des auteurs et collaborateurs, publiée dans ce numéro, est également disponible à l adresse suivante : doi: /j.annder Auteur correspondant : (J.-M. Bonnetblanc) /$ see front matter 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.annder

2 A58 Des recommandations diagnostiques et thérapeutiques sur les maladies sexuellement transmissibles ont été publiées par le groupe MST de la Société Française de Dermatologie en septembre Neisseria gonorrhoeae et Chlamydia trachomatis, isolément ou en association, sont responsables d infections sexuellement transmissibles (IST) anciennement appelées maladies sexuellement transmissibles (MST). Ils sont impliqués dans la majorité des infections urogénitales sexuellement transmises chez l homme et dans une bonne part des cervico-vaginites de la femme. Cedef sociales favorisées. En France, le dépistage systématique par autoprélèvement vulvaire de CT chez les jeunes femmes de moins de 25 ans est recommandé. Le jeune âge et le nombre de nouveaux partenaires sont associés à ce risque. La fréquence élevée du portage asymptomatique favorise sa diffusion dans la population générale. Ces infections sont responsables de complications sur le haut appareil génital chez la femme : stérilités tubaires, algies pelviennes inflammatoires et risques de grossesse extra-utérine. ÉPIDÉMIOLOGIE Gonococcie Le gonocoque, Neisseria gonorrhoeae (NG), est un diplocoque encapsulé, cytochrome oxydase positif, immobile et asporulé, notamment retrouvé dans les polynucléaires neutrophiles Gram négatif, intraou extracellulaires dont la transmission est presque toujours sexuelle. La transmission lors de rapports orogénitaux est possible et le portage pharyngé de gonocoques est le plus souvent asymptomatique d où la nécessité d une recherche systématique en cas de conduite à risque (multipartenariat avec rapports orogénitaux réceptifs non protégés). Depuis quelques années, on assiste à une augmentation des cas, mais l incidence reste cependant très inférieure à celle des gonococcies, observée au début des années On observe des résistances à la pénicilline par production de -lactamase (15 % des souches), aux cyclines (20 %) et plus récemment à la ciprofloxacine (40 %). Depuis quelques années, dans plusieurs pays européens, une augmentation régulière et significative des CMI pour les céphalosporines de 3 e génération (CG3) est observée, faisant planer le risque du développement de résistance aux CG3. Ceci a entraîné une mise au point récente du traitement des gonococcies en Europe. Infection à Chlamydia trachomatis Chlamydia trachomatis (CT) est un bacille Gram négatif, intracellulaire obligatoire, immobile. Les sérotypes D à K, transmissibles par contact direct, sont responsables d infections urogénitales. Les sérotypes L1, L2 et L3 sont responsables de la lymphogranulomatose vénérienne (LGV) ou maladie de Nicolas-Favre. L infection à CT est devenue 50 à 80 fois plus fréquente que la gonococcie et représente la première maladie bactérienne sexuellement transmissible dans les pays industrialisés (prévalence estimée entre 2 et 10 % chez les sujets jeunes). La prévalence des infections à CT tend à diminuer dans les pays d Europe où des programmes de recherche et de contrôle actifs ont été mis en place. La distribution des infections à CT n est pas superposable à celle du gonocoque. Elles seraient plus fréquentes chez les femmes de classes Gonococcie La gonococcie est une infection due à Neisseria gonorrhoeae ou gonocoque (Tableau 1). Le gonocoque est un diplocoque Gram négatif intracellulaire. Le gonocoque est transmissible par contact direct, essentiellement lors des rapports sexuels. Épidémiologie L incidence des gonorrhées a tendance à augmenter depuis Elle est plus forte chez les hommes que chez les femmes et en Ile-de-France qu ailleurs en France. L âge médian est de 31 ans chez les hommes et de 22 ans chez les femmes. Les principaux sites d infection à gonocoques sont l urètre chez les hommes et le col et le vagin chez les femmes. Le portage pharyngé est fréquent chez les homoou bisexuels ayant des rapports orogénitaux non protégés. Clinique La période d incubation est contagieuse et dure de 2 à 7 jours. Infections non compliquées Chez l homme, les infections à gonocoque peuvent revêtir plusieurs présentations cliniques L urétrite antérieure aiguë est la forme habituelle de l infection à gonocoque chez l homme. Le tableau clinique est le plus souvent bruyant. L urétrite peut se manifester par : un écoulement urétral purulent (90 % des cas) ; une dysurie ; des douleurs urétrales à type de brûlures permanentes ou mictionnelles ; un prurit urétral ; une méatite, voire une balanite. Elle se définit biologiquement par : > 5 polynucléaires neutrophiles au frottis urétral à grossissement 100 ou > 10 polynucléaires neutrophiles à l examen du 1 er jet à au moins deux heures après la dernière miction au grossissement 400. L anorectite peut survenir dans les 2 sexes, mais prédomine chez l homme, étant présente dans environ 8 % des cas de gonococcie chez l homosexuel masculin. Elle est asymptomatique dans la majorité (2/3) des cas.

3 Infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis A59 Tableau 1 Caractéristiques diagnostiques et thérapeutiques des urétrites à gonocoque et à Chlamydia trachomatis. Neisseria gonorrhoeae Chlamydia trachomatis Prévalence parmi les 10 % % urétrites en France Incubation 2-5 jours Plusieurs semaines Écoulement 90 % (purulent) % (clair) Cervicite Oui Oui Portage asymptomatique Exceptionnel à l urètre Plus fréquent pharynx et anus Complications Prostatite, orchi-épidydimite, Septicémie avec signes cutanés et arthrites septiques Salpingite rare Au moins 10 % à l urètre Prostatite, orchi-épididymite Arthrite réactionnelle Syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter Kératoconjonctivite Salpingite ++ Stérilité tubaire +++ GEU ++ Algies pelviennes inflammatoires Transmission néonatale Rare conjonctivite purulente Conjonctivite, pneumopathie Diagnostic Examen direct, culture et antibiogramme +++ Dépistage Pas d intérêt en dehors des sujets consultant pour une IST, notamment recherche de portage pharyngé voire anal PCR sur premier jet d urine chez l homme et sur prélèvement à l endocol chez la femme Intérêt chez les sujets jeunes du fait des complications chez la femme PCR sur le premier jet d urine dans les 2 sexes Elle peut se manifester par : un prurit anal ; une anite ; un écoulement rectal purulent ; une diarrhée, des saignements anorectaux ; un syndrome rectal (ténesme, épreintes, diarrhée mucopurulente) et/ou des sensations de défécations incomplètes. L oropharyngite est le plus souvent asymptomatique. La mauvaise diffusion des antibiotiques dans cette localisation est une fréquente cause de portage persistant après traitement et de maintien de la chaîne de contamination. Chez la femme, l infection à gonocoque est asymptomatique dans 70 % des cas La manifestation la plus fréquente est la cervicite. L anamnèse peut retrouver : des leucorrhées purulentes ; une pesanteur pelvienne ; et/ou des signes d urétrite associée. L examen physique montre habituellement un col non ou peu inflammatoire et un écoulement purulent à l orifice cervical. Complications Les complications des gonococcies sont les suivantes : chez l homme : prostatite, épididymite ; chez la femme : endométrite, salpingite ; secondairement algies pelviennes inflammatoires, stérilités tubaires et grossesse extra-utérine ; dans les deux sexes : septicémie pouvant se manifester par une fièvre, une atteinte cutanée (purpura pétéchial ; papules ou papulo-pustules acrales ou périarticulaires) et/ou une atteinte articulaire (mono- ou oligoarthrites septiques ; ténosynovites), le plus souvent ; plus rarement périhépatite, endocardite ou méningite. Le diagnostic clinique est alors souvent difficile par la discrétion voire l absence des signes urogénitaux. Diagnostic microbiologique Dans le cadre des urétrites, le prélèvement bactériologique peut être réalisé : sur un écoulement urétral spontané ; en l absence d écoulement : au mieux sur le premier jet d urine (au moins 2 heures après la dernière miction), sinon, sur un prélèvement endo-urétral avec un écouvillon de coton ou de Dacron enfoncé jusqu à 4 cm dans l urètre et étalé sur une lame pour une coloration directe (Gram ou bleu) et une mise en culture. Les prélèvements pharyngé et anal doivent être systématiquement réalisés chez la femme et l homosexuel masculin. L examen direct (coloration de Gram ou bleu de méthylène) d un écoulement urétral a une sensibilité et une spécificité > 95 % dans l urétrite masculine symptomatique. La sensibilité est par contre faible sur les prélèvements pharyngés, anorectaux et cervico-vaginaux. Il est moins sensible sur les autres types de prélèvements (vagin, pharynx, rectum). Il montre des diplocoques Gram négatif, «en grain de café», intracellulaires.

4 A60 La culture sur gélose au sang cuit («gélose chocolat») est toujours indiquée. Elle permet de confirmer le diagnostic et d obtenir un antibiogramme, en 24 à 48 heures. La PCR pourra sûrement permettre d augmenter la sensibilité du diagnostic surtout dans les localisations cervico-vaginales, pharyngées ou anales. Il n existe pas de diagnostic sérologique pour les gonococcies. La détection des antigènes gonococciques n est plus pratiquée. Traitement Dans tous les cas, il faut : identifier le, la ou les partenaire(s) contaminé(e)s ou contaminateur(trice)s, leur proposer un dépistage, un diagnostic ou un traitement probabiliste ; proposer : une sérologie VIH, un TPHA et un VDRL, une sérologie d hépatite B ; insister sur les risques de recontamination ; informer le patient qu il ne doit pas avoir de rapports non protégés pendant la période du traitement ; éduquer le patient sur les infections sexuellement transmissibles. Cedef L histoire thérapeutique des gonococcies est marquée par l émergence mondiale successive de résistances à la pénicilline G, aux cyclines puis aux fluoroquinolones. En 2007, 100 % des NG étaient sensibles à la ceftriaxone et à la spectinomycine, mais seulement 85 % aux pénicillines (G ou A), 60 % à la ciprofloxacine et 70 % à la tétracycline. Comme pour la plupart des IST, l observance est meilleure lorsque le traitement est fourni et que la première dose est administrée sur le lieu de consultation. Les indications selon la forme clinique de gonococcie sont résumées dans le Tableau 2. Le traitement des urétrites, quelle que soit l étiologie, est le même en présence et en l absence d infection VIH. Environ 15 % des gonococcies sont associées à une infection à Chlamydia trachomatis : ce germe doit donc être systématiquement traité devant toute gonococcie. Les relations sexuelles doivent être évitées pendant au moins 7 jours, et jusqu à ce que le traitement soit correctement pris et les partenaires atteint(e)s traité(e)s. Un contrôle clinique à J7 de la tolérance et de l efficacité du traitement est toujours indiqué. Il permet également d adapter le traitement aux résultats bactériologiques et de communiquer ces derniers au patient. Un contrôle bactériologique est indiqué à J7 : systématiquement, en cas d infection pharyngée non traitée par ceftriaxone ; Tableau 2 Traitement des infections à gonocoque et à Chlamydia trachomatis. Infections non compliquées (urétrite, cervicite, anorectite, pharyngite) Gonococcies * 1 re intention : ceftriaxone (IM unique de 500 mg) ou céfixime (prise orale unique de 400 mg) 2 e intention (pharynx sain) : spectinomycine (IM unique de 2 g) Grossesse (quinolones, Ceftriaxone (IM unique de 500 mg) ou cyclines, aminosides céfixime (prise orale unique de 400 mg) contre-indiqués) Conjonctivite de l adulte Ceftriaxone (IM unique d 1 g) Orchi-épididymite Ceftriaxone (IM unique de 500 mg) ou céfixime (prise orale unique de 800 mg) Septicémie à gonocoque Hospitalisation + ceftriaxone (1 g/j, IV, 7 à 10 jours) Infections du nouveau-né Si ophtalmie : ceftriaxone (IV ou IM unique de 25 à 50 mg/kg, sans dépasser 125 mg) Chlamydioses 1 re intention : azithromycine (prise orale unique d 1 g) ou doxycycline (100 mg/12 h, per os, 7 jours) 2 e intention : érythromycine (500 mg/6 h, per os, 7 jours) ou ofloxacine (300 mg/12 h, per os, 7 j) + PCR systématique entre 3 à 6 mois chez les femmes jeunes Azithromycine (prise orale unique d 1 g) + PCR systématique à 1 mois Doxycycline (100 mg/12 h, 10 jours) Si pneumopathie ou ophtalmie : érythromycine (12,5 mg/kg/6 h, per os ou IV, 14 jours) Endocardite, méningite Hospitalisation + ceftriaxone (1 à 2 g/j, IV), 10 à 14 jours si méningite et 4 semaines si endocardite Endométrite, salpingite Ceftriaxone (1 g/j, IV, 14 jours) Doxycycline (100 mg/12 h, per os ou IV, 14 jours) * Un traitement anti-chlamydia systématique est toujours indiqué.

5 Infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis A61 en cas de signe clinique, dans les autres localisations. Infections à Chlamydia trachomatis Épidémiologie Chlamydia trachomatis est la première cause d IST bactérienne dans les pays industrialisés (Tableau 1). CT constitue la première cause identifiée d urétrite aiguë, suivie par le gonocoque. Elle prédomine chez la femme jeune, notamment en situation précaire ou ayant des partenaires multiples. Le pic d incidence survient entre 15 et 34 ans chez la femme et entre 20 et 39 ans chez l homme. CT est responsable de 50 % des salpingites de la femme jeune et de 70 % des stérilités tubaires. Depuis 2003, on assiste à une résurgence de lymphogranulomatose vénérienne chez les homosexuels de sexe masculin avec une forte proportion de patients infectés par le VIH. Clinique La fréquence du portage asymptomatique de CT (10 % des cas chez l homme et 50 à 90 % des cas chez la femme) contribue d une part au maintien de la chaîne épidémiologique, d autre part à la survenue des complications tardives de l infection. Chlamydioses non compliquées L incubation est variable, de quelques jours à quelques mois. L urétrite est la manifestation la plus fréquente chez l homme. Un écoulement urétral est présent dans moins de 50 % des cas ; il est le plus souvent clair, modéré et intermittent. Des pharyngites et des anorectites sont également possibles, mais sont rarement symptomatiques. La cervicite est la forme la plus fréquente des chlamydioses urogénitales basses de la femme. Elle est le plus souvent asymptomatique (50 à 90 % des cas), mais peut être révélée par des leucorrhées blanchâtres ou jaunâtres, des cystalgies, un syndrome urétral et/ou une dyspareunie. L examen physique peut montrer une fragilité du col utérin, des sécrétions mucopurulentes et/ou un ectropion friable et hémorragique. Complications des chlamydioses Elles sont les suivantes : chez l homme : prostatite, épididymite aiguë ; chez la femme : endométrite, salpingite, le plus souvent subaiguës ou chroniques ; et secondairement algies pelviennes inflammatoires, stérilités tubaires et grossesse extra-utérine ; dans les deux sexes : syndrome de Fiessinger-Leroy- Reiter (polyarthrite aiguë ou subaiguë réactionnelle, urétrite, conjonctivite bilatérale, balanite circinée, kératodermie palmo-plantaire psoriasiforme), kératoconjonctivite, arthrite ; chez le nouveau-né (en cas d infection urogénitale maternelle) : kératoconjonctivite, pneumopathie. Diagnostic Les prélèvements bactériologiques peuvent être pratiqués : chez l homme symptomatique ou non : sur un 1 er jet urinaire (10 à 20 ml), au moins 2 heures après la dernière miction ; chez la femme symptomatique : sur un écouvillonnage d endocol et péri-urétral, lors d un examen au spéculum, en réalisant un raclage de la muqueuse ; chez la femme asymptomatique : sur un écouvillonnage vulvovaginal (autoprélèvement). En pratique, l amplification génique par PCR (plus sensible que la culture) est devenue l examen clé du diagnostic des chlamydioses. La culture sur milieu cellulaire a une spécificité proche de 100 % et une sensibilité de 50 à 80 %. Elle est réservée aux laboratoires spécialisés et n est pas recommandée en routine. La détection des antigènes de CT n est plus pratiquée. La sérologie n a pas d intérêt dans le diagnostic des infections à Chlamydia, notamment car elle ne permet pas de distinguer en un seul prélèvement une infection active d une infection ancienne. Traitement Dans tous les cas, il faut : identifier le, la ou les partenaire(s) contaminé(e)s ou contaminateur(trice)s, leur proposer un dépistage, un diagnostic ou un traitement probabiliste ; proposer : une sérologie VIH, un TPHA et un VDRL, une sérologie d hépatite B ; insister sur les risques de recontamination ; informer le patient qu il ne doit pas avoir de rapports non protégés pendant la période du traitement ; éduquer le patient sur les infections sexuellement transmissibles. Les indications selon la forme clinique de chlamydioses sont résumées dans le Tableau 2. Le dépistage par PCR du premier jet d urine est essentiel chez tous les partenaires, y compris asymptomatiques. La surveillance après traitement requiert la pratique d une PCR à distance (2 à 3 mois) en particulier chez la femme.

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions r RAPPORT D ORIENTATION Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions Décembre 2010 HAS / Service évaluation économique et santé publique / décembre

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

IST. Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg

IST. Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg IST Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg De Vénus. V.... aux IST Maladies vénériennesv Dermato-vénéréologie ologie Maladies sexuellement transmissibles ou MST Infections

Plus en détail

«Quand les Infections Sexuellement Transmissible s viennent gâcher le plaisir»

«Quand les Infections Sexuellement Transmissible s viennent gâcher le plaisir» «Quand les Infections Sexuellement Transmissible s viennent gâcher le plaisir» AIUS SEXOGYN 25/09/2015 Marseille Dr Florence Brunel Avec l aimable contribution du Dr Infections sexuellement transmissibles

Plus en détail

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles Mycoplasma genitalium,, un agent émergent responsable d urétrites et autres maladies sexuellement transmissibles Cécile M. Bébéar, B. de Barbeyrac, G. Carcenac, M. Clerc, S. Pereyre, et C. Bébéar Laboratoire

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques.

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item ENC 88. Infections génitales de la femme. Leucorrhées.

Plus en détail

Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis.

Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis. Item 95 : Infections sexuellement transmissibles : gonococcie, chlamydiose, syphilis. Date de création du document 01/09/2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une gonococcie, une

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement...

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement... Infections à Chlamydia Mise-à-jour : janvier 2010 Étiologie... 1 Épidémiologie... 1 Prévention et contrôle... 2 Manifestations... 2 Diagnostic... 3 Prise en charge... 5 Traitement... 5 Prise en considération

Plus en détail

Fiches de prescriptions biologiques (1)

Fiches de prescriptions biologiques (1) Fiches de prescriptions biologiques (1) Devant une urétrite chez l homme : 2) Urines : PCR Chlamydia trachomatis sur le 1er jet. 3) Faire pratiquer ce jour au laboratoire* : Prélèvement urétral : examen

Plus en détail

Infections sexuellement transmissibles

Infections sexuellement transmissibles Infections sexuellement transmissibles J.-M. Bohbot Fréquence : 340 millions. Chlamydia trachomatis. Infections : 90 millions/an. Adolescents ++. Clinique : signes atténués + troubles urinaires - métrorragie.

Plus en détail

Item 88 : Infections génitales de la femme - Leucorrhées

Item 88 : Infections génitales de la femme - Leucorrhées Item 88 : Infections génitales de la femme - Leucorrhées Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une infection génitale de la femme... 1 1. 1 Diagnostiquer

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh

ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DPSM/FEJ/DI/SP DSAPL-DPSPh Services Tous les services où le dépistage des ITSS est effectué Personnes habilitées Les infirmières du CSSSRY autorisées à procéder

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER UN TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE SUITE À UN RÉSULTAT DE DÉPISTAGE POSITIF À CHLAMYDIA TRACHOMATIS (C. TRACHOMATIS) OU À NEISSERIA GONORRHOEAE (N. GONORRHOEAE) Page 1 de 5 O.C. 1.20

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle

Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle Prophylaxie de l infection VIH post exposition non professionnelle et traitement des IST Dr Anne VINCENT Centre de Référence Cliniques Universitaires St Luc 20 octobre 2012 PEP (Post exposition prophylaxie)

Plus en détail

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Introduction La salpingite correspond à une infection tubaire secondaire à l'ascension de germes du vagin à travers le col vers

Plus en détail

Bouche et IST. Pas de lien d intérêt pour cette présentation AJANA /SUMIV

Bouche et IST. Pas de lien d intérêt pour cette présentation AJANA /SUMIV Bouche et IST Pas de lien d intérêt pour cette présentation Le sexe oral Ne serait pas du sexe pour certains! > 70% Hommes, et 97 % HSH > 60 % femmes Est-ce qu il expose aux IST? Quels symptômes? Y a t'

Plus en détail

GUIDE POUR LA PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

GUIDE POUR LA PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES GUIDE PR LA PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Catalogage à la source : Bibliothèque de l OMS Organisation mondiale de la Santé. Guide pour la

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L INFECTION Á CHLAMYDIA TRACHOMATIS

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L INFECTION Á CHLAMYDIA TRACHOMATIS DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L INFECTION Á CHLAMYDIA TRACHOMATIS AVIS SUR LES ACTES Classements NABM : sous-chapitres 6-03, 7-04,16-01 - codes : 1307, 5254, 5255, 5256, 5257 Juillet 2010 Service évaluation

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

LES INFECTIONS GENITALES BASSES

LES INFECTIONS GENITALES BASSES LES INFECTIONS GENITALES BASSES L'examen clinique. L'interrogatoire : La femme consulte pour des leucorrhées (physiologique, pathologique) ; demander la date d'apparition, la couleur, l'odeur, l'abondance.

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

Trichomonose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Trichomonose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Trichomonose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Epidémiologie... 3 3. Agent pathogène... 3 4. Diagnostic clinique...

Plus en détail

Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral

Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une infection génitale de l'homme... 1 1. 1

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 novembre 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 20 janvier 1999 (J.O. du

Plus en détail

IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES

IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES IST : Que doit-on savoir aujourd hui? Dr Henri ADAMSKI, Dermatologue, CHU Pontchaillou, RENNES LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (I.S.T.) - Maladies Vénériennes Sexuellement Transmises (M.S.T.)

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Pharmacothérapie. rapie anti-infectieuse. infectieuse

Pharmacothérapie. rapie anti-infectieuse. infectieuse Pharmacothérapie rapie anti-infectieuse infectieuse traitement des infections bactériennes et fongiques -FARM 21 - F. Van Bambeke Infections urinaires Définition: culture positive des urines - voies hautes

Plus en détail

analyses et surveillance

analyses et surveillance PORTRAIT DES INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG (ITSS), DE L HÉPATITE C, DE L INFECTION PAR LE VIH ET DU SIDA AU QUÉBEC S A N T É P U B L I Q U E analyses et C O L L E C T I O N surveillance

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES & GENITALES

INFECTIONS URINAIRES & GENITALES INFECTIONS URINAIRES & GENITALES 09/03/2008 12: infections urinaires - génitales 1 Infections urinaires : définition culture positive des urines - voies hautes : pyélonéphrites - voies basses: cystites

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Infections sexuellement transmissibles

Infections sexuellement transmissibles Infections sexuellement transmissibles InVS Anne GALLAY VIH Trithérapies 1980 1990 2000 2003 Gonococcies Syphilis LGV Chlamydioses 38 ans Sortie en boîte de nuit il ya 48 H Relations HSH Uretrite aigüe

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES DE LA FEMME. Dr. Andrea LABAUNE-KISS 17 février 2011 Villedieu sur Indre

INFECTIONS GENITALES DE LA FEMME. Dr. Andrea LABAUNE-KISS 17 février 2011 Villedieu sur Indre INFECTIONS GENITALES DE LA FEMME Dr. Andrea LABAUNE-KISS 17 février 2011 Villedieu sur Indre Appareil génital féminin Lappareil génital feminin Lappareil génital bas Vulve, vagin, col Septique Flore vaginale

Plus en détail

Les IST peuvent être classées selon le microorganisme. Les bactéries: Les Virus. Les levures. Les parasites

Les IST peuvent être classées selon le microorganisme. Les bactéries: Les Virus. Les levures. Les parasites Définition des IST: IST = Infection sexuellement transmissible «On peut être infecté sans être malade» Différent de MST = Maladie Sexuellement Transmissible Anciennement dénommées maladies vénériennes

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! "# $ Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l. L essentiel

L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l. L essentiel L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L e s s e n t i e l L

Plus en détail

Pertes vaginales (Vaginose bactérienne, Candidose vulvo-vaginale, Trichomonase)

Pertes vaginales (Vaginose bactérienne, Candidose vulvo-vaginale, Trichomonase) Pertes vaginales (Vaginose bactérienne, Candidose vulvo-vaginale, Trichomonase) janvier 2008 Étiologie... 1 Épidémiologie... 2 Prévention... 2 Manifestations et diagnostic... 3 Figure 1. Prise en charge

Plus en détail

Complément québécois. C o m p l é m e n t q u é b é c o i s C o m p l é m e n t q u é b é c o i s C o m p l é m e n t q u é b é c o i s

Complément québécois. C o m p l é m e n t q u é b é c o i s C o m p l é m e n t q u é b é c o i s C o m p l é m e n t q u é b é c o i s S y p h i l i s V I H C h l a m y d i a H e r p è s g é n i t a l C o n d y l o m e s G o n o r r h é e L G V S y p h i l i s V I H C h l a m y d i a Herpès génital Condylomes Gonorrhée LGV Syphilis VIH

Plus en détail

Pertes vaginales (Vaginose bactérienne, Candidose vulvo-vaginale, Trichomonase)

Pertes vaginales (Vaginose bactérienne, Candidose vulvo-vaginale, Trichomonase) Pertes vaginales (Vaginose bactérienne, Candidose vulvo-vaginale, Trichomonase) janvier 2008 Étiologie... 1 Épidémiologie... 2 Prévention et contrôle... 2 Manifestations et diagnostic... 3 Figure 1. Prise

Plus en détail

Auteurs : Groupe de travail «Infections sexuellement transmissibles» 2, mandaté par l Office fédéral de la santé publique.

Auteurs : Groupe de travail «Infections sexuellement transmissibles» 2, mandaté par l Office fédéral de la santé publique. Recommandations pour le traitement précoce des infections sexuellement transmissibles (IST) par les médecins de premier recours : Attitudes cliniques lors de plaintes dans la région génitale 1 Auteurs

Plus en détail

LES NEISSERIACEAE. La taxonomie des Neisseriaceae est complexe et changeante. Seuls les genres qui ont une importance médicale seront étudiés.

LES NEISSERIACEAE. La taxonomie des Neisseriaceae est complexe et changeante. Seuls les genres qui ont une importance médicale seront étudiés. - Neisseriaceae,A. Decoster, FLM, p. 1 - LES NEISSERIACEAE La taxonomie des Neisseriaceae est complexe et changeante. Seuls les genres qui ont une importance médicale seront étudiés. Le genre Neisseria

Plus en détail

LES INFECTIONS GENITALES

LES INFECTIONS GENITALES R.T LES INFECTIONS GENITALES -L ampleur des infections du tractus génitale :. Jusqu à 10 % des adultes en age de procréer sont atteint de IST chaque année.. 10 a 30% des clientes de PF sont atteintes..

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Les connaître pour mieux les combattre www.aslbrescia.it A cura dell'azienda Sanitaria Locale di Brescia U.O. Medicina Transculturale e Malattie a Trasmissione Sessuale

Plus en détail

Notre mission est d aider les Canadiens et les Canadiennes à maintenir et à améliorer leur état de santé.

Notre mission est d aider les Canadiens et les Canadiennes à maintenir et à améliorer leur état de santé. Notre mission est d aider les Canadiens et les Canadiennes à maintenir et à améliorer leur état de santé. Santé Canada Données de catalogage avant publication (Canada) Groupe d'experts du Laboratoire de

Plus en détail

Les leucorrhées physiologiques /les écoulements vaginaux /proviennent : - de la desquamation vaginale, responsable de leucorrhée laiteuse, peu

Les leucorrhées physiologiques /les écoulements vaginaux /proviennent : - de la desquamation vaginale, responsable de leucorrhée laiteuse, peu G.ROTTINI Les leucorrhées physiologiques /les écoulements vaginaux /proviennent : - de la desquamation vaginale, responsable de leucorrhée laiteuse, peu abondante, opalescente, augmentant en période prémenstruelle

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

POLE RENAL - UROLOGIE - NEPHROLOGIE. Agnès VIQUESNEL Hocine ARESKI. Collection dirigée par L. LE. Octobre 2012 - ISBN : 978-2-8183-0730-4

POLE RENAL - UROLOGIE - NEPHROLOGIE. Agnès VIQUESNEL Hocine ARESKI. Collection dirigée par L. LE. Octobre 2012 - ISBN : 978-2-8183-0730-4 TABLEAUX ECN POLE RENAL - UROLOGIE - NEPHROLOGIE Collection dirigée par L. LE Agnès VIQUESNEL Hocine ARESKI Editions VERNAZOBRES-GREGO 99 bd de l Hôpital 75013 Paris Tél. : 01 44 24 13 61 www.vg-editions.com

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 142 - Juillet/Août 2014 SOMMAIRE 1) 1) Infection urinaire chez la personne âgée (PA) 1-1 Généralités 2) Quizz 1-2 Cystite aiguë à risque de complication 1-3 PNA à risque de complication

Plus en détail

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST)

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) MST est le terme utilisé pour décrire toute maladie, toute infection transmise par un rapport sexuel avec une personne déjà contaminée, et qui

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

PATHOLOGIE INFECTIEUSE ET MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

PATHOLOGIE INFECTIEUSE ET MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES PATHOLOGIE INFECTIEUSE ET MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES 1. Bactériennes 2. Dermatoses 3. Parasitoses 4. Chlamydiae 5. Sida Ne jamais oublier d'examiner et de traiter le, la ou les partenaires 1/

Plus en détail

7 e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN THÉRAPEUTIQUE ANTI-INFECTIEUSE

7 e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN THÉRAPEUTIQUE ANTI-INFECTIEUSE Extrait de 1993 ; 23 : 808 à 815 7 e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN THÉRAPEUTIQUE ANTI-INFECTIEUSE Maladies sexuellement transmises (MST) chez la femme, la mère, la mineure Mercredi 3 novembre 1993 - Grenoble

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, février 2007

Plus en détail

Évaluation du programme québécois de gratuité des médicaments pour le traitement des infections transmissibles sexuellement, de 2000 à 2004

Évaluation du programme québécois de gratuité des médicaments pour le traitement des infections transmissibles sexuellement, de 2000 à 2004 Rapport Évaluation du programme québécois de gratuité des médicaments pour le traitement des infections transmissibles sexuellement, de 2000 à 2004 UNITÉ SCIENTIFIQUE SUR LES INFECTIONS TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Orientation diagnostique devant une ulcération ou érosion des muqueuses orales et génitales (343) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES.

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES. INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES. FAVEZ Claire, Interne en médecine générale. Dr SALAÜN Marie-Anne, Médecin responsable du Centre de prévention des maladies infectieuses (Caen). 15 Avril 2013. Qu'est

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Mise au point sur le traitement antibiotique des gastro-entérites à Shigella sonnei. Introduction. Où se trouve la population la plus exposée?

Mise au point sur le traitement antibiotique des gastro-entérites à Shigella sonnei. Introduction. Où se trouve la population la plus exposée? Mise au point sur le traitement antibiotique des gastro-entérites à Shigella sonnei Introduction Parmi les espèces bactériennes responsables de gastro-entérites, la seule pour laquelle un traitement antibiotique

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Le point sur les maladies sexuellement transmissibles (MST)

Le point sur les maladies sexuellement transmissibles (MST) Le point sur les maladies sexuellement transmissibles (MST)! M. Janier* RÉSUMÉ. On assiste depuis 1998 à une recrudescence des cas de syphilis précoce et de gonococcie en France. La syphilis touche essentiellement

Plus en détail

2. Déroulement du prélèvement

2. Déroulement du prélèvement PRELEVEMENTS BACTERIOLOGIQUES 1. Le matériel utilisé Les références et fournisseurs du matériel utilisé sont représentés dans la base de données du laboratoire. Pot stérile pour coproculture Spéculum stérile

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

THESE DOCTORAT EN MEDECINE

THESE DOCTORAT EN MEDECINE UNIVERSITE DENIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTE DE MEDECINE XAVIER BICHAT Année 2010 N THESE pour le DOCTORAT EN MEDECINE (diplôme d état) Par IMBERT (TRAPIER) Nausicaa Née le 26 juillet 1976 à Paris 12 ème

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Dr BIRGÉ, Président du GLAM Mlle VORKAUFER, Thésarde 1 Un audit du GLAM Réalisé en partenariat avec le réseau Antibiolor Adressé aux 2300 médecins généralistes

Plus en détail

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Plan Définitions Epidémiologie Prévalence, incidence, terrain

Plus en détail

couple : conduite de la première consultation

couple : conduite de la première consultation Item 29 - Stérilité du couple : conduite de la première consultation 4 I. DÉFINITION II. CAUSES DE STÉRILITÉ III. BUTS DE LA PREMIÈRE CONSULTATION IV. DÉROULEMENT DE LA PREMIÈRE CONSULTATION POUR STÉRILITÉ

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

Item 168. Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose

Item 168. Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose CHAPITRE 1 Amœbose I. Épidémiologie 16 II. Physiopathologie 17 III. Clinique 19 IV. Diagnostic biologique 20 V. Examens complémentaires non biologiques 21 VI. Traitement et prévention 22 Nouveau programme

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une angine et une rhinopharyngite II. Argumenter l attitude

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

Infections pelviennes chez la femme: recommandations belges

Infections pelviennes chez la femme: recommandations belges Infections pelviennes chez la femme: recommandations belges Linda Ameryckx, Michel Degueldre, Gilbert Donders, Jean-Michel Foidart, Yves Jacquemyn, Michelle Nisolle, Willy Peetermans, Jean-Luc Squifflet,

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE à l échelon individuel François CARON Infectiologie Best-Of 2009 - page 1 Parmi les classes antibiotiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s)

Plus en détail

Formation en communication et prise en charge des IST/VIH/SIDA

Formation en communication et prise en charge des IST/VIH/SIDA BURKINA FASO ------------ COMITE DE LUTTE CONTRE LE SIDA ------------ LBC-NVK/UNI Formation en communication et prise en charge des IST/VIH/SIDA Organisateurs (FESBACI) : Formateur : - Cde KABRE Jean-Baptiste

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de cinq ans par arrêté du 18 janvier 2000 (JO du 26 janvier 2000) ZITHROMAX MONODOSE 250 mg,

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Infection à Chlamydia trachomatis : quoi de neuf?

Infection à Chlamydia trachomatis : quoi de neuf? Infection à Chlamydia trachomatis : quoi de neuf? B. DE BARBEYRAC 1, O. PEUCHANT 1, C. LE ROY 1, M. CLERC 1, L. IMOUNGA 1, C. BÉBÉAR 1 résumé Ces dernières années ont connu un certain nombre de changements

Plus en détail