Compétitivité française : Quelques constats

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétitivité française : Quelques constats"

Transcription

1 Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1

2 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis de la ZE 1.4 Des revenus d investissement dynamique 2.1 Pas de mauvaise spécialisation produits et destinations 2.2 Sans doute une contribution du coût salarial 2.3 D une situation financière dégradée des SNF 2.4 D efforts d innovations insuffisants 3 Quelques réponses 3.1 Une réponse structurelle à des difficultés structurelles 3.2 Une réponse à court-moyen terme Annexes Gilbert Cette 2

3 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis de la ZE 1.4 Des revenus d investissement dynamique 2.1 Pas de mauvaise spécialisation produits et destinations 2.2 Sans doute une contribution du coût salarial 2.3 D une situation financière dégradée des SNF 2.4 D efforts d innovations insuffisants 3 Quelques réponses 3.1 Une réponse structurelle à des difficultés structurelles 3.2 Une réponse à court-moyen terme Annexes Gilbert Cette 3

4 Dégradation alarmante Compte courant (milliards d euros) Compte courant (points de PIB) Source : Eurostat EURO AREA FRANCE GERMANY SPAIN ITALY Gilbert Cette 4

5 Milliards d'euros Compétitivité française : Quelques constats 1.2 Dégradation stoppée 40 FRANCE - BALANCE COMMERCIALE BIENS - FAB/FAB Cumuls 12 mois Solde Source : Eurostat, calculs BDF. Note : Solde hors énergie calculé à partir d un solde énergie FAB-CAF échanges Solde hors énergie Gilbert Cette 5

6 1.3 En particulier vis-à-vis de la ZE Exportations françaises relativement aux exportations de la zone euro (%) Gilbert Cette 6

7 1.3 En particulier vis-à-vis de la ZE Exportations françaises relativement aux exportations de la zone euro (%) Gilbert Cette 7

8 1.4 Des revenus d investissement dynamiques Positions extérieures nettes et revenus d investissements : la France rejoint les E-U et le R-U : excédent du solde des revenus malgré PEN négative 3% 2% 1% 0% -120% -100% -80% -60% -40% -20% 0% 20% 40% 60% -1% -2% -3% -4% Spain Germany Greece UK Italy USA Portugal Australia France -5% Source : FMI Gilbert Cette 8

9 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis de la ZE 1.4 Des revenus d investissement dynamique 2.1 Pas de mauvaise spécialisation produits et destinations 2.2 Sans doute une contribution du coût salarial 2.3 D une situation financière dégradée des SNF 2.4 D efforts d innovations insuffisants 3 Quelques réponses 3.1 Une réponse structurelle à des difficultés structurelles 3.2 Une réponse à court-moyen terme Annexes Gilbert Cette 9

10 2.1 Pas de mauvaise spécialisation produits et destinations 3% Décomposition de la croissance des parts de marché à l'exportations (taux de croissance annuel moyen) 2% 1% 0% France Portugal Irlande Italie Pays-Bas Finlande Espagne Belgique Allemagne Grèce Austriche -1% -2% "Performance" -3% Geographical effect Sectoral effect -4% World market share growth (current USD) Source: BACI et ITC détaillées par destination (env 200 pays) et produits (env 5000 produits), Gaulier, Taglioni et Zignago Recent Evolutions in World Trade: A Constant-Market-Shares Analysis of Exports Growth. Gilbert Cette 10

11 03/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /2012 Compétitivité française : Quelques constats 2.2 Sans doute une contribution du coût salarial 145 Rémunération par employé Base 100 = ZE17-All-FR France Allemagne Productivité du travail Base 100 = ZE17-All-FR France Allemagne Gilbert Cette 11

12 03/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /2012 Compétitivité française : Quelques constats 2.2 Sans doute une contribution du coût salarial Coût unitaire du travail Base 100 = ZE17-All-FR France Allemagne 2% Gilbert Cette 12

13 2.3 D une situation financière dégradée des SNF Taux de marge aux coûts des facteurs en France, (en % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs) Sociétés non financières Sociétés financières et non financières Secteur marchand Ensemble de l'économie Gilbert Cette 13

14 2.3 D une situation financière dégradée des SNF Taux de marge des sociétés non financières (en % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs) France Etats-Unis Allemagne de l'ouest Allemagne Italie Royaume-Uni Espagne Gilbert Cette 14

15 2.3 D une situation financière dégradée des SNF Taux d épargne brute et taux d autofinancement des sociétés non financières françaises, (en % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs) Taux d'épargne brute (Echelle de gauche) Taux d'autofinancement (Echelle de droite) Gilbert Cette 15

16 2.3 D une situation financière dégradée des SNF Revenus de la propriété net (versés moins reçus) versés par les sociétés non financières françaises, (en % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs) Revenus de la propriété Dividendes Frais financiers Gilbert Cette 16

17 2.3 D une situation financière dégradée des SNF Taux d épargne des SNF (en %) France Etats-Unis Allemagne de l'ouest Allemagne Italie Royaume-Uni Espagne Gilbert Cette 17

18 2.3 D une situation financière dégradée des SNF Du taux de marge au taux d épargne des SNF, en 2010 (en % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs) Italie Etats-Unis France Espagne Allemagne Royaume-U ni Belgique Finlande Danemark Pays-Bas Epargne brute Dividendes Intérêts versés Impôts sur les sociétés Gilbert Cette 18

19 2.3 D une situation financière dégradée des SNF Allemagne Espagne France Royaume-Uni Italie Etats-Unis Gilbert Cette 19

20 2.4 D efforts d innovations insuffisants Dépenses de R&D publiques et privées 3 DÉPENSES R&D / PIB 2,5 1,74 1,9 2,01 2,02 2 1,34 1,43 1,5 1,18 1,09 1 0,5 0,81 0,82 0,73 0,94 0,52 0,68 0,52 0,57 0,49 0,42 0,7 0,63 0,64 0,68 0,68 0,85 Privées Publiques 0 Source : Eurostat * E.U : Données 2011 n.d FR ALL IT ESP R.U E.U Gilbert Cette 20

21 2.4 D efforts d innovations insuffisants Stock de brevets auprès de l OEB par personne employée Note : calculs du SEC2E à partir des données de demandes de brevets auprès de l OEB. Pondérations réalisées à partir de données de valeur ajoutée par secteur extraites de EUKLEMS. Gilbert Cette 21

22 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis de la ZE 1.4 Des revenus d investissement dynamique 2.1 Pas de mauvaise spécialisation produits et destinations 2.2 Sans doute une contribution du coût salarial 2.3 D une situation financière dégradée des SNF 2.4 D efforts d innovations insuffisants 3 Quelques réponses 3.1 Une réponse structurelle à des difficultés structurelles 3.2 Une réponse à court-moyen terme Annexes Gilbert Cette 22

23 3 Quelques réponses 3.1 Une réponse structurelle à des difficultés structurelles 3 Quelques réponses Ces difficultés structurelles appellent des réponses structurelles : l engagement des réformes structurelles sur les marché des biens et du travail Effets attendus : Accélération de la productivité et de la croissance Amélioration de la situation financière des entreprises et gains de compétitivité Le processus est en cours concernant le marché du travail ANI du 11 janvier 2013 Il reste à engager concernant le marché des biens Politiques type CIR pertinentes (localisation activités de recherche) Effets attendus de réformes sur le marché des biens : Analyse de Bourlès, Cette, Lopez, Mairesse et Nicoletti (2012) Adoption des best practices concernant les régulations anticompétitives dans les secteurs des services Pour la France, le gain pourrait être de 0,5 point de croissance supplémentaire par an en moyenne durant 10 ans Gilbert Cette 23

24 3 Quelques réponses 3.2 Une réponse à court-moyen terme 3 Quelques réponses En attendant et en accompagnant les effets favorables des réformes structurelles, un choc d offre étendu dans le temps est utile Légitimité du choc d offre : - Equité - Amélioration de la compétitivité et de la situation financière des entreprises Exemple du choc d offre proposé par : Cette (2007), Aghion, Cette, Cohen et Lemoine (2011) Transfert d une assiette masse salariale (Cotisations sociales) à une assiette large revenu (CSG) du financement des prestations sociales universelles Concerne des actuelles cotisations sociales maladie et famille Au total plus de 18 points Ce transfert ne peut donc être que très très progressif Le CICE va dans cette direction Gilbert Cette 24

25 3 Quelques réponses 3.2 Une réponse à court-moyen terme 3 Quelques réponses Mesure équitable : Les mêmes droits à prestation universelles seront financés, pour un même revenu, par un même effort contributif Mesure adaptée aux difficultés actuelles : Peut contribuer à améliorer la situation financière et la compétitivité Nature des effets : Il s agit d une dévaluation fiscale Effets favorables mais transitoires Cette mesure doit venir en complément des réformes structurelles Gilbert Cette 25

26 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis de la ZE 1.4 Des revenus d investissement dynamique 2.1 Pas de mauvaise spécialisation produits et destinations 2.2 Sans doute une contribution du coût salarial 2.3 D une situation financière dégradée des SNF 2.4 D efforts d innovations insuffisants 3 Quelques réponses 3.1 Une réponse structurelle à des difficultés structurelles 3.2 Une réponse à court-moyen terme Annexes Gilbert Cette 26

27 Annexe 1 Destinations intra-ue27 Annexes Source : Eurostat Comext et calculs SEC2E Gilbert Cette 27

28 Annexe 2 Destinations extra-ue27 Annexes Source : Eurostat Comext et calculs SEC2E Gilbert Cette 28

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011 "Un retour sur les causes profondes de la crise de la zone euro". Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 11 Emploi manufacturier

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg Un cycle de conférences Le «mur» des pensions La réforme fiscale Une vue d ensemble

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Conférence de presse 15 novembre 2011 1 Une compétitivité française qui se dégrade 2 La France a perdu des parts de marché depuis 2000 Part

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012 L ajustement du secteur immobilier espagnol Janvier 2012 Chiffres-clés du secteur immobilier espagnol La hausse des prix en Espagne 1996-2008: les fondamentaux Environnement macroéconomique favorable.

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques

MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques 2015 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques JEAN-LOUIS BRILLET GILBERT CETTE IAN GAMBINI THOMAS LAGOARDE-SEGOTEGOT 1 2 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général 2015 Sommaire général

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

ACTUALITÉ La AVRIL 2014

ACTUALITÉ La AVRIL 2014 La vie économique et sociale UN PACTE DE RESPONSABILITÉ ÉTALÉ DANS LE TEMPS, Paris, 8 avril 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE Performances inégales CONJONCTURE FRANÇAISE Soutien nécessaire à l industrie

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Florence HENNART, Attachée Ministère de la Région Wallonne Direction de la Politique Economique Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Plan Contexte européen Cadre belge et

Plus en détail

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Intervention de Jacques Fournier Directeur général des Statistiques Banque de France 16 janvier

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1

ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1 ÉVALUATION DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) 1 Mathieu Plane OFCE À la suite de la remise au Premier ministre du Rapport Gallois, le gouvernement a décidé,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

BASE DE DONNEES - FRANCE

BASE DE DONNEES - FRANCE BASE DE DONNEES - FRANCE SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne/Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la population

Plus en détail

La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives

La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives Mikael PETITJEAN Professeur de finance Louvain School of Management FOFI Charleroi 26 avril 2012 Il était une fois l euro Un décision éminemment

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance Journées de l économie Lyon 10 novembre 011 La soutenabilité de la croissance Quel business plan pour la politique économique de la France? 1 La France en 00 suivant les tendances actuelles Le business

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE POURQUOI INVESTIR EN FRANCE UN PAYS SITUÉ AU CŒUR DU MARCHÉ EUROPÉEN AVEC UNE PORTE D ACCÈS À LA ZONE EMEA 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE DE RANG MONDIAL La France est la 2 e puissance

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

La compétitivité internationale de la filière bois française

La compétitivité internationale de la filière bois française La compétitivité internationale de la filière bois française Les échanges internationaux de produits bois Colloque organisé par GIP-ECOFOR, 19 et 2 Novembre 212, FCBA Paris Anne-Laure LEVET, Indradev PUROHOO

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

La crise, la dette et l austérité

La crise, la dette et l austérité La crise, la dette et l austérité Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. Le contexte : crise du capitalisme Le taux de profit 1960-2008

Plus en détail

Epargne Retraite. vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise

Epargne Retraite. vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise Si, si vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise Epargne Retraite Solutions PME-PMI Aujourd hui avec votre Interlocuteur AXA, construisez votre retraite! Pourquoi

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008

RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008 SOCIETE OBER Société Anonyme au Capital de 2 061 509 Euros. 31, rue de Bar 55000 LONGEVILLE EN BARROIS RCS Bar le Duc B 382 745 404 RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008 Le groupe OBER a

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

24 COMMENT SONT INDEMNISES LES CHÔMEURS?

24 COMMENT SONT INDEMNISES LES CHÔMEURS? 24 COMMENT SONT INDEMNISES LES CHÔMEURS? A Les différentes façons de prendre en charge les chômeurs? a) L allocation de retour à l emploi pour les chômeurs qui ont droit à l assurance chômage 1. Les systèmes

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Le Crédit d impôt recherche. CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne

Le Crédit d impôt recherche. CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne Le Crédit d impôt recherche CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne Les grandes étapes du Crédit d impôt recherche Créé en 1983, le CIR est devenu un élément clé de la compétitivité pour

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique Perspectives économiques 1999-2004 Annexe statistique Avril 1999 Le Bureau fédéral du Plan Le Bureau fédéral du Plan (BFP) est un organisme d intérêt public. Le BFP réalise des études sur les questions

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Eco-Fiche LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX

Eco-Fiche LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX Eco-Fiche Mars 2012 LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX L entrée en campagne de nombreux candidats aux élections présidentielles s est faite sur le thème de la compétitivité française. C est donc

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & taux de change

Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & taux de change Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & Juin 2013 Les rendez-vous de l Institut Confluences Monnaies & compétitivité Commerce extérieur français & Mardi 11

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 Données actualisées 1 composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 En pourcentage Nature de la dépense 1960 2010 Produits alimentaires et produits non alcoolisés 26,5 13,3 Boissons

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Investir dans la dette de l Etat belge. Opportunités pour l investisseur particulier

Investir dans la dette de l Etat belge. Opportunités pour l investisseur particulier Kingdom of Belgium - Federal Public Service FINANCE - Treasury - Debt Agency Investir dans la dette de l Etat belge Opportunités pour l investisseur particulier 9 novembre 2011 Aperçu Partie 1 Solvabilité

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail