Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle"

Transcription

1 Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle Dr Bruno Coignard Institut de veille sanitaire (InVS), Saint-Maurice XX ème Journée Annuelle Sud-Est de Lutte contre les Infections Nosocomiales Lyon, 22 mars 202 Plan de cette présentation. Eléments de contexte Pourquoi les BMR traversent les frontières? Pourquoi est-ce de plus en plus fréquent? 2. Exemples de transferts internationaux de patients sources d épidémies à BMR / BHR 3. Comment contrôler ce problème? A propos des recommandations existantes

2 Transfert international de patients, diffusion des BMR et leur contrôle Contexte Avions et micro-organismes Source: International Air Traffic (24-hours simulation). Source: ZHAW School of Engineering.

3 Chaque voyageur héberge sa propre flore Escherichia coli Staphylococcus aureus Tube digestif 00,000,000,000,000 micro-organismes kg par personne Peau,000,000,000,000 micro-organismes Bouche 0,000,000,000 micro-organismes 500 espèces Colonisation essentiellement Une source d infection à l étranger si acquis en France en France si acquis à l étranger Une source de transmission croisée Sears CL. A dynamic partnership: celebrating our gut flora. Anaerobe 2005;:247-5 Région Europe de l OMS 53 pays 900 millions d habitants Contextes culturels, économiques, sociaux et politiques très variés Inégalités importantes dans et/ou entre ces pays, en particulier de santé Qualité variable des systèmes de soins, de santé publique, et des règles encadrant l usage des antibiotiques Source: WHO Europe. The European health report 2009: health and health systems.

4 Résistance aux antibiotiques en Europe % of 3rd Gen. Ceph. Resistant E. coli isolates in participating countries, 200 % of Carbapenems Resistant K. pneumoniae isolates in participating countries, 200 Inégalités importantes en matière de résistance aussi! Source: European Antimicrobial Resistance Surveillance Network (EARS-Net). Conséquence des gradients en matière de résistance aux antibiotiques Coexistence de pays avec des proportions de résistance à certains antibiotiques élevées ou basses pour certains microorganismes Conséquence prévisible Comme le vent souffle des zones de haute pression vers celles de basse pression La même chose qu en matière de prévision météorologique?

5 Migration des populations 200 millions de migrants par an dans le monde (3% de la population mondiale) Une force qui remodèle notre monde : pour la résistance aux antibiotiques aussi! Source: Open Up. The Economist, January 3rd Croissance du trafic aérien en Europe Trafic aérien en Europe, Croissance annuelle pour chaque pays européen Source: Eurocontrol. Long-term forecast. Flight movements LTF08 Report Vol v.0.pdf

6 L essor du tourisme médical Pas de statistiques vérifiables personnes (UK, 2007)? personnes (USA, 2007)? Revenus annuels : 60 milliards $ Horowitz MD et al. Medical Tourism: Globalization of the Healthcare Marketplace. MedGenMed 2007; 9(4): 33 Globalisation et résistance aux antibiotiques La mobilité des populations est un facteur majeur de globalisation des risques et menaces de santé publique, en particulier en termes de diffusion de souches multirésistantes. MacPherson DW et al. Population Mobility, Globalization, and Antimicrobial Drug Resistance. Emerg Infect Dis 2009;5:727-32

7 Transfert international de patients, diffusion des BMR et leur contrôle Exemples er exemple : épidémie à K. pneumoniae + carbapénémase VIM- dans un centre de transplantation, Centre de chirurgie abdominale, Paris, recrutement international Patient transféré de Grèce en 2003 pour transplantation hépatique Porteur d une souche de K. pneumoniae résistante aux carbapénèmes à l admission Mécanismes VIM- + SHV-5, souche seulement sensible à la colistine Similaire à des souches déjà rapportées en Grèce Kassis-Chikhani N, Decre D, Gautier V, Burghoffer B, Saliba F, Mathieu D, Samuel D, Castaing D, Petit JC, Dussaix E, Arlet G. First outbreak of multidrug-resistant K. pneumoniae carrying blavim- and blashv-5 in a French university hospital. J Antimicrob Chemother 2006;57:42-5. Giakkoupi P et al. VIM- Metallo-beta-lactamase-producing K. pneumoniae strains in Greek hospitals. J Clin Microbiol 2003;4:

8 er exemple : épidémie à K. pneumoniae + carbapénémase VIM- dans un centre de transplantation, Kassis-Chikhani N et al. Extended measures for controlling an outbreak of VIM- producing imipenem-resistant Klebsiella pneumoniae in a liver transplant centre in France, Euro Surveill. 200;5(46):pii=973. er exemple : épidémie à K. pneumoniae + carbapénémase VIM- dans un centre de transplantation, Kassis-Chikhani N et al. Extended measures for controlling an outbreak of VIM- producing imipenem-resistant Klebsiella pneumoniae in a liver transplant centre in France, Euro Surveill. 200;5(46):pii=973.

9 er exemple : épidémie à K. pneumoniae + carbapénémase VIM- dans un centre de transplantation, Including 47 foreign citizens in 2 countries Kassis-Chikhani N et al. Extended measures for controlling an outbreak of VIM- producing imipenem-resistant Klebsiella pneumoniae in a liver transplant centre in France, Euro Surveill. 200;5(46):pii=973. er exemple : épidémie à K. pneumoniae + carbapénémase VIM- dans un centre de transplantation, France Greece D un cas isolé transféré pour un soin très spécialisé de la Grèce vers la France, 7 cas secondaires (2 décès)

10 er exemple : épidémie à K. pneumoniae + carbapénémase VIM- dans un centre de transplantation, Sweden Luxembourg France Italy Spain Portugal Morocco Greece Egypt Israël Kuweit et une diffusion potentielle via les patients contact repartis chez eux Ivory Coast Togo 2 ème exemple : une épidémie multi-centrique à K. pneumoniae + carbapénémase KPC-2, 2009 Carbonne A et al. Control of a multi-hospital outbreak of KPC-producing Klebsiella pneumoniae type 2 in France, September to October Euro Surveill. 200;5(48):pii=9734.

11 2 ème exemple : une épidémie multi-centrique à K. pneumoniae + carbapénémase KPC-2, 2009 Carbonne A et al. Control of a multi-hospital outbreak of KPC-producing Klebsiella pneumoniae type 2 in France, September to October Euro Surveill. 200;5(48):pii= ème exemple : une épidémie multi-centrique à K. pneumoniae + carbapénémase KPC-2, 2009 Geographical repartition of hospitals and screened contact patients Haute-Normandie G F C Ile-de-France A D B E Centre Screened contacts : HCF A: 87 HCF B: 208 HCF C: 25 HCF D: 0 HCF E: 0 HCF F: 3 HCF G: 8 Transfer or hospitalisation of case Carbonne A et al. Control of a multi-hospital outbreak of KPC-producing Klebsiella pneumoniae type 2 in France, September to October Euro Surveill. 200;5(48):pii=9734.

12 Dissémination mondiale des KPC, Avril 2009 Nordmann P et al. The real threat of Klebsiella pneumoniae carbapenemase producing bacteria. Lancet Infect Dis 2009; 9: Dissémination mondiale des KPC, Octobre 20 Nordmann P et al. Global spread of carbapenemase-producing Enterobacteriaceae. Emerg Infect Dis 20;7:79-8

13 Dissémination mondiale de NDM-, Août 200 Kumarasamy KK et al. The Lancet Infectious Diseases 200;0: Dissémination mondiale de NDM-, Novembre 200 Rolain JM et al. Clinical Microbiology and Infection. 200;6: Biais de surveillance? Struelens JM et al. Euro Surveill. 200;5(46):pii=976

14 Dissémination mondiale de OXA-48, Octobre 20 Nordmann P et al. Global spread of carbapenemase-producing Enterobacteriaceae. Emerg Infect Dis 20;7:79-8 Nombre d épisodes impliquant des EPC par mois de signalement, France, (N=52) 25 Source : InVS, Raisin 20 Nombre d'épisodes d'epc (n=6) ; 200 (n=28) ; 20 (n=09) Mois Episodes sans lien identifié avec l'étranger Episodes avec lien avec un pays étranger Source : (bilan au 6/0/202)

15 Episodes importés de l étranger : mécanismes de résistance et pays d origine du cas index, France, (N=0) Pays OXA-48 KPC NDM- VIM OXA-8 Total Inde 0 a Algérie 7 (200) (200) (2008) 9 Lybie 5 Tunisie 5 (20) 5 Serbie Afrique du Nord Vietnam 24 (200) 5 (20) 4 (200) 3 (20) 2 (20) 2 (20) Maroc 26 Grèce 8 (2007) 5 (2004) 22 a Italie 5 (200) 3 (2008) 8 Egypte 3 (2009) (200) 5 Turquie 4 Sénégal 3 Koweit 2 Israël 2 Irak Etats-Unis (2006) Espagne Ile Maurice Cameroun Total a 9 (200) 2 (20) (200) 2 Source : (bilan au 6/0/202) N Année du er cas rapporté (a) deux mécanismes pour un même épisode Episodes importés de l étranger : mécanismes de résistance et pays d origine du cas index, France, (N=0) Pays OXA-48 KPC NDM- VIM OXA-8 Total Inde 0 a Algérie 7 (200) (200) (2008) 9 Lybie 5 Tunisie 5 (20) 5 Serbie Afrique du Nord Vietnam 24 (200) 5 (20) 4 (200) 3 (20) 2 (20) 2 (20) Maroc 26 Grèce 8 (2007) 5 (2004) 22 a Italie 5 (200) 3 (2008) 8 Egypte 3 (2009) (200) 5 Turquie 4 Sénégal 3 Koweit 2 Israël 2 Irak Etats-Unis (2006) Espagne Ile Maurice Cameroun Total a 9 (200) 2 (20) (200) 2 Source : (bilan au 6/0/202) N Année du er cas rapporté (a) deux mécanismes pour un même épisode

16 Episodes importés de l étranger : mécanismes de résistance et pays d origine du cas index, France, (N=0) Pays OXA-48 KPC NDM- VIM OXA-8 Total Inde 0 a Algérie 7 (200) (200) (2008) 9 Lybie 5 Tunisie 5 (20) 5 Serbie Afrique du Nord Vietnam 24 (200) 5 (20) 4 (200) 3 (20) 2 (20) 2 (20) Maroc 26 Grèce 8 (2007) 5 (2004) 22 a Italie 5 (200) 3 (2008) 8 Egypte 3 (2009) (200) 5 Turquie 4 Sénégal 3 Koweit 2 Israël 2 Irak Etats-Unis (2006) Espagne Ile Maurice Cameroun Total a 9 (200) 2 (20) (200) 2 Source : (bilan au 6/0/202) N Année du er cas rapporté (a) deux mécanismes pour un même épisode Episodes importés de l étranger : mécanismes de résistance et pays d origine du cas index, France, (N=0) Pays OXA-48 KPC NDM- VIM OXA-8 Total Inde 0 a Algérie 7 (200) (200) (2008) 9 Lybie 5 Tunisie 5 (20) 5 Serbie Afrique du Nord Vietnam 24 (200) 5 (20) 4 (200) 3 (20) 2 (20) 2 (20) Maroc 26 Grèce 8 (2007) 5 (2004) 22 a Italie 5 (200) 3 (2008) 8 Egypte 3 (2009) (200) 5 Turquie 4 Sénégal 3 Koweit 2 Israël 2 Irak Etats-Unis (2006) Espagne Ile Maurice Cameroun Total a 9 (200) 2 (20) (200) 2 Source : (bilan au 6/0/202) N Année du er cas rapporté (a) deux mécanismes pour un même épisode

17 Episodes importés de l étranger : mécanismes de résistance et pays d origine du cas index, France, (N=0) Pays OXA-48 KPC NDM- VIM OXA-8 Total Inde 0 a Algérie 7 (200) (200) (2008) 9 Lybie 5 Tunisie 5 (20) 5 Serbie Afrique du Nord Vietnam 24 (200) 5 (20) 4 (200) 3 (20) 2 (20) 2 (20) Maroc 26 Grèce 8 (2007) 5 (2004) 22 a Italie 5 (200) 3 (2008) 8 Egypte 3 (2009) (200) 5 Turquie 4 Sénégal 3 Koweit 2 Israël 2 Irak Etats-Unis (2006) Espagne Ile Maurice Cameroun Total a 9 (200) 2 (20) (200) Mécanismes de résistance : cohérents avec l épidémiologie des pays d origine Origine des cas index : cohérente avec les flux de population de/vers la France 2 Source : (bilan au 6/0/202) N Année du er cas rapporté (a) deux mécanismes pour un même épisode Ligne Maginot, France, Transfert international de patients, diffusion des BMR et leur contrôle Mesures de contrôle Grande muraille de Chine, 208 BC - 640

18 Recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique (Novembre 200) Recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique (Novembre 200) Pas de liste de pays à risque : s appliquent à tous les patients rapatriés ou avec des antécédents d hospitalisation dans tout pays étranger Reconnaissance précoce de ces patients dès leur admission, et alerte des équipes opérationnelles d hygiène (procédure à définir) Dépistage : ERG et EPC seulement (BMR émergentes) Isolement dès l admission, précautions réévaluées quand résultats disponibles Si la reconnaissance à l admission a fait défaut : Isolement des patients dans 3 secteurs : ERG/EPC+, contacts, autres patients Dépistage de tous les patients contacts Signalement obligatoire au CClin et à l ARS ( InVS) si cas Envoi des souches au CNR RATB pour confirmation du mécanisme (si besoin) ERG : Caen (Pr Roland Leclercq) EPC : K.-Bicêtre (Pr Patrice Nordmann)

19 er exemple : épidémie à K. pneumoniae + carbapénémase VIM- dans un centre de transplantation, Kassis-Chikhani N et al. Extended measures for controlling an outbreak of VIM- producing imipenem-resistant Klebsiella pneumoniae in a liver transplant centre in France, Euro Surveill. 200;5(46):pii=973. Contrôle de NDM- en Europe, Novembre 200 Updated in November 200 Struelens JM et al. Euro Surveill. 200;5(46):pii=976

20 Veille internationale : Connaître ses voisins Réseaux de surveillance de la résistance aux antibiotiques Données sur les BMR endémiques seulement Données nationales, plus rarement internationales (EARS-Net) Pas en temps réel (un an de décalage) : réactivité? Autres sources de données Littérature scientifique, congrès, collègues Système d alerte : en France, e-sin ; en Europe à l avenir, EPIS? Autres : ProMED, GPHIN, presse, etc. L intérêt d une cartographie des épidémies et émergences Compliqué : ne peut être fait par chaque individu Disponible en ligne, public et mis à jour régulièrement Pour évaluer le niveau épidémique de chaque pays Rôle des structures internationales (ECDC, OMS)? Evaluer un «niveau épidémique» national Limite de cette approche : ne tient pas compte de l origine (importée ou non) des cas Grundmann H et al. Carbapenem-non-susceptible Enterobacteriaceae in Europe: conclusions from a meeting of national experts. Euro Surveill. 200;5(46):pii=97.

21 Evaluer un «niveau épidémique» national Grundmann H et al. Carbapenem-non-susceptible Enterobacteriaceae in Europe: conclusions from a meeting of national experts. Euro Surveill. 200;5(46):pii=97. La ligne Maginot? Episodes à EPC sans cas index importé, France, (N=28) Type de carbapénémase OXA-48 KPC VIM NDM- IMI IMP Total 32 (200) 3 (200) 3 (2004) 3 (200) (2004) 42 a Chaînon manquant (cas importé non reconnu)? Début d une transmission autochtone (OXA )? Disponible sur le site de l InVS : N Année du er cas rapporté

22 De l intérêt du signalement des infections nosocomiales France : signalement obligatoire de certains cas d infections rares ou sévères, dont les BMR émergentes (y compris si colonisation), depuis 200 De l intérêt du signalement des infections nosocomiales France : signalement obligatoire de certains cas d infections rares ou sévères, dont les BMR émergentes (y compris si colonisation), depuis 200, dématérialisé en 20 (e-sin)

23 De l intérêt d une expertise microbiologique De l intérêt du réglement sanitaire international (RSI)? RSI(2005) instauré en juin principes Toutes les menaces de santé publique Contrôle à la source Réponse appropriée Evènements à notifier à l OMS Liste de maladies (4) Menaces nucléaires ou chimiques Urgences de santé publique avec impact international : 4 critères Impact en santé publique Evènement inhabituel ou imprévu Risque de diffusion internationale Impact sur les voyages ou le commerce Evènement à notifier si au moins 2 critères remplis Applicable à certaines BMR émergentes?

24 RSI et EPC? Wernli D et al. A Call for Action: The Application of the International Health Regulations to the Global Threat of Antimicrobial Resistance. PLoS Med 8(4): e00022 (April 20) RSI et EPC : Pour ou Contre Wernli D et al. A Call for Action: The Application of the International Health Regulations to the Global Threat of Antimicrobial Resistance. PLoS Med 8(4): e00022 (April 20)

25 Antimicrobial resistance in the European Union and the world The antimicrobial threat is easy to describe. It has an irrefutable logic. Many [ ] pathogens are developing resistance to multiple drugs, some to nearly all. Hospitals have become hotbeds for highlyresistant pathogens, like MRSA, ESBL, and CPE, increasing the risk that hospitalization kills instead of cures. These are end-of-theroad pathogens that are resistant to last-line antimicrobials. If current trends continue unabated, the future is easy to predict. Some experts say we are moving back to the pre-antibiotic era. No. This will be a post-antibiotic era. In terms of new replacement antibiotics, the pipeline is virtually dry, especially for gram-negative bacteria. The cupboard is nearly bare. A post-antibiotic era means, in effect, an end to modern medicine as we know it. Things as common as strep throat or a child s scratched knee could once again kill. Some sophisticated interventions, like hip replacements, organ transplants, cancer chemotherapy, and care of preterm infants, would become far more difficult or even too dangerous to undertake. Margaret Chan, DG OMS, Copenhague, 4/03/202. Transfert international de patients, diffusion des BMR et leur contrôle : Conclusion Phénomène quotidien, pas seulement pour les EPC Inévitable : liberté de mouvement Rarement détecté, sauf si le profil de résistance est rare et identifié Souvent documenté par la microbiologie : caractérisation des souches Rarement documenté par la microbiologie : cas index, chaine de transmission? Impact inconnu, mais les EPC sont la dernière étape avant l impasse thérapeutique Augmentation prévisible Croissance continue des échanges aériens Essor du tourisme médical Prévalence accrue des BMR / BHR dans le monde Une approche globale est nécessaire : Contrôler la RATB à la source : urgence d accroître les capacités en microbiologie, hygiène hospitalière et bon usage des antibiotiques dans tous les pays Nécessité de recommandations nationales et internationales

26 Pensez globalement, merci! "GLOBAL VILLAGE" Acrylic on Canvas, Kim Dalton

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe)

Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe) Collection Documents Prévention de la transmission croisée des Bactéries Hautement Résistantes

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

PSDP et usage des pénicillines - ESAC

PSDP et usage des pénicillines - ESAC Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de Nice ARS 29/11/12 1 Plans précédents 2001/2005 et 2007/2010 «Menace de santé publique majeure»

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

Les antibiotiques au Patrimoine Mondial

Les antibiotiques au Patrimoine Mondial Les antibiotiques au Patrimoine Mondial Pr Pierre Dellamonica CHU de Nice Journée Rhône Alpes Auvergne - Novembre 2011 1 1 Les constats 1. Les antibiotiques sont des «médicaments miracle» qui ont sauvé

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2013 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR BOYER CHAMMARD Timothée Antoine Philippe Né le 4 avril 1983 à Paris 15 ème Présentée

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS XVII ème Congrès national de la Société d Hygiène Hospitalière Nantes 1 er et 2 juin 2006 Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS G. Beaucaire, Président du CTINILS Service de gestion

Plus en détail

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE Sandrine HENARD BLSE : définition Β-lactamase le plus souvent d origine plasmidique Hydrolyse les pénicillines, céphalosporines et aztréonam,

Plus en détail

Legal Database - Film and Audiovisual law Base de données juridique - Droit du cinéma et de l'audiovisuel

Legal Database - Film and Audiovisual law Base de données juridique - Droit du cinéma et de l'audiovisuel 2. Public funding for the industry 2. Les aides publiques à l industrie 2.5. International cooperation 2.5. Coopération internationale 2.5.2. Cooperation agreements 2.5.2. Accords de coopération 2.5.2.1.

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON Colonisation naturelle 20 % colonisés permanents 1 souche principalement SASM Seulement 3.5 % SARM 60% de colonisés

Plus en détail

L antibiorésistance chez l homme et l animal

L antibiorésistance chez l homme et l animal MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT L antibiorésistance chez l homme et l animal Mercredi 12 novembre 2014

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives CAMUS Céline, TEQUI B., VANSTEENE D., LE GAL AL., BRETHE N., BARBAROT V. Institut de Cancérologie de l Ouest Site Nantes SF2H

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011 Cartographie et SIG en Santé Publique 1 Mandat de l'oms "La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain" Constitution de

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

STAPHYLOVASC. Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares

STAPHYLOVASC. Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares Hôpital de la Croix-Rousse, Lyon Université Claude Bernard Lyon 1 Centre National de Référence des Staphylocoques

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you.

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. General information 120426_CCD_EN_FR Dear Partner, The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. To assist navigation

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge Paludisme 2005 Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge NH.Tuan IFMT Séminaire du paludisme Déc. 2005 1 Laos National Policy for Malaria Diagnosis and Treatment 1. Use Guidelines for diagnosis

Plus en détail

DECLARATION PUBLIQUE D'INTERETS (DPI)

DECLARATION PUBLIQUE D'INTERETS (DPI) DECLARATION PUBLIQUE D'INTERETS (DPI) Arrêté du 5 juillet 2012 portant fixation du document type de la déclaration publique d'intérêts mentionnée à l'article L. 1451-1 du code de la santé publique Je soussigné(e)

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH CLIN Paris -Nord Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais Docteur Karine BLANCKAERT, Coordonnateur Antenne Régionale Nord-Pas-de-Calais du CCLIN Paris Nord SOMMAIRE

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies

Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies Philippe Vanhems Service Hygiène Hospitalière, Epidémiologie et Prévention Pôle Santé, Recherche, Risques et Vigilances

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

Bon usage, moindre usage des antibiotiques

Bon usage, moindre usage des antibiotiques XXIII ème congrès national de la SF2H Lille, 6, 7 et 8 juin 2012 Bon usage, moindre usage des antibiotiques vol Vol Vol Pr G. Beaucaire CHU de Pointe à Pitre Université des Antilles et de la Guyane Pourquoi

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Formulaire d inscription pour l été 2014 Merci de remplir un formulaire par enfant

Formulaire d inscription pour l été 2014 Merci de remplir un formulaire par enfant Formulaire d inscription pour l été 2014 Merci de remplir un formulaire par enfant Langue choisie: Anglais Français Niveau estimé: Débutant Intermédiaire Avancé Je désire inscrire mon enfant en immersion

Plus en détail

HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES?

HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES? HOSPEDALE DE FUTURO : QUALI PROSPETTIVE? L HOPITAL DEMAIN : QUELLES PERSPECTIVES? Il ruolo della IAAS nei programmi europei Le rôle de l'international Association for Ambulatory Surgery Surgery dans les

Plus en détail

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3 Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques Maurice Cassier CNRS CERMES3 Production de génériques dans les PVD et accessibilité

Plus en détail

Module Title: French 4

Module Title: French 4 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: French 4 Module Code: LANG 6020 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Stage 2

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI

Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI Paul M. Tulkens, Dr Med., Sp. Biol. Clin. Cellular and Molecular Pharmacology

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

Logiciel Médical USA, Europe, France

Logiciel Médical USA, Europe, France Logiciel Médical USA, Europe, France Dr. Georg Heidenreich - COCIR Medical Software Task Force Page 1 USA: Les lois pour les Logiciels Médicaux Les Dispositifs Médicaux sont des produits qui répondent

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Journée de réflexion/débat Vendredi 27 janvier Institut Curie 12, Rue Lhomond Paris 5ème

Journée de réflexion/débat Vendredi 27 janvier Institut Curie 12, Rue Lhomond Paris 5ème Journée de réflexion/débat Vendredi 27 janvier Institut Curie 12, Rue Lhomond Paris 5ème Témoignage ACRI ex où il faut persévérer : Exemples de soumission de projets européens RETINA présenté 3 fois,

Plus en détail

Please kindly find below a synoptic table showing the various ways of transport from Mahe to La Digue, with a stop over on Praslin:

Please kindly find below a synoptic table showing the various ways of transport from Mahe to La Digue, with a stop over on Praslin: Travel information: Island? Please kindly find below a synoptic table showing the various ways of transport from Mahe to La Digue, with a stop over on Praslin: From Mahé to Praslin From Praslin to La Digue

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Consultation on a draft Global action plan to address antimicrobial resistance

Consultation on a draft Global action plan to address antimicrobial resistance Consultation on a draft Global action plan to address antimicrobial resistance The questionnaire is divided into four sections. The questions are broadly framed and intended to give you the opportunity

Plus en détail

CURRENT UNIVERSITY EDUCATION SYSTEM IN SPAIN AND EUROPE

CURRENT UNIVERSITY EDUCATION SYSTEM IN SPAIN AND EUROPE CURRENT UNIVERSITY EDUCATION SYSTEM IN SPAIN AND EUROPE 1 st Cycle (1 Ciclo) (I livello) DEGREE (Grado) 240 ECTS (European Credit Transfer System) credits* over four years of university study). The equivalent

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE 2014 RELAIS EXPAT L ASSURANCE SANTÉ EN COMPLÉMENT DE LA POUR EXPATRIÉS MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE L ASSURANCE SANTÉ SANS FRONTIÈRES Le contrat Relais Expat de l ASFE : pourquoi vous couvrir?

Plus en détail

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques»

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Rapport d expertise Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Diffusé en novembre 2013 S o m m a i r e Abréviations I- OBJECTIF DE CE TRAVAIL II-ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES REFERENTIELS

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr : www.machpro.fr Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr destiné à fournir aux lecteurs de la revue et aux mécanautes un complément d'information utile et régulièrement

Plus en détail

Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) et Expertise Médico-Judiciaire. F. Lucht - CHU St Etienne Lyon, le 10/04/2013

Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) et Expertise Médico-Judiciaire. F. Lucht - CHU St Etienne Lyon, le 10/04/2013 Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) et Expertise Médico-Judiciaire F. Lucht - CHU St Etienne Lyon, le 10/04/2013 Quelques réflexions En mathématiques, on a toutes les données et il n y a qu

Plus en détail

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Soutenir les petits agriculteurs et leurs organisations grâce à l intelligence économique XOF / kg RONGEAD has been supporting

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

Comment devenir référent? Comment le rester?

Comment devenir référent? Comment le rester? Comment devenir référent? Comment le rester? Patrick CHOUTET Service des Maladies infectieuses CHU Bretonneau Tours RICAI décembre 2005 Quels enjeux? autres que le pouvoir Total Outpatient antibiotic use

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Infections en chirurgie : l importance d un d

Infections en chirurgie : l importance d un d Infections en chirurgie : l importance d un d programme assurance-qualit qualité Weiss Karl, MD, MSc,, FRCPC Professeur Titulaire de Clinique Hôpital Maisonneuve-Rosemont Faculté de MédecineM Université

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail